jackbauer 2

Bonnes nouvelles du JWST (James Webb Space Telescope)

Recommended Posts

Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

L'idée de voir apparaître les galaxies "à côté" de l'astre ça fait quelque chose aussi !

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, symaski62 a dit :

https://www.stsci.edu/jwst/phase2-public/1191.pdf

 

Kuiper Belt Science with JWST

 

PLUTO et CHARON   

 

Bonjour,

 

On peut remarquer qu'une partie des observations pourrait être impactée par le problème technique qui avait été signalé avec le mode de fonctionnement MRS (spectroscopie à résolution moyenne) de MIRI. 

En attendant les conclusions des investigations menées à ce sujet, les observations MRS sont suspendues sine die.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,


Laurent Sacco, sur Futura, nous livre un nouvel article titré :


"James-Webb : grâce aux lentilles gravitationnelles il verrait bien des galaxies 250 millions d'années après le Big Bang".


Cet article est accompagné d'une interview de Johan Richard, astronome au Centre de recherche astrophysique de Lyon.


https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/cosmologie-james-webb-grace-lentilles-gravitationnelles-il-verrait-bien-galaxies-250-millions-annees-apres-big-bang-100363/


Des spectres ! Des spectres ! DES SPECTRES ! 

 


 

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'aime particulièrement bien ces images de Neptune (mais peut-être que le processing a un peu modifié les diférences d'éclat), car pour ceux qui me connaissent, je me suis souvent amusé à dire que pour reconnaitre neptune au télescope... c'est le petit disque brillant à côté de Triton ;)... Et là sur ces images, c'est vraiment le cas!

En visuel c'était plutôt une boutade, mais en fait pas si fausse, car l'écart de luminosité entre Neptune et Triton est un des plus faibles des planètes+satellites observables et au télescope (de 400mm mais déjà dans un 250-300 c'est le cas) on voit très vite cet aspect un peu étoile double Neptune-Triton, assez remarquable, quand la turbulence fait douter du diamètre apparent de la planète.

Nicolas

Edited by biver
  • Like 4
  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un commentaire dans le Nature de cette semaine, à propos des premiers résultats sur les galaxies lointaines qui nécessitent une calibration rigoureuse:

https://www.nature.com/articles/d41586-022-03059-y

 

(traductrion deepL)

Les astronomes étaient tellement impatients d'utiliser le nouveau télescope spatial James Webb que certains ont pris un peu d'avance. Nombre d'entre eux ont commencé à analyser les données du Webb dès la publication du premier lot, le 14 juillet, et ont rapidement publié leurs résultats sur des serveurs de préimpression - mais ils doivent maintenant les réviser. Les détecteurs du télescope n'avaient pas été entièrement calibrés lorsque les premières données ont été mises à disposition, et ce fait a échappé à certains astronomes dans leur excitation.

 

Jusqu'à présent, les révisions ne semblent pas modifier de manière substantielle la plupart des premiers résultats passionnants, tels que la découverte d'un certain nombre de candidats pour la galaxie la plus lointaine jamais repérée. Mais le processus d'étalonnage en cours oblige les astronomes à prendre en compte les limites des premières données de Webb.

 

Trouver comment refaire le travail est "épineux et ennuyeux", déclare Marco Castellano, astronome à l'Institut national italien d'astrophysique à Rome. "Il y a eu beaucoup de frustration", dit Garth Illingworth, astronome à l'Université de Californie, Santa Cruz. "Je ne pense pas que quiconque s'attendait à ce que ce problème soit aussi important qu'il ne l'est devenu", ajoute Guido Roberts-Borsani, astronome à l'université de Californie à Los Angeles.

 

L'étalonnage est particulièrement difficile pour les projets qui nécessitent des mesures précises de la luminosité d'objets astronomiques, comme les galaxies lointaines et peu lumineuses. Depuis plusieurs semaines, certains astronomes bricolent des solutions de contournement afin de pouvoir poursuivre leurs analyses1. La prochaine série de mises à jour officielles des calibrations de Webb est attendue dans les semaines à venir de la part du Space Telescope Science Institute (STScI) de Baltimore, dans le Maryland, qui exploite le télescope. Ces mises à jour devraient permettre de réduire les barres d'erreur sur les calibrations du télescope de plusieurs dizaines de points de pourcentage, qui ont tourmenté les astronomes dans certains domaines, à quelques points de pourcentage seulement. Et la précision des données continuera de s'améliorer au fur et à mesure que les efforts de calibration se poursuivront au cours des prochains mois.

 

Le STScI a clairement indiqué que les étalonnages initiaux du télescope étaient approximatifs, explique Jane Rigby, responsable scientifique du projet Webb au Goddard Space Flight Center de la NASA à Greenbelt, dans le Maryland. Le problème vient en grande partie du fait que Webb, qui a été lancé en décembre 2021, est un nouveau télescope dont les détails sont encore en cours d'élaboration. "Cela fait longtemps que la communauté n'a pas eu un tout nouveau télescope dans l'espace - un grand télescope avec ces pouvoirs de transformation étonnants", explique Rigby.

 

"Nous savions qu'il ne serait pas parfait dès sa sortie de l'usine", ajoute Martha Boyer, astronome au STScI, qui contribue à diriger les efforts d'étalonnage2.


La controverse sur l'étalonnage

 

Tous les télescopes doivent être calibrés. Cela se fait généralement en observant une étoile bien connue, comme Véga, une étoile proéminente dans le ciel nocturne. Les astronomes examinent les données recueillies par les différents instruments du télescope - comme la luminosité de l'étoile dans différentes longueurs d'onde de la lumière - et les comparent aux mesures de la même étoile effectuées par d'autres télescopes et par des normes de laboratoire.

 

L'exploitation des données du télescope Webb implique plusieurs types d'étalonnage, mais la controverse actuelle porte sur l'un des principaux instruments du télescope, la caméra infrarouge proche (NIRCam). Dans les six mois qui ont suivi le lancement de Webb, les chercheurs du STScI ont travaillé à l'étalonnage de la NIRCam. Toutefois, compte tenu des exigences imposées à Webb, ils n'ont eu que le temps de le pointer vers une ou deux étoiles d'étalonnage et de prendre des données en utilisant un seul des dix détecteurs de la NIRCam. Ils ont ensuite estimé les calibrations pour les neuf autres détecteurs. "C'est là qu'il y avait un problème", dit Boyer. "Chaque détecteur sera un peu différent".

 

Quelques jours après la publication des premières données Webb, des articles non évalués par des pairs ont commencé à apparaître sur le serveur de préimpression arXiv, faisant état de multiples candidats pour la galaxie la plus lointaine jamais enregistrée. Ces études s'appuyaient sur la luminosité des objets distants, mesurée avec Webb à diverses longueurs d'onde. Puis, le 29 juillet, le STScI a publié une série de calibrations mises à jour qui étaient sensiblement différentes de celles avec lesquelles les astronomes avaient travaillé.

 

"Cela a provoqué un peu de panique", explique Nathan Adams, astronome à l'université de Manchester (Royaume-Uni), qui, avec ses collègues, a signalé le problème dans une mise à jour du 9 août d'une préimpression qu'ils avaient publiée fin juillet3. Pour ceux qui, comme moi, avaient écrit un article dans les deux premières semaines, c'était un peu : "Oh non, est-ce que tout ce que nous avons fait est faux, est-ce que tout doit être mis à la poubelle ?"

 

Un jeune observatoire

 

Pour tenter de normaliser toutes les mesures, le STScI travaille sur un plan détaillé consistant à pointer Webb vers plusieurs types d'étoiles bien connues et à les observer avec chaque détecteur, dans chaque mode, pour chaque instrument du télescope4. "Cela prend du temps", explique Karl Gordon, astronome au STScI, qui contribue à diriger cet effort.

 

Entre-temps, les astronomes ont retravaillé les manuscrits qui décrivent les galaxies lointaines sur la base des données du Webb. "Tout le monde y est retourné et a jeté un deuxième coup d'œil, et ce n'est pas aussi mauvais que nous le pensions", déclare Adams. Un grand nombre des galaxies lointaines candidates les plus intéressantes semblent toujours se trouver à la distance estimée à l'origine ou à proximité. Mais d'autres études préliminaires, comme celles qui tirent des conclusions sur les débuts de l'Univers en comparant un grand nombre de galaxies peu lumineuses, pourraient ne pas résister à l'épreuve du temps. D'autres domaines de recherche, comme l'étude des planètes, ne sont pas aussi affectés car ils dépendent moins de ces mesures préliminaires de luminosité.

 

"Nous nous sommes rendu compte à quel point le traitement des données est une situation en cours et en développement, simplement parce que l'observatoire est si nouveau et si jeune", explique Gabriel Brammer, astronome à l'université de Copenhague, qui a développé les calibrations de Webb indépendamment du STScI.

 

À long terme, les astronomes sont sûrs de régler le problème de l'étalonnage et d'être plus confiants dans leurs conclusions. Mais pour l'instant, dit M. Boyer, "je dirais aux gens de procéder avec prudence - les résultats qu'ils obtiennent aujourd'hui pourraient ne pas être tout à fait exacts dans six mois, lorsque nous aurons plus d'informations. C'est un peu comme si on disait : "Procédez à vos risques et périls".

 

References

Nardiello, D. et al. Preprint at https://arxiv.org/abs/2209.06547 (2022).

Boyer, M. L. et al. Preprint at https://arxiv.org/abs/2209.03348 (2022).

Adams, N. J. et al. Preprint at https://arxiv.org/abs/2207.11217 (2022).

Gordon, K. D. et al. Preprint at https://arxiv.org/abs/2204.06500 (2022).

 

  • Like 2
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est quand même surprenant cette histoire de calibration. Pourquoi livrer aux chercheurs des données quand on sait qu'elles sont fausses, ou du moins avec un avertissement clair au préalable ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le plus étonnant, pour moi, c'est la phrase suivante

"Nous savions qu'il ne serait pas parfait dès sa sortie de l'usine", ajoute Martha Boyer, astronome au STScI, qui contribue à diriger les efforts d'étalonnage2."

 

D'abord il a l'air proche du parfait à ce jour et le problème n'est apparemment pas du tout une question de qualité.

Même l'astronome le plus amateur qui a un télescope sait par exemple que la collimation (par analogie) est un sujet qu'il faut regarder quelle que soit la qualité de la construction.

Sans parler du trajet un poil mouvementé du bidule pour arriver en L2.

Au global l'ensemble laisse songeur, y compris les récriminations des astronomes pros qui ont l'air de découvrir et s'offusquent. Alors que tout le monde ou presque avait bien compris qu'il fallait être prudent.

La science au temps des wokes?

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 31 minutes, jackbauer 2 a dit :

Pourquoi livrer aux chercheurs des données quand on sait qu'elles sont fausses, ou du moins avec un avertissement clair au préalable ?

Les données n'étaient pas fausses, mais leur calibration n'était pas optimale. L'avertissement était bien fait. Certains sont allé un peu trop vite dans leurs analyses ;)

A coup sur ça aurait aussi râlé si les données n'avaient pas été rendues publiques rapidement, avant qu'elles soient mieux calibrées

  • Like 4

Share this post


Link to post
Share on other sites

Commissioning et amélioration de la calibration sont deux chose différente il semblerait.

 

La lecture du dernier papier cité dans le commentaire (https://arxiv.org/abs/2204.06500 ) est intéressante. On peut y lire que l'amélioration de la calibration des images du Webb sera poursuivie pendant toute la mission, en accumulant des observations d'étoiles de référence :

 

"Le programme (de calibration) comprend des observations pour calibrer chaque mode d'instrument, améliorer  le contrôle des étoiles du programme en utilisant les observations du JWST, mesurer la répétabilité des instruments pour chaque détecteur, mesurer l'étalonnage entre les observations de sous-matrices et de plein cadre, et confirmer que les observations de sources brillantes et de sources faibles ont le même étalonnage. [...] La réalisation de l'ensemble des objectifs de ce programme nécessitera des observations tout au long de la mission du JWST"

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 15 heures, jackbauer 2 a dit :

Vi vi, mais au bout de 6 mois d'intenses efforts, le bon peuple (dont moi) pensait que c'était fait...

 

 

La recherche prend toujours énormément de temps. Quand certains étudiants le réalisent sérieusement en thèse, c'est parfois source de grosses désillusions ou d'une forme de désespoir.

 

A une époque où les commissions de recrutement et les agences de financement -- pourries par certaines méthodes d'évaluation issues du management d'entreprise -- attendent sur le "toujours plus d'articles" dans "des revues toujours plus prestigieuses",  le temps long de la science, cela ne passe pas ! Y compris auprès du grand public avide de toujours plus d'informations !

C'est un pousse au crime qui pousse les moins scrupuleux à se jeter sur la rédaction d'articles à la rigueur douteuse !

 

Il y a 16 heures, Mercure a dit :

u global l'ensemble laisse songeur, y compris les récriminations des astronomes pros qui ont l'air de découvrir et s'offusquent.

 

En plus de mon commentaire ci-dessus, je pourrais ajouter que je suis souvent indigné de l'indigence de certains confrères théoriciens quant au fonctionnement des instruments dont ils sont censés exploiter les données.

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now