jackbauer 2

Bonnes nouvelles du JWST (James Webb Space Telescope)

Recommended Posts

Pour visualiser j'aime bien situer sur une carte l'endroit et l'étendue de la photo (uranometria, 260):

WLM.thumb.jpg.32ec1a6c47e05d39b34568c87a78c24c.jpg

 

Photo qui effectivement montre entre autres des étoiles de WLM / UGCA444, galaxie naine à 3M d'AL.

Absolument magnifique.

Et visible dans notre ciel d'automne, pas très loin sous Neptune et Jupiter. Je ne fais pas de photo, il y a des pointures hyperspécialisées dans ce domaine précis,  mais sinon cela me tenterait ^_^

 

Précision, sur la photo du JWST le nord est à gauche et l'est en haut

Edited by Mercure
  • Like 5

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

Le 10/11/2022 à 18:45, Mercure a dit :

Et visible dans notre ciel d'automne, pas très loin sous Neptune et Jupiter. Je ne fais pas de photo, il y a des pointures hyperspécialisées dans ce domaine précis,  mais sinon cela me tenterait ^_^

C'est observable au 300mm sous un bon ciel sinon :D

Pas de details, vu sa structure, mais c'est identifiable

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Mise à jour pour l'atténuation des impacts de micrométéoroïdes sur le JWST :


https://blogs.nasa.gov/webb/2022/11/15/nasa-webb-micrometeoroid-mitigation-update/


De Thaddée Cesari.  Posté sur15 novembre 2022


Les frappes de micrométéoroïdes sont un aspect inévitable de l'exploitation de tout vaisseau spatial. Le télescope spatial James Webb de la NASA a été conçu pour résister au bombardement continu de ces particules de poussière se déplaçant à des vitesses extrêmes, afin de continuer à produire une science révolutionnaire à long terme.


"Nous avons subi 14 impacts de micrométéoroïdes mesurables sur notre miroir principal,  en moyenne un à deux par mois, comme nous l'avions prévu. Les erreurs optiques résultantes de toutes, sauf une, étaient bien en deçà de ce que nous avions estimé lors de la construction de l'observatoire »,  déclare Mike Menzel, ingénieur en chef des systèmes de mission Webb au Goddard Space Flight Center. « L'un des impacts était supérieur à nos prévisions et à nos modèles  cependant, même après cet événement, nos performances optiques sont toujours deux fois supérieures à nos exigences initiales d'avant lancement.
Pour s'assurer que toutes les parties de l'observatoire continuent de performer au mieux, la NASA a réuni un groupe de travail d'experts en optique et en micrométéoroïdes de l'équipe Webb de Goddard, du fabricant de miroirs du télescope, du Space Telescope Science Institute et du Bureau de l'environnement des météoroïdes au  Centre de vol spatial de Huntsville. Après une analyse approfondie, l'équipe a conclu que l'impact à haute énergie observé en mai était un événement statistiquement rare, à la fois en termes d'énergie et en frappant un emplacement particulièrement sensible du miroir principal. Afin de minimiser les impacts futurs de cette ampleur, l'équipe a décidé que les futures observations seront planifiées pour faire face à ce qui est désormais appelé "zone d'évitement des micrométéoroïdes".


"Les micrométéoroïdes qui frappent de face le miroir (se déplaçant dans la direction opposée au déplacement du télescope) ont deux fois la vitesse relative avec quatre fois l'énergie cinétique, donc éviter cette orientation lorsque cela est possible aidera à prolonger les performances optiques remarquables du JWST pendant des décennies", affirme Lee Feinberg

 responsable des éléments du télescope optique Webb. Cela ne signifie pas que ces zones du ciel ne peuvent pas être observées, mais seulement que les observations de celles-ci seront effectuées de manière plus sécurisée, à un moment différent de l'année lorsque le Webb se trouve à un endroit différent de son orbite. Les observations critiques dans le temps, telles que les cibles du système solaire, seront toujours effectuées dans la zone d'évitement des micrométéoroïdes. Cet ajustement de la programmation des observations du JWST aura un avantage statistique à long terme sur ce danger.


L'équipe appliquera aux observations cette zone d'évitement des micrométéoroïdes à partir de la deuxième année scientifique du Webb, ou "Cycle 2". Plus d'informations et de conseils pour le cycle 2 sont disponibles sur JWST Observer News .
 

Edited by Huitzilopochtli
  • Like 3
  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 12 heures, jackbauer 2 a dit :

Au fur et à mesure que le matériau tombe, il tourne en spirale autour du centre.

Sait on comment est initiée la rotation et ce qui détermine le sens de rotation ? 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 17/11/2022 à 10:38, FAP a dit :

Sait on comment est initiée la rotation et ce qui détermine le sens de rotation ? 

 

Le nuage de gaz et de poussière à l'origine d'un système stellaire n'a en général pas de mouvement de rotation clairement défini. chaque molécule bouge lentement. Cela dit le moment cinétique global résultant n'est pas nul, c'est statistiquement impossible.

La contraction gravitationnelle du nuage, en plus de créer un échauffement, fait augmenter la vitesse de rotation par conservation de ce moment cinétique faible mais non nul, à la manière du patineur artistique qui accélère sa rotation en repliant les bras.

De la même manière, la matière se rapprochant du centre du nuage voit sa vitesse de rotation augmenter pour que le moment cinétique soit conservé.

  • Like 2
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Impressionnant !

Les données collectées par les instruments de cet engin vont occuper l'actuelle génération d'astrophysiciens et au moins la prochaine.

Hélas, côté grand public, la NASA va ramer pour entretenir la flamme.

C'est là qu'on attend l'éducation nationale, ou au moins les initiatives des profs de physique du collège/ lycée pour faire entrer le JWST dans les classes et déclencher des vocations.

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 17 heures, Diziet Sma a dit :

C'est là qu'on attend l'éducation nationale, ou au moins les initiatives des profs de physique du collège/ lycée pour faire entrer le JWST dans les classes et déclencher des vocations.

 

Malheureusement, on ne déclenche que très rarement des vocations dans l'éducation nationale. La vocation est déjà là chez des élèves qui ont grandi dans un environnement social et familial qui a suscité leur ouverture au monde. Le rôle des enseignants est de veiller à ne pas étouffer cette vocation, de l'entretenir, et de la clarifier dans l'orientation des élèves.

Pour les autres élèves, c'est déjà un long combat des enseignants pour leur faire comprendre à quoi sert la physique-chimie !

 

Parler du JSWT (par exemple) en collège ou au lycée laissera dans l'indifférence la plupart des élèves, qui prendront le prof enthousiaste pour un allumé, à l'exception des rares élèves qui ont grandi dans un environnement favorisant.

On voit difficilement comment un prof de collège pourra créer des vocations avec 1H30 de physique-chimie par semaine, un programme peu ambitieux et ennuyeux, et des consignes de l'inspection générale visant à ne pas dégouter les élèves avec des exigences trop poussées, et des responsables d'établissement qui se chargent de rappeler que la physique-chimie n'a guère plus d'importance que l'EPS ou la musique.

Une fois au lycée, c'est trop tard !

 

Le saut de niveau entre le collège et le lycée dégoute définitivement les élèves de la physique-chimie en classe de seconde, à l'exception de celles et ceux qui ont la vocation et dont la culture et les capacités de raisonnement sont plus du fait de l'environnement familial que de l'héritage du collège.

En classes de première et terminale en spécialité physique-chimie, là, effectivement, on aura un public motivé et enthousiaste, mais qui aura choisi cette spécialité en fin de seconde, et les enseignants n'y seront pas pour grand chose !

 

Evidemment, cela ne veut pas dire qu'il ne faut rien faire, ou qu'on ne le fait pas. Mais il ne faut pas se leurrer ! En général, parler de choses comme le JSWT ne parlera qu'à un public déjà ouvert. Et c'est pour cela qu'on le fait !

 

Et puis, créer des vocations, c'est bien... mais pour faire quoi ? Quand j'entends des inspecteurs dire à des enseignants du secondaire qu'il faut créer des vocations parce que l'on manque de chercheurs ou d'ingénieurs, je suis juste navré devant un tel décalage face à la réalité ! Si l'état français commençait par ouvrir des postes de chercheurs et d'enseignants-chercheurs, on ne manquerait pas de chercheurs et on n'aurait pas des cohortes de docteurs en exil ou reconvertis !

 

Il n'y a pas besoin de créer des vocations ! Elles sont déjà là ! Il faut au contraire repérer et préserver celles et ceux qui ont la vocation !

 

Pour le reste, i.e. les futurs citoyens qui ne seront pas versés dans les sciences, le problème est celui d'une culture générale scientifique factuelle (et non technique) qui leur permet de comprendre le monde dans lequel ils vivent pour éviter qu'ils ne votent pour des gugusses qui leur racontent des conneries ! Pour cela, il y aurait bien l'Enseignement Scientifique actuellement en place dès la classe de première dans le tronc commun, mais en classe de première, on échoue totalement à viser cet objectif ! A moins d'arriver à se convaincre que calculer des tailles de mailles cristallines soit d'un quelconque intérêt pour un futur citoyen face à des mecs qui prétendent que des éoliennes peuvent remplacer une centrale nucléaire !

 

Désolé, je suis hors sujet, mais ce sujet me tient à cœur !

Edited by George Black
  • Like 2
  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 23 minutes, George Black a dit :

Désolé, je suis hors sujet, mais ce sujet me tient à cœur !

 

Pas grave George, c'est aussi mon cas.

il y a 23 minutes, George Black a dit :

Le saut de niveau entre le collège et le lycée dégoute définitivement les élèves de la physique-chimie en classe de seconde, à l'exception de celles et ceux qui ont la vocation et dont la culture et les capacités de raisonnement sont plus du fait de l'environnement familial que de l'héritage du collège.

 

D'accord pour la prépondérance de l'environnement familial;

Quant au gouffre qui sépare le collège et le lycée en physique-chimie, il s'explique surtout par le manque d'ambition du programme de 4 éme, comme de 3éme.Voici les grands thèmes du programme de seconde, c'est quand même pas le Pérou :

 

Thèmes d'étude : programme 2019

Thème 1 : Constitution et transformations de la matière

Constitution de la matière de l'échelle macroscopique à l'échelle microscopique
A) Description et caractérisation de la matière à l'échelle macroscopique
B) Modélisation de la matière à l'échelle microscopique

 

Modélisation des transformations de la matière et transfert d'énergie
A) Transformation physique
B) Transformation chimique
C) Transformation nucléaire

Thème 2 : Mouvement et interactions

Décrire un mouvement

Modéliser une action sur un système

Principe d'inertie

Thème 3 : Ondes et signaux

Émission et perception d'un son

Vision et image

Signaux et capteurs

 

En revanche la progression des compétences exigées en P/C au lycée a gagné en cohérence depuis les dernières retouches, je trouve.

Sais pas si t'es d'accord avec ça, George ?

 

Edited by Diziet Sma

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 22 minutes, Diziet Sma a dit :

Quant au gouffre qui sépare le collège et le lycée en physique-chimie, il s'explique surtout par le manque d'ambition du programme de 4 éme, comme de 3éme.

 

Je suis totalement d'accord. Quand on compare avec ce qui était encore fait en collège il y a 20 ans, cela se passe de commentaires ! La Physique-Chimie a subit un effet de dépouillement significatif en collège avec les réformes.

 

il y a 37 minutes, Diziet Sma a dit :

les grands thèmes du programme de seconde, c'est quand même pas le Pérou

 

Sur le principe, je le trouve plutôt bien. Si on fait abstraction des élèves qui n'ont pas suffisamment de maîtrise des bases en sortie de collège pour aborder ce programme. Justement par manque d'ambition du programme de collège comme tu le disais.

 

il y a 39 minutes, Diziet Sma a dit :

En revanche la progression des compétences exigées en P/C au lycée a gagné en cohérence depuis les dernières retouches, je trouve.

 

Je trouve aussi. Mes seuls reproches à la réforme du lycée c'est le trop grand nombre de notions à maîtriser en terminale avant les épreuves du bac en mars (les élèves n'ont pas le temps d'acquérir une réelle maîtrise durable dans le temps), l'Enseignement Scientifique trop technique en première. 

Je pense également qu'il faudrait être plus ambitieux en collège et orienter les élèves dès l'entrée en seconde vers une pré-spécialisation (comme c'était le cas avant la réforme conduisant à la disparition des filières A, B, C, D, ...)

Depuis des années, on a repoussé l'orientation des élèves et diminué les exigences techniques. Ce n'est pas pour rien que la première année d'université se transforme petit à petit en 4ème année de lycée... et je ne parle même pas du BTS...

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 6 heures, George Black a dit :

Parler du JSWT (par exemple) en collège ou au lycée laissera dans l'indifférence la plupart des élèves, qui prendront le prof enthousiaste pour un allumé

 

Tant pis, parce que c'est exactement ce genre de profs dont les jeunes et la science ont cruellement besoin.

Pour reboucler avec le sujet de ce fil, rappelles-toi le sujet du bac dernier en physique, pompé sur ce site que tu dois surement bien connaitre.

Je suis persuadé qu'il y a de la place pour l'astro au lycée :

 

https://labolycee.org/metropole-2022-jour-2

 

Edited by Diziet Sma

Share this post


Link to post
Share on other sites

Perso, j'aurais choisi une photo en rapport avec la guerre en Ukraine, mais penser à cet aperçu de l'univers par le JWST est magnifique...

 

N.B : on est encore que fin novembre !

 

 

FiP0MfxXgAAJnm-.jpg

  • Like 2
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 27 minutes, Diziet Sma a dit :

Parler du JSWT (par exemple) en collège ou au lycée laissera dans l'indifférence la plupart des élèves, qui prendront le prof enthousiaste pour un allumé

 

Bonjour, en effet mais ce sont des images assez ésotériques demandant une compréhensions de ces immenses distances et dimensions.  Pas mal d'entre nous adultes ne comprennent pas ce qu'ils regardent. 

 

De plus même nous astronomes amateurs ont de la difficulté en admirant cette incroyable magnifique violence  où la vie come on la connait est impossible.

 

En Anglais on dit un "mind game"  peut être "jeux intellectuel" pour mieux comprendre se que l'on admire.

 

J'avais visité le James Lick Observatory où l'on expliquait  que la nébuleuse de l'aigle avait une densité très basse, comparé à l'air qui a une densité de 10 millions de milliards plus dense!

 

https://astronomy.com/magazine/ask-astro/2011/05/large-scales-trick-the-eyes

 

Cette si faible densité est impossible à reproduire, et pourtant on voit cette nébuleuse solide!

(It is hard to wrap one's mind around that fact!)

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 9 heures, George Black a dit :

Pour les autres élèves, c'est déjà un long combat des enseignants pour leur faire comprendre à quoi sert la physique-chimie !

 

Parler du JSWT (par exemple) en collège ou au lycée laissera dans l'indifférence la plupart des élèves, qui prendront le prof enthousiaste pour un allumé, à l'exception des rares élèves qui ont grandi dans un environnement favorisant.

 

Cette histoire de combat, j'y vois surtout un prof qui manque de succès dans sa façon de transmettre sa passion. Le prof ne doit pas être enthousiaste, surtout face à des jeunes qui pourront le prendre pour un "allumé", il doit succiter l'enthousiasme chez ses élèves.
Ce n'est pas facile, mais c'est son boulot : donner le goût d'apprendre.
Les explications de contexte socio-culturel, c'est laisser tomber tous ceux qui n'ont pas la chance d'avoir un environnement favorable, c'est faire l'autruche et travailler uniquement avec ceux qui avaient dans tous les cas l'intention de le faire...

 

OUI les instits manquent de moyens matériels, les profs en collège/lycée aussi. OUI, les programmes et les compétences à valider semblent parfois biscornus, pas ragoutants. OUI après 30 ans de carrière, le moral peut être difficile à garder. MAIS tous les sujets peuvent passionner tous les publics. C'est pas facile, mais c'est le travail de l'enseignant.

Autrement, on part du principe qu'on fera le métier de nos parents, abandonner tout espoir de libre-arbitre et vivre dans un système de castes...

  • Confused 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, jackbauer 2 a dit :

Perso, j'aurais choisi une photo en rapport avec la guerre en Ukraine,

 

 

Bonjour, je voudrais bien être d'accord avec toi, mais après tant de nouvelles incroyablement violentes, horribles, obscènes, inhumaines, etc. :- (

Demain c'est la Thanksgiving qui nous apporte un peu de sérénité en famille. Une fête plus importante que Noël pour au moins les adultes et sans commerce ce jour là. 

 

On peut ajouter toutes ces fusillades ici. C'est encore un autre sujet obscène.

 

Ce ci est écrit sans polémique, mais ne pas oublier le contexte de ce magazine.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 9 heures, Theta Coxa a dit :

OUI les instits manquent de moyens matériels, les profs en collège/lycée aussi. OUI, les programmes et les compétences à valider semblent parfois biscornus, pas ragoutants. OUI après 30 ans de carrière, le moral peut être difficile à garder. MAIS tous les sujets peuvent passionner tous les publics. C'est pas facile, mais c'est le travail de l'enseignant.

 

"Oui nous avons réduit les budgets de l'hôpital, oui nous avons fermé des lits et réorganisé les services pour faire des économies, oui nous imposons aux médecins des conditions limitant les examens pour faire faire des économies à la sécurité sociale, oui après 30 ans de carrière le moral des médecins et des infirmiers peut être difficile à garder, mais tous les patients peuvent être soignés, c'est pas facile, mais c'est le travail du médecin..."

 

A décliner pour la recherche, la filière nucléaire, et de nombreux autres secteurs ! 

 

Ton discours est celui de l'ultra libéral : "Nous vous donnons aucun moyens, nous vous imposons des règles hors sol, mais si ça ne marche pas et en mieux, c'est uniquement parce que vous y mettez de la mauvaise volonté !"

 

Mais au-delà, excuses moi de te le dire, mais prétendre que TOUS les sujets peuvent passionner tous les publics traduit une forme de naïveté.

 

Tout physicien et chercheur que je suis (et la science, c'est une part majeure et incontournable de ma vie, pour ne pas dire une passion parfois dévorante), il y a des sujets que je trouve chiants à en crever, et ce n'est pas faute des collègues dont j'ai pu suivre les présentations. Pire, je suis conscient que ces sujets sont fondamentaux. Mais je trouve ça chiant !

C'est comme dire : "Si tu détestes le surströmming, c'est que tu es tombé sur les mauvaises personnes qui n'ont pas su te le faire apprécier". Désolé, mais pour avoir déjà tenté d'en gouter avec des gens du cru et dans les règles de la gastronomie suédoise, ça ne passe pas. Les huitres, j'en ai déjà gouté plus d'une fois... avec différentes personnes, de différentes manières, en me disant que si tout le monde était en extase face aux huitres, c'est que j'avais loupé un truc, ben désolé, j'aime pas ! ;) 

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 15 heures, Theta Coxa a dit :

Cette histoire de combat, j'y vois surtout un prof qui manque de succès dans sa façon de transmettre sa passion. Le prof ne doit pas être enthousiaste, surtout face à des jeunes qui pourront le prendre pour un "allumé", il doit succiter l'enthousiasme chez ses élèves.

C'est intéressant... et contradictoire.

Les neurones miroirs, ça existe. Et si je ne suis pas enthousiaste moi même comme prof, mes étudiants n'ont aucune chance d'apprendre et de l'être, enthousiaste...

 

Maintenant, les "gens de ce forum", et ceux d'ici qui seraient profs dans un des 10 (ou 15) meilleurs établissements de France n'ont simplement aucune idée du niveau actuel des étudiants. Je maintiens qu'un paysan de la Creuse de la fin du 19ème et ayant eu son certif d'études en sait plus que la moyenne de nos étudiants en IUT*. Enseignant également en Master 1 & 2 (pas en master recherche) pour cette année, le niveau est également à pleurer.

 

(Le comble, c'est que tous les ans, nous envoyons à Central Nantes ou ailleurs des étudiants qui sont intrinsèquement mauvais. Ou plus prosaïquement ignares. Pourquoi sont-ils intégrés ? Parce que lesdits étudiants ont décroché une alternance (avec une entreprise) et que Central Nantes et les autres reçoivent quelques 20 kE / étudiant alternant et par an.)

 

Je rappelle : 97% des jeunes qui passent le Bac sont reçus. Le Bac poubelle, c'est le Bac STi2d. Nous, IUT, avons l'obligation de prendre un fort % de Bac STi2d. Les IUT Cachan, Lyon Toulouse ont un tel vivier pour leur recrutement qu'ils ont peu baissé dans le niveau général et ils virent sans pitié les STi2d non performants (cad 80%) Tous les autres IUT, pour pouvoir payer leurs profs, se doivent d'avoir un public devant eux et nous acceptons désormais des étudiants dont un nombre croissant ne sait pas calculer la surface d'un cercle.

 

 

C'est une longue parenthèse un peu hors sujet, je le reconnais. :ph34r: Vous m'excuserez... :$

 

*Je complète et explique / au certif d'études.

Je n'ai rien, ni contre les paysans ni la Creuse. 9_9Ma lointaine famille vivait de 7ha en Creuse. (oui 7)

Mon collègue donne depuis sans doute 15 ans le même questionnaire aux étudiants en 2ème année DUT (BUT maintenant) 100 questions sur l'orthographe, syntaxe et connaissances générales histoire, actualité.

Un nombre non négligeable d'étudiants ont... 5 bonnes réponses sur 100.

Le pire de mon point de vue n'est pas leur ignardise quasi totale en calcul mais en histoire.

 

De Gaulle, connais pas ; Staline, connais pas, Mao idem... Kepler, on en parle même pas, Gutenberg ? Un fromage peut être... 5 réponses bonnes sur 100.

à l'inverse de mes ancêtres paysans ayant leur certif d'études, ils ne savent ni compter ou bâtir un raisonnement simple style train qui partirait à telle heure, ni écrire, ni s'inscrire dans un récit historique et social. o.O

Merci, fermez le ban.

 

Edited by Pascal C03
  • Like 3
  • Thanks 2
  • Confused 1
  • Sad 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now