COM423

Un astéroïde qui se prend pour une comète (433P)

Recommended Posts

Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

Jolie prise de ce caillou avec une queue de comète :)

Bonne soirée,

AG

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, COM423 a dit :

(...) mais la fine queue est toujours visible en ce mois d'octobre

 

Faut quand même des yeux de lynx ;) ! 

Merci pour la petite flèche, ça aide ! 

Bravo COM :) 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

 bravo pour ce sujet très intéressant  , toujours à la limite de la détection !

 un astéroÏde qui dégaze , c'est une comète  ?

 bon dimanche ! :)

paul

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bravo pour cette image!

 

Pour expliquer ce comportement, il y a aussi des émissions/"pétillements" de sodium, au périhélie, comme certains l'on avancé récemment pour expliquer le comportement de l'astéroïde Phaeton, à l'origine des géminides.

 

https://news.fr-24.com/nouvelles/161860.html

https://ui.adsabs.harvard.edu/abs/2021PSJ.....2..165M/abstract

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un grand merci à tous pour votre passage et vos commentaires sympas (ou pouces) :)

 

11 hours ago, Penn said:

Faut quand même des yeux de lynx ;) ! 

Merci pour la petite flèche, ça aide ! 

Encore une fois, cette capture n'a pas été faite dans des conditions optimales, c'est pris en 1ère partie de nuit et en fin de lunaison, j'attendais la seconde partie de nuit pour travailler vraiment et comme le tube était installé, autant l'utiliser... Je n'avais pas imagé 433P ce mois-ci et je ne l'avais jamais tenté en CMOS au T20cm, c'était donc l'occasion de tester.

Mais par une nuit sans Lune, la queue est bien mieux visible et nettement plus loin.

 

Pour les petites comètes, la flèche est toujours utile (n'est-pas Alain ? ;))

 

48 minutes ago, polo0258 said:

 un astéroÏde qui dégaze , c'est une comète  ?

Il faut avouer que la frontière entre astéroïdes et comètes est devenue moins franche que ce qu'on pensait autrefois. Pas mal de Main Belt Comets ont d'ailleurs une double désignation.

 

Ici, on a un astre sur une orbite astéroïdale qui a manifesté un aspect cométaire.

 

A contrario, on découvre aussi régulièrement des astres d'aspect parfaitement stellaire, mais sur des orbites cométaires : ils reçoivent alors une désignation de type commençant par la lettre A du coup, et pas C ou P. Certains n'ont jamais été pris sur le vif avec un attribut cométaire, d'autres se révèlent quand ils passent très près, parfois bien après leur découverte.

 

Pour prendre un exemple récent :

Fin septembre, l'astre A/2010 OE101 découvert il y a 11 ans par la sonde WISE (rebaptisée NEOWISE un an après son lancement, après épuisement du liquide de refroidissement de ses détecteurs IR) a révélé une faible queue (découverte du maestro autrichien Michal Jäger le 25/09/2021) en s'approchant de la Terre qu'il a frôlée à 0.35 ua début octobre.

 

Excellent dimanche à tous.

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 8 minutes, COM423 a dit :

la flèche est toujours utile (n'est-pas Alain ? ;))

Oui . . . mais j'ai bien vu la queue xD

Bon dimanche,

AG

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
11 minutes ago, santacana said:

Joli cet astéromète. Merci pour les explications.

Excellent cette appellation :D

Merci à toi et bon dimanche.

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est vrai qu'on ne sait plus si c'est un astéroîde ou une comète, tu as raison :D

Merci pour ton passage Seb, bonne fin de week-end.

Edited by COM423
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, COM423 a dit :

Tu la mesuré sur quelle longueur en pratique

Je comprends pas trop la question :(

tu parles de la magnitude ou de la longueur de la queue ??

 

Edit : j'ai refais 6 mesures de magnitude en élargissant plus ou moins les cercles de mesures

je suis plutôt entre mag 18.8 et 19

Sinon j'ai mesuré 78" d'arc pour la longueur totale  ( noyau +  queue )  :)

Compustar

Edited by compustar
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
2 hours ago, compustar said:

Sinon j'ai mesuré 78" d'arc pour la longueur totale  ( noyau +  queue )  :)

C'était l'info que je demandais :)

Merci beaucoup pour cette donnée qui confirme qu'on a plus les 10' observés cet été.

 

Mais la mag est intéressante tout autant ;)

 

Bonnes observations.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 5 heures, compustar a dit :

Petit Up pour rajouter une image du 11 Octobre

Superbe :)

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By Jean-Claude Mario
      Peut-on voir un cours de tennis distant de un million et demi de kilomètres ? La réponse est OUIIIIII !!! 😄😄😄 Voici une série d'image du télescope spatial Webb prise hier soir alors que celui-ci avait parcouru 98% de la distance devant l'amener à sa destination finale : le point de Lagrange L2. Sa distance à la Terre était alors environ de 1 450 000 kilomètres, et pourtant le déplacement du télescope parmi les étoiles est bien visible dans un télescope amateur de bon diamètre.
      T500 Arp 83, caméra STL 11 K, poses de 60 secondes en bin 2.
      Merci à Denis Bergeron, pour son travail de centralisation des données sur ce fabuleux télescope.
       
      https://youtu.be/1ThycIL1ayw
       
      JC Mario
       
    • By COM423
      Bonsoir,
       
      Avec la disparition dans l'hémisphère Sud de la comète C/2021 A1 (Leonard), la plus belle comète du moment est sans doute 67P/Churymov-Gerasimenko qui nous fait cette année un très beau passage. On ne la présente plus depuis qu'elle a été explorée par la mission Rosetta avec acometerissage de Philae.
       
      Je vous en propose une image prise le 7 janvier au matin, dans des conditions malheureusement turbulentes mais avec un temps d'intégration conséquent. Une autre comète périodique, P/1997 B1 (Kobayashi) fait ce printemps son premier retour au périhélie depuis sa découverte il y a 25 ans. La position prévue la mettait dans le même champ que 67P, mais elle n'avait pas encore été redécouverte et je pensais qu'elle serait bien faible ou complètement ailleurs, ce qui fait que je n'ai pas regardé de près de suite.
       
      L'annonce de sa redécouverte est tombée 5j plus tard, le 12 janvier et la bonne nouvelle c'est qu'elle est bien dans le champ : elle a en fait été retrouvée au mois de novembre (magnitude 22 !) et confirmée au mois de janvier avec une magnitude de 19,5 à 20. Elle a reçu la désignation P/2021 W2, puis le numéro 440 désormais.
       
      Elle est bien sûr trop faible pour être détectable sur les poses de bases et il a donc fallu faire un compositage spécifique (calculé) rien que pour elle.
      Pour 67P, aucun souci : le compositage est beaucoup plus facile en cliquant directement sur la comète dans Siril.
       
      L'image ci-dessous est donc un assemblage de trois compositages distincts de la même série d'images :
      le compositage sur les étoiles, le compositage sur 67P, et le compositage sur 440P/2021 W2 = P/1997 B1 (Kobayashi).  

      Newton SW 200/800 avec correcteur de coma, caméra ASI 294-MCpro + IR-cut,   30 poses de 05min à  -20°C  (gain 120), Nord à peu près en Haut
      Monture AZ-EQ6 - ASIAir - poses guidées avec dithering
      Le 07 janvier 2022, de 01h50 à 04h33 UTC, temps d'intégration de 02 h 30 min
      Traitement Siril 1.0.0-rc2, Finition avec Gimp 2.10.28
      Zoom 100% (1,25"/pixel)
       
      Un troisième lascar s'est invité sur l'image, je l'ai remarqué de suite sur le compositage de 67P où curieusement il apparaît comme un point au milieu des traînées d'étoiles :

       
      Un petit tour sur le site de l'UAI a permis de le démasquer : c'est l'astéroïde 19419 (Pinkham) de magnitude prévue V=17,3
       
      Le fait qu'il apparaisse ponctuel vient juste du fait qu'il a par hasard un déplacement assez proche de celui de la comète 67P:
      67P : 0,56"/min vers PA=286,7° Astéroïde 19419 : 0,49"/min vers PA=283°  
      C'est amusant d'ailleurs, car sur le compositage de 440P/Kobayashi il apparaît aussi mais sous la forme d'une traînée (440P se déplace elle de 0,24"/min vers PA=238°).
       
      Il y a sans doute d'autres astéroïdes visibles dans l'image d'ailleurs, car l'UAI m'a sorti une liste très fournie :

       
      J'aime bien les conjonctions de comète avec les objets du ciel profond, mais les conjonctions de comètes c'est encore plus sympa je trouve
       
      Pour en revenir à l'objet le plus intéressant du champ, la comète 67P présentait une coma de près de 12' de diamètre, avec un beau halo bleutée et une queue de 1° vers PA=288° jusqu'en bordure de champ.
      Je ne l'avais pas décalée à gauche pour avoir plus de queue, car je ne savais pas si le dust trail du côté opposé serait encore visible (il l'était en décembre) ou non. On le devine peut-être en serrant les seuils mais je n'en suis pas certain.
       
      Bonne soirée et bon ciel.
    • By COM423
      Bonjour,
       
      La première comète de l'année 2021, C/2021 A1 (Leonard), était à peine de magnitude 19 lors de sa découverte mais elle  nous a offert aux chanceux de l'hémisphère Sud un bien beau spectacle un an plus tard.
       
      La première comète découverte en 2022 ne marquera sans doute pas les esprits puisqu'elle a été découverte le 02 janvier à la magnitude 18 quelques jours avant son périgée qui coïncide avec son éclat "maximal" : elle ne dépassera pas m1=17.5.
      Même si c'est avec des moyens professionnels (T60cm de l'observatoire Konkoly), son découvreur est un astronome amateur : Krisztián Sárneczky (un professeur hongrois).
      Il a remarqué la comète en inspectant à l'oeil des poses CCD de 104s.
       
      La nouvelle a été annoncée le 07 janvier par l'UAI, et j'ai eu la chance de pouvoir l'imager le soir même :

      Newton SW 200/800 avec correcteur de coma, caméra ASI 294-MCpro + IR-cut,   239 poses de 15s à  -20°C  (gain 120), Nord à peu près en Bas
      Monture AZ-EQ6 - ASIAir - poses guidées avec dithering
      Le 07 janvier 2022, de 20h30 à 21h54 UTC, temps d'intégration de 59min 45s
      Traitement Siril 1.0.0-rc2, Finition avec Gimp 2.10.28
      Zoom 100% (1,25"/pixel), Crop sur la comète
       
      Son éclat (mag 17.5 à 18) la mettait facilement à portée en numérique, mais son déplacement rapide (près de 15"/min) n'a pas facilité les choses... On ne voit d'ailleurs rien sur le compositage somme :

       
      Heureusement le compositage par moyenne avec rejet la révèle pleinement :

       
      C'est une comète intrinsèquement bien faible (magnitude absolue de 18,5) mais qui est passée très près de la Terre, à 0,31 ua.
      Je suis bien content d'avoir pu la capturer au bon moment, car elle sera déjà de magnitude 20 dès le mois de février...
       
      Bon dimanche à tous
    • By JPMasviel
      Dans le prochain Ciel et Espace (N° de février-mars 2022), il y a un article sur l'observation depuis le Sénégal de l'occultation de l'astéroïde ORUS, l'un des objectifs de la mission LUCY.
       
      Ca m'a donné l'idée de voir ce qui serait intéressant à faire depuis la France.
      Voici le site qui présente les occultations passées et futures:  http://lucy.swri.edu/occultations.html
      Pour la France en 2022 sont prévues deux occultations concernant les astéroïdes Polymele et Eurybates:
       
      La première est difficile, avec une étoile de magnitude 12,8 et une durée de seulement 0,9 s, mais c'est fin août, donc avec des chances de météo favorable.
      La seconde est plus simple, avec une étoile de magnitude 8,69 et une durée de 10 secondes, mais c'est fin octobre sur la moitié ouest de la France.
       

       
       
      Polymele Occultation 2022-08-26 (G* = 13.6)
      The interactive map below shows our current prediction for the stellar occultation by (15094) Polymele on 2022 August 26 UT. The prediction is based on a Gaia EDR3 position for the star, corrected for parallax and proper motion, and the v20211118185722 orbit estimate for Polymele, which has a 1-sigma cross-track uncertainty of 2.6 km.
      Geocentric mid-time of the event is 04:04:17 UT. Star position is RA 06:42:56.2, Dec +30:31:42 (J2000), and its magnitude is 12.80. Polymele is moving at 31 km/s with respect to the star and its diameter is estimated to be 29 km, so central chords are expected to last 0.9 seconds.
       
      Eurybates Occultation 2022-10-23 (G* = 6.9)
      The interactive map below shows our current prediction for the stellar occultation by (3548) Eurybates on 2022 October 23 UT. The prediction is based on a Gaia EDR3 position for the star, corrected for parallax and proper motion, and the v20220111165204 orbit estimate for Eurybates, which has a 1-sigma crosstrack uncertainty of 5.0 km and a 1-sigma downtrack uncertainty of 0.1 sec (these are placeholder values).
      Geocentric mid-time of the event is 02:07:24 UT. Star position is RA 06:59:12.9, Dec +29:16:24 (J2000), and its magnitude is 8.69. Eurybates is moving at 6.5 km/s with respect to the star and its diameter is estimated to be 66 km, so central chords are expected to last 10 seconds.
       
      Jean-Pierre
       
  • Upcoming Events