jackbauer 2

Chine vs Occident : la course est lancée pour le retour d'échantillons martiens

Recommended Posts

Le projet était connu depuis quelques années, mais cette fois les chinois officialisent leur mission de retour d' échantillons de la planète rouge. Lancement prévu en 2028 et retour des échantillons en 2030, soit un an avant les américains et européens.

En cas de succès, et si les délais sont tenus, l'Empire du Milieu en tirerait un immense prestige et une "grande première" dans le domaine spatial...

 

https://spacenews.com/china-is-planning-a-complex-mars-sample-return-mission/

 

La Chine planifie une mission complexe de retour d’échantillons sur Mars

 

La Chine travaille sur une mission complexe visant à collecter des échantillons de roches martiennes et à les livrer sur Terre en s’appuyant sur les succès des récentes missions lunaires et martiennes.

La mission, susceptible de s’appeler Tianwen-2, pourrait être lancée dès 2028 dans le but de renvoyer des échantillons vers 2030. Une telle mission n’a jamais été tentée auparavant.

Une présentation de Zhang Rongqiao, concepteur en chef de la mission Tianwen-1, au forum sur l’espace lointain à Shenzhen le 18 octobre, indique un changement dans le profil de la mission d’un lancement unique à l’utilisation de deux lancements dans la même fenêtre de lancement.

Des déclarations antérieures sur la mission suggéraient d’utiliser une seule future fusée super lourde Longue Marche 9. Au lieu de cela, la mission utilisera probablement les lanceurs Longue Marche 3B et Longue Marche 5.

La présentation de Zhang indique que la Longue Marche 3B lancera un atterrisseur et un véhicule d’ascension dans un véhicule attachée à un module de propulsion, l’orbiteur et la capsule de rentrée seront lancés avec la Longue Marche 5.

L’ambition de la Chine de mener à bien cette mission sans précédent a été énoncée précédemment et a été incluse dans les plans de développement de l’Administration spatiale nationale chinoise pour la période 2021-2025.

La mission aurait récemment passé un examen important et pourrait, potentiellement, livrer à la Terre les premiers échantillons de roche échantillonnés de Mars. Une telle mission aurait une valeur scientifique énorme, fournissant des informations sur la composition et la géologie de Mars et peut-être même des preuves de vie telles que des fossiles ou des biosignatures.

 

Cependant, il y a un concurrent de premier plan dans ce qui pourrait être considéré comme une course aller-retour vers Mars.

La NASA et l’ESA collaborent déjà pour mener une mission de retour d’échantillons martiens. Le rover Perseverance a atterri sur Mars en février, et en septembre a recueilli les premiers échantillons pour une éventuelle livraison ultérieure sur Terre.

Les lancements d’un rover dirigé par la NASA et d’un rover de l’Agence spatiale européenne, pour ramasser les échantillons et les envoyer en orbite autour de Mars, et d’un orbiteur dirigé par l’ESA pour le retour sur Terre, doivent être lancés au plus tôt en 2026, avec des échantillons de retour en 2031.

La mission de la Chine s’appuie sur les capacités développées et démontrées par deux missions phares. En juillet 2020, la Chine a lancé sa première mission interplanétaire indépendante qui a impliqué l’atterrissage réussi du rover Zhurong à énergie solaire sur Mars. Le rover a démontré des technologies cruciales d’entrée, de descente et d’atterrissage, notamment une coque aérodynamique, un parachute supersonique, des systèmes de capteurs et la rétropulsion nécessaires à un atterrissage en douceur sur Mars.

La mission Chang’e-5 a été lancée en novembre 2020 et un peu plus de trois semaines plus tard a livré de nouveaux échantillons lunaires sur Terre. La mission a prouvé la capacité de rechercher et de forer des échantillons, de lancer sans aide depuis la Lune et d’un rendez-vous et d’un amarrage automatisés en orbite lunaire.

Un retour d’échantillon de Mars devra combiner et même améliorer ces capacités tout en fonctionnant indépendamment à des centaines de millions de kilomètres de la Terre.

Zhang a déclaré lors d’une conférence de presse post-zhurong en mai que de grands défis technologiques nous attendait. « Nous avons besoin d’environ deux à trois ans pour nous attaquer aux technologies de base avant de mener le développement de l’ingénierie », a-t-il déclaré.

Zhang Rongqiao a déclaré lors d’une conférence de presse de la CNSA en juin que les technologies nécessaires au décollage de Mars sont plus proches de celles nécessaires pour décoller de la Terre plutôt que de la Lune, comme l’a démontré Chang’e-5.

La mission chinoise utilisera un atterrisseur pour extraire des échantillons et n’inclura pas de rover. L’utilisation d’un rover dans la mission de la NASA et de l’ESA ajoute de la complexité mais permet de collecter une plus grande gamme d’échantillons.

Manquer la fenêtre de lancement de fin 2028 signifierait un délai de 26 mois jusqu’à la prochaine opportunité de lancement. Compte tenu des défis liés à une telle mission, de tels retards sont possibles pour les missions chinoises et NASA-ESA.

 

Avant de tenter sa mission sans précédent sur la planète rouge, la Chine tentera de collecter des matériaux de l’astéroïde géocroiseur Kamoʻoalewa en utilisant deux méthodes d’échantillonnage distinctes avant de les livrer sur Terre.

Cette mission, dont le lancement est prévu pour 2024 et provisoirement nommé d’après l’amiral et explorateur de la dynastie Ming Zheng He, se dirigera ensuite vers une comète de la ceinture principale 311P / PANSTARRS après avoir déposé des échantillons sur Terre.

La mission pourrait fournir à la Chine une expertise et une expérience supplémentaires en matière d’échantillonnage et d’exploration de l’espace lointain avant l’ambitieuse tentative de retour d’échantillons sur Mars.

 

 

FDWmf-1XsAc3j3Y.jpg

 

 

1.jpg

2.jpg

3.jpg

Edited by jackbauer 2
  • Like 2
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

C’est une bonne nouvelle, un peu de compétition ne fait pas de mal, un peu de pression sur Nasa / ESA non plus.

 

La science devrait y gagner, si les échantillons sont un peu partagés.

 

Vaut mieux ça que de chercher des échantillons à Taïwan, ce qui mettrait un méchant bazar.

 

Ce qui est amusant, c’est la réaction des fanboys de Muskle : « SpaceX aura rapporté 100 kg de cailloux martiens récoltés par un équipage avant eux ! ».

 

Euh, Starship a encore deux ou trois choses à démontrer d’ici là !

 

Mais l’émulation a du bon !

  • Haha 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Finalement, ça nous fait deux courses spatiales lancées, dans un contexte rappelant les années soixante, avec deux grandes puissances, mais pas les deux mêmes.

 

1) Course pour le retour sur la Lune. Y faire arriver la première femme. 

 

2) Course pour le retour d'échantillons martiens.

 

La Chine a de quoi réaliser deux premières mondiales, ils ne vont pas se priver d'y mettre des moyens et de la détermination.

 

Et sur les deux courses, j'avoue que l'occident n'est pas totalement convaincant.

 

Pour la Lune, un calendrier pas crédible des USA (2024 !? :D), une structure de mission pas convaincante tellement elle est complexe et comporte de manœuvres nouvelles à réussir.

 

Pour Mars, une architecture NASA/ESA complexe aussi, mais qui a un grand mérite par rapport à ce qu'on sait de la mission équivalente chinoise: les échantillons seront soigneusement choisis, dans des lieux différents. La valeur scientifique sera donc bien plus grande que quelques grammes grattés au pied d'un atterrisseur, quasiment au hasard. Pas sûr que NASA/ESA soient les premiers, mais le potentiel scientifique devrait être supérieur.

 

Quant à la Chine, Chang'e 5 est une copie de l'architecture de mission Apollo, qui peut être reproduite pour une équipage vers la Lune et pour des échantillons vers Mars (je simplifie, OK, atterrir sur Mars est difficile, il faut trois freinages différents sous une gravité plus forte que la Lune).

 

Et puis il y a une grosse différence : la Chine ne sera pas gênée par des atermoiements juridiques ou des arbitrages d'un congrès ou des élections en cours de route.  Une centralisation des décisions et une hiérarchie peu négociatrice seront probablement les meilleurs garants de la tenue des délais. :/

 

Bon, la décennie sera passionnante !

 

Et puis tant qu'ils font ces courses dans l'espace, ils ne se mettent pas sur la gueule figure  en Mer de Chine !

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 08/11/2021 à 13:42, starjack a dit :

Pour Mars, une architecture NASA/ESA complexe aussi, mais qui a un grand mérite par rapport à ce qu'on sait de la mission équivalente chinoise: les échantillons seront soigneusement choisis, dans des lieux différents. La valeur scientifique sera donc bien plus grande que quelques grammes grattés au pied d'un atterrisseur, quasiment au hasard. Pas sûr que NASA/ESA soient les premiers, mais le potentiel scientifique devrait être supérieur.

 

Sinon, faut savoir qu'on dispose déjà gratis d'un joli panel de plus de 260 météorites martiennes plutôt variées et à moins de retourner, par exemple, un carottage profond dans un ancien écoulement fluvial, je n'imagine pas que l'analyse des échantillons viennent révolutionner nos connaissances martiennes de la même manière que les poussières d'astéroïdes ramenées par les sondes nipponnes n'ont pas boulversé nos vues sur l'histoire de la formation du Système Solaire comme souvent on nous le vend lors de la "promo" de certaines sondes !
Ceci dit, ça constituerait effectivement une grande prouesse technique et un aura idéologique certain pour la Chine ...

 

"As the Perseverance rover lands on Mars, there’s a lot we already know about the red planet from meteorites found on Earth"
https://theconversation.com/as-the-perseverance-rover-lands-on-mars-theres-a-lot-we-already-know-about-the-red-planet-from-meteorites-found-on-earth-155459

 

NWA7397_martian-meteorite-fragment_Sahara-desert_2012_ASF.png.94e0316570c7b191b550bdc0df5bd8ca.png

https://www.lpi.usra.edu/meteor/metbull.php?code=55749

Edited by BobMarsian
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 11/5/2021 à 00:45, starjack a dit :

C’est une bonne nouvelle, un peu de compétition ne fait pas de mal, un peu de pression sur Nasa / ESA non plus.

 

 

Bien d'accord, c'est là où on va voir si la Chine à dépassé l'Occident en terme technologique.

Après tout la Chine a fait  des progrès fulgurants ces dernières  années.

Comme ça été déjà été dit , c'est la science qui gagnera.

Mais il y a un troisième acteur dans cette compétition qu'on ne peut pas ignorer?

"il" pourrait chambouler cette course, mais qui sait?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, VNA1 a dit :

Mais il y a un troisième acteur dans cette compétition qu'on ne peut pas ignorer?

 

:o:o:o

 

Andorre ???

 

:o:o:o

 

 

 

 

  • Like 1
  • Haha 6

Share this post


Link to post
Share on other sites

Musk a pris la nationalité andorrane, pour les impôts c’est bien.

Musk sur Mars avant les autres ? C’est très peu probable, à mon humble avis. En gestion des plannings Musk n’est pas meilleur que les autres. Et il a plus d’etapes à franchir que les autres.

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

C'est surtout que "le troisième acteur" il n'en a strictement rien à braire des échantillons martiens ni de la science sur Mars ou ailleurs..

Ses projets fous de "mégapoles martiennes" en attestent, leur existence marquerait la fin de ce que Mars devrait pourtant demeurer : un sanctuaire pour la science !..

  • Like 5

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, vaufrègesI3 a dit :

Ses projets fous de "mégapoles martiennes" en attestent, leur existence marquerait la fin de ce que Mars devrait pourtant demeurer : un sanctuaire pour la science !..

 

Serait ce de  la clairvoyance?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 7 heures, vaufrègesI3 a dit :

leur existence marquerait la fin de ce que Mars devrait pourtant demeurer : un sanctuaire pour la science !..

Ah ça va être joli Mars avec des tonnes d'emballages McDo qui jonchent le sol :)

Bon dimanche,

AG

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 14 heures, VNA1 a dit :

Après tout la Chine a fait  des progrès fulgurants ces dernières  années.

Comme ça été déjà été dit , c'est la science qui gagnera.

 

La science activée par le moteur du nationalisme et comme vitrine de la supériorité idéologique d'une nation... je ne suis pas certain que cela soit une bonne chose !

 

Car pour la Chine, il s'agit bien de cela, montrer que ses succès prouvent que le monde entier devrait opter pour sa manière de fonctionner !

Il en était de même de l'union soviétique pendant la guerre froide, mais sans être naïf, c'est aussi l'objectif des USA.

 

Au final, je pense plutôt que la science en ressort perdante moralement. Il n'y a pas de science chinoise, ou américaine ou européenne. La communauté scientifique est une diaspora, diaspora exploitée par les idéologies politiques qui lui donnent les moyens d'agir ou l'en privent en fonction de l'air du temps et des nécessités de la propagande.

 

Cessons d'être naïf, nous sommes en pleine guerre froide avec la Chine et la course pour la domination scientifique et technologique est un instrument de cette guerre.

Edited by George Black
  • Like 7

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 32 minutes, George Black a dit :

Cessons d'être naïf, nous sommes en pleine guerre froide avec la Chine

 

Sans la Chine, il est probable que le programme humain spatial US, mollement initié par JB Junior, mollement continué par Obama, déliré par Trompe qui n'en avait rien à braire et désormais sous la houlette de J Biden qui s'en fout comme d'une guigne, aurait continué sur son train de sénateur.

La relative accélération actuelle, qui va peut-être effectivement voir une gonzesse sur la Lune vers 2027/2028, est clairement chinoise.

   

 

On pourrait dire que la Chine se lève à l'appel des Américains.

 

Ah mince ! elle marche pas...  j'ai du me gourred quelque part... :( 

 

 

  • Like 1
  • Haha 8

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

il y a 7 minutes, Superfulgur a dit :

Ah mince ! elle marche pas...  j'ai du me gourred quelque part... :( 

 

Ouaih.. la chine là.. c'est pas évident, faudrait demander à Théodule qui a été en Corée.

  • Haha 9

Share this post


Link to post
Share on other sites

et quand le sage montre la lune tu te reveille avec les doigts qui puent..... hein c'est ça???

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, Superfulgur a dit :

 

On pourrait dire que la Chine se lève à l'appel des Américains.

 

celle là je l'ai retournée dans tout les sens.... :( t'es VRAIMENT NUL!!!!

quand il s'agit de se redresser.... devant les nippon OK

d'y aller a pieds OK...... mais là....

Edited by BERTRAND76
  • Haha 6

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 5 heures, BERTRAND76 a dit :

celle là je l'ai retournée dans tout les sens.... :( t'es VRAIMENT NUL!!!!

 

T'es sévère là..

Il paraît qu'il ne s’est jamais conduit en ballot en seize ans !!!...

  • Like 1
  • Haha 5

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 5 heures, BERTRAND76 a dit :

celle là je l'ai retournée dans tout les sens....

 

En disant cela sous entendrais-tu que le poids de la chine s'est focalisé sur la nue de Sélène ?

  • Like 1
  • Haha 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 9 heures, Superfulgur a dit :

Le programme humain spatial US, mollement initié par JB Junior, mollement continué par Obama, déliré par Trompe qui n'en avait rien à braire et désormais sous la houlette de J Biden qui s'en fout comme d'une guigne,

:

 

NASA employe  pas mal de gens dans pas mal d'états, les budgets sont plus ou moins fixés.

De plus et surtout le gouvernement fédéral commence une campagne d'infusion massive d'argent dans tous les domaines. Certainement NASA aura sa part.

 

Le gouvernement devient de plus en plus inquiet de la croissance Chinoise internationale. L'une des raisons d'annulation de la commandes de ces "infameux" sous marins traditionnels. 

 

Les intentions chinoises envers Taiwan et les Russes envers l'Ukraine pourraient dérailler les progrès scientifiques.  :-(

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now