Diziet Sma

Didymos et Dimorphos ( Mission Dart )

Recommended Posts

il y a 7 minutes, Kaptain a dit :

Effectivement il y a quelques débris...:/

cette image m'épate vraiment, que l'on puisse avoir un effet aussi notable c'est dingue. 

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

 

iKZz7WSA.png

 

(Photo déjà postée par Symaski62 page précédente) 

 

 

Edited by jackbauer 2
  • Like 4

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il semblerait que l'astéroïde Dimorphos soit devenu actif, il a maintenant une queue...comme les comètes !

 

 Effectivement, Alain Maury a aussi fait une image depuis le Chili avec un télescope de 45 cm et presque 2H de poses. On voit une queue de 6 minutes d'arc:

image001.png.60a391f631f1cd113d1b7f859d0cff5e.png

 

Edited by JPMasviel
  • Like 3
  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

... "actif" pendant les quelques secondes de l'impact... La/les queues formés sont a priori juste les débris éjectés par l'impact et la queue "principale" n'est elle pas orienté quelque part dans la direction attendue des effets de gravité solaire + pression de rayonnement attendus?

J'attends de voir si on peut vraiment parler d'activité soutenue...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Cela pourrait-il confirmer que ces astéroïdes ne sont que des cailloux et de la poussière vaguement agglomérés, d'une cohésion fragile due à la faible gravité ? 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 5 heures, Kaptain a dit :

Du site d'Hawaï cité plus haut :

 

9D9AE38F-774B-42BE-BF7D-4815EC4F31B5.gif.9097e7ac58bbf3c97e85819973aa48ed.gif

 

Effectivement il y a quelques débris...:/

 

Petite précision, il s'agit en fait d'un télescope en Afrique du Sud (qui fait parti du réseau ATLAS, base à Hawaï).

 

J'ai pris des images cette (pas bon pour mon sommeil) et on voit la queue ! Je vous poste ça plus tard....

 

jf

  • Like 4
  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

(traduction automatique)

 

https://esawebb.org/news/weic2215/

 

Webb et Hubble capturent des vues détaillées de l’impact DART


Pour la première fois, Webb et Hubble font des observations simultanées de la même cible


Le 27 septembre 2022 à 01:14 CEST, DART s’est intentionnellement écrasé sur Dimorphos, la lune d’astéroïdes dans le système de double astéroïde de Didymos. C’était le premier test au monde de la technique de l’impact cinétique utilisant un vaisseau spatial pour dévier un astéroïde en modifiant l’orbite de l’objet. DART est un test pour défendre la Terre contre les dangers potentiels d’astéroïdes ou de comètes.

Les observations sont plus qu’une simple étape opérationnelle pour chaque télescope – il y a aussi des questions scientifiques clés relatives à la composition et à l’histoire de notre système solaire que les chercheurs peuvent explorer en combinant les capacités de ces observatoires.

Les observations conjointes de Webb et de Hubble permettront aux scientifiques d’acquérir des connaissances sur la nature de la surface de Dimorphos, la quantité de matériau éjectée par la collision et la vitesse à laquelle elle a été éjectée. De plus, l’observation de l’impact sur un large éventail de longueurs d’onde entre Webb et Hubble révélera la distribution de la taille des particules dans le nuage de poussière en expansion, aidant à déterminer s’il a jeté beaucoup de gros morceaux ou principalement de poussière fine. La combinaison de ces informations aidera les scientifiques à comprendre l’efficacité avec laquelle un impact cinétique peut modifier l’orbite d’un astéroïde.

 

Webb capture le site d’impact avant et après la collision
Webb a effectué une observation de l’emplacement de l’impact avant la collision, puis plusieurs observations au cours des heures suivantes. Les images de la caméra proche infrarouge (NIRCam) de Webb montrent un noyau serré et compact, avec des panaches de matériau apparaissant comme des mèches s’éloignant du centre de l’endroit où l’impact a eu lieu.

L’observation de l’impact avec Webb a présenté aux équipes d’opérations de vol, de planification et de science des défis tout à fait uniques. En raison de la vitesse de déplacement de l’astéroïde dans le ciel, les équipes ont travaillé dans les semaines précédant l’impact pour permettre et tester une méthode de suivi des astéroïdes se déplaçant plus de 3 fois plus rapidement que la limite de vitesse initiale fixée pour Webb.

Les scientifiques prévoient également d’observer l’astéroïde dans les mois à venir en utilisant l’instrument dans le moyen infrarouge (MIRI) de Webb et le spectrographe proche infrarouge de Webb (NIRSpec). Les données spectroscopiques fourniront aux chercheurs un aperçu de la composition chimique de l’astéroïde.

Webb a observé l’impact sur cinq heures au total et a capturé 10 images. Les données ont été recueillies dans le cadre du programme d’observation du temps garanti 1245 de Webb dirigé par Heidi Hammel de l’Association des universités pour la recherche en astronomie (AURA).

 

Les images de Hubble montrent le mouvement des éjectas après l’impact
Hubble a également réussi à capturer des observations de la lune avant l’impact, puis à nouveau 15 minutes après que DART ait rencontré la surface de Dimorphos. Les images de la caméra à grand champ 3 de Hubble montrent l’impact en lumière visible. Les éjectas de l’impact apparaissent sous forme de rayons s’étendant du corps de l’astéroïde. Le pic d’éjecta plus audacieux et ventilé à gauche de l’astéroïde est l’endroit où DART a frappé.

Certains des rayons semblent être légèrement incurvés, mais les astronomes doivent examiner de plus près ce que cela pourrait signifier. Dans les images de Hubble, les astronomes estiment que la luminosité de Didymos a augmenté de 3 fois après l’impact, et sont également particulièrement intrigués par la façon dont cette luminosité est ensuite restée stable, même huit heures après l’impact.
Hubble surveillera Dimorphos dix fois de plus au cours des trois prochaines semaines. Ces observations régulières et relativement à long terme à mesure que le nuage d’éjectas se dilate et s’estompe au fil du temps brosseront un tableau plus complet de l’expansion du nuage de l’éjection à sa disparition.

Hubble a capturé 45 images dans le temps qui a immédiatement précédé et suivi l’impact de DART avec Dimorphos. Les données de Hubble ont été collectées dans le cadre du programme d’observateurs généraux du cycle 29 16674.

 

 

webb hubble.jpg

Edited by jackbauer 2
  • Like 3
  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'évènement suivi par l'observatoires des Makes à la Réunion (que je connais, ainsi que son directeur )

 

 

  • Like 4

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 7 heures, jldauvergne a dit :

que l'on puisse avoir un effet aussi notable c'est dingue. 

oui!!

Après les image donnent une impression d'agregats de petites roches plus que d'un seul morceau comme on voit souvent

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Quelqu'un a-t-il fait une courbe de lumière (magnitude en fonction du temps) de l'ensemble didymos+dimorphos+nuage de poussières?

A priori Dimorphos devait être autour de 18 avant impact (14.7 pour Didymos - JPL), mais après...?

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est tout l'imaginaire collectif sur les petits astéroïdes qui part en c...., où on les imaginait plutôt des cailloux monolithiques que des tas de gravier. Ca va être bon pour le bâtiment ça, plus besoin de concasser, tout est prêt à l'emploi, il n'y a plus qu'à trier des petits, des moyens et des gros graviers! xD 

 

Si ça se trouve Tunguska, c'était un  tas de gravier qui est tombé, et qui expliquerait peut être en partie qu'on ne trouve pas de cratère. 

 

A près bien sûr, les petits astéroïdes monolithiques de taille hectométrique et kilométrique doivent exister et en grand nombre certainement. Je pense qu'il faudra regarder les densités mesurées pour tous les géocroiseurs afin de déterminer et quoi faire pour la déviation de ceux qui seraient menaçant. 

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Sur l'image du télescope James Webb, il n'est pas évident de distinguer les jets de matière des aigrettes. À 8h c'est un jet avec certitude, et je dirais à 3h aussi, car si c'était une aigrette il y en aurait une à l'opposé. Mais le reste, ce sont des aigrettes, n'est-ce pas ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, biver a dit :

Quelqu'un a-t-il fait une courbe de lumière (magnitude en fonction du temps) de l'ensemble didymos+dimorphos+nuage de poussières?

A priori Dimorphos devait être autour de 18 avant impact (14.7 pour Didymos - JPL), mais après...?

 

ça nous vient du froid :

 

 

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Adamckiewicz a dit :

ce type d'astéroïde doit se disloquer plus facilement ?

Bennu est apparenté aux chondrites de type CI, parmi les plus rares (composition proche de la photosphère du Soleil, excepté l'hydrogène et l'hélium).

Si on liste toutes ces météorites dans nos collections, ça pèse pas bien lourd (mention spéciales au français qui enregistrent un excellent taux de récupération avec Alais et la fameuse Orgueil, visez la colonne "mass" pour voir le peu de matériaux récupéré pour cette classe, on imagine mieux pourquoi quand on voit la surface de Bennu.

 

CI.JPG.b91bfb811bdc37e52d4f40a4d66e32a9.JPG

  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 59 minutes, BERNARD GAUTIER a dit :

C'est tout l'imaginaire collectif sur les petits astéroïdes qui part en c...., où on les imaginait plutôt des cailloux monolithiques que des tas de gravier. Ca va être bon pour le bâtiment ça, plus besoin de concasser, tout est prêt à l'emploi, il n'y a plus qu'à trier des petits, des moyens et des gros graviers! xD 

 

Bernard :  Salarié chez Lafarge ? Unibéton ? Cemex ? ...

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour, c'est dommage qu'il n'y avait pas une seconde sonde pour prendre une video de l'impacte.

 

 

 

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Une image prise le 29 septembre depuis la France, avec un simple T20 cm :

image.png.712af870c31709688a3ec0f953fcd52a.png

plus de détails ici:

 

  • Like 7
  • Love 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Plus de 3 jours après l'impact c'est toujours actif :

 

 

Pendant ce temps LICIAcube nous a pris en photo depuis 13 millions de km :

 

 

Edited by jackbauer 2
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ah, du coup je reste sur ma faim. Je croyais que le petit LiciaCube avait pris plein de photos après l'impact et qu'on devait juste attendre un peu pour nous les présenter, apparemment il en a prise une au moment de l'impact où on ne voit rien et une autre cinq jours après mais il est trop éloigné (*). J'espère que j'ai raté quelque chose. J'ai envie de savoir si le petit astéroïde existe toujours...

 

-----

(*) Ah mais non, ce n'est pas Didymos et son compagnon, c'est la Terre et la Lune ! Les Italiens ont construit une petite sonde pour prendre une (une, pas deux ni trois mais 1 !) photo de l'impact épicétou (parce ce que photographier la Terre et la Lune à cette distance n'a strictement aucun intérêt). Qu'il retourne à nouveau sa caméra pour vérifier si le petit astéroïde existe toujours, c'est la moindre des choses ! Là c'est comme un automobiliste qui viendrait d'assister à un crash entre deux camions sur l'autoroute et qui regarderait exprès ailleurs : j'ai rien vu, j'ai rien entendu, j'ai rien vu, j'ai rien entendu, tiens je vais photographier le convoi exceptionnel qui passe sur l'autre voie.

Edited by Bruno-

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 54 minutes, Bruno- a dit :

'ai envie de savoir si le petit astéroïde existe toujours...

 Oui il est encore intègre mais il semble avoir une activité cométaire, comme les télescopes au sol l'indiquent (voir plus haut)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 6 heures, Bruno- a dit :

une autre cinq jours après mais il est trop éloigné

 

Il y a 5 heures, jackbauer 2 a dit :

Oui il est encore intègre

Est-ce qu'on a une image/echo radar (?) qui montre encore Dimorphos séparé de Didymos et en grande partie intègre?

Parce que la plupart des images à distance montrent que 60% du flux lumineux vient de quelque chose qui est 40x plus étendu que Dimorphos (les 40% c'est la magnitude de Didymos)...?

Edited by biver
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 29/09/2022 à 23:23, VNA1 a dit :

Bonjour, c'est dommage qu'il n'y avait pas une seconde sonde pour prendre une video de l'impacte.

 

Hé ben si !

Par un heureux hasard, il se trouve que la sonde italienne LiciaCube ( Light Italian Cubesat for Imaging of Astéorids ) qui passait par la, a réussi à shooter l'événement.:D

 

https://cosmosmagazine.com/space/liciacube-first-dart-images/

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By Matthieu Conjat
      Bonjour à tous,
      je me suis amusé à suivre pendant ~4 heures un astéroïde hier soir (2176 Donar), car il passait près de M96. Sa période n'était pas connue, pour autant que je sache, alors j'ai tenté le coup.
      Finalement, en 1 heure, il avait gagné 1 magnitude, comme on peut le voir sur la courbe de lumière. Ca se voit même très bien sur l'image finale (il est à droite du champ). Il doit être très allongé pour gagner un facteur 2.5 en éclat au cours de sa rotation.
      Je vais continuer à le suivre ce soir, pour bien confirmer sa période de ~4.7 heures.
      (92 images de 120" de pose, T400 f/5, QSI 583ws sans filtre)

       
      Un zoom:

       
      Un petit gif animé de 2h30, pour lequel j'ai recalé chaque image de l’astéroïde pour qu'il reste fixe:

       
       
      Et la courbe de lumière:

       
      Il y a un 2è astéroïde au dessus de M96 (42693 1998 KQ38), mais il ne varie pas autant.
      Ce soir je fais la même image au-dessus de M95.
       
      Matthieu
    • By COM423
      Bonsoir,
       
      Lors de la lunaison du mois de novembre, j'ai pu retourner sur le champ de l'astéroïde 65803 (Didymos) dont le compagnon a été choisi comme cible de la sonde Dart le 26 septembre dernier et les restes de cette collision sont toujours parfaitement visibles !
      C'est dans la nuit du 26 au 27 novembre que j'ai pu l'imager et la comète 107P/Wilson-Harrington se trouvait alors toute proche de Disymos, ce qui a donc permis de capturer deux astres pour le prix d'un
       
      Bon en guise de "guest-star", c'est le second mot qui est le plus important, car il se trouve que cette comète est quasiment toujours d'aspect stellaire (une faible queue fut détectée uniquement en 1949, sans aucune chevelure) et en plus elle est faible (mag 18) sauf les années où elle frôle la Terre à 0,1 ua (ce fut le cas en 1979, prochaine fois en 2039...). Rien de transcendant donc, l'objet le plus intéressant reste l'astéroïde Didymos, qui du coup prend une allure de comète : les rôles sont inversés
       
      Pour bien repérer les deux protagonieste, l'animation reste le meilleur outil. Je l'ai proposée, sous forme de jeu, sur un post d'hier soir que vous pouvez aller voir ici :
       
      Je vous propose ici de voir, cette fois, le résultat du compositage de l'ensemble des poses :
       
      1°) Astéroïde 65803 (Didymos)
           --------------------------------------------
      La traînée résultant de l'impact est vraiment bien visible, sur une longueur de 5.7' (vers PA=282°) :

      et il semblerait qu'elle ne soit pas uniforme, on devine des parties plus brillantes (fragments ?) :

       
      Didymos reste plus brillant qu'avant l'impact, avec une magnitude mesurée V=16.4.
      Je ne l'ai pas suivi suffisamment longtemps pour tenter de voir une variation d'éclat cette fois...
       
      2°) Comète 107P/Wilson-Harrington
           ------------------------------------------------------
      Elle est passée au périhélie le 24 août dernier. Aspect complètement stellaire : m2= 17.7
      107P est le seul objet ponctuel dans l'image
      Les étoiles sont filées E/W puisque le compositage est calculé sur le déplacement de la comète.
      La traînée verticale, toute proche, est celle laissée par Dydimos
       
      Et pour finir, voici le montage réalisé afin de figer l'astéroïde Didymos et la comète 107P avec le fond stellaire :
       
      Pour voir l'image à l'échelle de 100%, clic droit puis Ouvrir dans un Nouvel Onglet ou une Nouvelle Fenêtre

      Newton SW 200/800 avec correcteur de coma, caméra ASI 294-MCpro + IR-cut,  Nord à peu près en Bas
      Monture AZ-EQ6 - ASIAir - guidées avec dithering pour une pose sur deux
      Le 27 novembre 2022 entre 01h26 et 02h50 utc
      36 poses de 2min à -20°C et Gain 120, Temps d'intégration de 01 h 12 min
      Traitement Siril 1.0.6, Finition avec Gimp 2.10.28
      Échantillonnage ramené  à 2"/pixel
       
      A regarder à pleine échelle bien sûr, même s'il y a peu de belles galaxies dans cet environnement.
       
      Bon week-end à tous.
    • By COM423
      Bonsoir,
       
      Comme il ne fait pas très beau en ce moment, je vous propose un petit jeu :
       
      En imageant l'astéroïde 65803 (Didymos), celui heurté par la sonde Dart, dans la nuit du 26 au 27 novembre, j'ai capturé au passage la petite comète 107P/Wilson-Harrington puisqu'elle était dans le même champ !
      Normalement :
      une comète c'est un objet diffus, un astéroïde c'est un objet ponctuel et d'aspect stellaire  
      Alors saurez-vous les trouver dans l'animation de la séquence ?
       

      36 poses de 02 minutes le 27/11/2022 de 01h26m51s à 02h48m46s utc
       
      Oui, je sais c'est pas cool, il n'y a même pas de flèche et, en plus, bien sûr il y a un piège
       
      C'est à ce stade juste un teaser, je dois encore faire les mesures photométriques et bien sûr le montage figeant à la fois les étoiles, la comète et l'astéroïde...
      Il y aura donc bien sûr une suite plus complète.
       
      Bon week-end.
    • By COM423
      Bonsoir,
       
      Je vous ai proposé hier soir un petit fil sur l'observation d'un duo cométaire :
      mais ne vous avais pas tout dit...
       
      Le compositage calculé pour révéler la petite C/2022 S4 (Lemmon) a, par le plus pur des hasards, révélé au passage 4 astéroïdes de plus
       
      Pour tout dire, il y en a même un qui a un mouvement si proche de celui de la comète, que quand j'ai fait les mesures photométriques quelques jours après le compositage lui-même, je me suis trompé de cible et c'est lui que j'avais d'abord mesuré
       
      Cette mésaventure illustre bien, je trouve, toute la puissance du compositage pour révéler les astres faibles : un exercice plus délicat pour les cibles en mouvement puisque le compositage doit être spécifique au déplacement de l'astre imagé.
       
      Deux astéroïdes seulement avaient laissé une traînée visible sur le compositage stellaire du champ :

       
      Alors que l'on détecte cette fois la traînée laissée par 6 astéroïdes sur le compositage calculé sur le déplacement théorique de C/2022 S4 (Lemmon) :

       
      Il faut dire qu'il y a du monde qui se baladait dans ce champ :

       
      Je ne me suis pas amusé à faire un compositage calculé pour chacun (faut pas exagérer ), mais il est intéressant de voir qu'il y en a de bien faibles qui, du fait de leur mouvement apparent assez proche de celui de la comète, sont mis en évidence :


       
      Amusant de révéler des astéroïdes en calculant le compositage sur le mouvement d'une comète !
      Ça rappelle la technique de recherche par "tracking synthétique" merveilleusement exploitée notamment par Alain MAURY et Georges ATTARD  (Cf les posts passés intitulés "deux français à l'honneur").
       
      Cette illustration de la technique, purement fortuite ici, m'a amusé et j'ai eu envie, du coup, de la partager avec vous
       
      Bone soirée.
    • By COM423
      Bonsoir,
       
      Il y a quelque temps que l'occasion de capturer deux comètes dans le même champ ne s'était plus présentée. Je suis donc content de vous proposer un nouveau duo imagé durant la lunaison de novembre entre :
      P/2022 L3 (ATLAS) dont je vous ai déjà parlé plusieurs fois(1), et la très discrète C/2022 S4 (Lemmon), découverte le 19 septembre dernier.  
      Deux astéroïdes se sont également tapés l'incruste, en laissant une petite traînée sur le compositage stellaire :
       
      ( Clic droit puis Ouvrir dans un Nouvel Onglet/Nouvelle Fenêtre pour voir l'image à 100% )

      Newton SW 200/800 avec correcteur de coma, caméra ASI 294-MCpro + IR-cut,  Nord à peu près en Bas
      Monture AZ-EQ6 - ASIAir - poses guidées avec dithering
      Nuit du 19 au 20 novembre 2022 entre 19h00 et 21h25 utc
      62 poses de 02min à -20°C et Gain 120, Temps d'intégration de 02 h 04 min
       
      Traitement Siril 1.0.6, Finition avec Gimp 2.10.28
      Échantillonnage ramené à 2"/pixel
       
       
      P/2022 L3 (ATLAS)
      ================
      Elle est passée au périhélie le 29 cotobre, et elle commence déjà à faiblir un peu :
      magnitude nucléaire : m2 = 16.4 (rayon d'ouverture de 6") magnitude totale, m1 = 14.7 (rayon d'ouverture de 2.1')  
      Côté mensurations, l'image révèle :
      une chevelure encore étendue de 1.6' de diamètre et une  queue de poussières qui a bien diminué en 3 semaines : 7.3' de longueur vers PA=214°
       
       
      C/2022 S4 (Lemmon)
      ================
      C'est donc une toute nouvelle comète, découverte deux mois plus tôt (à la magnitude 20.6). C'est encore un astre faible :
      magnitude nucléaire : m2 = 19.4 (rayon d'ouverture de 6") magnitude totale, m1 = 19.2 (rayon d'ouverture de 38")  
      Côté mensurations, l'image révèle :
      une chevelure diffuse de 12" de diamètre seulement et une  possible queue de 25" de longueur vers PA=31°, si faible que je n'en suis pas sûr...  
      La voici en gros plan, zoomée 2x, donc à 0.63"/pixel :

      Elle ne passera au périhélie que le 17 juillet 2024, où elle devrait alors monter vers m1=14.5.
       
      Bon dimanche.
       
      *** Edit 04/12/2022 - 13h11 loc *** : changement de l'image avec le bon libellé pour C/2022S4, merci @ALAING de me l'avoir signalé
       
      (1) : dernier post ici
       
  • Upcoming Events