PierreJL

Univers observable/ univers tel qu'il est.

Recommended Posts

Il  a fallut  que nous terriens arrivons  sur notre  belle planéte  pour se poser toute ces questions  !   avant nous c'était le néant intélèctuel  mais il y avait de la vie qui a évolué peu a peu  , apres nous il y aura toujours de la vie  et on n'en saura rien  de notre univers  si grandiose  que seul DIEU  a la réponse    ???????????????????? 

 mica

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

Posted (edited)

Bonsoir à tous.

 

Les réponses passionnantes des intervenants m'ont donné envie de lire ce qui touchent à la taille de l'univers, celui qui est visible et l'autre univers que l'on ne pourra jamais voir. 

A ce sujet j'ai trouvé cette vidéo de vulgarisation qui m'a semblé intéressante. Elle n'a pas le niveau de certains d'entre vous mais j'ai passé un bon moment à la regarder. 

Je la mets à tout hasard : 

 

 

Je vous souhaite à tous une excellente année 2022 !

Et encore merci pour vos interventions... :) 

 

Pierre-Jean

 

 

 

 

Edited by PierreJL
  • Like 4
  • Thanks 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonne vidéo, bien faite! Merci PierreJL

Si tu ne connais pas tu as aussi les videos de David Louapre, science étonnante, qui sont très sympa.

  • Like 1
  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 14 heures, PierreJL a dit :

A ce sujet j'ai trouvé cette vidéo de vulgarisation qui m'a semblé intéressante. Elle n'a pas le niveau de certains d'entre vous mais j'ai passé un bon moment à la regarder.

 

Intéressante. Je pense que certaines des idées vont ressortir quand j'essaierai de m'endormir ce soir, et alors là, insomnie garantie.

Ce n'est toutefois pas le genre de vidéo à regarder un lendemain de réveillon.

  • Like 1
  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Une mise en perspective qui, je crois, peut toucher pas mal d'entre nous ici..

 

Philosophe et historien des sciences, Jean Seidengart livre son ressenti lors de ses propres nuits d'observation comme astronome amateur :

 

"En tant qu’amateur, je suis à la fois passionné et averti de ce que je vois. Et plus on est informé, plus on "voit" l’ordre, ou plutôt l’emboîtement de tous les ordres, dans le ciel. Je vois donc le poids de tout ce qu’il a fallu pour comprendre une part de ce que j’admire précisément, et qu’on en arrive à l’Homme !

Et là, je me sens comme écrasé par ce poids, non par les connaissances scientifiques mais par l’immensité de ce que je vois avec les yeux et l’esprit et par l’indice de la grandeur de l’esprit humain qui a réussi à prendre la mesure de sa petitesse."

Edited by vaufrègesI3
  • Like 6
  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Le 30/12/2021 à 00:53, Mercure a dit :

Je me permets: Sur quel modèle d'inflation les avis convergent-ils le plus, aujourd'hui, au sein de la communauté des cosmologues?

Tout en étant extrêmement prudent il va sans dire.

Pour répondre à cette question, il faut déjà par voir ce que l'on a en stock en terme de modèle d'inflation. D'après le monumental "Encyclopaedia Inflationnaris", il y a au moins 74 modèles "simples" d'inflation sur le marché, c'est-à-dire des modèles d'inflation à un champ (le minimum syndical pour que le truc se mette en marche), cf. https://arxiv.org/abs/1303.3787. Ensuite se pose la question de comment comparer ces modèles. Elle n'est pas triviale. Peut-on par exemple dire que "au départ" (= avant confrontation avec les données) les modèles sont tous équiprobables ? Alors même que certains sont motivés par le seul fait que les calculs sont juste plus simples ? Donc il fait faire assez attention sur le traitement statistique de tout cela, mais on pense connaître la bonne approche. Ce qui nous amène à ce second papier, des mêmes auteurs (plus un autre) : https://arxiv.org/abs/1312.3529. De tous les modèles testés peu survivent à la confrontation des données, et chose intéressantes, il sont assez proches les uns des autres, non pas par leur motivation sous-jacente, mais par la forme de leur potentiel (schématiquement, l'inflation, c'est comme une bille qui roule sur une pente qui a un certain profil, et les fluctuations de densité en fonction de leur taille  sont déterminés par la façon dont la bille roule et donc le profil de la pente).

 

Donc on peut considérer qu'on connaît raisonnablement bien le profil du potentiel... s'il n'y a qu'un champ. Mais est-ce vraiment le cas ? On n'en sait rien, mais les données en étant n'ont pas besoin d'un modèle plus compliqué au sens où un tel modèle va nécessiter un nombre plus important de paramètres (la bille ne va pas rouler le long d'une ligne mais sur une surface, par exemple, qui dépend de plus de paramètres) qui améliorer notablement l'accord avec des données. Donc d'après le rasoir d'Ockham (qui a un sens statistique précis ici, bien sûr), la simplicité reste de mise, et il faudra beaucoup plus de données sans doute pour éventuellement évoluer sur cette question.

Edited by dg2
  • Like 1
  • Thanks 5

Share this post


Link to post
Share on other sites

Mille mercis DG2!

Si je comprends bien, à ce stade, les observations ligo-virgo n'ont pas, sur ce sujet précis, amené encore de nouveaux éléments permettant de contraindre les scénarios?

Est-ce que ce sera le cas à partir de 2023 avec les améliorations prochaines de ce même ligo-virgo?

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Mercure a dit :

Si je comprends bien, à ce stade, les observations ligo-virgo n'ont pas, sur ce sujet précis, amené encore de nouveaux éléments permettant de contraindre les scénarios?

Est-ce que ce sera le cas à partir de 2023 avec les améliorations prochaines de ce même ligo-virgo?

 

Les données sont obtenues à partir de la mesure des fluctuations du fond diffus cosmologique (Planck pour les grandes échelles spatiales et des manips au sol pour les échelles plus petites) et, dans une moindre mesures, de la distribution spatiale de galaxies. Je ne pense pas que LIGO et Virgo aient un rôle à jouer ici.

 

Le Graal n°1 serait ici de détecter indirectement des ondes gravitationnelles primordiales via la polarisation du fond diffus cosmologique (= ce qu'à essayé de faire BICEP2) car avoir la valeur de leur amplitude est largement plus contraignant que des limites supérieures. Mais beaucoup des scénarios privilégiés pour l'instant prédisent une amplitude très faible d'ondes gravitationnelles donc des possibilités de détection très incertaines (et possiblement très lointaines).

 

Le Graal n°2 serait de mesurer la variation exacte de l'amplitude de ces ondes gravitationnelles en fonction de la longueur d'onde. C'est encore plus spéculatif car, justement, la variation d'amplitude est très faible, et ce d'autant plus que l'amplitude globale l'est (il y a une relation entre les deux, dont la vérification serait l'experimentum crucis ultime de l'inflation). Qui ne tente rien n'a rien, mais ne vous attendez pas à ce que ça arrive bientôt.

  • Like 1
  • Thanks 4

Share this post


Link to post
Share on other sites

"Moi qui passe et qui meurt,

je vous contemple, étoiles.

La Terre n'étreint plus l’enfant qu'elle a porté.

Debout, tout près des dieux, dans la nuit aux cent voiles,

je m'associe, infime, à cette immensité.

Je goûte, en vous voyant, ma part d'éternité !"

Claude Ptolémée

  • Like 3
  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 49 minutes, dg2 a dit :

Le Graal n°1 serait ici de détecter indirectement des ondes gravitationnelles primordiales via la polarisation du fond diffus cosmologique (= ce qu'à essayé de faire BICEP2) car avoir la valeur de leur amplitude est largement plus contraignant que des limites supérieures. Mais beaucoup des scénarios privilégiés pour l'instant prédisent une amplitude très faible d'ondes gravitationnelles donc des possibilités de détection très incertaines (et possiblement très lointaines).

 

Pour ça il faut attendre la mission LiteBIRD (2027 au plus tôt) :

http://www.astrosurf.com/topic/135080-litebird-à-la-recherche-de-linflation/

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 20/12/2021 à 21:23, PierreJL a dit :

Le terme évoqué est souvent celui d'univers observable ou observé. 

A votre avis cet univers est-il "conséquent" par rapport à l'univers dans sa globalité ?

L'ensemble des posts ci-dessus est passionnant :). Voyons...

Observable ou observé:

Cela signifie pour moi que nous avons une 'information' disponible pour un traitement et une interprétation.  Pour le moment ces informations sont de nature 

- électromagnétique, véhiculées par des photons. 

- particulaires (électrons, protons, neutrinos et autres particules/anti-particules) 

- de champ (ondes gravitationnelles... je ne sais pas comment nommer cette information, trop balaise pour moi).
A ma connaissance les principales informations dont nous disposons à ce jour sont électromagnétiques, et pour les deux autres il y a encore pas mal de taf...

L' observable / observé est de plus à manipuler avec des pincettes, car sa nature est modifiée par l'univers lui-même ...  Je veux dire plus c'est 'loin' plus l'information a été distordue par le changement de l'univers (expansion). Plus c'est 'loin' plus les caractéristiques du milieu émetteur (l'univers lui-même) sont différentes (vitesse de l'expansion, densité, énergie, ...).  A priori l'information électromagnétique disponible n'existe qu'au 'moment' ou les photons ont pu se balader. 'Avant' ce 'moment', pour le moment on n'a pas d'infos.

Pour ce qui concerne les variations des caractéristiques du milieu, l'univers, il y a un chouette cours ici:

https://media4.obspm.fr/public/ressources_lu/pages_relat-gene/impression.html

 

A votre avis cet univers est-il "conséquent" par rapport à l'univers dans sa globalité ?

Ben justement comme on ne peut de facto par voir au delà de l’observable / observé, je ne vois pas qui pourrait répondre ... Les réponses sur la courbure de l'espace-temps, ci-dessus et ailleurs sont valables dans leur variété, les supputations sur les multi-vers, ne sont a mon avis pas prêtes d’être vérifiées... 

Ma réponse serait donc: entre 0% et infini%

:D        

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 5 heures, Kaptain a dit :

"Moi qui passe et qui meurt,

je vous contemple, étoiles.

La Terre n'étreint plus l’enfant qu'elle a porté.

Debout, tout près des dieux, dans la nuit aux cent voiles,

je m'associe, infime, à cette immensité.

Je goûte, en vous voyant, ma part d'éternité !"

Claude Ptolémée

 

 

Ah ben voilà, merci Kaptain, au fond de moi c'est pour ça que je fais de l'astro, et Ptolémée le dit bien mieux que moi !:)

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, Cay2 a dit :

'Avant' ce 'moment', pour le moment on n'a pas d'infos.

On a quand-même un truc, ce sont... les atomes, c'est-à-dire les produits de la nucléosynthèse primordiale ! (Et un jour peut-être les neutrinos et des ondes gravitationnelles primordiales.)

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les atomes et donc leurs composants particulaires, ainsi que (me semble-t-il) l'expansion de l'espace en elle-même dont l'explication amène un lot assez significatif de limites au scénario...

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now