Ellazanne

Point culture...Spatiale

Recommended Posts

Le point le plus froid doit se trouver au fond ...d'un cryostat , lui-même peut être

placé sur une sonde lointaine très lointaine

Avec 4 ou 5 niveau d'absorption, de quoi descendre assez pour faire, enfin, les

bons glaçons pour mon Dimple....

 

Peut être

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

Bonsoir,

une équipe allemande vient d’atteindre la température la plus froide jamais enregistrée : 0,038 milliardième de degré au-dessus du zéro absolu ! 3.810-11 K

https://trustmyscience.com/record-temperature-plus-froide-jamais-enregistree/

en ce qui concerne les trous noirs plus ils sont massif plus ils sont froids

Le record, mais avec des estimations indirectes, est pour l'instant détenu par TON 618 (66 milliards de masses solaires), un quasar qui est situé à proximité du pôle nord galactique dans la constellation des Chiens de chasse, à 10,4 milliards d'années-lumière de la Terre.

le trou noir de M87 fait 6.5 milliards de masse solaires

La température d'un trou noir vaut T=0.12 10-6 Msolaire/Mtrou ce qui donne une température de 2 10-17 K pour le trou noir de M87 bien plus froid (un million de fois) que ce que l'homme a réussi a faire.

Pour toute température plus faible que la température du fond cosmologique l'objet absorbe et se retrouve en équilibre avec le fond cosmologique, pour un trou noir il absorbe de l’énergie donc il augmente sa masse et se refroidit! 

 

jean

  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Reste que nous n’avons déterminé le niveau d’agitation que des particules baryoniques …. Reste à savoir si les autres sont aussi agitées au fond de la classe…

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, biver a dit :

Je ne connais pas la nébuleuse du boomerang, mais je suppose que ce type de processus de "super refroidissement" peut se produire ailleurs dans l'univers, mais c'est un régime de flot stationnaire et non d'équilibre thermique.


Pour faire simple, et par ce que je ne suis pas une scientifique pour un sou, c'est un refroidissement du a la détente d'un gaz, celui-ci est éjecté à des vitesses pouvant aller 140 km/s dû a l'énergie générée par deux étoiles en interaction gravitationnelle. Oui, au vu du phénomène qui rentre en jeu, ce n'est pas en équilibre thermique.
 

 

 

Edited by Ellazanne
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 10 heures, Ellazanne a dit :

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> Je passe la Main a @starjack  <<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<

qui la demandé en premier

ou

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> A @George Black <<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<

 

Monsieur @George Black  tirez le premier !

 

Tu le mérites, tu as trouvé la bonne réponse ! ;)

 

Mais je m'inscris juste derrière, ma question est prête, et je peux passer devant si tu préfères ! :)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 11 heures, Ellazanne a dit :

détente d'un gaz

Oui, c'est ce que j'évoquais... dans la détente adiabatique, l'énergie thermique est convertie en énergie cinétique jusqu'à obtenir un flot quasiment monocinétique (aucune dispersion des vitesses <-> T = 0 K).

Dans ma comète le CO va à 475m/s avec une dispersion (observée spectralement) de 63m/s correspondant à T < 2.5K.

Dans le cas d'un trou noir, ce doit être une physique/définition un peu différente... car il n'y a pas vraiment de mesure de température thermodynamique?

 

Nicolas

Edited by biver
  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, biver a dit :

Dans le cas d'un trou noir, ce doit être une physique/définition un peu différente... car il n'y a pas vraiment de mesure de température thermodynamique?

Oui,sauf erreur dans le cas du trou noir la température de celui-ci est dû à un effet relativiste similaire à l'effet Unruh (plongé dans le vide d'un observateur au repos, un observateur accéléré observe un rayonnement thermique ; https://fr.wikipedia.org/wiki/Effet_Unruh )

 

Des manips sur les trous noirs acoustiques ont permis de mesurer une température de Hawking de 0.35 nK: https://www.nature.com/articles/s41586-019-1241-0

Mais c'est une analogie...

Edited by PascalD
  • Thanks 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et vu les très basses températures d'un trou noir même pour les plus petits qu'on ait détectés (2,8 masses solaires, je crois), la longueur d'onde de son rayonnement électromagnétique serait tellement longue (plusieurs dizaines de kilomètres) qu'elle serait complètement noyée par rapport au rayonnement du fond diffus cosmologique. Pour que le trou noir soit détectable par le rayonnement de Hawking avec la température de l'Univers mesurée actuellement (2,7K), il doit dépasser cette température et pour ça, il faudrait qu'il ait une masse inférieure à 4,5 x10^22 kg environ, c'est à dire bien moins que celle de la Lune. Il n'y a que par la formation des trous noirs primordiaux hypothétiques du début de l'Univers que de tels trous noirs peuvent exister et qui n'ont, pour l'instant, pas encore été détectés. 

 

En effet, pour qu'un objet sans intervention anthropique soit plus froid que l'univers lui-même, il faut, comme vous l'avez dit, qu'il soit soumis à une détente ou expansion adiabatique ou soit un trou noir massif. Dans tous les cas, il ne peut être que hors équilibre thermique de l'univers. 

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bon, je me risque à la question ;)

 

Un neutron libre, c'est-à-dire qui n'appartient pas à un noyau d'atome, a une durée de vie d'environ 15 minutes. Il se désintègre en un proton + un électron + un antineutrino. 

 

Pourquoi la mesure de la durée de vie du neutron est importante pour l'astrophysique ?

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 24/01/2022 à 15:02, BERNARD GAUTIER a dit :

a longueur d'onde de son rayonnement électromagnétique serait tellement longue (plusieurs dizaines de kilomètres) qu'elle serait complètement noyée par rapport au rayonnement du fond diffus cosmologique

Ah mince ça me casse la vision plus sympa que j’en avais :D

Edited by Adamckiewicz
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 15 minutes, George Black a dit :

Pourquoi la mesure de la durée de vie du neutron est importante pour l'astrophysique ?

 

Je crois que je sais, enfin à peu près.

Il me semble que connaître la durée de vie précise du neutron permet de connaître plus précisément son abondance lors de la nucléosynthèse primordiale, et donc de contraindre les scenarii, voire d'invalider certaines théories. En gros plus la durée de vie du proton est grande, plus il y en avait de disponibles, et cela a des impacts sur les abondances des différents éléments éléments légers synthétisés à cette époque.

Je ne sais pas si je suis assez précis, mais c'est l'idée.

 

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Kirth: c'est ça.

Détail on parle bien du neutron, le proton lui a une 'durée de vie' en milliards de milliards etc... d'années (10^31 années)

La durée de vie du neutron, à peine 15', est bien le facteur déterminant de la nucleosynthèse primordiale qui s'est arrêtée avant les éléments les plus lourds, issus des supernova et hypernova (genre etoile à neuton smashant un trou noir).

 

Cela laisse songeur

Edited by Mercure
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 20 heures, Kirth a dit :

Il me semble que connaître la durée de vie précise du neutron permet de connaître plus précisément son abondance lors de la nucléosynthèse primordiale, et donc de contraindre les scenarii, voire d'invalider certaines théories.

 

Yes it is!

 

Il y a 18 heures, Mercure a dit :

Détail on parle bien du neutron, le proton lui a une 'durée de vie' en milliards de milliards etc... d'années (10^31 années)

 

Yeap !

 

Bon, si j'ai bien compris, à toi de poser une question @Kirth ;) 

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 2 minutes, George Black a dit :

Yeap !

 

Bon, si j'ai bien compris, à toi de poser une question @Kirth ;) 

 

Ah, OK, alors réfléchissement....

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Par quelle méthode la première estimation acceptable de la vitesse de la lumière a-t-elle été obtenue ?

 

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

La roue tournante de Fizeau ? :$

(avec miroir réfléchissant au loin)

Edited by Kaptain
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ou Rømer et les éclipses de satellites galiléens? Il a mesuré en combien de temps un satellite sortait de l'ombre de Jupiter, puis à fait la même mesure en un point plus éloigné de l'orbite terrestre pour mesurer le décalage et estimer ainsi la vitesse de la lumière. Un truc comme ça je crois.

  • Like 2
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 41 minutes, Kaptain a dit :

La roue tournante de Fizeau ? :$

(avec miroir réfléchissant au loin)

Modifié il y a 40 minutes par Kaptain

 

En effet, c'est une jolie expérience, et qui a permis d'obtenir une valeur assez précise, mais ce n'est pas la première

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les éclipses et transits des satellites de Jupiter ?

  • Like 4

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 15 minutes, Skyraph a dit :

Ou Rømer et les éclipses de satellites galiléens? Il a mesuré en combien de temps un satellite sortait de l'ombre de Jupiter, puis à fait la même mesure en un point plus éloigné de l'orbite terrestre pour mesurer le décalage et estimer ainsi la vitesse de la lumière. Un truc comme ça je crois.

 

Et oui, c'est bien cela.

Avant lui, on pensait que la vitesse de la lumière était soit infinie, soit trop grande pour être mesurée.

Et d'ailleurs il ne l'a pas mesurée, il a juste prouvé qu'elle était finie, et totalement fortuitement qui plus est.

 

Il travaillait avec Cassini à l'observatoire royal de Paris, où Cassini essayait d'utiliser les éclipses des satellites galiléens comme une horloge utilisable pour la navigation. Les collaborateurs de ce dernier avaient noté que les intervalles entre les éclipses d'un même satellite étaient variables, et Cassini, après avoir un temps considéré que cela pouvait être dû à la finitude de la vitesse de la lumière abandonna l'idée.

Romer lui y crut, et fit une prédiction sur l'heure d'une certaine éclipse, vit juste, et expliqua que c'était bien dû à cette raison. C'était en 1676.

Mais curieusement, et peut-être parce qu'à l'époque on connaissait mal la taille de l'orbite terrestre, il ne chercha pas à faire le calcul.

 

Ce n'est qu'en 1690 que Huygens, appliquant la même méthode que Romer, fit cette fois le calcul et obtint 212000 km/s, ce qui est une estimation acceptable, la première jamais obtenue.

  • Thanks 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 4 minutes, starjack a dit :

Les éclipses et transits des satellites de Jupiter ?

 

Oui, mais @Skyraph t'a gratté de 10 minutes!

 

A toi @Skyraph!

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci pour les précisions!

 

Je voudrai le nom des astres les plus lumineux (indice : son champ de gravité est si puissant qu'il pourrait faire disparaitre ces quelques lignes...)

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now