PlanetTracker

Quelle stratégie pour les flexions tube serrurier

Recommended Posts

Voici copie de l'article cité précédemment. C'est assez fin comme calcul, il faut notamment tenir compte de la résistance des matériaux ; je m'en étais servi pour la conception d'un astrographe 200 -  qui est toujours en construction à mes heures perdues, ou plus ou moins en sommeil selon les dispos ^_^.

 

S&T 1994 feb, pp91 et suivantes, "Flexure of a Serrurier truss", par Roy Diffrient.

 

Roy Diffrient - Flexure of a Serrurier truss - S&Tfeb1994.pdf

 

Bonne journée,

C

  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

Il y a 8 heures, Adamckiewicz a dit :

Bon pour détendre les énervés j’ai pas de rhum alors je vous met une petite vidéo asmr

 

Je trouve les triangles du barillet un poil trop fins.

 

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai trouvé deux projets quasi identiques de pseudo-serruriers, dessinés en CAD, dont un de quelqu'un qui doit être sur AS (?)
Y a même plus de tubes carbones à l'arrière.

D'ailleurs, CFF même avec ses 500 et 600 ne s'em... pas avec des tubes carbones arrières.


http://www.nfilipovic.com/astrophotography/rc250-telescope
serruriiie.jpg.6ee6bed90ddd227aae771644affea4dc.jpg

 

http://astroneb.free.fr/My Ritchey Chretien Presentation.htm

serrurierrr.JPG.f64923bf4d4be7a3efaa185dfab5783a.JPG

Edited by PlanetTracker

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, PlanetTracker a dit :

Y a même plus de tubes carbones à l'arrière.

 

Sur ton cassegrain tu as du carbone à l'arrière ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bon je passais par là et j’ai vu ce fil de discussion. 
Je me permets de rappeler qu’il est possible de faire plus léger, aussi ou plus rigide/raide/vous avez compris, simple (ça se discute selon connaissance), pas plus cher (400-600mm) qu’un treillis.

 

Je sors (de mon tube),

bonne suite et bons cieux!

 

Jean-Marc

 

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, PlanetTracker a dit :

'ai trouvé deux projets quasi identiques de pseudo-serruriers, dessinés en CAD, dont un de quelqu'un qui doit être sur AS (?)

Deux très belles réalisations en effet. Merci pour l'info !

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, zeubeu a dit :

Sur ton cassegrain tu as du carbone à l'arrière ?

:P du carbone très lourd :P

C'est juste que ça confirme encore que ça sert à rien. J'oserais pas aller jusqu'à dire que c'est cosmétique et commercial... Mais on l'a presque déjà dit dans ce fil. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, JMBeraud a dit :

Je sors (de mon tube),

bonne suite et bons cieux

Oui bien sûr ! 

(Après ça apporte son lot de contraintes différentes, prise au vent, température etc. Mais c'est un autre sujet)

Edited by PlanetTracker

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 11 heures, PlanetTracker a dit :

J'oserais pas aller jusqu'à dire que c'est cosmétique et commercial...

 

Pour un instrument dédié visuel ou imagerie planétaire oui. D'ailleurs ton cassegrain est en acier/alu si je ne m'abuse ... :-)

 

Sur un RC ou un cassegrain corrigé dédié à la photo du ciel profond c'est un plus pour les contraintes liés au changement de températures et la modif de la map...

 

Fred

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour ma part je n’ai pas l’impression d’avoir vu ces contraintes, je ne m’étalerai pas, je comprends que le sujet n’est pas celui-ci.

Bonne suite à ton projet!

JMarc

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 22/02/2022 à 12:23, Yoann DEGOT LONGHI a dit :

Je pense aussi que la technique du vrai serrurier ne faisait sens que pour les très très gros instruments, avec l'objectif de ne pas faire du simplement très rigide en utilisant des tubes de très grosse section, donc lourds. 

Ce serait intéressant de savoir si l'EELT par exemple est construit de façon serrurier. Je n'en suis pas du tout sûr, j'imagine que chez les pros, on sait maintenant faire du très rigide avec une multitude de petites sections, le calcul des charges par logiciel aidant. 

 

Effectivement, plus les instruments sont gros, plus les déformations sont importantes et plus les tolérances d'alignements des miroirs sont serrées. Donc la structure Serrurier se justifie plus pour des très gros instruments. D'un autre coté chez les amateurs, il y a aussi la mode de construire "light". Or en alégant beaucoup, toute structure devient plus souple => cela peut rendre une structure Serrurier (une vraie, qui a été calculée) utile pour des instruments de tailles plus petites...
Les pros, n'ont plus ce type de problèmes. Les VLT ont été les derniers télescopes à vrai structure Serrurier. Sur presque tous les suivants, les structures sont devenues très différentes. Déjà, parce que les tubes sont devenus beaucoup plus courts. En fait, les instruments pros modernes sont équipés de senseurs de front d'onde et font de la correction active en permanence sur les miroir primaires (tilt) et secondaires (tilt et translation). Bref, sur un télescope pro actuel, le tube peut bien se tordre dans tous les sens, les optiques resteront toujours impeccablement alignées.
 

Edited by Patrick Sogorb
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je me permet d'attirer l'attention sur le chapitre 41 du livre ""Conception et construction de télescopes et astrographes amateurs", ouvrage collectif sous la direction de Charles Rydel.

J'ai écris le chapitre 41, intitulé "La structure Serrurier et son amélioration" dans lequel je montre comment calculer un tube Serrurier, permettant non seulement la compensation des flexions, mais aussi comment choisir les matériaux afin d'obtenir aussi un compensation thermique.

 

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Nous disposons désormais de robofocus qui permettent d'ajuster extrêmement finement la map en cours de séance d'imagerie, en mode "tu touches à rien".

Pourquoi ne pas aller plus loin encore dans l'automatisation des tubes amateurs ?

Rien n'empêche de concevoir une robotisation fine du barillet d'un scope, pour peu que la structure soit à même de supporter la masse supplémentaire. Si l'on ajoute un laser sur le barillet, dont on surveille la dérive éventuelle via un petit capteur dédié, on peut sûrement contrôler au quart de fifrelin près toute modification de structure. Une sorte d'autocollimation live.

Je ne donne pas dix ans avant que ce ne soit dispo sur les tubes commerciaux haut de gamme. Si ça n'est pas déjà dispo quelque part.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now