airbus340

À quelle fréquence recollimatez vous vos Newton ?

Recommended Posts

Bonsoir à tous ,

 

Tout est dans le titre ou presque...

Je me demandais à quelle fréquence vous recollimatez vos Newton. 

J'ai l'impression que mon SW 200/800 perd vite la sienne . Pourtant les vis arrière pour le maintien du barillet sont bien appliquées. 

Un de mes amis n'a pas touché sa collim depuis 1 an ...

Pour moi elle dure 4 ou 5 séances et encore...

J'ai loupe ma soirée d'aujourd'hui à cause de ça ...:-/

 

Ph

  • Sad 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

- À chaque sortie en mobile

- jamais en poste fixe

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
il y a 54 minutes, airbus340 a dit :

Un de mes amis n'a pas touché sa collim depuis 1 an ...

 

Tout dépend aussi  si l'instrument est beaucoup transporté, de ce que l'on en fait et de son degré d'exigence.

 

Sur mon 200/800  (transporté à chaque fois au jardin)   je fais en moyenne une petite retouche du secondaire toutes les 3 séances pour avoir une collimation parfaite à l'autocollimateur Casteye, concernant le primaire  c'est moins fréquent,  toutes les 10 séances  ou un peu plus.  Si j'ai le temps je vérifie  à chaque fois au cas où.

 

 

 

Je n'ai jamais manipulé le 200/800 SW, comment sont les ressorts du barillet ? Sur le GSO que j'avais avant ils étaient très mous.

Edited by danielo
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Avec mon SW 200/1000 que j' ai revendu 

C était a chaques séances , vérif et réglage minime , dans le principe où je le rentrait et ressortait à chaques fois 

Cheschire uniquement ,je n es jamais trouvé que le Lazer était efficace

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ben à chaque sortie, voire plusieurs fois dans la nuit lors de forts grossissements.

En tout cas de la vérifier tout au long des observations par un p'tit coup d'extra/intra focale lors de la MAP.

Et de le faire souvent dédramatise cette opération qui devient aussi naturelle que de faire une belle MAP, ça ne prend que quelques instants quand on ne patauge pas dans cette opération.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Chaque soir et effectivement en cours de nuit si les conditions changent drastiquement. Mon dobson en sonotube reste dehors et la collimation "bouge" dès lors que les matériaux "vivants" subissent un cycle contraction/dilatation lié à l'alternance diurne/nocturne associée aux variations de température et/ou d'humidité.

C'est peut-être moins nécessaire avec des tubes métalliques, encore que... Mais comme dit Serge, une vérification est assez courte et au moins on est sûr. Par contre, c'est dommage de flinguer une soirée et à F/4 ça pardonne pas.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce qui est important, c'est de bien comprendre qu'on vérifie la collimation en examinant une étoile focalisée ou presque. Pas avec un outil de collimation. Les outils de collimation aident à collimater si on a constaté, en examinant une étoile focalisée ou presque, que c'est décollimaté. La vérification est très facile à faire, il faut juste attendre que le tube soit à température. Avec un Dobson on pointe la Polaire et on regarde ce qui se passe lorsqu'on défocalise un tout petit poil.

 

Si on fait la vérification régulièrement et qu'on recollimate systématiquement, il n'y aura que de légères décollimation à rectifier, ça va vite avec l'habitude.

 

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
il y a 19 minutes, Bruno- a dit :

Ce qui est important, c'est de bien comprendre qu'on vérifie la collimation en examinant une étoile focalisée ou presque. Pas avec un outil de collimation. Les outils de collimation aident à collimater si on a constaté, en examinant une étoile focalisée ou presque, que c'est décollimaté. La vérification est très facile à faire, il faut juste attendre que le tube soit à température. Avec un Dobson on pointe la Polaire et on regarde ce qui se passe lorsqu'on défocalise un tout petit poil.

 

Absolument d'accord avec toi pour le visuel, mais pour l'imagerie mon point de vue est  un peu différent (je crois que c'est dans ce contexte que @airbus340 a posé la question). 

 

Une collimation sur étoile va permettre de minimiser la coma au milieu du champ, mais ne pourra en aucun cas détecter si le plan focal est bien orthogonal à l'axe du porte-oculaire (en d'autre termes, que l'axe optique est confondu avec l'axe du PO, et non qu'ils s'intersectent au foyer). Pour cela, il faut soit utiliser des outils de collimation suffisamment précis (Catseye, Howie Glatter, ...)  soit faire une collimation à la caméra en examinant les étoiles sur tout le champ (avec CCD inspector, ASTAP ou autre). 

 

Là où je te rejoins c'est qu'examiner la collimation sur étoile permet effectivement de diagnostiquer un problème (mais pas nécessairement de le résoudre).

 

Personnellement pour l'imagerie je vérifie et ajuste si nécessaire la collimation en intérieur avec les outils Catseye, je monte le train optique et je ne touche plus à rien jusqu'à la fin de la séance.

 

 

Edited by danielo
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

par rapport à ce qu'a dit Bruno, une précision :

en cours de nuit, je fais une vérification avec une étoile proche de la cible que je convoite à fort grossissement (et pas sur la polaire), car il possible que l'orientation de l'instrument influe sur la position des divers éléments, et vu qu'on est alors dans le pinaillage autant pinailler jusqu'au bout.

Je ne suis pas imageur mais il me semble que pour la très haute résolution, on fait gaffe au massage au méridien pour cause de léger déplacement possible.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut ;)

"À quelle fréquence recollimatez vous vos Newton ?"

ça dépendra pas mal de l'état de la route et de la vitesse ;) 

Bonne journée ;) 

;) 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

A chaque sortie vu que dobson démonté en 2 parties.

Collimation au Laser Howie Glatter (en général pas besoin de reprendre le secondaire) et pour la collimation du primaire, laser Howie GLatter + TUBLUG (barlow intégrée donc plus précis).

 

Je ne fais pas mieux sur une étoile avec metaguide après plusieurs essais sur plusieurs nuits, à ma grande surprise, du coup je ne me fais plus chier avec airy, quasi impossible à voir avec un 400mm de toute façon..

 

Point important, il faut connaitre sa structure/qualité de la mécanique du tube. Ma structure permet une collim qui ne bouge pas d'un poil au TUBLUG (laser le plus exigeant à ma connaissance) de 15° à 65°, puis ça bouge très légèrement de 65° à 90°.

Donc si l'objet visé est ne dépasse pas les 65 de hauteur°, je ne collimate évidemment pas au laser télescope pointé zénith donc 90° mais je reste sous les  65° pour collimater.

 

Sur les newtons Skywatcher, le talon d'achille me semble se situer côté araignée (un peu trop fine). A voir si ça bouge à ce niveau quand tu passes du zénith à l'horizon.

 

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 6 heures, serge vieillard a dit :

on fait gaffe au massage au méridien pour cause de léger déplacement possible.

 

Yo Serge...le massage au méridien 😁😁😁

Pour sûr que ça peut se déplacer 😉

  • Like 1
  • Haha 4

Share this post


Link to post
Share on other sites

A chaque sortie et vérification rapide la nuit. La collimation l'oeil à l'oculaire facilite grandement la chose.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Sur le 625 plusieurs fois dans la soirée au laser barlow mais comme c'est électrique ça prend que quelques secondes.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 9 minutes, CATLUC. a dit :

Sur le 625 plusieurs fois dans la soirée au laser barlow mais comme c'est électrique ça prend que quelques secondes.

 

tout pareil comme Luc au T500 :P mais pas électrique xD; ça me prend donc quelques secondes de plus...

  • Like 1
  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,

 

je ne fait que de l'astrophoto en poste fixe, et effectivement, comme olivdeso, je ne collimate qu'une fois par an, a l'occasion d'un grand nettoyage (reéquilibrage du tube, collimation avec train optique monté, verification du degré d'empoussièrage des miroirs, verification de la mise en station, réenregistrement du PEC, etc et pas forcément dans cet ordre !)

 

 

Le 05/04/2022 à 11:24, danielo a dit :

Personnellement pour l'imagerie je vérifie et ajuste si nécessaire la collimation en intérieur avec les outils Catseye, je monte le train optique et je ne touche plus à rien jusqu'à la fin de la séance.

 

Là je suis moins en accord, pour moi la collimation en visuel se fait avec un oculaire monté, et en astro photo avec le train optique et la camera en place, ce qui permet de regler dans la meme étape collimation au centre du capteur ET éventuellement tilt du capteur.

 

 

Le 05/04/2022 à 14:01, serge vieillard a dit :

on fait gaffe au massage au méridien pour cause de léger déplacement possible.

 

Oui, certes pour du planétaire je le comprends, mais sur le ciel profond je pense que ça ne joue pas, d'autant qu'en remote le tube va passer deux ou trois fois  au zenith si on a prévu deux cibles, et pendant ce temps là... je dors pendant qu'il travaille au fond du jardin !!!

 

Eric

Share this post


Link to post
Share on other sites

Epsilon . Collimaté une fois en usine . puis collimaté une fois apres changement du PO . 

Depuis rien . 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Il y a 3 heures, eric97417 a dit :

Là je suis moins en accord, pour moi la collimation en visuel se fait avec un oculaire monté, et en astro photo avec le train optique et la camera en place, ce qui permet de regler dans la meme étape collimation au centre du capteur ET éventuellement tilt du capteur.

 

Comme tu es en poste fixe les contraintes sont un peu différentes. Collimater à la camera prend sans doute un peu trop de temps pour une utilisation nomade (même dans le jardin) surtout si comme moi on n'utilise pas de PC pour piloter le setup. Une question que je me pose aussi c'est comment dans ce cas distinguer erreurs de collimation et tilt dans le train d'imagerie ? Si tu détectes du tilt sur l'image comment savoir s'il faut jouer sur le secondaire ou sur le  tilt de la caméra ?

 

En pratique, je pense que si le train d'imagerie est bien mis d'équerre  une fois pour toutes (avec si besoin l'utilisation d'une bague de tilt), et si sa connexion au PO est fiable (vissante), une collimation avec des outils  Catseye est suffisamment précise pour ne pas avoir à être affinée sur le ciel (quand je vois la sensibilité de l'autocollimateur aux réglage du secondaire ça me paraît difficile de faire plus fin).  Cela dit je n'ai jamais imagé avec un IMX455 ça changerait peut-être mon point de vue...

 

 

 

 

 

Edited by danielo

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Il y a 4 heures, eric97417 a dit :

Oui, certes pour du planétaire je le comprends, mais sur le ciel profond je pense que ça ne joue pas, d'autant qu'en remote le tube va passer deux ou trois fois  au zenith si on a prévu deux cibles, et pendant ce temps là

 

ça se calcule et ça se vérifie : il faut mettre juste ce qu'il faut de jeu entre les butées latérales et le primaire. Il n'y a que ça qui doit bouger notablement. 0.1 à 0.2mm typiquement à +20°C  en fonction des matériau pour que ça n'arrive pas en contrainte à basse température.

 

Ensuite si le foyer ne bouge que de 0.1 à 0.2mm en X Y le correcteur de comma arrivera quand même à faire correctement son travail. Pr contre si on a 1mm de décalage, là oui ça n'ira plus.

 

le pire des flexions c'est l'araignée, si elle est mal faite, non seulement on perd la collimation en fonction e l'orientation du tube mais aussi la mise au point.

Edited by olivdeso
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By Colmic
      Bonsoir,
      la semaine dernière je suis allé chercher ma nouvelle acquisition : une superbe lunette APM LZOS 130/780 qui n'avait encore jamais vu le ciel (je salue au passage son ancien proprio qui se reconnaîtra et lui passe toutes mes amitiés !)

       
      Avec son bulletin interféro qui augurait du bon pour un réfracteur pourtant ouvert à F/6 seulement : Stehl 0.983 et lambda/47 RMS

       
      Fournie avec son correcteur APM Riccardi, elle couvre soit-disant le plein-format (champ plan de 60mm selon la doc), ce qui restait à voir...

       
      Premières impressions :
      - c'est du très beau matos, ça respire le costaud
      - la crémaillère 3.7" APM est une vraie œuvre d'art, largement au niveau d'un FeatherTouch, avec 2 colliers rotatifs intégrés et une MAP démultipliée très douce
      - la crémaillère dispose de 2 colliers rotatifs, le premier à l'avant de la crémaillère pour ajuster la position du chercheur, le second en sortie de crémaillère pour tourner la caméra sans bouger le chercheur
      - plein de bagues sont imbriquées, M82, M68, M63 et 2 click-lock coulant 2" et 31.7
      - une fois repliée elle mesure à peine plus que la FSQ106, elle peut largement passer en avion en bagage cabine
      - selon la doc elle pèse 9kg mais j'ai l'impression que c'est sans les colliers, de plus le poids du triplet la fait pencher vers l'avant
      - elle est livrée dans une très belle malle type flight-case mais le poids de l'ensemble est incompatible avec du nomade, donc je l'ai mise dans le sac de ma FSQ !
       
      Après avoir commandé les bagues allonges M68 pour atteindre le backfocus, j'ai pu tester le tout vendredi soir dans le Vexin (70km de Paris).
      Voici donc la toute première lumière de cette lunette, sous un ciel assez pollué, mais le but était de tester si tout allait bien (backfocus, tilt, MAP etc..).
      Ici, montée sur l'EM400 Temma2 avec ASiair Plus, ZWO OAG-L, tiroir à filtres ZWO et ASI6200MC + ASI290 mini pour le guidage et EAF pour la MAP :

       
      La nuit était relativement peu turbulente, mais des passages nuageux sont venus vers 1h30 du matin nous gâcher la fête.
       
      Voici M31 avec 25 poses de 180s seulement avec un gain fort de 300, aucun dark flat ou offset.
      On a un échantillonnage de 0.96" (802mm de focale avec le correcteur), ce qui est plutôt pas mal pour aller chercher un peu plus de résolution qu'avec la FSQ.
      Traitement SiriL (comme mon tuto) et finition avec CS5.
      Cliquez dans l'image et baladez-vous dans la full :

       
      Le Pélican (20x180s soit 1 heure de pose) avec le filtre L-Extrême, toujours aucun DOF :

       
      Et la trompe d'éléphant (10x180s soit seulement 30 minutes de pose), toujours avec le L-Extrême, aucun DOF :

       
      Le backfocus optimal pour le correcteur (91mm) a l'air correct et le tilt est plutôt bien contenu, les coins du full-frame sont relativement propres.
      Commande TILT de SiriL :

       
      Conclusions :
      - la mise au point via l'autofocus de l'ASiair donne une très belle courbe en V, et la MAP est confirmée au Bahtinov
      - Elle est à peine plus longue que la FSQ106 une fois repliée, mais avec le pare-buée déplié et la crémaillère sortie à 70mm pour atteindre la MAP, elle fait environ 1 mètre de long du bout du pare-buée à la base de la caméra
      - le piqué au centre est impressionnant, NGC206 (l'amas dans le bras gauche de M31) est bien résolu en étoiles :

       
      - elle couvre le full-frame avec son correcteur Riccardi ce qui est une très bonne nouvelle, et le vignetage est inexistant (si ce n'est celui de mes filtres en coulant 50).
      - il existe également un réducteur Riccardi 0.75x, s'il est du même accabit que le correcteur, ça l'amène à la même focale que la FSQ106 et F/4.5, sinon le QuadTCC de chez AP doit être compatible.
       
      En neuf on trouve cette lunette pour la moitié du prix d'une AP130 GTX (même segment à F/6), c'est une très bonne alternative à mon sens.
      La TOA à F/7.7 n'est pas tout à fait dans la même catégorie, beaucoup plus lourde et avec une focale de 1000mm, par exemple M31 ne rentre pas en entier sur le FF.
       
      Voilà pour les premiers essais, le setup est validé pour la fin du mois dans la Drôme où j'espère ramener quelques jolies images.
      A suivre...
    • By banjo
      Bonjour,
      j'ai un gros probléme avec le Laser de collimation Mark III Baader , 
      il est parfaitement collimaté aucune probléme de ce côté là ,  mais c'est la diode qui fait des miséres ,malgré le changement de pile ,
      elle s'allume normalement pendant quelques secondes puis faibli complétement ou clignote  , s'éteint puis se rallume normalement avant de recommencer son cirque .
      il pourrait s'agir d'un mauvais contact au niveau de l'inter d'allumage , mais je ne vois pas comment 
      pouvoir le nettoyer .
      Paul
       
    • By MickeFa
      Bonjour la communauté,
      Je viens vers vous ce soir car j'ai besoin de vos lumières concernant mon Setup Samyang 135 f/2 monture Nikon F + ZWO EFW + ASI 183MM Pro
      Normalement le back focus du 135 Nikon F est de 46,5mm et il est respecté avec l'adaptateur ZWO Nikon T2 (20mm) + ZWO EFW (20mm) + ASI 183MM Pro (6,5mm) (auquel il faut que je rajoute une bague d'env. 1/3 de l'épaisseur du filtre dans le chemin optique)
      L'omission de ce dernier point explique très probablement mes étoiles qui sont légèrement étirées vers les extérieurs dans les coins
      Par contre les deux points que je ne m'explique pas sont :
      1. quand j'atteins la mise au point, l'indicateur sur le boitier de l'objectif est autour de 10m et donc très loin du symbole infini ou du L
      2. quand je fais un platesolve via l'ASIAIR il me détermine une focale de 129 et non 135
       
      Est que le le 2 et concomitant au 1 ?
      Est ce que le 1 implique que je devrait significativement (par rapport à 1/3 de l'épaisseur du filtre) augmenter le distance de backfocus afin que la mise au point se fasse sur le symbole infini ou le L ?
       
      Merci d'avance de vos retours
      Bon ciel à tou(te)s 
       
    • By Jean-Paul OGER
      Bonjour les Amis, hier une jolie nuit blanche avec l'un des plus beau seeing de la saison c'est déroulé ! J'ai encore effectué un trio planétaires et pour cela j'ai comme à mon habitude poussé une collimation au Top. Ayant maintenant pour habitude d'utilisé la technique de @jldauvergne à savoir l'utilisation d'une cam couleur combinée à une monochrome et filtres Photométriques Sloan. Que dire de cette Nuit ?? bha splendide !! de magnifique détails sur Saturne ainsi que la détection d'une tempête au Nord de la planète puis une Jupiter tout aussi détaillée, en prime une jolie Mars . Equipements habituel utilisés Cassegrain Kepler 254, ASI 462 MC et 290 MM, ADC MK3 Pierro Astro, Tele Vue x2 et Filtres Baader : L, g' et r' 
       
       
      on commence avec Saturne  juste une brute en L 
       

       
      puis avec la tempête
       
       
       
      les images finales  de Saturne ( au total 7 captures dérotées ) 

       
      Arrive jupiter avec les filtres Sloan g' 

       
         Et les finales de Jupiter bien évidement il y a eu du r' et L aussi
      e
       
       

       
      et Mars  
       

       
      et a mon habitude petit Final
       

       

       
       
       
       
  • Upcoming Events