zirkel 2

Test filtre Baader semi-apo 2"

Recommended Posts

D'accord avec Astrowl.

Pour le prix et la relative "difficulté" pour bien placer le chromacor (ainsi que de connaître si possible l'aberration de sphéricié - si je ne me trompe - de sa lunette pour avoir le chromacor précis) autant acheter une 150 ED chinoise ;)

Et d'accord aussi avec Gitod, un filtre "antichromatisme" va améliorer le "ressenti" de l'image mais ne va pas faire apparaîre de nouveaux détails.

Donc à faible ou moyen grossissement pourquoi pas.

Avec une f/d 10 (on va dire une 100mm) pas besoin du tout de filtre (voir la fameuse Achro Vixen de 102 dont certains ici en parle avec superlatif).

Si j'étais fabriquant d'achro et que le filtrage les rendait "semi-apo", je ne me priverais pas de livrer ce filtre (peu onéreux), éventuellement en option, et de venter les mérite de cette combinaison comme argument de vente et j'irais même à développer moi-même un tel filtre (peut-être plus spécifique encore pour ma propre gamme d' instruments).

Ce n'est pas le cas, pourquoi?

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

Il y a 2 heures, babar001 a dit :

Avec une f/d 10 (on va dire une 100mm) pas besoin du tout de filtre (voir la fameuse Achro Vixen de 102 dont certains ici en parle avec superlatif).

On en aurait besoin sur la Lune, Venus et Jupiter, mais chaque fois que j'ai utilisé un filtre jaune, je n'ai pas ressenti d'amélioration, mais plutôt une perte sèche de luminosité, et donc une gène. Pourquoi pas tenter ce filtre sur la 102M, mais je préfèrerais le tester avant. 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je te rachète ton filtre 2 pouces :-) 

 

Il n'est pas à vendre.

 

 

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

J'ai essayé de mettre en place un protocole de test visuel très simple :

- Lunette TS 102 f/11 1122mm de focale

- RC à miroir SW Deluxe 2"

- Oculaire Nikon NAV SW 7 mm.

* Grossissement de X 160 / Ps de 0.6 mm.

* Cible lunaire : cratère Plato U (6 km de diamètre).

Instrument et accessoires en température.

 

1. sans filtre : cratère visible sans difficulté, présence d'un léger halo bleu à l'intérieur.

2. avec filtre Astronomik Luminance L3 : contraste plus prononcé, léger halo bleu dans le cratère plus faible mais toujours là. Pas de perte d'information/détail image.

Neutralité de l'image.

3. avec filtre Baader semi-apo : contraste identique au L3, aucun halo bleu. Pas de perte d'information/détail image.

Neutralité de l'image.

 

Après pourquoi le filtre n'est pas fourni par défaut avec les Lunettes Achromatiques je n'en sais rien et limite je m'en f..t ;-)

Je ne cherche pas à avoir de nouveaux détails avec ce filtre (déjà de ne pas en perdre me va bien) mais juste à masquer le résidu chromatique et accessoirement à atténuer la pollution lumineuse.

 

Rien d'autre à rajouter.

A chacun de prendre ce test comme il veut, en ce qui me concerne les faits sont là et mon opinion est faite.

 

Stéphane.

Edited by zirkel 2
Correction
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 12/04/2022 à 08:23, babar001 a dit :

Et d'accord aussi avec Gitod, un filtre "antichromatisme" va améliorer le "ressenti" de l'image mais ne va pas faire apparaîre de nouveaux détails.

Donc à faible ou moyen grossissement pourquoi pas.

On est d'accord mais ce n'est pas un filtre anti-chromatisme, il cumule aussi la fonction de couper du jaune de la pollution lumineuse des lampes à sodium.

Le 12/04/2022 à 08:23, babar001 a dit :

Avec une f/d 10 (on va dire une 100mm) pas besoin du tout de filtre (voir la fameuse Achro Vixen de 102 dont certains ici en parle avec superlatif).

Je l'ai sur le site de vacances chez ma sœur et j'ai eu largement l'occasion de mesurer les 80M, 90M : c'est un doublet particulier.

La Vixen 102M équivaut à une f/11 calée un peu plus bas, donc bien là ou il faut pour le contraste et qui ne bave pas trop de bleu.

Son piqué est limité par l'aberration sphérique résiduelle et non pas par le chromatisme quand on observe la Lune.

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 2 minutes, zirkel 2 a dit :

* Cible : cratère Plato U (6 km de diamètre)

petit joueur, à la 80mm on cherche Fahrenheit et Picard Y. Ca c'est du test de contraste difficile.

mer_des_crises_4.jpg

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 5 minutes, lyl a dit :

petit joueur, à la 80mm on cherche Fahrenheit et Picard Y. Ca c'est du test de contraste difficile.

😁 Fahrenheit je l'ai déjà fait à la 102 mm, je tenterai à la 80 mm (il fait 6 km comme Plato U...)

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 10/4/2022 à 10:39, zirkel 2 a dit :

Je n'en reviens pas d'être monté à 2.5D avec la 80 !

Ok mais as-tu vu un craterlet dans Platon ? Dans les meilleures conditions le diamètre des craterlets  accessibles pour une lunette de 80 mm de diamètre est de 2,48 km et le plus grand craterlet dans Platon mesure 2,44 km? Je pense que tu ne vois aucun craterlet avec ta lunette de 80 mm dans Platon, même avec un G=200x!! Peux-tu nous confirmer mes dires? Merci :-)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 11/4/2022 à 12:53, Anton et Mila a dit :

Il est séparable dans la 152mm, mais tout juste.

Avec ta lunette sur Platon la limite est 1,3 km.

Moi juste pour info je suis à 1,10 km

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le TEC 300 est à 0,66 km !! Un petit clin d'oeil à mon ami Olivier :-)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pas grand chose de franc du point de vue photo à la 80mm, à la limite des artefacts de traitements d'image.

Platon.jpg.62e80b0e720173f60e3379438b5f0d59.jpg

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 12/04/2022 à 08:23, babar001 a dit :

Et d'accord aussi avec Gitod, un filtre "antichromatisme" va améliorer le "ressenti" de l'image mais ne va pas faire apparaîre de nouveaux détails.

Donc à faible ou moyen grossissement pourquoi pas.

C'est plus que cela, l'effet du filtre semi apo est qu'il attenue les contrastes voir les éteint.

Les tests sur la lune ne sont que des impressions sur des objets de contraste proche du 1:1, entre les aberrations résiduelles, le seeing et l'observateur.

Passez à par exemple à venus, une bonne 100mm, même 80mm, doit montrer les bandes nuageuses, sans filtre, et en plein jour. Il suffira d'insérer le filtre semi apo pour se convaincre de sa pseudo utilité. Les bandes nuageuses apparaissent encore par endroits, les zones plus contrastées, voir les trouver éteintes complètement selon le moment. Les contrastes sont inférieurs à 5%, plutôt 1 ou 2% en moyenne.

L'aberration sphérique résiduelle peut s'évaluer sur un simple star test ou même un ronchi. Avec un L/4 de sphéricité on a en présence un tube qui est similaire à un tube avec 32% d'obstruction et sa perte de contraste résultante.

L/8 c'est très peu marquant.

Le simple test sur le ciel permet aussi d'avoir une idée de la rugosité des surfaces optiques, avec un facteur dégradant en contraste.

En prenant pour exemple une 102 vixen, on a en présence un tube avec sphéricité négligeable et avec rugosité optique plutôt faible. Un test de filtre semi apo avec ce style tube reste bien net. Aberration sphérique et rugosité ont tendance a amplifier l'effet de turbulence, d'où les impressions observées.

Sur vénus, ces tubes avec les défauts décrits montrent assez rarement les bandes nuageuses.

Le chromacor n'est qu'un panacée, pour l'avoir eu sur une 152-990. Cela fonctionne, les images sont aussi colorées un poil mais il faut considérer les tolérances de montage qui sont très pointues, pas plus de 0.05mm de dé-coaxialité et 0.5mm de position sur l'axe optique. Il faut que la mécanique de map soit très précise et le tube stable en réglage.

Au global en comparant un istar 150F10 et cette 152-990 chrom, l'istar passe bien mieux en raison des surfaces optiques plus douces et presque 0 d'aberration sphérique.

De plus sur les segments bleu, c'est mieux avec la F10. Sur les telluriques il faut observer dans les segments de couleur, B, G, R plutôt qu'en lumière blanche.

Bref il vaut mieux investir dans une 102 F10 vixen à 900 balles, une istar 100F12 et quelques filtres colorés.

Cela fera même un peu mieux que la 100ED pour la collection de données.

Mes 2 sous sur le sujet.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Il y a 8 heures, gitod a dit :

C'est plus que cela, l'effet du filtre semi apo est qu'il attenue les contrastes voir les éteint.

 

Je dirais même que l'on ne vois plus rien... au point ou nous en sommes.

 

J'arrête là mon intervention, ça me saoule de lire des trucs pareils où on te fait comprendre que tu ne sais pas lire une image et que tu racontes n'importe quoi...

 

Il y a 8 heures, gitod a dit :

Les tests sur la lune ne sont que des impressions sur des objets de contraste proche du 1:1, entre les aberrations résiduelles, le seeing et l'observateur.

 

Non. 

J'ai passé plus de deux heures à essayer avec filtres et sans, au même grossissement et sur le même cratère lunaire, pour évaluer en fonction des différentes conditions, dont la colongitude, sur une durée relativement longue et éviter toute sensation/impression.

Ce filtre est destiné uniquement à ma 102 f/11 et à l'observation lunaire (pour les planètes on verra à la seconde partie de l'été).

Observer la Lune et observer Vénus sont deux choses très différentes dans tous les aspects.

A ce propos, Venus ne m'intéresse pas en tant que sujet d'observation mis à part ses phases et encore...

...alors voir d'hypothétiques nuages en plein jour avec ma 80 mm...bof.

D'ailleurs ma 80 f/15 est au coulant 1.25" ou 0.965" et mon filtre semi-apo est en 2" 😁

 

Edited by zirkel 2
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Le 15/04/2022 à 10:44, gitod a dit :

Les tests sur la lune ne sont que des impressions sur des objets de contraste proche du 1:1, entre les aberrations résiduelles, le seeing et l'observateur.

ça veut dire quoi ça ? blanc vs blanc ?

Non sans rire, moi je demande à tester.

 

La lune a un flux considérable et si je ne m'abuse, l’œil n'est pas mauvais sur la plage 540-570nm, c'est si l'on ne se trompe pas une forte chance d'y trouver le meilleur piqué des lunettes modernes avec des oculaires pas trop sous-corrigés, avec un chromatisme raisonnable. Dans beaucoup de cas leur aberration sphérique est nulle vers 555nm, couleur de leur meilleur piqué autour de la plage du max de sensibilité de l’œil.

On combine ça à la correction déclinante vers 610nm et 510nm : le floutage à ces longueurs d'onde dépend alors du calage chromatique qui peut s'étaler de 535nm à 567nm suivant les destinations des doublets. (cp, mixte, planétaire) mais ça reste autour de l/4 (diff limited). Donc pour dépasser dirons-nous 1.5D, il faut que la quantité de flux bien corrigé dépasse suffisamment celle non corrigée.

On y colle la courbe de sensibilité de l’œil comme pondération, c'est "touchy" mais possible.

CIEphotopicNew.JPG.9caeddf3abe78a6d8359a493354573e1.JPGimage.png.f5f6f185ae8e9a9c4a3c919d73c234a4.png

En y mettant des pondérations raisonnables et un design calage 550nm couleur et 555nm aberration sphérique ça tient, c'est bien mieux qu'un C5 ou un C6 (obstruction 38%) qui va s'écrouler sur les fréquences moyennes pour les objets entre 1.85 et 3 fois la résolution freq 40-65. Ca vient polluer ensuite le piqué.

Je pondère à 50% pour 515 et 610 : voilà, c'est vite fait mais moi qui ait l'habitude, ça me donne un avis sûr.

image.png.b79dd3b7ff63302c02581a0fef9db36f.png

--------

Pour les C5 et les C6, on néglige l'aspect couleur, c'est l'obstruction assez forte (38%) qui va nuire à la transmission de contraste.

Pour la différence de ce qu'il y a sous son nez entre le plus noir et le plus clair, la Lune offre autour de 20% de contraste hors terminateur : roches de type feldspath.

Chez moi, 20% * 30% ça fait un résidu de 6% : la photo c'est kaputt (MTF 9) et l’œil plutôt difficile (3%) en poussant au-delà de 1.5D.

Après pour les gens tolérants avec leur tromblon, ceux qui sont collés au terminateur : c'est leur choix. Moi, je n'aime pas trop attendre la prochaine lunaison pour regarder une zone particulière.

source : https://www.telescope-optics.net/telescope_central_obstruction.htm

Je me moquais un peu de la marque que @zirkel 2 prend avec sa 102mm mais finalement, c'est assez coup de pied dans la fourmilière pour comprendre ce que signifie la perte de résolution apportée par l'obstruction sur les objets de teintes proche. Sur une différence gris clair contre du blanc sale ou gris sombre et médian : un obstrué lâche l'affaire.

Il va s'y retrouver sur un cratère à moitié illuminé, façon terminateur, mais si par malheur la zone est noyée : laisse tomber.

... et la Lune est le plus facile des objets pourtant.

central_obstruction0.PNG

 

Comme j'aime à le répéter : on corrige ou on filtre, principe simple.

 

-------------------

 

Les limites en lunaire :

Une 152/1200 achromat , c'est équivalent à un C6, mais avec plus de flux, donc bon ... (perso, je prendrai jamais un truc pareil qui ne sert pratiquement qu'en CP et qu'il faut mettre en station, je pense que c'est fini ce genre de truc sauf pour du solaire ou du spécialisé).

En rose les 30% de MTF du à l'obstruction d'un C6. (et je reste gentille)

En rouge, la 102 f/11, sans le filtre. En comparant, c'est probable que le filtre la rende meilleure ou équivalent à f/15, presque aussi bonne que les premiers doublets Meade semi-apo qui était à f/9.

Note : la pondération là-dessous est uniquement par rapport à la sensibilité à chaque longueur d'onde, sans compter la qualité de l'image modifiée par la réponse optique de l’œil, c'est très défavorable aux achromats. C'est bon pour évaluer une restitution photographique large bande (430-680nm). Dans les faits la 102f11 est plus proche des courbes 43 ou 44.

image.png.1ec07c8958ee6300c58a9518870b7425.png

Edited by lyl
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
il y a 56 minutes, lyl a dit :

Je me moquais un peu de la marque que @zirkel 2 prend avec sa 102mm

 

Plato U au moment des tests était assez éloigné du terminateur d'une part et d'autre part c'est un cratère au contraste assez neutre avec son environnement.

J'essaierai tout de même sur Fahrenheit.

 

Je ne fais pas partie des observateurs collés au terminateur, j'utilise la colongitude pour mes choix d'observations. 

 

il y a 56 minutes, lyl a dit :

Comme j'aime à le répéter : on corrige ou on filtre, principe simple.

 

Voilà.

 

@jm-fluo comme déjà indiqué plus haut, non aucun cratère visible dans Platon à X200 avec ma 80 f/15 en visuel.... pas de miracle.

Edited by zirkel 2
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 15/04/2022 à 11:47, zirkel 2 a dit :

J'arrête là mon intervention, ça me saoule de lire des trucs pareils où on te fait comprendre que tu ne sais pas lire une image et que tu racontes n'importe quoi...

C'est surement peu de chose quand on lit quelque chose pour vénus en pensant la lune.

On pourra passer tout le temps choisi sur la lune avec et sans filtre semi apo avec de la turbulence plus ou moins, avec un tube avec des aberrations que l'on ne connait pas et puis conclure. Effectivement c'est du...

Arrêtons ici. Pour trouver selon myriam un craterlet avec 20% de contraste sans filtre, disons 18%  sans turbulence et sans aberrations pour y voir ce détail de dimension similaire à une limite de résolution définie pour étoiles doubles. 

Avec turbulence et aberrations résiduelles c'est encore amoindri en contraste.

Il reste les trous de turbulence...

Les 2 craterlets centraux de platon sont bien visibles dans une 3" unitron et loin du terminateur.

Il y a 18 heures, lyl a dit :

et la Lune est le plus facile des objets pourtant.

central_obstruction0.PNG

Ces courbes sont intéressantes sur le papier, elles s'appliquent pour des ouvertures parfaites sauf l'effet obstruction. Il faudra combiner avec les effets en addition des aberrations, le sphérique déjà et puis le niveau de turbulence. En les ayant combiné, ces courbes sont bien dégradées.

Ce n'est qu'une évaluation sur le papier et cela ne représentera qu'une limite plafond. Faut payer très cher pour s'en rapprocher étroitement.

Le bright low contrast detail est une affaire conventionnelle quelque part et ces caractéristiques données sont "standard", en fait cela dépend aussi de capacités propres d'observateurs.

En prenant ce critère il n'y aurait qu'assez peu de choses rapportées et sans doute pas de craterlets vus dans une 102 achromatique voir semi apo.

Je le prends comme base de comparaison de caractère relatif.

 

Mais au global, le sujet initial était bien la qualité sur les images observées avec un achromat de 102mmF11.

Et ces courbes données plus haut y répondent? non.

Est-ce que 53 micro couches filtrantes pour réaliser un filtre trichrome semi apo n'amoindrissent pas le contraste et augmente un peu l'étalement du détail? Ma réponse est oui, cela dégrade comme décrit plus haut sur les images de vénus.

Ceci dit je ne vois aucun intérêt pour l'usage d'un tel filtre avec l'usage d'un achromat normal.

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
il y a une heure, gitod a dit :

Est-ce que 53 micro couches filtrantes pour réaliser un filtre trichrome semi apo n'amoindrissent pas le contraste et augmente un peu l'étalement du détail? Ma réponse est oui, cela dégrade comme décrit plus haut sur les images de vénus.

Ceci dit je ne vois aucun intérêt pour l'usage d'un tel filtre avec l'usage d'un achromat normal.

 

Visiblement je n'arrive pas à me faire comprendre... Vénus ne m'intéresse pas !

Objectif Lune ! (moi.. pas Tintin et Haddock).

 

il y a une heure, gitod a dit :

Effectivement c'est du...

Arrêtons ici.

 

Je confirme.

 

il y a une heure, gitod a dit :

Les 2 craterlets centraux de platon sont bien visibles dans une 3" unitron et loin du terminateur.

Il y a 19 heures, lyl a dit :

 

Eh bien tant mieux pour toi.

Je tenterai à la 102 f/11 sait-on jamais.

 

il y a une heure, gitod a dit :

Est-ce que 53 micro couches filtrantes pour réaliser un filtre trichrome semi apo n'amoindrissent pas le contraste et augmente un peu l'étalement du détail? Ma réponse est oui, cela dégrade comme décrit plus haut sur les images de vénus.

Ceci dit je ne vois aucun intérêt pour l'usage d'un tel filtre avec l'usage d'un achromat normal.

 

J'ai la Lunette ET le filtre, ma réponse à moi est NON, pas de contraste amoindrit et pas d'étalage du détail.

Donc j'y vois un intérêt pour mon Achromat qui est tout à fait normal.

Loin des longs discours et des grandes théories, je préfère essayer encore et toujours dans la vraie vie.

 

Nous ne sommes pas d'accord c'est un fait.

Edited by zirkel 2
Corrections
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Le 16/04/2022 à 12:59, gitod a dit :

Les 2 craterlets centraux de platon sont bien visibles dans une 3" unitron et loin du terminateur.

Je suis d'accord, suivant ce qu'on définit comme visible, mais tout le monde n'a pas une une 76/1200 qui est quasiment un vrai achromat avec rien à jeter pour "intégrer" le flux.

Sur la photo que j'ai mise, j'ai pris celle à la 80/1000 qui était centrée optimale pour la Lune mais reste moins corrigée. Pour moi c'est le standard de ce qu'on peut voir avec une 80/910 Vixen (A81M) ou une 80/1000 Scopetech : les archétypes modernes que l'on peut encore acheter.

 

Le chromatisme joue évidemment, le vrai "LA" sur l'observation lunaire est à mettre sur une semi-apo comme la Zeiss 80/1200 ou un fluorite Tak ou Vixen. ou les modèles un peu plus gros.

Comme quoi les opticiens des années 30 ont déjà creusé le problème.

 

Je me posais la question d'ailleurs depuis longtemps comment on peut dire qu'on satisfait au besoin de l’œil : l'achromatisme sous une autre approche, celui décrivant les défauts de l’œil. C'est variable suivant les individus mais il s'avère que l'on a cerné assez bien en échantillonnant des études de population. C'est normal, c'est un problème de santé publique.

 

@gitod citait dernièrement Arnulf, c'est très pertinent. On a progressé depuis et j'ai quelques courbes du fonctionnement de l’œil pour deux fonctionnements courants : 550-555nm (soleil de midi) et 570nm, le reste de la journée en dehors de l'aube et l'aurore ou l'on décale vers l'orange et le rouge.

 

Pour résumer ces graphes donne pour une statistique à une pupille instrumentale de 1mm (avec une plage statistique de 0.7 à 1.2mm dans la population).

A 1/2D  ~525 à 616nm.  => c'est l’œil qui limite.

0.7D la plage s'élargit de ~512 à 700nm (proche de la limite du visible)

A 1D, on touche 490mm dans le bleu (bleu/ bleu clair du ciel), l’œil limite peu par rapport à sa qualité optique mais c'est sa sensibilité à l'intensité lumineuse qui domine avec pour le contraste la particularité qu'il dépend de deux types de cônes.

Comme on monte souvent à 1.4D (seuil d'Arnulf), on peut dire que l’œil ne connait pas de côté rouge mais uniquement côté bleu, à la limite du violet (420). Mais là encore, il y a une particularité : les cônes bleus et les bâtonnets sont médiocres en résolution (1/5 à 1/10) ou ne participent peu ou pas du tout au contraste de l’œil.

MTF-blue-vs-green.JPG.89efc774392f5a37e7ac2646b0cdbb75.JPGcones-mosaic.JPG.b1366348b9560d9a4b2a6bf7025d8110.JPGfoveal-periph.JPG.537a4fcbd06d80caf116bfde920c82e4.JPG

 

J'ai finalement trouvé une estimation ou une mesure directe plus précise dans des travaux de recherche.

Les deux images du Dr. Hagit Hel-Or, de l'Université d'Haïfa, illustre précisément le niveau de contraste de l’œil suivant longueur d'onde, puis il donne une courbe de la MTF suivant la long. d'onde. (Attention ce sont des courbes pour la taille de pupille normale de l'oeil : 2 à 2.5mm de diamètre et à la lumière du jour.)

J'ai ajouté le seuil de 10% (0.1) pour lequel, hors terminateur sur des feldspaths on arrive à 2% de contraste, une limite pour discriminer les détails. -> Soit une plage utile 470-660 : pas de surprise, c'est connu depuis un moment et les objectifs fluorite de Tak et de Vixen de 1ere génération permettaient ce type de correction facilement. (pour le diamètre max à f/8 il faut que je regarde)

La courbe de contraste est bien "meilleure", plus étalée que le courbe de sensibilité : les longueurs d'onde correspondant à une efficacité de 50% donne une plage plus large que la sensibilité à l'intensité lumineuse, ceci probablement du à la séparation des pics des cônes M et L : cela élargit la bande efficace, on retrouve des repères anciens connus : les raies e (vert) et d (jaune-orange). Le pic de contraste est légèrement décalé du pic de sensibilité max. A noter aussi que ce graphe est établit pour un éclairement de la lumière solaire aux heures de midi. (un peu plus bleuté que la réflexion lunaire).

Contrast-vs-WVLbw.jpg.218364a45d0911611ab268f32df00187.jpgCMF-eyeR.jpg.f0f3f87e88f2e72418182ce1fe7deb98.jpg

 

Un filtre qui couperait entre 450 et 470 pour du lunaire : ça ne me dérange pas même si ça jaunit un peu l'image. Tout dépend si l'instrument peu efficacement mettre en image ces longueurs d'ondes : ce n'est pas le cas pour les achromats ne remplissant pas le critère de Conrady voire plus. Les fluorites ayant un avantage important grâce à la correction très performante sur la plage de 500 à 470nm, ajoutant un pourcentage de flux intéressant pour monter un peu plus haut en grossissement et en blancheur de l'image.

Pour le grossissement utile, on rejoint Arnulf ou presque ; en tout cas x1D ne suffit pas pour réduire la dispersion chromatique propre à l’œil. Il faut un f/D dépassant f/22 soit entre 1D et 1.4D (seuil haut Arnulf) pour atteindre la limite de diffraction de 470nm pour l'optique de l’œil. Sans doute qu'Arnulf a cerné cela assez précisément mais 1.1D semble déjà aider, il ne faut pas être trop péremptoire.

 

Pour ma part je trouvé déjà grâce à un oculaire de 12.5mm sur la 80f/15 mais c'est fatiguant pour la concentration vu le nombre de détails sur l'ensemble du champ oculaire. C'est là que le grossissement supplémentaire apporte du confort voire même le champ limité des orthos.

 

Il est aussi à remarquer que la répartition des cônes M et L n'est pas géométriquement parfaite, c'est un pavage irrégulier, il est compréhensible donc qu'il faille éclairer par exemple une zone englobant plus de 3 cônes de long (6-8 -> x3D ou plus) pour avoir suffisamment de récepteurs pour analyser le contraste d'un élément définissant la résolution instrumentale (cf image de la rétine ci-dessus prise en 1999).

Edited by lyl
correction

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Le 10/04/2022 à 23:54, remy-33 a dit :

A Bordeaux ce soir ciel bien dégagé, mais turbu  gênante à la FS 128 à 250x grossissement max exploitable ce soir (Oculaire Taka TOE 4 mm) la mise au point est un peu difficile à faire car il y a des moments assez brefs avec une image bien nette puis deux secondes plus tard l’image se brouille  . Le cratère central de Platon, dia 2,44 km de diamètre est visible mais il ne saute pas aux yeux. C’est le seul à être visible. 

 

A l'Unitron 76/1200... vraiment ?

La FS 128 a bien du mal à en voir un déjà...

...on va dire que c'est à cause de la turbulence 😁

 

Edited by zirkel 2
  • Haha 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 10/04/2022 à 08:59, Anton et Mila a dit :

Je vais faire de même avec la 152, mais j'ai déjà fait cela dans un passé récent (2 ans je crois) avec 4 craterlets en visuel (2.44, 2.22, 2.09 et 1.98). Je vais tenter encore ce soir.....

 

Ah.... à la 152 mm tout juste 4....le double en diamètre d'une 76 mm 😁

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Même le MV lumicon qui coupe vers 415-420nm jaunit un peu les images.

Quelle importance, c'est le data qui compte.

Et aussi ce même data au travers de filtres passe bande par couleur, les telluriques entre autres.

Le critère d'arnulf n'est qu'une approche générale, il reste un grossissement optimal selon l'objet en cause pour une pleine adaptation des capacités oculaires personnelles, variable d'un observateur à l'autre.

Il y eut déjà un forum sur ce point il y a quelques mois ici pour sensibiliser.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 6 heures, zirkel 2 a dit :

La FS 128 a bien du mal à en voir un déjà...

Tu as bien raison, il y a une grande différence entre la théorie et la pratique. En théorie ta lunette dans les meilleures conditions est capable de déceler des craterlets de 1,55 km et tu nous dit que le 2,44 km est pas facile à voir :-)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Hier soir j'ai jeté un oeil sur platon sous la pleine lune, les pires conditions, avec des images 5-6/10 dans la 102F10 celestron omni.

Grossissement 80-125-133-160 et 208x sans filtre et filtre UNF lunaire (favorise le bleu et réduit le glare).

Les craterlets du centre apparaissaient comme des points diffus plus clair que le fond de l'arène apparaissant plus sombre. Le système double n'était pas résolu en 2 craterlets distincts.

Que dire de ce style d'observation. 

Le contour de chaque craterlet n'était pas net, l'étalement de lumière s'observait au delà du bord de cratère. 

Ce n'était un problème optique mais une situation de variation de lumière autour en raison de la nature du sol lunaire. La brillance du sol au delà du contour de craterlet  est très forte, c'est constitutif de la réflectivité du sol.

Le système double n'était pas résolu mais présentait une forme claire allongée au gré de l'agitation atmosphérique, avec 133-160x.

En considérant, les dimensions de chaque craterlet (2kms +/-) et de l'ouverture mis en jeu, 102mm, les conditions s'opèrent dans une résolution à obtenir inférieure ou similaire à une capacité théorique d'une 102mm.

Craterlet 1,2" pour 1,15" d'une 102mm. En réalité +/- 2" pour le craterlet (en considérant et incluant la dimension de zone de brillance autour du craterlet, à la pleine lune) au regard des 1,15".

Il y a un monde avec l'observation de platon dans une 3", proche du terminateur, 1 jour après. Résolution théorique 1,5". En raison du contraste, avec un contour de craterlet défini avec 200x, turbulence faible.

Avec un tube plus résolvant dans les mêmes conditions qu'hier, 150mm par exemple, on pourrait observer le contour du craterlet, la brillance du fond et la zone de brillance autour du craterlet. Le voir dans ces conditions peut montrer une capabilité instrumentale avec un caractère résolvant .

Cependant avec les conditions d'hier il n'y aurait eu lieu que des images 4-5/10 seulement, insuffisantes.

Plutôt qu'un filtre semi-apo, je testerais avec un filtre double polariseur. Faire tourner le filtre double pour réduire les surbrillances et régler l'un des filtres pour ajuster l'éclairement rétinien. Cà doit le faire comme çà.

On observera avec le grossissement optimal du moment selon la turbulence et on aura l'éclairement rétinien qui convient.

Je peux tester encore ce soir avec la 127apo pour comparer, la turbulence ferait une dégradation similaire sur les images, je n'ai plus de 150mm.

Mes 2 sous.

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

En théorie ta lunette dans les meilleures conditions est capable de déceler des craterlets de 1,55 km et tu nous dit que le 2,44 km est pas facile à voir :-)

 

@jm-fluo de quelle Lunette parles tu?

En ce qui me concerne :

-102 f/11 : 2.2 km

- 80 f/15 : 2.8 km

Cela reste théorique... 2.44 km à la 102 possible, pour la 80 ce sera plus difficile.

1.55 km ??? Ben non je ne peux pas défier les lois de l'optique, je n'ai pas ce pouvoir ;-)

La FS-128 ce n'est pas à moi.... hélas ! pour cette Lunette c'est maxi 1.7 km.

 

 

Edited by zirkel 2
Correctifs
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 18/4/2022 à 19:37, zirkel 2 a dit :

La FS-128 ce n'est pas à moi.... hélas ! pour cette Lunette c'est maxi 1.7 km.

Oui je parle bien de la FS 128. Et elle peut faire mieux que cela, en théorie :-)

A l'apogée : 1,78 km

Distance moyenne : 1,67 km

Au Périgée : 1,56km

 

Le 18/4/2022 à 19:37, zirkel 2 a dit :

En ce qui me concerne :

-102 f/11 : 2.2 km

- 80 f/15 : 2.8 km

Pour le 102 mm c'est entre 2,25 km et 1,97 km

Pour la 80 mm c'est entre 2,85 km et 2,5 km

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By banjo
      bonjour à tous ,
      je doit coller mon porte barillet pour une optique Istar sur un tube en carbone avec de la colle bi-composants époxy  (quelques vis aussi , ceinture + bretelles ) , j'ai fait l'alu aussi rugueux que possible et il est ajusté sans jeux 
      j'ai lu que l'alu se corrode en présence du carbone , réalité ou légende urbaine ?
      Paul
       

       
    • By Nathanael
      Bonjour à tous,
      Je soumets à votre sagacité et vos critiques ce concept de barillet astatique à matelas d'air. Il est né d'une récente discussion sur les barillets astatiques vs triangles. Je vais développer un peu sur ce post dédié car je ne vois pas vraiment d'écueil insurmontable à ce type de barillet. Il peut au contraire permettre de bien répartir les appuis (aussi nombreux qu'on le souhaite sans complications). Évidemment, comme il ne s'agit pour l'instant que d'une idée (je n'ai procédé à aucune mise en œuvre) il est possible que ce fil de discussion conduise à un abandon pur et simple. C'est justement le but de faire le tour des inconvénients, avant d'aller plus avant dans la réalisation d'un barillet de ce type.
      Je mets ci-dessous 7 schémas auxquels je me réfère dans la discussion à suivre.
      L'idée de base (1) c'est que le miroir sur un coussin d'air est supporté uniformément sur toute sa surface. De plus, il n'y a aucune tenue latérale du miroir (2). Cerise sur le gâteau (mais on ne pourra pas s'en servir) le coussin d'air agit comme des leviers astatiques, c'est à dire que la poussée au dos du miroir dépend de l'inclinaison du télescope (2).
      Premier écueil, la poussée au dos du miroir est uniforme, alors qu'elle ne devrait pas l'être. La flèche et l'éventuel trou au centre du miroir expliquent cela. Il est alors possible de coller au dos du miroir une série de touches réparties selon PLOP, qui auraient toutes la même poussée et dont 3 seraient remplacées par les vis de réglage de la collimation (3). Dans l'exemple ci-dessous, pour un 450mm de 50mm d'épais et 51 touches et 3 vis. En collant les touches au dos du miroir (et non sur le coussin) on s'affranchit des problèmes de variations des positions.
      Cela règle le deuxième écueil qui est la mise en température du miroir s'il est isolé au dos par le coussin d'air. En choisissant 3 points extérieurs pour les vis et en donnant au coussin la forme d'un anneau (4) (6), on peut insérer un ventilo pour la mise en température.
      Reste le point épineux du réglage de la pression, afin que les 3 vis aient chacune la même charge que l'ensemble des autres points. Comme la pression dépend de la température, il est impensable d'avoir un réglage parfait et stable au cours de la nuit. On peut contourner ce problème en faisant reposer le coussin non pas sur le fond du télescope mais sur un disque intermédiaire lui même soutenu par 3 (par exemple) leviers astatiques dont l'ensemble supporterait 51/54 ème du point du miroir, chaque vis supportant 1/54ème dans mon exemple à 54 points d'appuis (5). Dans ce cas, la pression dans le coussin n'a pas d'importance, il faut qu'il soit suffisamment gonflé pour que seules les touches soient en contact avec le miroir et pas trop gonflé afin que toutes les touches soient en contact. Mais dans cette fourchette, une variation de pression est sans effet puisque ce sont les leviers qui définissent la charge.
      Concrètement, j'imagine le matelas en "bâche à vide" utilisée pour cuire le composite carbone-époxy. Le disque intermédiaire pourrait être dans ce matériau, fin et léger (s'il se déforme un peu c'est sans importance). Pour les touches des cylindres en bois collés à la colle aquarium. Un barillet ainsi réalisé comporterait 54 touches pour 3 leviers astatiques seulement, la stabilité mécanique de l'ensemble dépendrait seulement de l'ancrage des 3 vis et des 3 leviers. Les 3 vis ne supportent que 300g chacune pour un 450mm de 17kg ce qui en outre ouvre la porte à la map par le barillet.
      Mais je n'ai surement pas pensé à tout, d'où ce post! A vos critiques, constructives ou destructrices, mais je l'espère bienveillantes!
      Nathanaël
       
       


    • By thclavel
      ....sur le spot miroir du ménisque de ce petit Mak etx , éraflure "traversante" on voit le miroir à travers.
      Petit mak récupére sur le coincoin pour initier un enfant à l astro .
      Bref   il fonctionne malgré cela mais est ce qu on pourrai éventuellement le refaire alumine par un petit pro ou un amateur éclairé sachant qu il m'a coute 100roros?

    • By xs_man
      Annoncée le 24 Mai dernier sur Faicebouque, et présente sur le site chinois de QHYCCD depuis au moins
      3 mois,la voici, la voilà, la QHY1920-BSI. Classée comme "caméra scientifique".
       
      Toutes les courbes et toutes les infos sont ici :
       
      https://www.qhyccd.com/qhy1920/
       
      Référence capteur : ???
      Résolution : 1920 x 1200 / 2.3 Mpix,
      Type : rolling shutter,
      Taille capteur : 23 mm x 14.4 mm / APS-C,
      Pixels de 12 μm,
      CAN : 12 bits,
      Cadence image : 58 imgs/sec en pleine trame.
      Rendement quantique : Pic à plus de 90 %, 80% et plus sur tout le spectre visible,  
      Bruit de lecture : 1 e- en HCG (voir 0.85 e- à très fort gain)
      Controle "anti-Amglow" : Oui,
      Refroidissement : Oui (-32° sous l'ambient)
      Bruit thermique : assez élevé, 3.2 e-/pixel/s à 15°C, 0.42 e-/pixel/s à 0°C,
                                  0.1 e-/pixel/s à -15°C, 0.03 e-/pixel/s à -25°C
      Fullwell : 51 ke- à Gain 0;  5.8 ke- au basculement LCG/HCG,
       

                        
       

       

       

       
       

       
      Le capteur de cette caméra  me fait penser à un super-IMX 174, résolution identique mais
      plus grand et surtout bien plus sensible et non affublé des tares des capteurs en "global shutter".
      Le prix à payer reste sa cadence image plutôt médiocre. Mais pour une utilisation en poses courtes
      ou pour l'EEA, franchement on s'en moque...
       
      A noter ce capteur présente une trame visible, comme sur un IMX 174, voir les darks présents sur
      la version chinoise du site :
       
      https://www.qhyccd.cn/qhy1920/
       
      Gain = 1 :
       

       
       
      Gain = 450 :
       


      Donc pour résumer, énormes pixels de 12 μm, excellent rendement quantique, bruit de lecture très
      bas, mais bruit thermique important et Fullwell limité (pour de si gros pixels).

      Clairement un capteur taillé pour de la pose courte selon les infos disponibles.  
      Bon reste à savoir le prix... Le nerf de la guerre... Qui va faire mal, c'est certain...
      Et là j'ai demandé mais  aucune info pour l'instant...
       
      A suivre j'espère...
       
      Albéric
    • By christian viladrich
      Salut à tous,
      Avec la montée de l'activité solaire, je fais un peu de tuning pour optimiser les choses. En particulier, je voudrais réduire le niveau de lumière diffusée quand je fais des images de protubérances.
      En testant le train optique, je vois nettement une forte diffusion de la lumière par le bord de certaines lentilles. Du coup, je voudrais y mettre un coup de peinture noire.
      Je pourrais y mettre un coup de feutre noir, mais ce n'est peut-être pas top pour les traitements ?
      Que faut-il utiliser pour faire ça bien ?
       
      Merci des tuyaux !
  • Upcoming Events