ClaudeS

Comparaison Oculaires BCO 6mm et Vulcano TOP TANI 6mm

Recommended Posts

Posted (edited)

Bonjour à tous,

 

Hier soir soirée dédiée à la l'observation et à la photographie de la Lune avec la lunette Mila APM LZOS 152mm Focale 1200mm. Une Lune bien haute mais une turbulence assez présente. Après ma série de vidéos que je mettrai en ligne plus tard, j'ai terminé la soirée avec une comparaison de mes oculaires 6mm.

 

Au coulant 31.75 mm:

Baader Classic ortho 6mm (version avec le cone ocultant long)

Vulcano TOP Tani 6. Une des dernières versions avec l'encoche sur la jupe du coulant pour éviter la chute en cas de mauvais serrage.

 

Au coulant 24.5mm

HM 6mm Japan

HM 12.5mm Japan + Barlow Televue 2X

HM 18mm Japan + Barlow Televue 3X

 

Je mets une carte LROC en fin de post pour indiiquer la zone observée (Monticule) près du cratère Menelaus, le cratère A pris comme repère.

 

A 200X:

Le monticule est vu entre les trous de turbulence sans problème près du cratère Menelaus A avec le BCO 6mm. La page de focalisation de MAP est très satisfaisante, et facile à faire malgré la turbulence.

Pour le TANI 6mm, c'est un peu moins évident. L'oculaire est en deça du fait que cette plage de bonne focalisation est plus courte, et de ce fait l'oculaire semble plus sensible à la turbulence. @lyl doit savoir expliquer ce genre de phénomène. Moi pas.

Pour le HM 6mm, c'est encore plus difficile, mais le monticule est aussi vu, mais c'est du sport. Pratiquement aucune erreur ne doit être faite sur la MAP avec la motorisation ZWO en vitesse lente.

Avec HM 12.5 + barlow TV 2 X, c'est mort. Le cratère de 5 km Menelaus A est vu, mais pas le monticule.

Avec le HM 18 + Barlow TV 3X, je commence a être géné pour voir le cratère A convenablement.

 

Je pense qu'avec ce type d'observation assez pointue, on peut se faire une idée de la qualité d'un oculaire ou d'une chaine optique.

 

Claude schuhmacher

 

PS/ J'ai prévu l'amélioration du bafflage des oculaires vulcano top Tani sur l'idée apportée par @lyl dans un autre post, je ne me souviens plus lequel.

Ici une première approche avec le televue Plossl 8mm er le BCO 10mm. Un porte filtre SUN sans filtre. J'ai noté une baisse de l'éclairement parasite. C'est assez sensible dans l'oculaire hors champ sur tous les Vulcano TOP du 4mm au 9mm. A voir si cela a un effet lors des observations.

627771857fc38_20220504_17345011222.thumb.jpg.b3fdb178b3879f7910353e3221ed1add.jpg

 

Carte LROC de la zone observée pour comparaison.

6277724e4e827_Imagepourcomparaisonoculaires.thumb.png.16c9ae0f1e97fd1b0b5677069a974d50.png

 

 

Edited by Anton et Mila
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

Posted (edited)

Salut Claude,

 

J'aime bien mon BCO 10 mm sur ma 80 f/15 et ma 102 f/11, bon piqué en lunaire.

 

Hier soir Lune à 39 %, chasse aux Rimae à la Scopetech STL80-A MAXI 80 f/15.

Autour du cratère Julius Caesar:

- Rima Ariadaeus 247 km de long assez facile à X133, oculaire Starbase ortho/PL 9mm.

- Plus difficile, Rimae Sosigenes 130 km de long, toujours à X133, partie sud visible par intermittence.

Au nord du cratère MacLear :

- encore plus dur, Rimae MacLear 94 km de longueur, X133 mais c'est l'extrême limite pour ce soir.

La turbulence ne m'a pas permis de pousser plus...

Edited by zirkel 2
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Bonsoir Stéphane,

Pour la turbulence, je me suis limité à 200X en visuel. J'ai essayé mon Ortho Celestron 4mm (300X), mais cela ne passait pas. Il ne me sert en général qu'à faire des étoiles doubles car il est vraiment éfficace, mais pas confortable du tout. Je n'ai pas tenté de faire plus d'observations avec la BCO 10mm ou le Télévue Plossl 8mm avec la barlow televue 2X.

Par contre, l'imagerie a bien marché, comme quoi la turbulence ne devait pas être aussi mauvaise que cela. Je vais faire un post en astrophoto de Théophile, Cyrille et Catherine. Une classique. J'ai poussé à fond la 152mm avec un échantillonnage de 0.15"/pixel avec seulement le filtre UV/IR cut sur la caméra 290MM et la barlow Televue 3X.

Je vois que l'on a passé une belle soirée.

Claude

 

Je mets l'image sans explicatif:

6277fecf80e9b_2022-05-07-2034_8-CapObj_____100r_48T_600regter.png.9c632b2eae6b5c8db7d904d2933ed674.png

 

Edited by Anton et Mila

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut Claude,

 

Belle image 👍

Je continue mes explorations lunaire ce soir avec la 102 f/11 cette fois ci.

RC APM à prisme+ Filtre Baader semi-apo, je tourne avec le Nikon NAV SW 7 et le TMB Planetary 6 mm soit X 160 et X 187 en fonction de la turbulence.

Dans la zone Rimae Hadley visible en partie, les ombres des monts Apennins m'en masque un bon morceau... Rimae Fresnel bien visible à X 160, juste à côté le promontoire qui porte le même nom.

A côté des monts Bradley j'arrive à observer la Rimae Bradley.

Bref.... super !

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By guy03
      Bonjour
      Quelqu'un connaît il les oculaires de 20mm en 31.75 masuyama et le ploss celestron en 50mm. Si vous avez des retours d'expériences, etc suis preneur! Merci. J'ai 2 de 20mm masuyama pour essayer sur la bino avec le c11, a voir le 50mm ce que cela donne.
    • By eole
      Bonjour à tous ! 
       
      après plusieurs mois de recherche pour mon premier télescope et en ayant longuement comparé le pour et le contre entre plusieurs modèle et ce que je souhaitais observer, j'ai récemment acheter un dobson 300 x1500 de chez skywatcher. Je débute encore dans ce domaine et j'aurai plusieurs question en rapport avec mon materiel.
       
      la première : je cherche un moyen efficace d'au moins le protéger contre la poussière / prendre soin du matos lorsque je le rentre dans le garage  (au sec) en attendant d'avoir un ciel claire pour observer, qui pour le moment n'arrive pas beaucoup hélas.
       
      la deuxième : d'après vous quel serait le type d'oculaire /accessoires que je pourrais prendre pour ce télescope pour compléter un petit peu plus tard? Sachant que j'ai un peu de budget mais je ne veux pas non plus me ruiné.
       
      de plus si vous avez des conseils plus général a me donner plus en général pour une débutante comme moi je suis preneuse!
       
      Cordialement.

       
    • By jpch84
      Bonjour à tous.
      J'ai un Dobson 500mm Fd3.3 et une bino baader avec son Glasspath 1.7 newton correcteur de coma dédié.
      Focale résultante Fd 5.5
      Pour un complément en fort grossissement, je voudrais une paire de 6.5 à 7mm.
      J'ai réduit le choix aux TS planetary HR (clone TMB) 58° et aux ES 52° LER
      Avantage sur le papier aux TS HR, plus de champ et plus léger, mais quid de la qualité optique adaptée a mon setup?
      Je n'ai pas d'éléments objectifs, donc si quelqu'un en a ...
    • By zirkel 2
      Bonjour à toutes et tous,
       
      8/03/2022 : la Lune montante à 30% d'illumination, RC Takahashi/oculaires orthoscopiques Takahashi Starbase 20 et 14 mm, Baader Classic ortho 10 mm. 
      Oculaire grand champ Nikon NAV 7 mm.
      Monture équatoriale avec suivi Orion SVP GoTo.
      Je vais éviter les superlatifs pour donner de la crédibilité à mon compte rendu, après une mise en température de la Lunette et de ses accessoires, pointage et observation lunaire.
      De X 60 à X 171 (X 2.1 le diamètre) des images contrastées et particulièrement piquées. 
      Une luminosité étonnante même à X 171, de multiples détails visibles sur la surface lunaire : failles, rainures, dômes, dénivelés, petits cratères, jeu d'ombres noires et de lumière sur les pics montagneux et ailleurs... un beau spectacle qui captive l'observateur avec un réfracteur qui donne sa pleine mesure et fait oublier son modeste diamètre de 80 mm.
      Pas d'aberration optique notable, le chromatisme est infime et se fait facilement oublier.
      La Scopetech STL80-A MAXI excelle sur la Lune et démontre qu'une Lunette achromatique de grande qualité c'est possible.
      Niveau de performance très proche d'une 80 ED.
       
      On peut se demander quel intérêt à utiliser un réfracteur à long rapport f/d ?
      - Les longs rapports f/d permettent une utilisation optimale des oculaires, ils fonctionnent nettement mieux sur l'ensemble de leur champ apparent.
      - Avec une distance focale égale ou supérieure à 1 mètre, les lunettes présentent très peu de courbure de champ, cela permet d'obtenir des images "plates" agréables en visuel.
      - Un long rapport f/d permet une mise au point plus facile et franche, également moins sensible à la turbulence atmosphérique.
      - La collimation est plus facile à obtenir et à conserver.
    • By RIGEL33
      Re… découverte du ciel nocturne avec OVNI Night Vision
       
      Beaucoup de monde à cette sortie officielle du samedi 26 février 2022 dédiée à la découverte des oculaires à intensificateur de lumière OVNI Night Vision…
       
      Du forum, étaient présents : ASTRO33, Astropierre, Denis, DUDUGAZ, Iriya, Ju, Patou, Petrus, Sebastien D., Thomastro et moi-même.
      Beaucoup d’astrams, certains de clubs amis, d’autres en électrons libres, plus ou moins avertis, sont venus partager ce beau ciel nocturne au Mémorial, pour certains, y compris moi-même, curieux de voir ces fameux oculaires à intensificateur de lumière.
      Les visiteurs n’étaient pas en reste avec une bonne dizaine de curieux, avec leurs enfants. Le mémorial affichait « complet » !
       
      C’est Denis et moi qui nous sommes garés les premiers sur le site. A peine le dobson 400 installé, un vol de grues retardataires commençait à se rapprocher de nous. Au vu de leur comportement, elles semblaient vouloir passer la nuit dans les champs des alentours. Malheureusement un ULM se rapprocha au même moment, ce qui les effraya et les firent reprendre de l’altitude pour poursuivre leur route… sûrement à la recherche d’un site plus calme.
       

       

       

       
       
      Puis ce fut Jonathan Kobs d’OVNI Night Vision qui arriva avec sa compagne. Ils s’installèrent près de nous alors que le Soleil se couchait sur l’horizon ouest. Au fur et à mesure que la lumière du jour laissait la place à l’obscurité, d’autres astronomes amateurs et des curieux arrivèrent. Ceux qui n’avaient pas d’instrument étaient invités à se garer sur le pré-parking, afin de laisser les places autour du monument aux astrams équipaient de télescopes et lunettes.
       

      Crédit photo : Michel Favret
       
       
      Nous avions convenu avec Jonathan de faire une soirée de découverte des oculaires à intensificateur de lumière dont il est le concepteur, en particulier les OVNI-M et les OVNI-B. Pour plus de détails sur ces oculaires, cliquez ICI. Bien que connaissant déjà Jonathan, c'est grâce à Michel Favret, président du club Astro24 Mussidan, que j'ai appris que des soirées de démo pouvaient avoir lieu.
       

      Crédit photo : OVNI-Night Vision
       

      Crédit photo : OVNI-Night Vision
       
       
      Alors que la nuit venait de s’installer, les observations débutèrent. Jonathan rencontra un vif succès mais occupée par l’initiation d’un jeune astram sur son 114/900, je n’avais pas encore eu l’occasion de mettre l’œil dans ces oculaires. Denis non plus, car il s’occupait des familles venues profiter de la belle météo que nous offre cet hiver 2022. Et même si les températures étaient basses, un petit vent continu sur site empêchait l’humidité de se déposer et d’induire un ressenti plus désagréable.
      Seul inconvénient, la centrale RTE au sud-est du Mémorial était à nouveau allumé. Cela faisait 5 ans quelle ne nous gênait plus. Il me fallait penser à envoyer un mail aux responsables… ils avaient sûrement oublié d’éteindre après un contrôle ou un entretien.
       

       
       
      En revenant vers Denis pour l’aider, je passais devant le coin « OVNI Night Vision » où les discussions allaient bon train. Là Michel Favret m’arrêta et m’invita à regarder la constellation d'Orion à l’oculaire OVNI-M. Quelle surprise ! Je pouvais voir la bouche de Barnard !! En tournant un peu sur la gauche, c’est la Rosette qui s’imprimait comme une tache épaisse sur le fond du ciel qui, lui, semblait pétiller. Jonathan m’indiqua qu’on pouvait régler le gain, ce qui avait pour effet de limiter ce scintillement mais au détriment de la vision de ces nébuleuses habituellement invisibles sauf en photo.
      Puis Michel me suggéra d’aller voir, toujours avec le monoculaire, dans le pied de Persée pour découvrir la nébuleuse Californie. Là aussi, ce fut une claque… jamais je n’aurais pensé cela possible avec autant de facilité.
      J’appelais alors Denis pour qu’il profite du spectacle. Il s’excusa auprès de son public et vint me rejoindre pour profiter à son tour de cette vision hors du commun.
       

       

       

       

       

       
       
      Nous retournâmes ensuite tout deux vers les curieux pour une découverte du ciel plus classique. Je profitais de la présence d’enfants pour conter les histoires mythologiques associées aux constellations visibles : Andromède, Persée, Cassiopée et Céphée en furent les personnages principaux. Au fur et à mesure que j’avançais dans l’histoire, je montrais en même temps les constellations associées au laser vert. Apparemment les enfants appréciés. On fit un final sur la découverte ou la redécouverte de la Grande Ourse. Alors que les curieux retournèrent auprès de Denis, je repartis voir le jeune Lubin et son papa pour savoir s’il s’en sortait bien et lui indiquer quelles cibles il pouvait pointer.
       

       
       
      Puis les familles nous quittèrent. J’invitais Lubin et son père à venir voir dans les oculaires à intensificateur de lumière. Jonathan pointa à ma demande la grande nébuleuse d’Orion. Il l’avait déjà fait mais je n’étais pas là pour en profiter. Encore une fois, je pris une claque émotionnelle. Quelle vision !! Ce fut fantastique de voir cette nébuleuse ainsi, comme si on regardait une photo. Bien sûr, pas de couleur à part le vert dominant. Mais tous les détails étaient là. J’appelais ceux qui n’avaient pas encore profité de la démonstration, surtout les astrophotographes qui s’étaient regroupé, créant ainsi un « coin astrophoto ».
       

       
       
      Les conversations allaient bon train. Je me retrouvais à la table de réconfort pour boire un bon café chaud. Certains avaient même porté du chocolat chaud. Je n’avais toujours pas froid… j’étais bien. Je repensais aux visions que j'avais eu dans ces oculaires et j'en discutais avec les astropotes et astropotesses.
       
      Alors que je voulais revenir vers le « coin démonstration », je vis Jonathan qui commençait à ranger. Je l’entendis discuter avec Jean-Pierre sur la vision décevante qu’avait eu ce dernier sur les galaxies. Jonathan expliqua qu’avec différents réglages, on pouvait adapter l’intensité des oculaires. Dommage que je n’ai pu les voir aussi.
      J’invitais alors Jonathan et sa compagne à venir faire une nouvelle démonstration lors des Rencontres d’Astronomes Amateurs du Grand Sud-Ouest (RAAGSO) en septembre à Ambeyrac dans l’Aveyron. Ils me donnèrent un oui de principe. On verrait plus tard pour les disponibilités.
      En consultant le site OVNI Night Vision, on peut voir les dates où ils iront en France pour faire des démontrations et des conférences sur ces oculaires.
      Même si ces oculaires sont hors de portée de ma bourse, je suis sûre que certains astrams casseront la tirelire pour en acquérir. Et peut-être qu’un jour, avec les lois du marché, je pourrais m’en offrir un.
       
      Il était déjà minuit quand la plupart des astrams nous quittèrent. C’est à partir de ce moment-là que je commençais à sentir le froid. Nous restâmes encore une bonne heure. Le rangement fini, ce furent les discussions qui prirent le dessus. Ayant rangé mon bonnet, j’eus de plus en plus froid. Il était vraiment temps de rentrer. Un dernier au revoir et chacun remonta dans sa voiture, espérant que la météo sera encore assez belle samedi prochain pour nous retrouver autour du Mémorial de la Ferme de Richemont de Saucats et profiter du ciel nocturne que nous offre la nature.
  • Upcoming Events