yapo

atlas ou cartes - nuages obscurs

Recommended Posts

A ceux qui se sont déjà prêtés au jeu de la chasse aux nébuleuses sombres (j'en ai quelques unes à mon actif, mais je n'ai jamais cherché à en observer systématiquement depuis un bon bout de temps).

Mon cahier des charges : je cherche un atlas ou mieux des cartes téléchargeables/imprimables (un truc léger) pour repérer les nébuleuses sombres (Barnard, Lynds, etc.) avec un T150/750 cet été.

Le "léger" c'est pour emmener dans la montagne, histoire d'abaisser la ligne d'horizon de ma vallée alpine et accéder au Sagittaire et plus bas que ces nuages parsèment. Vu l'ouverture et le F/D de l'instrument, ce sera plutôt pour de grands objets et pas des globules de Bok, donc une échelle pas trop petite.

L'Uranometria 2000 est bien (sans doute trop fourni d'aileurs) mais un peu lourd et il me faudrait les deux volumes. J'ai bien le Sky Atlas 2000.0 mais il va être limité je pense (je ne l'ai pas sous la main et je ne suis même pas sûr qu'il indique ces objets). J'ai également Guide 9 mais les NO sont des gros carrés (il n'y a pas la forme). J'ai pas allumé mon mac pour voir si Sky Safari est efficace de ce point de vue (surtout vis à vis des contours)...

Bref, si vous connaissez un truc qui fasse le job, et plus particulièrement pour les nébuleuses sombres, je vous en dois une !

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

Haaaaaaaaaaaaaaa, les nuages obscurs !!!!

je trouve que c'est la cible des ciels ultimes, elles se dévoilent alors en toute majesté, alors qu'elle sont inexistantes sous un ciel juste "bon". La Tête de cheval est là pour nous rappeler ce concept....

Mais à chaque fois que je les "découvrais", je n'avais rien préparé pour cela, il eut fallut un fond de carte bien cadré, suffisamment grand et précis. Il est vrai qu'il est difficile de se faire un atlas dédié à ces objet, mais peut-être en connais-tu ?

Pour Skysafari, il n'y à que la zone sous forme d'un carré, sauf là où il y a des images téléchargées

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut Yann,

Et pourquoi pas le Pocket Sky Atlas, compact pour ton expédition et qui reprend déjà un bon nombre de néb. O (Barnard et même d'autres). Les objets sont en principe sélectionnés pour les petits instruments et tu as les différents niveaux d'isophotes de la voie lactée ; ce qui te donnera déjà une indication de contraste par rapport au fond de ciel galactique. Je t'encourage vivement à sélectionner avant coup les meilleurs Barnard présentant un indice d'opacité fort 5 ou 6 (j'en avais parlé dans un article sur le sujet) car tu verras qu'il n'y en a pas tant que ça d'"explosives" à l'oculaire. C'est encore pire avec les LDN... Finalement, le rendu final si tu les dessines tiendra de la grandeur de ton champ réel à l'oculaire, la taille apparente de la cible, son opacité et le fond de ciel attenant.

Et ne vises pas trop bas, tu risques de te taper la couche grise de l'airglow.   Fabrice M.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il y a peut-être les séries du 'Tri-Atlas', téléchargeable en PDF,   la série  'B' indique correctement ( avec les formes ) les nébuleuses obscures et l'atlas tient sur une centaine de pages A4, c'est un peu petit à lire mais plus facile à emmener sur le terrain  que la série C très complète et plus lisible mais courant sur  plus de 500 pages...J'aime bien utiliser cet atlas depuis une dizaine d'années, dans un porte-documents ( le B, bien que, ma vue baissant doucement, je prenne le C de temps en temps pour des zones riches en petites galaxies au 500...)

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Solution : imprimer des cartes à partir de son logiciel préféré. Pas des cartes de repérage mais plutôt des cartes détaillées (pour le repérage, un petit atlas devrait suffire) où l'on va, à la main, dessiner le contour des nébuleuses en s'aidant par exemple de photos. On n'emmènera pas un gros atlas, juste quelques feuilles...

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 8 heures, serge vieillard a dit :

Pour Skysafari, il n'y à que la zone sous forme d'un carré, sauf là où il y a des images téléchargées

Effectivement, même topo que pour Guide : des carrés positionnés et dimensionnés, mais pas de formes plus élaborées.

 

Il y a 5 heures, Sky runner a dit :

Et pourquoi pas le Pocket Sky Atlas,

Les formes sont-elles indiquées ? Au moins pour les étendues ?

 

Il y a 5 heures, shaula16 a dit :

Il y a peut-être les séries du 'Tri-Atlas', téléchargeable en PDF,   la série  'B' indique correctement ( avec les formes ) les nébuleuses obscures et l'atlas tient sur une centaine de pages A4,

Oui, j'ai été y voir et c'est pour l'instant ce qui se rapproche le plus de ce que je cherche, même si les nuages obscurs ne sont pas facile à distinguer des autres objets du ciel profond autrement que par leur appellation (mais peut-être que c'est une question d'habitude). De toute façon, je n'imprimerai qu'autour de la Voie Lactée là où ils sont majoritairement présents.

 

Il y a 4 heures, Bruno- a dit :

Solution : imprimer des cartes à partir de son logiciel préféré. Pas des cartes de repérage mais plutôt des cartes détaillées

Ben en fait j'aurais bien aimé la crémière avec le beurre : un truc pour repérer ET savoir à quoi s'attendre au niveau forme, mais c'est sans doute illusoire si la carte reste à petite échelle ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour l'idée de Bruno de s'aider de photos,

Ben pas facile car nos imageurs boudent généralement ces cibles, je n'ai pas trouvé beaucoup d'iconographie a ce sujet

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut ,

Avez-vous un lien pour Les'' Tri atlas'' A,B etC ? Les cartes des sites que j'essaie ne fonctionne pas...

Merci

Lolodobs le dévoreur de monde 👽

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour ma part j'utilise l'Uranométria, mais l'investissement n'est pas anodin juste pour ton usage par rapport à d'autres solutions proposées.

 

Il suffirait ensuite de photocopier les cartes t'intéressant (imprimante multifonction top pour ça pour être autonome) pour aller léger sur le site d'observation.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Seul type d'objet que j'évite scrupuleusement dans mes listes systématiques ! Les ciels ne sont pas assez purs dans le lyonnais chez moi, bien que je pourrais avoir quelques surprise si je m'y mettais.

Pour autant l'IDSA en recèle pas mal ,peut-être plus complet que le PSA mais plus lourd ? Quelques unes sont évoquées dans les tomes de NSOG, pas pratique pour emporter, mais pour debriefer le lendemain.

Dans Astrodessins vous en aviez fait un florilège, classées par indice d'opacité.

Je vous apprendrai rien en disant qu'il faut des ciels les plus purs possibles (montagne), avec en général un instrument grand champ (je m'étais surpris déjà de voir de fortes nuances dans la Voie lactée aux petites 8X42 sur les plateaux de Haute-Loire ...alors que dire de jujus de 100 env là-dessus ...:x)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour Yann,

As tu essayé l'iDSA (interstellarum Deep Sky Atlas) ?

Dessus, il y a largement de quoi faire en nuages obscures, avec leurs formes sur un fond étoilé montant à mag 10, avec le petit + de cet atlas, leur apparence en 3 modes + ou - clair ou foncé/police + ou - en gras selon la difficulté.

C'est mon atlas de REFERENCE !!

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 4 heures, xavierc a dit :

Pour ma part j'utilise l'Uranométria, mais l'investissement n'est pas anodin juste pour ton usage par rapport à d'autres solutions proposées.

 

J'ai l'Uranometria sur place dans les Alpes (c'est la photocopieuse qui manque sous les mélèzes...) :D

 

il y a 12 minutes, Alexandre Renou a dit :

As tu essayé l'iDSA (interstellarum Deep Sky Atlas) ?

 

Effectivement une autre piste. Pas trop lourd ? Je vois 1.4kg pour l'édition de bureau ce qui a priori fait l'équivalent d'un tome de l'Urano: ça pourrait le faire. Si personne n'a mieux, je commande ! ;)

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, etoilesdesecrins a dit :

Je vous apprendrai rien en disant qu'il faut des ciels les plus purs possibles (montagne), avec en général un instrument grand champ (je m'étais surpris déjà de voir de fortes nuances dans la Voie lactée aux petites 8X42 sur les plateaux de Haute-Loire ...alors que dire de jujus de 100 env là-dessus ...:x)

Je vous crois sur parole (et ça semble logique), mais comme je n'ai accès qu'à des cieux purs (sinon je ne sors pas), je n'ai pas l'expérience.

Xavier, toi qui a opéré avec pugnacité sous ciel de banlieue et ciel de campagne moyen, valides-tu l'adage "nuages obscurs = ciel pur" ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

 

il y a 23 minutes, yapo a dit :

l'adage "nuages obscurs = ciel pur

 

Ca c'est sûr !!!! Entre mon ciel de plaine et l'expérience d'un ciel très pur comme le ciel chilien, l'observation des nuages obscurs est à faire UNIQUEMENT si le ciel est pur ! C'est un peu comme les nébuleuses par réflexion, sous un ciel moyen, c'est toujours bof bof ou pire. Car il faut du CONTRASTE et là, aucun filtre ne vient en aide. Le secret c'est qu'il faut voir un maximum de petites étoiles AUTOUR pour les voir par contraste. J'en ai observé un peu plus d'une trentaine, sans doute moins que Xavier.

Juste pour te dégouter cher Yann : j'avais prévu un programme d'observation de ces nuages au coeur du Sagittaire UNIQUEMENT avec ma lulu de 90 mm depuis le ciel chilien, et bien sur place, il y avait tellement de nuages obscurs dans le champ à l'oculaire qu'en faire un repérage complet (et prise de notes), j'ai vu que ce seul projet allait me prendre tout le séjour sur place !!! C'est dire le potentiel de ces objets sur un ciel pur même avec un petit diamètre.

Edited by Alexandre Renou
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour répondre sur le ciel pur, on peut déjà faire des choses sous un ciel standard à la campagne, à condition de voir correctement la Voie Lactée (Bortle 4) et de ne pas trop grossir, le fond de ciel de la Voie Lactée doit rester clair.

 

J'avais pu voir certains Barnard du Cygne et de l'Aigle depuis le ciel de Seine et Marne quand ils sont au méridien. Pour le Sagittaire je ne sais plus si j'en ai dessiné dans ce ciel là. B86 à côté de NGC6520 est l'un des plus marqués, mais bas sur l'horizon. Dans le Cygne B361/62 qui bordent la nébuleuse North America sont bien opaques aussi.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

je précise que j'évite l'observation selon des listes de ce type d'objets, mais j'ai plusieurs fois eu l'occasion de constater qu'aux jumelles ou à la lunette un ciel de montagne rehaussait de façon spectaculaire ces objets, lors de visites en dilettante. On peut citer notamment la nébuleuse en forme de E à l'ouest d'Altaïr, la Pipe dans Ophiuccus (grand champ), certaines dans l'Ecu, B86, etc ...

  • Like 1
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Le 16/06/2022 à 11:12, Vesper a dit :

Je trouve le Vlasov excellent, surtout dans la version "blanc sur noir",  à vérifier pour ton usage ici :

 

Il est pas mal fichu, sans doute équivalent au Sky Atlas de Tirion, mais les NO sont carrés...

Je me rends compte qu'il faut une échelle suffisamment grande pour que le traçage des contours soit utile et puis, même si l'on garde à l'esprit des méandres tortueux dans l'imaginaire pour ces objets, têtes de cheval (ou fers à) et formes de serpents restent rares : il s'agit bien souvent de forme vaguement géométriques à base circulaire ou carrée.

 

Pour le ciel pur, vous confirmez tous l'adage (et ça m'arrange, je n'aurais que ça à disposition :D).

 

Le 16/06/2022 à 15:43, etoilesdesecrins a dit :

E à l'ouest d'Altaïr, la Pipe dans Ophiuccus (grand champ), certaines dans l'Ecu, B86

Celles là sont chouettes mais (vous me connaissez), j'aimerais aller chatouiller celles qui dorment tranquilles à l'écart des autoroutes du ciel, dans les coins reculés...

Je vous ferai un récit de(s) l'expédition(s) spéciale "nuages obscurs" de ce 150/750 permettant de viser par delà les cimes de l'horizon naturel de mon spot habituel.

Edited by yapo

Share this post


Link to post
Share on other sites

oui oui certes Yann, ce n'était pas pour offenser ton extrémisme, juste donner exemple des plus classiques qui sous un ciel juste assez bon (collines entre Lyon et St Etienne) ne valent pas grand-chose même au 300, mais qui sous les ciels que tu connais sont déjà remarquables aux jumelles ou bonnes petites lunettes. Comme dit Alexandre plus haut faut qu'il y ait un max d'étoiles autour pour bien les faire ressortir, et outre l'intérêt astrophysique et observationnels qu'elles présentent, c'est une émotion particulière que ce type d'objet "en négatif".

Mais leur difficulté sous mon ciel habituel fait que je les laisse de côté (pour le moment ?)

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Sinon rien ne vaut météo france pour trouver des nuages obscurs 😁

 

Plus sérieusement ce n'est pas sous mon ciel nantais que je peux observer ces objets...aux NCN je tenterais 😉

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Yann, tu ne regretteras pas l'IDSA, tu peux même prendre la version d'origine allemande comme tu te débrouilles aussi dans cette langue ! Pour les détails et la comparaison avec d'autres atlas de terrains, voir l'article dans Astrosurf Mag n°77 (nov-déc. 2015). Autrement pour une réelle compacité et son prix, le PSA. Je pensais franchement que tu  possédais déjà le premier (et même le second), vu qu'il y a pas mal de cibles extrêmes dessus.  Autrement pour parfaire ta sélection,  la revue la plus complète (petites cartes avec parfois les formes pour les plus grosses, notes de Kepple dans petits et gros instruments, et bonne iconographie) se trouve dans le dernier volume du Night Sky Observer's Guide, (vol. 4). Certains ne l'ont acheté que pour cela, j'en fais parti.       Fabrice M.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, Sky runner a dit :

Yann, tu ne regretteras pas l'IDSA,

Clairement !

 

Il y a 3 heures, Sky runner a dit :

Je pensais franchement que tu  possédais déjà le premier (et même le second),

J'ai été façonné aux Tirion (Sky Atlas, Uranometria) puis Guide (4 à 9), jamais trouvé mieux ou en tout cas jamais éprouvé le besoin d'avoir mieux, hormis pour quelques velléités récentes de nomadisme... ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Je trouve qu'on a jamais fait mieux que l'Uranometria première édition. Je me le suis fait offir pour Noël 1988 et je l'utilise toujours. J'utilise aussi parfois le Sky Atlas, surtout pour les objets faciles à pointer ou pour les étoiles doubles, mais c'est l'Uranometria à 90 % du temps. J'ai essayé le Herald-Bobroff avec ses symboles complexes contenant plein d'informations : très bonne idée, mais je n'arrive pas à les décoder. Et puis il va moins loin en magnitude et prend de la place (je l'ai revendu mais je le regrette un peu). L'Interstellarum est joli avec toutes ses couleurs, mais il va un petit peu moins loin en magnitude et prend de la place lui aussi. J'aime moins l'Uranometria deuxième édition, avec ses étoiles moins visibles et sa profusion d'objets qui envahissent les cartes : je pense que ce n'est pas un atlas pour observateurs visuels mais pour les astrophotographes qui souhaitent identifier les objets de leur photo.

 

Mais pour les objets extrêmes, je trouve que Guide est le plus adapté. (Pour ces objets il faut atteindre une magnitude nettement plus faible que celle des atlas ci-dessus.)

 

Edited by Bruno-
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

c'est marrant, personnellement, je n'ai jamais réussi à "dompter" ces ouvrages volumineux sur le terrain, trop lourd, la flotte sur les pages, trop grand, en plusieurs tomes, pénible tant au chercheur qu'à l'oculaire, trop ceci mais pas assez cela, bref ça ne m'a jamais plu.

En ce sens, le Sky pocket fut une véritable révélation, enfin un truc qui tient dans la main et solide, et un truc qui offre un potentiel d'observation non négligeable. Xavier en a peut-être épuisé toutes les cibles notées mais pas moi. Pour les trucs plus exotiques (dont je n'étais jusqu'à peu peu friand), ben une copie localisée de cartes (merci Yann, Alexandre et autres) m'ont suffi. Jusqu'à je ne découvrisse les versions numériques sur tablettes ou smartphones, une vraie révolution (sauf pour le contour des neb obscrures....)

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now