xavierc

Matin du 10 juillet 2022

Recommended Posts

Dobson Factory Mirrosphère 508/1920
Au nord de mon jardin de la maison à Fors dans les Deux-Sèvres
 
5 dessins : 10070 à 10074

C'est ma 6ème et dernière séance d'affilée cette semaine, avant que la Lune soit levée toute la nuit.
Je n'ai pas pu faire de sieste avant mais je tiens étonnamment toute la nuit.
Je suis encore en sueur avec le manteau ouvert porteur d'oculaires, pas étonnant avec les 30°C de la journée.

Le télescope est sorti après le dîner, entièrement monté avec sa brouette (hormis le chercheur transporté à part pour éviter de le taper contre les embrasures de portes), impeccable!
La Lune gibbeuse croissante est passée à l'ouest de la maison, je la vois encore un peu depuis l'escabeau le temps de monter le Paracorr et le chercheur sur la cage secondaire du télescope.

1h06 marque le début des observations aux sons des grenouilles.
Ca commence encore avec une nébuleuse planétaire de l'Aigle, c'est un copié-collé d'hier!

Observation 10070 : NGC6781.
Je la vois sans filtre à 85x, annulaire avec et sans filtre.
Elle répond très bien au filtre Oxygène 3 et très faiblement au filtre HBêta.
Elle est assez faible malgré la Lune.
Le bord sud est noté assez net, tandis que le bord nord est flou, comme la zone interne plus sombre.
J'attrape de délicates nodosités en vision décalée à 201x.
NGC6781obs10070.jpg

J'ai aussi droit à nouveau au papillon non luciole attiré par la lumière rouge de la liseuse de ma planche à dessin comme précédemment dans la semaine. C'est ceux avec le bout de l'abdomen parfois luminescent, halte à la pollution lumineuse! ;)

J'entends aussi ce qui pourrait être des chevreuils au loin à l'est, sinon ces chiens sont sacrément enroués!

Je regarde ensuite une nébuleuse planétaire Abell du Petit Renard.

Observation 10071 : Abell 57 = PK58+6.1.
Son pointage est délicat dans un champ riche, heureusement elle répond bien au filtre Oxygène 3 ce qui facilite son repérage à 85x.
Très faible avec le filtre, elle me semble assez facile à 201x. Par contre sans filtre, elle n'est vue que 25% du temps en vision décalée (VI4).
Quel gain!
PK58+6.1_Abell57obs10071.jpg

Une alarme auto retentit à l'est à 2h30, qui se déclenchera plusieurs fois cette nuit.

Je passe au dessin d'un amas ouvert du Petit Renard, lui même limitrophe du plus gros amas du Cintre (Collinder 399).

Observation 10072 : NGC6802.
Déjà riche, allongé et résolu à 85x, il en devient galère à dessiner à 201x tellement il est fourni, et il reste un voile de fond pas résolu.
NGC6802obs10072.jpg

La Lune s'est enfin couchée à 2h50, la Voie Lactée est bien revenue car elle était visible fade avant le coucher sélénien.

Le Dobson est pointé vers des galaxies Hickson du Capricorne.

Observation 10073 : Hickson 87.
Je détecte à 85x la très faible PGC65409. Pour le reste du groupe, il faut monter à 276x pour voir PGC65415 VI2 et allongée, et PGC65412 VI4, et il m'en manque une malgré les longues minutes passées à l'oculaire.
Hickson87obs10073.jpg

Le vent s'est levé puis est retombé, de même pour une crampe à force d'être perché sur l'escabeau.
Je suis fatigué à 3h45, je me repose un peu de la crampe sur le tabouret.
Pendant la pause, 2 satellites brillants se sont suivis puis éteints dans le Capricorne sur un axe nord-sud, descendant verticalement sur l'horizon.

Je dessine un groupe de galaxies Hickson du Verseau pour finir la nuit.

Observation 10074 : Hickson 88.
Hasard du programme d'observation, j'observe le protagoniste suivant du même catalogue.
3 galaxies sont vues à 85x puis détaillées à 276x : NGC6978 faible est effilée et son centre n'est vu qu'en vision indirecte, NGC6977 très faible et là aussi un centre de même discrétion, NGC6976 vue VI2.
La dernière du groupe, vue qu'à 276x, est NGC6975 notée VI3 et allongée.
NGC6975_8_Hickson88obs10074.jpg

De nouveau l'alarme auto se déclenche dans le quartier.
L'aube arrive à 4h20.

Le télescope est rentré facilement tout monté, j'ai pris le coup de main, je finirai le rangement après avoir dormi.
Et la nuit suivante je dormirai (enfin?) normalement pour récupérer de ces 6 séances enchaînées!

  • Like 3
  • Love 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

Quel marathonien ce Xavier (et je sais de quoi je parle). J'adore -j'sais pas pourquoi- les chaînes de galaxies comme ton Hickson 88 : sans doute parce que les alignements mettent un semblant d'ordre dans ce bordel d'Univers anarchique... B|

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut Xavier,

Ai ai ai, 6 séances chez toi belle performance ! Des séries de dessins très éclectiques, tout y passe, bravo. Faudrait que je taquine des Barnard... ça me donne envie. Y'en a t'ils d'intéressantes à venir ?

C'est top que tu puisse bouger ton scope tout monté, je fais pareil ; La praticité est primordial.

 

Merci

 

Lolodobs le dévoreur de monde 👽

Share this post


Link to post
Share on other sites

Hello, tu parles bien  de la fameuse NGC 6781 ? Tu n'as pas vu un côté plus effacé que l'autre ? c'est clair dans ton texte mais moins sur le dessin je trouve. Mais bravo pour les nodosités !

 

NGC 6802, sympa celui là quasi dans le Cintre ! Déjà pas mal visible à la lunette, au T300 effectivement il grouille déjà d'astres faibles sur fond flou quasi rectangulaire mais légèrement en zig-zag.

 

Et sur Hickson 87 je me souviens d'un bel échec au 300 ! Zone du ciel trop "éclairée" par chez moi, avec la vallée du Gier en-dessous. Je galère aussi un max sur les petites galaxies du Verseau en ce moment pas trop hautes,  mais y a de belles surprises quand même

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 29/09/2022 à 22:14, etoilesdesecrins a dit :

Hello, tu parles bien  de la fameuse NGC 6781 ? Tu n'as pas vu un côté plus effacé que l'autre ?

 

Si, et sur le dessin le bord nord est moins marqué, mais contrairement à la précédente observation au 508, j'ai vu l'anneau aussi de ce côté.

Selon les conditions l'aspect varie, je m'étais fait la même réflexion que toi pour le bord effacé , mais après vérification sur les photos on retrouve une portion d'anneau de ce côté aussi.

 

Le 29/09/2022 à 22:14, etoilesdesecrins a dit :

Et sur Hickson 87 je me souviens d'un bel échec au 300 !

 

Magnitude visuelle de la plus brillante vers 13.5, mais si le fond de ciel est clair, c'est mort.

Utilises-tu le pdf de Rainer Vogel pour le pointage puis le repérage?

 

Le 28/09/2022 à 09:31, lolodobs a dit :

Faudrait que je taquine des Barnard... ça me donne envie. Y'en a t'ils d'intéressantes à venir ?

Tu parles dans la liste de mes dessins ou de saison?

Car le ciel d'été part vite maintenant pour les plus faciles.

Dans ceux dessinés plus tard cet été, j'ai juste B146 et B132. 

 

 

 

 

Edited by xavierc

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, xavierc a dit :

mes dessins ou de saison?

De saison, des Barnard à observer pour cette automne/ hiver.

Bon donc les plus faciles c'est le ciel d'été. 

Par où commencer j'en ai jamais observé ? 

J'ai observé les piliers dans la nébuleuse de l'Aigle mais j'pense pas que ça compte...

 

Lolodobs le dévoreur de monde 👽

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 5 heures, xavierc a dit :

Magnitude visuelle de la plus brillante vers 13.5

 

D'après Wikipédia les magnitudes des trois que tu as vues sont de 15,3 − 15,4 − 16,1. Ce sont des magnitudes B : je les ai retrouvée dans le catalogue RC3. Donc en visuel je pense que c'est plutôt du 14½ que du 13½ pour PGC 65409 et 65415. Et tu as probablement atteint la magnitude 15 avec PGC 65412, malgré la faible hauteur du trio !

 

--------

Lolodobs : tu peux aller voir sur mon site http://www.astrosurf.com/bsalque/pgc00.htm ; pour chaque constellation il y a les principaux objets du ciel profond, dont les nébuleuses obscures (« NO ») : c'est une sélection des plus opaques à partir du Sky Catalogue (je crois que j'ai pris toutes celles qui ont une opacité de 6).

 

Sinon il y a lune liste des principales nébuleuses de Barnard ici : http://www.jouscout.com/astro/belmont/belmontn.htm

Edited by Bruno-
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

j'avais trouvé Hickson 87 dans le Ferrero pour le Capricorne. Je ne sais plus si ensuite je l'avais cherché avec la carte incluse dans la page ou avec l'IDSA, l'avais-je déjà à l'époque ?

Dans le Ferrero il parle de "mp", sûrement magnitudes photo, et à 0,1 près ce sont les mêmes que celles indiquées en B par Bruno.

Dans la pratique en moyenne je retranche souvent 0,5 à 1, donc on reste sur des valeurs élevées pour T300 surtout dans cette zone du ciel en région lyonnaise (déclinaison de -19 et quelques)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By Adamckiewicz
       
      Après 19 ans, j’ai récupéré mon ETX 125, que mes parents m’avaient offerts (vers 16ans). Il est encore dans sa malette, avec une petite boussole, une lampe rouge bricolée, deux plossl 26mm et 40mm et une barlow x2.
       

       
      Après un test rapide, je vois que l’axe azimutal a un problème d’entraînement.
      En fait les engrenages et leur support en plastiques sont vraiment fragiles et le couple du moteur az a fini par casser le support d’engrenages. Je le répare en collant à l’araldite un petit bout de profilé L en alu . 
       

       
      Ce soir je teste l’optique sous un ciel sans nuages….et je vois malheureusement des donuts forts asymétriques….la figure d’Airy fait peine à voir. Il faudra résoudre cela mais la procédure de collimation de l’etx est pénible parce qu’il faut démonter et remonter le tube ( le capot arrière qui comporte renvoi coudé, porte oculaire et liaison avec La Fourche) à chaque action sur une vis de collimation. Je vise Jupiter qui semble déjà souffrir à faible grossissement.
       
      Il fait donc à peu près clair, je vais voir si ma réparation a marché et tenter d’observer quelques objets sous ce ciel bien peu alléchant et éclairé par un premier quartier de Lune.  
       

       
      Je monte le télescope sur le trépied, je fais les manip de mise en position de repos, et lance un alignement « facile ». Tout se passe bien , dans un bruit indescriptible, mais lorsque je pointe la Lune il me la rate de 3°….. je vais jeter un coup d’œil, le terminateur est beau mais en grossissant 160x l’image est franchement altérée, malgré un ciel bien stable. Je monte Mars, et là bonne surprise elle apparaît dans le chaos du 40mm. Le disque ne montre presque aucun détails mais il est vrai que je ne m’attarde pas dessus.
      Je choisis ensuite M42 avec la raquette ( qui me demande de choisir entre les catalogues messier, IC, trous noirs, quasar etc… ce doit être perturbant pour un débutant….). Le goto me centre le trapèze dans mon 12mm!!!! Ouf, excellent résultat! Au 40mm et 26mm a nébuleuse est bien sur assez fade par rapport à ce que j’ai pris l’habitude de voir mais cependant très jolie malgré le premier quartier de Lune et un ciel voilé. Les souvenirs d’adolescence remontent, notamment la première vision de cette splendide nébuleuse , très tôt le matin, accompagné de mon père dans le jardin. Je note que m43 est très marquée elle aussi. 
      Je demande alors au goto de m’indiquer m108 mais je ne vois rien dans l’oculaire, je passe alors à m82 qui se dévoile facilement bien que faiblement (encore une fois le ciel n’est pas de la partie). Je décale un peu le champ et parviens à observer m81 en même temps, avec leurs formes caractéristiques. 
      Je tente alors l’eskimo assez proche de la Lune mais sa luminosité le rend facilement observable malgré tout. Par contre la mauvaise collimation ne me permet pas de bien la détailler. 
      Je pointe ensuite m35 puis M46 qui paraissent assez pauvres à ce diamètre, dans un champ un peu étriqué… les limites de l’ETX en ciel profond….
      Malgré tout je suis heureux de retrouver ce télescope et de pouvoir le remettre en état de me donner de belles images du ciel, et surtout de bon souvenirs de mes débuts en astro!!! De mes télescopes, ce n’est pas le plus léger, le plus compact…ni le plus vite installé ou silencieux, mais c’est mon premier et c’est celui qui m’a fait découvrir les anneaux de Saturne, la tache rouge de Jupiter et les cratères lunaires!!!
    • By xavierc
      Dobson Strock 254/1200
      Au centre ouest du jardin de la maison à Fors dans les Deux-Sèvres

      6 dessins : 10271 à 10276

      Je profite d'un début de nuit dégagé avant l'arrivée prévue d'une perturbation à partir de 20h.
      Je me suis installé à 18h38, mais la nuit n'est pas encore complète, de toutes façons la Lune irradie en premier quartier passé dans les Poissons.
      En conséquence je pointerai, à l'opposé de Sélène, des objets qui passent dans ce fond lumineux, à savoir des amas ouverts.

      Du vent se manifeste sensiblement par moments mais la température anormalement douce pour la saison est très supportable.
      Le vent va se renforcer avec l'arrivée de la perturbation par le sud-ouest.
      Je débute la séance sur des amas ouverts entre Cassiopée et Persée.

      Observation 10271 : NGC657.
      Repéré comme un groupe d'étoiles dispersé et pauvre à 75x, il est mieux vu à 109x.
      Un nuage isolé gêne sur ce premier dessin puis le vent fait bouger le tube.


      A 19h, le clocher de l'église sonne pendant 2 minutes.

      Observation 10272 : NGC744.
      Il est évident à 75x car concentré bien que faible.
      Sa forme rectangulaire ressort bien à 150x.


      La turbulence est moyenne de 3 sur 5 à 150x.

      Observation 10273 : St4.
      Stock 4 est caractérisé à 75x, détaché bien que pas concentré.
      Ses étoiles sont plus brillantes que le reste de la zone, ça aide à le repérer.
      A 109x, il se révèle plus riche qu'attendu et qu'initialement vu.
      Pendant ce dessin, le vent redépointe le tube de quelques degrés, c'est soulant.


      Les gamins crient dans le quartier, ils s'échauffent pour le réveillon.

      Les illuminations de Noël de la rue au sud se reflètent faiblement sur le mur du garage et le font un peu scintiller.
      Elles s'éteignent comme le reste du village vers 20h30, économies d'énergie oblige.

      Je tente ensuite l'observation de Mars à 480x, mais elle turbule et gigote dans le champ de l'oculaire à 480x, c'est moche!
      Le vent par rafales se renforce.
      A 21h, de la musique et des voix m'entourent dans le quartier.

      Après un échec sur l'amas ouvert NGC1605, je me rattrape sur NGC1582 et d'autres amas entre Persée et le Cocher.

      Observation 10274 : NGC1582.
      Facile à 75x, il est vaste et fourni.


      Les premiers pétards de la nuit me font sursauter.

      Observation 10275 : Be68.
      Berkeley 68 est pauvre à 75x et 109x.
      Le vent dépointe le télescope.


      Observation 10276 : Ru148.
      Rupretch 148 est lui aussi pauvre à 150x, mais sa forme de triangle équilatéral le distingue de son environnement, malgré ses étoiles faibles.


      A 21h30, je meurs de faim mais je résiste afin de profiter au maximum de l'éclaircie plus longue que prévue.
      Et en effet des nuages débordent par le sud-ouest, envahissant l'ouest et le nord du ciel, puis le reste après 22h et un rapide coup d'oeil à M42.
      Contrairement à l'année dernière, je ne passerai pas à l'année suivante sous les étoiles, la faute à ces satanés nuages qui ont quand même eu le bon goût d'arriver deux heures plus tard que prévu.
    • By xavierc
      Dobson Strock 254/1200
      Au milieu du jardin de la maison à Fors dans les Deux-Sèvres

      8 dessins : 10263 à 10270

      Après un mois et demi sans observations, entre les affres de la météo et une trachéite persistante, me revoilà aux affaires, reprenant doucement les activités avec le demi-508.

      Il fait froid mais c'est supportable avec les affaires chaudes, bottes, gants et bonnets compris.
      Le village est éteint depuis 19h30 sauf le stade, d'où me parviennent les clameurs des joueurs, bien courageux vu les températures.

      J'ai oublié de recharger la lampe à dessin, dont la batterie est évidemment à plat.
      J'utilise en secours ma lampe de poche pendant les 2 heures nécessaires au rechargement de l'autre.

      Je suis prêt à observer à 20h43 après le dîner.
      Je commence avec des galaxies de la Baleine, car comme disent les collègues des forums, il faut sauter sur cette constellation quand on peut vu la météo variable en automne et le faible temps de culmination de ces constellations automnales quasi australes (avec Sculpteur, Fourneau et Eridan).

      Observation 10263 : NGC271.
      Pas vue à 75x, la galaxie est finalement détectée à 109x, et c'est parce qu'elle est presque collée à une étoile brillante de magnitude 8 qu'elle m'avait échappé à plus faible grossissement.
      Son centre condensé considérablement faible est presque stellaire.
      Un halo faible à perceptible diffus l'encercle.
      La turbulence est importante.


      Le train va passer à 21h puis à 21h30 son horaire habituel.
      J'entends des bruits d'oies, puis ce qui serait un paon. Bizarre dans une basse-cour, ça me rappelle le bois de Vincennes.
      Une mobylette bruyante est passée dans ma rue.

      Observation 10264 : NGC279.
      Je la vois à 109x dans le même champ que NGC271, puis à 75x, mais avec difficulté pour la différencier des étoiles faibles aux alentours.
      Elle est très faible et très diffuse, à la forme incertaine.
      Un avion passe dessus.


      Le ciel s'embrume par là, la Voie Lactée aussi est moins bien visible plus haut, la transparence chute. Je soupçonne aussi un voile côté sud.

      Une petite bise glaciale souffle, heureusement pas longtemps.
      Le chien à l'est donne un peu de la voix.
      A 22h, je vise plus haut des galaxies dans le Bélier vers les 60°-70° de haut où le ciel est meilleur.

      Observation 10265 : NGC691.
      Elle est faible et évidente à 75x bien que diffuse.
      A 109x, sa forme reste ardue. Une étoile semble s'afficher près du centre.


      Des voix délire hautes perchées fusent loin au nord-est.
      Je marque une pause chauffage à 22h30.

      Observation 10266 : NGC694.
      Cette galaxie n'est pas vue à 75x, par contre elle est facile à 150x, bien que minuscule, mais contrastée. Elle est très faible à VI1.


      Je reprends la séance sur la suite des galaxies du Bélier.

      Observation 10267 : NGC695.
      Faible et condensée, elle reste minuscule à 109x.


      Observation 10268 : NGC794.
      Vue dès 75x, toute rikiki, elle évoque à 150x une faible étoile floue.


      J'enchaîne sur un amas ouvert de Persée, le pointage est horrible car il est au zénith.
      C'est dur avec mes courbatures!

      Observation 10269 : NGC1496.
      C'est un petit amas ouvert faible à 75x, dessiné à 150x.


      Le givre se dépose sur les affaires et les télescopes, mais la transparence est meilleure, c'est donc cette humidité dans l'air, tombée depuis au sol, qui flinguait la transparence?

      Après une nouvelle pause chauffage à 0h15, je termine par une nébuleuse diffuse de Persée.

      Observation 10270 : NGC1491.
      La nébuleuse est vue tout de suite à 75x puis détaillée à 109x.
      Elle répond bien au filtre Oxygène 3 et pas du tout au filtre HBêta.
      Elle est faible et très diffuse, incurvée sans filtre et plus étendue qu'avec.
      Je note à contrario qu'avec le filtre Oxygène 3 sa forme est plus arrondie.


      La Voie Lactée hivernale est bien visible de Persée à la Poupe.
      Je me permets une autre pause chauffage et repos à 1h pendant une demi-heure, mais je suis encore trop fatigué.
      J'essaie de me remotiver en regardant une magnifique M42 pleine de détails et Mars qui à 343x montre aussi des détails bien que turbulente, mais la fatigue est la plus forte.
      Je ne pourrai remballer qu'à 3h30 après un cycle de sommeil, sous le croissant lunaire à un tiers.
      Je n'ai pas encore repris l'habitude des nuits blanches, j'espère faire mieux la prochaine fois.

       
  • Upcoming Events