Recommended Posts

Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

Ça doit pas être facile circuler proche du scope la nuit 🥱 

Superbe M76!!! On devine la double au centre! Bravo 

 

Martin

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci Martin!

il y a 26 minutes, Martin Bernier a dit :

On devine la double au centre!

Oui, je l'ai sur quelques brutes bien piquées, mais pas sur 4h...

Nathanaël

image.png.31fc67f9ac0a43f3c6554554e0559cf4.png

Edited by Nathanael
  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Magnifique cette Petite Haltère Nathanaël, bravo :)

Bonne journée,

AG

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour

 

La naine centrale est presque dédoublée sur la compil, bizarre... alors qu'elle est dédoublée sur la brute...  Tu as probablement des brutes moins bonnes qui gomment la résolution au moment de la registration.  Ou tu nous as encore fait un "vrai faux" binning 2 ;) qui réduit par 2 la résolution ? La petite full de 1470 pix semble en témoigner.

 

Christian

 

 

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Très jolie résolution à cet focale, bravo :) 

L'oeil pertinent de Christian est passé par là, c'est vrai que sur la brute on la voit bien dédoublée :) 

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Christian voit toujours tout oui, impressionant cette acuité quand meme.

Belle image en tout cas.

 

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci pour vos sympathiques commentaires! :)

Il y a 5 heures, christian_d a dit :

La naine centrale est presque dédoublée sur la compil, bizarre... alors qu'elle est dédoublée sur la brute...

Rien de bizarre là dedans : j’ai quelques très bonnes brutes avec une Fwhm comparable à la meilleure ci-dessus mais des dizaines d’autres avec une Fwhm moins bonne. En moyenne on arrive à 1,5’´, ce qui est déjà super mais insuffisant pour dédoubler correctement la naine.

Ceci dit, comme tu le supposes, j’ai bien fait du faux binning pour rehausser le signal des faibles extensions et de plus l’image à 0,26’´/p est moins jolie qu’à 0,52’´car les étoiles, aussi fines soient elles en ´´, sont déjà grosses à cet échantillonnage-là. 0,33’’/p ça passait, pas 0,26’´/p à mon sens à Fwhm 1,5’´.
Nathanaël

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,

 

Un séjour bien rentabilisé, c'est très beau, bravo !

 

Philippe

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Belle image avec cette focale, dommage de ne pas avoir pu rendre la centrale dédoublée sur la finale, mets les brutes à moins de 1.5" de côté, si jamais tu y retournes avec de très bonnes conditions, tu pourra refaire une luminance plus fine ;)

@+

 

Christian

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Bonjour,

 

Citation

j’ai bien fait du faux binning pour rehausser le signal des faibles extensions

 

Le faux binning2 logiciel ne rehausse en rien la détection, il n'apporte rien de mieux sur les faibles extensions.... voici une image de M76, à gauche en binning1 et à droite en binning2 logiciel, j'ai resserré les niveaux jusqu'au bruit et remis l'image bin2 au même format (avec Iris).

Sur l'image binnée de droite je ne vois pas de gain dans les faibles signaux, ainsi sur les extensions de M76. Les signaux sont plus "empatés".

 

 

c6lw.jpg

 

 

 

 

 

La même démarche avec une vue de l'étoile centrale, ici c'était du +- 1.7" d'arc depuis la région Lilloise, on voit le méfait du faux binning2 sur la résolution de la naine centrale de l'image de droite.... :

 

 

4y9q.jpg

 

 

Bref à mon sens ça ne sert à rien de faire du faux binning2 logiciel , non seulement tu ne gagnes rien en RSB (= détection et faibles signaux), mais tu perds en résolution et tu réduis le format de ton image par 2. 

 

 

Si Jean Claude passe par ici il sera sans doute intéressé par ce comparatif.

 

Amicalement

 

 

Christian

 

 

 

 

 

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

@christian_d On voit assez nettement sur ton crop de la double que le RSB est meilleur en BIN2 mais le prix à payer c'est la résolution.

RSB n'est pas forcément égal à "détection de faible signaux".

Tu peux détecter un faible signal sur une brute de 5min et après l'idée c'est de poser 12*5min pour augmenter le RSB même si on détecte déjà le "faible signal" sur 5min...

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Centrale dédoublée ou pas elle fine et détaillée Nathanaël ! Tu as dû te régaler là-haut :x

  • Like 1
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Citation

On voit assez nettement sur ton crop de la double que le RSB est meilleur en BIN2 mais le prix à payer c'est la résolution.

 

Bonsoir

 

Oui et non... (je ne suis pas Normand  ;))  :

 

1/ Oui. Quand tu binnes 2 fois logiciel tu augmentes effectivement la valeur des signaux présents et visibles en bin1. C'est normal puisque l'on regroupe des pixels.

2/ Non. Le gain RSB c'est le fait de pouvoir sortir des signaux noyés dans le bruit (RSB mini = 3). Quand je fais des acquisitions, plus je pose et plus j'augmente le RSB, au final la magnitude limite détectée (RSB >= 3) sera plus "profonde". Le fond de ciel est "plus riche" en faibles signaux. Nous sommes d'accord sur ce point ?

Mais ici quand je binne 2 fois logiciel je ne vois pas d'amélioration de la detection en fond de ciel,  je ne vois pas de nouveaux signaux qui sortent du bruit sur l'image de droite, pareil pour les signaux des extensions de la neb. Donc le RSB n'est pas meilleur. Tu vois ce que je veux dire ? Pourtant c'est bien la détection que l'on recherche en faisant du binning ? Non ? 

 

A mon sens le binning logiciel c'est bien pour réduire la taille des images, images de grands capteurs qui peuvent prendre de la place en taille mémoire. Sinon, quitte à binner il me semble plus judicieux de faire du vrai binning acquisiition, comme beaucoup le font pour le RGB, on gagne sensiblement en RSB, donc on peut poser moins longtemps qu'en bin1.

 

 

Amicalement et bonne soirée à tous,

 

 

Christian

 

 

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

En fait tout le monde dit un peu la même chose, j'aime bien la paix et l'amour entre ASTRAMS :)

 

@skuenlin je suis complètement en phase avec toi. Détection et RSB sont deux choses différentes. Quand on BIN2 logiciel, on ne détecte rien de plus, mais on améliore ce qui est déjà présent. Et ça c'est très important pour le post-traitement. c'est même un game-changer. J'en atteste absolument et sans réserve !

@christian_d, tu as aussi raison de dire qu'on ne détecte rien de plus en BIN2 logiciel. Et c'est normal, on ne crée aucun signal. Tout ça est intuitivement assez évident. Le but n'est pas de détecter des choses en plus mais de mieux les extraire du bruit. Tu vois le truc ?

 

@jean dijon explique tout ceci très bien, de manière très didactique. SI tu passes par-là Jean, ton site a été une source précieuse dans ma progression.

 

De mon expérience personnelle (car rien ne vaut l'expérience). Selon les sujets il m'arrive de conserver les BIN1 pour les étoiles. de traiter les zones étendues en starless BIN 2 pour améliorer le RSB, puis de remettre tout ça à la même échelle . Comme ça j'ai le meilleur des 2 mondes. Faut pas être timide et multiplier les dimensions de traitement. Sur NGC 5907 du T1000 j'ai généré 50 calques O.o

 

Mon credo c'est la transformation de données (0 et 1) en images. Choses très différentes. L'une est technique et se chouchoute en prétraitement, l'autre fait Waouh et excite le cerveau sur une vision particulière d'un objet! Avec toute la difficulté de ne jamais tromper les données, jamais rien rajouter. Chaque masque, chaque calque, vient de la donnée.

 

Ma méthode actuelle consiste à faire les brutes, ou à les analyser lorsqu'elles viennent d'un autre opérateur. Puis de décider ce que je veux voir à la fin de cet objet  (je vais jusqu'à faire un croquis) et de trouver le chemin pour joindre les deux. En clair, j'ordonne à la donnée d'aller là où je veux. Fini le temps de tirer des courbes pour voir ce que les données ont dans le ventre, puis je m'arrête et j'appelle ça une image quand ça sature. Je fixe mon objectif (pas trop exagéré par rapport à la donnée) et je contrains la donnée en la respectant dans sa structure. Depuis que je fais ça, je me régale et surtout j'ai l'impression d'avoir changé totalement ma manière de faire. C'est sans doute la vieillerie qui rentre.

 

Dans cette philosophie ce que fait Nathanaël est très bien à mon goût. D'autres Astrams ici travaillent comme ça. Et j'adore. Après on aime ou pas

 

Pour illustrer mon propos peut-être un peu enflammé, prenons ton image Nathanël. Tu constates une séparation nette de la centrale sur quelques brutes. Ben tu montes une luminance avec seulement ces brutes-là après tri. Un starless ou tu ramènes des étoiles plus sévèrement sélectionnées. Tu n'as pas trompé ta donnée, mais tu en a extrait le meilleur dans chaque domaine. Et tu remixe tout ça.

 

Perso je travaille toutes mes images en 3 axes :

 

  • Luminance
  • Colorimétrie
  • Fréquences spatiales

 

Ces domaines peuvent être totalement disjoints durant le traitement. Et leur rassemblement visionnaire à la fin fait... WaouHHH.

 

Désolé si j'ai été long sur cette envolée lyrique...

 

Je résume : la donnée est une partition, l'image en est l'exécution orchestrale. Sa dimension humaine.

 

JF

 

Edited by jeffbax
  • Like 6

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 48 minutes, jeffbax a dit :

de traiter les zones étendues en starless BIN 2 pour améliorer le RSB,

Je confirme: j'ai même poussé jusqu'au bin 4 sur des extensions de M51...

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, christian_d a dit :

Oui et non... (je ne suis pas Normand  ;))  :

C'est oui. C'est évident pour les CCD.

Mais même pour les CMOS, le fait de binner (qui est un binning logiciel) permet de moyenner le bruit (je ne sais plus lequel, peut-être le bruit de lecture) et donc de réduire le bruit.

Avec une CCD au augmente le numérateur du rapport Signal / Bruit.

Avec un CMOS on diminue le dénominateur du rapport Signal / Bruit.

L'effet est cependant moins sensible sur le CMOS que le CCD.

Dans les deux cas on perd en résolution. Mais pour des extensions diffuses et mal définies, in fine si ça permet de les voir au lieu de les deviner, c'est toujours mieux.

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 7 heures, SPICA a dit :

C'est oui. C'est évident pour les CCD.

Mais même pour les CMOS, le fait de binner (qui est un binning logiciel) permet de moyenner le bruit (je ne sais plus lequel, peut-être le bruit de lecture) et donc de réduire le bruit.

 

Oui tu as raison, si tu binnes à l'acquisition, tu gagnes un peu plus en CCD qu'avec un Cmos. 

 

Citation

L'effet est cependant moins sensible sur le CMOS que le CCD.

Dans les deux cas on perd en résolution. Mais pour des extensions diffuses et mal définies, in fine si ça permet de les voir au lieu de les deviner, c'est toujours mieux.

 

Oui bien sur, c'est tout l'intérêt de faire du binning 2 à l'acquisition (et non à posteriori avec Iris sur une image déja acquise.. qui est purement fantaisiste.)

 

Amicalement

 

Christian

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 11 minutes, christian_d a dit :

Oui bien sur, c'est tout l'intérêt de faire du binning 2 à l'acquisition

oui je parlais binning à l'acquisition mais dans le cas d'un CMOS, je ne suis pas assez callé pour savoir s'il y a une différence entre le binning logiciel qui est fait par la caméra après que les photons ont été transformés en électrons dans tous les cas, ou par un logiciel de traitement quand le signal est déjà numérisé. Je suppose que ça peut dépendre de la façon dont les choses sont programmées.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 14 minutes, SPICA a dit :

oui je parlais binning à l'acquisition mais dans le cas d'un CMOS, je ne suis pas assez callé pour savoir s'il y a une différence entre le binning logiciel qui est fait par la caméra après que les photons ont été transformés en électrons dans tous les cas, ou par un logiciel de traitement quand le signal est déjà numérisé. Je suppose que ça peut dépendre de la façon dont les choses sont programmées.

 

Oui, il faudrait que tu regardes la différence entre binning acquisition CCD et binning acquisition Cmos. Mais dans les 2 cas on reste sur de l'acquisition. Nous sommes d'accord ?

 

 

 

Il y a 9 heures, jeffbax a dit :

tu as aussi raison de dire qu'on ne détecte rien de plus en BIN2 logiciel. Et c'est normal, on ne crée aucun signal. Tout ça est intuitivement assez évident. Le but n'est pas de détecter des choses en plus mais de mieux les extraire du bruit. Tu vois le truc ?

 

Ah, c'est bien, on avance... 

Le sujet n'est pas enflammé et reste "friendly" comme l'on dit.

En revanche, non, je ne vois pas le truc dont tu parles.. Que veux tu voir de mieux ? On ne voit rien de mieux en basses lumières,.. Des étoiles plus lumineuses ? Tu sais bien que n'importe quel postraitement en bin1 peut donner la même chose sur des signaux élevés comme les étoiles... sans perdre la résolution et la taille d'image.

 

 

 

 

 

Edited by christian_d

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By fab92
      Hello, 
       
      C'était "ma cible de l'hiver", bon avec la lune, les nuages d'altitude et un déménagement en prévision, pas sur que je puisse lui en remettre en plus...
       
      Donc voici M78 aka le fantôme de Casper ou le fantôme d'Orion, dans la constellation, d'Orion. C'est un objet relativement faible, la nébuleuse en soit n'est pas forcément dure à faire ressortir, mais tous les nébulosités autour, cela n'est pas aussi simple .
      J'ai mis 2 semaines à trouver le bon traitement, entre les zones sombres, faire ressortir les nuages autour de la nébuleuse centrale, et ne pas trop cramer cette nébuleuse au centre !
      Merci Pix  (sans BlurX, sans StarX, sans Starless...) !!!
       
      EXIFS
       
      Setup : 
      Lunette --> TOA 150 avec reducteur @770mm de focale (F/5.1)     ----->     échantillonnage 1"
      Imageur--> ASI6200MC sans filtre G : 100 - T : -10°
      Monture --> 10Micron 1000HPS non guidée
       
      Acquisition : 
      73x300s (dont 4x300 avec un filtre du band)
      9x600s (dont 1x600 avec un fitre duo band)
       
      Soit 7h35 au total. J'aurais aimé lui en mettre 20h au moins mais ca ne sera surement pas cet hiver  
       
       
      Bon ciel 
       
       

    • By Superfulgur
      Il y a deux semaines, entre deux cessions d'observations d'astéroïdes par des équipes pros, j'ai pu bénéficier de quelques "fenêtres" libres de quelques heures dans le planning C2PU. 
      Du coup, j'ai cherché le plus près possible du méridien, et, sans savoir à quoi m'attendre, j'ai pointé............... ça.
       
      Je ne connaissais NGC 1931, dans le Cocher, ni d'Eve ni d'Adam, mais les premières brutes m'ont donné envie d'insister, j'ai bien fait, cette nébuleuse, apparemment peu connue et photographiée, est absolument somptueuse...
       
      Après avoir fait une série de RVB, je me suis fait gronder par David et Jeff, qui ont couiné pour avoir de la luminance, aussi... Si tôt dit, si tôt fait, du coup :
       
      NGC 1931, télescope de 1 mètre Omicron C2PU à F/3.3, caméra QHY600, RVB, 2 h 30 min par filtre, plus 4 heures de luminance.
       
      Traitement, somptuaire, comme d'hab, par @jeffbax   
       
      S
       
       
       
       
       


    • By home91
      Bonsoir,
       
      hier soir, j'ai profité d'une timide éclaircie en RP pour tester ma toute nouvelle caméra : une ASI585MC de chez ZWO.
      Cette caméra bénéficie d'un assez grand capteur et de la dernière techno de capteurs sans amp glow, faible bruit, etc. Je vous laisse aller voir sur le site pour plus de détails.
       
      Les conditions n'étaient pas terribles avec un vent assez fort, des passages nuageux et une Lune déjà bien présente.
       
      Trois petits essais, le premier sur la Lune derrière une Orion 80ED. Quel plaisir de mettre la Lune en entier sur le capteur.
      Ensuite direction M42, juste avec un filtre IR-cut et sans filtre anti pollution lumineuse. Deux images, l'une avec 48 x 1s et l'autre 166 x 5s.
      Cette caméra est très prometteuse avec peu de bruit et quelques pixels morts mais cela se corrige facilement avec les darks.
       
      Vivement un ciel plus calme et plus propice à d'autres essais.
       
      Bon ciel,
      Olivier



    • By AstroChile
      Bonjour à tous, 
       
      Nous revoici fin prêts avec une nouvelle image et surtout un nouveau setup déployé au Chili après "upgrade" du CDK 12.5 que nous avions là-bas. Seule la caméra est restée la même, tout le reste a été changé. Il a fallu du temps (beaucoup de temps) et toute la patience de @Jean-Philippe Cazard pour arriver à ce résultat.  
       

       
      NGC 2359. Team Astrochile. 
      CDK 500 avec monture Planewave L-500 pilotée par PWI4. Caméra QHY600MM, focusing avec PWI3.
      Séquenceur CCD Autopilot.
      Traitement image par Siril, Pixinsight, PS.
      Luminance : 16x300s, R, G et B : 12x300s
      Pour la luminance, toutes les poses ont été conservées, elles ont un FWHM compris entre 1,5 et 2,0" d'arc, avec une moyenne à environ 1,7" d'arc
       
      Niveau 0 : Fameuse nébuleuse diffuse à émission en forme de casque ailé, NGC 2359 doit son petit nom de Casque de Thor à sa forme assez caractéristique. De taille digne d'un dieu nordique, ce casque céleste mesure une trentaine d’années-lumière de diamètre.

       

       
      Nébuleuse en émission située dans la constellation du Grand Chien à environ 15 000 années-lumière du système solaire, NGC 2359 a été découverte par William Herschel en 1785.
       
      La nébuleuse en émission NGC 2361 est un "grumeau lumineux" située en bordure de NGC 2359 découvert par Bigourdan le 25 février 1887. Aujourd’hui, elle n’apparait plus dans la base de donnée de Strasbourg (Sinbad), fusionnée avec NGC 2359.
       

       
      Niveau 1 :
       
      Ce "casque" est une bulle de gaz interstellaire (le nuage moléculaire environnant) soufflée par les vents d’une étoile massive et brillante en son centre, extrêmement chaude, de type Wolf-Rayet (WR), en l’occurrence ici WR7.
       
      Les étoiles WR sont des géantes bleues massives rares extrêmement chaudes qui se trouvent dans une brève étape de l'évolution stellaire précédant l'explosion en supernova.  Elles développent des vents stellaires dont la vitesse peut atteindre des millions de kilomètres par heure. La structure « torturée » du Casque est liée à des interactions avec un grand nuage moléculaire, qui ont entrainées la formation de cette architecture complexe et notamment de ses structures courbées. A titre de comparaison, il suffit de regarder la forme nettement plus harmonieuse de la Nébuleuse de la Bulle :
       

       
      Nébuleuse de la bulle par @danielo
       
       
      Avec un taux d'expansion du Casque variant entre 10 km/s et 30 km/s selon l'endroit considéré, l'âge de cette nébuleuse donc est estimé entre 78 500 et 236 000 ans (cad un peu après l’époque où l'Homme de Saccopastore parcourait la terre près de Rome).
       

       
      L'Homme de Saccopastore, il y a environ 250 000 ans.
       
       
       
      Niveau 2 : Le vert-émeraude de cette nébuleuse provient des fortes émissions des atomes d'oxygène dans le gaz rougeoyant
       
       

       
      Image réalisée par le VLT pour célébrer le 50e anniversaire de l'ESO.
       
      La structure filamenteuse du Casque de Thor renferme une masse de gaz ionisé estimée à environ 70 M⊙, alors que la masse de l'ensemble du complexe ionisé est comprise entre 850 et 1100 M⊙. La masse totale du gaz neutre, située en périphérie de la bulle, est d'environ 320 M⊙. Toute cette matière ne provient pas de l'étoile ; il s'agit en grande partie du milieu interstellaire balayé par les vents stellaires. En tenant compte de toutes les composantes de la bulle, la masse totale de l'ensemble est d'environ 2200  M⊙.
       
      Niveau 3 :
       
      L’émission de rayons X de NGC 2359 peut être décrite par un modèle d'émission de plasma optiquement mince. Les observations de XMM–Newton montrent ci-dessous la composante d’émission X de NGC 2359 :
       

       
      Image composite en couleur de l'observation XMM-Newton de NGC 2359.
      Les couleurs rouge et verte correspondent aux bandes Hα et [O III] et la couleur bleue correspond à l'émission de 0,3-1,1 keV.
      Les sources ponctuelles ont été supprimées de cette image. J. A. Toalá et al. 2015.
       
       
       
      @Jean-Philippe Cazard et @JB Gayet
       
       
       
      Sources :
       
      Wikipedia
       
      J. A. Toalá, M. A. Guerrero, Y.-H. Chu, R. A. Gruendl, On the diffuse X-ray emission from the Wolf–Rayet bubble NGC 2359, Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, Volume 446, Issue 1, January 2015, Pages 1083–1089, https://doi.org/10.1093/mnras/stu2163
    • By RIGEL33
      Lors de la sortie improvisée du vendredi 20 janvier 2023, en attendant que la comète C/2022 E3 (ZTF) soit assez haute pour lui tirer le portrait, j’ai décidé d’imager une cible facile mais très photogénique, qui se révèle bien en grand champ : la nébuleuse de la Rosette.
       
      Cette nébuleuse diffuse, pouponnière d’étoiles, se situe dans la constellation de la Licorne, entre Orion et le Petit Chien. Cataloguée comme Caldwell 49 et NGC 2237, elle s’étend sur 130 années-lumière dans sa plus grande dimension. 10.000 fois plus massive que notre Soleil, sa lumière met 4.700 années pour nous parvenir.
      La Rosette, comme toutes les nébuleuses en émission, est composée de nuages de gaz ionisé dans le milieu interstellaire qui absorbent la lumière d'une étoile chaude proche et la réémettent sous forme de couleurs variées à des énergies plus basses.
       
      Photos prises le 20 janvier 2023 à Saucats (33) – Canon 40D défiltré partiel avec objectif Sigma 70-300, focale à 190 mm, ouvert à 5,0, sur monture StarAdventurer (sans goto ni autoguidage).
      75 poses de 60 s – ISO 1600 – 25 DOF – Iris et Toshop.
       

      (cliquez sur l’image pour voir la full)
  • Upcoming Events