COM423

C/2022 E3 (ZTF) revient le matin : en route vers un beau spectacle en janvier/février *** MAJ du 27/11/2022 en page 2***

Recommended Posts

MAJ le 27 novembre 2022

-------------------------------------------

Nouvelle fenêtre de beau temps, une semaine plus tard. La comète est toujours aussi basse mais la turbulence un peu moins féroce, ce qui a permis de retenir un peu plus de poses ( @ValereL c'est cadeau ;)):

 

( Clic droit puis Ourvir dans un Nouvel onglet/Nouvelle Fenêtre pour voir l'image à sa pleine résolution )

r_pp_C2022E3_27nov2022_etoiles_W3SH3_miror_grad_photom_Green_Asinh_HGS_3Arrsec_Pixel.jpg.d33210b940ef3f2672630c098e5de26f.jpg

Newton SW 200/800 avec correcteur de coma, caméra ASI 294-MCpro + IR-cut,  Nord à peu près en Bas

Monture AZ-EQ6 - ASIAir - poses guidées avec dithering

Le 27 novembre entre 05h00 et 05h35 utc

27 poses de 01 min à -20°C et Gain 120, Temps d'intégration de 00 h 27 min

 

Traitement Siril 1.0.6, Finition avec Gimp 2.10.28

Échantillonnage ramené à 3"/pixel  turbulence...)

 

L'ajout de quelques poses et peut-être un ciel plus transparent permettent de mieux voir les structures de la comète :

  • La coma fait 2.0' de diamètre pour sa partie le plus brillante mais elle est entourée d'un vaste halo bleuté qui porte ce chiffre à 6.6'
  • La queue de poussières est la plus marquée, elle est en éventail axée en gros sur PA=45° et visible sur 17 à 20' de longueur,
  • La queue de gaz reste un peu faible mais on peut la suivre sur une longueur de 30' vers PA=356°

Elle commence à montrer tout le potentiel de ce qui nous attends en fin d'année !

 

Et les meures photométriques sont très proches de celles de la semaine dernière :

  • Magnitude nucléaire : m2  = 12.2 (rayon de 6")
  • Magnitude totale : m1 = 9.3 (rayon de 3.1')

Bonne nuit.

  • Like 4

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By COM423
      Bonsoir,
       
      Comme il ne fait pas très beau en ce moment, je vous propose un petit jeu :
       
      En imageant l'astéroïde 65803 (Didymos), celui heurté par la sonde Dart, dans la nuit du 26 au 27 novembre, j'ai capturé au passage la petite comète 107P/Wilson-Harrington puisqu'elle était dans le même champ !
      Normalement :
      une comète c'est un objet diffus, un astéroïde c'est un objet ponctuel et d'aspect stellaire  
      Alors saurez-vous les trouver dans l'animation de la séquence ?
       

      36 poses de 02 minutes le 27/11/2022 de 01h26m51s à 02h48m46s utc
       
      Oui, je sais c'est pas cool, il n'y a même pas de flèche et, en plus, bien sûr il y a un piège
       
      C'est à ce stade juste un teaser, je dois encore faire les mesures photométriques et bien sûr le montage figeant à la fois les étoiles, la comète et l'astéroïde...
      Il y aura donc bien sûr une suite plus complète.
       
      Bon week-end.
    • By COM423
      Bonsoir,
       
      La comète 61P/Shajn-Schaldach a été découverte en 1949, sa période de révolution actuelle est  de 7 ans (plusieurs approches de Jupiter l'ont modifiée depuis 1949) et elle est passée au périhélie le 23/10/2022. Ce n'est pas un astre très brillant (sa magnitude absolue(1) est mo=12...) mais elle était assez photogénique cet automne et intéressante à suivre.
       
      Le 16 novembre, elle passait non loin de la galaxie NGC 450 et ce fut donc l'occasion de pimenter cette observation cométaire
      Manque de bol, les cirrus ont bien vite interrompu la séance et seules 17 poses de 3 minutes purent être conservées, ce qui est un peu juste pour cet exercice
       
      Il a fallu attendre 3 nuits pour retrouver du beau temps. Mais il se trouve que 61P se déplaçait alors très lentement : à peine 0.025"/min le 16 et 0.036"/min le 19 novembre.
      Du coup, il a été possible de compositer les images des 2 observations malgré les 3 nuits les séparant, ce qui n'est pas courant !
       
      Pour illustrer, voici d'abord une petite animation avec les compositages des deux nuits pris séparément :

      (l'échelle de ce crop est de 3"/min, le Nord est vers le Bas)
       
      Partant de là :
      le compositage stellaire des deux nuits donnent le meilleur pour le ciel profond, mais on se retrouve avec 2 images de la comète (ce n'est pas une fragmentation !) :
       
      et le compositage cométaire des deux nuits donne le meilleur de la comète, mais ce sont les étoiles et les galaxies qui sont alors dédoublées :
       
       
      Cruel dilemne, car la comète et NGC 450 méritent mieux :

       
      J'ai donc réalisé un montage avec le meilleur des deux approches, que je vous invite à parcourir sur le full :
       
      ( Clic droit puis Ouvrir dans un Nouvel Onglet/Nouvelle fenêtre pour la voir à 100% )

      Newton SW 200/800 avec correcteur de coma, caméra ASI 294-MCpro + IR-cut,  Nord à peu près en Bas
      Monture AZ-EQ6 - ASIAir - poses guidées avec dithering
      Les 16 novembre (19h30 - 20h35 utc) et 19 novembre  (21h26 - 22h35 utc)
      36 poses de 03 min à -15°C ou -20°C et Gain 120, Temps d'intégration de 01 h 48 min
       
      Traitement Siril 1.0.6, Finition avec Gimp 2.10.28
      Échantillonnage ramené à 2"/pixel
       
      Grâce au mouvement apparent très faible de la comète, j'ai donc pu finalement rattraper le coup
       
      Elle montre une chevelure de 1.3' de diamètre et une queue de 3.4' de longueur dirigée vers PA=286° (à gauche sur ces images avec le Nord en Bas) que le cumul des deux nuits n'est pas de trop pour faire ressortir d'autant que la chevelure est aussi bien evasée vers le bas.
       
      Côté photométrie (UCAC4), les mesures donnent :
      une magnitude nucléaire : m2=17.3 ( ouverture de 6" ) une magnitude totale : m1=15.4 ( ouverture de 2.1' )  
      Je suis assez content du résultat obtenu et j'espère que le montage vous plaira à vous aussi
       
      Bonne nuit.
       
      (1): c'est l'éclat qu'elle aurait en étant distante de 1 ua du Soleil et de 1 ua de la Terre
    • By COM423
      Bonsoir,
       
      Je vous ai proposé hier soir un petit fil sur l'observation d'un duo cométaire :
      mais ne vous avais pas tout dit...
       
      Le compositage calculé pour révéler la petite C/2022 S4 (Lemmon) a, par le plus pur des hasards, révélé au passage 4 astéroïdes de plus
       
      Pour tout dire, il y en a même un qui a un mouvement si proche de celui de la comète, que quand j'ai fait les mesures photométriques quelques jours après le compositage lui-même, je me suis trompé de cible et c'est lui que j'avais d'abord mesuré
       
      Cette mésaventure illustre bien, je trouve, toute la puissance du compositage pour révéler les astres faibles : un exercice plus délicat pour les cibles en mouvement puisque le compositage doit être spécifique au déplacement de l'astre imagé.
       
      Deux astéroïdes seulement avaient laissé une traînée visible sur le compositage stellaire du champ :

       
      Alors que l'on détecte cette fois la traînée laissée par 6 astéroïdes sur le compositage calculé sur le déplacement théorique de C/2022 S4 (Lemmon) :

       
      Il faut dire qu'il y a du monde qui se baladait dans ce champ :

       
      Je ne me suis pas amusé à faire un compositage calculé pour chacun (faut pas exagérer ), mais il est intéressant de voir qu'il y en a de bien faibles qui, du fait de leur mouvement apparent assez proche de celui de la comète, sont mis en évidence :


       
      Amusant de révéler des astéroïdes en calculant le compositage sur le mouvement d'une comète !
      Ça rappelle la technique de recherche par "tracking synthétique" merveilleusement exploitée notamment par Alain MAURY et Georges ATTARD  (Cf les posts passés intitulés "deux français à l'honneur").
       
      Cette illustration de la technique, purement fortuite ici, m'a amusé et j'ai eu envie, du coup, de la partager avec vous
       
      Bone soirée.
    • By COM423
      Bonsoir,
       
      Il y a quelque temps que l'occasion de capturer deux comètes dans le même champ ne s'était plus présentée. Je suis donc content de vous proposer un nouveau duo imagé durant la lunaison de novembre entre :
      P/2022 L3 (ATLAS) dont je vous ai déjà parlé plusieurs fois(1), et la très discrète C/2022 S4 (Lemmon), découverte le 19 septembre dernier.  
      Deux astéroïdes se sont également tapés l'incruste, en laissant une petite traînée sur le compositage stellaire :
       
      ( Clic droit puis Ouvrir dans un Nouvel Onglet/Nouvelle Fenêtre pour voir l'image à 100% )

      Newton SW 200/800 avec correcteur de coma, caméra ASI 294-MCpro + IR-cut,  Nord à peu près en Bas
      Monture AZ-EQ6 - ASIAir - poses guidées avec dithering
      Nuit du 19 au 20 novembre 2022 entre 19h00 et 21h25 utc
      62 poses de 02min à -20°C et Gain 120, Temps d'intégration de 02 h 04 min
       
      Traitement Siril 1.0.6, Finition avec Gimp 2.10.28
      Échantillonnage ramené à 2"/pixel
       
       
      P/2022 L3 (ATLAS)
      ================
      Elle est passée au périhélie le 29 cotobre, et elle commence déjà à faiblir un peu :
      magnitude nucléaire : m2 = 16.4 (rayon d'ouverture de 6") magnitude totale, m1 = 14.7 (rayon d'ouverture de 2.1')  
      Côté mensurations, l'image révèle :
      une chevelure encore étendue de 1.6' de diamètre et une  queue de poussières qui a bien diminué en 3 semaines : 7.3' de longueur vers PA=214°
       
       
      C/2022 S4 (Lemmon)
      ================
      C'est donc une toute nouvelle comète, découverte deux mois plus tôt (à la magnitude 20.6). C'est encore un astre faible :
      magnitude nucléaire : m2 = 19.4 (rayon d'ouverture de 6") magnitude totale, m1 = 19.2 (rayon d'ouverture de 38")  
      Côté mensurations, l'image révèle :
      une chevelure diffuse de 12" de diamètre seulement et une  possible queue de 25" de longueur vers PA=31°, si faible que je n'en suis pas sûr...  
      La voici en gros plan, zoomée 2x, donc à 0.63"/pixel :

      Elle ne passera au périhélie que le 17 juillet 2024, où elle devrait alors monter vers m1=14.5.
       
      Bon dimanche.
       
      *** Edit 04/12/2022 - 13h11 loc *** : changement de l'image avec le bon libellé pour C/2022S4, merci @ALAING de me l'avoir signalé
       
      (1) : dernier post ici
       
    • By COM423
      Bonsoir,
       
      J'ai déjà eu le plaisir de partager ici quelques images de la comète P/2022 L3 (ATLAS)1 plutôt intéressante à imager malgré sa magnitude peu engageante.
      Je vous la propose ce soir dans son bain d'IFNs capturée dans la nuit du 28 au 29 octobre dernier :
       
      ( Clic droit puis Ouvrir dans un Nouvel Onglet/Nouvelle Fenêtre pour voir l'image à 100% )

      Newton SW 200/800 avec correcteur de coma, caméra ASI 294-MCpro + IR-cut,  Nord à peu près en Bas
      Monture AZ-EQ6 - ASIAir - poses guidées avec dithering
      Nuit du 28 au 29 octobre 2022 entre 22h16 et 01h55 utc
      79 poses de 02min à -15°C et Gain 120, Temps d'intégration de 02 h 38 min
       
      Traitement Siril 1.0.6, Finition avec Gimp 2.10.28
      Échantillonnage ramené à 2"/pixel
       
      Elle a grapillé une demi-magnitude en un mois :
      magnitude nucléaire : m2 = 16.1 (rayon d'ouverture de 6") magnitude totale, m1 = 14.7 (rayon d'ouverture de 50")  
      Côté mensurations, l'image révèle :
      une chevelure de 1.3' de diamètre et une  queue assez bien visible sur 12' de longueur vers PA=228°  
      Si on pousse bien le contraste, on la suit sur 17' :

      ( Canal Vert, négatif, échelle native de 1.25"/pixel )
       
      La comète est photogénique mais la queue reste assez faible (c'est quand même un astre de magnitude 15).
      Mine de rien c'est  une chance du coup que la comète était placée dans une position exempte d'IFNs car ces dernières sont vraiment bien présentes dans le champ et elles auraient bien perturbé la détection de la queue si celle-ci s'était projetée devant elles...
       
      L'ensemble donne une composition assez originale je trouve qui, je l'espère, vous plaira aussi
      Bonne soirée.
       
       
      1 : dernier post ici :
       
  • Upcoming Events