• 0
bpollet

Acheter son matériel - Tube optique : Mode d'emploi - S'y retrouver dans la jungle des prix et le jargon technique

Question

Bonjour, je prépare un petit article pour les membres du clubcassini de Versailles, et je voulais vous en faire profiter en primeur. Je pense que ça peut être utile à plein de débutants, ici.

 

Peut-être mériterait il d'être épinglé? je ne sais pas. Je laisse les administrateurs en juger, d'ailleurs, je ne sais même pas si je poste au bon endroit sur le forum.

 

En tout cas, n'hésitez pas à compléter, commenter, m'insulter..

 

 

A l’approche des fêtes de noël, vous souhaitez peut être acheter de quoi observer le ciel, mais vous êtes complètement perdus dans la jungle des prix et le jargon des astronomes amateurs. Vous avez déjà identifié un “tube” ou tuyau comme disent certains, mais vous ne comprenez pas pourquoi les prix vont du simple au triple voire beaucoup plus dans certains cas en fonction du modèle. 

 

Alors ce post est fait pour vous. Il n’a pas pour vocation de débattre de l’utilité d’un télescope par rapport à une lunette. Je rappelle toutefois les domaines d’emploi des différents types de télescopes par ce très bon tableau tiré du site d’Optique Unterlinden.

 

comparaison-tube.JPG.db97d2ac7668c0ca550fa9dda3fc027c.JPG

 

Voilà, maintenant que c’est présenté (succinctement et sans explication, je vous l’accorde),  je présume que votre choix est fait. Si ce n’est pas le cas et que vous êtes débutant vous pouvez commencer par ce test:

https://www.webastro.net/Pages/choix_instrument_astronomie/

 

Le but de ce post n’est vraiment pas de troller le forum, mais juste de vous expliquer le plus simplement possible (et donc je ne serai pas exhaustif) ce qui fait d’un télescope ou d’une lunette un produit beaucoup plus cher qu’un autre. Comme je ne suis sponsorisé par personne (pourtant j’aimerai bien), j’essaierai de ne donner aucune marque. Aussi, je ne rentrerai pas dans le débat du pays de fabrication. Il a de très bons opticiens partout dans le monde, même en Chine! D'ailleurs le premier fabricant mondial de télescope et de lunettes est chinois et il tire très honorablement son épingle du jeu sur le plan qualité et finition. Mais il est évident que ces produits d’Extrême Orient restent globalement moins chers que les produits européens, (même si ces dernières années, les coûts d’importation inversent doucement la tendance).


 

Je n’aborderai que 2 types de tube, le tout pouvant être transposé aux autres tubes:

  • Le réfracteur ou Lunette
  • Le réflecteur ou télescope de Newton

 

La lunette

La lunette est un instrument de choix pour l’astronome amateur, il est simple à utiliser, ne nécessite pas de collimation, et généralement propose de courtes focales pour ceux qui veulent observer/photographier les grands champs stellaires. Mais à focale et diamètre équivalent on trouve différents modèles.

La lunette est composée d’un élément de verre (lentille) que la lumière traverse et qui “focalise” le faisceau lumineux jusqu’à l’oculaire, au point focal.

schema-lunette.jpg.4e9d38d6dde143c2a4ab87fa96fe93f1.jpg

 

La lunette “simple”:

Les lois de l’optique et de la diffraction indiquent que le foyer d’une lentille en verre est différent en fonction de la longueur d’onde de la lumière. En d’autres termes, pour un faisceau de lumière blanche qui rentre par la lunette, la composante rouge ne se focalise pas au même endroit que la composante verte ou bleue. Les opticiens appellent ce phénomène l'aberration chromatique.

achromatique.jpg.77178d7b03324582cbdea48e4e0cd24b.jpg

Les premiers prix sont souvent des verres simples et pour de courtes focales c’est un problème puisque l’on n’arrive pas à obtenir une image parfaitement nette dans le rouge et dans le bleu en même temps. Pour de longues focales (F/D 10) le problème est moins gênant car moins prononcé. 

 

Le doublet

Pour compenser l’aberration chromatique, les opticiens ont inventé des formules à deux lentilles dont une est une lentille Extra low Dispersion (ED). Cette lentille, difficile à fabriquer, est coûteuse et peut être de différents types (nous ne rentrerons pas dans le détail). L’utilisation de ce verre, que l’on appelle verre de Crown (1) associé à un verre plus fin ou verre de Flint (2) permet de diminuer drastiquement les effets de l’aberration chromatique.

Doublet.jpg.0ecd38d116ff9fece831081b9d479fc7.jpg

 

Généralement seule la composante verte/bleue reste mal corrigée.

 

Le doublet fluorite

Le doublet fluorite est un doublet comme les autres, c’est juste qu’il utilise un verre de Crown avec la plus faible dispersion chromatique possible. Ce verre n’en est pas un en réalité, il s’agit d’un cristal particulièrement difficile à travailler: La fluorine qui est composée de fluorure de calcium CaF2.

Fluorine-1C.jpg.eebad811e8c75f8ea49120cac3fc2ec5.jpg

On trouve dans cette catégorie principalement des lunettes de fabrication japonaise (il y a plusieurs marques). Mais la qualité de fabrication japonaise associée et l'élément coûteux qu’est la fluorine en font des lunettes très chères, mais presque totalement exemptes d’aberration chromatique.

 

Le triplet

Heureusement il existe une solution moins coûteuse que l’emploi de la fluorine pour réduire l’aberration chromatique: L’emploi de trois lentilles dans ce qu’on appelle le triplet ou lunette apochromatique. Il n’est pas rare qu’entre les 3 lentilles faites de matériaux différents on trouve des liquides avec des propriétés optiques particulières dans le but de ramener le foyer de toutes les longueurs d’onde au même endroit. Il en résulte des images très nettes.

Apochromat_2.jpg.44f29e1391333908c3dca1a926e03e9a.jpg

Ce sont les lunettes les plus chères, mais qui procurent avec les doublets fluorites les meilleures images. Toutefois elles sont plus lourdes que les doublets fluorites à cause de l’emploi de 3 éléments de verre.

 

Les variantes: quadruplet et quintuplet

Le chromatisme n’est pas le seul défaut des lunettes. Les lunettes souffrent d’un autre mal: le champ n’est plan que sur une portion de l’axe optique. Alors que cela ne pose pratiquement pas de problème à l’observateur visuel, le photographe peut se retrouver, s’il utilise un grand capteur, avec des étoiles étirées dans les coins. Pour corriger cela, il est possible d’utiliser un correcteur de champs qui est lui-même un doublet. Sur un quadruplet, le correcteur de champs est directement intégré dans le porte oculaire d’un doublet. Il y a alors 4 lentilles au total (Quadruplet). Pour un quintuplet, il est intégré dans le porte oculaire d’un triplet.

Évidemment cela a un coût certain. Ces solutions sont essentiellement dédiées aux astrophotographes qui peuvent choisir d’équiper à posteriori leur doublet ou triplet, mais qui se trouvent alors à devoir régler avec un très grande précision la distance du capteur de leur APN/caméra à l'arrière du correcteur pour obtenir l’image souhaitée. Sur un quadruplet ou un quintuplet, cette distance est préréglée et optimisée.

 

Le carbone

Lorsqu'on observe, il est fréquent que la température change au cours de la nuit. La plupart des tubes sont en aluminium. Ce matériau a un coefficient de dilatation important. Donc lorsque la température change de plus de 5°C, la mise au point change aussi. Pour un observateur visuel, cela n’a pas beaucoup d’importance, mais pour un astrophotographe qui vise la même cible toute une nuit sans toucher sa mise au point, les photos prises en fin de séance risquent bien de ne plus être au point du tout. Il est possible actuellement de corriger ce problème avec des moteurs de mise au point qui détectent les changements de température et corrigent tout seul la mise au point, mais l’une des solutions les plus efficaces reste encore d’utiliser le carbone en lieu et place de l'aluminium pour le corps du tube. Le carbone a un coefficient de dilatation beaucoup plus faible que l’aluminium (10 fois plus faible environ) et les corrections à apporter à la mise au point sont négligeables.

Les autres intérêts du carbone sont la rigidité (si le tube est long) et la légèreté permettant de soulager la monture. Évidemment le carbone coûte bien plus cher que l’aluminium.

 

La mise au point

Un autre point important est la mise au point et le porte oculaire en particulier. Il est souvent proposé des mises au point démultipliées au 1:10 ou 1:7 qui permettent de trouver avec plus de précision le point focal de l’instrument. Bien que destiné plutôt aux astrophotographes, je dois admettre que c’est quand même bien pratique aussi en visuel pur. Outre la démultiplication un bon porte oculaire permet aussi de maintenir de lourdes charges sans bouger, tout en pointant au zénith et disposent d'un mécanisme de verrouillage qui ne modifient pas la mise au point. Un porte oculaire peut être constitué d’un rail à crémaillère ou bien d’un dispositif Crayford. Le second est constitué d’une plaque qui roule sur des rouleaux, et est beaucoup plus agréable, précis et souple à utiliser.

Enfin d'autres options existent comme la possibilité de visser un filtre, ou de l’insérer dans le chemin optique, de faire tourner le porte oculaire autour de l’axe optique (bien pratique pour le cadrage). 

Outre le mécanisme de mise au point, on trouve des portes oculaires au coulant 31,75mm (1,25”) dédiés à porter des oculaires de même taille exclusivement et des portes oculaires au format 50,80mm (2”) avec une bague de réduction pour pouvoir utiliser des oculaires 1,25” ou 2”. Ces derniers sont également intéressants en photographie car permettent généralement d’avoir des champs plus larges (sous réserve d’utiliser le capteur ad’hoc). La plupart des fournisseurs proposent actuellement des portes oculaires 2” de série, voire même plus gros, à part quelques marques notamment japonaises qui équipent leur lunette avec des portes oculaires de série en 31,75mm

 

C’est donc ainsi que l’on peut trouver des lunettes de 80mm à 100€ seulement ou à 1500€, voire plus. A cela peuvent s’ajouter des accessoires additionnels (collier, chercheur, masque de Bathinov, oculaires, renvois coudés) qui en fonction de leur qualité viendront également gonfler la note.

 

Le télescope de newton

 

Le Newton est un autre télescope de choix, il est peu coûteux par rapport à une lunette et propose des diamètres plus importants. C’est un télescope globalement plus polyvalent que la lunette, mais qui nécessite d'être collimaté régulièrement. Les débutants s'en font souvent une montagne mais c'est une opération très simple qui peut se faire de nuit sur une étoile ou de jour avec un laser de collimation qui consiste à aligner tous les éléments sur l'axe optique à l'aide de 3 vis sur le miroir secondaire et de 3 ou 6 vis sur le miroir secondaire (Il existe de très bons tutoriaux pour cette opération). On peut l’utiliser sur une monture équatoriale ou sur une monture de type Dobson. Cette dernière monture est particulièrement destinée aux astronomes férus de visuel, mais il faut toutefois bien choisir son tube afin de pouvoir profiter au maximum de son instrument. Pour rappel, le télescope de Newton est constitué d’un miroir primaire de forme sphérique ou parabolique qui capte la lumière et qui fait son diamètre. Cet élément réflecteur focalise le flux lumineux en direction d’un miroir secondaire plan, incliné vers le porte oculaire. 

schema-newton.jpg.8820b9d5971e192383dfc8bbae09a784.jpg

La forme du miroir

Les miroirs les plus faciles à fabriquer, et donc les moins chers, sont les miroirs sphériques. Seulement le problème des miroirs sphériques c’est qu'ils ne concentrent pas la lumière en un point focal unique Pour des instruments de petits diamètres (jusqu'à 130mm) c’est parfaitement acceptable puisque la parabole ou la sphère sont confondus. Toutefois pour les diamètres supérieurs à 130mm les miroirs sphériques ne procurent pas de bonnes images. Il faut utiliser des miroirs paraboliques, plus compliqués à polir. Plus le diamètre est grand, plus la parabolisation est importante et plus elle est difficile à obtenir. Ce qui explique en partie le coût des miroirs de gros diamètres.

parabolique-focuser-01.jpg.1efac6e12b629e3c3bd44f179afa547e.jpg

Au-delà de la forme générale, les miroirs industriels sont parfois “sous-parabolisés” ou “sur-parabolisés”, avec des bords rabattus ou de grosses bosses...Ces anomalies ne sont pas visibles à l'œil nu, mais visibles lorsqu'on réalise un test de Foucault. Certains vendeurs contrôlent ces miroirs avant de les expédier chez le client et fournissent un rapport de test. Cela a un coût certain, mais c’est important puisque c’est la garantie que votre miroir est de bonne qualité. 

Rassurez-vous toutefois, les miroirs industriels ont aujourd’hui un processus de fabrication et de polissage bien maîtrisé et il est particulièrement rare aujourd’hui de trouver des miroirs avec de grosses anomalies.

 

L’état de surface

Nous venons d’évoquer la forme générale du miroir, abordons à présent son état de surface. Comprenons: La façon dont le miroir est lisse. Cela se passe à présent au niveau microscopique. 

Lord Rayleigh a dit qu’une image de diffraction était obtenue si et seulement si l’objectif d’une lunette ou d’un télescope produit des sphères d’onde lumineuse espacées au maximum de Lambda/4.

Lambda étant la longueur d’onde de la lumière incidente. 560nm pour la couleur jaune par exemple.

L’image de diffraction garantit la résolution de votre instrument.

Ce critère n’est pas le même pour le rouge que pour le bleu. Pour comprendre ce critère, j’utilise un petit schéma tiré de l’excellent site de Serge Bertorello http://serge.bertorello.free.fr/.

tolerance.gif.9f7e84887d46309dbd31afa2b994f8ba.gif

La figure ci-dessus illustre le front d’onde traversant un objectif ayant un défaut de Lambda/4. On voit clairement que le front d’onde résultant est altéré, mais pas suffisamment pour empêcher l’image de diffraction de se produire. 

Si le défaut sur la lentille avait été plus important que Lambda/4, l’image de diffraction de l’étoile serait altérée.

Seulement voilà: Si on prend la longueur d’onde du jaune (valeur communément admise pour ce critère), la valeur est de 560nm. Ce qui revient à dire que le plus petit défaut doit être inférieur à 140nm. Autant dire que c’est infime.

Et puis ce critère est valable pour le jaune, mais le bleu profond a une longueur d’onde de 450nm. Le critère tombe donc à 112nm. Un télescope aura donc des performances moindres dans le bleu que dans le jaune.

 

Lorsque l’on achète un miroir industriel, ce dernier est garantit "diffraction limited”, ce qui signifie que son fabricant garantit que l’image de diffraction est obtenue. C’est un critère assez relatif finalement puisque votre miroir peut aussi bien être à lambda/4 que lambda/16. Mais c'est un minimum.

 

Pour obtenir de meilleures images, il est recommandé d'acquérir des miroirs avec une meilleure finition de leur état de surface. Vous l’avez compris. 140 nm c’est très très peu (800 fois plus fin qu’un cheveu), donc obtenir mieux que cela revient bien évidemment plus cher. Mais c’est important. Certains fabricants proposent l’option, d’autres non et c’est pourquoi les amateurs avertis se tournent vers des artisans pour l’obtention d’un miroir de qualité. L’image ci-dessous tirée du site d’un fabricant de télescope illustre la différence sur Saturne entre des miroirs polis à Lambda/4, Lambda/6,  Lambda/8 et  Lambda/10. Personnellement, je trouve cette illustration du constructeur un peu exagérée, mais l’idée est là quand même.

 

saturnpv14.jpeg.jpg.c1dc3acecc41f8f808484706b55fc3a4.jpgsaturnpv16.jpeg.jpg.ec49d53bffc71703c9662c0056c70279.jpgsaturnpv18.jpeg.jpg.5d9b443a0b7ec2a44a4bc5fec5cfe385.jpgsaturnpv110.jpeg.jpg.854ce2b55f1b9996aa0eff27862453ac.jpg

 

Le traitement de surface et réflectivité

Dans un télescope de newton, il y a deux miroirs. La réflectivité courante d’un miroir industriel est d’environ 93%. Ceci signifie que 93% de la lumière qui atteint le miroir est réfléchie, le reste est perdu. Or sur un télescope de newton, nous avons 2 miroirs. Donc la réflectivité totale (on peut parler de rendement) est de 86%. Sur des miroirs industriels on perd donc 14% de la lumière. Ce n’est pas rien!

Certaines optiques sont traitées et aluminées avec des réflectivités à 96%, voire 99% dans de rares cas. 96% est une réflectivité courante pour des miroirs artisanaux ou industriels de bonne qualité. Le rendement passe alors à 92%. C’est nettement mieux, mais c’est plus cher. Évidemment.

Ensuite, il faut savoir que l’aluminure a une durée de vie allant de 10 à 30 ans. Certains traitements de surface permettent de garder une aluminure avec un taux de réflectivité optimal plus longtemps. On trouve le traitement au SiO2 qui est un standard même industriel, mais aussi ZrO2, ou des traitements hydrophobes rendant les miroirs moins sensibles à la corrosion.

 

Le barillet

Un miroir c’est lourd, et plus le diamètre est important, plus il sera lourd. Ce miroir sera posé dans le fond du télescope dans une cellule qui permet grâce à un système de vis de le collimater. On appelle cette cellule, le barillet. Le télescope repose dans cette cellule sur trois points de contact. C’est un barillet à 3 points. Pour des miroirs de moins de 200mm qui ont une épaisseur de 30mm environ, cela ne pose “pas trop” de problème. Pour les miroirs plus grands, malheureusement pour des raisons évidentes de poids, l’épaisseur n’est pas forcément plus grande. Le miroir peut alors plier littéralement sous son propre poids, à l’échelle microscopique tout de même. Mais souvenez vous plus haut lorsque nous évoquions l’état de surface et les 140nm pour atteindre le Lambda/4. Eh bien sachez que malheureusement pour des miroirs de plus de 300mm s’ils font 30mm d’épaisseur, ces miroirs se plient dans des proportions proches des 35nm. Il est inutile donc d’avoir un miroir poli à Lambda/20 si on dispose d’un tel barillet!

Voici un exemple d’un barillet 3 points.

barillet3points.jpg.4f5b859e1aeabeadfa76864620599131.jpg

 

Quelle solution? Multiplier le nombre de points de contact du miroir dans son barillet en les positionnant astucieusement sous le miroir (pas sur les bords). En procédant ainsi, on diminue l’effet du poids du miroir sur sa déformation. Un classique dans le commerce c’est le barillet neuf points:

barillet9pointmonte.jpg.72b28270511c5c83ac6f2e02bad9971c.jpg

 

On peut même pousser plus loin en utilisant 18 points de contact

barillet18points.jpg.f85bdd9d248f82bb032d17e3e4c35977.jpg

 

Il existe un logiciel qui permet de dimensionner un barillet en fonction de la taille, l’épaisseur et le matériau d’un miroir. Ce logiciel s’appelle PLOP et simule la déformation du miroir et la quantifie. L’idée n’est pas de l’utiliser pour savoir quel télescope acheter, mais juste de vous illustrer la différence entre plusieurs types de barillets grâce à un simulation trouvée dans une discussion du forum https://www.webastro.net

 

6points.png.413c06583f5ad853902f658608e58242.png

 

Les valeurs sont données en mm et il est intéressant de regarder la valeur du P/V (Peak to Valley). C’est l’écart maximal entre le creux et le sommet de la déformation.

Pour le barillet 3 points, on est à 2.85x10e-5mm soit 28.5nm ce qui correspond à lambda/16. C’est déjà bien. Mais si le miroir est poli à Lambda/20 c’est insuffisant! Un barillet 6 points sera nettement plus adapté. Notez aussi comment finalement le barillet 9 points semble moins bien faire le travail que le barillet 6 points… Bref, tout est histoire de conception. Mais un bon barillet est important pour celui qui souhaite tirer le meilleur de son miroir.

 

Le ventilateur de mise en température

Sous le barillet on trouve parfois un petit ventilateur qui aide à la mise en température du télescope. Il est dit qu’il permet de diminuer de moitié le temps de mise en température. Je suis sceptique. Pour qu’il soit efficace, il faut que la circulation d’air soit possible. Généralement c’est un faible surcoût, et si le télescope que l’on achète dispose d’un barillet neuf points, il y a de forte chance pour que le ventilateur soit livré avec.

 

Le carbone

Comme pour une lunette, il est possible d’obtenir un corps en carbone. A mon sens c’est encore plus important que pour une lunette.

Les raisons sont les mêmes, mais le tube étant drastiquement plus long, la dilatation totale d’un tube aluminium sera plus grande éloignant alors le primaire du miroir du secondaire et changeant la mise au point au cours d’une nuit froide. 

Le tube carbone sera également plus léger, ce qui est mieux pour la monture et plus rigide permettant d’assurer que quelque soit sa position il ne ploie pas sous le poids de l’oculaire ce qui modifierait la collimation et les réglages. C’est assez cher par contre (comme toujours).

 

La mise au point et le porte oculaire

On retrouve les mêmes arguments que pour une lunette. Le choix d’un porte oculaire se fait sur les oculaires qu’il peut accepter (1,25” ou 2”), sur le mécanisme (à crémaillère ou Crayford) sur le poids qu’il peut soutenir, sur la présence ou non d’une démultiplication, etc…

 

D’autres éléments peuvent entrer en compte (les anneaux, une araignée en carbone, une platine de fixation Losmandy ou Vixen…)

 

Comme pour les lunettes, on y ajoutera des accessoires (oculaire, laser de collimation, bande chauffante pour secondaire, vis de réglage du secondaire moletées…) qui feront qu’un télescope de newton de 200/800 peut aussi bien coûter 650€ que 1500€ voire plus.

 

Conclusion

Sans avoir été exhaustif, j’espère que ce document vous permet d’y voir un peu plus clair dans les prix et les options proposées par les vendeurs sur les lunettes ou les télescopes. Gardez bien en tête une chose: Si vous pratiquez l’astronomie en dilettante ce n’est pas la peine d’opter pour un télescope de newton en carbone avec un miroir d’artisan. Honnêtement les télescopes industriels sont déjà très très bien! De même si vous souhaitez opter pour une lunette et ne faire que du visuel, vous n’avez pas besoin d’un triplet! Un doublet suffira largement. Gardez aussi votre argent pour les accessoires. De bons oculaires sont au moins aussi importants qu’un bon instrument!

 

 

Bertrand

 

 

 

 

Edited by bpollet
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

11 answers to this question

Recommended Posts

  • 0
Guest chrismlt

Salut Bertrand,

 

Je loue l'initiative. J'ai lu en diagonale, car je ne vais pas tarder à partir au travail.

 

Je voulais juste signaler que le tableau cité en préambule, en provenance de chez OU, me paraît assez critiquable et peu opportun.

 

Exemples :

 

- pourquoi les lunettes achromatiques seraient-elles meilleurs en planétaire qu'en CP ? En raison de leur longue focale historiquement. Or ce n'est plus le cas désormais. Ce type de lunette longue à très longue focale n'existe plus guère et on ne trouve plus que de l'achro moyenne ou courte focale qui ne sont pas très bonnes en planétaire, pour ce que j'ai pu en juger.

 

- pourquoi les SC ou mak ne mériteraient-ils que deux étoiles en CP visuel, alors qu'ils sont très bons ? Jugés par rapport à quoi ? aux dob de même diamètre ? Ce serait tout à fait arbitraire.

 

Bon, bref. D'autres critiques encore à formuler à propos de ce tableau qui me paraît daté et assez caricatural.

Oserais-je dire ... commercial ?

 

Après, j'imagine qu'on glisse facilement vers un terrain à polémique :D

Donnez-vous en à coeur joie ci-dessous !

 

Bonne continuation.

Christophe

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0

Oui et puis je trouve que le Dobson au mileu des autres formules optique alors que c'est une monture  c'est bof... 

Je vais voir a mettre autre chose...

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0

tres belle initiative!
Difficile de vanter ou critiquer tel ou tel critère qui place tel ou tel instrument , c'est assez subjectif finalement.
Je parle du tableau ;)

ça dégrossie , ça donne une idée quand on débute et qu'on se perd dans la jungle des instruments...
newton,mak, SC, apo, achro... altaz, EQ, goto etc... c'est du chinois pour les débutants :D

merci pour cette synthèse Bertrand ;)

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0
Il y a 2 heures, xavier2 a dit :

c'est du chinois pour les débutants :D

Je partage. Un débutant ne sais pas ce qui va retenir son attention (la Lune:x, Jupiter, Orion, M13 ...). Même ceux qui ne débutent plus changent parfois leur cible préférée. Assez avec les critiques négatives, passons au positif : la démarche est bien plus qu'utile.

Je me souviens de "fiches" disponibles à la Maison de l'astronomie du temps où beaucoup d'entre nous n'étaient pas encore en projet :)  Perdu en plein désert, du temps où l'on imaginait même pas internet, elles m'ont guidé et "Eclipse" :xfit le reste.

Puisque notre ami bpollet souhaite notre avis, voici le mien :

- j'aime beaucoup les photos de Saturne. Je me souviens de ma remarque au propriétaire d'un 800, "je préfère l'image de mon 200". J'ai vite compris qu'il ne me glopait plus. Cette série montre avec efficacité l'importance de la qualité d'un miroir, argument sans poids vis à vis de "t'as vu mon diamètre ?"

- j'aime moins (pas) les détails Plop (je suppose) : on débute ? Z'êtes sûr ?

- je n'aime pas l'opposition "planétaire / ciel profond", je parlerai de champ. Un amas globulaire c'est du ciel profond qui excelle sur des f/D longs.

- il manque une relation performance / prix, capitale quand on débute. Pourtant juste après l'avoir écrit, j'arguerai l'inverse (sait pas ce qu'il veut celui-là). Un débutant ne sait pas ce qu'il veut (pas encore). Je lui propose d'acquérir un instrument modeste qui se revend bien. La douleur de l'échec sera moindre :D Si succès, il sait que cela lui coûtera mais devant l'immensité de la culture à acquérir, il a compris qu'il a le temps. Enfin, un débutant ne s'en sortira jamais seul et les bons livres encore commercialisés manquent.

Bien cordialement.

Norma

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0

Le SC  est évalué à 4 (comme le Mak) en observation et photo planétaire mais que 2 en observation et photo ciel profond. 

 

Pour moi, c'est une erreur. Le SC est un instrument polyvalent. Pour valoir 4 étoiles en photo planétaire, il lui faut une Barlow pour ajouter de la focale. Pour être aussi bon en photo ciel profond, plutôt que de lui ajouter une barlow, on lui ajoute simplement un réducteur de focale. Pour moi, c'est aussi une erreur de dire qu'il vaut 4 en observation planétaire mais que 2 en observation ciel profond. Il suffit d'utiliser le bon oculaire, dans un cas comme dans l'autre.

 

C'est une autre erreur, il me semble, de dire que le Mak ne vaut que 2 en observation ciel profond. Suffit de lui mettre le bon oculaire. Ceci est vrai pour n'importe quel tube de n'importe quelle marque de n'importe quel type.

 

Et surtout, il faudrait spécifier qu'en visuel, il faut du diamètre. Le diamètre a plus d'importance que le type.

 

Observation ciel profond, 4 pour le Newton mais 2 pour le SC et 2 pour le Mak. Erreur, il me semble. C'est le diamètre qui va prévaloir. À diamètre égal, on utilise simplement pas les mêmes oculaires.

 

Bref, l'initiative est bonne. 

 

 

Edited by MCJC

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0
il y a 33 minutes, ndesprez a dit :

l'importance de la qualité d'un miroir,

La qualité est en effet très importante. 

Entre un mauvais tube de 200 mm et un excellent tube de 150, je prends le 150. 

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0

Pour compléter le tableau (parce que je trouve vraiment l'initiative bonne même si j'y vois des erreurs qui se corrigent), je remplacerais le Dobson par le téléobjectif. Observation planétaire et ciel profond, 0. Photographie planétaire, 1 (c'est intéressant de voir les satellites sur la photo). Et la Lune aussi peut être belle au téléobjectif. Là où il est bon c'est en photo ciel profond. 

 

Ensuite, il faut parler des montures. T'as beau avoir une Takahashi, si ta monture est azimutale, c'est 0 en photo ciel profond. Et t'as beau avoir un Ritchey Chrétien, si ta monture ne supporte pas le poids, t'es plus à 4.  Tu peux même te retrouver rapidement à 1.

 

Aussi, tu pourrais parler du solaire en précisant l'importance du filtre. 

 

Et enfin, les jumelles et longue-vue devraient être abordées. 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0

Je ne suis pas certain de comprendre le débat. Justement je dis dans le premier paragraphe que c'est un sujet dans lequel je ne souhaite pas aborder tous ces points. 

 

Mais plutôt les différentes options d'achats sur une lunette de 80mm ou un newton de 200mm.

 

A la rigueur je n'aurai même pas dû mettre ce tableau 

 

@MCJC éventuellement les montures ca peut faire l'objet d'un autre article...

Edited by bpollet

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0
Il y a 3 heures, bpollet a dit :

@MCJC éventuellement les montures ca peut faire l'objet d'un autre article...

 

T'as dit de ne pas hésiter à compléter et commenter.

:)

 

 

T'as dit aussi que tu n'abordais pas tous ces points.

 

Mon commentaire est que ce serait mieux d'aborder tous ces points dans le même article parce que le client débutant qui veut s'acheter du matos pour Noël ne peut pas acheter un tube sans acheter une monture. Et il ne sait pas s'il veut observer aux jumelles ni ce que valent les jumelles astro. Il ne sait peut être pas que pour le solaire, il a besoin d'un filtre. Et celui qui veut faire de l'astrophoto ciel profond ne sait probablement pas qu'il peut en faire au téléobjectif.

 

Il y a beaucoup de choses très intéressantes dans ton article. Mais il ne permet pas au client de savoir quel matos acheter (tube et monture) pour ce qu'il veut faire en astro.

 

Donc, je complèterais l'article plutôt que d'en faire un deuxième.

 

Et j'expliquerais aussi comment choisir ses oculaires.

 

Et je supprimerais le tableau qui présente trop d'erreurs. Ou j'en ferais un autre. Ton article gagnerait en valeur.

 

Tout cela prendrait quelques paragraphes et l'article serait complet pour un débutant.

 

 

C'est mon opinion mais je suis peut-être complètement dans le champ. 

 

:)

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0

Tu as peut être raison. C'est incomplet. Je ne voulais juste pas balancer un pavé de 15 pages puisqu'il y a tellement a dire ...

Edited by bpollet

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0
Il y a 5 heures, MCJC a dit :

Tout cela prendrait quelques paragraphes et l'article serait complet pour un débutant.

 

Je suis en train de revoir tout ça... Mais en abordant l'erreur périodique, l'autoguidage, l'histoire de M Dobson et tout et tout. C'est un peu long pas juste quelques paragraphes.

 

Bon au moins ce sera fait. J'espère que ce sera lu...

 

Je vous reviens dans quelques jours avec une version plus complète qui comprendra aussi les SCT et MAK. 

 

Bon par contre vous m'en voudrez pas si je ne traite pas les Dall kirhamm, les RASA et autres trucs spécifiques...non?

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By dob250
      Bonjour à tous
       
      je compte rajouter un masque de chanfrein sur mon TS UNC
      Mais j'ai une interrogation sur la fixation du barillet
      Il est bien fixé par 3 vis mais je crois qu'il y a trois écrous correspondant à l'intérieur du tube, donc si c'est le cas les écrous vont tombés et quel sera la possibilité de les remettre en position 
      voici une vue de la fixation à l'avant du tube
      merci pour votre aide 

    • By Zeilyu
      Bonjour, je suis débutant en astronomie et j'aime bien l'idée de jumelles pour débuter, des jumelles polyvalentes,
      mais surtout bonnes pour l'astronomie à moins de 250 euros si possible.
       
      D'après ce que j'ai pu comprendre des différentes caractéristiques celles ci m'intéressent beaucoup : 10x50, BAK-4, prisme porro, traitement entièrement multicouches (FMC), étanches, avec un dégagement oculaire min de 15, évitement au possible des aberrations chromatiques, verres ED (ok dans cette gamme de prix je crois bien que ce ne soit pas possible)
       
      Il y a déjà quelques jumelles que j'apprécie sur le papier :
      -- Nikon EX 10x50 (en vente un peu partout)
      -- TS-OPTIC 10x50 (en vente www.astroshop.de - connaissez vous ce site vraiment très mal noté sur trustpilot.com - que vaut-il ?)
      -- Vortex Diamondback HD 10x50 (en promo actuellement sur topoptics.biz - connaissez vous ce site ? -  que vaut-il ?),
      -- Olympus 10x50 S ( je n'avais pas du tout fait attention à ces jumelles, mais elles sont les moins chères et notées 4.6 sur 17 146 évaluations sur amazon ??)
      -- Nikon PROSTAFF 5 10x50 (je n'ai pas encore très bien étudié)
      Y a-t-il des jumelles qui se démarquent parmi celles-ci ?

      Y a-t-il une autre jumelle meilleure dans cette gamme de prix (Bushnell ?) à l'heure d'aujourd'hui (mai 2024)
       
      Merci à tous
    • By Cyrille Thieullet
      Bonjour,
       
      Je vous partage un doc qui résume les derniers tests de collimation que j'ai fait sur ma FSQ 106 ED en utilisant WinRoddier.
      Il y a les liens vers tous les fichiers ser de mesure pour celles et ceux qui voudraient s'amuser avec.
       
      http://www.astromist.com/tmp/fsq106/20240518_Colimation_FSQ106.pdf
       
      La difficulté avec cette lunette est d'ajuster la collimation tout en ajustant le positionnement de la distance de la lentille frontale avec celle de derrière pour minimiser l'aberration de sphéricité. Et sans avoir essayer de modéliser la chose, la précision de réglage pour annuler l'abberation sphérique me semble être de l'ordre de quelques  dizaine de millième de millimètres. C'est à dire quasiment rien comme mouvement sur les vis de devant et plus un jeu avec l'élasticité de serrage...
       
      Peut être que d'autres ont cette exprience d'ajustement sur cette lunette ? Je suis preneur.
       
      Cyrille
       
    • By cinlilu
      Bonjour,
      J'ai depuis peu une  Askar FRA 600 avec son réducteur x0,7.
      Je viens de faire les premiers essais sur deux nuits ( de toutes façons je n'en ai pas eu plus).
      Le temps de régler le BF à 55,3 mm ( donné a 55 mm par le constructeur ) et c'est parti sur ic 1396.
      Caméra G3-16200 sur Eq8-R .
      Je vous mets une brute de 15 min en Ha, ainsi qu'une intégration en drizzle x2 de 6h00 Avec uniquement le prétraitement et un denoise, pas de traficotage sur les étoiles.
      A la vue de ces essais, je suis très satisfait de la correction sur la totalité du champ (4,6°).
      A voir ce que ça donnera sur une luminance mais je suis confiant, de même sur une caméra couleur je ne sais pas s'il y a du chromatisme dans les coins.
      Je pense que c'est une bonne lunette qui reste  chère pour beaucoup, mais comparé à une fsq 106, c'est une bonne alternative.
      J'hésitais à sauter le pas vu le prix mais je ne suis pas déçu.
       
      P@sc@L
       


    • By Astralex1976
      Bonjour à toutes et à tous !!
      Je pose ma première question sur ce forum, excellent par ailleurs, j’ai lu beaucoup de posts avant de me lancer. 
      alors voilà : je suis totalement novice en astronomie et j’ai tenu à me faire offrir mon premier télescope il y a quelques mois. 
      je ne voudrais surtout pas être jugé sur mon choix s’il vous plaît 🙏. C’est un Celestron Nexstar SLT 90. Je sais que l’on peut avoir beaucoup plus gros sans motorisation mais le GoTo est, pour moi, indispensable. Vu mon niveau. 
      j’ai pu observer des planètes et des amas ouverts ou globulaires. La nébuleuse d’Orion, la galaxie d’Andromède. Des nébuleuses planétaires. La Lune, bien entendu ☺️. Et m77 tout à fait clairement en vision légèrement décalée. Ça, c’était surtout cet hiver ( je suis plein sud avec le sud-est et le sud-ouest en banlieue moyennement éclairée). Maintenant, je vois sur SkyPortal ( le logiciel de guidage du GoTo Celestron) essentiellement des galaxies. Et c’est là que ça se complique un peu : je peux les repérer dans un oculaire de 13mm mais il faut bien acclimater son œil et ne pas être trop exigeant sur le rendu visuel 😄.  Mais ! Quel plaisir de « trouver » une galaxie et de la « voir » avec tout le mystère que cela comporte. Ma question porte sur la galaxie du Sombrero : même si j’ai le GoTo, je dois quand même chercher un peu pour la trouver. Je ne sais pas très bien ce que je dois m’attendre à « apercevoir » en vision décalée. Mais j’aime beaucoup chercher et je précise que l’observation est mon domaine préféré. Je ne souhaite pas faire d’astrophoto. Trop compliqué pour moi. Beaucoup de travail sur ordinateur notamment. Et puis c’est l’observation qui me plaît ☺️☺️. Je vais avoir un peu d’argent qui va tomber dans quelques mois et je serais éventuellement tenté d’acheter un Celestron 8 se…. Mais je me demande si c’est une bonne idée : encombrement, poids, collimation aussi. Et puis je me suis beaucoup attaché à mon 90. Il est léger, pratique et je ne suis pas dérangé par le fait de « voir » les galaxies un peu « mal » : ça fait partie du mystère 🥰😄. Et ça, c’est chouette. Merci de vos retours que j’espère positifs pour mon petit Mak adoré que je ne veux pas rendre malheureux en lui préférant un très gros tube qui, j’en suis certain, ne me suffira plus au bout d’un moment…. Et là, plus de sous…donc bon 😂😂. Merci de m’avoir lu ! ☺️
  • Upcoming Events