antoinebba

analyse aigrette sur newton ?

Recommended Posts

Bonjour

Je viens de faire une photo de M42 sur un ts photon 200/800 avec un  correcteur/reducteur 0.95 en LRVB  avec ASIAIR et mise au point par asiair. Après traitement sirilic+siril+photoshop j'ai les aigrettes suivantes sur un détail de la photo sur les groses étoiles.

 

Normalement je devrais avoir 4 branches (support de miroir secondaire) en fait elle sont dédoubler ét il y en a 4 autres ? Je ne comprend pas tout ?

 

D'ou cela peut provenir ?

 

Comme j'ai superposé des images en luminance 10sec 60sec et 120sec ainsi que les couches rgb j'ai regarder sur chaque couche ce que cela donne.

Il semblerait que le dédoublement des aigrette est du ai fait que la grosse étoile est en fait une étoile double visible sur la couche en luminance 10 sec.

Par contre je ne comprend pas les aigrettes en diagonale.

 

Merci si vous avez des idées.

 

 

 

aigraite.jpg

l rgb1 recadre trait siril redim 2500 large.jpg

aigrette en 10s.jpg

aigrette en 60s.jpg

aigrette en 120s.jpg

aigrette en couche bleue.jpg

aigrette en couche rouge.jpg

aigrette en couche verte.jpg

Edited by antoinebba

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

Aigrettes dedoublées -> branches d'araignée opposées non

 

Aigrettes supplémentaires -> obstacle dans le chemin optique (vis,...)

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Une aigrette à 45 degrés peut venir du PO qui est souvent monté entre 2 branches d'araignée. Soit il rentre un peu trop dans le tube, soit le correcteur peut dépasser... Une piste comme ça, c'est peut être autre chose (diviseur de guidage, autre).

Share this post


Link to post
Share on other sites

oui effectivement dans le chemin optique j'ai un diviseur. que je viens de monter pour cette photo. Cela doit venir de là a vérifier.

Pour le dédoublement fin de la grosse étoile cela est bien du à l'étoile double (vérifié sur stélarium) Merci

Edited by antoinebba

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tes 2 aigrettes doubles partent exactement du même point, ce qui veut dire qu'elles ne sont pas dues au fait que l'étoile est double. Dans le cas d'une étoile double, les aigrettes devraient être parallèles. Et puis comme la 2è étoile est bien plus faible, elle ne devrait pas avoir des aigrettes aussi lumineuses.

J'ai moi-même souvent des aigrettes dédoublées avec mon Newton, qui n'est pas toujours collimaté pile-poil.

 

Pour les aigrettes en diagonale, j'ai la même chose, mais c'est dû aux microlentilles du capteur. Dans ce cas, les 'aigrettes' sont horizontales sur les images.

 

Dans ton cas, je verrai bien le porte-oculaire, qui est un peu trop rentré dans le tube, et qui diffracte la lumière, comme sur ce schéma vite fait:

porte-oculaire.gif.eb24640d57e95453e5e83a42a98b790e.gif

 

Matthieu

Edited by Matthieu Conjat
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By llacote
      Salut à tous !! 
      Un petit bout de temps que je n'avais rien publié mais aux vues des images qui circulent sur le forum, il fallait essayer.
      Alors, les prises de vue sont faites en pleine ville (2 km du centre de bordeaux), avec la lune et un peu de nébulosité, dans la nuit du dimanche 29 au lundi 30/01.
       
      J'aurais aimé pouvoir m'éloigner...mais pas possible...
      La prise de vue : Canon 6D + Tele Canon 400mm, ouvert à 5.6, Iso 3200 sur trépied et monture StarAdventurer.
      Une par compositage sigma clipping et une autre aprés bidouille (pas trop...mais un peu ) pour restituer les étoiles.
      C'est pas topissime..mais pour les conditions, je suis surpris.
       
       


    • By biver
      Comme le créneau d'observation se réduit de plus en plus (4h30 entre coucher de la lune et fin de la nuit astro, -1h / jour), qu'il y avait enfin un "risque" d'éclaircie cette nuit passée (28/29 janvier) en région parisienne, avec une température annoncée de -4°C en fin de nuit (un bon signe!!), je suis allé passer toute la 2e moitié de nuit à 60km au sud de Paris pour essayer enfin de profiter de C/2022 E3.
      Au moins il y avait peu de vent annoncé, donc le 1°C (au début couvert) à -4°C (givre partout) en fin de nuit, étaient "supportables".
      Ca n'a pas été une "belle" nuit pour le site, le SQM ne dépassant pas les 20.8 et les constellations peu pèchues (surtout principales étoiles, mag limite vers 5.5 au mieux).
      Mais cela m'aura quand même permis de voir la comète à l'oeil nu et d'en profite aux Jumelles et T407...
      En attendant la trouée, pointé sur la polaire:

      En tous cas après 2h d'attente de trouée significative, une chouette s'est mise à siffler l'arrivée de coins de ciel clair, et les maigres trouées avant m'avaient quand même permis de monter le dobson sur la table équatoriale.
      Donc directo l'appareil au foyer du télescope pour attraper la comète, après un bref coup d'oeil visuel... Plusieurs autres trouées dans les stratus/brume m'ont permis d'attraper la comète...maintenant faut traiter tout ça.
      Donc 2 premières images, au foyer du 407 et au 135mm...:


       
      Et pour finir un dernier coup d'oeil au 24mm avant de partir à 6h34:

      Nicolas (en attendant d'autres images...)
    • By Marcus 26
      Salut les experts,
      Je suis actuellement avec mon Meade sur fourche, mon Canon 6d,  limité avec mon grand rapport focal, et la place restante entre la fourche et le Canon. Avec un réducteur de focale, l'ensemble appareil/réducteur ne passe plus. Ma question, quel caméra, couleur car avec en plus une roue a filtre ça ne passerait pas, me conseillez vous ?
      Et  ayant un Asiair plus,  pouvez vous me dire comment vous faite vos mises au point de l'image avant de passer au prises de vues ? Une astuce serait de monter le focuser Zwo sur le bouton de réglage d'origine du Meade, mais qui à une solution pour l'adapter ?
      On m'a déjà conseillé de changer de télescope, mais ce n'est pas dans mes moyens... 
      Merci pour vos réponses.
      Marcus


    • By Fred_76
      Bonjour
       
      Mon 6D rendant l'âme après 10 ans de bons et loyaux services, je me suis décidé à investir dans un boitier qui, j'espère, durera aussi longtemps. Alors j'en ai profité pour l'analyser dans tous les sens.
       
      Je vous passe le débat sur son prix (2900€+100€ pour la bague), je ne fais pas que de l'astrophoto.
       
      Boitier
       
      Le Canon R6 mk II est de type hybride, aussi appelé "mirror-less", donc sans miroir. Sa monture RF offre un diamètre de 54 mm, identique au diamètre de la monture EF qui équipait les réflex numériques de la marque.
      Le boitier nu pèse 670 g.
       
      Distance optique

      La distance optique est la distance entre le plan du capteur et la platine de montage des objectifs. Comme il n'y a plus de miroir dans les hybrides, celle ci a été réduite à 20 mm (contre 44 mm dans les reflex EF et EF-S). Il faut donc une bague spéciale, vendue 110€ pour adapter les objectifs EF à la monture RF. Je parle plus loin de ces bagues.
       
      Capteur

      Le capteur CMOS est de type "Dual Pixels" propre à Canon, et n'est ni empilé (stacké) ni éclairé par l'arrière (BSI).
      C'est un capteur de 24,0 MPix, offrant des images de 6000x4000 pixels, chaque photosite faisant 5,98 µm de côté.
       
      Alimentation et autonomie
       
      Les batteries LP-E6NH sont du même format que celles qui équipaient pas mal de boitiers reflex de la marque (par exemple le 6D). Le boitier est compatible avec toutes les batteries LP-E6*.
       
      Le processeur Digic X qui équipe le R6 mk II est très rapide. Même si c'est le même qui équipe le R6 mk I, il a été optimisé pour consommer moins.
       
      L'autonomie CIPA (calcul très conservatif, avec batterie LPE6NH neuve) donne une autonomie de l'ordre de 450/760 photos contre 380/510 avec le R6 mk I (le premier chiffre est avec l'utilisation du viseur électronique, le second avec l'utilisation de l'écran LCD, en mode économie d'énergie). En pratique, on peut aller bien plus loin avant d'épuiser la batterie.
       
      On peut aussi l'alimenter directement via un powerbank avec mode "PD Power Delivery" sur la prise USB-C. Plus besoin de fausse batterie. Quand l'appareil photo est éteint, ça permet aussi de charger la batterie  dans le boitier (uniquement les LP-E6NH, pas les LP-E6 ni les LP-E6N). C'est donc pratique quand on se déplace dans un endroit sans électricité car un Powerbank de 28000 mAh permet plusieurs charges et évite de trimbaler plein de batteries... à 110€ la batterie, ça fait des belles économies !
       
      Fonctionnalités intéressantes
       
      Intervallomètre
      La série EOS R de Canon, dont le R6 mk II fait partie, dispose (enfin) d'un intervallomètre interne. Mais celui-ci est limité à 99 photos (ou un nombre infini) et ne permet pas les photos en mode Bulb, donc on est limité à des poses de 30 s en mode M. L'alternative est d'utiliser un intervallomètre externe. Ca ne coûte pas cher mais ça ajoute un truc supplémentaire à transporter, avec des fils en plus et des batteries à gérer, d'où risque d'oubli et de panne supplémentaire.
       
      Si on est nombreux à le demander, peut-être Canon décidera d'ajouter le mode Bulb à l'intervallomètre et permettra un nombre plus important de photos, dans une évolution du firmware ?
      La page Contact de Canon est ici : https://www.canon.fr/support/consumer_products/contact_support/
       
      Antiflicker
      La série EOS R de Canon permet d'activer un système qui analyse le scintillement de la lumière et déclenche la photo au bon moment. C'est très pratique pour faire les flats et éviter les bandes sombres quand le temps de pose est assez court. L'activation de ce mode n'a aucune conséquence sur la qualité des photos.
      Il désactive cependant l'utilisation de la prise de vue en obturateur électronique, mais comme ce mode fait énormément grimper le bruit, il est préférable de s'en passer.
       
      Bruit et Obturateur mécanique/électronique + Dual Pixel RAW
       
      Le mode Dual Pixels RAW
       
      Le capteur CMOS de Canon est de type "Dual Pixels RAW" (ou DPR). Ce mode peut être activé ou non.
       
      La technologie DPR consiste à placer deux photodiodes sous chaque pixels (ou une partie des pixels) là où normalement il n'y a qu'une seule photo diode. Quand ce mode est activé, le RAW contient alors deux images, l'une qui combine le signal des deux photodiodes, l'autre ne contenant que le signal d'une des deux photodiodes.
       
      Le photographe peut ensuite, via le logiciel DPP de Canon, ajuster des micro-réglages sur la netteté en exploitant la petite parallaxe entre les deux photodiodes. En contrepartie les fichiers sont deux fois plus volumineux et on note une augmentation du bruit.
       
      Canon recommande l'usage de ce mode pour des focales de plus de 50 mm et une ouverture maximale de f/5.6 en réglant la valeur ISO à 1600 au maximum. La distance au sujet a aussi son importance, elle doit être comprise entre F/50 et F/5, F étant la focale exprimée en mm. Avec un grand angle de 14 mm souvent utilisé en paysages de nuit, cela correspond à un objet compris entre 0.3 et 3 m... autrement dit même en paysages de nuit, ce mode n'est pas utile.
       
       Le type d'obturateur
       
      Canon propose 3 méthodes d'obturation pour la prise de vues :
      - obturateur mécanique (avec des rideaux), c'est le mode par défaut
      - obturateur électronique avec 1er rideau
      - obturateur électronique pur (incompatible avec le mode DPR)
       
      Les deux premiers modes limitent le temps de pose à de 30s à 1/8000s et les images RAW sont codées sur 14 bits par plan de couleur.
      Le mode électronique permet d'aller à 1/16000s mais les images sont codées sur 12 bits par plan de couleur et sont bien plus bruitées.
       
      Tous les modes permettent le mode Bulb sans limitation de durée.
       
      On a donc 5 combinaisons possible :
      - DPR activé et obturateur mécanique
      - DPR activé et obturateur électronique 1er rideau
      - DPR désactivé et obturateur mécanique
      - DPR désactivé et obturateur électronique 1er rideau
      - DPR désactivé et obturateur électronique
       
      Le mode obturateur électronique 1er rideau donne le même résultat que le mode avec obturateur mécanique, je ne détaille donc pas plus ce mode.
       
      Taille des fichiers
       
       Les courbes suivantes montrent l'évolution des tailles des fichiers pour une photo prise à 1/8000s dans le noir complet. Seul le bruit de lecture est donc présent, et comme il est aléatoire, plus il y a de bruit, moins la compression est efficace et plus la taille du fichier augmente. C'est donc une bonne méthode pour comparer la taille des fichiers d'une méthode à l'autre, et pour se faire une idée de l'évolution de la quantité de bruit selon les ISO.
       

       
      Sachant que les photos prises avec l'obturateur mécanique sont codées sur 14 bits, et que celles prises avec l'obturateur électronique sont codées sur 12 bits, on se serait attendu à ce que les fichiers "méca" soient plus volumineux que les fichiers "élec", or c'est l'inverse qui se passe,  bizarre.
       
      Le doublement de taille en mode DPR est normal car ce mode dédouble la quantité de données à stocker.
       
      Bruit de lecture et gain
       
      Les mesures ont été faites pour les 3 combinaisons suivantes :
      - DPR activé et obturateur mécanique
      - DPR désactivé et obturateur mécanique
      - DPR désactivé et obturateur électronique
       
      A noter que si vous voulez faire des offsets synthétiques, le niveau est de 512 ADU jusqu'à 320 ISO, et de 2048 à partir de 400 ISO.
       
      La méthode d'acquisition et de calcul est détaillée sur le site de Christian Buil.
       

       

       

       
      Le constat est flagrant, la meilleure combinaison est de désactiver le mode DPR et d'être en obturateur mécanique (courbe verte). L'utilisation de l'obturateur électronique (courbe rouge) fait exploser le bruit sur les images, surtout en dessous de 1600 ISO. Même si l'écart se réduit au delà de 1600 ISO, ce mode reste malgré tout plus bruité. Le mode DPR activé (courbe orange) double la taille de l'image et ajoute du bruit, il n'est donc pas vraiment utile.
       
      Modification des RAW avant sauvegarde
       
      Sony nous a habitué au Star Eater. Nikon est plus subtil, Canon l'est encore plus.
       
      La réduction de bruit laisse des traces dans la transformée de Fourier d'une image d'offset. Il s'agit généralement d'un filtre de type passe bas qui se traduit par un éclaircissement de la zone centrale de la transformée de Fourier, un peu comme si on avait un vignettage.
       
       Bill Claff explique très bien sur son site l'impact des divers prétraitement sur la transformée de Fourrier.
       
      Voici à quoi ressemblent les transformées de Fourier selon les réglages de prise de vue.
       
      Une réduction de bruit est apportée à 100 ISO, comme en témoignent les zones blanchâtres au centre,  mais s'atténue progressivement pour disparaître  complètement à 1600 ISO.

       

       
      Avec l'obturateur électronique, on ne note plus de traitement de réduction de bruit :

       
      Curieusement, sur l'ensemble des images de la FFT, on voit apparaître deux lignes horizontales à mi-hauteur de l'axe. Peut-être l'effet des pixels dédoublés du capteur Dual Pixels.

       
       Les darks
       
      Les darks sont très propres. Voici un dark à 3200 ISO, pose de 60 secondes (histograme auto sur Siril), pas d'amp glow notable à part un léger éclaircissement sur les bords droit et gauche :

       
      A+
       
      Fred
    • By XavS
      Bonsoir à toutes et tous,
       
      Ma première image de 2023 n'est pas celle que je voulais mais enfin un ciel dégagé . Et comme dab, la météo s'est plantée. Ils avaient annoncé des nuages. Depuis mon balcon en plein centre ville, la nébuleuse d'Orion est bien visible à l’œil nu ; une jolie tâche facilement reconnaissable. Mais l'objectif du soir était la comète C/2022 E3 (ZTF).
       
      Sur les poses de 30s, elle est bien visible mais le fait de la photographier avec une pollution lumineuse maximum sans filtre est une pure utopie Le résultat du prétraitement avec Siril est calamiteux On remet ça à samedi (si la météo le permet), que je monte dans mon coin de montagne Du coup je me tourne vers le rapprochement entre la Lune (23 %) et Jupiter.
       
      Une seule prise au Canon 450D avec l'objectif Samyang 85mm : 1/4s à 800 ISO. vite fait, bien fait... sur trépied fixe.
       

       
      Et si on zoom un peu sur Jupiter, on voit les lunes Callisto, Ganymède et Europe.
       

       
      Bonne soirée à toutes et tous et surtout bon ciel
       
      XavS
       
       
       
       
  • Upcoming Events