COM423

Quand une fléchette donne une allure cométaire à un astéroïde (Didymos) : MAJ deux mois après (avec 107P en guest-star)

Recommended Posts

Guest chrismlt

Salut Com !

Tres interessant tout ça.

Et comment fais tu pour compositer et figer en meme temps deux corps celestes qui n ont pas le meme deplacement apparent, sur fond d etoiles fixes ?

Chapeau bas en tout cas. Belle manip, belle maitrise.

Merci pour la reponse.

Christophe

Edited by chrismlt

Share this post


Link to post
Share on other sites
34 minutes ago, chrismlt said:

Et comment fais tu pour compositer et figer en meme temps deux corps celestes qui n ont pas le meme deplacement apparent, sur fond d etoiles fixes ?

Cette nuit-là, Didymos se déplaçait de 0.99"/min et 107P/Wilson-Harrington de 0.42"/min.

J'échantillonne à 1.25"/pixel mais le FWHM ,compte-tenu du seeing, tournnait vers 3.5".

En d'autres-termes, pour ne pas avoir un des astres allongé sur les poses individuelles, il ne fallait pas dépasser 3 min d'intégration (3min30s max). C'était un peu turbulent, je suis donc resté à des poses individuelles de 2 min.

Du coup, sur ces poses indviduelles je n'ai pas de bougé.

 

La méthode consiste à sauver le compositage stellaire pour y insérer par la suite les compositages cométaires de 107P et de Didymos.

 

  • Le calcul des compositages se fait avec Siril.
  • Leur insertion, je la fais dans Gimp, en jouant sur les masques pour essayer que ce soit harmonieux.

 

Pour positionner parfaitement la comète et l'astéroïde dans le compositage stellaire, là c'était facile puisque les deux astres étaient visibles sur la première pose. J'ai mis un cercle de repérage pour chacun sur une copie d'écran à 100% et j'ai importé cette image en tant que calque dans Gimp :

image.png.d87613ad0f78bdceda85c4c43fe6ad1f.png

je m'en sers juste pour positionner Didymos et 107P, ensuite je rends ce calque invisible et le tour est joué :)

Il y a du monde en effet derrière cette opération :

image.png.70c38f2b11f1e314cdb21d6e83ee43b9.png

 

Voilà pour les grandes lignes ;)

 

Merci encore pour ton intérêt. Bonne soirée.

Edited by COM423
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest chrismlt

Oh la la, c est terrible comme astuce. Va falloir que je tente le coup.

Tu effaces comment les traits d etoiles avant l import ?

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Incroyable quand même ce caillou qui se prend pour une comète :)

Bonne soirée,

AG

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
17 hours ago, chrismlt said:

Tu effaces comment les traits d etoiles avant l import ?

A la main et c'est assez long mine de rien...

Sélection (souvent elliptique, parfois dessinée à main levée) puis Copier/Coller

==> Gimp en fait une sélection flottante à placer au bon endroit puis Ancrer le calque.

Avec les raccourcis clavier, c'est plus rapide (Ctrl-C, Ctrl-V puis quand il est au bon endroit Ctrl-H) ;)

 

L'idée est de prendre un bout de fdc proche de l'endroit où on veut enlever la traînée puis de le coller dessus et ceci de façon répétitive...

Edited by COM423

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest chrismlt

Oui oui, je vois bien. Effectivement ce doit etre tres long.

Et cela dit en passant, tres fastidieux, sinon impossible pour des cometes brillantes avec queues developpees et complexes se melant aux trainees d etoiles.

J avais deja tente le coup sous iris, ou je ne sais plus quel autre soft populaire - la fonction mediane (?), je crois - mais ca n etait pas tres probant. Bien sur ca effacait le plus gros des trainees, mais ce n etait pas sans inconvenient. D une part, il subsistait des reliquats de trainees, et d autre part, ca attenuait sensiblement l image cometaire par elle meme. Du coup tu etais oblige de la rebooster dans le composit final, et les trainees revenaient.

Il faudrait une fonction mathemathique dediee. Voeu pieux ?

 

En tout cas, merci pour tes explications detaillees, je vois parfaitement, maintenant.

 

Ton resultat est tout a fait exemplaire et le temps passe sur l image vaut le coup. Sans compter que Didymos, c est pas HB.

Christophe.

Ps desole.pour les accents, j ecris du portable et ce n est pas super pratique.

Edited by chrismlt

Share this post


Link to post
Share on other sites
8 minutes ago, chrismlt said:

Il faudrait une fonction mathemathique dediee. Voeu pieux ?

Non, il y a avec PixInsight moyen de faire des compositages cométaires déjà mieux nettoyés, grâce à des fonctions supplémentaires que Siril ne possède pas. Je l'avais évoqué dans un post passé (mais je ne sais plus lequel...).

 

13 minutes ago, chrismlt said:

Et cela dit en passant, tres fastidieux, sinon impossible pour des cometes brillantes avec queues developpees et complexes se melant aux trainees d etoiles.

Tu mets le doigt sur les limites de cette méthode... je me suis déjà cassé les dents en voulant le faire sur de belles comètes étendues (C/2021 A1 (Leonard) l'an dernier, ou C/2017 K2 (Panstarrs) plus récemment :(

 

J'ai oublié de préciser qu'il ne faut pas oublier non plus de nettoyer aussi la trace laissée par la comète sur le compositage stellaire...

Share this post


Link to post
Share on other sites

 magnifique images stéphane de cette (comète)  on voit bien la queue sur ton animation précédente partir sur la gauche !

 et ici la composition elle est évidente et semble avoir un fragment ?

 et bravo pour l'image couleur finale !

 bonne soirée !

 paul

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Magnifique, que ça soit pour l'image finale et le boulot fourni ;) Bravo :)

 

XavS

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
7 minutes ago, polo0258 said:

magnifique images stéphane de cette (comète)  on voit bien la queue sur ton animation précédente partir sur la gauche !

 et ici la composition elle est évidente et semble avoir un fragment ?

Merci beaucoup Paul :)

Oui, on devinait la queue sur certaines images de l'animation, c'est vrai (et j'ai été surpris qu'elle soit encore assez marquée pour être visible).

On la voit quand même nettement mieux sur le compositage.

J'avoue que sa structure non uniforme m'intrigue, oui çà fait penser à des fragments. Il est temps de pointer le T1m CPCU dessus

==> si Super passe par là ;)

 

Ce n'était pas le cas les fois précédentes, et la traînée est aussi curieusement plus longue qu'elle ne l'était le mois dernier.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Excellente capture, très belle finale ! :x

Impressionnante la queue "en grumeaux" de Didymos ...

Grand merci pour les explications sur sa réalisation, en toute transparence ! ;)

 

Bon ciel
Vincent

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
3 minutes ago, blacksky said:

Excellente capture, très belle finale ! :x

Impressionnante la queue "en grumeaux" de Didymos ...

Merci beaucoup Vincent :)

 

"Traînée en grumeaux", c'est un excellent qualificatif de l'aspect observé : bien vu ;)

Bon ciel à toi aussi.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Très beau résultat, rien a dire c’est nickel! 
 

je ne sais pas si je suis le seul dans le cas, mais je trouve que cette situation où l’humain a transformé un astéroïde en pseudo-comète a quelque chose de dérangeant. Pour le dire autrement : encore un coin que l’Homme n’a pas épargné… 

 

 

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
14 hours ago, XavS said:

Magnifique, que ça soit pour l'image finale et le boulot fourni ;) Bravo :)

 

2 hours ago, Sauveur said:

Encore de très belles images Stephane!

 

Merci beaucoup, content que l'image vous ait plu :)

 

13 hours ago, AlSvartr said:

je ne sais pas si je suis le seul dans le cas, mais je trouve que cette situation où l’humain a transformé un astéroïde en pseudo-comète a quelque chose de dérangeant. Pour le dire autrement : encore un coin que l’Homme n’a pas épargné… 

C'est effectivement une bonne question qui mérite d'être posée.

J'avoue que c'est l'aspect scientifique des modifications observables sur 65803 qui m'a le plus interrogé pour l'instant, çà permet de confronter les observations à des cas d'astéroïdes ayant présenté une activité cométaire transitoire (et je la trouve du coup bien longue sur 65803).

La mission nous a été présentée comme un test si un jour on devait intervenir face à un caillou nous menaçant directement, ce qui apparaît plutôt comme une intervention utile a priori.

Dans tous les cas, la destruction du petit satellite d'un modeste astéroïde ne chamboulera pas l'ordre de l'Univers. Les dégâts de l'humanité sont bien plus problématiques sur notre berceau vital je trouve, non ?

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

hello 

 

Encore du bon  boulot  Stéphane avec comme toujours beaucoup d'informations  ,  à ce sujet c'est vraiment étonnant la persistance des éjectas sur dimorphos ,et sinon  oui  ces histoires de composer avec des objets qui ont  des vitesse de déplacements differentes c'est pas toujours simples que ce soit pour des astéroïdes & des comètes ou des planètes et la lune :)

 

Bon ciel

 

amitiés

 

Dominique

 

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest chrismlt
Le 10/12/2022 à 18:52, COM423 a dit :
Le 10/12/2022 à 18:37, chrismlt a dit :

Et cela dit en passant, tres fastidieux, sinon impossible pour des cometes brillantes avec queues developpees et complexes se melant aux trainees d etoiles.

Tu mets le doigt sur les limites de cette méthode... je me suis déjà cassé les dents en voulant le faire sur de belles comètes étendues (C/2021 A1 (Leonard) l'an dernier, ou C/2017 K2 (Panstarrs) plus récemment :(

 

Salut Stéphane,

 

As-tu déjà essayé de supprimer les étoiles avant de compositer sur la comète ?

Cela pourrait être une solution, dans certains cas.

J'ai déjà essayé avec StarNet il y a 2-3 ans, mais les résultats n'étaient pas à la hauteur de mes attentes. Il restait trop de résidus stellaires, et les star-trails ressortaient dans la composition finale.

 

Mais ce matin, je suis tombé sur un mail de Dan Barlett, sur la liste "Comet Images"

https://www.astrobin.com/users/h2ologg/

 

dans lequel il signalait qu'il utilisait StarXterminator pour supprimer les étoiles.

https://www.rc-astro.com/resources/StarXTerminator/

 

Et effectivement, sur le papier, ça a l'air d'être un soft efficace. D'autant que ça s'utilise mieux sur les images brutes, a priori, si j'ai bien capté.

C'est un plugin pour pixinsight ou PS. Mais ça demande une bécanne assez gourmande (Modern CPU capable of running neural networks (AVX, SSE instruction set extensions = what is it ?)

 

Bon, de toute façon il faut pixinsight, et une grosse machine, ou PS, que je n'utilise plus depuis pas mal de temps.

Peut-être à creuser ?

 

Christophe

Edited by chrismlt

Share this post


Link to post
Share on other sites
15 hours ago, darkside said:

Encore du bon  boulot  Stéphane avec comme toujours beaucoup d'informations  ,  à ce sujet c'est vraiment étonnant la persistance des éjectas sur dimorphos

Merci beaucoup Dominique :)

Je suis vraiment très surpris de la persistance de la traînée, et encore plus de cet aspect grumeleux que je n'avais pas sur les images précédentes.

Je n'ai pas vu passer de paper récent sur le sujet, j'ai hâte de lire des publis de pros pour mieux comprendre !

Bon ciel à toi ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites
36 minutes ago, chrismlt said:

As-tu déjà essayé de supprimer les étoiles avant de compositer sur la comète ?

Cela pourrait être une solution, dans certains cas.

C'est clairement une solution intéresante ! Je l'avais d'ailleurs programmée il y a quelques années dans un soft perso mais qui ne gère que les images N&B (pas eu le temps d'y implémenter les images RVB... De plus, il n'est pas optimisé en vitesse et çà galèrerait trop sur des images grand format).

Une fois, j'ai essayé avec Siril de refaire le champ contenant la comète une fois qu'elle était partie pour le soustraire aux images de la séquence.

C'était sur 67P pour sortir le dust trail il y a un an, mais çà n'a pas bien fonctionné, j'ignore pourquoi.

Pourtant c'est très proche de ce que je faisais en N&B où çà marchait bien...

 

Sinon, oui Dan BARLETT, c'est suite à une discussion avec lui que je me suis rendu compte qu'il utilisait des fonctionalités supplémentaires dans PixInsight pour mieux enlever les résidus d'étoiles.

 

Deux choses pour l'instant m'ont bloqué pour pousser les essais plus loin avec Siril :

  • le grand nombre de manips à faire à la main
  • et le fait que StarNett sort des images TIF et plus FITS de mémoire

J'en suis venu à faire des choses en post-traitement dans Gimp l'été dernier, avec le recul j'ai amélioré la technique et gagné en rapidité mais pour les objets étendus, c'est une autre paire de manche...

 

Quelle idée de faire des comètes aussi, on se complique bien la vie par rapport à du CP classique :D

 

Edited by COM423

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest chrismlt
il y a 5 minutes, COM423 a dit :

C'était sur 67P pour sortir le dust trail il y a un an, mais çà n'a pas bien fonctionné, j'ignore pourquoi.

 

 

Ah ! c'est marrant, c'est exactement sur 67P que j'ai fait mes dernières tentatives avec starnet avant d'abandonner. Je m'y suis cassé la binette, et depuis je n'ai pas retenté, ça marche pas - ou plus exactement, Starnet est gratos, mais n'est pas à la hauteur. D'où ma question initiale 9_9

 

Les images et tout le dossier 67P en cours sont encore sur mon dd. Faudrait d'ailleurs que je fasse un peu de place un de ces jours. Dans la vie, il faut parfois savoir renoncer.

 

Une autre piste que j'ai tentée sur des piles d'images cométaires registrées sur le noyau : retirer les étoiles en faisant des soustractions d'images sur des fichiers suffisamment espacés dans le temps pour qu'il n'y ait pas de pixels stellaires communs d'une image à l'autre.

Mais pour que cela marche, il faut sans doute une optique de très grande qualité, des étoiles très ponctuelles, et un ciel très constant, avec un gradient nul. Ce qui n'est jamais le cas avec les comètes, vu qu'on tire le plus souvent au ras du sol.

 

Bon, bref.

 

J'ai toujours mes images brutes de la comète Léonard posée sur M15, dont je ne sais pas quoi faire, tant elle filait vite, la bougresse.

 

Image1.jpg.e87403b061d5a94faf03f0c4f36cdd1d.jpg

 

 

Et oui, quelle idée, les comètes.

D'autant que je ne fais quasi que ça et de la photométrie. Le CP en tant que tel ne m'excite pas plus que ça.

 

Christophe

Share this post


Link to post
Share on other sites
24 minutes ago, chrismlt said:

Une autre piste que j'ai tentée sur des piles d'images cométaires registrées sur le noyau : retirer les étoiles en faisant des soustractions d'images sur des fichiers suffisamment espacés dans le temps pour qu'il n'y ait pas de pixels stellaires communs d'une image à l'autre.

Ce que je faisais sur des images N&B, c'est tout simplement de soustraire à chaque pose une image du champ stellaire alignée bien sûr sur la pile :

- soit en imageant quand la comète n'était plus dans le champ (dans des conditions de transparence et de turbulence proches) avec la même configuration optique et le même temps d'inrégration,

- soit si la comète est très faible, en prenant tout simplement une image de la séquence de la nuit

et çà marchait pas mal :)

Je ne sais pas si l'échec rencontré sur les images N&B venait du fait que ce soit en couleurs ou du CMOS vs CCD (?). Il aurait fallu faire la manip juste sur la couche verte histoire d'avoir du monocanal N&B en CMOS, mais toutes ces manips à faire manuellement dans Siril, c'était inextricable...

 

Très belle cette conjonction Lenoard-M15 ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest chrismlt

Oui, merci pour ce retour ...

Je retenterai à l'occasion. Je n'avais pas eu de bon résus avec mes soustractions. Il restait toujours des artéfacts disgracieux.

Je vois qu'on en est au même stade d'avancement, grosso modo, finalement. Plus grosso que modo, d'ailleurs.

 

Les images de Dan B sont vraiment extras. Le rasa 11, sous un ciel d'altitude tel que le sien ... humm. Comment dire. ça marche plutôt pas mal. Je n'ai jamais eues de discussions avec lui.

Share this post


Link to post
Share on other sites
5 minutes ago, chrismlt said:

Les images de Dan B sont vraiment extras. Le rasa 11, sous un ciel d'altitude tel que le sien ... humm. Comment dire. ça marche plutôt pas mal. Je n'ai jamais eues de discussions avec lui.

Oui, il sort des résultats vraiment superbes :)

Il est très actif sur une liste de diffusion anglophone dédiée aux images de comètes :

https://groups.io/g/comet-images

et c''est un type super ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest chrismlt

Je connais bien, j y suis abonné depuis au moins 10 ans, si pas 15 ou plus. Je ne sais meme plus, a force.

:D

Mais je n interviens que tres tres rarement.

Les images de Michael Jäger aussi, qu on ne croise plus beaucoup en ce moment, m ont egalement toujours fait rever.

Il publiait deja dans Pulsar, dans les annees 80 avec une chambre de S ou quelque chose approchant, quand je n.avais qu un simple tele 70-200 avec suivi manuel (pose unique ...)

 

Tu es sur la liste les cometes (in french in the text) ?

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By RIGEL33
      De son nom officiel 12P/Pons-Brooks, cette comète est la 12ème à avoir été classée comme comète périodique, du fait de son voyage dans le système solaire qui la ramène à proximité du Soleil tous les 71 ans environ. On l’observe depuis au moins 1385 mais ce n’est que très récemment qu’on a découvert ses différents passages. Il est possible que la comète ait été enregistrée dans des sources chinoises en septembre 245.
       
      C’est une comète cryovolcanique de type Halley. Ce sont Jean-Louis Pons (astronome français) qui la découvre en 1812, et William Robert Brooks (astronomie américain) qui la redécouvre en 1883, qui auront la paternité de sa découverte.
       
      Son périhélie (approche au plus près du Soleil) se fera le 21 avril prochain. Plus elle se rapproche, plus le rayonnement solaire fissure son noyau d'environ 30 km de diamètre. Ce dernier est entouré d'une coma constituée de glace et de gaz qui s’échappe du noyau. Suite à un sursaut en octobre 2023, cette coma a formé deux « cornes » la qualifiant de "comète du diable". Les éruptions (sursauts) qu’elle subit au fur et à mesure de son approche, la rendent de plus en plus visible dans le ciel nocturne.
       
      12P/Pons-Brooks est probablement la comète responsable de la pluie d’étoiles filante des kappa-Draconides, active du 29 novembre au 13 décembre, ce qui lui a valu l’autre surnom de la « Mère des Dragons ».
       
      Enfin les bonnes conditions météo de cette mi-avril m’ont permis d’aller sur notre site d’observation à Saucats pour l’imager. Il était grand temps car avec la Lune croissante et le passage de la comète dans l’hémisphère sud, nous n’aurons plus l’occasion de la revoir avant son prochain périhélie en 2094 ;
       
      Poses uniques de 2 s prisent le 11 avril 2024 à Saucats (33). Canon 40D défiltré avec objectif Samyang 85 mm, ouvert à f/1.4, ISO 1600 – Camera RAW
       

      (cliquez sur l’image pour voir la full)
       
      (cliquez sur l’image pour voir la full)
       
      Avec les satellites de passages…

      (cliquez sur l’image pour voir la full)
       
      (cliquez sur l’image pour voir la full)
       
      Version annotée

      (cliquez sur l’image pour voir la full)
       
       
      Poses uniques de 2 s prisent le 12 avril 2024 à Saucats (33). Canon 400D avec objectif Samyang 85 mm, ouvert à f/1.4, ISO 1600 – Camera RAW
       

      (cliquez sur l’image pour voir la full)
       
      Avec le public venu en profiter

      (cliquez sur l’image pour voir la full)
       
      Avec le public venu en profiter (annotée)

      (cliquez sur l’image pour voir la full)
    • By serge vieillard
      Yo !
       
      de retour à la maison, après un formidable périple mexicain, dont le prétexte était cette éclipse prometteuse du 8 avril. Prometteuse car de longue durée, pensez-donc 4mn27s à l’endroit choisi, bien loin des 62 secondes de l'an passé en Australie, qui plus est avec une activité solaire bien musclée et avec des statistiques météo en ces contrées tout autant prometteuses - mais qui ne se concrétisa pas à l'optimum, comme on va le voir.
      Voyage organisé de longue date avec les copains, avec comme approche sur la ligne de centralité de fuir le Texas, de ne pas tenter le nord de l'Amérique dont les prévisions n'étaient pas folichonnes, et d’envisager un périple hors des sentiers battu en Basse Californie où l'on observerait le phénomène de l'autre côté de la Mer de Cortes à Mazatlan - ou dans l'arrière pays si nécessaire - site quasi au maximum de durée avec les meilleurs statistiques météo.
      Commençons donc ce récit par ce point d'orgue de l'éclipse, le reste suivra au fil du temps.
      Quinze jours auparavant, les premières prévisions météo montraient une dépression sur l'Amérique du Nord d'où s'enroulait une large trainée nuageuse se superposant diaboliquement avec la trajectoire de l'éclipse sur le continent, configuration des plus fâcheuses laissant à penser que les dieux nous boudaient et qu'il fallait remédier à ces disgrâces par des offrandes et libations de circonstances, ce qui fut pieusement fait à grand coup d'apéro désormais pleinement justifiés. Que ceux qui médisent sur la fiabilité des métrologues soient immolés car ces prévisions tinrent bon et s’affirmèrent jusqu'au jour J - à notre grand dam. C'est ainsi que la veille au soir, nous n'étions toujours pas déterminés à savoir où nous irons observer. Deux solution se présentaient, excluant la troisième qui était de rester sur la ville de Mazatlan : (A) aller vers le sud, le long du littoral pile sur la ligne de centralité, ce qui faisant gagner 10 secondes de totalité et nous écartait un peu de cette bande coquine de nuages d'altitude,  (B) ou entrer dans les terres et gagner en altitude un peu avant Durango où une trouée semblait se dessiner - ce qui fut le cas. Aussi à l'aube faute d'avoir choisi, nous allâmes d'abord en A, découvrant un environnement de lagunes sauvages plein de jolis volatiles et de cultures de piments dont on pouvait lire qu'ils étaient les "mejor del Pacifico", mais avec un ciel perfectible qui nous fit prendre la décision de partir illico en B. C'est ainsi que par une route rapide, nous nous enfonçâmes rapidement dans l'arrière pays montagneux, jusqu'à - Caramba, consternation et merdum - être bloqués par une interminable queue de gros bahuts à l'arrêt pour cause d'accident et incendie dans un tunnel à quelques dizaines de kilomètres de là. Et là, on se trouve tout à coup bien couillon, pris au piège, dans l’expectative. Après un instant de sidération, nous la jouâmes à la mode mexicaine, à savoir remonter la file de camion à contresens jusqu'à l'une des rares bretelles d'accès, elle aussi prise à contre-sens, pour se sortir de ce pétrin. Mais de là, la route alternative pour se rendre à destination était bien plus tortueuse, moins roulante, plus longue et ne nous permettait plus d'arriver à temps, d'où la sage décision de rester sur place et s'installer tranquillement, car rien n'est plus important que de soigner l’installation où l'improvisation et l'à-peu-près ne sont pas de mise en ces circonstances. Pour ma part, ce sera la Swaro 80ED qui fait merveille sur ce sujet, un filtre astrosolar bricolé "maison"  bien rodé lors des précédentes éclipses, les feuilles de papier où les gabarits de diverses dimensions ont été préalablement tracés, les crayons en double en cas de casse, le positionnement de chaque bidule où le geste doit être machinal et ergonomique.
      Ainsi, dans un joli paysage montagneux planté de conifères, nous regardâmes avec quelques autres spectateurs le ciel se faire envahir de cirrus échevelés, mâtinés d'autres d'aspect pommelés, toutefois pas suffisamment denses pour masquer le Soleil, mais juste un peu chiants pour une observation optimale.
      Bien que parfaitement compréhensible, je trouve extraordinaire la précision des phénomènes astronomiques. Une petite application fort bien faite me donne tous les paramètres de l'éclipse pour un endroit donné et pile à C1, soit 9h52mn38s, l'on observe la première morsure de la Lune sur la Soleil, l'émotion devient palpable, le tension monte, les commentaires vont bon train. Je fais un dessin toutes les 20mn de l'avancé du phénomène, note la présence de deux groupes de tâches qui inexorablement se feront grignoter par l'avancée de la Lune. A T-10mn, l'on sent physiquement un changement de température, de luminosité et à l'oculaire, le Soleil n'est déjà plus qu'une jolie griffe. A T-5mn, on entre dans le vif du sujet et je lance mon compte-à-rebours enregistré, aide précieuse qui permet une relative sérénité en ces instants où le temps semble s’emballer, ou être suspendu, ou en tout cas se déroule de façon étrange dans nos esprits totalement perturbés. L'on devient des animaux, on regarde hébétés de toute part les changements envahir l'espace, les couleurs, l’assombrissement progressif qui se fait de plus en plus intense, preuve d'une éclipse de longue durée. Le crépuscule s'affirme fortement comme je ne l'ai encore jamais perçu. T-1mn, l'on perçoit les premiers grains de Bailly, le découpage  en petits tronçons aux extrémités de la très fine griffe du aux reliefs lunaires. Ça vacille, on perçoit déjà Vénus à droite, Jupiter plus loin à gauche, à T-30s on à la sensation de la présence de la couronne à l'opposé de la disparition éminente du Soleil, à T-10s je retire le filtre et regarde le monde environnant se faire engloutir par cette nuit si particulière, 9-8-7-6-5-4-3-2-1 TOPPPPPPPP !!!!! Hop punaise de-diou, quel spectacle !!!! Ça fuse de toute part, ça irradie, c'est fort, contrasté, étendu, magnifié par ces nuées d'altitude, bien qu'à 70° de hauteur, le Soleil noir me semble gros comme le ferait un plein Lune à son lever sur l'horizon, c'est magnifique, on en tremble. En mode automatique, je trace les principales lignes de la couronne, le trait est bien tremblotant, il faut se faire violence, s'appliquer. Délicate besogne car l’assombrissement est tel que je ne vois pas bien mon travail sur le papier. L'observation à l'oculaire n'est pas aisée car le contraste est tout de même atténué par ces voiles d'altitude. Je note les nombreuses protus du côté où le Soleil vient de disparaitre quand déjà quelques coquines énormes pointent leur nez à l'opposé. Ces 4mn27s sont un vrai luxe pour le dessin et quelque part, je m’apercevrais par la suite qu'elle ne m'oblige pas à une concentration maximale, on peut dire que j'étais davantage en dilettante. Je prends mon temps, reviens sur un détail, repasse autre part, affirme un contour, une lueur. Déjà la sortie s'annonce avec comme fleurons deux magnifiques protus d'un rose électrique incomparable, 5-4-3-2-1 FINI !!!!! Une sortie grandiose avec quelques diamants joliment répartis entre ces deux flammes, un régal !
      Reste à peaufiner ce dessins que voilà :
       

       
      La suite à venir, restez à l'écoute
    • By Bungert
      Bonsoir à tous,
       
      Le beau ciel du 10 avril fut bref. La comète ne s'est pas montrée depuis, et devant cela s'annonce couvert... .
      Je n'attends pas pour rassembler les furtives apparitions de C 12P sur une planche.
      Le 10 au soir :  la Lune, Jupiter et Uranus accompagnaient le couchant de la voyageuse.
      Daniel Skywalker a fait un mp4 avec 50 vues;  (après les photographies,  je ne sais pas si le mp4 passe ici (?) ).
       
      La nuit du 10 au 11 fut transparente (mais seulement SQM 20,80). Le T310N Marcon a imagé jusqu'à l'aube, dont  Y CVn la rouge.
      Une étoile parmi les étoiles que nous contemplons  avec tristesse, Michel a suivi Alain et Gérard au firmament.
       
      Merci Daniel Skywatcher pour les empilements et le petit film.
      Bon ciel.
      f.
       
      Premier avril

       
      4 avril

       
      5 avril

       
      9 avril (le jour d'après !) Un barre nuageuse défile du Sud vers le Nord et masque Jupiter et la comète. Le croissant lunaire apparait dessous

       

       

       

       
      Ah ces nuages...la Lune et là.

       
      Enfin, mais c'est bas sur l'horizon.

       

       
      Le 10 :  beau ciel

       

       
      C 12P les 4, 5, 9, 10 avril.

       
      Y CVn le 11 au matin pour clore la nuit.

       
       
       
      Là ça devrait fonctionner :
       
      Z 4 12p_down.mp4
    • By Sauveur
      Bonsoir !
       
      Bon ce soir c'est voilé d'ou un peu de temps pour posté pas de juju pour ce soir
       
      bon des images bruité peu de temps de pose et j'ai pas assez bossé 
       
      au Sony objo 200 c'est bruité je pense que l'iso  100 c'est vraiment pas top je ne vous l'avais pas présenté
       

       
      ca c'etait le 11
       

       
      Le 12
       

       
       
      C-2023 A3 (Tsuchinshan-ATLAS) r pp  result_3060s
       

       
      crop
       

       
      hier en mode compo 571Mc en fichier ser 350ms gain a fond sans refroidissement c'était la surprise de la voie encore Ser traité Siril Asi3 pour le terrain
       
      c'est la dernière pour ma part
       

       
       
      Bon désoler je m'embrouille un peu car cp Juju comete lune  seestar du coup j'oublie et j'en oublie que je capture et traite vite fais puis je sais plus ou elle sont au moment de posté 
       
      Je vais demandé des vacances  
    • By phenix
      hello les astrams
       
      voila  c était   ma  dernière sortie pour voir la comète 12p pons brooks , avant hier soir , 11.04 .
      elle est vraiment très basse sur l horizon ouest .
      j ai pris un peu de hauteur a st Vallier , pour avoir un ciel   propre  
       
      one shot sur la cendrée et les pléiades , addition de 3 poses de 6 sec pour pons brooks , avec as 3
      pano avec ice 
       
      canon eos 7d  +  sigma 85 mm  f/2
      iso 1600  
       
      bon weekend   a  toutes  et  tous  
      serge

  • Upcoming Events