Christophe Pellier

Grosse nuit sur Mars le 9 et 10/12 : Effet d'opposition et blue clearing

Recommended Posts

Bonjour,

Cette affaire de blue clearing n'est pas aussi simple qu'exprimé.

Les dernières photo UV de mars ici me font penser au réseau de nuages observables sur Vénus. Haute résolution ces photos!

 

Cependant je pense que cette affaire de réflectivité accrue su sol martien n'est qu'un raccourci pour représenter ce problème.

Quelques publications parmi les centaines existantes:

 

An example of blue clearing before 75 days before opposition

https://adsabs.harvard.edu/full/1959PASP...71..321R

how mars winds may affect blue reflectivity

https://www.sciencealert.com/stunning-blue-ripples-on-mars-reveal-the-way-of-the-wind

https://www.space.com/mars-blue-dunes-photo-where-wind-blows

 

une tentative d’explication (marginal)

https://www.scirp.org/journal/paperinformation.aspx?paperid=115155#:~:text=American specialists have given the,disappear%2C during a few days.

 

Côté observation amateur :

https://www.cloudynights.com/topic/365195-martian-blue-clearing-right-now/

ISMO opinion :

https://www.kwasan.kyoto-u.ac.jp/~cmo/cmomn2/Cahier02.htm

Cependant mars n’émet pas directement en propre une lumière bleue, c’est le résultat de la lumière solaire réfléchie par le sol martien, lumière traversant 2 fois cette atmosphère.

C’est faire fit de programmes d’observation exhaustif, notamment celui mené en Arizona, 75j avant l’opposition puis 139j après (Flagstaff 1937-39), montrant 48% des nuits des « blue clearings », cad loin de l’opposition ou le la zyzygie astrale.

Si le sursaut de réflectivité est bien connu sur le segment bleu, depuis 1941, Flagstall entre autres, Focas, Dolfuss et de Vaucouleurs, il reste toujours des contre exemples avec non transparence à certaines oppositions (perso 1982-83).

Le mystère reste entier en vertu des nouveaux contre-exemples connus aux explications avancées.

Ces observateurs avançaient l’influence des poussières dans l’atmosphère, des nuages blancs et de la présence d’eau.

Météorologie martienne :

https://mars.nasa.gov/MPF/science/clouds.html

https://researchmap.jp/read0032596/misc/18853599

 

Le sujet n'est pas épuisé et en fait il se pourrait que ce soit un faisceau de causes en fait qui produit ce blue clearing en lumière violette.

Pour cela il faudrait effectuer une surveillance systématique de Mars sur 200jours d'opposition pour s'en faire une représentation tentant de s'approcher de causalités, aussi sur plusieurs oppositions, en appliquant un programme et des méthodes définies.

E.C.Slipper de 1911 à 1941 a bien effectué 200 000 images dans ce sens pour conclure des tendances causales.

Beau programme pour des amateurs sur une longue durée.

Ce n'est pas suffisant en l'état.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut !

Désolé de répondre si tard... je suis en train de reboucler sur le sujet.

Merci pour tes liens. J'en connaissais déjà certains. Dont bien entendu celui-là:

Le 28/12/2022 à 11:57, gitod a dit :

C'est une des principales contributions de M. Minami aux observations de Mars (cf sa conf à Meudon en 2009)

Y'a déjà les principales idées dans ce court entrefilet :) 

Le 28/12/2022 à 11:57, gitod a dit :

Le deuxième article est intéressant. Les images qui ont servi à l'analyse ont pu être ré-observées sur les oppositions 2012 et 2014, avec une bien meilleure qualité. On y retrouve bien la baisse du contraste loin de l'opposition, avec absorption accrue des terrains rouges. 

Le 28/12/2022 à 11:57, gitod a dit :

Pour cela il faudrait effectuer une surveillance systématique de Mars sur 200jours d'opposition pour s'en faire une représentation tentant de s'approcher de causalités, aussi sur plusieurs oppositions, en appliquant un programme et des méthodes définies.

Les campagnes d'observation amateur peuvent servir à ça. Evidemment la plupart n'observent pas dans le bleu, mais moi si :) et j'ai une belle bibliothèque pour faire une analyse rien qu'avec mes images. Sur 2020, j'ai un max d'excellentes images à exploiter et qui montrent l'évolution du phénomène.... je n'ai pratiquement observé que les longitudes de Cimmerium à Solis Lacus cette année-là

Le 28/12/2022 à 11:57, gitod a dit :

E.C.Slipper de 1911 à 1941 a bien effectué 200 000 images dans ce sens pour conclure des tendances causales.

J'ai son bouquin. Il écrit en toutes lettres et à plusieurs reprises qu'il a noté une corrélation du phénomène avec la période d'opposition ;) c'est dommage que ça ne lui ait pas mis la puce à l'oreille !

Pour finir, Mars n'est pas une boule de billard lisse où un phénomène simple peut être vérifié en toutes circonstances et avec une évolution linéaire. Y'a plein de choses qui vont interférer, la présence ou non de nuages, les propriétés différentes selon les longitudes, les longueurs d'onde utilisées (la largeur du filtre bleu peut faire varier la visibilité des taches de surface assez facilement)... Enfin, il ne faut pas oublier que la qualité des images B de Mars obtenues au XXème siècle était très médiocre, ce qui n'a certainement pas facilité la compréhension du phénomène.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Réponse complète sur ce sujet clivant.

Cependant j'ai constaté ce style de blue clearing concernant Syrtis Major (pris comme cible type vu son niveau de contraste archi connu sous différents angle de vision ou angle de réflexion et caractéristiques du sol.

A l'occasion de l'opposition 81-82, pour y voir l'extinction de SM, en l'espace de quelques minutes son apparition soudaine aussi rapide en lumière bleue profond pour plus d'une heure, puis à nouveau son extinction tout aussi rapide, W47 et OG 395 de clavé. Le 18 avril 82 (opposition le 31.3.82) à 20H35UT. SM est proche du méridien central.

C'est ce qui rend ce sujet clivant, constater ce style d'occurrence, soudaine, imprévisible. W47 et film TriX pour montrer SM.

J'en ai une autre de mars 1980, une occurrence similaire observée au 200mm W47 et film PanX.

Ce n'est surement pas les seules.

Jeff Beisch a suivi, en amateur ce mars aussi pour 50ans et connait bien ces styles d'occurrence.

La réflectivité du sol ne suffit pas à elle seule à expliquer cette soudaineté. Il faudrait un miroir à la place du sable et une atmosphère transparente en même temps.

Ces dernières semaines l'atmosphère a été assez transparente en tout point du globe accessible, apparemment sans extinction significative des contrastes jusqu'à aujourd'hui.

Je crois plutôt que cette caractéristique du sol, la réflectivité au bleu, n'est qu'un début de réponse.

Il faut énormément de data, c'est le problème avec un site d'observation très souvent ouvert.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By Fred_76
      Bonjour
       
      Le site SpaceWeather informe que :
       
      "On May 14th, AR3664 produced an X8.6-class solar flare, the strongest flare of the solar cycle, and hurled a corresponding CME directly toward Mars. NASA models suggest it should hit Mars on May 17th, potentially sparking global auroras."
       
      Le 14 mai, AR3664 a produit une éruption solaire de classe X8.6, la plus forte du cycle solaire [à ce jour], et a projeté une CME correspondante directement vers Mars. Selon les modèles de la NASA, elle devrait toucher Mars le 17 mai, ce qui pourrait déclencher des aurores boréales à l'échelle globale.
       
      Ca pourrait faire des belles images mais elle sera très très basse sur l'horizon juste avant le lever du Soleil...
       
      A+
       
      Fred
    • By vaufrègesI3

       
       
       
               20 ans après l’atterrissage : comment les rovers jumeaux de la NASA ont changé la science martienne
       
                               
       
       
      https://mars.nasa.gov/news/9535/20-years-after-landing-how-nasas-twin-rovers-changed-mars-science/
       
       
       
      Ce mois-ci marque le 20ième anniversaire de l’atterrissage de Spirit et Opportunity sur Mars, dans le cadre d’une mission dont l’héritage s’étendra loin dans le futur.
      En janvier 2004, les rovers jumeaux de la NASA nommés Spirit et Opportunity ont atterri de part et d’autre de Mars, donnant le coup d’envoi d’une nouvelle ère d’exploration robotique interplanétaire. Ils sont arrivés de manière spectaculaire à trois semaines d’intervalle, chacun niché dans un groupe d’airbags qui ont rebondi sur la surface environ 30 fois avant de s’arrêter et de se dégonfler. La mission des rovers de la taille d’une voiturette de golf : rechercher des preuves que de l’eau a déjà coulé à la surface de la planète rouge.
      Leurs découvertes allaient réécrire les manuels de science, y compris la découverte d’Opportunity peu après l’atterrissage des célèbres « myrtilles » – des cailloux sphériques de l’hématite minérale qui s’étaient formés dans l’eau acide. Plusieurs années après le début de la mission, Spirit, imperturbable mais traînant maintenant une roue endommagée, a découvert des signes d’anciennes sources chaudes qui auraient pu être des habitats idéaux pour la vie microbienne il y a des milliards d’années (si tant est qu’il en ait jamais existé sur la planète rouge).
      Les scientifiques soupçonnaient que Mars avait depuis longtemps été radicalement différente du désert glacial qu’elle est aujourd’hui : des images orbitales avaient montré ce qui ressemblait à des réseaux de canaux sculptés par l’eau. Mais avant Spirit et Opportunity, il n’y avait aucune preuve que l’eau liquide avait formé ces caractéristiques.
      « Nos rovers jumeaux ont été les premiers à prouver l’existence d’une Mars primitive humide », a déclaré l’ancien scientifique du projet Matt Golombek du Jet Propulsion Laboratory de la NASA en Californie du Sud, qui a géré la mission Mars Exploration Rover. « Ils ont ouvert la voie à l’apprentissage d’encore plus de choses sur le passé de la planète rouge avec des rovers plus grands comme Curiosity et Perseverance. »
       
      Un héritage durable
       
      Grâce en partie à la science recueillie par Spirit et Opportunity, la NASA a approuvé le développement du rover Curiosity de la taille d’un SUV pour déterminer si les ingrédients chimiques qui soutiennent la vie étaient présents il y a des milliards d’années sur ce qui était autrefois un monde aquatique. (Le rover a découvert peu de temps après son atterrissage en 2012 qu’ils l’étaient.)
       
      Perseverance, qui est arrivé sur la planète rouge en 2021, s’appuie sur le succès de Curiosity en collectant des carottes de roche qui pourraient être apportées sur Terre pour vérifier les signes d’une vie microbienne ancienne grâce à la campagne Mars Sample Return, un effort conjoint de la NASA et de l’ESA (Agence spatiale européenne).
       
      Alors qu’ils travaillaient sur Spirit et Opportunity, les ingénieurs ont développé des pratiques d’exploration de la surface qui se poursuivent aujourd’hui, y compris l’utilisation de logiciels spécialisés et de lunettes 3D pour mieux naviguer dans l’environnement martien. Et après avoir perfectionné des années d’expertise au cours des voyages des rovers jumeaux sur la surface rocheuse et sablonneuse de Mars, les ingénieurs sont en mesure de planifier des trajets plus sûrs et plus longs, et de mettre rapidement en place les plans quotidiens beaucoup plus complexes nécessaires à l’exploitation de Curiosity et Perseverance.
       
      Les membres de l’équipe scientifique sont également devenus plus habiles dans leur rôle de géologues de terrain virtuels, s’appuyant sur des années de connaissances pour sélectionner les meilleurs moyens d’étudier le terrain martien à l’aide des « yeux » robotiques et des outils portés par leurs partenaires itinérants.
       
      Marathon martien
       
      Conçu pour durer seulement 90 jours, Spirit a atterri le 3 janvier ; Opportunity le 24 janvier. Les rovers d’exploration de Mars ont persévéré pendant des années – dans le cas d’Opportunity, près de 15 ans, pour finalement succomber à une tempête de poussière enveloppant la planète en 2018. Cette durabilité a dépassé les rêves les plus fous des scientifiques et des ingénieurs, qui ne s’attendaient qu’à une exploration localisée sur une distance ne dépassant pas 600 mètres.
       
      Au lieu de cela, grâce à leurs substituts robotiques à longue durée de vie, l’équipe a eu la chance de parcourir une grande variété de terrains martiens. Opportunity, le premier rover à parcourir une distance de la longueur d’un marathon sur une autre planète, couvrirait finalement près de 45 kilomètres au total – la distance la plus longue parcourue sur une autre planète.
       
      « C’était un changement de paradigme auquel personne ne s’attendait », a déclaré l’ancien chef de projet John Callas du JPL. « La distance et l’échelle de temps que nous avons parcourues ont été un saut de portée qui est vraiment historique. »
       
      La chance de voir tant de choses a été essentielle pour révéler que non seulement Mars était autrefois un monde plus humide, mais aussi qu’elle abritait de nombreux types d’environnements aquatiques différents – eau douce, sources chaudes, piscines acides et salées – à des moments distincts de son histoire.
       
      Une inspiration continue
       
      Les jumeaux itinérants ont également inspiré une nouvelle génération de scientifiques. L’une d’entre elles était Abigail Fraeman, qui était une lycéenne invitée au JPL la nuit de l’atterrissage d’Opportunity. Elle a pu observer l’excitation lorsque le premier signal est revenu, confirmant qu’Opportunity avait atterri en toute sécurité.
       
      Elle a poursuivi une carrière de géologue martienne, retournant au JPL des années plus tard pour aider à diriger l’équipe scientifique d’Opportunity. Aujourd’hui scientifique adjointe du projet Curiosity, Fraeman appelle de nombreux collègues proches de nombreuses personnes qu’elle a rencontrées la nuit de l’atterrissage d’Opportunity.
       
      « Les personnes qui ont fait fonctionner nos rovers jumeaux pendant toutes ces années forment un groupe extraordinaire, et il est remarquable de voir combien d’entre eux ont fait de l’exploration de Mars leur carrière », a déclaré Fraeman. « Je me sens tellement chanceuse de pouvoir travailler avec eux tous les jours alors que nous continuons à nous aventurer dans des endroits qu’aucun humain n’a jamais vus dans notre tentative de répondre à certaines des plus grandes questions. »
       
      Meilleurs résultats scientifiques
      https://mars.nasa.gov/mer/mission/science/results/
       
      'Myrtilles' martiennes
      https://mars.nasa.gov/resources/6944/martian-blueberries/
       
      Spirit détecte des preuves surprenantes d’un passé plus humide
      https://www.jpl.nasa.gov/news/mars-rover-spirit-unearths-surprise-evidence-of-wetter-past
       
       
       
    • By guy03
      Bonjour
      Je pensais que pour revoir Mars il fallait attendre 2025 ....mais non 2024 sera parfait!!!  Mars sera bien visible (et trés haute!!) dans le ciel à partir d'octobre. Son mouvement apparent va ralentir. Elle sera en opposition mi janvier 2025. Bon on est pas au mois d'octobre encore mais j'ai hâte de l'observer et lui tirer le portrait. Son diamètre apparent sera pas énorme mais on grossira avec les oculaires et les barlows!

    • By Sauveur
      Salut 
       
      une petite Mars avant dodo 😉
       
       

    • By phenix
      salut  les astrams 
       
      voici  la conjonction  lune venus et mars le 21.06.2023
      une petite compo de 2 images au 1000d  et sigma 150 f2.8  sur staraventurer
      2 single  shot  de  8 sec  a 800 iso  
      petit traitement vite fait avec toshop  et assemblage  avec  ice  
       
      bon cieux 
      serge

  • Upcoming Events