lambda

Les petits "cailloux" de récup des projos de diapos d'antan...

Recommended Posts

Bonjour à vous. :)

Je viens ici démarrer un petit sujet sur ces cailloux auxquels on ne pense pas d'abord en premier lieu pour équiper nos caméras et boitier APN. 

Les objectifs de nos projecteurs de diapo familiaux, de rétroprojecteurs de facs et autres, .... Vieilles optiques teintées de nostalgie pour les plus de 40 ans à la louche et dénichables dans les vides greniers et autres broc's IRL ou en ligne....

 

Beaucoup de ces objectifs de rétro-projecteurs, projeteurs de diapos, et autres épidiascopes en tout genre des époques vintages seconde moitié du XXème siècle et produits souvent à l'Est sont vraiment sympas, souvent pas chers, et offrant le gros avantages de fournir un cercle image de grande dimensions (allant souvent bien au delà du format full format.... ça va jusqu'à des cercles images allant jusqu'à 8-10 cm de diamètres sans souci...).
De par leur destination, ils sont aussi souvent conçus pour projeter une image plane sur une surface de projection éloignée elle aussi plate.... Et ce qui est très intéressant pour nous, c'est que ça marche évidemment dans l'autre sens.... 

Du coup, ces deux avantages nous servent bien avec nos capteurs pas très grands en général. On bosse avec le "coeur de la meule de fromage", le meilleur quoi, dans une zone de projection restreinte centrée autour de l'axe optique. Niveau aberrations optiques, c'est quand même bien contenu du coup...

En contre partie, le rendu est parfois un parfois peu "mou", la balance des couleurs pas toujours neutre, et bien-sûr, il faut bricoler autour pour l'adapter à nos caméras et/ou APN.... Mais c'est marrant et fait partie quelque part du charme, parce qu'on se fait alors nos propres objectifs "sur mesure", uniques....
Ah oui, aussi, pas de diaphragme ajustable et évidemment (mais perso, voulant un max de photons en un minimum de temps, aucun souci), on oublie la communication intélligente entre optique et boitiers modernes...  :D

Dès que je trouve un caillou sympa du genre dans mes chinages, entre 1 et quelques dizaines d'Euros grand grand max, je récupère.... Bien pratique pour bricoler, faire des manips en tout genre...

par ex, dans mes tiroirs en ce moment de gauche à droite:
- RETINAR f-250mm KODAK (ouvert à la louche à 4.5)
- zoom grossièrement parafocal MAGINON WILL-WETZLAR (comme ton objo) f=85-150mmmm MC
- RETINAR f=60mm KODAK
- LEITZ WETZLAR COLORPLAN1:2.5/90mm
- V/S-HEIDOSMAT 2.4/90 MC
- ZETT TALON 1:2.8/85 MC
- zoom grossièrement parafocal SCHNEIDER-KREUZNACH XENOVARON 1.3/12-30 MC

Je bricole aussi avec:
- un objo de chez LOMO (35mm/1.2) (ref: 16KP-1.2/35 OKP1-35-1 P)
- un objo de chez LOMO (160mm/2)
Les deux ne sont pas sur les photos, ils sont en branle sur mes bricoles en usage en ce moment....

Comme dit en introduction, pour du DIY, cela reste une source géniale pour se faire des objectifs maisons avec un ratio qualité/prix imbattable, à caractéristiques égales avec des cailloux du commerce (minus l'ergonomie de montage et d'usage il est vrai...)

à+,
Lambda

DD1.JPG

DD2.JPG

  • Like 1
  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Mon ami et mentor Gilbert Masse faisait des chambres photographiques avec ce genre d'optiques, chambres qui accueillaient des plans films 6X9. Tout une époque.

Il m'en restait une mais je ne sais plus où elle se trouve dans mon astro-fourbis.

Edited by astromoine
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'idée est bonne , mais j'ai déjà "recyclé" des vieux cailloux "bon à l’époque" mais avec les exigences des capteurs actuelle ;  les optiques doivent être aux oignions  .

Fini les formules tout sphérique , il faut vivre avec son temps !!

Évidement ça fonctionnera , mais compare le avec un truc récent et tu verras la différence .

Je suis quand même preneur de ton retour d’expérience

Share this post


Link to post
Share on other sites

les objectifs de projection pour moyen format qui étaient capables de restituer tous les détails d'une diapo étaient rares, il faudrait retrouver les références de l'époque (j'ai oublié) et seuls certains passeraient la barre avec les capteurs à petits pixels actuels. ensuite si c'est trop empaté tu peux binner, filtrer, déconvoluer, etc. pour avoir une idée de ce qui se faisait de mieux en 35 mm tu peux jeter un oeil sur les tests des derniers micro nikkor (en AF, AF-D, AF-S ou G), sur les 50 mm standards en général.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By Goofy2
      Hello 😎
       
      Le Ouistiti (mon eVscope2 de chez Unistellar) a désormais un petit frère "le Little Baby" (un Vespera Pro de chez Vaonis). Plus petit, plus compact et plus léger.
      Tandis que le Ouistiti (diamètre 114 mm, focale 450 mm, F/D 3.95) capturera des objets plus petits, le Little Baby (diamètre 50 mm, focale 250 mm, F/D 5) capturera des objets plus grands et en champ plus large.
       
      Champs capturés:
      - eVscope: 34.2'x45.6' (capteur Sony IMX347, 4MP,  pixels de 2.4 µm)
      - Vespera Pro: 1.6°x1.6° ou en mode mosaïque automatique: 4.18°x2.45° à 3.2°x3.2° modulable (capteur Sony IMX 676 Starvis II, 12.5 MP, pixels de 2 µm)
      Tandis que l'eVscope 2 est un réflecteur (miroir), le Vespera Pro est un réfracteur quadruplet APO (lentille).
      Il est possible de placer devant l'objectif du Vespera Pro des filtres interférentiels (j'ai un CLS et un Dual Band).
       
      Le Vespera Pro pousse l'automatisme encore plus loin que l'eVscope 2:
      - mise au point automatique (y compris en cours d'acquisitions), pas de collimation à faire (lunette)
      - résistance chauffante dont la mise en route est automatique en fonction du taux d'humidité ambiante (capteur hygrométrique intégré).
      - une fois le Vespera Pro sur ON et connecté à la tablette en Wifi, je lui demande simplement de s'initialiser en toute autonomie (pointage à son initiative, reconnaissance du ciel auto, mise au point auto). Une fois l'initialisation réalisée, il est prêt pour faire des Goto à mon initiative (objets issus de la base de données incluse ou aux coordonnées équatoriales J2000 à saisir). Pour le live stacking, 2 modes: le mode normal (c'est le champ du capteur) ou le mode mosaïque automatique dont les dimensions sont ajustables sans toutefois dépasser les limites autorisées (en gros on peut aller jusqu'à 4 fois la surface couverte par le capteur).
       
      Exemple d'utilisation simultanées du Ouistiti et du Little Baby:
      Pendant que je fais de l'observation en vision amplifiée avec l'eVscope 2, le Vespera Pro fera une intégration de longue durée autonome sur un unique objet pendant toute la séance astro. Deux instruments connectés nécessitent l'usage deux tablettes indépendantes (ou smartphone).  
       
      Le Little Baby sur trépied Gitzo et platine de nivellement:

       

    • By Crabs
      Bonjour,
       
      Je souhaite acheter un télescope solaire qui me permettrait de rester flexible et de pouvoir évoluer vers des diamètres plus grands aussi en double stack. Je suis axé sur du visuel vu que je débute, mais imager pourrait être possible dans le futur.
      L'idée serait d'acheter un filtre bloquant B1200 ou B1800 + un LS50FHa ainsi qu'un autre LS50FHa pour possibilité de double stack.
       
      De cette manière, je pourrais acheter par exemple une ED APO 80 mm f/7 (je ne trouve pas de diamètre plus petit, un diamètre de 50 serait suffisant vu que le LSFHa va quand même masquer à 50mm) et visser les deux étalons en position frontale comme sur cette photo. Avec cela, je devrais avoir l'équivalent d'une LS50THa si ma compréhension est correcte. Cela devrait me permettre d'avoir des vues du disque entier.
       
      D'un autre côté, le setup pourrait être flexible et je pourrais utiliser ce même matériel B1800 et deux LS50FHa (un seul investissement sur les filtres) sur une lunette plus grande via un montage télécentrique derrière une plus grosse lunette, par exemple cette 130mm F/D 7 couplée à un Baader Telecentric TZ-4. Il y aurait même également moyen de "double stacker" les deux filtres en télécentrique. Donc, avec ce setup, je pourrais bénéficier du double stack dans les deux configurations: frontale petit diamètre, télécentrique plus gros diamètre. Est-ce que ce raisonnement tient la route? Est-ce que ce setup est une bonne idée pour rester flexible?
       
      Maintenant, je suis en train de lire le livre "Astronomie Solaire" (https://astronomiesolaire.com/), et en page 203, il est indiqué qu'un montage télécentrique pour des étalons à lame d'air fait élargir la FWHM en fonction du rapport F/D. Un rapport F/D de 40 ou 50 est conseillé. Dans le cas de la 130mm ci-dessus, le F/D est de 7, et donc avec le TZ-4, cela ferait 28. Donc, au final, ma compréhension actuelle est que cette lunette de 130mm n'est pas adaptée car F/D final trop petit? Ou y a-t-il moyen d'ajouter quelque chose pour augmenter ce F/D? Faut-il masquer l'ouverture pour la réduire? Est-ce que ca augmentera le F/D? Les étalons en mica demandent un F/D plus petit de 30, mais au vu de la "loterie" niveau DayStar Quark, je ne privilégie pas cette solution.
       
      Enfin, pour du visuel principalement, est-il conseillé un montage télécentrique (perte de bande passante générale mais uniforme sur toute l'image) ou un montage collimaté (bande passante plus fine mais dans un sweet spot)?
       
      Merci!
    • By Blink
      Bonjour !
      J'ai acheté récemment un Celestron 9.25 XLT fastar d'occasion (fabriqué en 2015)
       
      Or il s'avère que le support du secondaire tourne : on lui fait faire facilement 360° à la main. D'où les questions épineuses suivantes : 
       
      -Vais-je pouvoir le collimater? (sur étoile)
      -Faut-il que ce support du secondaire soit fixe, et ne me sentant pas l'âme d'un aventurier de l'optique, sauriez-vous qui peut arranger cela (région bordelaise)?
       
      Merci pour les conseils
       

    • By lpalbou
      Bonjour à tous,
       
      Je suis dans les expérimentations ces jours-ci, notamment car je viens tout juste de racheter un Takahashi 76-DC à Simon (merci Simon !). A priori, ce scope est idéal avec un Quark puisqu'à F7.5, on atteint F31.5. Sans doute un peu d'over sampling avec la 174mm, mais ça dépend aussi des conditions d'observations, comme toujours. L'avantage du scope : sa taille (53cm), sa portabilité (1.5kg) et bien sûr, son optique.. 76mm n'aura jamais la même résolution qu'un 120 ou 150, mais c'est assez pour voir des détails assez fins et surtout, ça rentre dans mon sac à dos.
       
      Ce n'est pas un test complet car nous n'avons que de la pluie et des nuages et je n'ai pu faire que de l'imagerie opportuniste entre les nuages.. et parfois même au travers de nuages fins.. Les conditions sont donc bien loin d'être idéales, mais en attendant, j'ai testé ce que j'ai pu.
       
      Commençons par l'une des meilleures captures.
       
      Original sans gamma, sortie AS4 :

       
      Même image traitement simple avec IMPPG:

       
      Et en sortie photoshop (stretch / contraste):

       
      Avec couleurs:

       
       
      PS : pour ceux qui sont curieux et parce qu'il y a 1001 façon de traiter l'image sur IMPPG:


       
       
       
    • By Goofy2
      Bonjour   
       
      Une autre façon plus traditionnelle de réaliser la collimation. Cette méthode itérative est utilisée par plusieurs utilisateurs de Smart télescope Unistellar.
      Cette méthode est dérivée de la méthode que j'utilise pour collimater mes Schmidt-Cassegrain, mais à très fort grossissement et sur la tache d'Airy d'une étoile située sur l'axe de la chaîne optique.
       
      Nous réalisons une VA de 2 à 4 minutes dans la voie lactée (pour avoir un maximum d'étoiles sur le capteur) et on regarde la coma des étoiles sur tout le bord du champ de la capture, surtout dans les quatre coins (c'est l'endroit où la coma est la plus forte, car la plus éloignée du centre du capteur). Il est normal d'avoir de la coma sur les étoiles en bord de champ, car nos Smart Télescope ne possèdent pas de correcteur/aplanisseur de champ.
      Si la coma des étoile est homogène, de même intensité et pointent toutes en direction du centre du capteur: c'est collimaté, pas besoin d'ajuster la collimation Si ce n'est pas le cas, alors la collimation doit être ajustée (un ou deux bords de champ montrent une coma stellaire plus prononcées que le ou les bords de champ opposés et les coma ne pointent pas en direction du centre du capteur)  
      ----
      Ajustement de la collimation:
      Au préalable faites une bonne mise au point de l'optique avec le masque de Bahtinov fourni avec l'instrument.
      Faire un Goto sur une étoiles brillantes située dans la Voie Lactée (pour avoir un maximum d'étoiles sur le capteur et avoir une étoile centrale comme référence bien visible). Puis faire une VA de 2 minutes (ou plus). Analyser la coma stellaire en bord de champ sur la capture de la VA (ne pas hésiter à zoomer). Repérer le bord ou le coin qui présente la plus forte coma stellaire En vision temps réelle et uniquement avec les vis de collimation, déplacer l'étoile de référence située au centre du capteur en direction du bord ou du coin présentant la plus forte coma stellaire. L'amplitude du déplacement est fonction de l'amplitude de la décollimation. Puis avec les mouvements lents de l'application, replacer l'étoiles de référence au centre du capteur. Refaire une VA de 2 minutes (ou plus) et recommencer les étapes 2, 3 et 4 jusqu'à ce que la coma stellaire en bord de champ soit homogène, de même intensité et pointent toutes en direction du centre du capteur.  
      Il s'agit d'une méthode itérative.
      Bonne collimation...
  • Upcoming Events