xavierc

Nuit du 17 au 18 avril 2023

Recommended Posts

Dobson Strock 254/1200
Au centre du jardin de la maison à Fors dans les Deux-Sèvres
 
4 dessins : 10406 à 10409.

Je commence les observations à 22h30.
La nuit est presque totale, de plus en plus tard en cette période. Bientôt il faudra réussir à dormir en début de nuit pour espérer observer hors week-ends.
J'entends des bruits de circulation à l'Est.

Je picore quelques galaxies vers gamma et êta du Lion.

Observation 10406 : NGC3094.
Je la vois collée contre une étoile, à 75x puis 150x.
Elle est très diffuse mais son centre est ponctuel et très faible. Je confirme le reste de la galaxie en vision indirecte.
NGC3094obs10406.jpg

Observation 10407 : NGC3131.
Je la vois faiblement à 75x. 150x la confirme.
Au final, je la juge très faible, allongée, dans une zone pauvre en étoiles, du coup j'ai du mal à bien la voir car le regard a du mal à se fixer à cause de la faiblesse des étoiles autour.
NGC3131obs10407.jpg

Je repointe des galaxies d'Abell 1367 mais finalement déjà faites en 2022, tant pis par rapport à ma règle des 5 ans pour les ré-observations!

Observation 10408 : galaxies d'Abell 1367 vers NGC3861A.
Il y a du monde dans le coin à 150x.
NGC3861A est faible et diffuse, NGC3860A est très faible, NGC386OB est vue VI4 comme une étoile floue, et PGC36619 est VI1 et condensée.
NGC3860A_61A_Abell1367obs10408.jpg

Les halos de pollution lumineuse sont plus forts au nord ce soir. Sans doute le ciel diffuse plus que d'habitude.
Il y a aussi des bruits de circulation par là.
A l'Est j'entends un hibou, des grenouilles et divers oiseaux pas identifiés mais mélodieux.

Observation 10409 : NGC3873/5.
Voici d'autres galaxies d'Abell 1367, sympa la double galaxie!
NGC3873 est faible et NGC3875 est vue VI1 à 150x.
NGC3873_5_Abell1367obs10409.jpg

Je plie bagages à 0h12, et constate toute l'humidité sur les affaires

  • Like 7
  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut Xavier,

Tu es un infatigable arpenteur du ciel profond, ta collection de dessins doit commencer à devenir sacrément impressionnante !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 21 heures, laurent13 a dit :

commencer à devenir sacrément impressionnante !

...Exactement 10409, si j'en crois le compteur ! :)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 7 heures, Vesper a dit :

...Exactement 10409, si j'en crois le compteur ! :)

 

Tututu la Terre a tourné entre temps, j'en suis à 10426! :)

Bientôt la suite

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut Xavier!
 

Le 07/05/2023 à 07:54, xavierc a dit :

le regard a du mal à se fixer à cause de la faiblesse des étoiles autour.

J'ai souvent remarqué ce souci avec certaines NP avec  OIII et des forts grossissements, invitant à passer à l'UHC. Tu fais comment dans ces cas là? Tu bouges le télescope gentiment?

Astronomicalement,
José
 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 08/05/2023 à 23:59, Jose Rodrigues a dit :

Tu fais comment dans ces cas là? Tu bouges le télescope gentiment?

 

J'use surtout de la vision décalée (en alternant proche à lointaine par rapport à la fovéa) pendant plus de temps, car si bouger le télescope aide à confirmer les étoiles faibles, ça entraîne encore plus d'imprécision sur leur position que la vision décalée.

Or là il s'agit de positionner des objets faibles parmi des étoiles à peine moins faibles.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By biver
      J'ai toujours une cinquantaine de dessins de valdrôme à mettre au propre (90% des comètes + saturne + 2-3 NP), mais cette nuit j'ai enchainé un dessin après la séance vidéo sur Jupiter...
      Quand il faut maintenant zapper aussi avec les lunettes pour dessiner, l'efficacité et la motivation diminue un peu
      Donc voilà Jupiter ce dimanche à 4-5h du matin, avec des images parfois bien détaillées!
      Nicolas

    • By Adamckiewicz
      Comme beaucoup, j'ai pu profiter du bon seeing de cette nuit. Au lendemain de la pleine Lune, on se concentre sur Jupiter, la Lune et Saturne. Les vues sont très stables, la Lune est bien haute et donne de très belles vues contrastées et fixes  
      Jupiter monte tranquillement après minuit, trop tard pour profiter du transit de Io.
      Le tout au dobson 400, avec suivi , et bino x360
       
       
      Pour commencer, Petavius vers 1h (J16)
       

       
      Puis Jupiter :
      0h20 :

       
      à 1h55 :

       
      à 3h avec la GTR qui pointe le bout de son nez :

       
      et à 3h55 :

       

      Bon ciel  
    • By Vesper
      IV- Nuits publiques et jours indolents
       
      “Quand on regarde quelqu’un, on n’en voit que la moitié”
      Christian Vincent

       
      Je suis un peu ours et passerai à côté de quelques personnes et non des moindres. Tel astro-dessinateur réputé, tel autre ténor des forums… Ce n’est pas désintérêt, bien au contraire.  Alors quoi, le syndrome de l’observateur solitaire ? 
      Peut-être.
      Mais je ne bouderai pas les nuits publiques.
      J’en suis, et plus souvent qu’à mon tour.
      C’est peut-être ma position, un peu avancée sur la route, qui m’expose. Xavier lui, le rusé, est en retrait. D’ailleurs un peu plus tard, au cœur de la nuit, il m’avouera que parfois il part se cacher derrière un arbre. Moi seul tiendrai ferme la barre. Je suis aux avant-postes.
      Un couple se présente et j’entame un tour de découverte du ciel d’été. Je suis encore frais et dispo, et tout y passe, en partant du Sagittaire je remonte toutes les flaques de lumière, jusqu’aux dentelles, en passant par Saturne (“Oh !”). Il est vrai qu’elle claque bien, et d’ailleurs j’ai un souvenir mémorable d’une autre nuit : Saturne figée, un trou de turbulence, les anneaux parcourus de microsillons (Encke ? En tout cas je l’ai cru), le disque crémeux rayé de bandes en nuances de bruns. Un de ces moments, rares, où l’atmosphère veut bien s’effacer. 
      Ce soir elle est très bien, même si la grâce est absente. 
      Mais les gens sont heureux et d’ailleurs ils s’en vont, ce qui me permet de revenir à mes observations, voire de revenir à moi.
       
      Je file dans Andromède revoir l’inévitable M 31 qui est d’ailleurs obligatoire, quand je suis dans le coin. Pour une fois elle est bien contrastée, certes laiteuse à souhait comme toujours, mais alors contrastée, contrastée ! Et puis il y a comme des zones de densité différentes, on devine qu’elles sont structurées différemment. Ça n'est pas ce brouillard laiteux mais délavé habituel, c’est une pâte de lait plus dense, plus opaque, plus profonde, avec des zones crémeuses plus ou moins renforcées. Avec M32 et M110 dans le même champ au 30mm, c’est beau. Vraiment beau. Et cela me conforte intérieurement dans ma pratique de ré-observation systématique des classiques, quand je suis de passage dans le secteur. J’ai bien fait, très bien fait même : j’ai une demi-épiphanie sur cet objet, classique parmi les classiques, mais souvent dilué.
       
      Dans Pégase je fais mes hommages à M15, le globulaire vedette du coin. Son cœur est toujours spectaculaire par sa densité. A déguster avec un peu de puissance : aux 8 et 5mm.
      Puis je passe au véritable sujet de ma visite : NGC 7331, qui se révèle splendide. Je me l’étais notée comme étant à revoir sous un ciel de qualité et mes vœux sont exaucés :  sa structure apparaît dès la vision directe, le bulbe saute aux yeux (ou plutôt : à l'œil). En vision décalée, des zones de densité variées émergent peu à peu, formant très certainement les bras. Une vraie crise de beauté à l’oculaire.
      J’y passe un long moment en essayant d’intégrer le maximum de photons anciens. Les vieux photons, voici mon péché mignon, me dis-je. Curieuse monomanie ! Quoi qu’il en soit c’est une très belle observation. Je lis rétrospectivement qu’on a longtemps pensé à NGC 7331 comme à une jumelle de notre voie lactée (BURNHAM Jr., Robert, “Burnham’s Celestial Handbook”, Dover publications Inc., 1978, vol. III, p. 1387) mais qu’entre-temps la nôtre s’est barrée, si j’ose dire, et que la comparaison n’est plus de mise. Mais peu importe, il y a des observations qui réconcilient et compensent toute la litanie des nuits banales, molles, et celle-ci en fait partie. Ah c’est bon, le pep’s ! 
       
      Je m’apprête à me délecter visuellement du Quintette de Stephan quand trois touristes débarquent, comme surgis de nulle part. C’est le syndrome des soirées publiques : on y est interrompu à la brutale. Si on y ajoute le syndrome commun à toutes les star-partys, qui veut qu’on ait des autres que des murmures et des ombres chinoises, il y a de quoi sursauter à l’occasion.
      Je repars illico pour une mini-excursion “des-merveilles-du-ciel-d’été”. Mon sourire doit être un peu crispé, mais heureusement ça ne se voit pas (le coup des ombres chinoises. Pratique).
       
      Une heure plus tard et croyant toujours en ma chance, je me dis que ça y est, je vais pouvoir jouir du moment pour revoir le Quintette de Stephan. Je retourne dans Pégase. Cherche. Eh bien… eh bien il faut faire preuve de persévérance pour ne compter que 4 galaxies. Je n’arrive pas à séparer NGC 7318 A de 7318 B. Voilà qui contrarie l’observation et l’observateur par la même occasion. Bigre ! D’un moment à l’autre, le ciel reprend ses faveurs. Il eut fallu pouvoir profiter davantage de l’instant de grâce constaté tantôt ! Ah ces touristes !
      D’ailleurs pas de NGC 7320 C non plus, mais bon là il ne faut pas pousser : je n’y comptais pas, la nuit est belle mais quand même. Je ne peux pas tout mettre sur le dos des passants (quoique…). Et puis je n’ai que 300mm sous la pédale, enfin sous l’oeil.
       
      Je vais me consoler sur NGC 7662, la boule de neige bleue, que je vois bleu-vert. Mieux sans aucun filtre, au naturel. L’étoile proche qui l’accompagne dans le champ est bien visible (mag. 13,2), mais malgré mes efforts je ne parviens pas à distinguer la centrale. Je ne suis d’ailleurs pas certain qu’elle soit à portée de 300. Mais l’enveloppe est belle, j’ai l’impression qu’elle s’assombrit vers le centre en arborant une teinte bleutée.
       
      La nuit continue et sur les avant-postes, toujours je suis. J’y reste. Et du coup, j’assume. Je débite du touriste sauvagement, deux ou trois personnes d’âge certain se présentent encore, allez on y va, je sens maintenant venir une vocation de montreur du ciel, voire de médiateur scientifique, hahaha rien ne m’arrête plus, je suis un véritable go-to humain, je… je suis fatigué. Vers 2h du mat’, je cale. J’ai dû montrer les dentelles une bonne dizaine de fois, et les autres vedettes du ciel d’été itou. J’ai soif. Faim.
       
      Une diversion s’impose. Je vais, moi aussi, jouer au touriste, il n’y a pas de raisons tiens, et file vers le bas du parking. Il y a là un 500 que j’avais repéré en journée, et surtout son propriétaire, détenteur d’un bidule qui intensifie la lumière, qui prend les photons et les multiplie, j’en prends deux et je t’en rends vingt, enfin un tour de passe-passe du genre. Le propriétaire en question m’accueille gentiment et me prévient aussitôt : chaque fois que j’émettrai un juron ou autre interjection du genre en regardant dans son binoculaire truc-muche intensificateur, il faudra que je verse 1 €. J’accepte en riant et il me tend l’appareil. Dans le noir complet je ne distingue pas grand-chose, c’est un objet qui arbore approximativement les formes et dimensions d’une petite paire de jumelles, disons des 8x40, et c’est léger.
      - “Alors bon, regarde d’abord autour de toi, hein, pour t’habituer… Je te demande uniquement de ne pas fixer longuement des sources de lumières intenses…”. Je me demande de quoi il veut parler : il n’y a aucune source de lumière intense, à part bien sûr les quelques inévitables loupiottes rouges qui… “- OH purée !! (en vrai j’ai dit un mot moins noble) ;
      -1 €.
      - Hein quoi ? 
      -1 € : tu as dit : p**. 
      - Ah oui. Mais… OH la vache !! 
      -1 €.”
      Autour de moi, il fait subitement jour. Incroyable : on se croirait réellement en plein jour. Un jour un peu grisâtre, un peu granuleux. Mais jour. Je me rends compte que j’ai plus de personnes autour de moi que je ne le pensais. Ils ont l’air un peu hagards, comme s’ils regardaient dans le vide. C’est que pour eux, il fait nuit noire et leurs regards sont tournés vers… le néant. Du moins, c’est l’impression qu’ils donnent. Me revient l’expression bien connue : “au royaume des aveugles, les borgnes sont rois”. Sauf que je ne suis d’ailleurs pas borgne, mais bien binoculaire. C’est réellement spectaculaire : je pourrais me promener au milieu de cette petite assemblée tel l’homme invisible, héhéhé. De quoi se prendre pour superman, ou au moins pour un soldat d’élite pendant quelques minutes…
      - “- Et maintenant, regarde le ciel. La voix de l’heureux propriétaire me tire de mes rêveries de super-pouvoirs.
      - Oh p*** !!. 
      - 1 €
      - Hein quoi ? Ah oui, les jurons tout ça… Nân mais arrête… Mais purée (“1 €”, dit l’écho) mais c’est complètement fou : sous mes yeux une voie lactée surréaliste se déploie, brillante et tourmentée. Tous les nuages obscurs sont visibles d’emblée, les Barnard, les que sais-je, et toutes les nébuleuses brillent comme des oasis de lumière, incroyable. C’est saisissant. Un peu gris, un peu granuleux, d’accord, mais saisissant. Oh purée…
      - 1 €. 
      - Ah oui, m*** 
      - Et 1€.
      - Mais screugneugneu, débranchez-le ! …Non !! Attends encore un peu…
      - Si tu veux, on peut le monter sur mon 500.
      - Ah mais oui ! J’étais d’abord venu pour ça, et sous le coup des ébahissements répétés j’avais oublié (!).
      Ni une ni deux, le schmilibilick est dans le porte oculaire, tel une bino ordinaire. J’y colle les yeux : 
      - “Va sur NGC 7000”, me susurre la voix. Je pivote, tel une tourelle de DCA, sur North America.
      - “Oh purée !!” 
      - 1€, fait l’écho.
      Que dire, tout y est et plus encore. La Floride, le golfe éponyme, la Californie, les extensions, des radicelles de fumées obscures qui irriguent tout ça, c’est Byzance, enfin non c’est l’Amérique ma parole ! Incroyable. Non mais c’est vraiment fou, tout en vision directe, et qui resplendoit, en plus, enfin qui luit, qui scintille, quoi. Ah oui ! Mince alors (“1 €”. Je commence à comprendre comment il rembourse le crédit du bidule) ! On file sur Pacman, qui apparaît là encore de façon surréelle : la silhouette typique de l’animal, oui mais pas que, tout scintille, il y a de la matière, l’image est photographique. Il ne manque que la musique du jeu. Tiens, ce serait une idée d’option ça… Non mais sérieusement : c’est spectaculaire. Tout tient en ce seul mot : spectaculaire.  C’est sorcerie ! J’en reste baba un long moment, je dois avoir la bouche ouverte, heureusement que les autres ne voient rien.
      Puis je réalise que le mot spectaculaire, qui dit tout, comporte aussi sa part d’ombre : le spectacle est assuré, certes. Les images sont brillantes et sautent aux yeux. Mais quid du patient et lent décryptage qu’impose la vision naturelle (appelons-la comme ça) ? Quid de la patiente découverte et de la lente assimilation des détails ? De l’effeuillage, couche par couche, de la réalité ? Là au contraire, tout est donné d’emblée, sans pudeur. Le spectacle est assuré, certes, mais où est la lente séduction ? J’ai l’impression que la nature esthétique de l’univers ne se dévoile qu’aux observateurs, non aux indiscrets. J’ai presque l’impression d’avoir commis une effraction, ou à tout le moins une infraction.
      Je ne veux pas paraître ingrat : l’instrument donne à voir un spectacle, et je suis reconnaissant à son propriétaire de m’avoir permis d’essayer. C’est le festival des lumières ! C’est sûrement un complément intéressant à la découverte. Mais ça n’est pas la chose elle-même, c’est une représentation (amplifiée) de la chose. Elle ne remplace pas, à mes yeux, la lente intégration des détails qui, ici, sont noyés dans la lumière. Non, je lui préfère les photons anciens, les photons vieux, “originaux” si ce mot à un sens. Plutôt que la visualisation amplifiée, assistée (je ne veux pas ici rouvrir le débat), je préfère l’observation naturelle. Voilà, je crois que j’ai trouvé la terminologie adéquate : observation naturelle.
      Néanmoins je l’ai dit, c’est certainement intéressant comme outil de découverte, et c’est idéal dans les star-party ! Et le mode de refinancement du propriétaire est intéressant  (et nécessaire, quand on connaît le coût de la chose : prévoyez cinq chiffres ) !
       
      Je retourne dans mes pénates et sur mes observations (naturelles). Des touristes noctambules passent, et tout est à nouveau entrecoupé de coups d'œil sur les vedettes du ciel d’été.
       
      Dans un moment de tranquillité je repars vers Andromède, plus précisément sur le Triangle, M33, dont je distingue les spires. Une jolie observation de cette galaxie, mais le meilleur instant de la nuit ne se reproduit pas.
      Il y aura également encore, dans le Verseau, M 72, petit et faible, à fleur de montagne, puis M 73, amas ouvert carrément étique, remarquable de pauvreté, dont Burnham lui-même affirme : “Cet objet, qui n’est pas un véritable amas, n’est qu’un noeud de quatre petites étoiles” (trad. libre) et un peu plus loin, citant le fameux Amiral Smith : “Un trio d'étoiles de 10ème magnitude dans un champ pauvre - c'est M73. Je le donne par respect pour la mémoire de Messier" (in BURNHAM Jr., Robert, “Burnham’s Celestial Handbook”, vol. I, pp.189-190.).
      Une sorte de curiosité à l’envers, en somme.
       
      Des touristes passent, jettent des coups d'œil, repartent.
       
      Xavier me montre la supernova de M 101 dans son 500, qui semble avoir bien décru (la supernova, pas son 500). Elle reste néanmoins plus brillante que ce que j’ai pu en voir au 300 ces derniers temps.
      Une dame d’un âge certain m’accapare un moment, je repars sur les-merveilles-du-ciel-d’été. Du côté de Xavier, on n’entend plus que des crayons. Cette dame est du coin, on sympathise, on discute de l’époque, du retour de l’obscurantisme, on refait le monde.
      Une fois partie, Xavier, depuis l’arbre où il était caché, m’informe que j’ai dit deux ou trois bêtises. Du style : j’ai mis le trou noir de M 87 dans M 82. Oui bon, un détail, quoi. Moi je n’ai pas noté que le ciel avait basculé pour autant. Ce n’est pas la mort du petit cheval…
      Xavier pointe NGC 6503 dans le Dragon. Je distingue une bande d'absorption horizontale, et peut-être comme des bandes sombres verticales à certains endroits, à moins que ce ne soient des zones de moindre densité. J’en profite pour comparer avec le 300, où le fuseau reste évident, mais sans détails. 
      En visite de courtoisie, je vais comme de juste rendre visite à NGC 6543. L'œil de chat apparaît ovalisé, structuré, complexe. Belle observation !
      Je finis sur Kemble 2, petit astérisme en forme de Cassiopée. Il est mieux au 30mm, dans son environnement. C’est curieux et mignon comme tout, cette mini-cassiopée au fond de son champ étoilé.
       
      Ces deux nuits touristiques (oui : je regroupe ici plusieurs nuits) sont étranges, entrecoupées qu’elles sont de voix dans la nuit. Clairement, ça perturbe les listes d’observation, mais c’est sympa et gratifiant, il faut le dire aussi. Ça bruisse de mouvement, on est frôlé dans la nuit, c’est la salle des pas perdus. Il y a le syndrome des stars parties : on n’a des gens que leurs ombres et leurs voix, des voix fantomatiques dans la nuit, et peu voire aucune image mentale. Quelques ombres chinoises. La nuit protège (tiens, il y a quelque chose, là). C’est aussi un peu frustrant.
      Il y a les “oooohhh” et les “aaahhhh” ! Il y a les discussions à bâtons rompus jusqu’à plus d’heures du mat’. On refait le monde, on refait la nuit.
      J’en garde un très bon souvenir.
       
       
      Jours indolents
      “La nuit ne communique pas avec le jour,
      Elle y brûle”
      Matthias Enard
       
      Les journées sont un peu molles, indolentes quoi, mais c’est bien normal : on est zombifié par la fatigue. A la fatigue initiale de la route s’ajoutent les fatigues des nuits blanches qui se succèdent. On ne revient jamais tout à fait à soi. On évolue ainsi dans une version un peu terne de soi-même, mais la tête encore pleine des richesses de la nuit.
      Les plus courageux, dont je ne fais pas partie, peuvent se livrer à quelques activités : pour les familles, mini-golf, tir à l’arc, tyrolienne et, pour les plus téméraires, Deval’kart, une sorte de caisse à savon qui dévale la montagne.
      Pour les astrams, il y a une conférence dans l’après-midi. Etant arrivé après celles dont les thèmes auraient pu m’intéresser, j’ai préféré craquer pour la sieste.
      Pour tout le monde, il y a le soleil et le grand air, qui sont abondants. Et à propos de soleil, on trouve dans le campement quantité d’instruments dédiés. J’observe d’abord dans la Lunt de Xavier. Le disque orange est marqué de quelques taches et facules, et sur son bord ouest il y a une belle protubérance. C’est assez spectaculaire.
      Mais il y a plus loin une gigantesque lunette : une TEC 180, avec une bino. Ah c’est grandiose, et je parle tout à la fois de l’ensemble matériel (avec la longueur du tube, la bino, les rallonges et tout, on dirait une mini-grue !) et de l’image. En bino la sensation de relief est bien là, l’immersion est complète. On perçoit le soleil comme une sphère, quelques taches solaires sont distribuées dessus, c’est splendide ! Ça vaut surtout pour la sensation de relief.
      La plus belle vision viendra cependant d’un instrument d’apparence (un peu) plus modeste : une autre Lunt, mais “double-stack” cette fois-ci. Les deux étages de filtration permettent d’accéder simultanément à plusieurs couches du soleil. Et bien que monoculaire, la vision fut saisissante : le disque orange était parcouru de marbrures blanches, les facules, où évoluaient également des taches solaires. Il y avait une sensation de profondeur et même de relief, bien qu’on soit en mode cyclope je l’ai dit. Clou du spectacle, des protubérances ceinturaient le disque ! Elles étaient de tailles variées, petites pour la plupart, mais l’une d’elles formait une arche de matière qui devait être colossale. L’image était petite, mais fine et précise, on pouvait distinguer dans cette arche comme des filaments, des fibrilles, des arcs qu’on devinait magnétiques, enfin c’était splendide. Au retour Xavier me demanda si j'avais vu des baobabs, sur le coup je ne compris pas : il parlait en fait des protubérances qui, oui, apparaissaient à la surface du disque, non sur le pourtours, comme en relief ou en surimpression sur fond orange.
      C’était une splendeur.
       
      Il fallut cependant se remettre en route vers des cieux moins cléments, moins propices à l’observation, même si nettement plus confortables. Mais l’inconfort matériel participait à la libération de l’esprit.
       
      Oui : j’ai vu des forêts de baobabs.
      Et bien des flambées d’étoiles !
      Le ciel là-bas en vaut la peine. 
      Il faut y aller. 
      Il faut y retourner 🙂.
       
       
      * Bibliographie :
      TRUSOCK, Tom, “Small wonders”, Cloudy Nights ;
      FRENCH, Sue, “Celestial sampler”, Sky & Telescope Media ;
      KEPPLE (George Robert), SANNER (Glenn W.), “The Night Sky Observer’s Guide”, Willmann-Bell, Inc., 2002 5e édition.
      BURNHAM Jr., Robert, “Burnham’s Celestial Handbook”, Dover publications Inc., 1978.
       
      Bande-son de l’épisode :
      Jimi Hendrix (“Little wing”...) ;
      Joe Satriani (“Why”...) ;
      Led Zeppelin ;
      Tangerine dream ;
      Agar Agar (“Je collectionne les synthétiseurs ; c’est cher, mais je n’achète plus de vêtements” Armand Bultheel. :-D) ;
      Daft punk ;
       
    • By titou84
      Après les pluies incessantes de la semaine enfin une occasion de pouvoir observer : la fin de la semaine s’annonce belle. Petite course contre la montre pour finir les petits bricolages du dobson : revue de l’entretoise qui raidit les tourillons, installation du sky commander qui traîne dans les cartons depuis des mois.
      Il faudra que je fasse un post sur les améliorations du 400, tiens...
       
      Circonstances particulières, mon père est de passage sur Bordeaux et nous accompagnera. Il a suivi mes débuts en astronomie il y a 20 ans et je pense que cela fait bien 10 ans qu’il n’a pas fait une soirée astro. Vous avez remarqué comment le ciel se dégage juste les soirs où on a des impératifs ? Evidemment il y a conjonction de beau temps et dîner familial ce soir là.
       
      On retrouve Laurent @llacote qui est bien installé avec la Star adventurer et en cours de test d’un objectif 100mm. Il y a du monde on s’installe dans le champ en-dessous du terre-plein du mémorial. 
       
      On monte rapidement le 400, collimation au laser puis Catseye et c’est parti. La lune est encore bien lumineuse mais le ciel s’annonce transparent.
      Première cible : on pointe M13 et l’oculaire s’emplit de centaines d’étoiles (Pentac XW20 puis XW7). Mon père est impressionné de la vision dans le 400, rien à voir avec ses souvenirs des observations au C8 (heureusement 😊).
       
      Laurent m’incite à tester la bino et c’est pas mal du tout à 200x. Le ciel a l’air bien stable mais M13 est vers les lumières Bordelaises et le ciel reste laiteux.
      On bascule sur Saturne, magnifique avec quelques satellites autour. On voit facilement la division de Cassini, l’ombre des anneaux et les différences de couleur sur le globe. Mon beau-père qui nous a finalement accompagnés est surpris de cette image : « C’est comme dans les livres ».
      On passe sur des classiques du CP avec M57 qui était ma cible préférée à nos débuts d’astro. A 330 fois (XW7) elle est brillante. L’anneau montre bien les variations de luminosité, c’est poilu ! L’intérieur de l’anneau semble complexe aussi. Laurent m’appelle : « dis donc j’ai cru voir l’étoile centrale ! ». Je regarde attentivement et effectivement par moment elle apparaît furtivement comme un point plus lumineux. Moments magiques qui ne durent que quelques secondes.
      M27 est la cible suivante, déjà sans filtre où on voit bien le trognon et les étoiles en surimpression. L’ajout du filtre UHC modifie grandement cette vision, le trognon se transforme en ballon de Rugby.
       
      Je pointe les dentelles à la demande de mon père. NGC6992 montre bien ses torsades dans la partie sud : dans l’APM HI FW 12.5 avec UHC elles remplissent tout le champ. Des astrophotographes curieux passent jeter un œil. On pointe également NGC6960 qui serpente autour de 52 Cyg.
       
      Helix NGC7293 montre sa structure facilement mais… mais… c’était quand même mieux dans mes souvenirs de l’année passée... L’humidité fait son effet je me rends compte que tout ruisselle. Les barres du serrurier sont trempées et le miroir secondaire montre de légers signes de buée, largement retardée par l’ajout d’une couche de couverture de survie à l’arrière. Le hic c’est que sans jupe et en position basse le miroir est bien tourné vers le ciel et se refroidit malgré tout. Point à revoir pour la suite.
       
      NGC7009 se révèle ensuite comme une belle boule bleue avec deux extensions plus difficiles… Décidément il y a un souci, la dernière observation n’avait rien à voir. La cause est rapidement identifiée : un secondaire totalement embué.
       
      On décide avec Laurent de passer un coup de microfibre pour prolonger les observations et profiter de Jupiter qui s’est bien levée. On ressort la bino : vision magnifique de la planète gazeuse avec la tache rouge qui se lève. On remarque également des zones blanches qui la précédent dans la bande équatoriale et une belle richesse des structures dans les pôles à 200x.
      Petite comparaison avec le XW5 reçu récemment, le Pentax offre un grossissement nettement supérieur, des détails supplémentaires j’en suis certain mais la vision mono est moins flatteuse et l’observation est moins évidente à 400x sans suivi. 
       
      Vers 3h Corinne @RIGEL33passe nous dire au revoir, une grande partie des astronomes sont déjà partis. Orion est levée et les Pléiades sont belles. On remarque à l’œil nu en vision périphérique qu’elles baignent dans une lueur bleutée. Le dobson renvoie une belle image de Mérope avec des nébulosités environnantes. Non ce n’est pas un effet de la buée, ce que confirme le pointage d’autres étoiles brillantes.
       
      Laurent tente un cliché du mémorial qui se dresse contre le fond de ciel mais la buée a eu raison de son objectif. Nous remballons vers 3h30, après un dernier coup d’œil à Jupiter. La tâche rouge a bien bougé par rapport à tout à l'heure, l'image est toujours aussi belle. 
       
      L’humidité est terrible on devra tout faire sécher en rentrant. Pff, on n'est pas couchés.
       
       
    • By Adamckiewicz
      Quelques nuits claires en ce moment mais il faut faire avec la turbulence...
      La Lune étant basse et la turbulence forte, peu de détails visibles au fond de Gassendi pour ce 10,5° jour lunaire. Cependant la table équatoriale que Thibaut m'a prêté aide beaucoup à l'observation et au dessin!
       

       

       
      A minuit Jupiter monte un peu et la turbulence est moins sévère. Toujours grâce à la table équatoriale j’observe confortablement à la bino à 360x . Vers 1h une ombre s’invite sur le limbe, c’est Europe, que je ne verrai malheureusement pas transiter….
       

      edit : c’est tout rouge sur internet  (corrigé partiellement)
       
       
  • Upcoming Events