mak178

Pastille centrale et axe optique

Recommended Posts

Bonsoir,

je ne vais pas commencer trois sujets donc je regroupe mes questions existentielles par ordre de priorités.

Première question : Comment coller avec précision une pastille au centre d'un miroir primaire ? J'ai bien un jeu de cercles livrés avec mon collimateur FarPoint mais ça s’arrête à 250mm, or mon miroir fait 450mm

Deuxième question : Es ce important si la pastille n'est pas pile au centre, disons à 1mm près ?

Troisième question : l' axe optique est il toujours au centre du miroir ? Et y a il une méthode pas trop compliquée pour déterminer son positionnement ?

Dernière question : On fait des barillets pour soutenir les miroirs pour limiter leurs déformations. Ma question est sans doute débile mais, pourquoi ne pas coller le disque brut sur le barillet et le polir directement dans celui ci ? Y a sans doute pleins de bonnes raisons pour ne pas le faire.  

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 10 heures, mak178 a dit :

Première question : Comment coller avec précision une pastille au centre d'un miroir primaire ? J'ai bien un jeu de cercles livrés avec mon collimateur FarPoint mais ça s’arrête à 250mm, or mon miroir fait 450mm

Il y a plein de façon possibles. J'aurais tendance à chercher une feuille de la taille du miroir, la découper à 45 cm et trouver le centre par construction géométrique. Tu peux tirer plusieurs lignes vers le centre pour luimiter les risques d'erreur. Tu perces ce point central et tu positionne sur ton miroir pour faire une petite marque au marqueur. 

Si tu atteins 1 mm de précision ça va oui. 

 

L'axe optique est au centre du miroir oui. 

Coller le miroir au barillet c'est une mauvaise idée oui. Les coef de dilatation ne sont pas les mêmes. Sinon on ne s'enquiquinerait pas à faire des barillets compliqués, on collerait le miroir sur un substrat rigide genre carbone. 
C'est ce que Clavius avait tenté au début des années 2000 avec le flop que l'on sait. 

La seule façon de se débarrasser de ça serait d'avoir des miroirs très rigides, en carbure de silicium par exemple. C'est ce qui se fait pour le spatial. Pour le moment il semble illusoire d'espérer avoir du SiC pour les amateurs. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 15 heures, mak178 a dit :

l' axe optique est il toujours au centre du miroir ? Et y a il une méthode pas trop compliquée pour déterminer son positionnement ?

Découper une feuille au diamètre exact du miroir (ce dernier donne le gabarit en le posant sur la feuille ;)

Plier la feuille/le rond en 2 (demi cercle) puis 4 (quart de cercle) puis éventuellement n, enfin, découper la pointe du papier sur 2 mm, le trou est au centre géométrique du cercle. Il y a sans doute plus précis mais c'est simple et ça donne directement le gabarit pour poser l'oeilletton.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut;

Sur mon 150 f4 j'ai fait avec un compas maison.

 

deux roulements fixés sur une plaque en mdf, un crayon qui écrit sur le verre (crayon pour CD) fixé au bout d'une barre en bois.

la pointe du crayon appuie sur le miroir, on tourne le miroir en appuis sur les roulements et on a un beau cercle centré, reste qu'a coller la pastille en suivant le cercle.
 

bien sûr le compas est fixé lui aussi sur le support des roulements, et il faut soit mesurer, soit faire des essais avant de trouver la bonne longueur de compas pour arriver à un cercle qui a juste le diamètre extérieur (voire à peine plus, on y voit mieux ce que l'on fait) de l'oeillet.

C'est redoutable de précision.

le coup de la feuille... je n'ai jamais réussi à être assez précis (j’entends par là au max un ou deux dixièmes d'erreur, en photo à F4, 1mm de décallage c'est la cata à la collim :) ).

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir,

j'ai fait un montage inspiré par Close-to-focus, au passage merci pour cette idée.

Deux roulements sur une ancienne porte de buffet de cuisine en formicas pour supporter le miroir, un compas avec une règle dont le trous est pile le diamètre de mon feutre.

J'ai percé la règle pour la fixer.

J'ai fait deux jolis cercles concentriques, et c'est reproductible 

Au passage cela m'a permit de voir que mon ancienne marque était aux fraises de 1 bon millimètre.

J'ai un peu galéré pour coller ma marque mais je dois être centré à 2 ou 3 dixièmes de mm. en fait je ne suis pas certain de pouvoir faire beaucoup mieux. donc je laisse comme ça jusqu'à la prochaine ré-aluminure... 

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 7 heures, mak178 a dit :

J'ai un peu galéré pour coller ma marque mais je dois être centré à 2 ou 3 dixièmes de mm

Oui c'est le passage délicat, mais 2 ou 3 dixième c'est toujours bien mieux qu'un millimètre :)
 

Comme je collimate à l'ocal et que les oeillets standards sont trop petit pour qu'on voie bien le centre de l'ocal dedans, je me suis fait faire des cercle en vinyle autocollant à la bonne taille.
sinon, si tu le fait ré-aluminer, n'y a t'il pas la possibilité de faire un repère gravé? (j'ai penser un graver un moi-même, mais j'ai peur de me foirer).

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir,

la ré aluminure n'est pas pour tout de suite, mis à part quelques traces d'oxydation au bord à un endroit l' aluminure est en bon état.

Je ne prendrais pas le risque de graver le miroir, et il faut être sur que ce soit parfait donc trop risqué de mon point de vue.

la pastille collée si on se loupe on refait sans trop de risque en y allant doucement, la gravure c'est irréversible donc pas pour moi.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour, la limite diffraction limited (strehl ~0.80 et ~PV/4) qui correspond à la distance hors d'axe h=N^3/90

N est l'ouverture f/D

soit 0.7 mm pour un ratio de N=f/4

Ça c'est pour un télescope parfaitement collimaté.

 

Q1 : géométrie au collège : la médiatrice -> trouver le centre d'un cercle et un peu de découpage.

Deux exemples, expliquant le principe.

https://youtu.be/LGMpOoysVrg

https://youtu.be/VwX2lbW3aVM

Dans la pratique, on peut le faire un compas avec une pointe, une ficelle et un feutre et tracer plus de deux médiatrices sans faire le croisement extérieur.

 

Méthode de l'hexagone régulier : avec trois paires de points pris sur le bord (hexagone dont le côté est égal au rayon supposé) on a de la précision : il y aura en général une zone de plusieurs croisements approximatifs au centre qui ne se chevaucheront pas mais si c'est assez soigné dans l'exécution et le choix du rayon, cela donne une idée suffisamment précise.

 

Note : ce n'est pas un soucis de polluer le centre du miroir avec quelques traits de feutre, c'est dans la zone aveugle dans l'ombre du miroir secondaire.

Appuyez vous sur le chanfrein du miroir.

cercles02.gifhauteur_triangle.gif

 

A lire :

 

https://blogdemaths.wordpress.com/2013/08/18/comment-tracer-un-hexagone-regulier/

 

hexagone_etape_4_fin.png

 

Q3 Pour les miroirs commerciaux comme pour les artisanaux, la mise en forme utilise des rotations, donc pas trop de soucis pour l'alignement optique vs géométrique.

La tolérance de réglage est plus serrée à cause de différent facteurs dont le rebond sur la surface qui double l'angle d'aberration. D'après la litérature, l'écart de positionnement du spot est de même ordre de grandeur mais plus petit, on prend plutôt h=N^3/200

Voir l'article de Don Pensack qui a compilé tout ça et dirigé la rédation d'un article collaboratif sur Cloudy Nights là-dessus.

 

Q2 Pour résumer :

A f/6, la tolérance pour la position du spot est de 1.08mm et à f/4.5 seulement 0.46mm

 

Le 01/07/2023 à 02:01, mak178 a dit :

mais je dois être centré à 2 ou 3 dixièmes de mm

Bien joué.

 

Visuel vs photo.

 

Certes, visuellement parlant un observateur ne verra pas la queue de la coma sur le plan focal avant en x3 cet écart (N^3/30 pour P/V de 1.25 lambda), donc ne vous fiez pas au ressenti visuel direct mais plutôt au spot défocalisé.

 

Mais, pour du planétaire/lunaire, c'est vraiment difficile, il faut réduire ça à la moitié de cette précision, sinon c'est le contraste qui en pâti. Le contraste est nettement plus important pour le visuel que pour la photographie, la physiologie de l’œil dépend beaucoup plus de ça.

Exemple : c'est la raison pour laquelle j'ai choisi un ratio f/8 sur mon 6", car pas vraiment de soucis de luminosité sur ce que j'observe, sa tolérance est à 2.5mm que je serre à 1mm pour obtenir son optimal optique livré à ~0.97.

 

Ceci dit, vu la limite atmosphérique, ce n'est pas nécessaire de se mettre la rate au court-bouillon pour les gros diamètres : d'une par parce que les miroirs commerciaux au-delà de 300mm sont en général proche de diffraction limited et que l’atmosphère doit être presque parfaite.

 

Exemple pour un 600 ouvert à f/3, vous pouvez considérer que le diamètre efficace (pour le grossissement) restera vers 300mm au mieux et que l'on retombe sur la précision d'un f/6.

 

N'oubliez pas d'aligner l'araignée et le PO, c'est également sensible.

 

Q4 :  Non, différence de dilatation des matériaux -> contrainte appliquée au miroir >> la précision optique.

Edited by lyl
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

.......... oui mais de toute façon, on fini sur une étoile non ???????? Cette pastille permet une première approche, souvent assez satisfaisante pour bien des observations, mais toujours un chouya perfectible.

j'ai envie de dire : tant mieux si la pastille est pile poil au centre, sinon on fera avec et on se finira sur la polaire - situation à peaufiner sur une étoile en fonction de ses exigences pour l'observation envisagée.

 

sinon pour marquer le centre avec une belle précision, j'utilise une feuille de papier découpée pile au diamètre, et le trou du compas est - généralement - pile au centre ce qui n'est pas un scoop, trou que je reporte au feutre indélébile. Plus délicat est de poser la pastille exactement sur ce point car il n'y a pas de retour possible (ou disons que je n'ai jamais tenté de la redécoller de l'aluminure, bien que la zone centrale du miroir ne serve à rien.... Ça devient chirurgical.

 

enfin quand on veut pousser quand les circonstances le permettent, et ça enfonce le clou sur la finalisation sur une étoile, ya un joli gap entre une colim "bien" faite avec les outils sur la pastille centrale, et une qu'on a peaufinée sur une étoile

Edited by serge vieillard
  • Like 1
  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Hello :),

 

Le 11/06/2023 à 22:17, mak178 a dit :

Première question : Comment coller avec précision une pastille au centre d'un miroir primaire ? J'ai bien un jeu de cercles livrés avec mon collimateur FarPoint mais ça s’arrête à 250mm, or mon miroir fait 450mm

 

pour ma part j'utilise un Template réutilisable de chez Catseye qui va de 4" à 32" (de 100mm à 810mm), qui existe aussi en format 4" à 15". Voici ce que ça avait donné pour mon 15", ça vaut 30 USD : 

CD1-small.jpg

 

Tu as les 3 points sur le centre qui tiennent par le dessus le spot avec un bout de scotch, et une fois aligné, tu as juste à appuyer sur le centre et ça colle la pastille Catseye.

hotspottemp.jpg

 

Très précis et efficace, il faut bien prendre le temps de bien l'aligner.

Tu peux le commander directement chez Catseye depuis les US (prendre 2 ou 3 hotspot en rab au cas où tu te loupes sur le premier): https://catseyecollimation.com/template.html

 

Le 11/06/2023 à 22:17, mak178 a dit :

Deuxième question : Es ce important si la pastille n'est pas pile au centre, disons à 1mm près ?

 

Ca dépend de ton rapport F/D et ça se calcule. Plus il est court, plus la précision demandée est importante mais c'est dommage de faire de l'à peu près, autant chercher le plus de précision possible.

image.png.a465f58bf1fcdcb70d16e054f8b3063c.png

 

Pour un Newton, à F/D5 tu as 1,36mm de tolérance. A F/D 4,5 tu as 1mm, à F/D 4, tu as 0,7mm et à F/D 3,3 tu as 0,39mm de tolérance

 

 

Le 11/06/2023 à 22:17, mak178 a dit :

Troisième question : l' axe optique est il toujours au centre du miroir ? Et y a il une méthode pas trop compliquée pour déterminer son positionnement ?

 

D'autres personnes ont répondu plus haut, visiblement oui mais je me suis aussi déjà posé cette question.

 

 

Le 11/06/2023 à 22:17, mak178 a dit :

Dernière question : On fait des barillets pour soutenir les miroirs pour limiter leurs déformations. Ma question est sans doute débile mais, pourquoi ne pas coller le disque brut sur le barillet et le polir directement dans celui ci ? Y a sans doute pleins de bonnes raisons pour ne pas le faire.  

 

Comme répondu également par d'autres participants, les différences de coeff de dilatation entre le substrat du miroir et le support souvent en acier, alu ou autre poseront souci d'où le fait que ça soit "flottant" et que le miroir doive "glisser sur son support" sans point d'accroche.

 

Bon ciel :)

Edited by HAlfie
  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 11/06/2023 à 22:17, mak178 a dit :

Dernière question : On fait des barillets pour soutenir les miroirs pour limiter leurs déformations. Ma question est sans doute débile mais, pourquoi ne pas coller le disque brut sur le barillet et le polir directement dans celui ci ?

j'avions point vu ladite question,

si-si, ça se fait, notamment sur des ménisques fins où l'on n'a pas trop le choix. mais pas si simple car il ne faut pas que les points de contact fassent - inévitablement -des bosses, qui se traduiraient en creux après polissage. Faut quelque chose qui uniformise le contact au dos du miroir, ya des solutions.....

Sinon sur un truc classique, le simple "molleton" suffit si c'est bien géré.

D'ailleurs on pourrait plutôt se poser la question inverse : si on parabolise sur un molleton, pourquoi ne pas faire un barillet.....avec un molleton ?????? Bon, il est vrai que c'est généralement un redoutable isolant, ce qu'on ne veut surtout pas pour la mise en température.

Edited by serge vieillard
  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ah, je comprends pourquoi mon cheshire ne marche plus : j'ai marqué le centre et collé la pastille du 495 mm comme j'ai pu (le miroir est immense), donc sans doute au centimètre près et encore. Après avoir constaté sur la Polaire que le cheshire me dit n'importe quoi, je m'étais dit que la précision de collage de la pastille devait être plus critique que je n'imaginais. Bon, vous confirmez. Il me faut du 0,7 mm, argh !

 

Concrètement, après avoir tracé un disque de 50 cm (avec un compas géant ? à 0,7 mm près ?), vous faites comment ? Vous posez la feuille sur le miroir ?

 

Mais bon, collimater directement sur la Polaire (après une étape de centrage à vue) ne me fait pas peur. Le cheshire, c'est vraiment pratique, mais on peut s'en passer.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Si la pastille n'est pas au centre c'est la merde car si le miroir tourne...O.o

Et même s'il ne tourne pas.

Perso j'ai fait un gabarit qui me resservira autant de fois qu'il faudra recoller une pastille.

Mesurer précisément le miroir en diamètre.

Prendre un grand compas (ou le fabriquer) et faire une feuille circulaire exactement du diamètre du miroir.

Le centre étant marqué par le trou du compas, découper un cercle de 1cm autour de ce centre.

Poser précisément la feuille sur le miroir.

Ajuster sa parfaite concentricité, sans la frotter sur le miroir :o

Amener l’œillet dans le trou de la feuille avec une pince à épiler. On peut d'ailleurs le placer avant sur la feuille et, idéalement, il fera un diamètre très légèrement supérieur au trou.

Faire descendre la feuille et l’œillet.

Appuyer sur l'oeillet et virer la feuille.

 

Faire une marque au feutre sur le miroir est facile mais centrer ensuite l’œillet sur la marque de feutre sans toucher le miroir est moins facile qu'il n'y parait. Le souci avec un truc collant c'est qu'on ne peut ajuster.

Edited by JD

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ha, pour positionner finement l’œillet sur le point réalisé au feutre

il faudrait essayer :

j’ai un copain qui fabrique des motos par assemblage de toutes pièces et fabrication/modification d'autres - une merveille.

Et pour la déco, il utilise des adhésifs. Et pour les positionner, il mouille au préalable la surface avec de l'eau savonneuse >>> ainsi l'adhésif peut se déplacer. Quand il est bon, il suffit de maroufler et roule !!!!

Yapuka laver/rincer le miroir.

Edited by serge vieillard
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, JD a dit :

mais center ensuite l’œillet sur la marque de feutre sans toucher le miroir est moins facile qu'il n'y parait

en fait c'est pas plus difficle que de centrer un oeillet sur une feuille ;)

 

 

il y a une heure, JD a dit :

Le souci avec un truc collant c'est qu'on ne peut ajuster.

en fait si, on peut.

il faut par contre un œillet qui s'y prête, en vinyl fait pour les vitrines par exemple. Ceux avec un film de positionnement justement, pour les lettrages.
on mouille le miroir avec du produit à vitre, et on peut positionner le "sticker" en le faisant glisser (faut pas appuyer fort par contre), on appuie, le donut colle, ça ne bouge plus.
mais pour ça il faut que les marque de feutre, (si on utilise cette technique), résiste au produit à vitre.


ah ben... grillé par @serge vieillard :)

  • Like 1
  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, JD a dit :

On peut d'ailleurs le placer avant sur la feuille et, idéalement, il fera un diamètre très légèrement supérieur au trou.

 

Ah oui, c'est pas bête ! Ainsi on sera sûr que l'œillet sera bien à l'endroit prévu.

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

La formule de la tolérance de collimation donnée plus haut est en réalité déduite du champ libre de coma ou "Coma Free Field" = CFF (mm) = 0.0218 x (F/D)^3. Pour avoir le champ angulaire (radian) correspondant il suffit de diviser la CFF linéaire par la focale. La formule ici prend en compte une perte de Strehl de 0.2 considéré comme acceptable (après chacun ajuste son propre curseur). Donc la tolérance de collimation correspond bien à la moitié de cette valeur, jusqu'à F/3.5 on doit donc positionner la pastille à 0.5mm près, ce qui est faisable mais j'avoue que ce n'est pas trivial sur un miroir de grand diamètre. Je pense que je vais m'inspirer des bonnes idées données ici pour mon miroir. Sinon il ne faut pas trop psychoter car même une erreur plus importante qui occasionnera un perte supplémentaire de Strehl ne sera pas trop préjudiciable car on sait qu'on n'exploite pas vraiment à fond la résolution de nos (grands) diamètres dans nos contrées :)

Edited by jgricourt

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By Crabs
      Bonjour,
       
      Je souhaite acheter un télescope solaire qui me permettrait de rester flexible et de pouvoir évoluer vers des diamètres plus grands aussi en double stack. Je suis axé sur du visuel vu que je débute, mais imager pourrait être possible dans le futur.
      L'idée serait d'acheter un filtre bloquant B1200 ou B1800 + un LS50FHa ainsi qu'un autre LS50FHa pour possibilité de double stack.
       
      De cette manière, je pourrais acheter par exemple une ED APO 80 mm f/7 (je ne trouve pas de diamètre plus petit, un diamètre de 50 serait suffisant vu que le LSFHa va quand même masquer à 50mm) et visser les deux étalons en position frontale comme sur cette photo. Avec cela, je devrais avoir l'équivalent d'une LS50THa si ma compréhension est correcte. Cela devrait me permettre d'avoir des vues du disque entier.
       
      D'un autre côté, le setup pourrait être flexible et je pourrais utiliser ce même matériel B1800 et deux LS50FHa (un seul investissement sur les filtres) sur une lunette plus grande via un montage télécentrique derrière une plus grosse lunette, par exemple cette 130mm F/D 7 couplée à un Baader Telecentric TZ-4. Il y aurait même également moyen de "double stacker" les deux filtres en télécentrique. Donc, avec ce setup, je pourrais bénéficier du double stack dans les deux configurations: frontale petit diamètre, télécentrique plus gros diamètre. Est-ce que ce raisonnement tient la route? Est-ce que ce setup est une bonne idée pour rester flexible?
       
      Maintenant, je suis en train de lire le livre "Astronomie Solaire" (https://astronomiesolaire.com/), et en page 203, il est indiqué qu'un montage télécentrique pour des étalons à lame d'air fait élargir la FWHM en fonction du rapport F/D. Un rapport F/D de 40 ou 50 est conseillé. Dans le cas de la 130mm ci-dessus, le F/D est de 7, et donc avec le TZ-4, cela ferait 28. Donc, au final, ma compréhension actuelle est que cette lunette de 130mm n'est pas adaptée car F/D final trop petit? Ou y a-t-il moyen d'ajouter quelque chose pour augmenter ce F/D? Faut-il masquer l'ouverture pour la réduire? Est-ce que ca augmentera le F/D? Les étalons en mica demandent un F/D plus petit de 30, mais au vu de la "loterie" niveau DayStar Quark, je ne privilégie pas cette solution.
       
      Enfin, pour du visuel principalement, est-il conseillé un montage télécentrique (perte de bande passante générale mais uniforme sur toute l'image) ou un montage collimaté (bande passante plus fine mais dans un sweet spot)?
       
      Merci!
    • By Blink
      Bonjour !
      J'ai acheté récemment un Celestron 9.25 XLT fastar d'occasion (fabriqué en 2015)
       
      Or il s'avère que le support du secondaire tourne : on lui fait faire facilement 360° à la main. D'où les questions épineuses suivantes : 
       
      -Vais-je pouvoir le collimater? (sur étoile)
      -Faut-il que ce support du secondaire soit fixe, et ne me sentant pas l'âme d'un aventurier de l'optique, sauriez-vous qui peut arranger cela (région bordelaise)?
       
      Merci pour les conseils
       

    • By lpalbou
      Bonjour à tous,
       
      Je suis dans les expérimentations ces jours-ci, notamment car je viens tout juste de racheter un Takahashi 76-DC à Simon (merci Simon !). A priori, ce scope est idéal avec un Quark puisqu'à F7.5, on atteint F31.5. Sans doute un peu d'over sampling avec la 174mm, mais ça dépend aussi des conditions d'observations, comme toujours. L'avantage du scope : sa taille (53cm), sa portabilité (1.5kg) et bien sûr, son optique.. 76mm n'aura jamais la même résolution qu'un 120 ou 150, mais c'est assez pour voir des détails assez fins et surtout, ça rentre dans mon sac à dos.
       
      Ce n'est pas un test complet car nous n'avons que de la pluie et des nuages et je n'ai pu faire que de l'imagerie opportuniste entre les nuages.. et parfois même au travers de nuages fins.. Les conditions sont donc bien loin d'être idéales, mais en attendant, j'ai testé ce que j'ai pu.
       
      Commençons par l'une des meilleures captures.
       
      Original sans gamma, sortie AS4 :

       
      Même image traitement simple avec IMPPG:

       
      Et en sortie photoshop (stretch / contraste):

       
      Avec couleurs:

       
       
      PS : pour ceux qui sont curieux et parce qu'il y a 1001 façon de traiter l'image sur IMPPG:


       
       
       
    • By Goofy2
      Bonjour   
       
      Une autre façon plus traditionnelle de réaliser la collimation. Cette méthode itérative est utilisée par plusieurs utilisateurs de Smart télescope Unistellar.
      Cette méthode est dérivée de la méthode que j'utilise pour collimater mes Schmidt-Cassegrain, mais à très fort grossissement et sur la tache d'Airy d'une étoile située sur l'axe de la chaîne optique.
       
      Nous réalisons une VA de 2 à 4 minutes dans la voie lactée (pour avoir un maximum d'étoiles sur le capteur) et on regarde la coma des étoiles sur tout le bord du champ de la capture, surtout dans les quatre coins (c'est l'endroit où la coma est la plus forte, car la plus éloignée du centre du capteur). Il est normal d'avoir de la coma sur les étoiles en bord de champ, car nos Smart Télescope ne possèdent pas de correcteur/aplanisseur de champ.
      Si la coma des étoile est homogène, de même intensité et pointent toutes en direction du centre du capteur: c'est collimaté, pas besoin d'ajuster la collimation Si ce n'est pas le cas, alors la collimation doit être ajustée (un ou deux bords de champ montrent une coma stellaire plus prononcées que le ou les bords de champ opposés et les coma ne pointent pas en direction du centre du capteur)  
      ----
      Ajustement de la collimation:
      Au préalable faites une bonne mise au point de l'optique avec le masque de Bahtinov fourni avec l'instrument.
      Faire un Goto sur une étoiles brillantes située dans la Voie Lactée (pour avoir un maximum d'étoiles sur le capteur et avoir une étoile centrale comme référence bien visible). Puis faire une VA de 2 minutes (ou plus). Analyser la coma stellaire en bord de champ sur la capture de la VA (ne pas hésiter à zoomer). Repérer le bord ou le coin qui présente la plus forte coma stellaire En vision temps réelle et uniquement avec les vis de collimation, déplacer l'étoile de référence située au centre du capteur en direction du bord ou du coin présentant la plus forte coma stellaire. L'amplitude du déplacement est fonction de l'amplitude de la décollimation. Puis avec les mouvements lents de l'application, replacer l'étoiles de référence au centre du capteur. Refaire une VA de 2 minutes (ou plus) et recommencer les étapes 2, 3 et 4 jusqu'à ce que la coma stellaire en bord de champ soit homogène, de même intensité et pointent toutes en direction du centre du capteur.  
      Il s'agit d'une méthode itérative.
      Bonne collimation...
    • By Close-to-focus
      Salut à tous,

      voici quelques images faites au newton trusstube désaluminé skywatcher 150/750.
      Camera apollo-m mini (imx429) et mars-m en bin2 (imx290). avec barlow 2.7x, 4x, 5x.. et filtre continuum 8nm, des combinaisons qui me donnent un échantillonnage entre 0.40" et 0.24" suivant le montage.

      Je trouve que j'ai de meilleurs résultats avec un échantillonnage proche de 0.40", mais d'un jour à l'autre le seeing évoluant, pas sûr que mes "tests" soient cohérents avec la réalité.
      Les poses sont de l'ordre de la milliseconde, voire moins (ce matin j'étais à 0.5ms).

      J'image sous un ciel la plupart du temps plus ou moins voilé, ciel gris/bleu pour vous donner une idée (ce matin c'était bien bleu, mais plein de vent ), dans une cour ombragée mais située dans une (toute) petite ville, donc bitume et pavés à proximité.
      Je n'arrive pas à avoir plus de netteté, du coup je me demande si changer de setup pourrait améliorer mes images ou si mon ciel me limitera de toute façon.

      J’envisageais, à qualité optique égale, de passer sur un 200 / 1000, (en truss tube pour limiter le poids et la turbu interne), le max que ma monture devrait accepter de porter correctement.
      Mais vais-je gagner beaucoup en résolution?

      j'envisageais aussi la possibilité de rester sur mon diamètre de 150mm (vu mon ciel, est-ce bien utile d'augmenter le diamètre?) mais avec un miroir d'artisan (zen ottiche en fait en petits diamètres).

      Autre question : quel échantillonnage serait  le plus approprié sous un ciel moyen à bon?
      si je reste sur les valeurs théoriques d’échantillonnage (si j'ai bien calculé elle se situe autour de 0.25") les résultats ne sont pas top.

      merci à vous

      voici les photos en question:
      imx 429

       

       
      imx 290 bin2

       


       
  • Upcoming Events