mak178

Pastille centrale et axe optique

Recommended Posts

Bonsoir,

je ne vais pas commencer trois sujets donc je regroupe mes questions existentielles par ordre de priorités.

Première question : Comment coller avec précision une pastille au centre d'un miroir primaire ? J'ai bien un jeu de cercles livrés avec mon collimateur FarPoint mais ça s’arrête à 250mm, or mon miroir fait 450mm

Deuxième question : Es ce important si la pastille n'est pas pile au centre, disons à 1mm près ?

Troisième question : l' axe optique est il toujours au centre du miroir ? Et y a il une méthode pas trop compliquée pour déterminer son positionnement ?

Dernière question : On fait des barillets pour soutenir les miroirs pour limiter leurs déformations. Ma question est sans doute débile mais, pourquoi ne pas coller le disque brut sur le barillet et le polir directement dans celui ci ? Y a sans doute pleins de bonnes raisons pour ne pas le faire.  

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 10 heures, mak178 a dit :

Première question : Comment coller avec précision une pastille au centre d'un miroir primaire ? J'ai bien un jeu de cercles livrés avec mon collimateur FarPoint mais ça s’arrête à 250mm, or mon miroir fait 450mm

Il y a plein de façon possibles. J'aurais tendance à chercher une feuille de la taille du miroir, la découper à 45 cm et trouver le centre par construction géométrique. Tu peux tirer plusieurs lignes vers le centre pour luimiter les risques d'erreur. Tu perces ce point central et tu positionne sur ton miroir pour faire une petite marque au marqueur. 

Si tu atteins 1 mm de précision ça va oui. 

 

L'axe optique est au centre du miroir oui. 

Coller le miroir au barillet c'est une mauvaise idée oui. Les coef de dilatation ne sont pas les mêmes. Sinon on ne s'enquiquinerait pas à faire des barillets compliqués, on collerait le miroir sur un substrat rigide genre carbone. 
C'est ce que Clavius avait tenté au début des années 2000 avec le flop que l'on sait. 

La seule façon de se débarrasser de ça serait d'avoir des miroirs très rigides, en carbure de silicium par exemple. C'est ce qui se fait pour le spatial. Pour le moment il semble illusoire d'espérer avoir du SiC pour les amateurs. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 15 heures, mak178 a dit :

l' axe optique est il toujours au centre du miroir ? Et y a il une méthode pas trop compliquée pour déterminer son positionnement ?

Découper une feuille au diamètre exact du miroir (ce dernier donne le gabarit en le posant sur la feuille ;)

Plier la feuille/le rond en 2 (demi cercle) puis 4 (quart de cercle) puis éventuellement n, enfin, découper la pointe du papier sur 2 mm, le trou est au centre géométrique du cercle. Il y a sans doute plus précis mais c'est simple et ça donne directement le gabarit pour poser l'oeilletton.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut;

Sur mon 150 f4 j'ai fait avec un compas maison.

 

deux roulements fixés sur une plaque en mdf, un crayon qui écrit sur le verre (crayon pour CD) fixé au bout d'une barre en bois.

la pointe du crayon appuie sur le miroir, on tourne le miroir en appuis sur les roulements et on a un beau cercle centré, reste qu'a coller la pastille en suivant le cercle.
 

bien sûr le compas est fixé lui aussi sur le support des roulements, et il faut soit mesurer, soit faire des essais avant de trouver la bonne longueur de compas pour arriver à un cercle qui a juste le diamètre extérieur (voire à peine plus, on y voit mieux ce que l'on fait) de l'oeillet.

C'est redoutable de précision.

le coup de la feuille... je n'ai jamais réussi à être assez précis (j’entends par là au max un ou deux dixièmes d'erreur, en photo à F4, 1mm de décallage c'est la cata à la collim :) ).

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir,

j'ai fait un montage inspiré par Close-to-focus, au passage merci pour cette idée.

Deux roulements sur une ancienne porte de buffet de cuisine en formicas pour supporter le miroir, un compas avec une règle dont le trous est pile le diamètre de mon feutre.

J'ai percé la règle pour la fixer.

J'ai fait deux jolis cercles concentriques, et c'est reproductible 

Au passage cela m'a permit de voir que mon ancienne marque était aux fraises de 1 bon millimètre.

J'ai un peu galéré pour coller ma marque mais je dois être centré à 2 ou 3 dixièmes de mm. en fait je ne suis pas certain de pouvoir faire beaucoup mieux. donc je laisse comme ça jusqu'à la prochaine ré-aluminure... 

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 7 heures, mak178 a dit :

J'ai un peu galéré pour coller ma marque mais je dois être centré à 2 ou 3 dixièmes de mm

Oui c'est le passage délicat, mais 2 ou 3 dixième c'est toujours bien mieux qu'un millimètre :)
 

Comme je collimate à l'ocal et que les oeillets standards sont trop petit pour qu'on voie bien le centre de l'ocal dedans, je me suis fait faire des cercle en vinyle autocollant à la bonne taille.
sinon, si tu le fait ré-aluminer, n'y a t'il pas la possibilité de faire un repère gravé? (j'ai penser un graver un moi-même, mais j'ai peur de me foirer).

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir,

la ré aluminure n'est pas pour tout de suite, mis à part quelques traces d'oxydation au bord à un endroit l' aluminure est en bon état.

Je ne prendrais pas le risque de graver le miroir, et il faut être sur que ce soit parfait donc trop risqué de mon point de vue.

la pastille collée si on se loupe on refait sans trop de risque en y allant doucement, la gravure c'est irréversible donc pas pour moi.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour, la limite diffraction limited (strehl ~0.80 et ~PV/4) qui correspond à la distance hors d'axe h=N^3/90

N est l'ouverture f/D

soit 0.7 mm pour un ratio de N=f/4

Ça c'est pour un télescope parfaitement collimaté.

 

Q1 : géométrie au collège : la médiatrice -> trouver le centre d'un cercle et un peu de découpage.

Deux exemples, expliquant le principe.

https://youtu.be/LGMpOoysVrg

https://youtu.be/VwX2lbW3aVM

Dans la pratique, on peut le faire un compas avec une pointe, une ficelle et un feutre et tracer plus de deux médiatrices sans faire le croisement extérieur.

 

Méthode de l'hexagone régulier : avec trois paires de points pris sur le bord (hexagone dont le côté est égal au rayon supposé) on a de la précision : il y aura en général une zone de plusieurs croisements approximatifs au centre qui ne se chevaucheront pas mais si c'est assez soigné dans l'exécution et le choix du rayon, cela donne une idée suffisamment précise.

 

Note : ce n'est pas un soucis de polluer le centre du miroir avec quelques traits de feutre, c'est dans la zone aveugle dans l'ombre du miroir secondaire.

Appuyez vous sur le chanfrein du miroir.

cercles02.gifhauteur_triangle.gif

 

A lire :

 

https://blogdemaths.wordpress.com/2013/08/18/comment-tracer-un-hexagone-regulier/

 

hexagone_etape_4_fin.png

 

Q3 Pour les miroirs commerciaux comme pour les artisanaux, la mise en forme utilise des rotations, donc pas trop de soucis pour l'alignement optique vs géométrique.

La tolérance de réglage est plus serrée à cause de différent facteurs dont le rebond sur la surface qui double l'angle d'aberration. D'après la litérature, l'écart de positionnement du spot est de même ordre de grandeur mais plus petit, on prend plutôt h=N^3/200

Voir l'article de Don Pensack qui a compilé tout ça et dirigé la rédation d'un article collaboratif sur Cloudy Nights là-dessus.

 

Q2 Pour résumer :

A f/6, la tolérance pour la position du spot est de 1.08mm et à f/4.5 seulement 0.46mm

 

Le 01/07/2023 à 02:01, mak178 a dit :

mais je dois être centré à 2 ou 3 dixièmes de mm

Bien joué.

 

Visuel vs photo.

 

Certes, visuellement parlant un observateur ne verra pas la queue de la coma sur le plan focal avant en x3 cet écart (N^3/30 pour P/V de 1.25 lambda), donc ne vous fiez pas au ressenti visuel direct mais plutôt au spot défocalisé.

 

Mais, pour du planétaire/lunaire, c'est vraiment difficile, il faut réduire ça à la moitié de cette précision, sinon c'est le contraste qui en pâti. Le contraste est nettement plus important pour le visuel que pour la photographie, la physiologie de l’œil dépend beaucoup plus de ça.

Exemple : c'est la raison pour laquelle j'ai choisi un ratio f/8 sur mon 6", car pas vraiment de soucis de luminosité sur ce que j'observe, sa tolérance est à 2.5mm que je serre à 1mm pour obtenir son optimal optique livré à ~0.97.

 

Ceci dit, vu la limite atmosphérique, ce n'est pas nécessaire de se mettre la rate au court-bouillon pour les gros diamètres : d'une par parce que les miroirs commerciaux au-delà de 300mm sont en général proche de diffraction limited et que l’atmosphère doit être presque parfaite.

 

Exemple pour un 600 ouvert à f/3, vous pouvez considérer que le diamètre efficace (pour le grossissement) restera vers 300mm au mieux et que l'on retombe sur la précision d'un f/6.

 

N'oubliez pas d'aligner l'araignée et le PO, c'est également sensible.

 

Q4 :  Non, différence de dilatation des matériaux -> contrainte appliquée au miroir >> la précision optique.

Edited by lyl
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

.......... oui mais de toute façon, on fini sur une étoile non ???????? Cette pastille permet une première approche, souvent assez satisfaisante pour bien des observations, mais toujours un chouya perfectible.

j'ai envie de dire : tant mieux si la pastille est pile poil au centre, sinon on fera avec et on se finira sur la polaire - situation à peaufiner sur une étoile en fonction de ses exigences pour l'observation envisagée.

 

sinon pour marquer le centre avec une belle précision, j'utilise une feuille de papier découpée pile au diamètre, et le trou du compas est - généralement - pile au centre ce qui n'est pas un scoop, trou que je reporte au feutre indélébile. Plus délicat est de poser la pastille exactement sur ce point car il n'y a pas de retour possible (ou disons que je n'ai jamais tenté de la redécoller de l'aluminure, bien que la zone centrale du miroir ne serve à rien.... Ça devient chirurgical.

 

enfin quand on veut pousser quand les circonstances le permettent, et ça enfonce le clou sur la finalisation sur une étoile, ya un joli gap entre une colim "bien" faite avec les outils sur la pastille centrale, et une qu'on a peaufinée sur une étoile

Edited by serge vieillard
  • Like 1
  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Hello :),

 

Le 11/06/2023 à 22:17, mak178 a dit :

Première question : Comment coller avec précision une pastille au centre d'un miroir primaire ? J'ai bien un jeu de cercles livrés avec mon collimateur FarPoint mais ça s’arrête à 250mm, or mon miroir fait 450mm

 

pour ma part j'utilise un Template réutilisable de chez Catseye qui va de 4" à 32" (de 100mm à 810mm), qui existe aussi en format 4" à 15". Voici ce que ça avait donné pour mon 15", ça vaut 30 USD : 

CD1-small.jpg

 

Tu as les 3 points sur le centre qui tiennent par le dessus le spot avec un bout de scotch, et une fois aligné, tu as juste à appuyer sur le centre et ça colle la pastille Catseye.

hotspottemp.jpg

 

Très précis et efficace, il faut bien prendre le temps de bien l'aligner.

Tu peux le commander directement chez Catseye depuis les US (prendre 2 ou 3 hotspot en rab au cas où tu te loupes sur le premier): https://catseyecollimation.com/template.html

 

Le 11/06/2023 à 22:17, mak178 a dit :

Deuxième question : Es ce important si la pastille n'est pas pile au centre, disons à 1mm près ?

 

Ca dépend de ton rapport F/D et ça se calcule. Plus il est court, plus la précision demandée est importante mais c'est dommage de faire de l'à peu près, autant chercher le plus de précision possible.

image.png.a465f58bf1fcdcb70d16e054f8b3063c.png

 

Pour un Newton, à F/D5 tu as 1,36mm de tolérance. A F/D 4,5 tu as 1mm, à F/D 4, tu as 0,7mm et à F/D 3,3 tu as 0,39mm de tolérance

 

 

Le 11/06/2023 à 22:17, mak178 a dit :

Troisième question : l' axe optique est il toujours au centre du miroir ? Et y a il une méthode pas trop compliquée pour déterminer son positionnement ?

 

D'autres personnes ont répondu plus haut, visiblement oui mais je me suis aussi déjà posé cette question.

 

 

Le 11/06/2023 à 22:17, mak178 a dit :

Dernière question : On fait des barillets pour soutenir les miroirs pour limiter leurs déformations. Ma question est sans doute débile mais, pourquoi ne pas coller le disque brut sur le barillet et le polir directement dans celui ci ? Y a sans doute pleins de bonnes raisons pour ne pas le faire.  

 

Comme répondu également par d'autres participants, les différences de coeff de dilatation entre le substrat du miroir et le support souvent en acier, alu ou autre poseront souci d'où le fait que ça soit "flottant" et que le miroir doive "glisser sur son support" sans point d'accroche.

 

Bon ciel :)

Edited by HAlfie
  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 11/06/2023 à 22:17, mak178 a dit :

Dernière question : On fait des barillets pour soutenir les miroirs pour limiter leurs déformations. Ma question est sans doute débile mais, pourquoi ne pas coller le disque brut sur le barillet et le polir directement dans celui ci ?

j'avions point vu ladite question,

si-si, ça se fait, notamment sur des ménisques fins où l'on n'a pas trop le choix. mais pas si simple car il ne faut pas que les points de contact fassent - inévitablement -des bosses, qui se traduiraient en creux après polissage. Faut quelque chose qui uniformise le contact au dos du miroir, ya des solutions.....

Sinon sur un truc classique, le simple "molleton" suffit si c'est bien géré.

D'ailleurs on pourrait plutôt se poser la question inverse : si on parabolise sur un molleton, pourquoi ne pas faire un barillet.....avec un molleton ?????? Bon, il est vrai que c'est généralement un redoutable isolant, ce qu'on ne veut surtout pas pour la mise en température.

Edited by serge vieillard
  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ah, je comprends pourquoi mon cheshire ne marche plus : j'ai marqué le centre et collé la pastille du 495 mm comme j'ai pu (le miroir est immense), donc sans doute au centimètre près et encore. Après avoir constaté sur la Polaire que le cheshire me dit n'importe quoi, je m'étais dit que la précision de collage de la pastille devait être plus critique que je n'imaginais. Bon, vous confirmez. Il me faut du 0,7 mm, argh !

 

Concrètement, après avoir tracé un disque de 50 cm (avec un compas géant ? à 0,7 mm près ?), vous faites comment ? Vous posez la feuille sur le miroir ?

 

Mais bon, collimater directement sur la Polaire (après une étape de centrage à vue) ne me fait pas peur. Le cheshire, c'est vraiment pratique, mais on peut s'en passer.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Si la pastille n'est pas au centre c'est la merde car si le miroir tourne...O.o

Et même s'il ne tourne pas.

Perso j'ai fait un gabarit qui me resservira autant de fois qu'il faudra recoller une pastille.

Mesurer précisément le miroir en diamètre.

Prendre un grand compas (ou le fabriquer) et faire une feuille circulaire exactement du diamètre du miroir.

Le centre étant marqué par le trou du compas, découper un cercle de 1cm autour de ce centre.

Poser précisément la feuille sur le miroir.

Ajuster sa parfaite concentricité, sans la frotter sur le miroir :o

Amener l’œillet dans le trou de la feuille avec une pince à épiler. On peut d'ailleurs le placer avant sur la feuille et, idéalement, il fera un diamètre très légèrement supérieur au trou.

Faire descendre la feuille et l’œillet.

Appuyer sur l'oeillet et virer la feuille.

 

Faire une marque au feutre sur le miroir est facile mais centrer ensuite l’œillet sur la marque de feutre sans toucher le miroir est moins facile qu'il n'y parait. Le souci avec un truc collant c'est qu'on ne peut ajuster.

Edited by JD

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ha, pour positionner finement l’œillet sur le point réalisé au feutre

il faudrait essayer :

j’ai un copain qui fabrique des motos par assemblage de toutes pièces et fabrication/modification d'autres - une merveille.

Et pour la déco, il utilise des adhésifs. Et pour les positionner, il mouille au préalable la surface avec de l'eau savonneuse >>> ainsi l'adhésif peut se déplacer. Quand il est bon, il suffit de maroufler et roule !!!!

Yapuka laver/rincer le miroir.

Edited by serge vieillard
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, JD a dit :

mais center ensuite l’œillet sur la marque de feutre sans toucher le miroir est moins facile qu'il n'y parait

en fait c'est pas plus difficle que de centrer un oeillet sur une feuille ;)

 

 

il y a une heure, JD a dit :

Le souci avec un truc collant c'est qu'on ne peut ajuster.

en fait si, on peut.

il faut par contre un œillet qui s'y prête, en vinyl fait pour les vitrines par exemple. Ceux avec un film de positionnement justement, pour les lettrages.
on mouille le miroir avec du produit à vitre, et on peut positionner le "sticker" en le faisant glisser (faut pas appuyer fort par contre), on appuie, le donut colle, ça ne bouge plus.
mais pour ça il faut que les marque de feutre, (si on utilise cette technique), résiste au produit à vitre.


ah ben... grillé par @serge vieillard :)

  • Like 1
  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, JD a dit :

On peut d'ailleurs le placer avant sur la feuille et, idéalement, il fera un diamètre très légèrement supérieur au trou.

 

Ah oui, c'est pas bête ! Ainsi on sera sûr que l'œillet sera bien à l'endroit prévu.

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

La formule de la tolérance de collimation donnée plus haut est en réalité déduite du champ libre de coma ou "Coma Free Field" = CFF (mm) = 0.0218 x (F/D)^3. Pour avoir le champ angulaire (radian) correspondant il suffit de diviser la CFF linéaire par la focale. La formule ici prend en compte une perte de Strehl de 0.2 considéré comme acceptable (après chacun ajuste son propre curseur). Donc la tolérance de collimation correspond bien à la moitié de cette valeur, jusqu'à F/3.5 on doit donc positionner la pastille à 0.5mm près, ce qui est faisable mais j'avoue que ce n'est pas trivial sur un miroir de grand diamètre. Je pense que je vais m'inspirer des bonnes idées données ici pour mon miroir. Sinon il ne faut pas trop psychoter car même une erreur plus importante qui occasionnera un perte supplémentaire de Strehl ne sera pas trop préjudiciable car on sait qu'on n'exploite pas vraiment à fond la résolution de nos (grands) diamètres dans nos contrées :)

Edited by jgricourt

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By Goofy2
      Bonjour   
       
      Une autre façon plus traditionnelle de réaliser la collimation. Cette méthode itérative est utilisée par plusieurs utilisateurs de Smart télescope Unistellar.
      Cette méthode est dérivée de la méthode que j'utilise pour collimater mes Schmidt-Cassegrain, mais à très fort grossissement et sur la tache d'Airy d'une étoile située sur l'axe de la chaîne optique.
       
      Nous réalisons une VA de 2 à 4 minutes dans la voie lactée (pour avoir un maximum d'étoiles sur le capteur) et on regarde la coma des étoiles sur tout le bord du champ de la capture, surtout dans les quatre coins (c'est l'endroit où la coma est la plus forte, car la plus éloignée du centre du capteur). Il est normal d'avoir de la coma sur les étoiles en bord de champ, car nos Smart Télescope ne possèdent pas de correcteur/aplanisseur de champ.
      Si la coma des étoile est homogène, de même intensité et pointent toutes en direction du centre du capteur: c'est collimaté, pas besoin d'ajuster la collimation Si ce n'est pas le cas, alors la collimation doit être ajustée (un ou deux bords de champ montrent une coma stellaire plus prononcées que le ou les bords de champ opposés et les coma ne pointent pas en direction du centre du capteur)  
      ----
      Ajustement de la collimation:
      Au préalable faites une bonne mise au point de l'optique avec le masque de Bahtinov fourni avec l'instrument.
      Faire un Goto sur une étoiles brillantes située dans la Voie Lactée (pour avoir un maximum d'étoiles sur le capteur et avoir une étoile centrale comme référence bien visible). Puis faire une VA de 2 minutes (ou plus). Analyser la coma stellaire en bord de champ sur la capture de la VA (ne pas hésiter à zoomer). Repérer le bord ou le coin qui présente la plus forte coma stellaire En vision temps réelle et uniquement avec les vis de collimation, déplacer l'étoile de référence située au centre du capteur en direction du bord ou du coin présentant la plus forte coma stellaire. L'amplitude du déplacement est fonction de l'amplitude de la décollimation. Puis avec les mouvements lents de l'application, replacer l'étoiles de référence au centre du capteur. Refaire une VA de 2 minutes (ou plus) et recommencer les étapes 2, 3 et 4 jusqu'à ce que la coma stellaire en bord de champ soit homogène, de même intensité et pointent toutes en direction du centre du capteur.  
      Il s'agit d'une méthode itérative.
      Bonne collimation...
    • By Close-to-focus
      Salut à tous,

      voici quelques images faites au newton trusstube désaluminé skywatcher 150/750.
      Camera apollo-m mini (imx429) et mars-m en bin2 (imx290). avec barlow 2.7x, 4x, 5x.. et filtre continuum 8nm, des combinaisons qui me donnent un échantillonnage entre 0.40" et 0.24" suivant le montage.

      Je trouve que j'ai de meilleurs résultats avec un échantillonnage proche de 0.40", mais d'un jour à l'autre le seeing évoluant, pas sûr que mes "tests" soient cohérents avec la réalité.
      Les poses sont de l'ordre de la milliseconde, voire moins (ce matin j'étais à 0.5ms).

      J'image sous un ciel la plupart du temps plus ou moins voilé, ciel gris/bleu pour vous donner une idée (ce matin c'était bien bleu, mais plein de vent ), dans une cour ombragée mais située dans une (toute) petite ville, donc bitume et pavés à proximité.
      Je n'arrive pas à avoir plus de netteté, du coup je me demande si changer de setup pourrait améliorer mes images ou si mon ciel me limitera de toute façon.

      J’envisageais, à qualité optique égale, de passer sur un 200 / 1000, (en truss tube pour limiter le poids et la turbu interne), le max que ma monture devrait accepter de porter correctement.
      Mais vais-je gagner beaucoup en résolution?

      j'envisageais aussi la possibilité de rester sur mon diamètre de 150mm (vu mon ciel, est-ce bien utile d'augmenter le diamètre?) mais avec un miroir d'artisan (zen ottiche en fait en petits diamètres).

      Autre question : quel échantillonnage serait  le plus approprié sous un ciel moyen à bon?
      si je reste sur les valeurs théoriques d’échantillonnage (si j'ai bien calculé elle se situe autour de 0.25") les résultats ne sont pas top.

      merci à vous

      voici les photos en question:
      imx 429

       

       
      imx 290 bin2

       


       
    • By Papy lulu
      Bonjour,  je débute,  la photo (M51) est le résultat de 261 fichiers empilés par le seestar S50 je présume que ce sont 261 prises de vues de 10" chacune.
      Bonne journée à tous.
      Papy lulu


    • By BobSaintClar
      En direct du japon, je vous présente un compte-rendu succinct de mon week-end au Festival des étoiles d'Hoshi No Mura
       
      il s'agit d'un rassemblement annuel (premier WE de Juin suivant la nouvelle lune) se tenant dans un observatoire public posé dans les montagnes de la préfecture de Fukushima !
      Ceci dit, ladite préfecture est vaste et nous sommes loins de la côte : lors de ma première édition, avant les années Covid, j'avais emporté mon radiomètre : la radioactivité du site était parfaitement normale...
      Le séisme de 2011 a pourtant eut des conséquences dramatiques pour l'observatoire, j'y reviendrai.
       
      Commençons par présenter les lieux : nous sommes à 650m d'altitude, à 20km de la côte Est du japon, dans une région de moyenne montagne. De mon domicile, il faut compte trois heures de voiture. Sur place résident un observatoire, deux parkings, un restaurant, diverses boutiques et une grotte ouverte aux visiteurs.
      Sur la route menant au site, je reconnais un "magasin" déjà vu les années précédentes : il expose des sculptures religieuses, notamment...
       

      ... mais oui, des bites géantes en pierre (note : j'ai servi de modèle pour l'artiste )
       
      Le Site
       
      Sur place, deux parkings sont réservés aux astronomes amateurs : le premier, "en haut", est généralement préféré au second, "en bas", parce qu'il est moins parasité par les lumières de l'évènement.
      Je me suis installé sur le premier
       

       
      Kurita-san, un ami de club arrivé plus tard, a du se contenter du second :
       

      Nous sommes Vendredi après-midi, l'évènement n'a pas encore officiellement commencé, le parking est encore vide. J'ai pris cette image depuis le toit de l'observatoire. Notez l'impressionnante falaise, qui abrite plusieurs grottes !
       
      L'observatoire en question, le voici :
       

      Le bâtiment, coté gauche, propose des toilettes, un dortoir, quelques pièces réservées au staff et une boutique de souvenirs "astro". Au centre, vous avez un vaste hall dédié à l'exposition de différents matériels & objets. 
      L'espèce de tour carrée cache essentiellement un escalier en spirale permettant d'atteindre le toit ET le pont menant au télescope de 650 abrité sous la coupole.
      Sur le parvis, la plupart des exposants sont déjà installés.
      Vendredi après-midi, le ciel n'est guère rassurant...
       
      Au rez-de-chaussée (que les japonais appellent le premier étage, pour l'anecdote) de l'espèce de ziggourat qui soutient la coupole se trouve une exposition permanente :
       

      Et au-dessus - avant d'arriver au troisième étage (celui du télescope) - se trouve un planetarium. Voilà, vous avez fait le tour !
       
      Les exposants
       
      Le festival aux étoiles d'Hoshi No Mura est un évènement "classique" : les exposants y tiennent une place centrale !
      Les marques les plus connues sont représentées (Takahashi, Vixen, SVbony, etc) et l'on trouve beaucoup de matériels "occasion / exposition / fins de série" intéressants. Dès mon arrivée, je suis tombé sur une offre que je n'ai pas su refuser... un oculaire Morpheus de 9mm bradé à 27000 yens (ça fait 158 euros, au taux de change actuel). Bordel, il m'en faut un deuxième, maintenant 
       
      Je ne les ai pas tous pris en photo, je pense que vous savez à quoi ressemble un stand de marque :
       

      Avec la dépréciation du yen, les bonnes affaires sont légion ! Les binos Vixen BT80, qui ont plutôt bonne presse, sont ici à 235 euros...
       
      Lui, il a tout un stock de jumelles de randonnée, de loupes, de chercheurs 8x30 et de bordel divers (filtres, caches, boites à oculaires, etc.) à 59 centimes d'euro pièce 
       

      (Notez le poster d'un personnage Moe, nous sommes bien au japon...)
       
      Coté matos, je n'ai pas repéré grand-chose de spécial, d'original ou de vraiment nouveau... mais bon, je ne suis pas le mieux placé pour en juger : je ne m'intéresse guère qu'à l'équipement dédié au visuel. J'ai quand même vu deux-trois trucs que vous ne connaissez peut-être pas, ou pas encore ? 
      Voyons cela :
       
      Sur le stand Vixen, je me suis attardé sur ces deux versions à diamètres réduits - 70 et 90mm - de l'astrographe VSD100SS.
      Je ne connaissais pas ces modèles, je suppose qu'ils sont plus abordables que leur ainé : de mémoire, le tube de 100mm est hors de prix (je n'en ai d'ailleurs jamais vu dans les rangs amateurs, même au Japon) !
       

      Malgré la déprise du yen, le VSD90SS est à plus de 4000 euros... mais sérieux, qui va acheter ça ??
       
      Les amateurs
       
      Autant j'avais vu des équipements remarquables au rassemblement d'Aichi (celui consacré aux grosses binos, aux dobsons et aux réalisations personnelles), autant le festival d'Hoshi No Mura est basique : les visiteurs sont avant tout venus avec... des lunettes équipées pour l'astrophoto, ad nauseum !
      Je n'ai vu que deux dobsons : le 660 déjà remarqué dans des rassemblements antérieurs (comme celui d'Aichi) et le 500 décrit dans mon compte-rendu sur la star-partie de Koumi.
       
      il y avait aussi ce Ninja :
       

      Si vous avez une impression de déjà vu, c'est normal : ce tube était présent lors du rassemblement d'Aichi, comme en témoignent ses autocollants Moe (décidément...)
       
      Le T500 (à F/D beaucoup trop, ouch, échelle de pompier obligatoire) du festival de Koumi, encore une pièce rapportée :
       

       
      Vous vous souvenez du proprio ? Non ? 
      Indice : Un homme inverti en vaut deux (sur les blagues de boomer, je ne crains personne )
      Bref, le voici  :
       

      Lorsque j'ai pris cette photo, l'évènement n'avait pas commencé, tout le monde s'installait tranquillement. Donc, notre gaillard n'est pas prêt... mais quelques heures plus tard, en soirée, il l'était ! 
      Au menu : mocassins noirs brillants à talons, longue robe grise plissée, haut bustier noir échancré et chapeau canotier à ruban rose orné d'un flot en forme de coeur...
      Ça y est, vous le remettez ??
       
      Le télescope suivant, je ne pouvais pas le manquer :
       

      Nous sommes toujours en territoire connu : c'est le 200 - diaphragmé à 198mm - F8 de Okubo-san. Le seul télescope amateur de moins de 200mm d'ouverture nécessitant l'usage d'un escabeau... 
       
      Coté binoculaires, ce n'est guère folichon :
       

      Des Miyauchi 20x100 (oculaires fixes) : j'ai eu la chance de posséder ce modèle l'année du passage de la comète Hyakutake, en 1996.
      Elle repasse dans 70.000 ans mais cette fois, j'ai des 150ED : j'ai hâte !
       
      Par le plus grand des hasards (non pas du tout, j'ai évidemment fait exprès), je me suis installé juste à coté du seul gars bien équipé en jumelles : il avait 7 ou 8 modèles, à minima, dont des Zeiss 7x50 antiques (très bonnes, une vraie surprise), des Zeiss stabilisées 20x60 (une autre bonne surprise, je les aurais pensé plus lourdes) et des Nikon 20x120 anciennes en provenance directe... d'un bâtiment de guerre (il m'a donné un nom que je n'ai pas su mémoriser) :
       

      (Oui, pardon, c'est de l'infrarouge couleur)
       
      Le CROA
       
      Et coté astronomie, me direz-vous ?
       
      La nuit du vendredi au Samedi était plutôt mal partie (cf images) mais dès 22h, les nuages sont sont espacés, puis évaporés ! J'ai profité de mes jumelles jusqu'à minuit environs, puis je suis passé en mode "monteur d'étoiles" lorsque diverses personnes - essentiellement des résidents du coin, venus en famille - sont venu dans notre secteur :
      Le ciel était très bon, peu pollué, la transparence excellente, les principales vedettes de l'été - du sagittaire au Cygne, pour faire court - en pleine ascension... succès garanti !
       
      Jusqu'à une heure et demie du matin, j'ai ainsi partagé notre passion avec les gens du cru, jusqu'à ce qu'un gars presque obèse (une rareté, au Japon), s'emmêlant les pinceaux dans le noir, s'assoit un rien brutalement sur ma chaise : CRAAACK ! Plus de chaise ! 
       
      Imaginez la scène, compte tenu de la culture du pays : le pauvre type ne savait plus où se mettre, il s'est répandu en excuses plus dramatiques les unes que les autres, je ne savais pas quoi dire ou faire pour l'arrêter !! Il ma fallut des trésors de patience pour lui faire comprendre, in fine, qu'une seule pièce de bois de 10x10cm avait lâché, que la refaire serait un jeu d'enfant (et en effet, j'ai réparé ma chaise ce Dimanche matin)... purée, il voulait absolument me dédommager en argent... oh wait, j'aurais peut-être du me laisser faire ? 
       
      Anecdotes
       
      J'ai quelque peu écorné ce chapitre, avec l'astronome transformiste (une combo rare, avouez) et le sculpteur de giga-bites (non, rien à voir avec l'informatique)... 
      Il vous reste quand même quelques curiosités à découvrir :
       
      1/ Les japonais sont honnêtes et très confiants ! On ne le dira jamais assez, le pays est sûr et au quotidien, l'on perd assez vite ses repères et ses habitudes ! L'observatoire d'Hoshi No Mura est ouvert aux quatre vents, il n'y a pas de caméras dans le bâtiment, vous pouvez vous y promener et ramasser ce qui vous plaît sans aucun problème...
      Par exemple, en montant au deuxième étage via la tour carrée, vous pouvez choisir le modèle de loupe binoculaire qui vous convient :
       

      Le détail qui tue : l'observatoire a acheté l'exemplaire du milieu (juste à droite de la caisse orange), sans doute pour le mettre à disposition du public (notamment des écoliers) il y a encore l'étiquette avec le prix affiché (20.000 yens)...
      Non seulement rien n'est sous clé ni même surveillé mais en sus, la valeur du matériel est commodément indiquée 
       
      Un peu plus haut, dans ce qui s'apparente à un débarras sans porte, vous avez tout un tas d'instruments en vrac, avec des caisses d'oculaires et de jumelles à même le sol :
       

      J'ai pris la photo sans arrière-pensée ni gêne aucune : j'étais absolument seul, dans la tour et sur le toit ! Je rappelle que le site, pour l'évènement, reçoit plusieurs centaines de personnes, de tous âges, qui vont vaquer dans tous les sens : et bien, comme d'habitude, rien ne sera volé. Les organisateurs ne sont pas des idiots : s'il en allait autrement, soyez sûrs que tout serait surveillé, ou hors d'accès. Mais ici, à quoi bon ?? 
       
      2/ Dans le grand hall / salle d'exposition du bâtiment principal, j'ai remarqué cet objet, quelque peu incongru dans un observatoire  :
       

      Vous l'aurez deviné en observant l'image en détail : c'est une sorte de glaive court dont la lame a été forgée à partir d'une météorite ferreuse. Cette arme n'est pas historique, elle a été faite sur commande de l'observatoire il y a quelques décennies, mais elle est néanmoins représentative d'un phénomène réel, dans l'histoire dujapon : les minerais de fer du pays étant de qualité médiocre, les artisans locaux ont du développer des techniques très élaborées pour forger leurs célèbres lames (on pense surtout au katana, évidemment). Du coup, lorsqu'ils avaient la chance de tomber sur un beau morceau de météorite ferreuse, bien plus riche en métal que n'importe laquelle de leurs pauvres caillasses, ils ne se privaient pas d'en faire une arme (sans même parler du coté "on ne va pas gâcher ce précieux cadeau des dieux")...
       
      3/ Pour transporter son matos astro et son nécessaire de camping, rien ne vaut une Keycar coupée sport :
       

      Voici la voiture de mon "autre" voisin (pour le distinguer du possesseur de jumelles, venu en minibus Totyota). Dans cet équipage minimaliste à deux places, ledit voisin a transporté une petite lunette (une 80mm à FD court), son trépied photo et une tente une place intégrée à son lit pliant !
      Mieux vaut être célibataire, sans enfants... et sans dobson !
       
      4/ L'été japonais est caniculaire. nous sommes toujours au printemps, officiellement, mais nous avons souffert de la chaleur en journée. Pourtant, une créature était bien plus à plaindre :
       

      Il ne fait pas bon être un gros chien à poils longs, au pays du soleil levant : sauf à habiter haut en altitude et latitude, la chaleur humide des mois d'été est très pénible. De plus, la loi du pays impose de ne jamais laisser divaguer votre toutou, en ville comme à la campagne, même s'il n'y a personne en vue : les chiens sont donc toujours attachés et ne sont jamais libres de leurs mouvements.
      C'est moyen, pour ces lointains cousins du loup  
       
      5/ Le séisme de 2011 dans la région de Fukushima, de sinistre mémoire, a eut des conséquences désastreuses sur l'observatoire d'Hoshi No Mura :
       

      Au plus fort de la secousse, le t650 et sa monture, installés dans la coupole, ont traversé trois étages avant de s'écraser au rez-de-chaussée, infligeant les dégâts qu'on imagine ! La carcasse de l'ancien télescope est toujours exposée dans le bâtiment, au pied de l'escalier menant au pont.
       
      Cette petite sculpture est un monument commémoratif de l'accident :
       

       
      6/ La photographie dans l'infrarouge proche, c'est beau, mais c'est aussi utile !
      Par exemple, pour discriminer le couvert végétal :
       

      on distingue beaucoup mieux les feuillus des conifères, entre autres...
       
      Clôturons ce rapport comme il convient : par une photographie astronomique !
      Voici donc la planète terre, observée depuis l'observatoire d'Hoshi No Mura, préfecture de Fukushima, Japon :
       
       
       
      Owari desu !


    • By lpalbou
      Hello à tous,
       
      Petite vue du soleil prise le 07 juin - j'ai une vidéo de 3h qui process depuis deux jours pour faire le timelapse, mais j'essaierai de la poster quand ce sera fini.
       
      Equipement:
      - Askar FMA 180
      - Quark Chromosphere (tellement d'aventures et de mésaventures, mais ce sera pour un autre post si j'ai le courage)
      - Player One Apollo M
      - Filter ERF 2" en premier élément du Askar
      - Réducteur après le Quark
      - Tilt Rowan
      - Daystar Flatcap
      - AZ GTI aligné avec un compas + tracking firecapture
       
      Traitements:
      - AS4! + ImPPG + Photoshop

       
      J'ai encore un petit problème de Tilt, la partie gauche / bas gauche étant plus flou, mais le setup se stabilise.
      Mon autre difficulté, c'est diminuer la luminosité du limb pour que ce soit plus naturel, notamment pour mieux voir la continuité des filaments sur / hors soleil
       
       
      Même équipement mais avec un Nikon 300mm F4 avec une bague 77 - 48mm pour mettre le ERF devant. Ca permet également de diminuer l'ouverture et augmenter le f-ratio pour le contraste:

       
       
  • Upcoming Events