jackbauer 2

Propulsion nucléaire dans l'espace : enfin le vrai départ ?

Recommended Posts

Cela fait maintenant une bonne soixantaine d'années que cette solution évidente pour les voyages lointains ressort régulièrement dans les agences spatiales, sans jamais déboucher sur du concret. En sera t-il de même avec cette annonce américaine ? Si la promesse est tenue, en 2027 une fusée classique (Falcon 9 ?) placera en orbite un démonstrateur qui mettra en marche un réacteur à fission nucléaire. Et peut-être un jour des grands vaisseaux qui amèneront des hommes sur la planète rouge...

 

Traduction automatique :

 

article d'Eric Berger :
https://arstechnica.com/space/2023/07/nasa-seeks-to-launch-a-nuclear-powered-rocket-engine-in-four-years/


Dans quatre ans, si tout se passe bien, un moteur-fusée à propulsion nucléaire sera lancé dans l’espace pour la première fois. La fusée elle-même sera conventionnelle, mais la charge utile propulsée en orbite sera une autre affaire.

La NASA a annoncé mercredi qu’elle s’associait au département américain de la Défense pour lancer un moteur-fusée à propulsion nucléaire dans l’espace dès 2027. L’agence spatiale américaine investira environ 300 millions de dollars dans le projet visant à développer un système de propulsion de nouvelle génération pour le transport dans l’espace.

« La NASA cherche à aller sur Mars avec ce système », a déclaré Anthony Calomino, ingénieur à la NASA qui dirige le programme de technologie de propulsion nucléaire spatiale de l’agence. « Et ce test va vraiment nous donner cette base. »

 

Retour vers le futur
La propulsion chimique traditionnelle est idéale pour faire décoller des fusées de la surface de la Terre, mais de telles machines sont terriblement inefficaces pour se déplacer dans le système solaire. Ils ne sirotent pas de carburant; ils l’engloutissent. Aller aussi loin que Mars nécessiterait une énorme quantité de propergol et d’oxydant liquide et prendrait au moins six mois. Pour que les humains deviennent vraiment une espèce spatiale, il doit y avoir une meilleure façon.

Wernher von Braun, l’ingénieur allemand qui a fait défection aux États-Unis après la Seconde Guerre mondiale, a reconnu le potentiel de la propulsion thermique nucléaire avant même que sa fusée Saturn V ne pose des humains sur la Lune avec une propulsion chimique. Finalement, cela a conduit à un projet appelé NERVA (Nuclear Engine for Rocket Vehicle Application). Il a finalement été annulé pour aider à payer la navette spatiale.

L’idée de base est simple: un réacteur nucléaire chauffe rapidement un propergol, probablement de l’hydrogène liquide, puis ce gaz se dilate et est évacué par une buse, créant une poussée. Mais concevoir tout cela pour la propulsion dans l’espace est un défi, et puis il y a la difficulté réglementaire de construire un réacteur nucléaire et de le lancer en toute sécurité dans l’espace.
Et donc la technologie de propulsion thermique nucléaire est restée sur l’étagère pendant très, très longtemps. Enfin, en 2020, les curieux de la US Defense Advanced Research Projects Agency ont déclaré vouloir tester un système de propulsion thermique nucléaire pilotable. Cela a semé la graine d’un programme appelé Demonstration Rocket for Agile Cislunar Operations (DRACO). L’armée était intéressée à déplacer efficacement les charges utiles autour de la Terre et de la Lune, d’où l’inclusion de la cislunar.


Le plan à venir
Mercredi, la NASA et la DARPA ont annoncé qu’elles avaient choisi Lockheed Martin comme entrepreneur principal pour assembler le véhicule expérimental du réacteur nucléaire thermique (X-NTRV) et son moteur. BWX Technologies sera l’un des partenaires de Lockheed Martin, qui développera le réacteur nucléaire et fabriquera le combustible d’uranium faiblement enrichi pour alimenter le réacteur.

Le budget est de 499 millions de dollars, a déclaré Tabitha Dodson, gestionnaire de programme pour l’effort à la DARPA, lors d’une téléconférence avec des journalistes.

La NASA prendra la tête du développement du moteur nucléaire, et la DARPA supervisera une foule d’autres questions, des exigences réglementaires nucléaires aux opérations de la mission et à toutes les analyses de la sécurité du véhicule. Le réacteur nucléaire sera lancé en mode « froid » pour des raisons de sécurité et ne sera pas allumé tant qu’il n’aura pas atteint une orbite suffisamment haute.

Cette orbite finale n’a pas encore été déterminée, mais elle se trouvera probablement entre 700 et 2 000 km au-dessus de la surface de la Terre, de sorte que la rentrée du véhicule dans l’atmosphère de la planète aura lieu des centaines d’années après toute réaction nucléaire.
Le véhicule à propulsion nucléaire sera lancé dans la coiffe de charge utile d’une fusée Falcon 9 ou Vulcan, a déclaré Dodson, et ressemblera beaucoup à l’étage supérieur d’une fusée conventionnelle. Il sera composé d’un grand réservoir de combustible à hydrogène, d’un réacteur nucléaire, d’une structure d’engin spatial de soutien et d’une buse. Une fois qu’il aura atteint une orbite sûre, le réacteur sera mis en marche. L’hydrogène liquide sera ensuite chauffé de 20 Kelvin – à seulement 20 ° Celsius au-dessus du zéro absolu – à 2 700 Kelvin en moins d’une seconde.

Et puis? Eh bien, nous verrons. Il y a quelques inconnues sur la performance d’un réacteur et de son combustible d’uranium en apesanteur.

« Il est important de garder à l’esprit qu’il s’agit d’un moteur de démonstration », a déclaré Dodson. « Et comme tout autre test d’un moteur de fusée, la NASA peut avoir besoin de faire une série de travaux de développement de moteur de suivi afin de se rapprocher de leur moteur opérationnel parfait. »

 

N’oubliez pas l’hydrogène
Cette expérience est passionnante au-delà des essais du moteur nucléaire. Alors que beaucoup de nouvelles technologies seront nécessaires au développement d’un réacteur nucléaire capable de fonctionner en microgravité, beaucoup d’efforts seront également consacrés à la gestion du propulseur à hydrogène liquide du véhicule.

Jusqu’à présent, l’hydrogène liquide n’a été stocké avec succès dans l’espace que pendant des jours, car il déborde au-dessus de la température extrêmement froide de 20 Kelvin. Dodson a déclaré que cette mission tenterait de stocker de l’hydrogène liquide dans son état ultra-froid pendant quelques mois, laissant suffisamment de temps pour de multiples tests du moteur nucléaire thermique.

Une fois le propergol épuisé, le moteur ne pourra plus fonctionner, même si les contrôleurs de mission au sol conserveront toujours la communication avec le vaisseau spatial. La mission pourrait être prolongée si elle pouvait être ravitaillée par robot, et Dodson a déclaré que les concepteurs du vaisseau spatial tentaient de permettre cette possibilité.
Peut-être que la NASA et la DARPA auront suffisamment appris d’ici là, cependant, pour passer au développement d’un moteur opérationnel qui volera quelque part.

 


Le communiqué de la NASA :
https://www.nasa.gov/directorates/spacetech/nasa_darpa_industry_partner_mars_rocket_engine

 

 

 

Sur le site de Lockheed Martin Space :
https://www.lockheedmartin.com/ntp


Lockheed Martin sélectionné pour développer l'engin spatial DRACO à propulsion nucléaire


Nous aurons bientôt un décollage (nucléaire) ! Suite à la première phase du programme Demonstration Rocket for Agile Cislunar Operations (DRACO), Lockheed Martin a été informé par la DARPA que nous avions remporté le contrat de développement et de démonstration d’un engin spatial à propulsion nucléaire. Le projet représentera une avancée rapide dans la technologie de propulsion au profit de l’exploration et de la défense nationale.

La DARPA s’est associée à la Direction des missions de technologie spatiale de la NASA sur le projet DRACO, car les deux agences bénéficieront de cette technologie de pointe.

« Il s’agit d’une technologie de premier ordre qui peut être utilisée pour transporter des humains et des matériaux sur la Lune », a déclaré Kirk Shireman, vice-président des campagnes d’exploration lunaire chez Lockheed Martin Space. « Un vaisseau spatial nucléaire sûr et réutilisable révolutionnerait les opérations cislunaires. Avec plus de vitesse, d’agilité et de maniabilité, la propulsion thermique nucléaire a également de nombreuses applications de sécurité nationale pour l’espace cislunaire.

 

En plus de notre longue histoire et de notre expertise en matière de contrôles nucléaires, Lockheed Martin est ravi de s’associer à BWX Technologies sur DRACO pour développer le réacteur nucléaire et produire le combustible spécial à base d’uranium faiblement enrichi, ou HALEU. La démonstration en vol dans l’espace du véhicule à moteur de fusée nucléaire thermique devrait être lancée au plus tard en 2027.


Vous ne pouvez pas aller jusqu’à Mars sans carburant – et en grande quantité.
La propulsion chimique est la norme pour les vols spatiaux depuis des décennies, mais si les humains doivent se rendre sur Mars, ils ont besoin d’une technologie de propulsion beaucoup plus puissante.

« Lorsque vous avez besoin du niveau de puissance nécessaire pour faire avancer notre exploration de la Lune et envoyer des humains sur Mars, la seule façon de le faire est l’énergie nucléaire », a déclaré Rob Chambers, directeur de la stratégie spatiale civile commerciale et du développement commercial chez Lockheed Martin.

« Si vous voulez être en mesure d’explorer de manière rentable, d’être indépendant de la Terre et de rendre possible d’aller sur Mars, vous avez besoin de systèmes nucléaires. »

Comment fonctionnent les systèmes d’énergie nucléaire (indice : ils sont sûrs)
Bien qu’ils soient relativement nouveaux, les systèmes nucléaires pour la propulsion ou l’énergie électrique sont simples.

Les systèmes à fission fonctionnent en divisant des atomes d’uranium faiblement enrichis dans un réacteur pour créer de la chaleur. L’hydrogène surrefroidi est acheminé dans le réacteur et la chaleur de l’uranium transforme rapidement l’hydrogène en un gaz sous pression très chaud.

Dans la propulsion thermique nucléaire (NTP), l’hydrogène sous pression ultra-chaud est canalisé par une buse pour créer une poussée puissante. La mécanique d’un moteur NTP est beaucoup plus simple et beaucoup plus efficace que les moteurs à propulsion chimique.

Dans les systèmes d’alimentation de surface à fission, la chaleur provenant de la division des atomes d’uranium est convertie en électricité. Ces systèmes peuvent produire au moins 40 kilowatts d’énergie et peuvent fonctionner sur des régions ombragées en permanence de la Lune.

L’une des mécaniques qui rend NTP sûr est simplement que la mécanique ne se produirait pas sur Terre.
Un lanceur à propulsion chimique traditionnel soulèverait un vaisseau spatial de la surface de la Terre et le dirigerait vers une orbite terrestre sûre loin de l’atmosphère terrestre. Une fois sur cette orbite, le réacteur nucléaire serait mis en marche et le processus de fission commencerait. Cela rend la manipulation et le lancement d’un réacteur avec le combustible HALEU (High Asy Low Enriched Uranium Fuel) très sûrs.

Définir le niveau d’essais au sol nécessaire pour prouver des opérations sûres et efficaces dans l’espace fait également partie des efforts actuels de Lockheed Martin.

« Les essais au sol nous aident à comprendre le comportement attendu et les limites du réacteur nucléaire et comment nous nous attendons à ce qu’il réagisse et interagisse avec les systèmes de contrôle que nous développons », a déclaré John Bendle, directeur principal, Stratégie et développement commercial, Exploration spatiale humaine, Lockheed Martin.


Pourquoi la propulsion thermique nucléaire?
En bref : rapidité, efficacité et réutilisabilité.

NTP permettra des voyages spatiaux plus rapides que jamais.

L’augmentation de la vitesse du NTP signifie des avantages tels que des fenêtres de lancement plus longues, moins d’exposition de l’équipage au rayonnement cosmique dans l’espace et des satellites et des engins spatiaux robotiques arrivant à destination plus rapidement ou avec une masse beaucoup plus élevée.

La vitesse du NTP provient de sa poussée à haut rendement, plus de deux fois plus efficace que les systèmes de propulsion conventionnels.

« Il pourrait falloir une centaine de lancements pour amener des humains sur Mars sur un système de propulsion chimique, mais nous pouvons le réduire à cinq avec un système de propulsion thermique nucléaire », a déclaré Chambers.

L’efficacité de NTP peut également permettre plus d’options d’abandon pendant les missions.

Parmi les autres avantages, citons une réutilisation et une extensibilité maximales pour d’autres missions. NTP permet d’utiliser moins de ravitailleurs que d’autres systèmes, ce qui en fait un moyen plus écologique et plus efficace de faire le plein.

« Si nous voulons prendre au sérieux l’exploration de l’espace lointain, un système nucléaire réutilisable est un moyen plus propre et plus efficace d’atteindre nos objectifs », a déclaré Bendle. « NTP nous permettra d’étendre notre exploration au-delà de la Lune plus rapidement que d’autres alternatives. »


Une économie sur la Lune et d’autres possibilités
Faire des systèmes nucléaires sûrs une réalité est à notre portée – et avec lui, il en va de même pour les changements massifs dans la façon dont nous faisons l’exploration spatiale.

« L’énergie de fission de surface signifierait une source d’énergie stable et indépendante de la Terre sur la Lune et Mars », a déclaré Lisa May, ingénieure principale et responsable de la stratégie de nouvelle génération chez Lockheed Martin.

Les systèmes à fission à haute puissance sur la Lune permettraient de diviser l’eau lunaire en hydrogène pouvant être utilisé comme propulseur et en oxygène pour que les astronautes puissent respirer.

« Nous envisageons une économie basée sur l’eau sur la Lune, où ce dont nous avons besoin pour alimenter les voyages spatiaux peut être extrait, échangé et utilisé sur la Lune », a déclaré Chambers.

Il est temps de transformer la vision en réalité
Le travail de Lockheed Martin sur les systèmes nucléaires spatiaux comprend trois contrats en cours – un partenariat avec BWXT Technologies sur les concepts de réacteur thermique nucléaire et d’énergie de surface de fission pour la NASA et le ministère de l’Énergie, et un contrat avec la Defense Advanced Research Projects Agency pour développer un concept d’engin spatial avec capacité NTP.

Bien que les systèmes nucléaires soient un domaine émergent, Lockheed Martin possède une longue histoire et une expertise dans les contrôles nucléaires, ayant pris en charge l’instrumentation et les contrôles pour les centrales terrestres et les réacteurs nucléaires navals. L’expertise de Lockheed Martin en avionique, contrôle de mission et intégration nous donne un effet de levier.

« Notre critère de discrimination provient également de notre héritage d’exploration de l’espace lointain, qui nécessite la capacité d’effectuer des missions de haute technologie et les premières du genre », a déclaré May. « Nous avons également investi massivement dans le stockage et le transfert d’hydrogène cryogénique, ainsi que dans les contrôles globaux des réacteurs nucléaires. »

La société a également construit les générateurs thermoélectriques à radio-isotopes pour les missions planétaires de la NASA telles que Viking, Pioneer, Voyager, Apollo, Cassini et New Horizons.

 


 

F1986BTXgAAWbH2.jpg

 

 

 


 

Edited by jackbauer 2
  • Like 2
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai l'impression qu'il s'agit encore une fois de plus une course à celui qui sera le plus rapide a avoir  la plus grosse. 

Tout ça pourquoi ?

Envoyer des robots est déjà bien et suffisant, non ?

Ils ont beau nous rassurer que la mise en route du bazard nucléaire s'effectuera loin de la Terre, ben... si ça pète avant que le bouzin est atteint sa vitesse de libération  ben... on nous dira que c'est pas grave, que ce n'est qu'une goutte d'eau cette immensité bla bla bla, comme d'hab 

A propos de goutte d''eau, la Japon attend l'autorisation de jeter l'eau irradié de Fukushima dans l'océan 

 

 

 

  • Confused 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 59 minutes, bricodob300 a dit :

A propos de goutte d''eau, la Japon attend l'autorisation de jeter l'eau irradié de Fukushima dans l'océan 

Je m'autorise un hors sujet, et dites moi si c'est déplacé mais :

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest iblack

Oh, je sens dores et déjà que ce fil va partir en queue de boudin avec les pro et les anti nucléaire ^_^

Perso, je me dis pourquoi pas, c'est bien le nucléaire dans star wars, non ? Atteindre une vitesse supraluminique "et mec si tu te plantes dans le calcul les navicomposantes tu passes à travers un trou noir" (bon c'est de mémoire). :D

Edited by iblack

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 16 heures, jackbauer 2 a dit :

Cela a semé la graine d’un programme appelé Demonstration Rocket for Agile Cislunar Operations (DRACO). L’armée était intéressée à déplacer efficacement les charges utiles autour de la Terre et de la Lune, d’où l’inclusion de la cislunar.

Tiens donc. Quel genre de charges utiles ? le texte reste évasif...

Nul doute que rien ne pourrait aller de travers, étant donné le commanditaire...

 

Entre ça et le rayon de la mort, pardon la centrale solaire, de l'espace, je trouve que nos amis les militaires nous préparent un avenir radieux. Enfin irradié. Bref, je sais pas si je suis clair.

 

  • Like 1
  • Haha 4
  • Sad 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,

 

La fusée de Tintin était déja à propulsion "atomique" (clin d'oeil..), comme quoi c'est vrai, on a perdu beaucoup de temps dans l'explo spatiale avec des carburants "chimiques" d'une autre époque.

Sans parler de Mars on peut également imaginer à l'avenir des sondes équipées avec ce type de propulsion... 

C'est un article intéressant et merci pour ce partage !

 

Christian

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les sondes Cassini, New Horizons, Galileo et Ulysses utilisent des piles à l'oxyde de plutonium (Radioisotope Thermoelectric Generators) et emportent 7,8 kg de combustible. Sachant que 1 milligramme de plutonium est létal par ingestion en 30 jours sur 50% des avaleurs, simplement il ne faut pas que la fusée explose au décollage.

L'autonomie est importante parce que le combustible ne perd que 0,8% par an mais les thermocouples au rendement médiocre (entre 3 et 7%) ont une durée de vie limitée mais sont quand même fiables. Et on ne sait pas faire des thermocouples plus efficaces.

  • Like 1
  • Sad 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 20 heures, Mystavi a dit :

Sachant que 1 milligramme de plutonium est létal par ingestion en 30 jours sur 50% des avaleurs

L'argument est je crois un peu pipeau. Le plutonium des RTG est pris dans une céramique conçue pour ne par se vaporiser. En cas d'explosion au décollage, celle-ci sera éventuellement brisée en morceau mais ne sera pas dispersée sous forme d'aérosols dangereux.

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Effectivement, je pense qu'il y a plus de questions à se poser sur le nombre de bombes atomiques au plutonium qui ont déjà explosé sur terre.... :(

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, dg2 a dit :

En cas d'explosion au décollage, celle-ci sera éventuellement brisée en morceau mais ne sera pas dispersée sous forme d'aérosols dangereux

Ouf, je suis rassuré.

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

des générateurs d'électricité sur sats à base de rtg qui ont fait des rentrées atmosphériques, il y en a eu plusieurs (russes en général mais pas que).

pour rappel ce n'est pas le même isotope de Pu que celui d'une bombe A ou H qui lui de toute façon est consommé pendant l'explosion.

accessoirement, avant l'existence des batteries performantes et de longue durées actuelles, il y a eu des pace maker à base de Pu238 (celui des rtg) qui ont fait leur boulot pendant des dizaines d'années (et il y en a au moins un qu'il a fallu aller chercher dans les cendres de la personne après son incinération mortuaire).

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 44 minutes, bruno beckert a dit :

Je dois encore avoir l'article de Paris Match où WvB dit qu'il veut aller sur Mars vers ... 1980...

 

Bonjour,

 

 

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

????

 

https://www.msn.com/fr-fr/voyage/actualite/la-chine-dit-avoir-créé-un-réacteur-nucléaire-étirable-pour-voyager-jusqu-à-mars-à-une-vitesse-jusqu-alors-inimaginable/ar-BB1kk8JW?ocid=msedgdhp&pc=HCTS&cvid=49e14202957b4d688bb7593253ad4183&ei=17

 

La Chine dit avoir créé un réacteur nucléaire "étirable" pour voyager jusqu'à Mars à une vitesse jusqu'alors inimaginable

 

Une dizaine d’instituts de recherche chinois ont annoncé avoir réussi à créer un réacteur nucléaire qui permettrait d’atteindre Mars à une vitesse jamais vue et dans un vaisseau extensible. Les technologies sur lesquelles il se base sont inédites.

 

Cela pourrait révolutionner la course à l’espace. Alors que des entreprises privées, notamment SpaceX d’Elon Musk, ne cessent de faire des essais de lancement de vaisseaux dans l’espace, la Chine n’est pas en reste. Le South China Morning Post rapporte ce 19 mars que des chercheurs issus de dix instituts de recherche chinois auraient réussi à développer une technologie de fission nucléaire qui pourrait permettre de propulser un vaisseau dans l’espace d’une manière inédite et plus efficace.

Cette nouvelle technologie s’appuie sur la capacité à rétrécir considérablement la taille d’un réacteur de 1,5 mégawatt nécessaire à la bonne propulsion du vaisseau. Sur terre, ce réacteur pourrait tenir dans un conteneur et peser moins de 8 tonnes. Dans l’espace, il saurait se déployer pour atteindre la taille d’un immeuble de 20 étages.

Un design plus simple à mettre en place et à armer sur les rampes de lancement. Selon les scientifiques derrière ce projet, cela pourrait également permettre une meilleure viabilité des vaisseaux, mais aussi une plus grande vitesse de déplacement dans l’espace.

 

Un réacteur pour concurrencer les avancées d’Elon Musk

Si la Chine travaille sur des manières d’améliorer le transport spatial, c’est notamment pour être la première à faire un aller-retour habité sur Mars. Selon les estimations des scientifiques chinois, la méthode de la fission nucléaire pourrait permettre de faire le voyage en trois mois au lieu de sept pour les vaisseaux développés par SpaceX, qui fonctionnent à l’énergie fossile.

La technologie utilisée pour arriver à ce résultat se fonde sur l’utilisation de lithium pour refroidir le réacteur. En effet, après une fission nucléaire à partir de noyaux d’uranium, ce réacteur produirait des températures allant jusqu’à 1 276 degrés Celsius. Bien plus élevé que ce que l’on trouve dans les centrales nucléaires.

La combinaison inédite de deux technologies permettrait le fonctionnement du réacteur chinois

Ce sont justement ces très hautes températures qui permettent aux composants chimiques sous forme liquide de se gazéifier et ainsi d’agir comme propulseurs. Le tout pendant, si on en croit les premiers tests effectués, dix ans.

L’utilisation du lithium pour refroidir le réacteur est ce qui permet à cette invention d’être rétrécissable. Mais cela ne serait rien sans l’échangeur de chaleur, fait en tungstène, capable à la fois de procéder à des échanges d’énergie sans polluer les composants avec d’autres et d’empêcher le passage de radiation. L’équipe de chercheurs a également dit vouloir utiliser des outils d’intelligence artificielle pour trouver les défauts potentiels du réacteur et pouvoir les éviter en amont.

 

https://www.scmp.com/news/china/science/article/3255889/starship-rival-chinese-scientists-build-prototype-engine-nuclear-powered-spaceship-mars

 

 

 

Capture.JPG

Edited by jackbauer 2
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Dans et avec le nucléaire, il n'aura pas de progrès.

Que de regrets ! (par après qu'on ait choisi le mauvais chemin)!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 08/08/2023 à 10:00, astrocris a dit :

sur le nombre de bombes atomiques au plutonium qui ont déjà explosé sur terre....

une broutille comparé aux 38,0 milliards de tonnes de CO2 rejeté annuellement dans l'air. il faudra certainement des dizaines de millions d'années pour l'éliminer enfin si on est encore là  .

parler de Fukushima et des bombes nucléaires ça donne bonne conscience mais pendant ce temps là on ne parle pas des VRAIS problèmes. je ne dis pas que mettre de l'eau radioactive dans la mer c'est bien mais ce n'est qu'une goutte d'eau face aux dangers qui nous attends d'ici 2030. ;) 

 

  • Like 4

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 24 minutes, AstroRudi a dit :

Dans et avec le nucléaire, il n'aura pas de progrès.

alors tu ne connais pas la fusion nucléaire et le projet ITER

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 12 minutes, bon ciel a dit :

alors tu ne connais pas la fusion nucléaire et le projet ITER

 

C'est vrai, mais alors il est iterminable, ce projet... Ca fait 70 ans qu'on nous promet la fusion pour dans 20 ans...

S

  • Haha 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 14 minutes, Superfulgur a dit :

C'est vrai, mais alors il est iterminable, ce projet... Ca fait 70 ans qu'on nous promet la fusion pour dans 20 ans...

 

Non. Faut actualiser, ça fait 20 ans qu'on nous le promet dans 70 ans. Et peut-être pour n'obtenir qu' un ITER minable ! :( 

  • Like 1
  • Haha 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

des le début la couleur était annoncée "pas avant 2050".

Des avancées ont été faites dans les electro aimants, dans la dégradation des matériaux du tokamak, dans le maintien de la production (pendant 120s) et surtout depuis peu une production d énergie supérieur à celle qu il a fallu pour chauffer ce plasma.

Je préférerais avoir une centrale à fusion que de voir des centaines d éoliennes  polluer ma vue.

  • Like 4
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

La fusion contrôlée est LA solution, et tous les travaux qui permettent de s'en rapprocher sont important pour l'humanité.

MAIS ce n'est pas l'intérêt de beaucoup de parties qui ont déjà joué plein pot contre le nucléaire.

Les pays producteurs d'énergies fossiles.

Les compagnies qui distribuent les énergies fossiles quel que soit le canal.

Les acteurs qui utilisent les énergies fossiles pour en tirer un profit qui sert leurs intérêts.

 

Ca fait vraiment beaucoup de monde sur la planète et la plupart ont les poches très très profondes.

Cela leur permet d'utiliser avec intelligence une toute petite partie de cet argent colossal pour manipuler des acteurs dogmatiques et naîfs, acheter ceux qui sont moins naîfs, financer les lobbys ad-hoc, payer les articles et reportages qui vont bien dans les médias et au bout du compte mettre dans leur poche les politiques, prêts à tout dans leur intérêt personnel il va sans dire.

Ce n'est pas du complotisme, c'est exactement ce qui s'est passé depuis les années 60 et est maintenant prouvé avec l'accès aux documents de l'époque.

Mais peut-être que maintenant tout va changer et que l'homme, meilleur, va réaliser la situation et prendre les mesures qui peuvent réellement sauver la planète?

C'est possible.

  • Like 6

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai l'impression qu'on se mord un peu la queue, je rappelle qu'on parle ici normalement de la propulsion nucléaire dans l'espace, pas de tout le nucléaire..

(oui je suis le lourdingue de service mais si on peut éviter de glisser dans la politique et les avis à la volée dans la plus pure tradition des banquets gaulois c'est peut-être mieux)

  • Like 4

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 21 minutes, Theta Coxa a dit :

.. si on peut éviter de glisser dans la politique et les avis à la volée dans la plus pure tradition des banquets gaulois c'est peut-être mieux

 

Dans ce genre là tu veux dire... :

 

Grenouille2.jpg.d1d6326dbca0f81f12e7f21766d2b9f6.jpg

 

Je suis bien d'accord :|..

  • Haha 4

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
il y a 40 minutes, Theta Coxa a dit :

je rappelle qu'on parle ici normalement de la propulsion nucléaire dans l'espace, pas de tout le nucléaire..

dixit la personne qui s'est autorisé un hors sujet sur le nucléaire

après il faut pas venir se plaindre xD

Edited by bon ciel
  • Like 1
  • Haha 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

En fait, si on lit tout, il n'y a pas de dégagement de radio-activité derrière la tuyère vu que ce serait l'hydrogène qui se détend ! Un peu comme l'eau d'un circuit secondaire de nos REP qui n'entre jamais en contact avec les élément dangereux et ionisants, non?

Guy

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now