Superfulgur

Daniel Pasquelin

Recommended Posts

souvenirs assez proches Serge

j'ai discuté pas mal avec Daniel et j y 'ai acheté mon C8 orange (pas encore le C5 je crois)

et j'ai aussi trimballé la grosse mallette bien lourde et le pied encombrant sous le bras

dans le métro ligne 4 jusqu'à la station Alésia, j'habitais à proximité

 

 

Edited by MARCOPOLE
  • Like 3
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai bien connu aussi un magasin d'astronomie rue de rivoli.

Mais ça s'appelait Devaux Chauvet ou un truc comme ça :)

AG

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'confonds peut-être mais celui du quai de la mégisserie, c'était qui alors ? Pour moi, ça a été là ma première adresse suite à quelques pubs d'anciennes revues 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 21 minutes, serge vieillard a dit :

J'confonds peut-être mais celui du quai de la mégisserie, c'était qui alors ? Pour moi, ça a été là ma première adresse suite à quelques pubs d'anciennes revues 

Etablissements Jean Cerf, 20 quai de la Mégisserie à Paris 1er, à qq centaines de mètres du 33-35 rue de Rivoli dans le 4e.

 

il y a 44 minutes, ALAING a dit :

Mais ça s'appelait Devaux Chauvet ou un truc comme ça

Devaux-Chevet. Daniel Pasquelin était devenu le gendre de M. Chevet.

 

Il y a 1 heure, Superfulgur a dit :

Eh oui, j’ai nettoyé l’immense vitre du magasin de la rue de Rivoli,

Tout comme toi Serge, c'est la première tâche que j'ai eu à faire le 1er jour où j'étais arrivé dans le même magasin pour mon premier emploi rémunéré (après les stages à Paris-Meudon)... Il y a maintenant bien longtemps ! Et également d'où venait mon 115/900 Perl Merak.

 

 

 

 

 

  • Like 3
  • Love 2
  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je n'ai rencontré Monsieur Pasquelin qu'une seule lors de ma toute première visite de La Maison de l'Astronomie et ai beaucoup apprécié tant sa gentillesse que ses conseils portant plus tard sur l'achat d'une Vixen Halley 70, achat jamais regretté (je l'ai toujours).

 

On rencontre parfois des gens qui ne laisseront aucunes traces dans votre vie et parfois une seule qui marquera la vôtre.

 

Toutes mes condoléances à sa famille.

  • Like 5

Share this post


Link to post
Share on other sites

Gamin, j'écarquillais les mirettes quand j'entrais dans la Maison de l'astronomie ou dans le magasin du quai de la Mégisserie. Mais je n'ai jamais osé demandé quoi que se soit,  je regardais, je regardais...  Et à l'époque, aussi, on pouvait compter sur les doigts d'une main les bouquins qui traitaient d'astronomie que je feuilletais à la librairie PUF bd St Michel. Arrgh séquence nostalgie!!

Edited by eric g
  • Like 4

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir, 


La maison de l'astronomie, une adresse connue, y compris de moi, qui suis à l'observation instrumentale ce que le cuistot Mc Do est au chef étoilé.


J'y ai fait l'acquisition de deux instruments pour du visuel, le premier en 1978, un Perl-Vixen 150/750, très peu et très très mal utilisé, dans des conditions effroyables, le plus souvent à Créteil, par une fenêtre, au milieu des immeubles, l'autre en 1985, une petite lunette Halley 70 que j'ai pu trimbaler au Sénégal et qui m'a donnée beaucoup de satisfaction.


A chaque fois je me souviens d'un accueil chaleureux, sans pour avoir vraiment connu les gens qui m'ont conseillé. Peut-être ai-je côtoyé brièvement Mr Pasquelin ?..
 

Edited by Huitzilopochtli
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un bien bel hommage qui me rappelle indirectement les voyages, de la Vendée - le ciel peut y être parfait - à Paris lorsque chaque année, je venais voir les soldes de la Maison de l'Astronomie en janvier, il y a bien longtemps. 

Ce visage, ce sourire affable, me rappellent bien quelque chose : des mots, un avis donné comme ça alors que je regardais passionnément  le matériel exposé.

Et puis ces mots à propos des Meade LX200, en 1994, je crois : " Inscrivez-vous donc au club."

 

Quelques mois plus tard, Meade proposait un rabais phénoménal à qui était inscrit.

 

Il était trop gros pour une mallette, ce SC ! :)

Mais, j'ai adressé un chaleureux mot de remerciement à ce monsieur.

 

 

  • Like 1
  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 4 heures, Superfulgur a dit :

je me souviens de mon vertige, en revenant chez moi en métro, ligne 4 puis ligne 12, changement à Concorde

 

En 1995, vingt ans, je sortis du même magasin, lesté de mon 115 Paralux d'occasion à trépied bois.

Changement a Chatelet puis gare du nord, arrêt Epinay-Villetaneuse.

 

  • Like 1
  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai longuement feuilleté le catalogue papier extraordinaire de la Maison de l'Astronomie. Je rêvais devant la "haute résolution" des C8, que j'ai fini par acheter en 1986. C'est-à-dire un des  très mauvais numéros que Celestron fabriquait à la chaîne pour le retour de la comète de Halley. C8 pas aidé faut dire par ma parfaite ignorance de l'importance d'une bonne monture ni de la collimation, le tout en observant depuis une fenêtre. Une véritable catastrophe…:S

Sincères condoléances à la famille et aux proches.

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Mes parents m'ont acheté ma première lunette, une 60 mm à l'âge de 12 ans, à la Maison de l'Astronomie. Délaissée pendant des années car très peu au fait d'une mise en station et de sa bonne utilisation, je suis vraiment devenu un passionné bien  plus tard, alors étudiant à Paris 6 en Sciences de la Matière. Je cherchais un job étudiant et j'ai frappé aux portes de la Maison de l'Astronomie. Mon entretien s'est déroulé dans le bureau de Monsieur Pasquelin, qui côtoyait à l'époque la partie du magasin où étaient préparés les emballages, une fois le matériel vendu. Monsieur Pasquelin m'a donné ma chance, j'ai pu travailler pendant 6 mois au sein de ce temple de l'astronomie situé à l'époque au deuxième étage. Chaque jour, je prodiguais conseils et je transmettais ma passion à des astronomes amateurs mais parfois trop expérimentés pour moi. J'y ai appris tant de choses, quel plaisir de travailler tout en imaginant un jour peut-être acquérir une de ces fantastiques machines à observer le ciel. Monsieur Pasquelin était bienveillant, chaque samedi il allait chercher des pâtisseries que nous dégustions dans l'arrière boutique. Il a même discuté avec ma mère en insistant sur le fait que je devais poursuivre mes études. J'ai eu la chance d'avoir mon premier Meade (un LX 10), à la fin de mon contrat, et , 28 ans plus tard, me voilà le nez plongé dans l'astrophoto. Devinez où j'ai acheté le matériel ...  RIP M.PASQUELIN, impossible d'oublier ces années là. Et que sont devenus Didier ? le Libraire, Franck ... au plaisir de se revoir un jour. 

  • Like 7

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il y a quarante années, j'avais déjà "Le" Serge Brunier "Nébuleuses et galaxies: astronomie du Ciel profond". Mais un ouvrage me faisait rêver, difficile d'accès en province, et tellement essentiel. C'est lors de mon premier voyage à Paris que j'ai pénétré dans ce temple de l'astronomie, Rue de Rivoli, où étourdi par tous ces instruments inaccessibles pour mon budget, j'ai pu enfin me procurer la fameuse Revue des Constellations! B|

Je l'avais enfin dans mes mains avec sa pochette de cartes "à l'ancienne". C'est toujours, à ce jour,  un des fondamentaux de ma bibliothèque.

Dix ans après, début des années quatre vingt dix, mon dobson 400 Starfinder, une folie démesurée, je l'avais tout logiquement acheté à la Maison de l'Astronomie...

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now