Sign in to follow this  
Cyrille Thieullet

Collimation FSQ106 avec WinRoddier

Recommended Posts

Bonjour,

 

Je vous partage un doc qui résume les derniers tests de collimation que j'ai fait sur ma FSQ 106 ED en utilisant WinRoddier.

Il y a les liens vers tous les fichiers ser de mesure pour celles et ceux qui voudraient s'amuser avec.

 

http://www.astromist.com/tmp/fsq106/20240518_Colimation_FSQ106.pdf

 

La difficulté avec cette lunette est d'ajuster la collimation tout en ajustant le positionnement de la distance de la lentille frontale avec celle de derrière pour minimiser l'aberration de sphéricité. Et sans avoir essayer de modéliser la chose, la précision de réglage pour annuler l'abberation sphérique me semble être de l'ordre de quelques  dizaine de millième de millimètres. C'est à dire quasiment rien comme mouvement sur les vis de devant et plus un jeu avec l'élasticité de serrage...

 

Peut être que d'autres ont cette exprience d'ajustement sur cette lunette ? Je suis preneur.

 

Cyrille

 

  • Like 2
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est toujours aussi fantaisiste les valeurs de winroddier  . Mais au moins tu as le qualitatif.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le principe de Roddier a fait ses preuves sur le plan théorique et en pratique dans le monde professionnel, ce qui pêche dans le soft WinRoddier c'est plutôt l'analyse du front qu'il en fait, calcul des coef. zernike via un système d'optimisation des valeurs.

 

Le 18/05/2024 à 16:46, Cyrille Thieullet a dit :

abberation sphérique

Coté aberration de sphéricité, dans les paramètres il y a la possibilité d'appliquer la correction théorique correspondant à la distance finie entre l'étoile artificielle et l'objectif, ce qui en pratique est souvent le cas.

Sans cette soustraction sur ce coef. il restera forcément de l'aberration de sphéricité quelque soit les réglages sur les lentilles qui normalement sont calculées pour l'infini comme pour un télescope à miroir.

 

CPI-Z

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir,

 

 

2 hours ago, jldauvergne said:

C'est toujours aussi fantaisiste les valeurs de winroddier  . Mais au moins tu as le qualitatif

Oui du PTV à L/14  sur le ciel en vert ca peut sembler excessif :D. Je pense que cela vient de la débayerisation. Les autres output roddier en IMX 174 sont conformes à des tests fait en interferométrie sur des FSQ et sur celle-ci en particulier à ses tout début.

 

J'aurais d'ici septembre un autre moyen avec un shack hartman. Je fini le soft (80% de fait ?). La mesure que j'ai faite avec les coef Zernike du roddier va me servir pour comparer avec mes résultats au SH.

Le réglage décrit dans le doc donne cela en capture. C'est un réseau de 150um.

664a621577156_shackhartmanorig.jpg.7c65dd39b920b81024d0f7664f7355ca.jpg

 

 

 

1 hour ago, CPI-Z said:

ce qui pêche dans le soft WinRoddier

Ce soft a le mérite d'être là et de fonctionner.

Habituellement, l'analyse avec la méthode Roddier est  faite avec un delta de l'intra et extra ajusté avec un coefficient, puis FFT de la différence, laplacien, FFT inverse itération avec màj de la différence sur les bords. Il y a des variantes avec une correction en soustrayant les abérrations les plus fortes en calculant les coeff de zernike par gradiant ou regression linéaire à chaque itération.

A la fin le calcul des coeff Zernike se fait classiquement par une régression linéaire entre les coeff Zernike en cartésien d'un coté et le front d'onde final comme solution au système d'équation.

Je pense que le calcul dans WinRoddier est une version plus évoluée que celle de la première publication de M. Roddier.

Qu'est ce qu'il faudrait changer selon toi ?

 

J'ai eu un doute, mais à 70m à F5 pour 530mm en petzval avec une étoile virtuelle calibrée y a pas de sphérique en plus. Y a pas de sphérique tout court d'ailleurs. Je viens de vérifier.

Mais dans mon cas j'ai pas une étoile calibré correctement. Aussi je vais peut être compenser par le soft comme tu le suggères.

Je ne suis pas certain encore. Le tube est resté dehors trop peu à mon goût et j'ai pas retesté depuis.

 

J'ai fait des tests par nuit très froides et la mise en température c'est tout simplement mauvais pour le strehl avec une lunette. Ca crée une forte aberration sphérique du fait de la dilatation de la lentille frontale.

 

Aussi c'est illusoire de collimater une nuit froide sans pare buée avec cette lunette car la corection de l'aberration sphérique sera fausse. J'ai perdue plusieurs nuits avant de comprendre cela...

 

Une autre nuit l'année denière  en avril avec une collimation uniquement sur le ciel. Le tube a été mis dehors à 30mn avant la 1er mesure à minuit  (trop peu):

image_2024-05-19_230341305.png.b7de186e8aa78a91c31f5bc543224335.png

 

A la fin à 2h T° ok, sans parebuée, avec des valeurs plus cohérentes ou réalistes peut être pour @jldauvergne ;)

image_2024-05-19_225809013.png.d49fdd02d9bc8c74725f75f808620323.png

 

 

Cyrille

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 9 heures, Cyrille Thieullet a dit :

Je pense que cela vient de la débayerisation

Je ne vois pas pourquoi.

Tu l'as mesurée à combien sur banc ? Tu as fait zygo et SH ?

 

Il y a 9 heures, Cyrille Thieullet a dit :

Bonsoir,

 

 

Il y a 13 heures, jldauvergne a dit :

C'est toujours aussi fantaisiste les valeurs de winroddier  . Mais au moins tu as le qualitatif

Oui du PTV à L/14  sur le ciel en vert ca peut sembler excessif :D. Je pense que cela vient de la débayerisation. Les autres output roddier en IMX 174 sont conformes à des tests fait en interferométrie sur des FSQ et sur celle-ci en particulier à ses tout début.

 

J'aurais d'ici septembre un autre moyen avec un shack hartman. Je fini le soft (80% de fait ?). La mesure que j'ai faite avec les coef Zernike du roddier va me servir pour comparer avec mes résultats au SH.

Le réglage décrit dans le doc donne cela en capture. C'est un réseau de 150um.

664a621577156_shackhartmanorig.jpg.7c65dd39b920b81024d0f7664f7355ca.jpg

 

 

 

Il y a 12 heures, CPI-Z a dit :

ce qui pêche dans le soft WinRoddier

Ce soft a le mérite d'être là et de fonctionner.

Habituellement, l'analyse avec la méthode Roddier est  faite avec un delta de l'intra et extra ajusté avec un coefficient, puis FFT de la différence, laplacien, FFT inverse itération avec màj de la différence sur les bords. Il y a des variantes avec une correction en soustrayant les abérrations les plus fortes en calculant les coeff de zernike par gradiant ou regression linéaire à chaque itération.

A la fin le calcul des coeff Zernike se fait classiquement par une régression linéaire entre les coeff Zernike en cartésien d'un coté et le front d'onde final comme solution au système d'équation.

Je pense que le calcul dans WinRoddier est une version plus évoluée que celle de la première publication de M. Roddier.

Qu'est ce qu'il faudrait changer selon toi ?

 

J'ai eu un doute, mais à 70m à F5 pour 530mm en petzval avec une étoile virtuelle calibrée y a pas de sphérique en plus. Y a pas de sphérique tout court d'ailleurs. Je viens de vérifier.

Mais dans mon cas j'ai pas une étoile calibré correctement. Aussi je vais peut être compenser par le soft comme tu le suggères.

Je ne suis pas certain encore. Le tube est resté dehors trop peu à mon goût et j'ai pas retesté depuis.

 

J'ai fait des tests par nuit très froides et la mise en température c'est tout simplement mauvais pour le strehl avec une lunette. Ca crée une forte aberration sphérique du fait de la dilatation de la lentille frontale.

 

Aussi c'est illusoire de collimater une nuit froide sans pare buée avec cette lunette car la corection de l'aberration sphérique sera fausse. J'ai perdue plusieurs nuits avant de comprendre cela...

 

Une autre nuit l'année denière  en avril avec une collimation uniquement sur le ciel. Le tube a été mis dehors à 30mn avant la 1er mesure à minuit  (trop peu):

image_2024-05-19_230341305.png.b7de186e8aa78a91c31f5bc543224335.png

 

A la fin à 2h T° ok, sans parebuée, avec des valeurs plus cohérentes ou réalistes peut être pour @jldauvergne ;)

C'est pas le problème de me faire plaisir. C'est le problème de la fiabilité de l'outil. On fait croir que c'est un moyen viable de mesure alors que si tu ne connais pas le résultat d'avance tu n'as aucune chance de trouver les bons réglages en dépouillant les mesures. 

Je ne sais pas si c'est un problème de fond ou de soft.

Je suis plus précis quand j'estime un star test à l'œil, c'est ballot.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Intéressant de savoir que sur la FSQ le positionnement de la première lentille est important, cela dit sur la mienne je n'ai jamais eu à toucher fortement au réglage de collim (juste un chouia quand le premier anneau d'Airy n'était pas uniforme).

Après en solaire je fais du Ha et du CaK et ça se passe plutôt bien pour les deux (mais je regarderai l'AS sur étoile aux 2 longueurs d'onde, pour voir à quoi ça ressemble).

 

Ce qui m'interpelle dans cette manip, c'est l'usage d'une étoile artificielle à distance non infinie pour évaluer l'AS O.o Le calcul aurait montré qu'à cette distance avec cet instrument elle est vraiment négligeable ?

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Bonjour,

 

La lunette avait été mesurée à 0.98 sur un banc par interférométrie en 2008. J'ai plus rien à ce propos.

 

La méthode Roddier a été validé. Il y a un nombre important de publication qui s'y réfèrent et qui l'ont utilisé en référence pour faire mieux après.

Dans une image 100x100 il va ya avoir plus de 7000 points de mesures sur 256 ou plus niveaux de gris.

La résolution des N équations des coef de zernike avec 7000 valeurs cibles, mathématiquement c'est plus précis qu'une matrice de 30x30 ou un 60x60 d'un shack hartman.

Aussi c'est vraiment pas un problème de fond.

 

Le soft je ne sais s'il repart des sources de M. Roddier. Dans ses publications à ce propos, M. Roddier indiquait qu'il suffisait de lui demander. Et si je m'étais lancé la dedans à l'époque c'est la première chose que j'aurais demandé...

Aussi l'hypothèse que je fais c'est que l'algo de WinRoddier vient du code de M. Roddier lui même. Code avec lequel il a validé sa publication avec plusieurs comparaisons avec du Shack Hartman ou interféro.

D'ailleurs le soft porte son nom avec Win en plus, et autre hypothèse ce pourrait être un portage sous windows de son programme unix. Je n'ai jamais trouvé cette info.

 

1 hour ago, jldauvergne said:

C'est le problème de la fiabilité de l'outil. On fait croir que c'est un moyen viable de mesure alors que si tu ne connais pas le résultat d'avance tu n'as aucune chance de trouver les bons réglages en dépouillant les mesures. 

J'ai très bien compris que dans tes conditions de tests, de la manière dont tu t'y es pris, tu n'es jamais arrivé à avoir des réultats convergents et/ou cohérents et/ou répétitifs. Et que tu en as conclu que les résultats étaient aléatoires sans connaitre la cible et que donc ce soft ou cette méthode était inapplicable pour avoir des résultats sérieux.

 

Il y a plusieurs biais possibles dans ce raisonnement qui est une généralisation à partir d'un exemple.

Il y a des centaines de personnes de par le monde qui ont déjà vérifé cela en faisant des comparaisons. Tu serais le seul au monde pour qui ca ne fonctionne pas ?

 

 

1 hour ago, jldauvergne said:

Je suis plus précis quand j'estime un star test à l'œil, c'est ballot.

Et bien tu as des capacités que je n'ai pas. C'est possible.

Et puis il faut que le disque d'airy soit visible. Ce n'est pas nécessaire avec un Roddier. C'est un énorme avantage par rapport à la turbulence...

 

De mon coté pour trouver le pic de strehl quand un instrument est collimaté, j'ai besoin d'un outil qui fait des calculs. Mes yeux ne sont pas jamais suffisants avec un écran ou un oculaire.

 

D'ailleurs, histoire de polémiquer un peu, il y a eu des discussions interminables pour statuer de l'évaluation à l'oeil des performances d'une lunette et la méthode la plus fiable était de le faire par photo et pas à l'oeil qui est parfaitement subjectif. Photo qui elle même aurait été jugé à l'oeil ?

 

C'est ce que j'explique dans le doc :

En faisant la collimation à l'oeil à x800 à l'écran j'arrive à 0.97. C'est bien.

Mais ce n'est pas le maximum. Et ca je le sais par ailleurs.

Ce maximum est atteint avec le soft WinRoddier avec des itérations en plus.

Je trouve cela intéressant.

Que le le PTV final ne soit pas identique à celui d'un Zygo ou d'un ShackHartman ou même qu'il soit farfelu en bleu ou vert n'a aucune espèce d'importance pour une collimation.

 

Pour ma part il suffit qu'avec l'outil le procesus soit répétif, convergent, prévisible avec des cibles différentes (virtuel ou réel), des caméras différentes, des journées de mesures différentes, des départs de décollimations différents, des conditions atmosphériques différentes avec un constat constant par photo, en visuel, ronchi, CCD inspector, GMK, Reego. Et c'est ce que j'ai depuis 3 ans.

 

C'est ça l'idée du partage : Winroddier peut servir aussi pour aider à faire une collimation parfaite chez soi meme d'un instrument inréglable à l'optimum à l'oeil sur le ciel, dans le cas présent une FSQ 106.

 

Cyrille

 

Edited by Cyrille Thieullet

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tiens, c'est intéressant de savoir que dans la version ED de la FSQ, seule la lentille avant est "touchée" lors de la collimation.

 

Sur la "veille" FSQ, il n'y avait pas de possibilité de collimation, du coup la collimation se faisait en inclinant l'ensemble de la cellule avant (donc les deux lentilles) à l'aide de cales.  C'était un peu rustique, mais ça marchait assez bien.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Bonjour Thierry,

 

44 minutes ago, Thierry Legault said:

Intéressant de savoir que sur la FSQ le positionnement de la première lentille est important, cela dit sur la mienne j

Oui j'ai utilisé ta méthode issue de ton livre depuis des années pour régler la mienne.

 

Peut être tu pourrais faire un roddier sur la tienne pour mesure le sphérique ?

Ce qui est aussi intéressant c'est qu'il serait possibile de mettre 0 en AS pour le H-Alpha avec cette lunette et de le recaler sur le vert pour du CP. C'est un 4x4 cette FSQ...

 

44 minutes ago, Thierry Legault said:

Ce qui m'interpelle dans cette manip, c'est l'usage d'une étoile artificielle à distance non infinie pour évaluer l'AS O.o 

Oui c'est original et contre intuitif. J'ai commencé à faire cela avec les Clavius pour positionner le mangin proche de l'optimum. Les focales/diamètre étant plus grands, c'est pas neutre, je dois réajuster sur certains sur le ciel, mais je gagne du temps et le télescope est bien dégrossi.

 

Hier soir j'ai refait le calcul à l'infini et à 70m pour 106mm/530. Ca change rien.

En discutant avec Yuri de TEC lors des mesures dans les mêmes conditions pour une 140, il m'a dit que c'était ok. Et lui aussi avait refait les calculs de son coté.

 

Dans mon cas avec 1mm d'étoile de l'AS je devrais en avoir.

Mais la surprise de mon coté c'est que sur le ciel, ce n'est pas grand chose et au niveau du strhel ca n'a pas d'impact. Il me reste à statuer l'aspect thermique.

 

Cyrille

Edited by Cyrille Thieullet
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 27 minutes, Cyrille Thieullet a dit :

a méthode Roddier a été validé

Je ne parle pas de la méthode mais du logiciel et/ou de la sensibilité au protocole. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
58 minutes ago, jldauvergne said:

Je ne parle pas de la méthode mais du logiciel et/ou de la sensibilité au protocole

Oui c'est très sensible et c'est ce qui fait que le soft est délicat à calibrer.

 

J'ai mis mes paramètres. Avec cela j'ai des résultats reproductibles. Le seuil de masquage me parait très critique.

J'ai mis aussi les vidéos. Ca donne une idée du seeing sur l'étoile virtuelle et sur le ciel.

Pourrais-tu faire un test avec ces parmètres ?

Je suis preneur des vidéos intra /extra de ton télescope collimaté pour voir ce que cela donne en calcul.

 

Ca me servirait aussi pour mes tests car pour évacuer le coté soft qui reste une option, j'ai commencé à coder l'algo, je sors des strehl à 0.1 pour le moment. J'ai un peu de boulot pour y arriver...

 

Edited by Cyrille Thieullet

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Il y a 14 heures, Cyrille Thieullet a dit :

Ce soft a le mérite d'être là et de fonctionner.

Là je suis entièrement d'accord. D'ailleurs, lorsqu'il est sorti ce fut une réelle avancée pour tous.
Ce qui est certain c'est que la mise en œuvre est délicate comme dans toute mesure.

 

Quelques éléments :
La propreté du capteur en est une, puisque tout est basé sur des mesures d'intensités, on ne peut pas utiliser de flat ..., seule l'empilement par centrage et addition d'images peuvent être pratiqués (amélioration du RSB).
L'étoile devrait être sur l'axe et l'axe n'est pas forcément le centre du capteur. Pour moi si l'instrument est bien collimaté l'axe du focuseur est parallèle à l'axe optique, et le centre de gravité des disques intra et extra doivent avoir les mêmes coordonnées en pixels sur le capteur. Je me demande d'où provient le point blanc proche du centre sur tes secondes images. Les valeurs de tilts peuvent aider.

 

Les paramètres d'entrée conditionnent pleinement les incertitudes des calculs. Plus que le diamètre et la focale c'est la définition du cône de lumière qui est utile, mesure du diamètre en pixel des images et valeur de defocus. C'est vrai que l'outil du réglage du seuil des images est délicat. J'utilise un comparateur pour la mesure réelle du  defocus. Donc ces paramètres d'entrée mesurés sont à comparer avec les caractéristique théorique de l'instrument (F/D théorique).
Coté defocus ne pas oublier ce qu'il nomme le nombre d'onde, fourchette entre 25 et 50 pour ne pas être trop optimiste. La symétrie est également importante comme la valeur de la longueur d'onde.

 

Coté SH pour moi ce qui pêche le plus c'est le faible échantillonnage. Une image de diamètre de 150 à 300 pixels voir même jusqu'à 600 pixels donne bien plus d'informations qu'une trentaine. La limite c'est quand les l'interfranges se noient dans les pixels successifs. Mais plus il y a de données moins c'est optimiste. L'optimisme c'est l'apanage des vendeurs de matériels.

La décomposition en polynômes de zernike permet une comparaison avec les aberrations optiques classiques, mais lissent particulièrement le front par rapport à un front réellement mesuré. Les zernike ne sont qu'une modélisation du front.
Par exemple le rapport de strehl calculé sur les zernike est particulièrement indicatif.
Je préfère travailler directement sur le front extrait de WinRoddier que sur sa modélisation. Par exemple il est facile de calculer la psf d'un front mesuré et de la comparer à la psf théorique. L'écart avec le strehl zernike est alors flagrant.

 

Extraire le front de WinRoddier pour le rentrer dans un autre soft d'analyse est recommandé, ce qui n'enlève rien à l'efficacité de WinRoddier sur la construction de fronts.

Par exemple DFTFringe en est à sa 7ième version et avec un forum où énormément de points sont discutés de longues dates par les surfaceurs de miroirs de télescopes. Donc ils savent de quoi ils parlent.

https://github.com/githubdoe/DFTFringe/releases

Par exemple la moyenne de dizaines de fronts, par statistique améliore déjà la fiabilité.

 

Bonnes mesures

CPI-Z

Edited by CPI-Z
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tout est démonté en ce moment. Je verrai à l'occasion. J'ai déjà réussi à converger mais connaître le résultat est indispensable. Donc bon ...

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

51 minutes ago, CPI-Z said:

Je me demande d'où provient le point blanc proche du centre sur tes secondes images. Les valeurs de tilts peuvent aider.

J'ai ce point depuis des années. Je ne sais pas à quoi il correspond. Je me demande si c'est un reflet interne. Ca fluctue avec le centrage de la caméra et la collimation.

 

Je comprends ta remarque maintenant.

Je cherche un extrémum pas forcément à déterminer l'erreur précise du front d'onde. Je regarde principalement l'astigmatisme, la coma, le tréfoil et le sphérique.

En étant ISO sur les paramètres WinRoddier, Capture et Empilement durant tout le processus de collimation, je limite les risques de tomber sur un mauvais extrémum.

 

Par contre pour l'estimation finale, je vais regarder la procédure que tu suggères avec DFTFringe.

 

58 minutes ago, CPI-Z said:

Bonnes mesures

Merci ! Il y en a qui vont sur nexflix comme passe temps, perso je décollimate et recollimate mes telescopes :D

 

Cyrille

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Il y a 22 heures, CPI-Z a dit :

Coté SH pour moi ce qui pêche le plus c'est le faible échantillonnag

Il vaut mieux avoir 1000 points dont la position est  connue de façon fiable à L/200 que 10 000 que l'on ne sait pas dépouiller de façon fiable. Et outre la précision,  c'est enfoncer un clou avec une enclume 

Sur une optique amateur un SH 40x40 ça fait un point de mesur tous les 5 mm sur un t200. C'est très  largement suffisant. 

Avant d'opter pour cette solution j'avais fait des tests croisés avec un zygo. Les SH étaient moins echantillonnés à l'epoque mais ça fonctionnait.

Ce qui est logique vu que le front d'onde c'est avant tout les 1er ordres de Zernike.

Tu serais bien en peine de démontrer que l'échantillonnage pose problème (l'inverse est facilement faisable mathématiquement il suffit de lire la littérature). 

 

Edited by jldauvergne

Share this post


Link to post
Share on other sites
52 minutes ago, jldauvergne said:

Tout est démonté en ce moment. Je verrai à l'occasion.

Ok, j'ai de quoi m'occuper. On en reparlera quand Jupiter sera de sortie.

 

S'il est possible de valider qu'une collim avec WinRoddier c'est ok sur le ciel ensuite, faire une procédure pour précollimater son train optique avec ADC (et autre) avec une étoile (virtuelle ou non) avec WinRoddier un soir de seeing moyen, pourrait faire gagner du temps de capture sur les bonnes soirées et permettre aussi de déplacer/modifier son setup plus serreinement.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 55 minutes, Cyrille Thieullet a dit :

précollimater son train optique avec ADC (et autre) avec une étoile (virtuelle ou non) avec WinRoddier un soir de seeing

Ça ça ne peut pas fonctionner. L'adc tilt l'axe optique. Ça fait une procédure bien lourde en plus. Comment faisait-on avant ? ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites
5 minutes ago, jldauvergne said:

Ça ça ne peut pas fonctionner. L'adc tilt l'axe optique

Ah ben s'il n'y a pas de position 0 sur le tien, c'est que tu as un modèle expert. C'est quelle marque ? :D

 

12 minutes ago, jldauvergne said:

Ça fait une procédure bien lourde en plus

A oui ca va prendre un peu de temps en plus.

Et en même temps, ca donne une référence qui peut servir de comparaison à tout moment.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Cyrille Thieullet a dit :

Ah ben s'il n'y a pas de position 0 sur le tien, c'est que tu as un modèle expert. C'est quelle marque ? :D

Si tu mets l'ADC en position 0, la collima sera la même que sans ADC. Je ne comprends pas la manip. 
J'ai cru que tu parlais d'un ADC réglé sur sa cible. 
Quoi qu'il en soit, si tu règle ton ADC en position 0, ça ne changera rien au fait qu'il faudra changer le réglage sur la cible. Par les miroirs ou une platine x-y ou en jouant sur la position sur le capteur si celui-ci est grand. Bref, on en revient toujours au même, il faut collimater, et avec de la puissance dans l'ADC, Winroddier ça ne fonctionnera pas en plus d'être fastidieux. 

 

il y a une heure, Cyrille Thieullet a dit :

Et en même temps, ca donne une référence qui peut servir de comparaison à tout moment.

Servir à quoi ? Je ne comprends pas. 
Classiquement si on collimate sur étoile, chacun fait comme il veut, mais il est plutôt conseillé de faire l'alignement à la caméra, tu as dans ce cas une image de la PSF. Et au moins tu sais que le résultat n'est pas brouillé par l'ADC en intra/extra. D'autant que cette collim se fait dans les conditions de prise de vue identiques à la cible. En Roddier ça tu ne pourra pas puisque tu va mettre l'ADC à 0 ce qui implique de viser une étoile très haute.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ah oui nous ne nous sommes pas compris.

La colim finale en planétaire c'est à part y a pas le choix que de la refaire à chaque fois.

 

Je parle de  la vérification de l'axialité de toute la chaine avec les flexions potentielles, les serrages qui désaxes, les bagues non centrée en amont de la prise de vue. L'ADC si c'est un des éléments, parmi d'autres.

 

C'est un test à faire une fois pour calibrer/tester les éléments mécaniques utilisés.

Avec la référence sortie de PO et je mesure avec les éléments ajouté un par un ce qui me permet trouver celui qui cloche s'il y en a un. Je le fait sur une étoile virtuelle à l'horizontal.

 

En tête de liste les renvois coudés, les sorties de PO (le click lock de baader est mauvais) ou les sérrages annulaires divers et variés. Il y en a très peu qui gardent la coaxialité et cela dépend en plus du diamètre inséré qui lui aussi a des tolerances variables.

 

Puis on passe au vissé, mais c'est pas forcément ok non plus.

J'ai trouvé une extension en M68 de Badder qui était tilté, une autre non coaxiale dans mon stock.

J'ai perdu des mois avec ces deux là...

Des extensions M48 aussi pas ok. Ma roue de filtre pas orthogonale. Etc.

 

Le but c'est pas de retoucher à la collimation parce que derrière j'ajoute des trucs en biais sans le savoir.

 

En nomade ca permet de vérifier que la collim à l'oeil/caméra est ok par rapport à l'optimum.

 

Je me suis servi de cette référence pour mesurer l'évolution du strehl et des abérrations en fonction de la mise en T° de l'OTA ou du telescope.

 

Cyrille

 

 

 

 

 

 

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 13 heures, Cyrille Thieullet a dit :

Je parle de  la vérification de l'axialité de toute la chaine avec les flexions potentielles, les serrages qui désaxes, les bagues non centrée en amont de la prise de vue. L'ADC si c'est un des éléments, parmi d'autres.

Cyrille, pour ce type d'application, je me demande si ce ne serait pas plutôt ce type d'outil qui te conviendrais, à mon avis plus simple et plus rapide

https://www.innovationsforesight.com/education/aitelescopecollimation/

 

CPI-Z

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Je me demande comment le logiciel arrive à s'affranchir des ronds générés par les poussières. Ca masque forcément les détails de l'optique ? A moins qu'il arrive à ne pas en tenir compte, mais malgré tout ça doit masquer certains aspects de l'optique.

Edited by Astrowl

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Bonsoir,

 

10 hours ago, CPI-Z said:

je me demande si ce ne serait pas plutôt ce type d'outil qui te conviendrais

Je l'ai mais j'ai pas acheté ce module. C'est bien pensé, ce qui me freine c'est une boite complètement noire avec une IA étalonné avec des simulations et sans aucune référence à des tests réels.

Il y a eu des publication à ce propos, je pense que l'auteur du soft est reparti de là.

Et puis il y a un modèle par type d'instrument. Ca revient cher si l'utilisateur a une lunette et un telescope.

 

18 minutes ago, Astrowl said:

malgré tout ça doit masquer certains aspects de l'optique

Les calculs sont fait dans le domaine fréquentiel avec une FFT. Ca aide. Pour des gros truc faut nettoyer. Dans le test du doc, j'ai néttoyé le capteur au test 6 de mémoire.

 

Cyrille

Edited by Cyrille Thieullet

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this  



  • Similar Content

    • By bricodob300
      Bjr
       Tout est ds le titre...
      Merci
    • By Goofy2
      Hello 😎
       
      Le Ouistiti (mon eVscope2 de chez Unistellar) a désormais un petit frère "le Little Baby" (un Vespera Pro de chez Vaonis). Plus petit, plus compact et plus léger.
      Tandis que le Ouistiti (diamètre 114 mm, focale 450 mm, F/D 3.95) capturera des objets plus petits, le Little Baby (diamètre 50 mm, focale 250 mm, F/D 5) capturera des objets plus grands et en champ plus large.
       
      Champs capturés:
      - eVscope: 34.2'x45.6' (capteur Sony IMX347, 4MP,  pixels de 2.4 µm)
      - Vespera Pro: 1.6°x1.6° ou en mode mosaïque automatique: 4.18°x2.45° à 3.2°x3.2° modulable (capteur Sony IMX 676 Starvis II, 12.5 MP, pixels de 2 µm)
      Tandis que l'eVscope 2 est un réflecteur (miroir), le Vespera Pro est un réfracteur quadruplet APO (lentille).
      Il est possible de placer devant l'objectif du Vespera Pro des filtres interférentiels (j'ai un CLS et un Dual Band).
       
      Le Vespera Pro pousse l'automatisme encore plus loin que l'eVscope 2:
      - mise au point automatique (y compris en cours d'acquisitions), pas de collimation à faire (lunette)
      - résistance chauffante dont la mise en route est automatique en fonction du taux d'humidité ambiante (capteur hygrométrique intégré).
      - une fois le Vespera Pro sur ON et connecté à la tablette en Wifi, je lui demande simplement de s'initialiser en toute autonomie (pointage à son initiative, reconnaissance du ciel auto, mise au point auto). Une fois l'initialisation réalisée, il est prêt pour faire des Goto à mon initiative (objets issus de la base de données incluse ou aux coordonnées équatoriales J2000 à saisir). Pour le live stacking, 2 modes: le mode normal (c'est le champ du capteur) ou le mode mosaïque automatique dont les dimensions sont ajustables sans toutefois dépasser les limites autorisées (en gros on peut aller jusqu'à 4 fois la surface couverte par le capteur).
       
      Exemple d'utilisation simultanées du Ouistiti et du Little Baby:
      Pendant que je fais de l'observation en vision amplifiée avec l'eVscope 2, le Vespera Pro fera une intégration de longue durée autonome sur un unique objet pendant toute la séance astro. Deux instruments connectés nécessitent l'usage deux tablettes indépendantes (ou smartphone).  
       
      Le Little Baby sur trépied Gitzo et platine de nivellement:

       

    • By Crabs
      Bonjour,
       
      Je souhaite acheter un télescope solaire qui me permettrait de rester flexible et de pouvoir évoluer vers des diamètres plus grands aussi en double stack. Je suis axé sur du visuel vu que je débute, mais imager pourrait être possible dans le futur.
      L'idée serait d'acheter un filtre bloquant B1200 ou B1800 + un LS50FHa ainsi qu'un autre LS50FHa pour possibilité de double stack.
       
      De cette manière, je pourrais acheter par exemple une ED APO 80 mm f/7 (je ne trouve pas de diamètre plus petit, un diamètre de 50 serait suffisant vu que le LSFHa va quand même masquer à 50mm) et visser les deux étalons en position frontale comme sur cette photo. Avec cela, je devrais avoir l'équivalent d'une LS50THa si ma compréhension est correcte. Cela devrait me permettre d'avoir des vues du disque entier.
       
      D'un autre côté, le setup pourrait être flexible et je pourrais utiliser ce même matériel B1800 et deux LS50FHa (un seul investissement sur les filtres) sur une lunette plus grande via un montage télécentrique derrière une plus grosse lunette, par exemple cette 130mm F/D 7 couplée à un Baader Telecentric TZ-4. Il y aurait même également moyen de "double stacker" les deux filtres en télécentrique. Donc, avec ce setup, je pourrais bénéficier du double stack dans les deux configurations: frontale petit diamètre, télécentrique plus gros diamètre. Est-ce que ce raisonnement tient la route? Est-ce que ce setup est une bonne idée pour rester flexible?
       
      Maintenant, je suis en train de lire le livre "Astronomie Solaire" (https://astronomiesolaire.com/), et en page 203, il est indiqué qu'un montage télécentrique pour des étalons à lame d'air fait élargir la FWHM en fonction du rapport F/D. Un rapport F/D de 40 ou 50 est conseillé. Dans le cas de la 130mm ci-dessus, le F/D est de 7, et donc avec le TZ-4, cela ferait 28. Donc, au final, ma compréhension actuelle est que cette lunette de 130mm n'est pas adaptée car F/D final trop petit? Ou y a-t-il moyen d'ajouter quelque chose pour augmenter ce F/D? Faut-il masquer l'ouverture pour la réduire? Est-ce que ca augmentera le F/D? Les étalons en mica demandent un F/D plus petit de 30, mais au vu de la "loterie" niveau DayStar Quark, je ne privilégie pas cette solution.
       
      Enfin, pour du visuel principalement, est-il conseillé un montage télécentrique (perte de bande passante générale mais uniforme sur toute l'image) ou un montage collimaté (bande passante plus fine mais dans un sweet spot)?
       
      Merci!
    • By Blink
      Bonjour !
      J'ai acheté récemment un Celestron 9.25 XLT fastar d'occasion (fabriqué en 2015)
       
      Or il s'avère que le support du secondaire tourne : on lui fait faire facilement 360° à la main. D'où les questions épineuses suivantes : 
       
      -Vais-je pouvoir le collimater? (sur étoile)
      -Faut-il que ce support du secondaire soit fixe, et ne me sentant pas l'âme d'un aventurier de l'optique, sauriez-vous qui peut arranger cela (région bordelaise)?
       
      Merci pour les conseils
       

    • By lpalbou
      Bonjour à tous,
       
      Je suis dans les expérimentations ces jours-ci, notamment car je viens tout juste de racheter un Takahashi 76-DC à Simon (merci Simon !). A priori, ce scope est idéal avec un Quark puisqu'à F7.5, on atteint F31.5. Sans doute un peu d'over sampling avec la 174mm, mais ça dépend aussi des conditions d'observations, comme toujours. L'avantage du scope : sa taille (53cm), sa portabilité (1.5kg) et bien sûr, son optique.. 76mm n'aura jamais la même résolution qu'un 120 ou 150, mais c'est assez pour voir des détails assez fins et surtout, ça rentre dans mon sac à dos.
       
      Ce n'est pas un test complet car nous n'avons que de la pluie et des nuages et je n'ai pu faire que de l'imagerie opportuniste entre les nuages.. et parfois même au travers de nuages fins.. Les conditions sont donc bien loin d'être idéales, mais en attendant, j'ai testé ce que j'ai pu.
       
      Commençons par l'une des meilleures captures.
       
      Original sans gamma, sortie AS4 :

       
      Même image traitement simple avec IMPPG:

       
      Et en sortie photoshop (stretch / contraste):

       
      Avec couleurs:

       
       
      PS : pour ceux qui sont curieux et parce qu'il y a 1001 façon de traiter l'image sur IMPPG:


       
       
       
  • Upcoming Events