Sign in to follow this  
Joël Cambre

Galileo: la victoire de l'Europe

Recommended Posts

Source Yahoo actualités: Malgré l’opposition des États-Unis, la Commission européenne a réussi à imposer l’interopérabilité des deux systèmes de positionnement par satellite. «Ils ont accepté l'inévitable», explique à ZDNet, le responsable européen des négociations.
Les discussions à bâtons rompus entre les États-Unis et la Commission européenne auront duré trois ans. Ces négociations avaient pour but de garantir l'interopérabilité entre l'actuel système de géolocalisation par satellite américain, GPS (Global Positioning System), et son futur concurrent européen Galileo.
Au final, les deux systèmes seront bien compatibles, en vertu d'un accord conclu lors d'ultimes séances de pourparlers, les 24 et 25 février dernier, selon les précisions apportées à ZDNet par Heinz Hilbrecht, responsable des transports terrestres à la Commission européenne, qui a conduit les négociations du côté européen. «Devant notre forte détermination, les Américains ont simplement accepté l'inévitable et se sont résolus à coopérer», explique le négociateur. Un accord de principe qui devrait être formellement signé dans les semaines à venir, ajoute-t-il.
À l'origine, les États-Unis s'étaient pourtant opposés à cette cohabitation, mettant en avant des risques d'interférences. L'interopérabilité GPS/Galileo était, selon une intense campagne de lobbying, potentiellement dangereuse pour leur sécurité nationale, mais également pour l'Alliance atlantique (Otan).
«Ils ont commencé par nous proposer des signaux qui n'étaient pas acceptables de par leur fiabilité, puis ils ont progressivement opté pour une vision symétrique du problème. Au début, il n'était question que de la protection du GPS. Par la suite, nous parlions autant de la sécurité de Galileo.»
Ainsi les États-Unis voulaient pouvoir brouiller tous les signaux de positionnement par satellite dans des "zones de crise" (surtout des régions de conflits militaires), afin de protéger leurs forces d'intervention. «Cela sera possible, mais nous pourrons faire de même», indique Heinz Hilbrecht.

Commentaire: Voilà qui fait plaisir. L'Europe qui gagne... Galileo revient de fort loin! Je me rappelle du scepticisme général à son sujet il y a 5 ans.

[Ce message a été modifié par Joël Cambre (Édité le 29-02-2004).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

Les américains, ils commencent à nous brouiller l'écoute...

[Ce message a été modifié par BobSaintClar (Édité le 28-02-2004).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Des fabricants de GPS professionnels made in US fonctionnant en mode différentiel notamment sont déjà prêt pour la norme européenne...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Mince alors je vieillis, j'ai mis 5mn à comprendre ! C'est vrai bob, excellent !

Cathie

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bien ri de la blague de BobSaintClar...

Pour en rajouter une couche dans le mode sérieux, c'est bon de briser les monopoles US. Un exemple parmi d'autres issu de mon ancien milieu professionnel: Il y a quelques années, les liaisons par valise INMARSAT de certains Français à destination de Paris se sont brusquement interrompues au plus mauvais moment d'une crise en Afrique, pour reprendre juste après. Une crise où les intérêts français étaient of course en contradiction avec ceux des CowBoys...

C'est bien pour ça que pour nous astronomes amateurs dont certains sont équipés GOTO + GPS il vaut mieux GOTO + GALILEO, car sinon un de ces quatre le pauvre gus qui monte au Champ du Feu (Vosges du Nord) verra son GPS lui indiquer qu'il se trouve en Sibérie...

Moi pas vouloir relancer débat sur GOTO or not GOTO!

Share this post


Link to post
Share on other sites
De plus, l'Europe s'est associée avec la Chine pour ce projet, ça doit d'autant plus énever les Américains.

François

Share this post


Link to post
Share on other sites
Euh y a un truc qui m'échappe:
la comptabilité des systèmes fait que les US pourront creer des zones "crises"/brouillés pour GPS et Galilèo???
Si c'est ça, nos chers valeureux négoicateurs ses sont fait avoir!!
Merci de vos éclairages

Share this post


Link to post
Share on other sites
Tu as raison Astropier, on a du se faire avoir et accepter ce compromis pour ne pas trop affronter las Américains qui ne voulaient pas entendre parler de Galileo au départ, mais que faire d'autre, qui c'est les plus forts en ce moment? Espérons simplement que G.Bush ne sera pas réélu, ça limitera peut être les "zones de crise"
Le compte rendu victorieux Européen rappelle un peu, toutes proportions gardées, les comptes rendus du ministre de l'information de Saddam au début de la guerre, genre:«Devant notre forte détermination, les Américains ont simplement accepté l'inévitable et se sont résolus à coopérer»...

François

[Ce message a été modifié par debricon (Édité le 01-03-2004).]

[Ce message a été modifié par debricon (Édité le 01-03-2004).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Vous oubliez tous les deux que les US voulaient garder le monopole mondial du positionnement par satellite, qu'ils ont actuellement avec le GPS. Donc qu'ils voulaient torpiller Galileo!
Echec pour eux sur toute la ligne.
Ils devront partager le marché mondial avec Galileo et ils pourront brouiller (on pouvait pas le leur interdire sur leur propre système quand même) mais nous aussi on pourra brouiller si ça s'avère nécessaire (guerre où l'Europe est impliqué par exemple).
En somme il faudra éviter d'aller observer les étoiles là où ça frite quand on sera équipé Goto + Galileo...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ouais, j'ai du mal à imaginer que l'Europe prenne le risque d'un affrontement direct avec les USA en allant brouiller le GPS sur une zone d'intervention militaire américaine, d'autant plus qu'il n'y aurait pas d'unité Européenne sur une telle décision, par contre je pense que les USA auront beaucoup moins de scrupules à brouiller notre Galileo s'ils estiment que leur sécurité l'exige, et on ne pourra que protester avec véhémence.

François

Share this post


Link to post
Share on other sites
Petite précision, quand on parle de signal GPS brouillé, il faut se poser la question, brouillé pour qui et par qui.

Il n'y a pas un signal GPS, mais « plusieurs » signaux GPS. Celui qui est accessible au commun d'entre nous peut, en effet, être rendu plus ou moins précis par les américains. Les autres signaux (non accessibles aux GPS grand public) sont quant à eux pleinement fonctionnels. Ainsi en Irak, votre LX200 GPS risque de se tromper de plusieurs centaines de mètres, le militaire américain à côté de vous avec son GPS, aura sa position exacte.
Il n'y a donc pas arrêt du service mais dégradation de la position donnée à l'utilisateur lambda et maintient de la totalité du service pour les utilisateurs autorisés.

Ensuite, il faut réaliser que si le système est brouillable par ses concepteurs, c'est qu'il peut l'être aussi par qui s'en donne les moyens. Ainsi lors de la guerre en Irak en 2003, à de nombreuses reprises, il a été fait état dans la presse du brouillage du GPS par les irakiens ( cf Libération du 25 mars 2003 ou, même journal, le 27 mars 2003).

L’annonce sur Galiléo constitue donc bien une excellente nouvelle pour l’Europe (et le reste du monde)car elle permet de mettre fin à une dépendance unilatérale et ouvre des potentiels de développements économiques vertigineux. Enfin, l'accord sur la possibilité de brouillage réciproque n'est qu’un moyen « d’encadrer » une pratique techniquement simple à mettre en oeuvre et dont la nécessité – certes soumise à un certain arbitraire- ne fait guère de doute en cas de « crise » grave.


------------------
A+
Damien

[Ce message a été modifié par acrux974 (Édité le 05-03-2004).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 24 minutes, jackbauer 2 a dit :
il y a une heure, Bill46 a dit :

Mais je ne savais pas trop où le caser

 

Il y a ce vieux post :

http://www.astrosurf.com/topic/17051-galileo-la-victoire-de-leurope/

 

Mais bon, il n'a jamais été alimenté depuis cette époque...

 

Alors je vais faire un gros déterrage à la pioche ! Je déplace le message dans ce fil.

 

Suite à un appel d'offres ouvert par le biais de l'ESA, la Commission européenne a attribué ce jour deux contrats de 1,47 milliards d'euros pour la fourniture de 12 satellites Galileo de 2nde génération à Thales Alenia Space (Italie) et  Airbus Defence & Space (Allemagne) avec 6 satellites à fournir par chacun des deux groupes. Les contrats seront formellement signés à la fin janvier. Les premiers satellites devraient être mis en orbite à compter de fin 2024. 26 satellites de première génération de la constellation Galileo sont actuellement en orbite. Les engins de la génération suivante seront plus performants car dotés de technologies innovantes avec des antennes numériques configurables, des liaisons entre satellites, de nouvelles horloges atomiques plus précises et l'utilisation de la propulsion électrique, qui leur permettront d'être plus résilients, plus robustes que leurs aînés garantissant un réseau doté d'une plus grande fiabilité et précision.

 

https://ec.europa.eu/defence-industry-space/commission-awards-eu147-bn-contracts-launch-2nd-generation-galileo-satellites-2021-01-20_en

 

Galileo.jpg

Edited by Bill46
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this