bruno beckert

Le projet SPHERE

Recommended Posts

SF, Bob :

 

Vous avez raison, mieux vaut une image floue et moche où on ne distingue rien, ça c'est l'astro !

Celles de SPHERE avec tous ces détails c'est du fake à 100 %, vous avez raison elles sont malhonnêtes probablement

tsssss.....

  • Confused 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Photographier la Lune
Guide complet pour la photographier de la Lune.
Information et commande sur www.photographierlalune.com
Il y a 2 heures, jackbauer 2 a dit :

Vous avez raison, mieux vaut une image floue et moche où on ne distingue rien, ça c'est l'astro !

Celles de SPHERE avec tous ces détails c'est du fake à 100 %, vous avez raison elles sont malhonnêtes probablement

tsssss.....

 

Euh, tu m'excuses, mais j'ai jamais dit ça, dans la mesure où je connais à peu près tout le monde à l'ESO, et singulièrement chez Sphere, je te suggères de garder tes réflexions à la c.n pour toi.

 

Je dis juste que ces images sont totalement différentes que ce que nous montrent généralement les OA (Hebe est un très bon exemple) on peut voir aussi Titan Io, Uranus, Neptune, etc, ça n'a rien à voir, avec ces images zarbi, et qu'à titre perso, je n'aime pas, ça me semble terriblement surtraité.

Point.

 

S

Edited by Superfulgur
Correction du texte

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 8 heures, BobMarsian a dit :

Aussi, le limbe taillé au rasoir me semble un peu trop net pour être tout à fait honnête !

 

Oui, alors que les images de Hebe montraient encore les px...

 

Je viens de mesurer Pallas : 295 pixels, à la louche, je vais chercher le diamètre apparent pour voir quel échantillonnage ça fait...

 

S

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bon, sauf erreur, en admettant que Pallas ait été photographié à l'opposition, il mesurait 0.6''

 

L'image présentée ici mesure 295 pixels, à la louche.

 

Sauf erreur, on a donc un échantillonnage de 0.002'', quand la résolution du VLT est, au mieux, de 0.015"

 

Voilà voilà... 

;)

S

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ça voudrait dire que l'image originale aurait été prise avec un échantillonnage raisonnable, genre 0,007" (ce qui donnerait 80/90 pixels), et qu'elle aurait été zoomée pour la présentation aux médias avec un traitement pour que ça ne se voie pas ? Si c'est ça, il faudrait comparer avec l'image originale pour voir ce que le traitement a rajouté (et il faudrait surtout montrer l'image originale !).

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 6 heures, Kaptain a dit :

Jamais contents : floutez l’image de SPHERE et vous obtiendrez celle de Hubble, ce qui est tout bonnement extraordinaire...

 

Citation

jackbauer 2


SF, Bob :
Vous avez raison, mieux vaut une image floue et moche où on ne distingue rien, ça c'est l'astro !
Celles de SPHERE avec tous ces détails c'est du fake à 100 %, vous avez raison elles sont malhonnêtes probablement
tsssss.....

 

Wow ! Ne vous méprenez pas sur mes intentions.  Si j'ai posté les images du HST, c'est bien pour montrer l'énormité des performances de l'instrument SPHERE de l'ESO, là où, par exemple, le Gemini Planet Imager ne produit rien !
Donc, c'est plus une opinion perso. sur la forme que sur le fond.

En fait, j'aurais souhaité un style d'image "spatial" réaliste comme pour (21) Lutetia vu par Rosetta en approche lointaine vs (324) Bamberga, à gauche (selon SPHERE) :

 

324-Bamberga-SPHERE_21-Lutetia-Rosetta.png.af345ce5b8bd456c0de2b136a594a473.png

http://www.eso.org/public/images/potw1749a/?utm_source=Twitter&utm_medium=social&utm_campaign=SocialSignIn

http://lesia.obspm.fr/21-Lutetia-un-residu-des.html

 

PS :  je me demande ce que donnerait l'utilisation de SPHERE sur des planètes naines comme Makemake (mag. 17,1), Haumea (mag. 17,4) ou Eris (mag. 18,8) ?

Quelle est la limitation en luminosité ?
Ce serait fou d'obtenir des détails sur des mondes aussi lointains, ... j'en rêve  9_9

Edited by BobMarsian
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 10 minutes, BobMarsian a dit :

PS :  je me demande ce que donnerait l'utilisation de SPHERE sur des planètes naines comme Makemake (mag. 17,1), Haumea (mag. 17,4) ou Eris (mag. 18,8) ?

Quelle est la limitation en luminosité ?
Ce serait fou d'obtenir des détails sur des mondes aussi lointains, ... j'en rêve

 

Bob, je crois que le com de Jackbauer, qui m'a assez énervé aussi, dépassait sa pensée...

 

Bref,

 

C'est koi, les distances de Haumea ou Eris, STP, que je calcule leur diamètre apparent ? A mon avis, ils sont trop petits et trop lointains pour être résolus par Sphere, ou alors sur quelques pixels...

 

S

Share this post


Link to post
Share on other sites

Haumea est à 50 UA en moyenne, ce qui lui fait 64x47x28 milli-arcsec de dimension, mais surtout avec ses anneaux à 0.063" de rayon (~0.030" mini de la surface), ça serait peut-etre une cible sympa à imager pour une confirmation directe des anneaux... mais peut-etre un peu faiblard tout ça, non?!

Nicolas

Edited by biver

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 47 minutes, Superfulgur a dit :

C'est koi, les distances de Haumea ou Eris, STP, que je calcule leur diamètre apparent ? A mon avis, ils sont trop petits et trop lointains pour être résolus par Sphere, ou alors sur quelques pixels...

 

S

 

Au 05/12/2017 :

(134340) Pluton --------- 34.26 UA - mag.V = 14.7 - D = 2377 km
  (50000) Quaoar -------- 43.84 UA - mag.V = 18.9 - D = 1110 km
(136108) Haumea ------ 51.11 UA - mag.V = 17.4 - D = 1595 km (D moy., grand axe = 2322 km)
(136472) Makemake -- 52.82 UA - mag.V = 17.2 - D = 1430 km
  (90377) Sedna --------- 84.30 UA - mag.V = 20.8 - D =   906 km
(225088) 2007 OR10 ---88.07 UA - mag.V = 21.4 - D = 1535 km
(136199) Eris ----------- - 95.54 UA - mag.V = 18.8 - D = 2326 km

Edited by BobMarsian

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 49 minutes, biver a dit :

Haumea est à 50 UA en moyenne, ce qui lui fait 64x47x28 milli-arcsec de dimension, mais surtout avec ses anneaux à 0.063" de rayon (~0.030" mini de la surface), ça serait peut-etre une cible sympa à imager pour une confirmation directe des anneaux... mais peut-etre un peu faiblard tout ça, non?!

 

Bon, ben voilà, la résolution de Sphere, c'est 16 milliarsec, donc Haumea, ce sera 4 pixels........................

 

Les autres, j'ai le flemme de faire la règle de 3, mais en gros, on sera entre 2 et 4 pixels, avec une exception pour Pluton, avec 10 pixels, ça fait pas des masses !

 

Pour les anneaux, Nicolas, à mon humble avis, on peut oublier...

 

S

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les auteurs viennent de me dire que Pallas était à 0.44'' !

 

On a donc un pixel à 0.0015''...

 

No comment, ou plutôt, si commentaire d'un astronome Français très grand utilisateur de Sphere : "C'est vrai que les images sont beaucoup trop traitées, c'est vraiment dommage."

 

Voilà voilà...

 

S

Share this post


Link to post
Share on other sites

Dans la série, ... quelques résultats anciens & récents d'imagerie d'astéroïdes en OA :

 

5a3450f6b9565_(511)Davida_320km_Keck_20021226.thumb.jpg.e8a6ed456b904a8a424a7c8f9c83ab59.jpg

 

(3) Juno - Mt. Wilson, Obs. Hooker (2003)

5a34516112f58_(3)Juno_Mt.WilsonObs._Hookertelescope_2003.jpg.24c25a8e49bbed06d2cca060107792e0.jpg

 

(130) Elektra - Keck II / NIRC2   (2003) ------> celle du haut
(130) Elektra - VLT-SPHERE / IFS (2014) ---> les deux du bas

5a3451bbd8435_(130)Elektra_KeckII-Nirc2-2003_VLT-UT3-SPHERE-IFS-2014_Hanu_2017a_m.png.8c99763183b588a059469860ed8d96e9.png

 

5a345200e38a9_(216)Kleopatra_W.M.KeckII-AO-NIRC2-2008_Hanu_2017b_m.png.f2f2d6f1e38a890a40f775fac3930b88.png

    W.M. Keck II / NIRC2 (2008)

 

Pour info, le couple  Keck II (AO) / Nirc2 fournissait une résolution d'~ 45 mas vers 2,2 microns sur des cibles de mag.V < 13,5, ... pour atteindre actuellement 33 mas (lambda ~ 1.6 microns) et ce depuis 2007 !     


W.M. Keck II / NIRC2 :
- Adaptive optics and lightcurve data of asteroids: twenty shape models and information content analysis.
      Viikinkoski et al. (2017) - https://arxiv.org/abs/1708.05191
- Volumes and bulk densities of forty asteroids from ADAM shape modeling.
      Hanuš et al. (2017b) - https://arxiv.org/abs/1702.01996

 

Keck II / NIRC2 & VLT-SPHERE :
- Shape model of asteroid (130) Elektra from optical photometry and disk-resolved images from VLT/SPHERE and Nirc2/Keck.
      Hanuš et al. (2017a) - https://arxiv.org/abs/1611.03632

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Communiqué de l’ESO (en français) :

https://www.eso.org/public/france/news/eso1811/?lang

 

SPHERE révèle une formidable variété de disques autour de jeunes étoiles

 

De nouvelles images acquises par l’instrument SPHERE installé sur le Very Large Telescope de l’ESO révèlent, avec des détails insoupçonnés, les disques de poussière autour de jeunes étoiles proches. Tous arborent des formes, des dimensions ainsi que des structures différentes, et témoignent des probables effets des processus de formation planétaire.

 

 

000eso.jpg

  • Like 1
  • Love 2
  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 5 minutes, jackbauer 2 a dit :

SPHERE révèle une formidable variété de disques autour de jeunes étoiles

 

giphy.gif

Share this post


Link to post
Share on other sites

Après Pallas, c'est au tour de Vesta d'avoir le portait tiré.

A gauche l'image de SPHERE, à droite celle de la sonde DAWN

 

http://www.cieletespace.fr/actualites/le-vlt-detaille-une-montagne-sur-vesta

« …La précision atteinte par SPHERE est meilleure que ce qu’attendaient les astronomes, si bien que l’instrument est utilisé pour faire de la géologie sur les astéroïdes. Ce n’est pas son objectif principal, le but étant avant tout de photographier directement des exoplanètes. Hélas elles manquent à l’appel… »

 

Lien vers le communiqué de l’ESO :

http://www.eso.org/public/images/potw1826a/

 

 

00vest.jpg

  • Like 1
  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

"The shape of (7) Iris as evidence of an ancient large impact ?"
 Josef Hanuš et al. - https://arxiv.org/abs/1902.09242  (25 fév. 2019)

 

Le système VLT/SPHERE/ZIMPOL fait encore des merveilles sur l'astéroïde de la ceinture principale (7) Iris (a = 2,386 UA), de type S.

Imagerie durant deux nuits consécutives (10 & 11 octobre 2017) où Iris était proche de sa distance mini. avec la Terre (0,90 & 0,89 UA) et apparaissait sous des diamètres angulaires de 0,329 & 0,333 arcsec !
Un pixel de VLT/SPHERE sous-tend un angle de 3,6 mas correspondant à ~ 2,3 km sur Iris.  
Résultats :
 - Diamètre de la sphère equivalente = 214 ± 5 km
 - Densité  ρ = 2,7 ± 0,3 g/cm−3,  consistant avec les météorites de type chondrite ordinaire LL
 - Iris n'est, apparemment, pas la source d'une famille collisionnelle identifiable.

Egalement :   albédo  pV = 0,252,  P rot. = 7,139 h

 

5c758f09e1c1a_(7)Iris_VLT-SPHERE-ZIMPOL_Hanu_2019.png.f571986537e034807e433b587c5145fa.png

Edited by BobMarsian
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un nouveau communiqué de l'ESO concernant SPHERE :


https://www.eso.org/public/france/news/eso1918/?lang

 

Des observations effectuées au moyen de l’instrument SPHERE qui équipe le Very Large Telescope (VLT) de l’ESO invitent les astronomes à classer l’astéroïde Hygiea parmi les planètes naines. Ses dimensions le situent en quatrième position des objets les plus gros de la ceinture d’astéroïdes après Cérès, Vesta et Pallas. Pour la toute première fois, et grâce à des clichés dotés d’une résolution suffisamment élevée, les astronomes ont pu étudier sa surface, déterminer sa forme ainsi que sa taille. Il est ainsi apparu qu’Hygiea arbore une forme sphérique, et détrône probablement Cérès de son rang de planète naine la plus petite du Système Solaire.
(...)
L’équipe a également utilisé les observations de SPHERE pour contraindre la taille d’Hygiea, et établir son diamètre à quelque 430 km.

 

 

Hygiea.jpg

Hygiea 2.jpg

 

 

hygiea 3.JPG

Hygiea 4.JPG

Edited by jackbauer 2
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, jackbauer 2 a dit :

L’équipe a également utilisé les observations de SPHERE pour contraindre la taille d’Hygiea, et établir son diamètre à quelque 430 km.

 

D sphère volume équiv. = 434 ± 14 km
Densité = 1,944 ± 0,250 g/cm3
Période de rotation ~ 13,8 h

 

"Here, we report high-angular-resolution imaging observations of Hygiea with the VLT/SPHERE instrument (~20 mas at 600 nm) that reveal a basin-free nearly spherical shape with a volume-equivalent radius of 217 ± 7 km, implying a density of 1,944 ± 250 kg m−3 to 1σ. In addition, we have determined a new rotation period for Hygiea of ~13.8 h, which is half the currently accepted value."

 

"A basin-free spherical shape as an outcome of a giant impact on asteroid Hygiea"
Nature Astronomy  (28/10/2019),  Pierre Vernazza (LAM) et al.
https://www.nature.com/articles/s41550-019-0915-8

Edited by BobMarsian

Share this post


Link to post
Share on other sites

Après Iris, Hygiea et quelques autres avant, c'est au tour de (704) Interamnia de faire l'objet d'un papier d'après les observations de la combinaison d'optique adaptative ultra performante (quasi miraculeuse !) de l'ESO  : VLT/SPHERE/ZIMPOL + la modélisation 3D ADAM (All-Data Asteroid Modeling).  Quatre résultats d'occultations stellaires (1996, 2003, 2007 et 2012) sont également prises en compte.

 

"(704) Interamnia: A transitional object between a dwarf planet and a typical irregular-shaped minor body "  -  Josef Hanuš et al.
https://arxiv.org/abs/1911.13049  (29 nov. 2019) ---> Astronomy & Astrophysics (2 déc. 2019)

 

Interamnia représente le 5ème astéroïde de ceinture principale (MBA) en terme de taille après Cérès, Vesta, Pallas et Hygiea et devant les quatre avec D > ~ 250 km :
     (52) Europa  (D = 314 ± 5 km, Hanuš et al. 2017),
   (511) Davida  (D = 311 ± 5 km, Viikinkoski et al. 2017),
     (65) Cybèle  (D = 296 ± 25 km, Viikinkoski et al. 2017),
     (31) Euphrosyne  (D = 282 ± 10 km, Masiero et al. 2013).

 

Observations en août-sept. 2017  et  déc. 2018 / janvier 2019
Lambda central :  645.9 nm,  largeur :  56.7 nm,  durée d'exposition :  200 secondes
Au plus près (sept. 2017) à 1,74 UA de la Terre (et 2,60 UA du Soleil) ---> diamètre angulaire = 0,261" (soit 80 pixels)

 

La modélisation sugère qu'à l'instar de Cérès & d'Hygiea (type C), Interamnia contient une large fraction de glace d'eau consistante avec une apparente déplétion de cratères !
Sa forme reste compatible avec le modèle d'un ellipsoïde en équilibre hydrostatique  (a = 362 ± 8 km,  b = 348 ± 8 km,  c = 310 ± 8 km)
   Diamètre (volume équivalent) D = 332 ± 6 km
   Masse = (3.79 ± 1.28) x 10E19 kg
   Densité ρ = 1.98 ± 0.68 g/cm3  vs  Cérès (2.161 ± 0.003, Park et al. 2019) & Hygiea (1.94 ± 0.25, Vernazza et al. 2019)
   Période de rotation P = 8.71236 h

 

Une petite déception concernant l'albédo dont aucune valeur n'est proposée dans l'article, ... sauf oubli de ma part !

 

5de51dc67dafd_(704)Interamnia_VLT-SPHERE-ZIMPOL_Hanu_2019_2.png.76507d62348ce60e0b8fe80946d3e000.png

Edited by BobMarsian
  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 02/12/2019 à 15:21, BobMarsian a dit :

Interamnia représente le 5ème astéroïde de ceinture principale (MBA) en terme de taille après Cérès, Vesta, Pallas et Hygiea et devant les quatre avec D > ~ 250 km :
     (52) Europa  (D = 314 ± 5 km, Hanuš et al. 2017),
   (511) Davida  (D = 311 ± 5 km, Viikinkoski et al. 2017),
     (65) Cybèle  (D = 296 ± 25 km, Viikinkoski et al. 2017),
     (31) Euphrosyne  (D = 282 ± 10 km, Masiero et al. 2013).

 

A noter qu'autour de ce dernier astéroïde (31) Euphrosyne, l'instrument SPHERE/ZIMPOL du VLT a permis de repérer un satellite plus faible de 8 magnitudes (===> D ~ 6 km), orbitant en 1,2 jours à 677 km de distance (demi-grand axe).
Il s'agit de second astéroïde numéroté après (22) Calliope (et avant (41) Daphné) autour duquel une lune a été découverte ...

 

Réf.   CBET 4627  (17 mai 2019),  Pierre Vernazza (LAM) et al.  
https://pdssbn.astro.umd.edu/cbet/2019/4627.html

 

Pas d'imagerie SPHERE d'Euphrosyne encore publiée, mais une présentation a été faite lors du dernier congrès EPSC-DPS en septembre :
"Extreme AO Observations of 31 (Euphrosyne) and NIR Spectroscopy of the Euphrosyne Family."

 Bin Yang (ESO) et al.
https://meetingorganizer.copernicus.org/EPSC-DPS2019/EPSC-DPS2019-1011-1.pdf

Edited by BobMarsian
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Citation

Il s'agit de second astéroïde numéroté après (22) Calliope (et avant (41) Daphné) autour duquel une lune a été découverte ...

 

Qu'est-ce que tu veux dire par cette affirmation ?

Car il existe plusieurs centaines d'astéroïdes binaires. Et il existe une petite poignée d'astéroïdes tertiaires.

 

Marc

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Gribol a dit :
Citation

Il s'agit de second astéroïde numéroté après (22) Calliope (et avant (41) Daphné) autour duquel une lune a été découverte ...

 

Qu'est-ce que tu veux dire par cette affirmation ?

Car il existe plusieurs centaines d'astéroïdes binaires. Et il existe une petite poignée d'astéroïdes tertiaires.

 

Marc

 

Je me suis sans doute mal exprimé.
Je voulais dire que dans l'ordre croissant de la numérotation des astéroïdes depuis Cérès (et aussi des découvertes au moins au début),  (22) Calliope,  puis (31) Euphrosyne,  et ensuite (41) Daphné,  étaient les premiers de la liste à posséder un satellite (enfin découverts jusqu'à présent) ...

 

Source :  Johnston's Archive (Dr. Wm. Robert Johnston) - Asteroids with Satellites
                http://www.johnstonsarchive.net/astro/asteroidmoons.html  

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour ceux qui s'interrogeraient sur l'aspect artificiel de ces images d'astéroïdes, la réponse se trouve en partie sur cet article : https://arxiv.org/abs/1501.05958.

 

Pour faire court : à partir d'une série de clichés, on cherche une approximation polyédrique à l'objet imagé, et on raffine jusqu'à être en accord avec les données (bruitées). Donc on ne débruite pas de façon magique les clichés, au contraire, on part d'une hypothèse d'une forme telle qu'elle apparaitrait sur une image parfaite, que l'on dégrade ensuite pour reproduire les caractéristiques de l'instrument, et on ajuste la forme de départ de façon itérative. Effectivement, à aucun moment on ne voit la finesse de détail du modèle dans les images brutes, mais il faut garder à l'esprit que c'est parce qu'on dispose de plusieurs clichés (sous des angles et des angles d'éclairement différents, ce qui est le point essentiel). Cela peut paraître douteux, mais gardez à l'esprit que depuis des lustres il existe une technique permettant de déterminer les formes des objets sans jamais les résoudre : avec les occultations. Ici, on ne fait plus de la forme projetée (2D) à partir de la seule photométrie (ce que font les occultations), mais des formes 3D à partir de l'imagerie.  Mais le principe reste le même : extraire des informations à des échelles inférieures à la limite de résolution. Exemple pour Arrokoth (ex. Ultima Thulé) : le diamètre des lobes a été déterminé à quelques pourcents près, alors que la taille angulaire du machin sur le ciel était de l'ordre de 30 km / 43 ua = 1 mas.

 

  • Like 2
  • Thanks 4

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now