Sign in to follow this  
jackbauer 2

Ciel & espace nouvelle formule !

Recommended Posts

Je viens de recevoir le n° d'avril de C&E : il fait toujours 100 pages pour 4,90 € (même format)
Ce qui change à première vue c'est le logo (pas de barre dans le A de "Espace" (??? !!)mais à l'intérieur ça ne change pas des masses. Lisons l'éditorial d'Alain Cirou : il s'avère "qu'avec notre nouveau partenaire américain, SKY AND TELESCOPE, nous enrichissons nos pages de contenus observationnels et pratiques,...nous nous engageons sur le plan environnemental en choisisant un papier issu de la filière dite de bois durable, avec l'assurance que chaque arbre arraché pour fabriquer un journal est replanté à l'identique..."
Sympa, mais à mon avis il doit s'agir un simple conifère ou tout au plus un peuplier, en aucun cas un arbre précieux importé d'Afrique.
Allons voir ce fameux apport de SKY AND TELESCOPE, qui se présente sous la forme d'un article traduit en français.
Et là c'est l'occasion de rigoler un peu :
"Les nuits blanches, casse-tête des astronomes"
Sur 4 pages le journaliste américain nous livre ses conseils pour lutter contre le sommeil durant les longues nuits d'observation.
exemples : manger pour garder les yeux ouverts (mouais ça explique peut-être l'obesité galopante par la-bas...), bien éclairer la pièce où vous vous trouvez (???)manger du boeuf, du poisson, des oeufs ou encore des amandes, de l'avocat, de la banane, des graines de potiron ou de sésame (arf arf arf)maintenir la température fraiche (hi hi hi moi dans le nord j'ai pas de problème)s'étirer ou se dégourdir les jambes périodiquement (non ???!!)
S'en suit des conseils pour ensuite s'endormir au petit matin : "manger du sucré en buvant du lait chaud, ou une infusion de camomille ou de citronnelle, parfumer votre chambre avec des senteurs de lavande, de cèdre ou de citron (j'ai du jex four ça devrait marcher ?)maintenir votre chambre dans l'obscurité totale (mais oui !!! j'y penserais, promis)
Le sommaire de ce n° livre de très bons papiers : une interview d'Alfred Vidal-Madjar sur les futures observations du HST après réparation, la protection du ciel nocturne, le LHC, le Mauna Kea, ect...
A noter que le site de Ciel & Espace est lui aussi changé.

[Ce message a été modifié par jackbauer 2 (Édité le 21-03-2008).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

Bonjour!
Je ne trouve pas que le magazine a beaucoup changé, à part le logo. Peut-être y a-t-il plus d'illustrations dans les éphémérides? Par contre, pour celui qui n'a pas de logiciel ou pas internet, c'est un peu dommage de ne pas avoir les coordonnées des planètes (notamment, Uranus et Neptune).

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bonjour à tous

Il s'agit d'un "partenariat" sous forme d'un simple achat d'articles et de fond iconographique. Toutes les revues astro françaises ont ete demarchees y compris la notre ("l'Astronomie" qui est en kiosque depuis janvier 2008) par une societe prestataire de S&T.

S&T connait de gros problemes du fait d'une fuite progressive de ses annonceurs et a ete oblige de revoir ses prestations a la baisse. En compensation, elle vend son contenu editorial et iconographique suivant deux
modalites : achat pur et simple d'articles ou licence autorisant le client a utiliser l'image et le nom de S&T. Tout cela est tres onereux et c'est la raison pour laquelle nous n'avons pas donne suite, considerant que ce n'est pas au lecteur europeen d'une revue française de payer pour une revue americaine de moins en moins ouverte aux travaux venus d'ailleurs.

C&E n'est pas la seule revue en Europe a etre devenue "partenaire" de S&T. "Astronomie Heute" en Allemagne en est un autre exemple qui est devenu une
copie presque conforme de la maquette du S&T americain mais en allemand.

L'accord est bien sur unilateral : ce "partenariat" payant n'instaure aucune passerelle privilegiee pour permettre a des amateurs français de rediger dans S&T meme benevolement comme nous le faisions par le passe.

Malgre toute l'estime que nous pouvons avoir pour nos amis amateurs et professionnels americains, il nous a semble qu'il y avait assez de ressource editoriale en Europe pour ne pas avoir besoin d'une bequille venue d'Outre Atlantique cherement payee. Visiblement, tout le monde n'a pas cet avis.

Philippe Morel.

[Ce message a été modifié par astrocomets (Édité le 23-03-2008).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
humm C&E ne parle pas d'achat d'article mais de partenaria, ce qui est sans doute plus vendeur.. attention a eux s'ils instistent trop dans cette voie...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Salut Fredo,

Bien sur qu'il ne parleront jamais d'autre chose que de partenariat, pas plus que nous ne l'aurions fait dans leur situation car annoncer qu'on achète des articles peut êttre interprété par le lecteur par "ils doivent aller chercher ailleurs ce que leur équipe de rédaction ne peut leur fournir" alors que la notion de partenariat sera le plus souvent regardée par le même lecteur par "en plus de leur contenu habituel, ils nous offrent une diversité supplémentaire.".

S&T est devenue une revue presque dédiés aux journalistes chers à Alain Cirou et la place des amateurs, surtout extra américains y est plus que réduite. Résultat : pour les habitués des contributions occasionnelles pour cette revue que nous étions, nous allons voir ailleurs et cette revue connaîtra tôt ou tard le problème d'un allègement de son contenu éditorial, comme d'ailleurs toutes les revues qui à un moment ou un autre ont tourné le dos aux non professionnels de la rédaction. Elle ne pourra alors plus vendre à ses "partenaires" un contenu éditorial qui lui fera défaut, entrainant dans sa chute toutes les revues clientes utilisant largement les services payants S&T.

Philippe Morel.

[Ce message a été modifié par astrocomets (Édité le 23-03-2008).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ah çà !
Je suis scotché !
Merci pour l'info, Philippe, j'aurais jamais imaginé un truc pareil !

S

Share this post


Link to post
Share on other sites
Salut Serge,

Puisque les "coulisses de l'exploit" t'intéressent, voilà la suite :

Ayant été aux premières loges pour avoir moi même été contacté par Tim Clarke, le VRP de la société démarchant pour S&T, à propos d'une éventuelle association S&T-l'Astronomie, je peux te dire qu'en faisant l'intéressé, ce dernier m'a tout laché des tenants et aboutissants d'une telle proposition dont j'ai eu tous les détails. Voici la suite. Le simple achat d'articles les fournit dans leur version américaine à l'acheteur qui, en plus, doit les faire traduire à ses frais, donc, coût supplémentaire.

Bien sur, l'acheteur n'a pas accès à la parution en cours pour proposer du traduit en simultané de parution avec la version américaine. Ce qui est proposé, c'est du réchauffé ou des articles sans intérêt comme celui dont Jackbauer2 fait état et qui m'avait bien fait rire lors de son passage dans S&T il y a quelques mois. On choisit alors les aricles "achetables" dans une sélection opérée pas S&T.

La licence (utilisation du quasi ensemble et de l'image) était proposée hors négociation à 7,5% du chiffre d'affaire de chaque parution avec un minimum de 3000USD par parution. Une seule revue par zone géographique peut l'obtenir, donnant au plumé n°1, s'ils le trouvent, au cas où ce ne serait pas C&E, le privilège d'offrir s'il le souhaite une version copiée quasi intégralement dans sa langue de cette célèbre revue qui n'a plus rien à voir avec ce qu'elle était il y a encore 10 ans.

Heureusement que face à ces professionnels de la plume existent des revues où écrivent eux mêmes les plus grandes pointures de chacune des multiples facettes de l'astronomie et qu'en France deux d'entre elles résistent à la tentation consistant à rémunérer leurs auteurs, ce qui leur garantit d'avoir affaire à des auteurs dont le but principal est le partage des connaissances et des expériences.

Quant à la définition de "journaliste" elle n'exige formellement aucune formation comme c'est le cas de bon nombre de professions tels les médecins ou avocats. ce titre est uniquement lié au caractère rémunéré de l'activité même si de plus en plus de rédactions sérieuses exigent un minimum. Une revue rédigée par des bénévoles ne peut donc avoir de "journalistes" et encore moins voir délivrer des cartes de presse à ses contributeurs.

Philippe Morel.

Share this post


Link to post
Share on other sites
astrocomets a écrit :

" Heureusement que face à ces professionnels de la plume existent des revues où écrivent eux mêmes les plus grandes pointures de chacune des multiples facettes de l'astronomie et qu'en France deux d'entre elles résistent à la tentation consistant à rémunérer leurs auteurs, ce qui leur garantit d'avoir affaire à des auteurs dont le but principal est le partage des connaissances et des expériences. "

Philippe, tu appuies souvent sur ce côté bénévole et gratuit, j'avoues ne pas bien comprendre pourquoi, d'une part, et secundo, cela me blesse dans la mesure où, justement, je gagnes ma vie en étant pas bénévole c'est, en quelque sorte, mon travail...

Il me semble que le bénévolat est formidable, mais est-ce vraiment une fin en soi ?

Si tu veux bien y réflèchir, à part les auteurs, ton journal est fait par des professionnels (des non bénévoles, si tu veux, qui gagnent leur vie comme çà, en travaillant, en quelque sorte) : ton secrétaire de rédaction, ton maquettiste, ton photograveur, ton imprimeur, ton routeur, ton libraire.

Sans eux, je te prie de me croire (je fais ce sale boulot depuis un quart de siècle : pas de journal !

En tant que professionnel de la plume (c'est à dire non bénévole, etc etc je ne suis pas sûr d'être plus nul qu'un auteur bénévole j'ai même la faiblesse de penser qu'un journaliste professionnel formé, etc, peut apporter une plus value à un journal bénévole. J'avais souris, par exemple, à la "faiblesse" de certains de vos titres dans l'avant dernier numéro, c'était pas méchant, mais là je m'étais dit : "effectivement, ce sont des amateurs, cela se voit".

Bref, on peut discuter à l'envie des mérites et des défauts de telle ou telle publication (il y en a une dont je connais particulièrement les défauts mais le clivage "bénévole" "professionnel" ne me semble pas particulièrement pertinent.

Est ce que l'ESO, la CFHT corp, emploient des... bénévoles ?

Superfulgur


[Ce message a été modifié par SBrunier (Édité le 25-03-2008).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bonjour
A mon sens il en faut pour tout le monde. Mais il est évident que l'on ne fait pas les mêmes choses et pas avec les mêmes moyens selon que l’on soit SAF, Astrosurf, Astromag ou C&E.

Ce que je fais par exemple au niveau des tests de Ciel et Espace serait difficile à mener de façon bénévole, on ne retrouve du reste pas une démarche aussi approfondie dans les autres revues car elles n'ont pas les mêmes moyens à y consacrer.

Je voyais aussi dans un autre fil de discussion des remarques sur la pub dans la nouvelle formule de c&e. Il n'y en a pas plus qu'avant donc de ce côté-là rien de pas nouveau.La pub contribue à apporter des moyens pour faire des sujets vraiment journalistiques avec des enquêtes et des reportages. Je pense notamment au sujet réalisé à Hawaï dans le dernier Ciel et Espace, ou encore l'interview des Volkov père et fils faite à Moscou. C&E a la chance d'avoir les moyens de le faire et c'est tant mieux !

Quant aux traductions de S&T, j'avais proposé de reprendre ce sujet sur le sommeil car il contient plein d'informations que l'on ne trouve pas si facilement. Le fait que la production de mélatonine soit interrompue même avec une source d'éclairement assez faible par exemple ne va pas de soi. En fait nous aurions tôt ou tard traité ce sujet que ce soit via une traduction ou un article maison. Comme dans le cas présent C&E reste libre du choix de ses sujets, pouvoir utiliser du contenu venant de S&T n’est là que pour apporter un plus aux lecteurs. Et contrairement à ce qu'explique P Morel nous avons également accès aux articles des numéros à venir.

Effectivement comme Serge, je ne comprends pas cette stigmatisation des journalistes. Je suis avant tout astronomes amateurs, mais j'ai aussi suivi une formation en information et communication scientifique et technique à Paris 7, sans laquelle j’aurais été bien en peine de me lancer et pouvoir faire ce que je fais aujourd’hui. De même, les autres rédacteurs de C&E ont suivi des formations dans ce domaine à l'exception de l'un d'entre eux formé sur le terrain, mais docteur en astrophysique.
Il suffit par ailleurs de lire C&E pour constater que nous faisons régulièrement appel à des gens extérieurs à la revue lorsque cela répond à un besoin. Ces intervenants extérieurs ne sont de fait pas toujours journalistes, mais néanmoins rémunérés comme des pigistes. Cette démarche vise à proposer un contenu aussi diversifié que possible aux lecteurs et à traiter au mieux les sujets que l'on choisit. Le hors série 2007 consacré à l'astrophoto par exemple a été réalisé en bonne partie par des astronomes amateurs (C. Cavadore, C. Buil, T. Legault, E. Beaudouin, A. Frich, P. Lecureuil) ; et nous travaillons actuellement sur un prochain hors série réalisé dans le même état d'esprit. Pour de tels n° il serait dommage de se priver de l'intervention d'auteurs de livres sur le sujet abordé, ou des grands spécialistes du domaine.
On peut voir également dans le dernier n° de C&E un sujet d'histoire écrit par James Lequeux astronome à l'observatoire de Paris, ...

C'est une approche pour faire cette revue, d'autres supports ont choisi une autre approche et ne font de ce fait pas le même type de magazine. Leurs objectifs et leurs ambitions sont autres et leurs publics ont d'autres attentes ; je pense notamment aux sujets très pratiques et parfois pointus de Astrosurf Mag. Certains de ces sujets seraient trop techniques pour C&E, mais c'est une chance pour les observateurs que JPC ait relancé une revue façon Pulsar. Je crois qu'il y a de la place pour tout le monde sans avoir besoin d'opposer les uns aux autres comme le font certains en essayant de souffler sans cesse sur des braises froides.


JLuc Dauvergne

[Ce message a été modifié par jldauvergne (Édité le 25-03-2008).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bonjour serge, bonjour Jean Luc,

Effectivement comme Serge, je ne comprends pas cette stigmatisation des journalistes.

Nous ne l'avons pas comprise non plus mais ne vient elle pas d'un certain éditorial de C&E ?

Peu importe qu'un rédacteur soit ou non rémunéré pour ses écrits s'il est aussi acteur dans son domaine, ce que vous êtes tous les deux et si les lecteurs y trouvent leur compte. Personne ne vous assimile à des journalistes compilateurs mettant en forme des infos avec peu de discernement car vous produisez un travail original comme le font tous les passionnés dont vous faites partie. Tous les journalistes n'ont pas ce souci et c'est après ceux là que nous en avons.

Quand une pointure de l'astronomie rédige pour "l'Astronomie" elle le fait bénévolement même si ce temps de rédaction est "rémunéré" sur la part de temps répondant à la mission de service public des chercheurs vis à vis de la diffusion des connaissances.

Toutes les revues d'astronomie en France ont un créneau spécifique et le lectorat est en pleine expansion, de sorte qu'elles ont toutes le moyen de progresser sans s'agresser.

Quand de récents éditoriaux mettent directement en cause un travail largement rendu possible par la générosité d'un groupe de personnes, vous comprendrez dès lors que quelques réactions se fassent jour, même si ces derniers nous ont amené bon nombre de lecteurs.

Philippe Morel

Share this post


Link to post
Share on other sites
quote:
S&T est devenue une revue presque dédiés aux journalistes chers à Alain Cirou et la place des amateurs, surtout extra américains y est plus que réduite

Salut Philippe,

Curieux...cela me rappelle quelques années en arrière...Mauroy...Bordat...changement de ligne éditoriale, c'était quand déjà, ah oui! 1981.

[Ce message a été modifié par zirkel 2 (Édité le 25-03-2008).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Monsieur Morel,
je ne sais pas après quel type de journalistes vous en avez, si il y a des exemples ce serait intéressant de les connaitre pour se faire une idée plus précise ... Chacun des rédacteurs de C&E est passionné par le domaine de l'espace et/ou de l'astronomie et notre travail au quotidien est de fait très éloigné de la compilation d'informations.
Le fait d'avoir une équipe permanente de journalistes est la spécificité de C&E et il est bien naturel de mettre en avant cet atout. Avoir des sujets traités par des journalistes et mis en lumière avec différentes sources moyennant un travail d'enquête -parfois assez long- est un plus indéniable.
Cela n'enlève rien aux qualités que peut avoir une revue comme l'Astronomie avec le travail apprécié de membres comme Marie-Claude Paskoff. La logique éditoriale est simplement différente.
Par ailleurs, avancer que le lectorat est en pleine expension c'est bien mal connaître la situation de la presse à l'heure actuelle. Que ce soit pour C&E, Astromag, Espace Mag, les autres revues scientifiques, et la quasi totalité de la presse papier en kiosque, la tendance est soit à la stagnation soit à la baisse (le plus souvent à la baisse). Il y a de nombreuses explications à ce phénomène et rien n'indique qu'il soit en passe de s'endiguer.
Cela ne veut pas dire qu'il n'y a pas de la place pour tout le monde mais le contexte est difficile et oblige à sans cesse redoubler d'efforts pour assurer un niveau de qualité aussi haut que possible pour répondre au mieux aux besoins et attentes des lecteurs. C'est dans cet état d'esprit que nous avançons ; et c'est l'une des raisons pour laquelle C&E vient de faire peau neuve.
Celui qui y gagne le plus au final c'est le lecteur.
JL Dauvergne

[Ce message a été modifié par jldauvergne (Édité le 26-03-2008).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
quote:
Je crois qu'il y a de la place pour tout le monde sans avoir besoin d'opposer les uns aux autres comme le font certains en essayant de souffler sans cesse sur des braises froides.

Je ne suis on ne peut plus d’accord avec toi !
Mais qui a écrit le 'curieux visage de l'astronomie' ?!?
Les nombreux sous entendus de cet édito ont fait bcp de mal à son auteur je trouve, et par la, au reste de la revue.
J'adore C&E, la qualité de ses articles, le choix des sujets, la diversité embrassé, la MEP, il va falloir que je m'habitue à la nouvelle formule; AC a raison de vanter le professionnalisme de la revue, c'est vrai qu'elle est d'un grand qualité, mais je me pose la question quand à mon réabonnement ! j'ai trouvé cette façon de faire odieuse, vindicative… tres microsoft like
j'ai pas envie de cautionner cette façon de faire... ce faisant j'en suis désolé car j'en serai le premier punit ! Je vais voir dans les quelques mois qui restes avant la fin de mon abonnements si je reste sur ce constats (qui s'accumulent a d'autres mais ça c'est une autre histoire) et si je vais de l'avant. je verrais comment je sentirais le truc...
Maintenant le choix éditorial de ce que vous reprenez ou pas à S&T vous regarde, j’ai trouvé mon compte dans l’article publié, mais j’ai peur d’un truc insidieux qui pourrait finir par bouffer la revue, ses journalistes et scier la branche sur laquelle vous êtes assis.
Une sorte de vampirisation des force vives de la revue qui trouvera un moyen de faire du benef a peut de frais et le moment venu de se débarrasser d’un masse salariale journalistique trop importante. Je sais de quoi je cause, j’ai déjà vu ça dans d’autre revue, ou dans les cas les plus extrême, ce ne sont plus que des ‘producteurs’ qui achète et vendent du contenu. Perso je m’en contre-fou, j’y trouverai probablement mon compte, même avec un contenu un peut dégradé, mais a votre place je serais très attentifs a l’avenir.
Maintenant cela n'arrivera peut etre jamais, je me fait peut etre un vilain film... je le souhaite pour vous et pour nous...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Un truc m'interpelle,
Je ne sais pas si vous avez fait attention au n°452 du mois de janvier 2008 de C&E, ce numéro fête ses 20 bougies....alors je calcule...cela fait la naissance de C&E en 1988!!!
C'est quoi cette blague? de mémoire cette revue est parue chez les marchands de journaux, sous le titre actuel de "Ciel & Espace", en janvier 1972...
(je me demande même si elle ne s'appelait pas déjà comme ça, en 1970, avant distribution dans les kiosques).

[Ce message a été modifié par zirkel 2 (Édité le 25-03-2008).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ces vingt bougies c'est tout simplement celles de la parution mensuelle. Avant 1988 C&E paraissait tous les deux mois. La mensualisation demande une tout autre organisation et pour eux c'était un nouveau départ. C'est vrai que les débuts du "nouveau" C&E mensuel ont été réussis. C'est à partir de là que cette revue a vraiment fait son trou. Très longtemps j'ai gardé tous ces numéros, souvent intéressants.

Share this post


Link to post
Share on other sites
C'est une explication...faudra que je relise ce numéro pour voir si cela est bien expliqué ainsi aux lecteurs.
Il me semble qu'en 1972, le format était déja très proche du format actuel mais en noir et blanc et la parution était (une première fois?) mensuelle...

Merci.

[Ce message a été modifié par zirkel 2 (Édité le 25-03-2008).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bonjour.

Sympa d'assister à un fight entre quelques grands noms de la presse astronomique de France. Vous n'aurez toutefois, en lisant ce message, que l'avis d'un (jeune) lecteur.

Analyse, simple constat, deux types de presse se battent sur le créneau:

Une presse traditionnelle, réalisée par des journalistes professionnels qualifiés et celle qui débarque depuis quelques temps, faisant appel à des collaborateurs bénévoles pétris de bonnes intentions, mais à la technique journalistique souvent rudimentaire.
Amateur de presse, et lecteur de nombreux titres, je suis plus séduit par la première nommée. Elle correspond à ce que je recherche dans un magazine. Une variété des sujets accrocheurs, anglés, des genres multiples(interview, reportage, portrait, actus, test, etc) et surtout du style, ce que je ne retrouve nulle part ailleurs. Voilà pour le contenu rédactionnel. Pour ce qui est de la maquette, si Astronomie et Astro Mag rattrapaient petit à petit leur retard, elles viennent de se prendre un vent monumental avec cette nouvelle formule "futuriste" de C&E.

Pour ma part je préfère payer un canard sachant que ma thune servira à rémunérer des journaleux. On sera bien emmerdé le jour ou tout type de presse sera réalisé par des pigistes retraités.

Pour ce qui est de l'affaire Sky and Telescope, cela relève du bon coup marketing. Sky and Telescope a pour moi bonne réputation. Je retrouve des papiers de ce mag dans C&E, tant mieux. Il ne faut pas se leurrer, un mag est une entreprise, elle doit vendre pour exister...

Pour finir, si d'autres lecteurs trouvent leur compte avec Astro Mag et Astronomie,très bien. Juste que cela me ferait mal au croupion de voir un canard "journalistique" d'astronomie disparaître, la faute à la percée de journaux amateurs.

Share this post


Link to post
Share on other sites
oui enfin y'a quand même un coté nihiliste, ciel et espace n'a pas 20ans ! c'est un peut fair (volontairement ?!?) table rase de l'époque P Bourge... à ce compte la si chaque changement de formule / format devait remettre les compteur A zéro, la revue aurais un mois....
Certes la revue a radicalement changée depuis, que ça plaise ou non, mais elle n'est pas la seule , j'ai eu le plaisir et l'honneur de fréquenter des tas de revue parfois très ancienne ( 'Le photographe' depuis 1909 si je dit pas de connerie, ou encore le chasseur français, S&V etc...) bref de très vielle et vénérable revue parfois d'avant guerre (la première) toutes ces revue on changé 20 ou trente fois de formule, de papier, d'édition, de fréquences, d'éditeurs, de propriétaire, quand ce n'était pas tout ça en même temps (si si c'est arrivé) personne n'a remis les bougies à zero quand il s'est réapproprié le canard.
Ça fait un peut 'avant mois, le Néant'
ceci dit , a mon avis ce n'est pas l'important, ni ce qu'il y a de plus dommageable, même si cela contribue a une construction sur l'etat d'esprit que je me fait d'un certain personnage....
Mais vue les conditions que l'on ma compté de la passation (je n'y etait pas bien sur, j'étais pas bien vieux à l'epoque), ça se trouve, a sa place, j'aurais fait la même chose ^^ mdr

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il y a une explication, comment dire... disons plus "psychologique". C'est que A.C penses que C&E a commencé avec lui, c'est humain...

S

PS : Cela dit, il faut saluer sa longévité : c'est de très loin le plus ancien salarié de l'AFA, il a dû débuter en 1981, par là, tout çà ne nous rajeunit pas...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Salut Stéphane,

Curieux...cela me rappelle quelques années en arrière...Mauroy...Bordat...changement de ligne éditoriale, c'était quand déjà, ah oui! 1981.

Je me suis fait exactement la même réflexion que toi et leur réaction a été exactement la même que celle de nos célèbres que tu cites en 1981-1984. Hélas, n'étant pas plus à vendre maintenant que je ne l'étais à cette époque, je les ai envoyés sur les roses.

Cela ne retire rien à toute l'amitié que j'ai depuis de longues années (voire décennies) avec plusieurs des rédacteurs de S&T même si tous sont salariés ou pigistes, preuve, pour Serge et Jean Luc que ce critère est pour moi tout à fait insignifiant dès lors qu'il y a originalité dans le travail présenté, ce que je ne retrouve pas chez tous les rédacteurs de C&E. Ces rédacteurs de S&T reconnaissent être les premières victimes de cette enfermement de leur direction. J'espère pour eux que cette politique sera payante mais j'ai de gros doutes.

Quant à nous, nous poursuivons avec nos moyens de débutants dans le monde de l'édition à plus large diffusion sans renier nos valeurs et nos origines associatives. Comme le signalait Serge, cela amène parfois à quelques maladresses que nous sommes les premiers à reconnaître mais l'essentiel n'est pas là dès lors qu'il y a un public de plus en plus nombreux pour adhérer à ce concept ... en espérant que ce public ne se déplace pas trop d'une revue vers une autre car le but recherché n'est pas de faire du tort à qui que ce soit mais d'attirer encore plus de monde vers ce qui nous passionne tous en faisant abstraction de toute querelle de clocher plus de 25 ans après les tristes évennements que tu cites et qui nous ont marqués tous les deux.

Amicalement.

Philippe Morel.

[Ce message a été modifié par astrocomets (Édité le 25-03-2008).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
quote:
en espérant que ce public ne se déplace pas trop d'une revue vers une autre
mouis, enfin la dessus il y a quand même des choses se feront inévitablement....
proposer une nouvelle revue dans un secteur déjà occupé par trois autre acteurs, c'est quand même prendre le 'risque' de leur en piquer qqu1, on va pas tout acheter les 4 revue pour maintenir l'équité
Ceci dit de mon point de vue , ceux qui on le plus a "craindre" de L'astronomie, c'est plutôt Astronomie Magazine, et dans une moindre mesure AstrosurfMagazine. C&E n'a pas pour le moment a vous redouter pas le même 'secteur' ; c'est pour ça que je trouve incompréhensible l'edito d'AC...
perso je continuerais d'acheter AM, parque je suis astrosurf depuis assez longtmps; que c'est ma façon de soutenir le forum et JPC, (pis je m'instruits parfois audela de mes capacité a comprendre les article et j'adhore ça)
j'achèterais un des ces 4 l'astronomie pour prendre le temps de bien détailler le canard (je n'ai fait que l'emprunter jusqu'Alor)je n'achète plus depuis longtemps AM, mais je crois que j'ai tord, un furtif coup d'oeil l'autre jour m'a démontré que le 'zine' avait bien évolué, il semble moins ‘culcul’ qu'il n'a été, quand a C&E ben je suis partagé comme déjà exprimé.. on verra en temps voulut..

[Ce message a été modifié par frédogoto (Édité le 25-03-2008).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
quote:
Cela dit, il faut saluer sa longévité : c'est de très loin le plus ancien salarié de l'AFA, il a dû débuter en 1981, par là, tout çà ne nous rajeunit pas...

Serge,
L'histoire est un éternel recommencement, ceux qui s'accrochent aujourd'hui font la même chose que ceux d'il y a 25 ans...à qui ils reprochaient justement ce comportement.

quote:
toute querelle de clocher plus de 25 ans après les tristes évennements que tu cites et qui nous ont marqués tous les deux.

En réalité, je ne reproche pas grand chose aux "jeunes" journalistes de C&E...par contre un ou deux "anciens" doivent se rappeller très certainement cette époque même si l'occultation (pour ne pas dire la désinformation) officielle est de mise aujourd'hui
Pas sûr que le lecteur soit gagnant sur ce point...

quote:
Ceci dit de mon point de vue , ceux qui on le plus a "craindre" de L'astronomie, c'est plutôt Astronomie Magazine, et dans une moindre mesure AstrosurfMagazine.

Pourquoi Fredo? parce que ce sont des revues trop orientées astronomie amateur?

[Ce message a été modifié par zirkel 2 (Édité le 25-03-2008).]

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this