Jean-Philippe Cazard

Le Soleil et la meteo (Suite)

Messages recommandés

Des preuves que le GIEC se trompe sur une grande partie sont :

- le GIEC (IPPC en anglais) avait dit en 2001 comme on voit à la page 15/37 au site http://www.ipcc.ch/pdf/climate-changes-2001/synthesis-spm/synthesis-spm-fr.pdf : "De nombreux modèles prévoient une augmentation des réponses moyennes de type El Niño dans le Pacifique tropical". Donc El Nino devrait etre de plus en plus present comparé a La Nina et plus important. Et pourtant c'est tout l'inverse avec un La Nina important en 1999 et 2008 a cause du PDO en phase ascendante et meme négative se qui etait et est previsible vu le cycle de l'oscillation du PDO.

- Pour l'effet du Soleil sur le climat le GIEC tient compte que l'evolution de l'infrarouge et pas de l'UV... puis que du cycle de 11 ans donc c'est pour ceci que le GIEC dit que l'effet est si faible comme on le voit sur ce schema suivant la valeur des % : http://www.john-daly.com/hockey/solar.gif Pourtant ca ferait trop de coincidence (5 fois) qu'a chaque fois qu'on a eu des cycles de 11 ans avec une activité faible comme lors du minimum de Oort, Wolf, Sporer, Maunder et Dalton qu'on a une chute des temperatures et l'inverse entre ces minimums comme ce fût le cas ces dernieres decennies depuis minimum de Dalton ;

- Lors de la périodes des vikings ou... le CO2 était supèreur a maintenant tout comme les temperatures. Pourtant l'homme ne pouvait pas polluer et n'envoyait pas de CO2... a ce moment là.

- Puis l'augmentation des temperatures devait etre de plus en plus rapide comme ce fût le cas de 1976 a 1999 suivant ce que le GIEC dit puisque pour eu la temperature doit augmenter de plus de plus en vite. Mais pourquoi depuis 11 ans on n'a plus d'augmentation de temperatures de plus en plus rapide mais plutot une stabilité des temperatures. C'est a cause de l'effets de la nature (PDO-, puis baisse de l'activité solaire et comme prévu depuis quelque années l'AMO qui baisse et qui est meme devenue négative depuis janvier).

Voici les valeurs des anomalies de la temperature globale de ces 11 dernieres annees pour preuve (source : ftp://ftp.ncdc.noaa.gov/pub/data/anomalies/monthly.land_and_ocean.90S.90N.df_1901-2000mean.dat) :

Année anomalie °C

1998 0,576
1999 0,395
2000 0,363
2001 0,494
2002 0,557
2003 0,556
2004 0,534
2005 0,604
2006 0,543
2007 0,547
2008 0,480
-------------
moy. 0,513°C donc stabilité sur 11 ans

Plus d'infos sur le Soleil, PDO, AMO : http://la.climatologie.free.fr/
Les dernieres predictions de NASA sur l'activité solaire et le cycle N°24 qui a du mal a venir : http://www.spaceweather.com/headlines/y2009/08may_noaaprediction.htm?PHPSESSID=9c1qmjl4b4mfl0v00d2pvm1od5

Williams

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pascal, le fait que le CO2 soit arrivé après dans les réchauffements précédents prouve juste qu'il n'en était pas la cause. Ainsi, on ne nie pas qu'une augmentation du CO2 puisse engendrer un léger réchauffement, mais le fait que le taux de CO2 ait, à une époque reculée, été 5 fois supérieur à celui d'aujourd'hui, sans que cela ait eu des conséquences en termes d'emballement climatique, devrait suffire à faire taire l'argumentation du Giec et à faire réfléchir les "vendeurs" de modèles inflationistes...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dans l' absolu, non, je pense que ça n' est pas si simple.

Imagines deux mécanismes de libération : Un rapide et un lent. Si seul le mécanisme le plus lent est compensé par un mécanisme d' absorption, tu peux avoir emballement s'il y a libération rapide, mais pas s'il y a libération lente.

Il suffit d' un peu de non linéarité dans les modèles qui régissent libération et absorption pour que ce que tu prétends soit faux.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tiens, pour répondre à l' argument de Joël sur le CO2 du temps des dinosaures, je suis tombé (par hasard) là dessus : http://www.cnrs.fr/Cnrspresse/n396/html/n396a06.htm

Où l' on peut lire:
1) Que l' augmentation de CO2 a entraîné un réchauffement de 4°C
2) Que le mecanisme d' émission du CO2 et le mécanisme d' absorption, qui a fini par réguler le climat à l' époque (entraînant même un refroidissement net) étaient liés : Le CO2 émis par l' activité volcanique, a été réabsorbé par les épanchements de roches basaltiques créés par ce même volcanisme.

Je ne sais pas si ce modèle est contesté, mais il illustre bien ce que je voulais dire: Il faut se méfier des raisonnements simplistes, les mécanismes d' émission/absorption du CO2 sont aussi à prendre en compte quand on veut déterminer les conséquences d' une augmentation de celui-ci.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui mais il faut voir que l'evolution du CO2 varie suivant bp d'éléments :

- la varation de la temperature des oceans ;
- la deforestation... ;
- les éruptions volcaniques ;
- la variation de la temperature ;
- et l'émission de l'homme maintenant ;
- et voir d'autres éléments qu'on doit oublier

Williams

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

PascalD, d'accord, c'est complexe, tout çà, d'accord.

Mais quand même.... Sur les courbes du GIEC, on a le réchauffement qui augmente quasi asymptotiquement alors que depuis 1998, si j'ai bien compris, il ne se passe rien.

Ca m'a frappé sur le site Manicore de Jancovici (réchauffiste convaincu). La courbe de réchauffement "réel" s'arrête à 2000, et la projection "future" est hallucinante. Sauf que les données de 2000 à aujourd'hui n'apparaissent pas. Ca me trouble. Bien sûr, c'est parce qu'il n'a pas mis à jour son site, tout çà, OK, mais çà te choque pas, des courbes prévisionnelles asymptotiques, et le réel sur 10 ans qui ne bouge pas ?

C'est juste une question, pas une pétition de principe...

S

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

ben oui, le réel semble s' écarter du modèle. Sauf qu' on ne sait pas quelle est la "granularité" du modèle. Ptet que 10 ans, c' est trop court.

Il est clair que les prévisions alarmistes à la Al Gore & Raffarin (les ptits vieux vont tous mourir à cause des canicules qui s' emballent) sont fausses, vu qu' il fait froid. Mais ça veut pas dire qu'il faut tout jeter pour autant.

En tout cas l' argument de Joël et JD selon lequel "faut pas s' en faire, le CO2 était 5x plus élevé du temps des dinos et ils sont pas morts grillés" tombe un peu beaucoup dans l' eau, pour le coup, si le papier du CNRS n' est pas un fantasme de réchauffiste ...

[Ce message a été modifié par PascalD (Édité le 13-05-2009).]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui, OK.

Mais çà marche dans les deux sens, la granularité : du coup, les superbes courbes quasiment verticales, bien lisses, des prévisions du GIEC, me laissent dubitatifs.

Ce qui est intéressant, dans ce débat, je crois, c'est qu'on se sera fait "une religion" à mon avis, dans moins de 10 ans.

Perso, là je pense rien : électroencéphalogramme plat je passe de réchauffiste à sceptique en une après-midi, en fonction des prévisions de Michel Collado sur France Infos...

S

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

>Ca m'a frappé sur le site Manicore de Jancovici (réchauffiste convaincu). La courbe de réchauffement "réel" s'arrête à 2000, et la projection "future" est hallucinante. Sauf que les données de 2000 à aujourd'hui n'apparaissent pas. Ca me trouble. Bien sûr, c'est parce qu'il n'a pas mis à jour son site, tout çà, OK, mais çà te choque pas, des courbes prévisionnelles asymptotiques, et le réel sur 10 ans qui ne bouge pas ?

Eh superfurgurant! la collecte et le travail des données et finalement leur affichage c'est comme en astronomie c'est un travail à plein temps... patience...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Nan, Maire !

Ce qui me trouble, c'est que les données existent, elles sont connues (voir Joël, etc), il y a une sorte de plateau ces dix dernières années, alors que sur la même décennie, les prévisions du GIEC (en 2000, donc) avaient une pente énorme ! Or, c'est ces anciennes données que Manicore utilise, çà me perturbe !

Tu imagines un super site cosmologique qui évoquerait le big bang avec les données Wmap, simplement parce que les toutes dernières données (Mission Machin) ne correspondraient pas bien aux modèles ?

S

PS :

Ou alors le "plateau" est bidon, il n'existe pas, mais j'ai l'impression qu'il y a concensus sur ce point.

Ou alors le "plateau" existe, mais il ne remet pas en cause les modèles, quand je compare les prévisions aux données, j'ai du mal à adhérer à cette idée.

Ou alors le "plateau" existe, mais est dû à un épiphénomène "localisé" dans le temps, et alors c'est encore plus grave parce que quand cet épiphénomène cessera, le réchauffement reprendra de plus belle ?

S

PS2 : mon dicton du jour :

"Réchauffiste du matin, entrain,
sceptique du soir, espoir"

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'en connais un autre de dicton :

2008 "dixième année la plus chaude",
Les réchauffistes la joue finaude..

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et aussi:

Scanner à Noel,
Pâques au cimetière

Rien à voir avec le réchauffement… quoique
Je sors

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Plus sérieusement, j'ai toujours été sceptique quant aux prédictions catastrophistes du GIEC.

Je viens de lire (en plusieurs jours) l'intégralité du post que je trouve fort intéressant.
Et, si je ne me trompe pas, je relève que le GIEC ne tient pas compte des phénomènes océaniques ni de l'action du soleil sur le climat. C'est quand même énorme!

Donc attendons 30 ans pour voir qui à raison… ce qui ne nous empêche pas de protéger l'environnement dans l'intervalle.

Quand la politique commande à la science, ne pas espérer de résultats objectifs!

PS: je suis aussi d'accord pour dire que certains intervenants devraient passer leur texte au correcteur orthographique, leur discours n'en serait que plus crédible…

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Citation: Quand la politique commande à la science, ne pas espérer de résultats objectifs!

Je me demande si la science ne ferait pas bien de commander les politiques...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

>>"je relève que le GIEC ne tient pas compte des phénomènes océaniques ni de l'action du soleil sur le climat."<<

Je ne crois pas qu'on puisse le formuler comme ça...
Dans les fameux "modèles" on tente bien aujourd'hui d'introduire les données que l'on croit pertinentes et qui correspondent à ces éléments (entre autres)...
Mais ce qui est clair pour pas mal de monde, sauf pour certains brillants "prévisionnistes", c'est qu'on en sait encore bien trop peu pour prétendre cerner leur impact réel avec la précision minimum nécessaire.

Les phénomènes qui influencent le climat à long ou moyen terme sont d'une très grande complexité. J'ai le sentiment qu'on n'en est véritablement qu'aux prémices, que l'on commence à peine à appréhender quelques uns des facteurs qui entrent en jeu, que leur étude exige d'oeuvrer avec humilité et hors de tout enjeu politique dans le cadre d'une science multidisciplinaire et interactive... et de longue haleine quant aux objectifs...

Bref, à mon sens, tout le contraire de ce que l'on observe aujourd'hui..

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui, Vaufrèges13

Cela revient un peu au même,
On ne fait pas de prédictions péremptoires et tonitruantes, si l'on ne connaît presque rien sur des paramètres aussi importants, en termes d'énergie, que le Soleil et les océans.

Il serait plus honnête intellectuellement de dire qu'on est incapable de savoir si l'activité humaine peut modifier le climat…

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tenez, pour "refroidir" les ardeurs http://www.meteopassion.com/les-annees-1900.php

Ce réchauffement climatique devient de moins crédible, c'est dingue

(Comment ça je retourne ma veste? bah c'est quand même à la mode… on en voit pas mal ces temps-ci des retournement de vestes. Bon, j'ai rien dit, j'entend que ça rapplique.)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

doublon à supprimer

[Ce message a été modifié par Torrent (Édité le 18-05-2009).]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonsoir, j'ai quelques questions à poser sur la baisse actuelle du cycle solaire, pour revenir sur les causes je vais rappeler les éléments théoriques qui me tiennent à coeur:

Les cycles de longue durée, en particulier le cycle de Suess d'une durée estimée à 180 ans correspond à une recurrence des positions des planètes gazeuses du système solaire ayant comme particularité d'influer relativement significativement sur la position du barycentre du système solaire, la corrélation niée par certains montre cependant que les minima de de Dalton remontent bien à 180 ans et celui de Maunder (PAG) à 360 ans.

Ensuite il convient de s'interroger sur le niveau de l'activité solaire depuis le début de l'Holocène, soit 8000 à 10000 ans et depuis cette date elle est particulièrement élevée et remarquablement stable.

Sachant que la norme antérieure sur des centaines de milliers d'années ou des millions est plutot aux variations assez brutales pourquoi cette stabilité et est il envisageable statistiquement qu'on aille vers une periode stable et d'activité haute? je ne le pense pas, 10 000 ans dans la vie du Soleil ne correspond qu'à moins d'une heure dans une vie humaine, on est très loin du temps ou le Soleil deviendra une geante rouge après avoir épuisé son hydrogène, même si d'ici là sa temperature sera en constante augmentation elle ne devrait pas dépasser l° par 100 millions d'années.

Je pense donc à un retour inéluctable à la situation antérieure, et peut être même à une compensation à la baisse dans l'autre sens, pourquoi justement l'Holocène ne serait pas en train de prendre fin?

Actuellement les observations montrent que le cycle 24 a du mal à démarrer, la tache actuelle 1017 vue sur www.spaceweather.com n'aurait sans doute même pas ete décelée et decomptée en 1650 au début du fameux minimum de Maunder.

Je pense que nous sommes avec un champ magnetique solaire inférieur de 30% au moins à la norme en train de vivre un énorme changement qui ne peut qu'avoir un impact climatique certain.

Par ailleurs je m'interroge sur le graphique donné ici http://lasp.colorado.edu/sorce/total_solar_irradiance_plots/images/tim_level3_tsi_24hour_3month_640x480.png car les valeurs sont extraordinairement basses, trop même si on considère que lors de Maunder le flux etait autour de 1363 w/m2 ... et je pense que si on etait vraiment autour de 1361 w/m2 on en verrait deja les conséquences.

Sachant aussi qu'à cause de son orbite elliptique la variation du flux solaire va de 1320 w/m2 autour du 05 juillet à son aphélie à 1410 w/m2 lors du périhélie le 05 janvier.

Donc j'en suis amené à conclure que ces valeurs annoncées sont corrigées de la variation de flux due à la position sur l'orbite et que les 1367 à 1368 w/m2 habituels de la fameuse constante solaire ne sont qu'une moyenne sur un lissage annuel.

Il est évident que selon la méthode il peut y avoir des différences dans les methodes de lissage et donc est ce qu'il existe une mesure vraiment précise du flux solaire?

Actuellement nous assistons bien à une baisse mais de combien?

[Ce message a été modifié par Torrent (Édité le 18-05-2009).]

[Ce message a été modifié par Torrent (Édité le 18-05-2009).]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

A noter ce mois-ci un article très intéressant de Ciel & Espace sur le remarquable silence du Soleil ces dernières années .

Bien évidemment, il a fallu qu'un membre du GIEC mette son nez là-dedans en nous rétorquant que la réchauffement climatique allait suivre son cours et que le Soleil n'allait causer que peu de problèmes . Apparemment, ils ne se semblent pas être -ou ne veulent pas- être au courant de la pause vraisemblable de la montée des températures ces dix dernières années .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est parce que cette stagnation voir baisse des températures fait partie du réchauffement, voyons

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On va bien voir, certains prédisent le retour d'El Nino dès juillet:

SINGAPOUR (Reuters) - Le phénomène météorologique El Nino, qui déclenche sécheresses et inondations de par le monde, pourrait refaire son apparition d'ici quelques semaines, estime le Centre de prévision du climat aux Etats-Unis.

El Nino est caractérisé par un réchauffement anormal des eaux de surface de l'est du Pacifique et, selon le centre de prévision, les conditions sont mûres pour qu'advienne ce phénomène d'ici août.

De son côté, le Bureau australien de la météorologie avait déclaré mercredi que si les tendances constatées récemment dans le climat du Pacifique se prolongeaient, il y aurait plus de 50% de chances qu'un événement El Nino se mette en place d'ici juillet.

Le phénomène El Nino le plus dévastateur remonte à 1997/1998. Il avait alors provoqué une sécheresse en Australie et en Indonésie - avec des incendies de forêt - ainsi que des inondations au Pérou et en Equateur. El Nino peut également engendrer un temps plus humide dans certaines régions des Etats-Unis et peut aussi affecter la mousson en Inde.

Le phénomène météorologique inverse, La Nina, qui apparaît lorsque les eaux de surface du Pacifique sont plus fraîches que de normale, a prévalu l'année dernière.

David Fogarty, version française Eric Faye

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Depuis quelques années nous sommes rentrés dans l'ère du réchauffement médiatique avec des journalistes qui deviennent capables de faire de l'information avec presque rien (voir le dernier accident d'avion).
Le contenu de l'information n'a pas une grande importance pourvu que ce soit de l'information prête à consommer rapidement. Le public qui est demandeur est en plus conditionné pour recevoir en permanence une chose et son contraire.
En ce moment certains comparent notre Terre au lait sur le feu pour expliquer qu'à tout moment les choses peuvent mal tourner.
Pas facile de voir si la maison Terre est effectivement en feu quand une bonne partie de l'intelligentsia scientifique passe son temps à allumer des coupes-feu.
Au fait c'était comment sur Terre, il y a 10 ans ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Après avoir vu le film "HOME" d'Arthus Bertrand, il est clair que c'est un beau film très esthétique et avec des arguments forts sur beaucoup de choses. Concernant le réchauffement, il est hélas consternant car englué dans le conformisme ambiant. j'ai noté au moins deux mensonges flagrants :
- il n'a jamais fait si chaud sur Terre que depuis 15 ans !

comment peut-on dire une telle ânerie ???

- le taux de CO2 n'a jamais été aussi élevé !

Encore une ânerie !

Et bien sûr tout l'alarmisme habituel, notamment la fonte du permafrost amenant le dégazage du méthane. Ce que tous ses alarmistes ne semblent pas voir, c'est que si ce genre de contre-réactions positives étaient légion, le climat se comporterait donc comme un équilibre instable. Et un équilibre instable aurait eu 1000 raisons d'être rompu depuis des millions d'années. Si le cliamt est remarquablement stable (avec des variations normales), c'est que les contre réactions dominantes sont négatives et compensent les déséquilibres. bien sûr, probablement jusqu'à un certain point...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant