vaufrègesI3

On saura bientôt s'il y a de la XXX sur Mars

Messages recommandés

Impressionnant le dispositif de descente de MSL. Il n'y a plus qu'à espérer que tout fonctionne normalement...


Et oui, gourage de rubrique mais au moins on voit que les roue roulent normalement.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

et puis j'imagine que même si tout se passe bien on aura aussi des problèmes d'usure des mécanismes des roues avec msl.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pourquoi ?

Ils ont un sacré retour d'expérience avec les MER, non ???????

S

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En effet Super..
Il faut noter que le RTG de MSL permettra de fournir une énergie davantage maitrisée aux moteurs, et que ces moteurs ont été améliorés depuis ceux des MER, notamment pour éviter de nouveaux blocages. L'un des principaux axes d'amélioration des roues des rovers se trouvent dans les moteurs et dans le logiciel de bord, avec notamment une meilleure prise en compte de l'odométrie

La résistance électrique des moteurs sera surveillée en permanence pour détecter une friction faible, indiquant un patinage probable.
(Ce qui est une caractéristique des MER, c'est que rien n'empêche leurs roues de continuer à tourner, même en dérapage. D'où les risques d'enlisement).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

" l'odométrie"

A propos... En mode "normal", c'est quoi, l'idée : 100 mètres/jour ?
On vise quelques kilomètres pour la mission nominale, c'est çà ?

Mais il y a aussi un mode "rêve", ou l'engin résiste comme les MER, disons 10 ans, auquel cas, on peut rêver à 100 km, c'est çà ?

S

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

"l'odométrie".. pour ne pas dire de conneries, ce qu'en dit wiki : L'odométrie repose sur la mesure individuelle des déplacements des roues -grâce à des capteurs - pour reconstituer le mouvement global du robot. En partant d'une position initiale connue et en intégrant les déplacements mesurés, on peut ainsi calculer à chaque instant la position courante du véhicule.

Le "cahier de charges" de MSL, c'est de fonctionner "une année martienne", soit environ 2 années terrestres (donc de supporter au moins un hiver martien), et de parcourir "5 à 20 km".

Curiosity est capable de rouler à 90 m/h, mais on table sur 30 m/h, compte tenu des "irrégularités du terrain ou des problèmes de visibilité".
Curieusement, les MER sont potentiellement deux fois plus rapide (180 m/h), mais ils ne peuvent rouler que 4 heures par jour, dans le meilleur des cas.. Dans l'absolu, MSL peut rouler jour.. et nuit !

Sachant que la source d'énergie RTG serait capable de continuer à fonctionner durant au moins 14 années terrestres, j'imagine que les valeurs de base mentionnées peuvent être très largement dépassées.. Et même, s'il n'y a pas de "vice caché", on devrait même pouvoir les exploser, comme Spirit et Oppy...

Un point important pour les performances de MSL, c'est la garde au sol : 60cm (30 cm pour les MER).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Nouveau rebondissement pour ExoMars !!!..

Comme mentionné plus haut (voir aussi vidéo page précédente), une collaboration Esa/Nasa devait placer deux rovers "en tandem" sur Mars en 2018, ExoMars pour l'Esa et Max-C pour les ricains.

Les crises budgétaires des deux cotés de l'atlantique conduisent la Nasa et l'ESA à envisager de regrouper leurs moyens dans un seul véhicule
Un grand nombre de détails techniques doivent encore être travaillés.

Il est suggéré que le nouveau véhicule soit construit en Europe. La Nasa fournirait le lanceur, le vaisseau de transport, et tout le système d'approche et d'atterrissage, dont le "skycrane" (comme prévu dans l'ancien projet).

Les objectifs de la mission resteraient globalement les mêmes : rechercher des signes de vie passée ou présente en creusant le sol et récupération de roches qui pourraient être recueillies et expédiées à des laboratoires sur Terre par une mission ultérieure ("Mars sample return"). Le rover serait notoirement plus gros (600 kg)..

Tout ça reste au conditionnel, mais on peut tracer une croix sur ExoMars, serpent de mer de l'Esa depuis plus de 10 ans..

Source : http://www.bbc.co.uk/news/science-environment-13002214

[Ce message a été modifié par vaufrègesI3 (Édité le 10-04-2011).]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Encore une mauvaise nouvelle ?

Certains à la NASA estiment que MSL/Curiosity ne sera pas prêt pour le lancement prévu à la fin de cette année...
Conséquence : report à la fenêtre de 2013 et surcoût de 500 millions de dollars (!!)

sur le site de C&E, dans les infos à gauche : http://www.cieletespace.fr/

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et voui, merci Jack, ça sent le roussi..

Synthèse extraite de ce lien :
http://www.spaceref.com/news/viewsr.html?pid=37364


En Février 2009, la NASA a retardé le lancement de MSL de deux ans en raison de la livraison tardive de plusieurs éléments essentiels dont des instruments. Ce retard et les ressources supplémentaires nécessaires pour résoudre les problèmes techniques sous-jacents ont augmenté les coûts de développement du projet de 969 millions à 2,5 milliards de dollars, à ce jour. Si MSL est à nouveau retardée, le coût du projet serait encore majoré d'au moins 570 millions.

Un rapport d'audit révèle des problèmes non résolus et qui demeurent en suspens : Problèmes liés à la contamination potentielle des échantillons de roches et des sols, au développement du logiciel de vol, et aux protection contre les défauts. Il a été également constaté que près de 1 200 rapports (!) de problèmes et de défaillances observées par le personnel du projet sont resté en l'état. Si ces rapports ne sont pas examinés et résolus avant le lancement, il y a une possibilité qu'un risque inconnu pourrait se matérialiser et nuire à la réussite de la mission.

Pour minimiser le risque de rater la fenêtre de lancement à venir, il a été recommandé à la NASA de réévaluer le montant de financement du projet et d'allouer des ressources supplémentaires pour permettre l'examen de tous les problèmes ou de défaillances qui pourraient influer sur le succès de la mission. La NASA est en accord avec les constatations et les recommandations, et dans sa réponse elle a décrit une série d'actions planifiées.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les instruments de MSL sont un sacré défi technique.

L’ensemble instrumental SAM, qui dans le cadre de la mission MSL étudiera la composition organique du sol et de l’atmosphère martiens, est désormais prêt à partir. Une équipe française a pris part au projet.

http://www.cnes.fr/web/CNES-fr/9399-gp-un-instrument-francais-sur-mars-en-2012.php

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Finalement les craintes évoquées plus haut n'étaient pas fondées !!
Curiosity vient d'être transporté à Cap Kennedy, où il sera lancé par une Atlas V
Fenêtre de tir : 25 novembre au 18 decembre
http://www.spaceref.com/news/viewpr.html?pid=33933


Une chouette vidéo qui montre le « packaging » du rover : http://www.planetary.org/blog/article/00003074/

Notez que tout le monde est masqué : on ne pourra pas reconnaitre celui qui a oublié de serrer un boulon, entrainant l’échec de la mission…

Important : selon Nature, l’objectif choisi sur la planète rouge pourrait être le cratère Gale… http://www.planetary.org/blog/article/00003076/

[Ce message a été modifié par jackbauer 2 (Édité le 24-06-2011).]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui, merci Jack, ce n'est pas encore officiel, mais ça y ressemble..

Je cite Gilles DAWIDOWICZ :

Cratère Gale
155 km de diamètre Alt = 1500 m Prof = 3000 m
3,8 à 3,5 Mds années (fin Noachien)
Pic central : plus de 5 km Au-dessus du fond du cratère.
Altitude max = 700 m au-dessus du 0
Dans Aeolis Mensae Au Sud d’Elysium Planitia..

Le cratère est un endroit fascinant à explorer en raison de son pic central très étonnant, qui est une sorte de montagne en forme de croissant et qui s'élève en son centre à près de 5 km de haut !
Cette montagne est composée de matériaux stratifiés, probablement des couches sédimentaires accumulées là par des agents de l'érosion non encore identifiés. Une histoire lacustre y est fortement suspectée…

Le cratère Gale se trouve au sud d'Elysium Planitia, au nord-ouest de Terra Cimmeria et en bordure d'Aeolis Mensae.
Située à la limite entre les hautes terres de l'hémisphère sud et les basses plaines de l'hémisphère nord, cette zone est par ailleurs entourée de volcans assez lointains, Elysium Mons au nord, Tyrrhena Patera au sud-ouest et Apollinaris Mons à l'est.
Elle est également située à l'extrémité occidentale de la formation de Medusae Fossae, une vaste structure assez énigmatique constituée de monticules lobés à la surface ondulée qui rappelle par certains aspects la formation centrale du cratère Gale.

La datation du cratère Gale donne des dates de l'ordre de 3,8 à 3,5 Mds années, ce qui place sa formation à la fin du Noachien, avec une histoire géologique subséquente particulièrement complexe.

Le monticule central présente une structure stratifiée qui se serait formée sur au moins 2 milliards d'années à la suite de processus impliquant l'action durable de grandes quantités d'eau liquide.
La structure actuelle ne serait d'ailleurs que le résidu d'une couche sédimentaire s'étendant sur toute la surface du cratère — voire au-delà — et qui aurait subi l'érosion éolienne soutenue observée par ailleurs dans toute la région.
Le vent ne serait cependant pas seul en cause, et d'autres processus complémentaires doivent également être envisagés.
Les matériaux constituant ce monticule sont sans doute assez fragiles, car il est traversé de multiples entailles par lesquelles il s'effrite, mais sans jamais laisser apparaître de blocs de grande taille.

Gale avait été retenu en 2003 par la NASA pour y déposer le rover Spirit, avant d'être écarté au profit du cratère Gusev en raison de sa topographie rendant trop incertain l'atterrissage dans cette zone avec la technologie de l'époque.


Présentation Vidéo de Gale :

http://www.youtube.com/watch?v=rvXHu-U02UE&feature=player_embedded

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Si c'est bien le cratère Gale, espérons qu'ils aient fait le bon choix...
Mawrth, Eberswalde et Holden semblent, sur le papier, tout aussi intéressant ; Et dans le cas des deux derniers cités ils sont proches l'un de l'autre (mais je ne connais pas la distance en km, Curiosity a t-il une chance de faire les deux sites s'il dure des années comme oppy ?)

En attendant, une nouvelle vidéo de 11 mn nous montre tous les aspects de la mission du nouveau rover : impressionnant !
http://www.spaceref.com/news/viewsr.html?pid=37533

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un élément nouveau, et préoccupant pour Curiosity..
http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2011/06/curiosity-msl-sera-lanc%C3%A9-vers-mars-en-novembre.html

Je cite un extrait :

C'est un générateur nucléaire qui est à bord. Bourré de plutonium 238, il utilise la chaleur des désintégrations radioactives pour produire de l'électricité. Problème : le report de deux ans du tir, prévu en 2009, a diminué les capacités initialement prévues car le plutonium n'a pas été remplacé, il a donc perdu deux ans de désintégrations... pour rien.

C'était déjà pas terrible, mais... re-problème : en mesurant la quantité d'électricité produite, les ingénieurs se sont rendus compte qu'elle avait diminué plus que calculé en fonction du "vieillissement" du plutonium. Autrement dit la conversion de la chaleur en électricité n'a pas le rendement prévu. Et il n'existe manifestement pas de "pièce de rechange" à ce composant sensible.

Pour l'instant, les responsables de la mission considèrent que cet accroc ne la met pas en cause. Toutefois, ils ne garantissent plus une capacité de déplacement de 20 km, comme prévu à l'origine, mais seulement d'environ 6 kilomètres.

Cette réduction des capacités garanties de déplacement pourrait avoir un impact décisif sur le choix du site d'atterrissage. Lequel n'est pas encore tranché par Ed Weiler, le big boss des missions d'explorations planétaire à la Nasa.

Fin de citation.


Plus haut, début avril 2011, j'avais indiqué ceci (et qui est donc remis en question) : Le "cahier de charges" de MSL, c'est de fonctionner "une année martienne", soit environ 2 années terrestres (donc de supporter au moins un hiver martien), et de parcourir "5 à 20 km".

Curiosity est capable de rouler à 90 m/h, mais on table sur 30 m/h, compte tenu des "irrégularités du terrain ou des problèmes de visibilité".
Curieusement, les MER sont potentiellement deux fois plus rapide (180 m/h), mais ils ne peuvent rouler que 4 heures par jour, dans le meilleur des cas.. Dans l'absolu, MSL peut rouler jour.. et nuit !

Sachant que la source d'énergie RTG serait capable de continuer à fonctionner durant au moins 14 années terrestres, j'imagine que les valeurs de base mentionnées peuvent être très largement dépassées..

------------------------

A la lumière des dernières infos, ce qui change notoirement et modifie les perspectives, hors le retard de 2 ans, c'est que le vieillissement du plutonium semble avoir un effet plus négatif que prévu, c'est à dire une perte de rendement énergétique beaucoup plus importante que celle initialement calculée...

Le plutonium 238 n'est plus produit depuis longtemps par les ricains, ils l'achètent donc aux Russes qui n'en disposent pas forcément "sur étagère", et pour des raisons stratégiques ou politiques ils n'ont pas nécessairement à répondre courtoisement aux besoins courants des ricains.. Donc pas de "recharge" possible, surtout dans un délai aussi court..

Ce qui me parait très curieux, c'est que la Nasa semble "découvrir" ce problème de "vieillissement" seulement maintenant.. alors même que ce type de générateur a été utilisé pour un paquet de missions : Apollo, Viking, Pioneer, Voyager, Galileo, Cassini-Huygens, New Horizons... bien sûr par les Russes aussi, et qu'on a donc un sacré retour d'expérience !

Vous avez dit bizarre ?...?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui, c'est très bizarre, au vu de la longévité incroyable de Voyager, Galileo, Cassini. Est-ce que la Nasa aurait peur d'envoyer un RTG dans l'espace, après l'hystérie de l'accident de Fukushima, c'est çà que tu sous-entend ? De toute façon, j'imagine qu'il n'y a pas de "plan b", on ne peut pas changer l'alimentation électrique de Curiosity maintenant...

S

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Non non Super, je ne "sous-entend" pas ça, j'ose espérer qu'ils n'en sont pas là en tout cas ..

C'est cette phrase que je trouve plus que surprenante :

".. en mesurant la quantité d'électricité produite, les ingénieurs se sont rendus compte qu'elle avait diminué plus que calculé en fonction du "vieillissement" du plutonium"

Sans déconner !... ça fait un sacré bail que l'on connaît les effets et les caractéristiques physiques du plutonium, et 40 à 50 ans qu'on a pu mesurer précisément son potentiel dans les multiples RTG des missions spatiales...

Je comprend pas...

[Ce message a été modifié par vaufrègesI3 (Édité le 30-06-2011).]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour une mauvaise surprise s'en est une !
J'imaginais que le plutonium était installé sur une sonde au dernier moment, pas 2 ans avant le départ !
Il ne peuvent pas en mettre un autre échantillon ?
Ils n'avaient pas voté des crédits pour relancer la production locale plutot que d'acheter en Russie ?

extrait de Wiki consacré à la mission :

"La production d'énergie[modifier]Le rover est plus performant que les robots actuels, alimentés par des GPHS-RTG, grâce à un générateur thermoélectrique à radioisotope (GTR) de nouvelle génération, le MMRTG développé par le DOE et produit par Boeing, utilisant une charge de 4,8 kg de dioxyde de plutonium PuO2 enrichi en plutonium 238 générant une puissance initiale d'environ 2 000 W thermiques convertis nominalement en 120 W électriques[43] par des thermocouples à base de nouveaux matériaux thermoélectriques, à savoir PbTe/TAGS[44] au lieu des anciens composants silicium-germanium : Mars Science Laboratory pourra ainsi disposer d'une énergie abondante de 2,5 kWh/j au lieu de 0,6 à 0,9 kWh/j sur Opportunity, dont la puissance résiduelle, le 12 mai 2009 (après 1884 sols) n'était plus que de 460 Wh/j. De surcroît, cette puissance sera indépendante de l'intensité du rayonnement reçu du Soleil et n'imposera donc pas d'arrêter la mission pendant l'hiver martien, contrairement au cas de Spirit et d'Opportunity. MSL dispose d'une autonomie nominale d'une année martienne, soit près de deux années terrestres, mais sa source d'énergie devrait encore fournir 100 W électriques après 14 années terrestres de fonctionnement.

Un système de radiateurs comprenant près de cinquante mètres de tubes dans lesquels circule un fluide caloporteur permet de rejeter la chaleur excédentaire."

[Ce message a été modifié par jackbauer 2 (Édité le 30-06-2011).]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tiens, justement... J'évoquais plus haut les 40 à 50 ans d'existence pour le RTG :

Il y a cinquante ans hier, soit le 29 Juin 1961, un RTG avait été lancé dans l'espace pour la première fois avec un engin destiné à la navigation par satellite des navires ricains. Il fournissait 2,7 petits watts...

L'événement a même été commémoré par le fabricant, la société "Martin Marietta" :



http://bowshooter.blogspot.com/2011/06/fifty-years-of-space-mobile-nuclear.html

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
quote:

Je comprend pas...

L'energie produite par le plutonium est convertie en electricite par thermocouple, ce qui introduit un element supplementaire dans la chaine, et c'est peut-etre celui-ci qui pose probleme : le rendement d'un thermocouple etant tres faible, il est possible que l'on ait tente des technologies un peu nouvelles et que les resultats avec le temps ne soient pas tres bons (la physique d'un thermocouple evolue avec le temps et le vieillissement du materiau).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui dg2, Un problème sur la technologie utilisée sur ce RTG est très plausible..

Sauf que l'info relayée par le blog d'Huet énonce bien que - je cite "la quantité d'électricité produite avait diminué plus que calculé en fonction du "vieillissement" du plutonium"..

Ce qui, si je lis bien, évoque une mauvaise évaluation des pertes énergétiques consécutives au "vieillissement du plutonium" lui même, et pas un problème technique annexe dans la conversion chaleur=>électricité..

C'est surprenant... Il y a peut-être une mauvaise interprétation du journaliste, ou une formulation maladroite.. Je vais essayer d'avoir des précisions à la source..

[Ce message a été modifié par vaufrègesI3 (Édité le 30-06-2011).]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il n'est jamais "vieux" le plutonium... (sinon c'est de l'uranium !-)))
Et avec moins de 1% par an de taux de décroissance de la puissance rayonnée (période 88 ans) en tout cas il ne "vieillit" pas plus vite que nous (;-)
J'aimerais bien rester encore aussi gaillard que lui au même âge !
C'est plutôt en effet le rendement du thermocouple qui doit chuter plus vite que prévu.
Pas glop du tout.
Et tous les stocks de plutonium des russes n'y pourront rien (;-)))
Ce Huet mérite d'être hué !
Alain

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Après moultes lectures à diverses sources outre-atlantique... c'est pas clair du tout , la Nasa n'a guère donné de précisions semble t'il..

Mais beaucoup évoquent en effet la possibilité de thermo-couples "dégradés" plus rapidement que prévu. Ce RTG serait un prototype, il n'aurait pas le rendement escompté, ce qui va tout à fait dans le sens suggéré par dg2.. Pas grand chose à voir donc avec le "vieillissement du plutonium"..

Je comprend mieux..

En tout cas, c'est très inquiétant pour les performances de Curiosity, la bonne utilisation de ses instruments, sa protection thermique (chauffage), et bien sûr son autonomie, voire même pour ses capacités de communications via les orbiters..

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant