vaufrègesI3

On saura bientôt s'il y a de la XXX sur Mars

Messages recommandés

Je suis un peu circonspect vis-a-vis de cette utilisation d'un argumentaire "a la Sherlock Holmes". Pour que le raisonnement se tienne, il faut etre absolument certain que l'on a envisage toute les possibilites. Or dans ce cas, j'ai du mal a voir une quelconque "preuve" que ce soit le cas. Certes, ce type d'argumentaire existe en astrophysique, par exemple pour la mise en evidence des trous noirs, mais dans ce type de cas, on a par ailleurs des scenarios astrophysiques relativement solides expliquent la possible formation des choses que l'on souhaite mettre en evidence. On a aussi des arguments theoriques tres solides qui expliquent en quoi la formation de ces objets est, quand les circonstances sont favorables, relativement ineluctable. Je n'ai pas l'impression que l'on soit dans une situation aussi favorable ici.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

>>"il faut etre absolument certain que l'on a envisage toute les possibilites."<<

Je crois savoir que pour la production de méthane sur Mars, il n'y a pas foultitude d'hypothèses possibles...
Certaines pistes étant écartées après études, sauf à douter systématiquement de leur sérieux, pourquoi ne pas envisager alors comme hypothèse la solution la plus "simple" et séduisante ?...

Il est déjà prévu que Curiosity aille "renifler" sur les zones suspectées d'alimenter l'atmosphère en méthane (son émission parait en effet assez localisée à la surface de Mars)..

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

"Je conseillerais en effet une certaine prudence au sujet des propos de Paul Davies ! Il verse effectivement dans la numérologie et autres activités dont la pertinence scientifique apparaît quelque peu incertaine.",
t'as raison dg2, Isaac Newton était donc un rigolo... , attention aux conclusions attives...
Y'a Jean Pierre Petit aussi qui louche vers les ummites, mais est ce que ça remet en cause ses compétences scientifiques ?? Parce que pour avoir été directeur de département au CNRS depuis aussi longtemps, il doit y'en avoir un paquet de billes alors !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J.P. Petit ?.. Rhooooô... Valère... T'es un méchant provocateur toi...

Dans le registre "JPP", perso je préfère.. Jean Pierre Papin !..

in french : http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/sciences/espace/20091209.OBS0157/mars__le_methane_ne_vient_pas_des_meteorites.html

[Ce message a été modifié par vaufrègesI3 (Édité le 10-12-2009).]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Comparer ce JPP-là à Newton, il fallait le faire... Enfin, vous faites ce que vous voulez, hein.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bah Daniel, je les ai achetés et lus les bouquins de JPP, il ne dit pas que des conneries sur la magnétohydrodynamique ? Mais bon, le passage dans un des bouquins où un(e) ummite veut faire l'amour avec lui dans sa chambre, là ça va un peu loin, il avait refusé !!! C'est un peu gnangnan des fois le scientifique...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sur le site de « Ciel&Espace » :
http://www.cieletespace.fr/evenement/4504_le-methane-preuve-de-vie-sur-mars


... on peut lire que Thérèse Encrenaz, du LESIA (Laboratoire d'Études Spatiales et d'Instrumentation, observatoire de Paris-Meudon) déclare :"Une seule équipe de scientifiques a détecté du méthane, et son identification ne fait pas encore l'unanimité dans la communauté scientifique." 

C'est curieux ça...

En effet, en 2004, lors d'une publication dans "Science" , c'est pourtant bien Thérèse Encrenaz et ses collègues qui faisaient état de la détection de ce gaz dans l’atmosphère de Mars. Le méthane avait été repéré à l’aide des instruments de la sonde européenne "Mars Express" (spectromètre PFS embarqué, raie d'absorption du méthane détéctée dans l'infra-rouge autour de 3,3 microns). Certes il y est trouvé présent en très petites quantités (entre 10 et 30 parties par billion), mais il faut savoir que ces mesures confirmaient celles réalisées en 2003 par des télescopes terrestres basés à Hawaï et au Chili. Je ne sache pas que depuis Thérèse Encrenaz ait publié un démenti..

Le 20 février 2009, un article également publié dans « Science »  par une équipe américaine du "Goddard Space Flight Center" (co-signé par M.J. Mumma, G.L. Villanueva, R.E. Novak, T. Hewagama, B.P. Bonev, M.A. DiSanti, A M. Mandell, et M.D. Smith) fait état de dégagements de méthane sur Mars, dégagements détectés depuis la Terre grace à l'utilisation sur trois années martiennes (7 années terrestres) de spectromètres infra-rouge à haute dispersion sur trois télescopes terrestres (entre autres "l'Infrated Télescope Facility" et le "Keck", tous les deux au sommet du Mauna Kea à Hawaï).

Cette étude très poussée a permis de mettre en évidence des dégagements simultanés de méthane et de vapeur d’eau à partir de régions localisées où semblent se former des panaches étendus. Ces dégagements semblent saisonniers. Le panache principal contiendrait 19000 tonnes de méthane en milieu d’été.
D'après cet article, il y aurait trois principales régions de dégagement de méthane, régions relativement voisines. Dans les trois cas, les sols et sous-sols de ces régions semblent riches en hydrogène et/ou en composés volatils (données de Mars Odyssey), ou en minéraux hydroxylés (données spectrales de MRO). Si l'une d'elle (Terra Sabae) ne semble constituée que de terrains anciens sans particularité morphologique notable, les deux autres régions sont bien particulières : l'une d'elle (Syrtis Major) correspond à un volcan relativement récent, et l'autre (Nili Fossae) est une région de fossés tectoniques. Il semble donc y avoir une certaine corrélation entre ces dégagement de méthane, des régions avec des marqueurs de présence d'eau et des régions à activité géologique "récente" notable.

Face à ce constat, il est normal qu'on s'interroge. Par exemple des simulations menées par deux planétologues français, Franck Lefèvre et François Forget, ont tenté de reproduire les données observationnelles à l’aide d’un modèle numérique en trois dimensions de l’atmosphère de Mars. Les résultats sont assez surprenant :

http://www.larecherche.fr/content/actualite-astres/article?id=26645

François Forget en conclue que "Observer et quantifier le méthane se révèle très difficile, et il ne faut pas exclure que les dernières observations soient partiellement erronées"

Il est clair que, exceptées les affirmations totalement "sacralisées" du GIEC en climatologie , il est plutôt de bon ton en sciences de devoir se contenter de formuler des hypothèses et de remettre en question les modèles. Mais sous prétexte que la présence du méthane martien rend perplexe pas mal de scientifiques, il ne serait pas très rationnel de finir par "nier" son existence... en quelque sorte.


[Ce message a été modifié par vaufrègesI3 (Édité le 13-12-2009).]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

mais pourquoi on perdrait autant de temps et d'argent pour étudier mars s'il n'y avait pas de vie dessus ?

pour l'eau ou le petrole une fois qu'il n'y en aura plus sur Terre ? .. non ..


Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et tu ferais comment pour le ramener le pétrole martiens ?
On n'arrive déjà pas à ramener quelques grammes d'échantillons de cette planète, c'est pas pour ramener des tonnes d'hypothétique pétrole...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pas évident, Toinou...

Tu sais, actuellement, ce sont justes de pauvres sondes à 500 millions qui étudient la planète Mars. Mais rêvons un peu : si la Nasa, sous l'impulsion décisive de Barback Obama, décide de s'atteler à une mission martienne sérieuse, on pourra régler deux grands problèmes scientifiques simultanément.
Ainsi, une mission humaine à 500 milliards permettrait d'effectuer des forages profonds dans le désert martien. On saurait ainsi si il y a du pétrole sur Mars, et donc de la vie fossile, puisque le pétrole a une origine biologique fossile. En forant adroitement, on trouverait aussi bien sûr des nappes d'eau liquide, et donc de la vie actuelle aussi.

Je me demande pourquoi on ne lance pas au plus vite une telle mission qui permettrait de découvrir du pétrole + de la vie fossile + de l'eau + de la vie actuelle. Ca fait rêver, les programmes scientifiques ambitieux.

S

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Aaaaaah !... C'est qui est sûr, c'est que ce n'est pas après avoir "grattouillé" les quelques malheureux cm3 de la surface martienne en 40 ans qu'on risquait en quoi que ce soit de trouver du pétrôle !!!!..

kali, Toinou, Supersansplomb >>> Vous êtes pénibles !...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un nouvel endroit très intéressant et potentiellement propice à cette excitante quête martienne du côté d'Acidalia Planitia
dans les plaines profondes de l'hémisphère Nord.
En plus des zones argileuses et autres, bien sûr !
Et plus précisément au niveau d'étranges formations en forme de dômes qui pourraient être interprétées comme une manifestation
de résurgences boueuses provenant de courants aqueux en profondeur, une sorte de volcanisme mais sans magma ...


Crédit: MRO-CTX NASA/JPL/MSSS

Sources :

The Planetary Society Blog (Emily Lakdawalla) http://www.planetary.org/blog/article/00002611/

Icarus, août 2010 :
"Evidence for pervasive mud volcanism in Acidalia Planitia, Mars"
Dorothy Z. Oehler & Carlton C. Allena (NASA-Johnson Space Center)
http://www.sciencedirect.com/science_ob=ArticleURL&_udi=B6WGF-4YRPDX5-3&_user=10&_coverDate=08%2F312F2010&_rdoc=1&_fmt=high&_orig=search&_sort=d&_docanchor=&view=c&_acct=C000050221 &_version=1&_urlVersion=0&_userid=10&md5=a72de1cf73275df595ebfa8ef6323f5e

Abstract (extrait) :
"... providing potential habitats for an in situ microbiota. ...
Since the distal setting of Acidalia also would favor concentration and preservation of potentially-present organic materials, samples brought to the surface by mud volcanism could include biosignatures of possible past or even present life. ..."

[Ce message a été modifié par BobMarsian (Édité le 07-08-2010).]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Intéressant Bob, un nouveau site à explorer si l'hypothèse "volcans ce boues" se confirme. En tout cas cela démontre encore la diversité et la complexité géologique de Mars..

Par ailleurs, je reviens là dessus et j'insiste : Il me semble que l'on ne souligne pas assez le changement de paradigme concernant l'exploration martienne à venir..
Jean Pierre Bribing le souligne dans la vidéo au début de ce sujet : TOUS les engins envoyés à la surface de Mars, y compris Spirit et Opportunity l'ont été quasi "au hasard", c'est à dire en se basant sur des aspects géomorphologiques laissant supposer que l'eau a peut-être coulé ici ou là.. Spirit et Opportunity ont été envoyés à la surface de Mars avant même que l'on y découvre les argiles... ailleurs.


La grande avancée de ces dernières années, c'est la caméra infrarouge "Omega" embarquée sur Mars Express depuis 2003, puis la caméra "Crism" de Mars Reconnaissance Orbiter depuis 2006. Elles ont dressé la carte minéralogique de Mars. On a enfin localisé pour la première fois des minéraux hydratés comme des phyllosilicates, des carbonates, des argiles qui témoignent qu'à de nombreux endroits de l’eau liquide a été présente et stable sur de grandes étendues et surtout sur de longues périodes géologiques.

On sait donc maintenant précisément ou chercher, et ce sont plutôt sur des hauts plateaux, très anciens et donc très cratérisés. Tout le contraire de là où on cherchait il y a peu !..
De plus, contrairement aux Viking, Curiosity semble enfin avoir les instruments aptes à détecter des biosignatures, il a une précision d'atterrissage incomparable, et il va être envoyé sur un site où la présence d'argile est avérée..

Un passionné de l'exploration martienne rappelle ici les quatres sites retenus :

http://ciel.science-et-vie.com/2010/07/03/quel-site-datterrissage-sur-mars- pour-la-sonde-curiosity/


Avec sa pertinence habituelle, vous noterez que l'auteur envisage que le site visité soit au final "Holden" ou "Eberswalde" : En effet, ces 2 sites sont très proches et Curiosity a sans doute la capacité à les explorer tous les deux. On verra bien..

Bref, sur Mars, à l'échelle des 10/15 prochaines années, on a une petite chance, unique, de découvrir l'émergence d'une vie E.T., ... ou pas..

[Ce message a été modifié par vaufrègesI3 (Édité le 10-08-2010).]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ah Vauffy, je te sens impatient de voir le nouveau rover de la NASA s'envoler vers la planète rouge... Encore un an à attendre !!

Plus loin, en 2016, la 1ère mission conjointe NASA/ESA aura notamment pour but de découvrir l'origine du fameux méthane martien. Les instruments viennent d'être choisis : http://www.esa.int/esaCP/SEMZ362O9CG_France_0.html
(lien en français)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

"Impatient" certes Jack, mais surtout de voir atterrir ce rover correctement sur Mars, vers juillet 2012. Je demeure en effet assez dubitatif avec "Skycrane", ce système très complexe de "grue aéroportée" adopté pour l'atterrissage de Curiosity. Cette complexité, c'est sans doute le prix à payer pour obtenir la précision d'une ellipse limitée à 20 km de long, là où les engins précédents ne pouvaient faire mieux qu'une ellipse étendue jusqu'à 150 km (par 20 km).

Faisant suite à mon message précédent, voici un bon exemple des progrès actuels sur la géologie de Mars, ici grace à MRO : Des données recueillies par CRISM (Compact Reconnaissance Imaging Spectrometer for Mars) ont permis de détecter récemment la présence de carbonate de magnésium (« magnésite ») dans la région martienne de Nili Fossae :

http://www.planete-mars.com/news/index.php?id=956


Les commentaires de Pierre Brisson sont quasi identiques aux miens plus haut, il doit lire Astrouf - je le cite :

Avec le temps et les recherches, l’image géologique de Mars s’affine et donc ses ressemblances et ses différences avec la Terre apparaissent plus précisément. /../
On a atteint dans nos recherches un point critique pour savoir, enfin, si la vie a émergé ailleurs que sur Terre. On sait où chercher et quoi chercher.

[Ce message a été modifié par vaufrègesI3 (Édité le 18-08-2010).]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bon je vois que Superinformé est toujours en pleine forme et Vaufrèges aussi. Le premier ne jure que sondes automatiques pas chères et le second lui voit grand avec une débarquement humain massif sur Mars et il a raison! Il faut mettre le paquet sur cette planète superbe et arrêter d'envoyer des robots idiots qui cherchent là où il ne le faut pas et ne comprennent de toutes façons pas ce qu'ils voient quand par hasard ils se baladent là où il le faut!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Hier, un article sur les "volcans de boue" d'Acidalia Planitia dans Astrobiology Magazine.
http://www.astrobio.net/exclusive/3586/mud-volcanoes-on-mars
http://www.astrobio.net/
http://i.space.com/images/mud-volcanoes-life-on-mars-100819-1-02.jpg


Crédit: NASA/JPL/University of Arizona


Crédit: U.S. Geological Survey/NASA/D.Oehler

[Ce message a été modifié par BobMarsian (Édité le 20-08-2010).]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci Bob
Je cite :
"Oehler et son co-auteur Carlton Allen ont tracé, pour la première fois, plus de 18.000 de ces monticules circulaires. Leur évaluation est que plus de 40.000 volcans de boue pourraient être trouvés dans cette région..."

Sachant, si j'ai bien compris, que la taille des volcans de boue peut s'étendre jusqu'à des dizaines de kilomètres de diamètre !... Une preuve supplémentaire que la surface de Mars est très loin d'être réduite à un désert de dunes (comme le suggère parfois de mauvaises langues ).

Les auteurs signalent aussi qu'il conviendrait d'aller fouiner dans les structures les plus "jeunes" pour espérer trouver des biosignatures éventuellement préservées.. Il reste aussi à confirmer formellement qu'il s'agit bien de volcans de boue, même si ça semble en avoir véritablement les caractéristiques..

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui Vaufrèges, mais attention... Ca peut être problématique d'envoyer MSL ou un autre engin sur ce type de site. Si la boue est profonde et humide, le rover peut être perdu. Donc prudence.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pfffuuuuu... n'importe quoi... niarff..

Il est reviendu !!!! Où l'était passé ??

Aaah !.. Pendant ce temps, on en a profité : Qu'est-ce qu'on était bien entre nous là ! D)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant