Sign in to follow this  
asp06

Le Soleil et la meteo (Suite n°2)

Recommended Posts

Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

quote:
On y constate avec effarement le dogmatisme et la malhonnêteté des chercheurs du GIEC, qui désormais, face à l'avalanche de données scientifiques qui prouvent que le RC n'a jamais existé, pardon, que le RC d'origine humaine n'a jamais existé

Il me semble qu' on en était à :
"pardon, le RC d'origine humaine existe, mais il est moins important que prévu".

On se prépare, dans les milieux anti-GIEC autorisés, à publier cette stupéfiante révélation (en s' appuyant sur des emails confidentiels): "le RC d'origine humaine existe, il est aussi important que prévu, mais il s' accélère moins que prévu".

Share this post


Link to post
Share on other sites
Deux études publiées dans des revues à comité de lecture, portant sur l'évolution des températures depuis 4000 ans (au Groenland) et depuis 2845 ans (haut plateau du Tibet) prouvent que l'optimum climatique du Moyen Age et le petit âge glaciaire, ont bien eu lieu au Groenland et au Tibet, contrairement aux dénagations du GIEC qui limite ces deux phénomènes à l'Atlantique Nord. Mais surtout, surtout, ces études montrent et elles le disent explicitment, que l'épisode chaud que nous connaissons depuis 100 ans a eu des précédents au moins aussi chauds et que donc notre épisode chaud actuel ne sort pas des limites de la variabilité naturelle:
http://www.pensee-unique.fr/oceans.html#tempast

Ici un extrait significatif de l'étude sur le Groenland:

"On trouve que la température actuelle moyennée sur 10 ans (2000-2010) au Sommet (NdT : du Groenland. Sommet s'écrit avec une majuscule en anglais parce qu'il désigne l'endroit où ont été effectués les carottages GISP2) est égale à −29.9 ± 0.6°C à partir de l'enregistrement AWS ajusté et inversé (Figure 1). Ceci est indiqué dans le contexte des 4000 années précédentes (Figure 1). La température moyenne de la surface est aussi élevée que dans les années 1930-1940 (Figure 1 en haut) et il y a eu une autre période aussi chaude (−29.7 ± 0.6°C) dans les années 1140 (Figure 1, au milieu) (Optimum Médiéval), ce qui montre que la décennie actuelle ne se situe pas en dehors de l'enveloppe de la variabilité des 1000 dernières années. Si on exclut le dernier millénaire, il y a eu 72 décennies plus chaudes que la décennie actuelle, pendant lesquelles les températures étaient de 1,0 à 1,5°C plus chaudes, tout particulièrement dans la partie la plus ancienne des 4000 dernières années. [Dahl‐Jensen et al., 1998; Wanner et al., 2008]. Durant deux périodes (∼1300 B.P. and ∼3360 B.P, Ndt BP= avant le présent).) les températures moyennées sur 100 ans étaient presque 1,0°C plus chaudes (−28.9°C, percentiles 97) que lors de la présente décennie (Figure 1, en bas) .
A partir de ces observations, nous concluons que la température décennale moyenne de la neige au centre du Groenland n'a pas dépassé l'enveloppe de la variabilité naturelle des 4000 années passées.

5.4. Contexte futur
...] La température moyenne reconstruite de la période 1970–1999 est de −31.4°C de telle manière que les valeurs de +2 à +4°C au dessus de la période 1970–1999 au sommet du Groenland vont de −29.4°C à −27.4°C, ce qui indique une possibilité de dépasser la limite supérieure (−28.7°C) de la variabilité naturelle avant 2100."

Le dernier paragraphe parlant du furur ne mange pas de pain (le futur...) et est à comprendre comme une révérence d'usage envers le consensus ambiant pro-Giec, démarche classique de la part d'études qui par ailleurs sont en contradiction totale avec ce que proclame Le Giec. Il faut bien sauvegarder ses chances de continuer à bénéficier de crédits de recherche... Mais bon, on avance...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le dernier paragraphe n'est pas une supposition gratuite mais une affirmation. Cette publication reconnait le rôle du CO2 que toi et ton copain de PU niez, mais vous vous en servez quand même d'argument. Comme d'habitude votre argumentaire fragile se mord la queue.

Le papier chinois me semble folklorique par contre : "Moreover, cold intervals corresponded to sunspot minimums. The prediction indicated that the temperature will decrease in the future until to 2068 AD and then increase again."
Comment peuvent ils affirmer que sur près de 3000 ans d'enregistrement, les minimums de température correspondent au minimums solaires ? Les gros minimums sont établis sur 1000 en gros. Me goure-je ?
Et alors aller affirmer que les température vont diminuer jusqu'en 2068 là c'est vraiment du grand gignole Est ce qu'il y a un lien avec le fait que la Chine se fou du CO2 qu'elle rejette, je ne sais pas, mais on peut se poser la question. Le fait que ça n'ait pas été publié dans une grande revue internationale n'est pas de très bon augure dans tous les cas.

[Ce message a été modifié par jldauvergne (Édité le 15-01-2012).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le réchauffement climatique rendrait les lézards plus malins d'après une étude très sérieuse...

Ici: http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/zoologie/d/le-rechauffement-climatique-rendrait-les-lezards-plus-malins_35974/

Le réchauffement climatique rend peut-être les lézards plus malins, mais je crains fort qu'il rende les hommes plus couyons...


Plus sérieusment voici un texte plein de sagesse du physicien et enseignant-chercheur à Polytechnique, Serge Galam, sur le renversement de la preuve:

Il est plutôt surprenant que celui qui affirme détenir « la » vérité voit ses paroles prises pour argent comptant quand celui qui réclame une preuve de cette affirmation non démontrée scientifiquement doit, pour être écouté, apporter la preuve que la vérité défendue sans preuve est fausse.

Les techniques, la méthodologie, toute notre approche expérimentale et nos constructions théoriques ont été inventées pour prouver l’existence de ce qui existe. En revanche, il est impossible de prouver l’inexistence de ce qui n’existe pas… La preuve ne peut porter que sur quelque chose d’existant.

Dans le débat sur le climat, j’insiste sur le fait que je parle bien d’absence de preuve, et non de doute, à propos de la responsabilité humaine en matière de réchauffement.

De même, à propos de la question de savoir si nous sommes dans une phase longue de réchauffement ou de refroidissement. Le doute implique une croyance. Or en termes scientifiques soit j’ai la preuve, soit je ne l’ai pas. Il n’y a pas de place pour la subjectivité dans la validité d’un résultat scientifique. Il est urgent de savoir dire : « scientifiquement, on ne sait pas ».

Aujourd’hui je ne dis pas que je doute de la responsabilité humaine, je dis qu’il n’y a pas de preuve de cette responsabilité. C’est un fait, pas une opinion.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le réchauffement climatique rendrait les lézards plus malins d'après une étude très sérieuse...

Ici: http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/zoologie/d/le-rechauffement-climatique-rendrait-les-lezards-plus-malins_35974/

Le réchauffement climatique rend peut-être les lézards plus malins, mais je crains fort qu'il rende les hommes plus couyons...


Plus sérieusment voici un texte plein de sagesse du physicien et enseignant-chercheur à Polytechnique, Serge Galam, sur le renversement de la preuve:

Il est plutôt surprenant que celui qui affirme détenir « la » vérité voit ses paroles prises pour argent comptant quand celui qui réclame une preuve de cette affirmation non démontrée scientifiquement doit, pour être écouté, apporter la preuve que la vérité défendue sans preuve est fausse.

Les techniques, la méthodologie, toute notre approche expérimentale et nos constructions théoriques ont été inventées pour prouver l’existence de ce qui existe. En revanche, il est impossible de prouver l’inexistence de ce qui n’existe pas… La preuve ne peut porter que sur quelque chose d’existant.

Dans le débat sur le climat, j’insiste sur le fait que je parle bien d’absence de preuve, et non de doute, à propos de la responsabilité humaine en matière de réchauffement.

De même, à propos de la question de savoir si nous sommes dans une phase longue de réchauffement ou de refroidissement. Le doute implique une croyance. Or en termes scientifiques soit j’ai la preuve, soit je ne l’ai pas. Il n’y a pas de place pour la subjectivité dans la validité d’un résultat scientifique. Il est urgent de savoir dire : « scientifiquement, on ne sait pas ».

Aujourd’hui je ne dis pas que je doute de la responsabilité humaine, je dis qu’il n’y a pas de preuve de cette responsabilité. C’est un fait, pas une opinion.

[Ce message a été modifié par Joël Cambre (Édité le 15-01-2012).]

Share this post


Link to post
Share on other sites

comparé sur quarante ans ça ne fond pas plus que ça ces dernières temps ...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Joël Cambre, c'est un nouveau que tu viens de nous sortir ce Serge Galam ?

Tiens, c'est très simple de lui répondre, s'il veut des preuves : qu'il trouve l'origine du réchauffement climatique. S'il prouve que c'est lié à euh ... chépas l'interaction du boson de Higgs avec le quadripotentiel d'une D0-brane, très bien, on pourra, tranquillos, consommer un max ...

P.S. : C'est sur Wikiberal que tu l'as trouvé ? parce que, si t'es en état de manque tu pourras trouver d'autres citations de lui, dont celle-ci avec laquelle, en plus, je suis d'accord : "S'opposer aux conclusions du GIEC ne veut pas dire, loin de là, soutenir la pollution et les gros bénéfices des sociétés polluantes."

P. S. 2 : Etpi tu trouveras la "liste des scientifiques sceptiques sur le réchauffement climatique" http://www.wikiberal.org/wiki/Liste_de_scientifiques_sceptiques_sur_le_réchauffement_climatique avec tous les bons, les Courtillot, Allègre . Tu devrais avoir suffisamment de matière pour nous alimenter un fil de 3500 pages

P.S. 3 : Dis, au fait, tu pourrais faire une page pour ton mentor Jacques Duran de la très bien nommée pensee-unique, il y a même pas droit

Share this post


Link to post
Share on other sites
ben oui la surface d'océan couvert de glace ne diminue pas vraiment au pôle sud, l'épaisseur plus près du pôle sur la terre ferme aurait même tendance à augmenter si je me souviens bien.

Share this post


Link to post
Share on other sites
On est d'accord, sauf qu'au nord, c'est vraiment pas la même chanson...

Share this post


Link to post
Share on other sites
pour le nord j'ai lu des témoignages de pilotes d'avions sur de lignes régulières au dessus du cercle polaire qui parlaient de grandes étendues libres de toute glaces en été il y a un demi siècle. je n'ai plus les sources sous le coude malheureusement pour savoir à quels endroits ils passaient réellement. on manque vraiment de mesures homogènes sur de longues périodes pour caractériser précisément pour différents régions du globe l'intensité réelle des changements.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Claude Allègre rechute... (Soupir) Je rappelle que M. Allègre est certes un très bon géochimiste, mais pas climatologue. Digression: l'arabesque latérale est un concept décrit dans "Le principe de Peter".
Ceci m'amène une observation... les Sciences de la Terre, en France pour ce que je connais, font leur mutation et tout le monde dans la recherche scientifique se met à travailler sur l'environnement... les vulnérabilités, les risques et autres connexités faisant appel parfois à l'interdisciplinarité... comme au BRGM et certains laboratoires de géologie. Ce qui me fait dire que certains géologues comprennent bien qu'il y a urgence avec le RC alors que certaines éminences passent à coté.

[Ce message a été modifié par maire (Édité le 30-01-2012).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
les équipes de recherche travaillent aussi sur les thèmes qui sont financés préférentiellement à d'autres, à tort ou à raison, et ce n'est pas pour autant que la recherche sur le climat et son évolution sera automatiquement de meilleure qualité.
l'activité principale de pas mal de chercheurs reste, dans le contexte actuel, la recherche de crédits.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Oui c'est au moins 50% du temps pour certains, ce qui est une aberration...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Les mauvaises langues affirment que pendant que les chercheurs se cassent le derrière à déposer des demandes de financement, administrativement de plus en plus compliquées (il faut voir les feuilles de temps et tva flottante non récupérable en cout réel sur l'assiette réduite), ils dépensent moins. C'est économique.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le Met Office britannique, qui travaille avec le Hadley Center et l'université d'East Anglia, et qui est fort peu suspect de scepticisme climatique, vient de sortir des statistiques sur les températures passées depuis 1997, ici: http://www.metoffice.gov.uk/news/releases/archive/2011/2012-global-temperature-forecast

Quand on les analyse, cela montre exactement la même chose que les données des autres organismes, et cela se murmure de plus en plus fort dans les cercles initiés, (y compris au sein du Giec), à savoir que depuis environ 14 à 15 ans les températures globales n'ont pas subi la moindre hausse "statistiquement significative". Le directeur du CRU d'East Anglia, Phil Jones le reconnaissait d'ailleurs dans une interview de la BBC en février 2010, pour la période 1995-2010. On en parle dans les médias anglais mais pas encore en France en dehors des sites spécialisés sur le climat:
http://www.dailymail.co.uk/sciencetech/article-2093264/Forget-global-warming--Cycle-25-need-worry-NASA-scientists-right-Thames-freezing-again.html
http://www.newsnet5.com/dpp/weather/weather_news/United-Kingdom-Meteorology-Office-declares-Earth-hasnt-warmed-in-15-years
http://www.thegwpf.org/the-observatory/4868-the-mail-on-sunday-the-met-office-and-the-temperature-standstill.html

etc. En français ici: http://www.skyfall.fr/?p=1004

Bref, cela fait désordre de plus en plus, surtout quand on compare avec la courbe du CO2 qui elle ne fait que monter régulièrement (voir ci-dessous le diagramme tiré du très sérieux site "climate4you" du scientifique norvégien Ole Humlum qui a pris les données du HadCRUT3 qui fournit le Giec):

A partir de 2002 en gros la tendance est même à une baisse mais "non statistiquement significative"...

Et là une courbe du même norvégien, montrant la corrélation statistique du taux de CO2 (en abcisse) avec les températures de surface globales (en ordonnée), corrélation qui se décorrèle de plus en plus en fait...:


Voir son site pour les détails explicatifs.

Voici un autre graphique ci-dessous d'un statisticien britannique, qui lui a superposé les quatre courbes des températures de surface terrestre globales, des quatre institutions de base, à savoir: UAH, HadCRUT3v, GISTEMP et RSS MSU. Ce graphique montre donc plusieurs courbes de couleur reflétant les résultats de tous ces instituts traitant des températures, courbes dont les années de référence (différentes selon les instituts) ont été harmonisée à la seule période janvier 1981-Décembre 2010. La courbe montre l'évolution des températures de 1985 à début 2012:

Je rappelle que les hauts et les bas de la courbe sont étroitement liés aux épisode El Nino (chaud) et La Nina (froid) de l'océan Pacifique. En 2010 on a eu un fort El Nino, depuis on est passé dans un La Nina. Ces épisodes durent un an et demi à deux ans. Là on est dans de la météo, pas dans du climat.

Cela devrait suggérer pour le moins qu'il y a bien d'autres forces à l'oeuvre dans le changement climatique que les seuls gaz à effet de serre, et que tout ça a été bien trop simplifié, et que ces forces naturelles donc, ne sont pas négligeables du tout. Il faudra attendre encore combien d'années pour que les questions qui agitent les spécialistes surgissent au niveau du grand public, et passent à travers l'épais manteau d'idéologie et d'influences politiques qui protège les scérarios du GIEC? 20 ans? 30 ans? Pourtant il a suffit de 22 ans, de 1977 à 1998 très exactement, pour que la tendance positive des températures observée alors (en rose sur le schéma de climate4you de notre ami norvégien) emporte la décision et fasse proclamer que c'était décidément l'homme qui était la source du réchauffement climatique observé durant cette période et plus généralement depuis 1950. En effet d'après le Giec c'est à partir de 1950 seulement que les rejets humains de CO2 sont considérés comme suffisamment puissants désormais pour influencer en majorité le climat en prenant le pas sur les facteurs naturels. Hé bien ces facteurs naturels, prennent en ce moment leur revanche en agissant de telle sorte que la courbe des températures globale refuse obstinément de monter, laissant celle du CO2 caracoler seule vers le haut... "Les faits sont têtus" disait Lénine et la Nature se moque des modèles informatiques. Je rappelle quand même que l'on parle d'augmentation des températures de 0,74°C sur un siècle de 1905 à 2005, ceci officiellement, et que des variations de 0,10 ou 0,20°C ne signifient pas grand chose sachant la marge d'erreur des mesures de températures de surface à partir des stations météo à terre, qui servent encore beaucoup à côté des mesures satellitaires. J'ajoute que les facteurs naturels en question sont en gros trois: les oécans, les nuages et le Soleil, tous trois mal connus, fait reconnu par le Giec lui-même. Et qu'en l'état actuel des choses on ferait mieux de dire "on ne sait pas comment fonctionne en fait le climat", et "laissez-nous le temps d'étudier la question dans la sérénité". Ce serait plus honnête que de faire des prévisions à 100 ans à partir de modèles informatiques. Mais l'organisme qui s'occupe de ça, le Giec a pour mission de, je cite, "comprendre les fondements scientifiques des risques liés au changement climatique d’origine humaine"... Cqfd!

Ps: Petit bonus pour ceux qui veulent savoir pourquoi il fait si froid en ce moment et pourquoi l'hiver a été si doux auparavant): Cela est dû au fait que l'oscillation arctique est passée de positive à négative, ce qui signifie que l'anticyclone des régions arctiques est devenu plus fort que celui des Açores, alors qu'avant c'était l'inverse. Voir graphiques et explications ici: Chapitre 3) Les relevés de température des océans, sixième schéma. On y parle de l'AO (arctic oscillation) et il faut cliquer sur le schéma aux traits verticaux bleus.
http://www.pensee-unique.fr/indicateurs.html#glace

[Ce message a été modifié par Joël Cambre (Édité le 02-02-2012).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Joël Cambre, fais gaffe à tes arguments, je dis ça par charité, parce que ça me fait mal que tu te prennes les pieds dans tes argumentations.

Quand je regarde ton graphique du milieu, y a une p.... de belle corrélation entre le CO2 et les anomalies de températures, s'en est même surprenant. Alors là, ton mec de Norvège il fait un ajustement (fit) au cinquième degré (un polynôme du cinquième degré ...) et là il voit qu'il y a une tendance à la baisse sur les dernières années. Il y a de quoi rigoler : c'est tellement linéaire que ce n'est que sur les extrémités que le fit s'infléchit.

Retire cette courbe, franchement elle dessert ton valeureux combat, à la voir, même moi, j'aurais tendance à croire aux conclusions du GIEC

Share this post


Link to post
Share on other sites
perso je ne psnese pas que des variation decenales soient significatives. en revanche des variations sur des siecles, ça oui, ça cela a tendance a ecreter pas mal d’effet périphériques
et la je crois qu'il n'y a pas bcp de place au doute
http://www.grida.no/images/series/vg-africa-fr/graphics/01-temperature.jpg

puis je te l'ai déjà indiqué mais t'es pénible sur un point tu passe ton temps a dire que c'est pas l'activité de l'homme qui réchauffe la planete, très bien
pis a chque fois qu'on te présente un graphe ou l'on voi les tendances, tu t'applique a démontrer que c'est soi complot, soi que le chiffres vienne de sources erronés etc.
bref tu nie non seulement le réchauffement anthropiques, ( ce qui n'est pas scientifiquement infondé) mais tu nie également le réchauffement tout cours tout en dénigrant la causalité du réchauffement
bref tu est dans une course au contrepoint qui ne rendent pas le reste de tes affirmations audible

perso je suis tres con j'observe que le climat a commencer à changer a partir du moment ou on a commencer a polluer (au sens strict) l’atmosphère au debut de la révolution industriel. la tendance ne s’inversant et s’aggravant avec l’augmentation d’êtres humain et de l'industrialisation, j'ai juste du mal a imaginer qu'il n'y a aucun rapport. les fait, rien que les faits , toujours les faits.
alors après on peut imaginer que ce soie des causes naturelle qui seriant par pur hasard masqué par les activité humaine, avec le bon tempo et la bonne chronologie, mais en science on aime pas du tout les "bons hasard", 99999999999% du temps ça masque une compréhension partielle ou erroné du phénomène


Share this post


Link to post
Share on other sites
perso je ne pense pas que des variation décennales soient significatives. en revanche des variations sur des siècles, ça oui, ça cela a tendance a écrêter pas mal d’effet périphériques
Et la je crois qu'il n'y a pas bcp de place au doute
http://www.grida.no/images/series/vg-africa-fr/graphics/01-temperature.jpg

Puis je te l'ai déjà indiqué, mais t'es pénible sur un point : tu passes ton temps à dire que c'est pas l'activité de l'homme qui réchauffe la planète, très bien !
pis a chaque fois qu'on te présente un graphe ou l'on voit les tendances, tu t'appliques a démontrer que c'est : soi complot, soi que les chiffres viennent de sources erronés etc.
bref tu nie non seulement le réchauffement anthropiques, (ce qui n'est pas scientifiquement infondé) mais tu nie également le réchauffement) tout cours (ce qui est scientifiquement inexact) tout en dénigrant la causalité du réchauffement
bref tu est dans une course au contrepoint qui ne rendent pas le reste de tes affirmations audible

perso je suis très con j'observe que le climat a commencer à changer à partir du moment ou on a commencé à polluer (au sens strict) l’atmosphère au début de la révolution industriel. La tendance ne s’inversant pas et s’aggravant avec l’augmentation d’êtres humain et de l'industrialisation, j'ai juste du mal a imaginer qu'il n'y a aucun rapport. Les fait, rien que les faits , toujours les faits.
alors après on peut imaginer que ce soie des causes naturelle qui seraient par pur hasard masqué par les activités humaines, avec le bon tempo et la bonne chronologie, mais en science on aime pas du tout les "bons hasard", 99999999999% du temps généralement, ça masque une compréhension partielle ou erroné du phénomène

[Ce message a été modifié par frédogoto (Édité le 06-02-2012).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Je suppose que ce site a déjà été cité...
Pas mal de points abordés et pas mal d'éléments de réflexion..
http://www.manicore.com/index.html

(J'ai le souvenir d'avoir fait passé des courbes de tendance dans des nuages de points avec Excel et il n'y avait pas moyen d'avoir autre chose qu'une extrémité décroissante alors que le nuage tendait de manière asymptotique vers une valeur constante... Il faut toujours être "critique" vis à vis des outils que l'on utilise...)

Je crois que Télérama a sorti un dossier sur le cas Allègre - le parcours du scientifique et de l'homme politique et non sur la polémique sur le climat... Le bonhomme est consternant!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this