Sign in to follow this  
ndesprez

classement des étoiles

Recommended Posts

Bonjour. Je cherche à savoir comment fait-on pour situer une étoile sur le diagrame HR. Concernant la température je suppose qu'elle se déduit de son spectre mais qu'en est-il de la luminosité. Ca se déduit comment cette chose là ?
Cordialement.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com
La luminosité d'une étoile (ou la magnitude absolue) est obtenue à partir de sa magnitude apparente et de sa distance. Le plus simple pour avoir la distance est la mesure de parallaxe (par exemple les mesures d'Hipparcos).

Pour un amas, toutes les étoiles étant à la même distance, on peut tracer le diagramme HR avec les magnitudes apparentes (les magnitudes absolues étant toutes décalées d'une même valeur para rapport aux magnitudes apparentes). La température, elle est estimée par la différence entre les magnitudes B-V. Ca permet d'estimer l'âge de l'amas selon la position de la branche horizontale.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Si j'ai bien compris la question : tu disposes d'un diagramme HR, tu observes une étoile et tu voudrais savoir où la placer sur le diagramme HR. C'est bien ça ? (Et non pas : comment construire ce diagramme HR ?)

Dans ce cas on n'a pas besoin de sa température : en abscisse on a les indices de couleurs (ou les types spectraux), il suffit donc de mesurer l'indice de couleur de l'étoile (ou son type spectrale). (Les températures s'en déduisent, mais ce n'est pas utile pour placer l'étoile sur le diagramme HR).

Pour les ordonnées (magnitudes absolues), c'est comme a dit ChiCyg.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Merci pour vos réponses. C'est bien ce que je cherchais (j'en déduis qu'en 1910 on savais déjà utiliser pour nombre d'étoiles, la méthode de la paralaxe).
Cordialement.
ndesprez

Share this post


Link to post
Share on other sites
quote:
j'en déduis qu'en 1910 on savais déjà utiliser pour nombre d'étoiles, la méthode de la paralaxe
Bien sûr, et pas seulement les parallaxes. Les astronomes utilisaient toutes les ressources dont ils disposaient les plus anciennes comme les plus récentes : l'astronomie de position, la photométrie, la spectroscopie, la photographie.

Le premier tracé que j'ai trouvé du diagramme HR est la figure 1 de ce texte de Henry Russell. http://adsabs.harvard.edu/cgi-bin/nph-data_query?bibcode=1914PA.....22..275R&db_key=AST&link_type=ARTICLE
Cet article est suivi d'un second : http://adsabs.harvard.edu/cgi-bin/nph-data_query?bibcode=1914PA.....22..331R&db_key=AST&link_type=ARTICLE
Les deux ont paru dans Popular Astronomy, je trouve qu'ils sont remarquables, en tous cas ils illustrent parfaitement la démarche astronomique (ou plus largement celle des sciences de la nature), observer, rapprocher les observations, faire des synthèses, déduire des relations, des tendances, essayer enfin d'en tirer une interprétation physique.

Russell s'appuie (entre autres) sur l'étude des binaires et en particulier des binaires à éclipse qui permettent d'obtenir des masses, mais aussi des populations d'étoiles. Son grand problème est de déterminer quel est le trajet d'une étoile au cours de son évolution (chaque étoile balaye-t-elle tout le diagramme ou seulement une partie) ? Les géantes sont-elles à la fin ou au contraire au début de leur évolution ?

Il manque un ingrédient essentiel : l'origine nucléaire de l'énergie des étoiles, mais on sent bien que tout est en place pour intégrer cette nouvelle science. Dans le deuxième article, page 248 note 2 Russell écrit (en 1914) :

quote:
It is also probable that the available potential energy of a star is not entirely gravitational, but partly, if not mainly, of radio-active or similar atomic origin.
Soit : "Il est aussi probable que l'énergie potentielle disponible dans une étoile n'est pas seulement gravitationnelle, mais partiellement, si ce n'est principalement, radioactive ou d'une origine atomique similaire."

Remarque remarquable, chapeau bas Sir Russell

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this