Sign in to follow this  
Fourmi103

Actualités de Curiosity

Recommended Posts

Merci pour ces explications détaillées de l'ultime étape, et non la moins compliquée, du périple de Curiosity avant de pouvoir commencer sa mission.

En espérant que tout se passe bien le 6 août.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Photographier la Lune
Guide complet pour la photographier de la Lune.
Information et commande sur www.photographierlalune.com
Bonjour,

Superbe présentation Vaufy ! Merci.

J'ai une question au sujet du moment précis ou Curiosity prendra contact avec le sol martien. On nous explique que l'ordinateur s'assure pendant une seconde que le rover est correctement déposé.

Et si ce n'était pas le cas ?

Un rocher plus gros que prévu, une pente supérieure a 45°... Peu probable mais envisageable. Je sais que l'ellipse d'atterrissage a été soigneusement inspecté par MRO mais, à cette échelle, une mauvaise surprise n'est pas exclue. De plus, le radar de descente n'est pas décrit comme pouvant anticiper (détecter) ce genre de problème.

Peut-on imaginer une dernière manoeuvre corrective avant la section des câbles et la séparation définitive du rover avec le skycrane ? Je n'ai, en tout cas, rien trouvé à ce propos...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tant que le système considère que le rover n'est pas posé, les câbles ne se libèrent pas... mais il n'a pas pas la capacité de faire se déplacer latéralement la "grue" pour chercher un autre site..

Sachant que la garde au sol du rover est énorme (60 cm), les contraintes retenues pour la zone d'atterrissage imposent une probabilité de moins de 0,5% de rencontrer un rocher de plus de 55 cm dans une zone de 4 m2. MRO est performant à ce niveau de définition, mais comment être absolument sûr de la réalité du terrain.. Impossible..

La caméra "MARDI" commencera à prendre des photos du sol martien sous le rover au rythme de 5 images par seconde dès que le bouclier thermique avant n'obstruera plus le champ de son optique jusqu'à l'atterrissage environ 2 minutes plus tard : Mais bien entendu les images ne seront exploitées par les scientifiques qu'après l'atterrissage pour situer la future zone d'atterrissage et identifier les formations géologiques intéressantes à explorer situées à moins de 2 km de celui-ci..

[Ce message a été modifié par vaufrègesI3 (Édité le 01-07-2012).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
"Sachant que la garde au sol du rover est énorme (60 cm), les contraintes retenues pour la zone d'atterrissage imposent une probabilité de moins de 0,5% de rencontrer un rocher de plus de 55 cm dans une zone de 4 m2."

Je ne suis pas vraiment très inquièt à ce sujet mais je me pose quand même la question. D'ailleurs, depuis la redéfinition de l'ellipse d'atterrissage, ce pourcentage de 0.5% a peut-être un peu évolué...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Comme indiqué par la Nasa, l'ellipse d'atterrissage a été réduite de 25 x 20 km à 20 x 7 km, plus proche des premières pentes de la montagne Sharp, son objectif en particulier pour les argiles (en vert). Mais cette zone comporte une zone de dunes (bande sombre), avec des terrains pouvant atteindre 15 degrés d'inclinaison :

Dans cette perspective, le JPL a procédé récemment à des essais dans les dunes du désert des Mojaves au sud de la Californie. Pour simuler la gravité martienne, le rover utilisé est allégé de manière à ne peser que 0,38 fois le poids du rover réel. Vidéo de ces essais :


http://www.jpl.nasa.gov/video/index.cfm?id=1093


Le rover a la capacité d'atterrir sur des pentes jusqu'à 15 degrés. Dans ce cadre, la situation "limite" serait de voir le rover atterrir sur ce type de pente avec une roue posée sur un rocher de 55 cm de hauteur. On voit avec cette illustration que le panache des moteurs fusées passe très près du rover, mais sans l'endommager. Le pire scénarion serait que le terrain ou/et le rocher dépasse(nt) ces valeurs limites, ce qui pourrait être dommageable pour la Rover.



Share this post


Link to post
Share on other sites

Pffff... Je ne vois vraiment pas pourquoi vous vous inquiétez... Par exemple la séquence d'atterrissage seule ne nécessite que six configurations de l'engin et 76 éléments pyrotechniques... Accessoirement, seront utilisés le plus grand bouclier thermique ainsi que le plus grand parachute supersonique jamais fabriqués.. Quant au système de grue "Skycrane", ce n'est jamais qu'un prototype.. utilisé en conditions réelles ...

Vidéo de la conférence de presse dont au sujet de laquelle Jack nous a causé précédemment plus haut .. Y parlent même pas français !!!..

http://www.ustream.tv/nasajpl


Share this post


Link to post
Share on other sites

T'as raison Huitzy', une pièce, "petite" ..

Non... ça va aller... c'est bon...
L'équipe du JPL estime que l'erreur de positionnement à l'entrée dans l'atmosphère devrait être au plus de 2 km... et l'écart de la vitesse réelle par rapport à celle prévue, de 1,5 m/s... c'est pas beaucoup tout ça ... mais ça ira ...

Avant l'entrée atmosphérique, plusieurs manoeuvres : Préchauffage des huit moteurs de contrôle d'orientation, purge du circuit de régulation thermique et réorientation des 2400 kg du véhicule de rentrée avec son senseur stellaire, larguage de l'étage de croisière 10 minutes avant le début de la rentrée atmosphérique, la vitesse de rotation de la sonde sur son axe est stoppée, la sonde est stabilisée sur ses 3 axes.

La sonde modifie alors encore son orientation qui privilégiait les communications avec la Terre et l'orientation des panneaux solaires vers le soleil pour adopter la position qu'elle maintiendra durant la rentrée atmosphérique avec son bouclier thermique tourné vers l'avant.

Cinq minutes avant la rentrée atmosphérique, deux lests de 75 kg sont éjectés pour déplacer le barycentre jusque là situé dans l'axe de la sonde : le déséquilibre généré permet par la suite de maintenir un angle d'attaque non nul générant une portance qui prolonge la descente et donne ainsi le temps nécessaire à la sonde pour réduire suffisamment sa vitesse en utilisant son bouclier thermique, le parachute, puis l'étage de descente avec ses huit moteurs fusées principaux chargés d'annuler la vitesse résiduelle de descente à partir de l'altitude de 1 km, et ses huit moteurs fusées d'orientation.. A 21 mètres au-dessus du sol avec une vitesse horizontale nulle et une vitesse verticale descendante constante limitée à 0,75 m/s, le rover est descendu au bout de trois câbles longs de 7,50 mètres et un "cordon ombilical" qui relient le rover et l'étage de descente, tout en déployant ses roues pour que les 899 kg du rover atteignent le sol en douceur.

Ca va aller ...


La zone de l'ellipse d'atterrissage en détails, on reconnait le cratère à gauche et la bande sombre des dunes :

Image cliquable, pour encore plus de détails :


http://www.unmannedspaceflight.com/index.php?act=attach&type=post&id=27059

Share this post


Link to post
Share on other sites
quote:
Ca va aller ...

Je suis rassuré !

Bye,
Michel

[Ce message a été modifié par mnicole01ca (Édité le 18-07-2012).]

Share this post


Link to post
Share on other sites

mnicole01ca > "Je suis rassuré !"

Oui... bon.. "ça va aller", c'était une pitoyable tentative d'humour hein , pour dissimuler l'angoisse ..

Je ne sais plus qui disait : "l'humour est forcément désespéré. Ou alors, ce n'est plus de l'humour, c'est une berceuse"...

[Ce message a été modifié par vaufrègesI3 (Édité le 18-07-2012).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
A rapprocher avec celle de vaufrèges du 11/7 --->
Une nouvelle carte en fausses couleurs du site d'atterrissage publiée le 16 juillet à partir des données de Mars Odyssey, combinant la topographie et les propriétés thermiques et par conséquent la nature géologique/minéralogique du terrain.


http://mars.jpl.nasa.gov/msl/multimedia/images/?ImageID=4057

Share this post


Link to post
Share on other sites
si ça marche, je débouche le champagne......
si ça marche pas je noie mon chagrin dans le champagne

Share this post


Link to post
Share on other sites

Voici un exemplaire des trois "câbles" de 7m50 qui permettront de "gruter" le rover sur Mars... 20 euros les 50 mètres au "Vieux campeur" ..



J'ai la trouille..

Share this post


Link to post
Share on other sites
quote:
Pour ceux qui ne l'auraient pas vu encore, un test du sky crane (la vidéo est lente à démarrer)

Euh ? à part ce test, ce truc là n'a jamais été testé en "vrai" ? Je veux dire des tests du style de ceux qui avaient été réalisés pour le Lander lunaire ? http://www.youtube.com/watch?v=1D4GIM2bEbg

Parce que si ce machin n'a jamais été testé à chaud (avec propulseurs en marche et tout le bastringue), j'avoue que je suis méfiant quant au résultat ! Peut-on même parler de légèreté dans l'approche !?

Quelqu'un pour me démentir ?

[Ce message a été modifié par Tournesol (Édité le 18-07-2012).]

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this