Sign in to follow this  
frédogoto

climatoogue vs climatoseptique

Recommended Posts

Le fait que ce mois de janvier soit le plus chaud depuis 1900 ne confirme en rien le réchauffement climatique. Ce qui le confirme, c'est si sur une période assez longue (genre trente ans) les hivers (pas que janvier) sont plus chauds qu'autrefois. Notez que je ne conteste pas le réchauffement, je dis juste de faire attention à l'argumentation.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

Je m'interviens pas très souvent, pour ainsi dire jamais dans ce sujet, mais je me dis que cela peut vous intéresser.

Ici sont présents des graphiques résumant la climatologie de Marseille sur la période 1881-2004.
http://www.infoclimat.fr/climatologie/globale/marseille-observatoire-longchamp/STAICA31.html

On voit assez nettement que les températures moyennes augmentent, d'environ 1°C.

Et ce qui est marquant, c'est l'occurrence des épisodes de froid, qui fond littéralement !

Vous pouvez constater le même phénomène pour Paris :
http://www.infoclimat.fr/climatologie/globale/paris-montsouris/07156.html

En haut vous avez un menu déroulant pour naviguer parmi les stations (faut saisir le nom). Vous pouvez vous amuser, y a pas mal de données sur Infoclimat, site dont je suis contributrice

Share this post


Link to post
Share on other sites
C'est assez visuel en effet.
Ce que je remarque en y regardant de plus près, c'est que ce sont surtout les températures minimales qui augmentent, alors que les maximales restent contenues.
Est-ce que c'est ce qui est aussi observé partout dans le monde? Et comment les modèles l'expliquent-ils?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Attention, les mesures de température dans les villes sont perturbées par leur croissance au fil du temps et le bétonnage, non ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
quote:
alors que les maximales restent contenues.

Peut être est-ce lié a la proximité de la mer qui tempère les températures maxi ? On voit que sur Paris, les 3 courbes de moyennes sont assez parallèles.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Super : pour la station de Marseille, les mesures étaient effectuées à Longchamps, du côté de l'observatoire, qui est situé dans un parc. De plus Marseille est une ville assez ventilée, donc ce que l'on appelle l'îlot de chaleur urbain est assez limité, même si existant.
Quant à Paris, c'est à Monstsouris, dans un parc aussi je crois. Cette station n'est donc pas en centre-ville.

Toutefois tu as raison de soulever l'effet de l'îlot de chaleur urbain. Mais j'ose croire que des villes comme Marseille et Paris en avaient un à la fin du XIXème siècle.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Je suis pas convaincu, Damia...
Amuses toi à passer, à 100 m du Parc Montsouris, sur un pont traversant le périphérique en plein embouteillage en été, c'est une fournaise. Les dizaines de milliers de véhicules, à eux-seuls, doivent participer à la température. En un siècle, j'imagine que la température à Paris a augmenté, du fait de l'urbanisation, pas du RC.
J'habite à 6 km au sud du périf, la température dans ma banlieue est style deux degrés inférieures à celle de Paris Intra muros, toujours, tout le temps, été comme hiver...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Pareil que superF. Puis pour voir l'étendue des villes à la fin du 19ème tu peux te rendre sur le site de géoportail et afficher les cartes d'état major de 1820 - 1866 ou alors les toutes premières photos aériennes (début du 20ème) tu vas voir que niveau bétonnage, c'est édifiant

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bruno Salque a raison de dire qu'il y a un petit problème d'argumentation.
Dire que 2013 est une des années les plus chaudes depuis xx années n'est pas un argument pour contester la pause du réchauffement. Car quand on est monté fort pendant 30 ans, on se retrouve en haut d'un escalier, sur la marche la plus haute. Et tant qu'on ne redescend pas (et il est clair qu'on ne redescend pas), on reste forcément sur la marche la plus haute. Donc plus haut que toutes les marches précédentes depuis 100 ou même 150 ans. Particulièrement les marches anciennes (avant 2000).
Si dans quelques années, on continue d'être sur une marche plus haute que les années qui viennent juste avant (années 2000), alors là on pourra clairement contester la pause.
Mais en comparant 2013 à la moyenne des 30 dernières années, un écart de +0.5 n'est pas un élément pour contester la pause.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ce qui est bête, dans cette histoire de "pause", c'est que personne ne la conteste !
Les chercheurs ont longtemps cherché à la comprendre, si j'ai bien suivi, c'est une histoire d'absorption par les océans, la température devrait repartir à la hausse...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Oui c'est encore ce qu'ils expliquaient hier au JT : absorbtion par les océans, donc bombe à retardement.

Share this post


Link to post
Share on other sites
> Oui c'est encore ce qu'ils expliquaient hier au JT :
> absorbtion par les océans, donc bombe à retardement.

Tout ceci à cause des oscillations océaniques (AMO http://la.climatologie.free.fr/amo/amo.htm et PDO http://la.climatologie.free.fr/enso/enso-pdo3.htm ) en phase négative pour la 1ere et stable pour la seconde tel comme je le disais depuis 2008-2009.

Williams

Share this post


Link to post
Share on other sites
quote:
Quelle pause!? http://www.lemonde.fr/planete/ article/2014/03/24/les-phenomenes-extremes-observes-en-2013-coherents-avec-l-evolution-du-climat_4388586_3244.html

Le problème dans les articles c'est qu'ils confondent METEOROLOGIE et CLIMATOLOGIE puisque par exemple le cyclone Haiyan en 2013 qui a fait parlé de lui n'a rien à voir avec le réchauffement climatique comme Mrs J Jouzel l'avait dit dans C dans l'air puisque c'est un phénomène météorologie et non climatique.


quote:
http://dr-petrole-mr-carbone.com/climat-rechauffement-ou-chaos-global/
Faut-il parler de « réchauffement climatique » ou de « chaos global » ?

Il faut voir que cet hiver fut le 2ème hiver le plus doux après 1989 en France mais aux USA c'est l'hiver le plus froid depuis 1899 d'octobre à mars : http://stevengoddard.files.wordpress.com/2014/03/screenhunter_438-mar-12-05-38.gif?w=640 source : http://stevengoddard.wordpress.com/2014/03/12/us-having-its-coldest-six-month-period-since-1912/ .

Williams

[Ce message a été modifié par williams (Édité le 26-03-2014).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Depuis quand la météorologie ne se pense pas sans la climatologie et vice versa? Quand je réfléchi en termes d’occurrence de cyclones j'ai un peu de mal à le décorréler de la climatologie...
Je pose une mauvaise question?

Share this post


Link to post
Share on other sites
quote:
Depuis quand la météorologie ne se pense pas sans la climatologie et vice versa? Quand je réfléchi en termes d’occurrence de cyclones j'ai un peu de mal à le décorréler de la climatologie...
Je pose une mauvaise question ?

La climatologie c'est une évolution sur environ 30 ans de la moyenne des données météorologique. Donc une canicule importante ou une forte vague de froid ou une année avec un nombre de cyclone dans l'Atlantique Nord important (comme 2005) ou faible (comme 2013), etc ne signifie rien sur l'évolution climatologique vu que d'un mois ou d'un jour ou d'une année sur l'autre cela évolue bp puisque cela peut augmenter ou chuter d'un coup comme on le voit dans bp de secteurs.

Car le climat a toujours beaucoup évolué à court, moyen et long terme.

Williams

[Ce message a été modifié par williams (Édité le 26-03-2014).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ben oui mais ça c'est une évidence! Une panacée superuniverselle! En gros, la pratique de la climatologie relève de l'étude de la forme globale de l'enveloppe des échantillons mesurés des phénomènes météorologiques pris sur plusieurs années. Donc au mieux dire que la climatologie n'a rien à voir avec la météorologie est au mieux un glissement sémantique à corriger (car les mots ont un sens) et au pire une grossière erreur scientifique.

Share this post


Link to post
Share on other sites
quote:
Ben oui mais ça c'est une évidence! Une panacée superuniverselle! En gros, la pratique de la climatologie relève de l'étude de la forme globale de l'enveloppe des échantillons mesurés des phénomènes météorologiques pris sur plusieurs années. Donc au mieux dire que la climatologie n'a rien à voir avec la météorologie est au mieux un glissement sémantique à corriger (car les mots ont un sens) et au pire une grossière erreur scientifique.

Je n'ai pas dis que la météorologie n'a rien à voir avec la climatologie mais j'ai dis qu'on ne peut pas dire quelque chose sur l'évolution climatique rien qu'en ce basant sur un phénomène météorologie comme la canicule de 2003 ou bien rien qu'en se basant sur une moyenne mensuelle ou saisonnière ou annuelle de telle événement (sécheresse, humidité, température...) puisque c'est basé sur une moyenne décennale(s) des moyennes des données météorologiques.

La climatologie est un phénomène complexe, compliqué qui évolue suivant bp de facteurs aussi bien naturels qu'anthropique.

Williams

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this