bernastro

Nouvelles d' ALMA

Messages recommandés

Lol.

Faut avoué que le spectacle est grandiose.

À quand Alma dans toute sa puissance?

Et que peut on espérer en analyse d'une pouponnière d'étoile comme ça.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
http://www.eso.org/public/france/news/eso1313/
(lien en français)

C’était l’inauguration officielle du réseau ALMA hier au Chili (même s’il n’est pas encore achevé)

Les scientifiques en profitent pour publier un nouveau résultat spectaculaire, qui concerne le « baby boom stellaire » dans les galaxies alors que l’univers avait moins de deux milliards d’années

Images prises par ALMA de l'effet lentille gravitationnelle sur les galaxies lointaines à formation d'étoiles :

Ce montage combine des données d'ALMA avec des images du Télescope Spatial Hubble du consortium NASA/ESA de cinq galaxies distantes. Les images d'ALMA, en rouge, montrent les galaxies d'arrière-plan distantes, déformées par l'effet de lentille gravitationnelle produit par les galaxies d'avant-plan, de couleur bleue dans les archives d'Hubble. Les galaxies d'arrière-plan apparaissent sous la forme d'anneaux de lumière ou anneaux d'Einstein, qui encerclent les galaxies d'avant-plan.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ca promet !!!!!

quote:
l'Observatoire européen austral (ESO) a rapporté mercredi des résultats remarquables obtenus par le réseau de radio-télescopes ALMA, inauguré officiellement le 13 mars dans le désert d'Atacama, au Chili. ALMA a pu localiser avec précision plus d'une centaine de galaxies caractérisées par un taux élevé de formation d'étoiles dans l'Univers jeune.

"ALMA est si puissant qu'en quelques heures à peine, il a capturé autant d'images de ces galaxies que l'ensemble des télescopes semblables répartis sur la surface du globe en plus de 10 ans", a affirmé l'ESO dans un communiqué. Ces résultats sont publiés dans la revue de la Société royale d'astronomie britannique et dans la revue américaine "Astrophysical Journal".

(ats / 17.04.2013 19h15)


Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ca c'est la com ESO, de l'arbre qui cache la foret...:

Sur la page web progress update de ALMA le message officel du 8 avril c'est:

"ALMA will spend the next few months giving priority to commissioning and improvements to infrastructure and overall system stability. During this time, Early Science observing will proceed at a lower priority."

En clair, depuis quelques temps et pour encore quelques mois, ALMA met la science au second plan afin d'arriver a faire fonctionner le systeme correctement, et certains programmes acceptes sont passes a la trappe

Nicolas

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
http://www.eso.org/public/news/eso1325/

Des astronomes utilisant le nouveau réseau d’antennes submillimétrique ALMA ont photographié une région située autour d'une étoile jeune au sein de laquelle les particules de poussière peuvent grossir par agglomération. C'est la toute première fois qu'un tel piège à poussière est clairement observé et modélisé. Cela permet de résoudre le vieux mystère de l'accroissement de la taille des particules de poussière dans les disques au point de conduire à l'éventuelle formation de comètes, de planètes et autres corps rocheux. Les résultats sont publiés dans l'édition du 7 juin 2013 de la revue Science.

Par ailleurs, en écho au problème soulevé par Biver, l'ESO a publié un nouveau communiqué. Si je comprends bien les observations qui sont passées à la trappe vont finalement pouvoir être réalisées avant la suite programmée :

"...Following the very busy period of the ALMA inauguration in March 2013, and as part of the activities towards the completion of the observatory later this year, the ALMA team has been engaged in a process of fine tuning and optimising ALMA for smoother science operations.
Excellent progress has been made both with verification of the scientific performance of some of the advanced science observing modes, as well as with array stability and infrastructure enhancements. It has now been decided to resume Early Science observations at the end of June in order to deliver more data to the astronomers and further test the telescope’s performance. Observations made in this Early Science mode have already delivered outstanding discoveries , showing the unprecedented power of ALMA, even when still working at a fraction of its final capacity.
Before starting the next cycle of Early Science observations (Cycle 2), it has been decided to extend the current period (Cycle 1) until the end of May 2014, in order to complete the largest possible fraction of the top science priority programmes proposed by astronomers around the world. This will also ensure that the data for teams with ongoing projects are delivered.
The call for Cycle 2 Early Science proposals will be made to astronomers in October 2013 with a deadline for proposal submission in early December 2013..."

[Ce message a été modifié par jackbauer 2 (Édité le 06-06-2013).]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Disons que comme ils ont pris plusieurs mois a resoudre des problemes techniques, ils ont du etendre la periode du "cycle 1" de six mois pour rattraper une pertie du retard, mais des (mes) observations passees "a la trappe" le sont definitivement, a moins qu'ils prevoient deja de les programmer dans 109091 ans !

Nicolas

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Vraiment pas de bol !
Pourtant ALMA devrait (j'imagine) pouvoir observer 24h sur 24...
Combien de temps demandaient tes observations ? Il n'existe pas de possibilité pour les recaser quelque part dans le planning ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tu sais ce que c'est une comete?
Tu as deja reussi a observer un objet sous l'horizon?
En clair, PanSTARRS devait etre observee en Mars, et ce mois-ci elle culmine a moins de -10° (sous l'horizon) d'ALMA, avec des signaux sans doute 1000x plus faibles... donc comme il n'ont pas accepte de changer de cible cometaire, pour realiser les observations il faudrait deja observer 1000000 fois plus longtemps pour le meme S/B (soit 4millions d'heures ou 457ans a 100% sur cette cible )... si elle etait au-dessus de l'horizon. Maintenant tu divise par le facteur d'attenuation du a la Terre qui se trouve entre les 2... (mais heureusement ca n'est que pour quelques mois) et tu trouves qu'il vaut mieux attendre le retour de la comete dans 109000 ans!

Nicolas

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

Une question à ceux qui sont allés sur le site d'ALMA, les Superfulgur et autres:
Faut-il passer une visite médicale avant qu'on ne vous laisse monter sur le site?
En quoi consiste cette visite, y a t'il un test d'effort?
Est-ce équivalent à monter à 4000m dans les Alpes (en tenant compte de la latitude)?

Merci

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est très très encadré...
Visite dans un service haute montagne (Avicennes à Paris, par exemple), électro d'effort, contre visite sur place.

Pour l'altitude, je sais pas, 5050 mètres à 25 degrés de latitude, ça doit pas être très différent de 5050 m à 45 degrés, je sais pas... Mais non, on peut pas comparer 4000 à 5000, c'est clair...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le personnel doit faire des tests d'effort (même pour aller au Pic du Midi il me semble). Pour un journaleux, ils demandent juste un mot du médecin qui lui fait un diagnostique poussé sous la forme "ça va ? Ben ok alors". Mais ils vérifient vite fait sur place si ça va (tension, tout ça). En haut, il y a des petites pinces de doigt qui permettent de contrôler rapidement le taux d'O2 dans le sang. Si ce n'est pas assez haut, il faut utiliser la bouteille d'O2 réglée plus ou moins fort. Si on est bien acclimaté à 2500/3000m le taux d'O2 à 5000 est voisin de la limite basse, si on est mal acclimaté on est dans le rouge (en gros).

Ça c'est dans un cadre rigide d'une organisation qui veut se prémunir de tout incident. Sinon si on a moins de 50 ans, le plus simple c'est d'essayer pour se tester en pouvant redescendre facilement si ça ne va pas. Au dessus de 50 ans, voir un médecin avant est très fortement recommandé (surtout si on doit faire de la rando).

Après comment c'est 5000 ? Ça dépend des gens. On a tous un seuil à partir duquel ça commence à ne pas aller bien. Sans critère de forme où d'âge certains débloquent, ou tombent malade avant 5000. Sinon si on tient bien à 5000, ... ben c'est comme 4000 mais en pire
A 5000 et plus, je crois que ce dont il faut être méfiant ce sont les mauvaises prises de décision. Notamment au volant, on est tranquillement assis on ne se rend pas compte à quel point on est haut, mais le cerveau n'a plus toute sa jugeote. C'est vite fait de s'engager sur une piste sur la quelle il sera difficile de faire demi-tour par exemple, ou dans un état pas adapté au véhicule.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je ne pense pas, JLD...
En principe ils demandent vraiment une visite dans un labo spécialisé (Chamonix, Avicennes), pas un certif médical, ça m'étonne que tu sois monté là haut comme ça...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
quote:
Pour l'altitude, je sais pas, 5050 mètres à 25 degrés de latitude, ça doit pas être très différent de 5050 m à 45 degrés, je sais pas... Mais non, on peut pas comparer 4000 à 5000, c'est clair...

Pas sur, quand j'ai fait l’ascension du Kilimanjaro (5950m à l'équateur) on m'avait dit que cela correspondait au Mt Blanc à 4810 m. Le sommet de l'Antarctique qui pointe à 4000 m, correspondrait à 6-7000 m à l'équateur, du à une concentration d'Oxygène plus forte à l'équateur.
Mon ressenti est que je ne me suis senti pas plus malade au Kili qu'au Mt Blanc.

Serge et Jean Luc, que ressentiez vous à Alma à 5000 m? Vaseux, maux de tête?
Est-ce qu'on pourrait y passer une nuit si on a une accoutumance disons, alpestre et une semaine de San Pedro?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ca dépend peut être de l'âge ce qu'ils demandent. Et je ne dis pas ça pour être insolent

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

adintc, ce que tu ressents ça dépend des gens. En ce qui me concerne, léger mal de tête oui. Et l’essoufflement vient très vite. Tu te rends compte aussi que tout te demande un plus gros effort de concentration. Pour faire des photos par exemple. Un truc simple si tu es plus bas qui devient plus énergivore.

Passer une nuit entière oui c'est possible c'est "que" 5000. Enfin si c'est pour observer. C'est pour dormir que c'est pénible, on trouve plus difficilement le sommeil au dessus de 3000. Enfin je dis ça, c'est pareil, ça dépend des gens, mais d'une façon générale le sommeil n'est pas très réparateur.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L' histoire de la mitigation des effets de l' altitude selon la latitude me laisse perplexe, et ça n' a pas l'air non plus d'apparaître dans le document suivant, qui peut peut-être t'intéresser ? :
http://www.dgdr.cnrs.fr/drh/protect-soc/documents/Livret_Missions-Haute-altitude_2012.pdf

Si un spécialiste voulait bien confirmer que cette histoire de latitude ne joue pas, et éventuellement indiquer d'autres documents sur les trucs à savoir (j' envisage aussi un séjour prolongé à plus de 4000, chose que j' ai encore jamais fait (je suis déjà monté à cette altitude, mais je n'y suis jamais resté plus de 2/3 jours).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ma modeste expérience de touriste : après deux ou trois jours passés à San Pedro et les environs, départ pour la Bolivie, par une route voisine de l’actuel site d’ALMA, dont une partie à plus de 5.000m
Je m’en suis tiré avec un gros mal de tête ; Une personne qui voyageait avec moi été prise de vomissements mais on a redescendu de l’autre côté et les désagréments ont disparus…

Le danger vient d’un problème d’artères, que l’on soit vieux ou jeune, mais bon je ne suis pas médecin…
Le conseil que je donnerais c’est de ne pas être seul
Et puis surtout, si tu en a l’occasion, de passer la frontière pour admirer les extraordinaires paysages : Laguna Verde, Laguna Colorada, Salar d’Uyuni…

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour les risques d'hypoxie variables en fonction de la latitude ça s'explique par le simple fait que l'atmosphère est plus épaisse au niveau de l'équateur qu'au niveau des pôles (force centrifuge). Regardez Saturne ou Jupiter
Alors oui, grimper un 4000 m en Antarctique et en Équateur c'est pas vraiment pareil, les risques seront beaucoup plus grand aux pôles.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Voilà, c'est ça Desmoulins!
Il y aurait environ 1000 m de différence dans les concentrations d'oxygène entre le 45 ième parallèle et l'équateur. J'ai fait des recherches sur le net mais je n'ai rien trouvé, faudrait que je me plonge dans mes archives....

Mon expérience est qu'à ma première ascension à 4000 dans les Alpes, j'ai été vraiment malade, vomissements et tout...mais l'année suivante au Mauna Kea 4200 m, pas de problème, la routine.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pascal ID, je confirme ce que dit Desmoulins.

La latitude joue bel et bien, et pas qu'un peu.

Les conditions à Concordia correspondent à une altitude de 4000 m avec une pression de 650 mb.

L'altitude géophysique est de 3200 m, on a donc une différence de 800 m entre ce qui est ressenti et la réalité.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sans etre un atmosphericien specialiste, ce qui va changer du pole vers l'equateur en premier, c'est la temperature. Dans la troposphere qui nous concerne, on va avoir sans doute plus de 10 degres de plus en passant du pole aux latitudes temperees puis a l'equateur.
C'est peut-etre de la que vient en partie la notion des 1000m gagnes du Mont Blanc au Kilimanjaro...
La baisse de l'acceleration de la pesanteur va aussi un peu dans le meme sens, et si on calcule ainsi la hauteur d'echelle de l'atmosphere, on va passer en gros de 7000m au pole a 7450m a 45degres a 7800m a l'equateur (a la louche en prenant des temperatures moyennes de 240, 255 et 265 K).
Si on en deduit l'altitude a laquelle on a la moitie de la pression au niveau de la mer, on trouve 4850, 5160 et 5400m.

Cela pourrait faire 200-300m de gagne en passant des Alpes a l'equateur/tropiques mais guere plus, et l'abondance de l'oxygene est la meme partout... Le Chajnantor en hiver austral, quand il fait dans les -10 -20 ca ne doit pas etre plus agreable que le Mont-Blanc.

Il y a 3ans nous etions montes sur la route qui va vers la frontiere argentine a cote et qui culmine vers 4900m... C'est la voiture qui travaillait et penards au Soleil derriere les fenetre personne n'a eu de probleme - mais apres une semaine d'acclimatation a 2000-2400m.
Personnellement, les 2 fois ou je me suis senti nauseeux au MaunaKea, c'etait apres plus de 4h au sommet sans aucune acclimatation (passe moins de 30min a Hale-Pohaku a 2900m), sinon aucun probleme - mais toujours dans le confort thermique la haut.

Bivouaquer sur le plateau du Chajnantor dans le froid,... ca doit etre tout autre chose! Deja que j'ai du mal a bien dormir a 2900m par 25degres dans la chambre... :-(

Et sinon pour monter a ALMA il y a le poste de controle/douane a l'entree et il faut avoir une autorisation certainement (A moins d'y aller clandestinement en hors-piste a partir de la route du Paso Jama vers l'Argentine...)

Nicolas

[Ce message a été modifié par biver (Édité le 12-07-2013).]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant