BobMarsian

TNO, KBO, SDO, plutinos & Co.

Recommended Posts

edit : (je voulais poster un truc sur le TNO Orcus alors qu'il s'agissait en fait de l'astéroïde troyen Orus... "c" con)

Edited by Bill46
Erreur

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

Pas tout à fait HS, puisqu'il y a des TNOs dedans :
Une illustration du Système Solaire que je trouve absolument superbe, commise par l'artiste (Ph.D. aussi) Eleanor Lutz en 2019 (bosse actuellement pour le New York Times), et basée sur des données de la NASA, du JPL et du CalTech. Elle contient tous les objets de plus de 10 km (~ 10 000 astéroïdes). Pour plus de commodité/visibilité, l'échelle des distances n'est pas linéaire ...

 

SolarSystem_orbit-map_objects-sup-10km_EleanorLutz_2019.jpg.ffed7ccad3201c3ae326ba2b78f75649.jpg

https://eleanorlutz.com/mapping-18000-asteroids
https://eleanorlutz.com/

Autres ( https://eleanorlutz.com/work ) :

 - Carte du ciel (étoiles visibles à l'oeil nu, etc) :

https://eleanorlutz.com/mapping-the-stars

 - La Lune, Mars, Vénus & Mercure ---> cartes topographiques :
https://eleanorlutz.com/topographic-maps-of-space

 - La Lune & Mars ---> cartes géologiques :
https://eleanorlutz.com/geologic-maps-of-space

 - Les constellations suivant les cultures :
https://eleanorlutz.com/constellations-from-around-the-world

Edited by BobMarsian
  • Like 1
  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Deux graphiques très intéressants publiés par un certain @Nrco0e (il s'agit de l'amateur canadien prénommé Kenneth qui a récemment rapporté la redécouverte de plusieurs lunes irrégulières de Jupiter) :

 

- le premier est relatif aux orbites de 96 objets sur 109 connus dont l'aphélie (la distance maximale au Soleil) est supérieur à 200 UA, y compris l'hypothétique "planète 9" (que l'on continue de chercher...). Les orbites colorées en rouge (en rose pour les sednoïdes) sont celles de TNOs suspectés être alignés avec l'orbite de P9, et en bleu celles de TNOs anti-alignés.

 

TNO-Qsup200UA.jpg

 

 

- le second zoome sur la Ceinture de Kuiper et montre que les TNOs dont le périhélie (la distance minimale au Soleil) est supérieur à 29,9 UA sont, pour la plupart, positionnés près du périhélie au 1er janvier 2021, constatation entachée d'un biais observationnel pour les objets plus près et plus brillants. Les orbites des centaures et damocloïdes, ici représentées en marron, sont beaucoup plus chaotiques.

 

TNO-qsup30UA.jpg

 

Edited by Bill46
  • Like 2
  • Love 1
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est fou ! Certaines orbites sont tellement allongées qu'on se demande comment font ces objets pour ne pas être captés par une autre étoile proche... O.o

A propos, en UA, Proxima, c'est combien ?

Edited by Kaptain
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 26 minutes, Kaptain a dit :

A propos, en UA, Proxima, c'est combien ?

 

 Ca dépend de quelle Proxima on cause... ;)

 

La mission Proxima de Thomas Pesquet était à 0,0000027273 UA.

La naine rouge Proxima Centauri (l'étoile primaire du système Alpha Centauri) est à 4,243 années-lumière de la Terre, soit 268 331 UA.

 

Longo sed proximus intervallo (Virgile, Énéide, liv. V, v. 320)

 

 

Edited by Bill46
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 14 heures, Bill46 a dit :

Deux graphiques très intéressants publiés par un certain @Nrco0e (il s'agit de l'amateur canadien prénommé Kenneth qui a récemment rapporté la redécouverte de plusieurs lunes irrégulières de Jupiter) :

 

- le premier est relatif aux orbites de 96 objets sur 109 connus dont l'aphélie (la distance maximale au Soleil) est supérieur à 200 UA, y compris l'hypothétique "planète 9" (que l'on continue de chercher...). ...

 

Dans ce genre de représentation mise à plat 2D, je me demande toujours si la forme (surface) des orbites est respectée comme si on la voyait au-dessus projetée orthogalement sur son plan orbital et non sur le plan écliptique ce qui déformerait son apparence de fait de son inclinaison.
L'idéal sera d'avoir vision non déformée d'une orbite vue verticalement sur le plan écliptique et avec le grand axe (aphélie-périhélie) positionné correctement par rapport au point vernal suivant la vraie valeur de la longitude écliptique du périhélie.
Par contre, intuitivement, une représentation qui pratiquerait une rotation autour de l'axe des noeuds pour faire tomber l'inclinaison à zéro par rapport au plan de l'écliptique, déplacerait la position du grand axe, je pense ...

Bon ! C'est peut-être pas clair mon histoire, pour certains, je suppose ! ¬¬

Edited by BobMarsian
  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

De toute façon sur une vue statique notre cerveau ne sait déjà pas différencier une ellipse vue de face d’un cercle vu sous un certain angle, alors... 9_9

Seule une forte excentricité permet à l’œil de discriminer sans ambiguïté si la position du foyer est matérialisée, mais reconnaissons qu’on rame sur ce genre d’interprétation mentale.

Si on fait tourner la représentation en 3D ça va aider la comprenette, mais il y a trop d’informations pour ne pas s’y perdre !

Les orbites individuelles ou par familles proches, ça le ferait je pense.

J’ai déjà personnellement ce souci pour visualiser correctement les trajectoires des étoiles autour de Sgr A*... et il y a beaucoup moins d’objets !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Redécouverte (à confirmer par MPC) du centaure longtemps perdu 1995 SN55. Cette grosse planète naine, d'un diamètre moyen de l'ordre de 300 km, a été reliée aux éléments orbitaux du TNO (523731) 2014 OK394 qui est en résonance 3:5 avec Neptune (période voisine de 275 ans).

 

Observé pour la première fois le 20 septembre 1995 (Spacewatch à Kitt Peak) puis disparu quelques semaines plus tard après avoir parcouru une fraction de son orbite, le planétoïde 1995 SN55 est un gros centaure (peut-être plus gros que Chariclo) qui gravite autour du Soleil entre les orbites de Pluton et de Saturne. Après  la perte complète de sa trace fin octobre 1995, les astronomes ont pendant longtemps été persuadés qu'ils chassaient un fantôme... jusqu'à ce que l'affaire soit classée... et de connaitre un nouveau rebondissement en 2020 ! 1995 SN55 a été en fait retrouvé lors d'un relevé Pan-STARRS 1 en juillet 2016 mais personne n'avait fait alors le parallèle avec l'objet 2014 OK394 pendant 4 ans. Jusqu'à ce que l'astronome amateur californien Sam Deen réanalyse les données et finisse par résoudre l'énigme !

 

https://groups.io/g/mpml/topic/1995_sn55/78619332

 

Edited by Bill46
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

La découverte de "FarFarOut" (2018 AG37) annoncée en janvier 2019 par l'équipe de Scott Sheppard est désormais confirmée avec la publication d'une MPEC : https://minorplanetcenter.net/mpec/K21/K21CI7.html

 

Ce TNO découvert en janvier 2018 avec le télescope Subaru de 8 m à Hawaï à près de 140 UA du Soleil lors de recherches menées sur la Planète 9, ferait entre 400 à 850 km de diamètre selon la valeur retenue de son albédo (0,25-0,05). "FarFarOut" (qui a détrôné "FarOut" 2018 VG18 à 120 UA) est le planétoïde le plus lointain du Système solaire détecté à ce jour. Son orbite très allongée l'emmène à près de 175 UA à l'aphélie et à moins de 27 UA, à l'intérieur de l'orbite de Neptune, au périhélie, avec une période de révolution d'environ un millier d'années. "FarFarOut" a probablement dans le passé subi d'importantes perturbations gravitationnelles dues à Neptune.

 

https://www.hawaii.edu/news/2021/02/10/most-distant-planetoid-confirmed/

 

 

objetslointains.jpg

(Crédit : NOIR Lab / NSF / AURA / J. da Silva)

 

 

Images de découverte de "FarFarOut" avec la caméra CCD Hyper Suprime-Cam montée sur le télescope géant Subaru, 15-16 janvier 2018 : l'objet dont on voit le déplacement entre les deux poses est de magnitude supérieure à 25 ! (crédit : Scott S. Sheppard) :

 

fig1j-20210210-science.gif

 

Edited by Bill46
  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 7 heures, Bill46 a dit :

La découverte de "FarFarOut" (2018 AG37) annoncée en janvier 2019 par l'équipe de Scott Sheppard est désormais confirmée avec la publication d'une MPEC : https://minorplanetcenter.net/mpec/K21/K21CI7.html

 

Merci pour l'info, ... trop rapide, Bill ^_^

Aussi, en rapport avec l'annonce de la découverte de "FarFarOut" qu'on avait discutée en février 2019 :

http://www.astrosurf.com/topic/19982-tno-kbo-sdo-plutinos-co/?page=8&tab=comments#comment-1638579

http://www.astrosurf.com/topic/19982-tno-kbo-sdo-plutinos-co/?page=8&tab=comments#comment-1639125

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 8 heures, Bill46 a dit :

Son orbite très allongée l'emmène à près de 175 UA à l'aphélie et à moins de 27 UA, à l'intérieur de l'orbite de Neptune, au périhélie, avec une période de révolution d'environ un millier d'années.

 

Plus précisément, 145 UA pour l'aphélie et 798 ans pour la période de révolution !

 

Quelques autres paramètres orbitaux de  2018 AG37 :

a = 86.038 UA,  q = 26.838 UA,  Q = 145.237 UA,  e = 0.688,  i = 18.7 °,  H (mag. absolue) = 4.22

https://minorplanetcenter.net/db_search/show_object?utf8=✓&object_id=2018+AG37

https://minorplanetcenter.net/iau/lists/Centaurs.html

 

Autre article :   https://noirlab.edu/public/news/noirlab2108/

Edited by BobMarsian

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 10/02/2021 à 10:46, Bill46 a dit :

Redécouverte (à confirmer par MPC) du centaure longtemps perdu 1995 SN55. Cette grosse planète naine, d'un diamètre moyen de l'ordre de 300 km, a été reliée aux éléments orbitaux du TNO (523731) 2014 OK394 qui est en résonance 3:5 avec Neptune (période voisine de 275 ans).

 

Observé pour la première fois le 20 septembre 1995 (Spacewatch à Kitt Peak) puis disparu quelques semaines plus tard après avoir parcouru une fraction de son orbite, le planétoïde 1995 SN55 est un gros centaure (peut-être plus gros que Chariclo) qui gravite autour du Soleil entre les orbites de Pluton et de Saturne.

 

Du coup, en adoptant les paramètres orbitaux de 2014 OK394, 1995 SN55 perd son statut de Centaure qu'il avait initialement selon les 1er calculs d'orbite effectués sur un arc de 36 jour avec un périhélie au-delà de Jupiter (q = 7.94 UA) et un demi-grand axe (a = 23.56 UA) inférieur à celui de Neptune , pour une période de 114 ans.
Aussi, le MPC n'a toujours pas fait le rapprochement : 1995 SN55 = (523731) 2014 OK394 ...

https://minorplanetcenter.net/db_search/show_object?utf8=✓&object_id=1995+SN55

 

Dans la série des Centaures/TNOs perdus après leur découverte, il reste bien des cas comme le plutino 1993 RP, historiquement le 4ème TNO découvert après 1992 QB1 (Albion), 1993 FW  & 1993 RO et qui n'a été suivi que durant 2 jours par David Jewitt & Jane Luu au Mauna Kea !


Autres TNOs disparus :
 - 1994 TG ------>   3 jours  (Chen, Jewitt, Knopp - Mauna Kea)
 - 1994 TH ------>   3 jours  (Chen, Jewitt, Knopp - Mauna Kea)
 - 1994 TG2 ----> 32 jours  (Oliver Hainaut - NTT, La Silla, ESO)
 - 1995 FB21 --->  9 jours  (Green, McBride - Siding Spring)
 - 1995 GJ ------->  1 jour    (Jewitt, Chen - Mauna Kea)
 - 1995 GA7 ---->   2 jours  (Chen, Jewitt - Mauna Kea)
 - 1995 GY7 ---->   1 jour    (Lagerkvist - La Silla, ESO)
 - 1995 KJ1 ----> 26 jours  (Chen - Mauna Kea)
 - 1995 KK1 ---->   1 jour    (Jewitt - Mauna Kea)
 - 1996 ------------>   2 Centaures et 3 TNOs
 - etc ...

A vos lunettes ^_^

Edited by BobMarsian

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 8 heures, Bill46 a dit :

Histoire de remettre une pièce dans le bastringue :

 

https://arxiv.org/abs/2102.05601

 

Pour info, il existe un autre fil consacré plus spécifiquement aux hypothèses de la présence d'une ou de plusieurs nouvelles planètes du Système Solaire et aux publications des études contradictoires :

 

http://www.astrosurf.com/topic/20332-prédiction-pour-une-nouvelle-planète-dans-notre-système-solaire/?page=5

Edited by BobMarsian

Share this post


Link to post
Share on other sites

"The Sizes and Albedos of Centaurs 2014 YY49 and 2013 NL24 from Stellar Occultation Measurements by RECON"
Ryder H. Strauss (University of Colorado, Boulder) et al.
https://arxiv.org/abs/2102.03454 (06/02/2021) ---> The Planetary Science Journal (AAS), fév. 2021 :
https://iopscience.iop.org/article/10.3847/PSJ/abd62a/pdf

 

Nouveaux résultats d'occultations stellaires obtenus sur deux objets: 2014 YY49 (28/01/2019) et 2013 NL24 (04/09/2019), qualifiés abusivement, je trouve, de Centaures, alors qu'ils circulent en moyenne au-delà de Neptune (a ~31 et ~40 UA, respect. ===> plutôt SDO, donc), et ce par le réseau RECON (Research and Education Collaborative Occultation Network) qui opére principalement dans l'Ouest américain (+ une extension côté canadien "CanCON" avec 7 sites), nominalement avec 54 télescopes de 11 pouces (280 mm), modèle Celestron CPC-1100.

       

Mesures des objets (modèle avec profil circulaire) découlant des cordes d'occultations :
 - 2014 YY49 (2 cordes): D =  32.72 +3.36/-1.84 km, albédo géométrique pV = 0.130 +0.015/−0.024 (avec Hv = 10.2 (MPC))
 - 2013 NL24 (3 cordes): D = 132.00 +9.80/-9.24 km, albédo géométrique pV = 0.045 +0.006/−0.008 (avec Hv =  8.2 (MPC))

 

Paramètres orbitaux (réf. MPC) :
 - 2014 YY49 :  q = 12.291 UA, Q = 49.767 UA, a = 31.029 UA, P = 173 ans, i = 20.4 °, e = 0.604, H = 10.2
 - 2013 NL24 :  q = 24.615 UA, Q = 55.238 UA, a = 39.926 UA, P = 252 ans, i =   4.7 °, e = 0.383, H =  8.3

 

210206_Strauss-et-al._2014YY49-2013NL24_occult-fit_Fig.8-11.png.85cdd06adae7707122ed4846143f5f8a.png

Edited by BobMarsian
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

La page Wikipédia en anglais de 2018 AG37 ("FarFarOut") a été récemment mise à jour. Elle reflète notamment les incertitudes quant à la détermination de son orbite réelle. En effet, ce planétoïde, le plus distant connu du Système solaire et donc au mouvement apparent extrêmement lent, n'a été vu que 9 fois sur une période de deux ans et l'arc d'observation est trop court pour d'une part lui attribuer un numéro officiel et d'autre part établir des paramètres orbitaux bien définis. Les éléments provisoirement admis sont un demi-grand axe de 86,0 ± 67,7 UA et une excentricité de 0,685 ± 0,309 correspondant à une distance de 27,1 ± 5,2 UA au périhélie et de 145 ± 114 UA à l'aphélie, avec une période de révolution voisine d'un millier d'années. Au moment de sa découverte, en janvier 2018, "FarFarOut" était situé à 132,2 ± 1,5 UA (19,78 ± 0,22 milliards de km) du Soleil.

 

A ce jour, la valeur de l'argument au périhélie est mal connue (251° ± 83° retenu par le MPC et le JPL et 225° ± 52° par Project Pluto), et donc plusieurs orbites restent envisageables : la première solution voit actuellement le planétoïde s'éloigner du Soleil en s'approchant de l'aphélie tandis que la seconde le voit se rapprocher en ayant déjà passé ce point (un aphélie à 177 UA n'est pas exclu). Compte-tenu de cette incertitude, il n'est donc pas possible d'affirmer que 2018 AG37 s'éloigne actuellement ou se rapproche du Soleil. En tout cas il croise vraisemblablement l'orbite de Neptune avec une distance minimale d'intersection d'orbite de 4 UA et plusieurs rencontres rapprochées avec la planète géante par le passé ont dû provoquer de fortes perturbations gravitationnelles expliquant son orbite très allongée actuelle.

 

http://www.minorplanetcenter.net/db_search/show_object?object_id=2018+AG37

https://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=54114199

https://www.projectpluto.com/cgi-bin/fo/fo_serve.cgi?obj_name=2018+AG37&year=now&n_steps=20&stepsize=1&mpc_code=500&faint_limit=99&ephem_type=0&sigmas=on&motion=0&element_center=-2&epoch=default&resids=0&language=e&file_no=0

https://en.wikipedia.org/wiki/2018_AG37

 

2018AG37.png

 

Ce diagramme réalisé par la Canadien Kenneth montre deux orbites possibles de "FarFarout" en utilisant deux valeurs de l'argument du périhélie oméga (l'orbite en rouge est celle définie avec les éléments orbitaux du MPC/JPL, celle en jaune avec les éléments retenus par Project Pluto). Au 1er janvier 2021, 2018 AG37 se situait à environ 132 UA du Soleil.

 

Edited by Bill46
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'IOTA rapporte l'observation réussie d'une l'occultation stellaire (étoile de mag. 15,2, chute de 6,8 mag.) par le TNO 2004 XR190 (mag. 22) le 22 janvier dernier. Deux cordes (un observateur en Espagne et l'autre aux Etats-Unis) permettent d'établir pour le planétoïde surnommé "Buffy" un diamètre d'au moins 560 km.

 

2004XR190_cordes.gif

 

 

2004 XR190 avait été découvert le 11 décembre 2004 avec le télescope CFHT à Hawaï (+ images de pré-découverte en 2002 et 2003). Orbitant autour du Soleil entre 51,1 et 63,4 UA en un peu plus de 433 ans, "Buffy" possède une inclinaison importante de 47° par rapport à l'écliptique. Il fait partie d'un petit groupe d'objets détachés en principe éjectés vers le système solaire externe par des interactions gravitationnelles passées avec Neptune, mais il a cependant la particularité de posséder une orbite quasi-circulaire et très inclinée, ce qui le rend atypique. Sa période de rotation reste pour l'instant inconnue.

 

https://www.minorplanetcenter.net/iau/mpec/K05/K05X72.html
https://www.minorplanetcenter.net/db_search/show_object?object_id=2004+XR190
https://arxiv.org/pdf/astro-ph/0512430.pdf

 

Buffy-orbites.jpg

 

Orbite du TNO 2004 XR190 provisoirement nommé "Buffy" (les triangles bleus sont des KBO et SDO, le petit cercle au centre de l'image de gauche représente l'orbite de la Terre) -

schémas extraits de https://web.archive.org/web/20051221034908/http://www.cfeps.astrosci.ca/4b7/

 

Edited by Bill46
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 11/02/2021 à 20:36, BobMarsian a dit :

Aussi, le MPC n'a toujours pas fait le rapprochement : 1995 SN55 = (523731) 2014 OK394 ...

 

Ayez, le rapprochement est fait :) Extrait de https://minorplanetcenter.net/iau/ECS/MPCArchive/2021/MPC_20210127.pdf

 

https://minorplanetcenter.net/db_search/show_object?object_id=523731

 

 

MPC.JPG

 

Note 2 : by Ly... Kenneth Ly ? ;)

 

Edited by Bill46
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Dans le série toute récente des nouveaux TNOs apparaissant pour la 1ère fois dans les bases de données du MPC et ce, par l'équipe (*) spécialisée depuis de longues années dans la recherche de tels objets et en particuliers des plus éloignés (**), deux ressortent par leur taille potentiellement élevée d'après leur magnitude absolue H ---> 4.7 & 5.4 ===> dim. ~ 400-300 km (si albédo 15 %).

 

  Dés. prov.     q (UA)     Q (UA)      H       incl.      e        a (UA)    Période    Arc     Date découv.   

 2020 FY30   35.404   107.657   4.71   13.9   0.505   71.531   605 ans   300 j   2020/03/24 (Subaru)
 2020 FA31   39.374   101.715   5.40   19.6   0.442   70.544   593 ans   301 j   2020/03/24 (Subaru)
 
(*) Scott Sheppard, Chad Trujillo & David Tholen - télescopes :  Subaru (8,2 m) Mauna Kea,  Magellan-Baade (6,5 m) Las Campanas +  Lowell Discovery Telescope (4,2 m) Flagstaff, Arizona (ex Discovery Channel Telescope).
(**) à 99.0 et 97.2 UA du Soleil respectivement pour 2020 FY30 (mag.V 24.8) et 2020 FA31 (mag.V 25.3), le 21 fév. 2021.

 

On peut être surpris par la rapidité des annonces au MPC (MPEC) alors que ces deux TNOs ont été suivis sur moins d'une année !  Une impatience qui possiblement peut s'expliquer par l'impossibilité de retrouver les objets dans les archives des télescopes Pan-STARRS (par ex.) qui doivent plafonner autour de la magnitude 22 ?

 

2020 FY30 : MPEC 2021-C282 (14/02/2021) https://minorplanetcenter.net/mpec/K21/K21CS2.html
2020 FA31 : MPEC 2021-C289 (14/02/2021) https://minorplanetcenter.net/mpec/K21/K21CS9.html

Edited by BobMarsian

Share this post


Link to post
Share on other sites

Une liste (à jour fin février 2021) des objets trans-neptuniens binaires ou possédant au moins un satellite naturel (extrait du site du physicien texan Robert Johnston http://www.johnstonsarchive.net/astro/ ). Ce site d'archives qui ne paye pas de mine est pourtant une mine d'informations détaillées et de références, régulièrement mis à jour, sur de nombreux objets du Système solaire.

 

Beaucoup d'objets répertoriés dans le tableau ci-après sont des "cubewanos", à savoir des planétoïdes de la Ceinture de Kuiper dont les orbites s'étendent entre celles en résonance 2:3 ou 1:2 avec celle de Neptune, soit une zone distante de 42 à 48 UA du Soleil. "Cubewano" vient du prototype 1992 QB1 depuis baptisé (15760) Albion. Le plus gros représentant de cette classe est la planète naine et plutoïde (13472) Makémaké.

 

TNOsbinaires.JPG

 

Edited by Bill46

Share this post


Link to post
Share on other sites

A noter: l'un des 20 ETNOs (Extreme Trans-Neptunian Objects, a > 250 UA  &  q > 35 UA) connus :  (474640) 2004 VN112, vient de se voir attribuer un petit nom (chose for rare pour un TNO) par la commission spécialisée de l'UAI dite WGSBN (Working Group Small Body Nomenclature), et ce nom charmant & chantant 9_9 est ---> "Alicanto" !

 

60c1175fa8522_WGSBN-Bull_Vol.11_210514_(474640)Alicanto2004VN112.png.a647b9fa8e870b7f0f2b7b940f87da12.png

 

Les deux autres ETNOs déjà baptisés :

 

   (90377)  Sedna                  2003 VB12
(541132)  Leleākūhonua    2015 TG387

 

+ deux autres seulement surnommés par leurs découvreurs :

 

                   "Biden"           2012 VP113
                   "Caju"             2015 BP519

 

https://www.wgsbn-iau.org/
https://www.wgsbn-iau.org/files/Bulletins/V001/WGSBNBull_V001_001.pdf
PS : précédemment les nouvelles attributions de noms d'astéroïdes paraissaient dans les circulaires du MPC.

Edited by BobMarsian
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

2014 UN271 : une nouvelle découverte étonnante grâce au Dark Energy Survey

 

https://groups.io/g/mpml/message/36493

 

extraits traduits :

 

Ce nouvel objet, 2014 UN271, est non seulement inhabituel, mais radicalement exceptionnel parmi tous les corps connus du système solaire à ce jour. Découverte à environ 29 UA du Soleil et actuellement à environ 22, son orbite le fait sortir juste au-delà de l’orbite de Saturne (10,9 UA) jusqu’au nuage d’Oort.  L’aphélie barycentrique entrant était 39,400 +/- 1200 AU, et sortant, il sera encore plus énorme 54,600 +/- 2300 AU (!!)

(...)

 

Basé sur la magnitude absolue donnée, et compte tenu de la façon dont exceptionnellement rouge, il avait l’air dans les images précouverte de 2014 du TCFH (la couleur g - r était de 0,9, et r - i était de 0,5!) J’estimerais à un albédo de 0,01-0,08 un diamètre de 130-370 kilomètres (nominalement 160) qui le place à une échelle similaire, sinon plus grande que, l’énorme comète de Sarabat C/1729 P1, et presque sans aucun doute le plus grand objet Oort Cloud jamais découvert- presque en territoire de planète naine!

 

J’ai peu de doute dans mon esprit qu’à mesure que cela se rapprochera du Soleil, il commencera à afficher le coma et la queue typiques de tous les autres objets encore vus sur son orbite. Il semble presque prématuré de lui attribuer une sorte de pente théorique avec le peu de précédent qu’il y a pour des objets comme celui-ci, mais si Hale-Bopp est une indication avec sa pente de 20 à de grandes distances, alors 2014 UN271 pourrait éventuellement atteindre la magnitude 13 au début de 2031 - mais je ne compterais pas sur beaucoup plus brillant que 16 ou 17 pour le moment. Quoi qu’il en soit, c’est incroyablement lumineux, et cet objet devrait faire une cible d’étude exceptionnelle dans les deux prochaines décennies pour accompagner à quel point un objet semble exceptionnel.

 

 

https://minorplanetcenter.net/mpec/K21/K21M53.html

MPEC 2021-M53 : 2014 UN271

Edited by jackbauer 2
  • Like 1
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 6 minutes, symaski62 a dit :

2014 UN271   comète  ou   planète naine

 

Bien trop petite pour être qualifiée un jour de planète naine, Cérès la plus petite fait plus de 900 km !

  • Confused 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By Matthieu Conjat
      Bonjour à tous,
      je me suis amusé à suivre pendant ~4 heures un astéroïde hier soir (2176 Donar), car il passait près de M96. Sa période n'était pas connue, pour autant que je sache, alors j'ai tenté le coup.
      Finalement, en 1 heure, il avait gagné 1 magnitude, comme on peut le voir sur la courbe de lumière. Ca se voit même très bien sur l'image finale (il est à droite du champ). Il doit être très allongé pour gagner un facteur 2.5 en éclat au cours de sa rotation.
      Je vais continuer à le suivre ce soir, pour bien confirmer sa période de ~4.7 heures.
      (92 images de 120" de pose, T400 f/5, QSI 583ws sans filtre)

       
      Un zoom:

       
      Un petit gif animé de 2h30, pour lequel j'ai recalé chaque image de l’astéroïde pour qu'il reste fixe:

       
       
      Et la courbe de lumière:

       
      Il y a un 2è astéroïde au dessus de M96 (42693 1998 KQ38), mais il ne varie pas autant.
      Ce soir je fais la même image au-dessus de M95.
       
      Matthieu
    • By COM423
      Bonsoir,
       
      Lors de la lunaison du mois de novembre, j'ai pu retourner sur le champ de l'astéroïde 65803 (Didymos) dont le compagnon a été choisi comme cible de la sonde Dart le 26 septembre dernier et les restes de cette collision sont toujours parfaitement visibles !
      C'est dans la nuit du 26 au 27 novembre que j'ai pu l'imager et la comète 107P/Wilson-Harrington se trouvait alors toute proche de Disymos, ce qui a donc permis de capturer deux astres pour le prix d'un
       
      Bon en guise de "guest-star", c'est le second mot qui est le plus important, car il se trouve que cette comète est quasiment toujours d'aspect stellaire (une faible queue fut détectée uniquement en 1949, sans aucune chevelure) et en plus elle est faible (mag 18) sauf les années où elle frôle la Terre à 0,1 ua (ce fut le cas en 1979, prochaine fois en 2039...). Rien de transcendant donc, l'objet le plus intéressant reste l'astéroïde Didymos, qui du coup prend une allure de comète : les rôles sont inversés
       
      Pour bien repérer les deux protagonieste, l'animation reste le meilleur outil. Je l'ai proposée, sous forme de jeu, sur un post d'hier soir que vous pouvez aller voir ici :
       
      Je vous propose ici de voir, cette fois, le résultat du compositage de l'ensemble des poses :
       
      1°) Astéroïde 65803 (Didymos)
           --------------------------------------------
      La traînée résultant de l'impact est vraiment bien visible, sur une longueur de 5.7' (vers PA=282°) :

      et il semblerait qu'elle ne soit pas uniforme, on devine des parties plus brillantes (fragments ?) :

       
      Didymos reste plus brillant qu'avant l'impact, avec une magnitude mesurée V=16.4.
      Je ne l'ai pas suivi suffisamment longtemps pour tenter de voir une variation d'éclat cette fois...
       
      2°) Comète 107P/Wilson-Harrington
           ------------------------------------------------------
      Elle est passée au périhélie le 24 août dernier. Aspect complètement stellaire : m2= 17.7
      107P est le seul objet ponctuel dans l'image
      Les étoiles sont filées E/W puisque le compositage est calculé sur le déplacement de la comète.
      La traînée verticale, toute proche, est celle laissée par Dydimos
       
      Et pour finir, voici le montage réalisé afin de figer l'astéroïde Didymos et la comète 107P avec le fond stellaire :
       
      Pour voir l'image à l'échelle de 100%, clic droit puis Ouvrir dans un Nouvel Onglet ou une Nouvelle Fenêtre

      Newton SW 200/800 avec correcteur de coma, caméra ASI 294-MCpro + IR-cut,  Nord à peu près en Bas
      Monture AZ-EQ6 - ASIAir - guidées avec dithering pour une pose sur deux
      Le 27 novembre 2022 entre 01h26 et 02h50 utc
      36 poses de 2min à -20°C et Gain 120, Temps d'intégration de 01 h 12 min
      Traitement Siril 1.0.6, Finition avec Gimp 2.10.28
      Échantillonnage ramené  à 2"/pixel
       
      A regarder à pleine échelle bien sûr, même s'il y a peu de belles galaxies dans cet environnement.
       
      Bon week-end à tous.
    • By COM423
      Bonsoir,
       
      Comme il ne fait pas très beau en ce moment, je vous propose un petit jeu :
       
      En imageant l'astéroïde 65803 (Didymos), celui heurté par la sonde Dart, dans la nuit du 26 au 27 novembre, j'ai capturé au passage la petite comète 107P/Wilson-Harrington puisqu'elle était dans le même champ !
      Normalement :
      une comète c'est un objet diffus, un astéroïde c'est un objet ponctuel et d'aspect stellaire  
      Alors saurez-vous les trouver dans l'animation de la séquence ?
       

      36 poses de 02 minutes le 27/11/2022 de 01h26m51s à 02h48m46s utc
       
      Oui, je sais c'est pas cool, il n'y a même pas de flèche et, en plus, bien sûr il y a un piège
       
      C'est à ce stade juste un teaser, je dois encore faire les mesures photométriques et bien sûr le montage figeant à la fois les étoiles, la comète et l'astéroïde...
      Il y aura donc bien sûr une suite plus complète.
       
      Bon week-end.
    • By COM423
      Bonsoir,
       
      Je vous ai proposé hier soir un petit fil sur l'observation d'un duo cométaire :
      mais ne vous avais pas tout dit...
       
      Le compositage calculé pour révéler la petite C/2022 S4 (Lemmon) a, par le plus pur des hasards, révélé au passage 4 astéroïdes de plus
       
      Pour tout dire, il y en a même un qui a un mouvement si proche de celui de la comète, que quand j'ai fait les mesures photométriques quelques jours après le compositage lui-même, je me suis trompé de cible et c'est lui que j'avais d'abord mesuré
       
      Cette mésaventure illustre bien, je trouve, toute la puissance du compositage pour révéler les astres faibles : un exercice plus délicat pour les cibles en mouvement puisque le compositage doit être spécifique au déplacement de l'astre imagé.
       
      Deux astéroïdes seulement avaient laissé une traînée visible sur le compositage stellaire du champ :

       
      Alors que l'on détecte cette fois la traînée laissée par 6 astéroïdes sur le compositage calculé sur le déplacement théorique de C/2022 S4 (Lemmon) :

       
      Il faut dire qu'il y a du monde qui se baladait dans ce champ :

       
      Je ne me suis pas amusé à faire un compositage calculé pour chacun (faut pas exagérer ), mais il est intéressant de voir qu'il y en a de bien faibles qui, du fait de leur mouvement apparent assez proche de celui de la comète, sont mis en évidence :


       
      Amusant de révéler des astéroïdes en calculant le compositage sur le mouvement d'une comète !
      Ça rappelle la technique de recherche par "tracking synthétique" merveilleusement exploitée notamment par Alain MAURY et Georges ATTARD  (Cf les posts passés intitulés "deux français à l'honneur").
       
      Cette illustration de la technique, purement fortuite ici, m'a amusé et j'ai eu envie, du coup, de la partager avec vous
       
      Bone soirée.
    • By COM423
      Bonsoir,
       
      Il y a quelque temps que l'occasion de capturer deux comètes dans le même champ ne s'était plus présentée. Je suis donc content de vous proposer un nouveau duo imagé durant la lunaison de novembre entre :
      P/2022 L3 (ATLAS) dont je vous ai déjà parlé plusieurs fois(1), et la très discrète C/2022 S4 (Lemmon), découverte le 19 septembre dernier.  
      Deux astéroïdes se sont également tapés l'incruste, en laissant une petite traînée sur le compositage stellaire :
       
      ( Clic droit puis Ouvrir dans un Nouvel Onglet/Nouvelle Fenêtre pour voir l'image à 100% )

      Newton SW 200/800 avec correcteur de coma, caméra ASI 294-MCpro + IR-cut,  Nord à peu près en Bas
      Monture AZ-EQ6 - ASIAir - poses guidées avec dithering
      Nuit du 19 au 20 novembre 2022 entre 19h00 et 21h25 utc
      62 poses de 02min à -20°C et Gain 120, Temps d'intégration de 02 h 04 min
       
      Traitement Siril 1.0.6, Finition avec Gimp 2.10.28
      Échantillonnage ramené à 2"/pixel
       
       
      P/2022 L3 (ATLAS)
      ================
      Elle est passée au périhélie le 29 cotobre, et elle commence déjà à faiblir un peu :
      magnitude nucléaire : m2 = 16.4 (rayon d'ouverture de 6") magnitude totale, m1 = 14.7 (rayon d'ouverture de 2.1')  
      Côté mensurations, l'image révèle :
      une chevelure encore étendue de 1.6' de diamètre et une  queue de poussières qui a bien diminué en 3 semaines : 7.3' de longueur vers PA=214°
       
       
      C/2022 S4 (Lemmon)
      ================
      C'est donc une toute nouvelle comète, découverte deux mois plus tôt (à la magnitude 20.6). C'est encore un astre faible :
      magnitude nucléaire : m2 = 19.4 (rayon d'ouverture de 6") magnitude totale, m1 = 19.2 (rayon d'ouverture de 38")  
      Côté mensurations, l'image révèle :
      une chevelure diffuse de 12" de diamètre seulement et une  possible queue de 25" de longueur vers PA=31°, si faible que je n'en suis pas sûr...  
      La voici en gros plan, zoomée 2x, donc à 0.63"/pixel :

      Elle ne passera au périhélie que le 17 juillet 2024, où elle devrait alors monter vers m1=14.5.
       
      Bon dimanche.
       
      *** Edit 04/12/2022 - 13h11 loc *** : changement de l'image avec le bon libellé pour C/2022S4, merci @ALAING de me l'avoir signalé
       
      (1) : dernier post ici
       
  • Upcoming Events