BobMarsian

TNO, KBO, SDO, plutinos & Co.

Recommended Posts

"The changing material around (2060) Chiron from an occultation on 2022 December 15"
Jose-Luis Ortiz (Instituto de Astrofísica de Andalucía, Grenade) et al.
https://arxiv.org/abs/2308.03458 (7/8/2023) ---> Astronomy & Astrophysics (18/8/2023) :

"Changing material around (2060) Chiron revealed by an occultation on December 15, 2022"

https://www.aanda.org/articles/aa/full_html/2023/08/aa47025-23/aa47025-23.html

 

Après le centaure Chariklo (2014) et les TNOs Haumea (2017) & Quaoar (2023), un autre centaure se voit confirmer posséder un système d'anneaux et ce lors de l'occultation stellaire du 15 déc. 2022 ---> deux résultats positifs !
   - (2060) Chiron :  a ~ 13,7 UA,  P ~ 50.6 ans,  D = 196 ± 34 km (Braga-Ribas et al., 2023)
   - Anneau interne :  r = 325 ± 16 km
   - Anneau externe :  r = 423 ± 11 km
   - Disque ténu, bord externe :  r ~ 580 km

 

Sinon, Chiron est connu pour avoir des sursauts de luminosité à la manière cométaire, comme entre mars et septembre 2021 (0,6 mag.).  A la date de l'occultation, il était encore un peu plus brillant qu'au moment de sa phase nominale de pré-sursaut.
Les caractéristiques d'extinction (occultation) les plus externes peuvent être cohérentes avec une structure liée ou temporairement liée associée à l'augmentation de la luminosité. Cependant, la nature du sursaut de luminosité est incertaine et il est également difficile de savoir si la poussière ou la glace libérée lors du sursaut pourrait alimenter une supposée structure annulaire ou si elle en émanait.

 

Aussi, la structure à 423 km serait en dehors de la limite de Roche, si la masse de Chiron est dérivée de la contrainte : résonance 3:1 identifiée au niveau des anneaux d'Haumea, de Chariklo et de Quaoar. Cette résonance peut provoquer le confinement de structures annulaires autour des corps du Système Solaire externe qui montrent des gradients de gravité axiaux asymétriques (Sicardy et al., 2021).

 

PS : curieusement, l'article ne claironne pas la découverte d'anneaux autour de Chiron, même si les courbes de lumières symétriques semblent bien le démontrer ...

 

230807_Ortiz_Chiron-occult-221215_light-curve_Kottamia-obs_Fig.1.png.4286f12b93aa4a39a425b5e6bfda739f.png

230807_Ortiz_Chiron-occult-221215_light-curve_Wise-Obs_Fig.2.png.e052dea48b77a040f4ba07f0d85339c1.png

230807_Ortiz_Chiron-occult-221215_potential-ring-structure_Fig.4.png.1c24fb7bc140f3f8176d2cad8e87be3b.png

230807_Ortiz_Chiron-occult-221215_2011-and-2022-occult-features_Fig.5.png.5f9c7851ebebfae61d52a53672612133.png

 

Quelle belle mission spatiale ça ferait :  Chiron, puis dans la foulée : Chariklo et ses deux anneaux, Bienor ...  --->  Centaur Express ! 9_9

Edited by BobMarsian
  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 09/08/2023 à 02:41, BobMarsian a dit :

  - (2060) Chiron :  a ~ 13,7 UA,  P ~ 50.6 ans,  D = 196 ± 34 km (Braga-Ribas et al., 2023)
   - Anneau interne :  r = 325 ± 16 km
   - Anneau externe :  r = 423 ± 11 km
   - Disque ténu, bord externe :  r ~ 580 km

 

merci

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 09/08/2023 à 02:41, BobMarsian a dit :

Quelle belle mission spatiale ça ferait :  Chiron, puis dans la foulée : Chariklo et ses deux anneaux, Bienor ...  --->  Centaur Express ! 9_9

 

"The multichord stellar occultation by the centaur Bienor on January 11, 2019"
Estela Fernández-Valenzuela (Florida Space Institute, Orlando & Instituto de astrofísica de Andalucía, Grenade) et al.
https://arxiv.org/abs/2211.06931 (13/11/2022) ---> Astronomy & Astrophysics (20/01/2023) :
https://www.aanda.org/articles/aa/full_html/2023/01/aa43214-22/aa43214-22.html

 

4ème objet centaure (q > 5,20 UA  &  a < 30,07 UA) à être mesuré par occultation stellaire ayant enregistrée au moins deux évènements et ce après (2060) Chiron, (10199) Chariklo et (95626) 2002 GZ32.

 

- (54598) Bienor :  a = 16,53 UA,  i = 20,74°,  P = 67,23 ans
- 5 détections positives sur 4 sites différents en Espagne et au Portugal.
- Diamètre de la surface équivalente de l'ellipsoïde = 150 ± 20 km
- Albedo = 8 ± 2 %  pour Hv = 7,47 ± 0,04 (Fernández-Valenzuela et al., 2017)
- Période de rotation = 9,1719 ± 0,0002 h

 

Il ressort que sa taille moyenne évaluée à 150 km (pour un objet triaxial) apparaît 30 km plus petit que la plus récente mesurée d'après le flux thermique renvoyé :
   - 181 ± 8 km    (Spitzer/Herschel/ALMA), Lellouch et al. (2017)
   - 198 +6/-7 km (Spitzer/Herschel), Duffard et al. (2014).  Albédo = 4,3 %

Pour combler cette différence, les auteurs ont imaginé le scénario hypothétique d'un système binaire rapproché. Dans ce cas, le diamètre de la surface équivalente passerait à 166 ± 9 km !

 

Bon ! Plus qu'à attendre de nouvelles occultations pour départager les différents modèles ...

Edited by BobMarsian
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

"A large topographic feature on the surface of the trans-Neptunian object (307261) 2002 MS4 measured from stellar occultations"
Flavia Luane Rommel (National Observatory/MCTI, Rio de Janeiro) et al.
https://arxiv.org/abs/2308.08062 (15/8/2023) ---> Astronomy & Astrophysics

 

Bilan de 9 occultations stellaires enregistrées entre 2019 et 2022 contraignant la taille, la forme et l'albédo géométrique de 2002 MS4 avec une nette prépondérance pour celle du 8/8/2020.

 

- (307261) 2002 MS4, KBO dit "hot classical" pour son inclin. notable.  a = 41,9 UA, i = 17,7°, P = 271 ans
- Occult. stellaire (étoile, mag.V = 14,62) du 8/8/2020 ---> 61 occult. positives (record pour un TNO) dont 7 en France (voir Tab. B.1).
- 13 sélectionnées (critère principal : réf. de temps GPS) pour obtenir le profil global.
- Ellipsoïde aux demi-grands axes :  a' = 412 ± 10 km,  b' = 385 ± 17 km
- Diamètre de la surface équivalente = 796 ± 24 km
- Albédo géométrique pV = 0,100 ± 0,025 en prenant comme mag. absolue Hv = 3,63 ± 0,05 (Verbiscer, 2022)
- Période de rotation : deux possibilités : 7,33 h ou 10,44 h (Thirouin, 2013)
- Trois formations topographiques visibles sur le limbe : une dépression de 11 km de profondeur suivie d'une élévation de 25 km, à côté d'une dépression en forme de cratère de 322 km et profonde de 45 km (voir Fig. 6). Une première pour un TNO !


Ces résultats montre un objet dont le diamètre est ~ 138 km plus petit que celui dérivé des données thermiques (934 ± 47 km, Spitzer & Herschel, Vilenius, 2012). Cela indique peut-être la présence d'un satellite inconnu !

Le limbe obtenu à partir des neuf occultations stellaires favorise pour 2002 MS4 une forme 3D (en équilibre hydrostatique) de sphéroïde aplati dit de Maclaurin vs l'ellipsoïde à trois axes de Jacobi.

Enfin, bien que très improbable, les auteurs n'excluent pas l'hypothèse que l'élévation ait été causée par un satellite inconnu d'un diamètre de ~ 213 km passant devant ou derrière le corps principal. Si tel est le cas, le corps principal aura un diamètre effectif de ~ 788 km (voir Fig. D.1).

 

64dfa0492d99d_230815_Rommel_2002MS4-occult-200808_chords_Fig.1.png.9fde96c47f24030c6a4a71a1540fcfb6.png

64dfa0790cd37_230815_Rommel_2002MS4-occult-200808_select-chords_best-ellipt-limb_Fig.2.png.886d2eb9f3429bde8a6657c427af5938.png

64dfa09db5b6d_230815_Rommel_2002MS4-occult-200808_post-occultation-map_Fig.3.png.8fa40d8703ec0467ecc6f4e1503d5b41.png

Fig. 3 : Carte post-occultation montrant l'emplacement de chaque station qui a participé à la campagne d'occultation du 8 août 2020. Les lignes pleines délimitent la bande d'occultation. Les points noirs marquent la position de l'ombre toutes les minutes, le plus grand au moment au plus proche du géocentre. L'ombre suit la direction donnée par la flèche noire. Les points bleus indiquent le 13 occultations sélectionnés, tandis que les autres positifs sont dans des triangles rouges. Une étoile noire marque l'occult. limite négative acquise à partir du site de Montsec (Catalogne). Les triangles verts et les losanges blancs représentent les stations avec des données négatives et du mauvais temps, respectivement.

 

64dfa18b67f7f_230815_Rommel_2002MS4-occult-200808_limb-topography_Fig.6.png.9f0081749ed80ef2b16d2e3b2fd6ab1b.png

64dfa26a2fef9_230815_Rommel_2002MS4-occult-200808_positive-occult_french-observ_Tab_B1.png.afd61340725a74c98e2b320ab6f35ec1.png

Encadré de rouge :  connu aussi sous le matricule (31570) d'un banal astéroïde de la ceinture principale.

Quatre autres "Observers" ont également leur nom d'astéroïde :  Lecacheux, Frappa, Klotz & Albanese.

64dfa295f07ab_230815_Rommel_2002MS4-occult-200808_light-curves_french-observ_Fig_C1.png.587332be66718b0730af85e37c20a6c9.png

64dfa2b82b50d_230815_Rommel_2002MS4-occult-200808_main-body--putative-sat-limbs_Fig_D1.png.71bf9783c1e7464adf435f4e2ca6708c.png

Edited by BobMarsian
  • Like 1
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 46 minutes, BobMarsian a dit :

"A large topographic feature on the surface of the trans-Neptunian object (307261) 2002 MS4 measured from stellar occultations"
Flavia Luane Rommel (National Observatory/MCTI, Rio de Janeiro) et al.
https://arxiv.org/abs/2308.08062 (15/8/2023) ---> Astronomy & Astrophysics

 

A noter parmi la (longue) liste de co-auteurs de ce papier, plusieurs astrosurfeurs dont @Matthieu Conjat ,  @JP-Prost et même votre serviteur (et j'en oublie surement). La mesure fournie par mon modeste C8 (la corde du bas dans la Figure 8h) n'a pas grand chose à envier avec les mesures des télescopes de 1 et 2 mètres des Canaries :)

 

Avec un peu de motivation et de rigueur, pas besoin de matos énorme pour apporter sa petite pierre aux contributions pro-am. Si ça peut en motiver certains...

 

jf

  • Like 6
  • Love 1
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 09/08/2023 à 02:41, BobMarsian a dit :

"The changing material around (2060) Chiron from an occultation on 2022 December 15"
Jose-Luis Ortiz (Instituto de Astrofísica de Andalucía, Grenade) et al.
https://arxiv.org/abs/2308.03458 (7/8/2023) ---> Astronomy & Astrophysics (18/8/2023) :

"Changing material around (2060) Chiron revealed by an occultation on December 15, 2022"

https://www.aanda.org/articles/aa/full_html/2023/08/aa47025-23/aa47025-23.html

 

"Constraints on (2060) Chiron's size, shape, and surrounding material from the November 2018 and September 2019 stellar occultations"
Felipe Braga-Ribas, C. L. Pereira, Bruno Sicardy et al., dont Jean-Luc Dauvergne ^_^
https://arxiv.org/abs/2308.10042 (19/8/2023) <--- Astronomy & Astrophysics (9/8/2023) :
https://www.aanda.org/articles/aa/full_html/2023/08/aa46749-23/aa46749-23.html

 

- Première occultation multi-cordes par Chiron, observée le 8/9/2019 depuis 4 sites en France & en Belgique.
- Première détermination de la forme de l'objet centaure (2060) Chiron.
- Considérant l’amplitude réelle de sa courbe de lumière rotationnelle et en supposant qu’il ait une forme triaxiale d'ellipsoïde en équilibre hydrostatique dite de Jacobi ===> a = 126 ± 22 km, b = 109 ± 19 km et c = 68 ± 13 km ===> rayon équivalent en volume Rvol = 98 ± 17 km.
- Période de rotation P = 5.917813 ± 0.000007 h (Marcialis & Buratti, 1993).
- En assumant une magnitude absolue Hv = 7.28 ± 0.08 (Groussin et al.,2004) ===> albedo géométrique pV = 0.076 ± 0.026.
- Les données de l'occult. unique du 28/11/2018 (obs. SAA0, Afrique du Sud) ne montrent pas de trace sans ambiguïté d'anneaux (structures observées lors de l'occult. de 2011) principalement en raison du long temps d'expo. nécessaire pour enregistrer l'événement. Entre temps, a été écarté, la présence d’un anneau permanent similaire au C1R de Chariklo, en profondeur optique et extension.
- Aussi, réévaluation des propriétés physiques des structures observées lors de l'occult. de 2011 (Ruprecht et al., 2015) : occult. secondaires symétriques détectées autour de Chiron.
- Une occultation prometteuse se produira le 10/9/2023 en Amérique du Sud, qui pourrait permettre des déterminations plus précises de la taille et de la forme et apporter de plus amples informations sur l'environnement de Chiron.

 

64e791438825d_230819_Braga-Ribas_Chiron-occult-190908_chords_ellipsoidbestfit_Fig.6.png.a93cee25090b56007bef36afe11cec1f.png

 

PS : c'est un peu dommage que les auteurs ne prennent pas en compte les résultats du papier "Changing material around (2060) Chiron revealed by an occultation on December 15, 2022" (J. L. Ortiz et al.) paru dans le même numéro d'Astronomy & Astrophysics (Vol. 676, August 2023), que j'ai évoqué le 9 août !
https://www.aanda.org/articles/aa/full_html/2023/08/aa47025-23/aa47025-23.html

Edited by BobMarsian
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

"The DECam Ecliptic Exploration Project (DEEP): I. Survey description, science questions, and technical demonstration"
David E. Trilling (Northern Arizona University,Flagstaff) et al.
https://arxiv.org/abs/2309.03417 (7/9/2023) ---> The Astronomical Journal

 

Autant que je sache, avec ce 1er papier, on découvre l'existence de ce programme quatre ans après son début (2019) et au moment de son achèvement (2023) ce qui n'était pas le cas par exemple d'OSSOS (Outer Solar System Origins Survey) annoncé dès le départ (2013) !

 

Résumé (abstract) traduit :
"Nous présentons ici le DECam Ecliptic Exploration Project (DEEP), un sondage du NOAO/NOIRLab durant 46,5 nuits étalées sur trois années pour découvrir et mesurer les propriétés de milliers d'objets trans-neptuniens (TNO) à des magnitudes aussi faibles que VR~27, correspondant à des tailles aussi petites que 20 km de diamètre. Dans cet article, nous présentons les objectifs scientifiques de ce projet, la conception expérimentale de notre étude et une démonstration technique de notre approche. Le cœur de notre projet est le «suivi numérique», dans lequel toutes les images collectées sont combinées selon une gamme de vecteurs de mouvement pour détecter les TNO inconnus qui sont plus faibles que la profondeur d'exposition unique de mag. VR~23. Grâce à cette approche, nous atteignons une profondeur qui est environ 2,5 magnitudes plus faible que la profondeur nominale «wide fast deep» de mag. 24,5 du LSST.  DEEP fera plus que doubler le nombre de TNO connus avec des arcs d'observation de 24 heures ou plus, et augmentera d'un facteur 10 ou plus le nombre de petits TNO connus (<50 km). Nous décrivons également nos objectifs scientifiques auxiliaires, notamment la mesure de la distribution de forme moyenne des très petits astéroïdes de la ceinture principale, et décrivons brièvement un ensemble d'articles à venir qui présentent d'autres aspects et résultats préliminaires du programme DEEP."

 

- Sondage (survey) :  DEEP (DECam Ecliptic Exploration Project).
- Institution :  NOIRLab (National Optical-Infrared astronomy Research Laboratory, ex NOAO) de la NSF (National Science Foundation, USA).
- Observatoire :  CTIO (Cerro Tololo Inter-American Observatory), Chili.
- Télescope / détecteur :  Víctor M. Blanco (4 m) / Dark Energy Camera (DECam), champ = 3 deg².
- Semestres réels d'observation :
    - 2019A, 2019B
    - 2020A, 2020B (1ère moitié) : perdus suite à la fermeture du CTIO, cause COVID !
    - 2021A, 2021B
    - 2022A, 2022B, 2023A : récupération des observations perdues en 2020.

- Papiers à venir :
  • II.  Description en détail de notre stratégie d’observation, Trujillo et al.
  • III. Présentation de notre simulateur d'observation, Bernardinelli et al.
  • IV. Description des résultats scientifiques des TNOs détectés en exposition unique, Strauss et al.
  • V.  Présentation des résultats de suivi numérique pour les détections d'époque unique, Napier et al.
  • VI. Description des TNOs liés à plusieurs visites, Smotherman et al.

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 6 heures, BobMarsian a dit :

Le cœur de notre projet est le «suivi numérique», dans lequel toutes les images collectées sont combinées selon une gamme de vecteurs de mouvement pour détecter les TNO inconnus qui sont plus faibles que la profondeur d'exposition unique de mag. VR~23. Grâce à cette approche, nous atteignons une profondeur qui est environ 2,5 magnitudes plus faible que la profondeur nominale

Je n'ai pas lu l'article mais dit comme ça, cela m'évoque le Synthetic Tracker (Tracking Synthétique) du logiciel Tycho Tracker. Cette technique permet justement de découvrir des astéroïdes (objets en mouvement) qui ne sont pas détectés autrement par des méthodes plus conventionnelles.

 

Marc

Edited by Gribol
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Sur Sedna, Gonggong & Quaoar vu par le NIRSpec du JWST, voir aussi sur un autre fil, le message étoffé du Huitzi ^_^ :

 

 

Le papier associé :

"A Tale of 3 Dwarf Planets: Ices and Organics on Sedna, Gonggong, and Quaoar from JWST Spectroscopy"
Joshau P. Emery (Northern Arizona University, Flagstaff, Arizona) et al.
https://arxiv.org/abs/2309.15230 (26/9/2023) ---> Icarus

Edited by BobMarsian

Share this post


Link to post
Share on other sites

Comment à partir d'un indice (insignifiant et obscur pour le commun des mortels) comme le rapport deutérium (hydrogène lourd, D) sur l'hydrogène (H) dans le méthane, des scientifiques peuvent élaborer des scénarios de composition planétaire interne relativement précis voire fiable (l'avenir nous le dira). Moi, je veux bien et après tout ça laisse rêveur 9_9

 

Un exemple récent concernant les planètes naines (TNOs) Eris et Makemake mesurées par le NIRSpec du JWST :

Article du 15 février (Southwest Research Intitute) :
"SwRI scientists find evidence of geothermal activity within icy dwarf planets"
https://www.swri.org/press-release/swri-scientists-find-evidence-of-geothermal-activity-within-icy-dwarf-planets

 

Traduction partielle de l'article :
Une équipe codirigée par le Southwest Research Institute a découvert des preuves d'une activité hydrothermale ou métamorphique au sein des planètes naines glacées Eris et Makemake, situées dans la ceinture de Kuiper. Le méthane détecté à leur surface présente des signes révélateurs d'une géochimie chaude, voire chaude, dans leurs noyaux rocheux, ce qui est nettement différent de la signature du méthane provenant d'une comète. Nous avons trouvé des preuves indiquant des processus thermiques produisant du méthane à partir d’Eris et Makemake. L’équipe JWST a mesuré la composition de la surface des planètes naines, en particulier le rapport deutérium (hydrogène lourd, D) sur hydrogène (H) dans le méthane. On pense que le deutérium s’est formé lors du Big Bang et que l’hydrogène est le noyau le plus abondant de l’univers. Le rapport D/H sur un corps planétaire fournit des informations sur l’origine, l’histoire géologique et les voies de formation des composés contenant de l’hydrogène. "Le rapport D/H modéré que nous avons observé avec JWST dément la présence de méthane primordial sur une surface ancienne. Le méthane primordial aurait un rapport D/H beaucoup plus élevé", a déclaré Glein. Au lieu de cela, le rapport D/H indique des origines géochimiques pour le méthane produit dans les profondeurs intérieures. Le rapport D/H est comme une fenêtre. Nous pouvons l’utiliser dans un sens pour scruter le sous-sol. Nos données suggèrent des températures élevées dans les noyaux rocheux de ces mondes, de sorte que le méthane puisse être chauffé. De l'azote moléculaire (N2) pourrait également être produit, et nous le voyons sur Eris. "Si Eris et Makemake abritaient, ou pouvaient peut-être encore héberger, des géochimies chaudes, voire chaudes, dans leurs noyaux rocheux, des processus cryovolcaniques pourraient alors fournir du méthane à la surface de ces planètes, peut-être à une époque géologiquement récente", a déclaré le Dr Will Grundy. un astronome à l'Observatoire Lowell, l'un des co-auteurs de Glein et auteur principal d'un article complémentaire. "Nous avons trouvé un rapport isotopique du carbone (13C/12C) qui suggère un resurfaçage relativement récent."

 

Papiers sur ArXiv et Icarus :
Moderate D/H ratios in methane ice on Eris and Makemake as evidence of hydrothermal or metamorphic processes in their interiors: Geochemical analysis,
Christopher R. Glein (SwRI, San Antonio, Texas) et al.
https://arxiv.org/abs/2309.05549 (v1 : 11/9/2023, v2 : 10/2/2024)
https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0019103524000575

 

65d39e89b2921_240215_SwRI_Makemake-Eris_surfaceglobeview_r.thumb.jpg.b742275ec08371ed916cba1f4d6a187b.jpg

 

65d39eb3d0c3b_240215_SwRI_Makemake-Eris_internalprocesses.jpg.d3a8b0b1b0eac2aa4cb0973c62e81034.jpg

Edited by BobMarsian
  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui, complémentaire du premier (Glein et al.) et excellent, entre autres.

 

L'article original :
"Measurement of D/H and 13C/12C Ratios in Methane Ice on Eris and Makemake: Evidence for Internal Activity"
Will M. Grundy (Lowell Observatory, Flagstaff, Arizona.) et al.
https://arxiv.org/abs/2309.05085 (10/9/2023) ---> Icarus

 

230910_Grundy_JWST-NIRSpec_Eris-Makemake_flux-images_Fig.1.png.4e9e4a5438ea79e7dc25455aa86b3dee.png

 

230910_Grundy_JWST-NIRSpec_Eris-Makemake_spectra_CH3D-bands_Fig.3.png.f15a265339c9a8e89f22d7fcd0c8e327.png

  • Like 2
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

1er TNO repéré cette année (le 10 janv.), 2024 AW15 n'a rien de remarquable avec son demi-grand axe de 39,573 UA, sauf que les découvertes de ce type d'astre sont devenues fort rares avec un seul ajouté en 2023 (2023 FV47) dans la liste du MPC comme si leur recherche systématique s'était estompée au fil du temps.
https://minorplanetcenter.net/iau/lists/TNOs.html

 

A noter aussi, qu'il représente le tout 1er TNO découvert à l'observatoire dit : Wide Field Survey Telescope (WFST) situé en Chine au Nord du Tibet près de la ville de Lenghu dans la province de Qinghai et ce à 4200 m d'altitude (idem Mauna Kea). Sa 1ère lumière remonte au 17 sept. 2023.
https://wfst.ustc.edu.cn/
Autres dénominations :
- "Purple Mountain Observatory", géré par l'University of Science and Technology of China (USTC).
- "Mozi" (墨子), du nom d'un ancien philosophe (-470/-391), aussi, précurseur de certains concepts scientifiques ---> voir les pages wikipedia (En et Fr) :
https://en.wikipedia.org/wiki/Mozi - https://fr.wikipedia.org/wiki/Mozi
"Mohisme et science :
Selon Joseph Needham, Mozi (écrits rassemblés de ceux de la tradition de Mozi, dont certains pourraient provenir de Mozi lui-même) contient la phrase suivante : « La cessation du mouvement est due à la force opposée... S'il n'y a pas force opposée... le mouvement ne s'arrêtera jamais. Qui, affirme-t-il, est un précurseur de la première loi du mouvement de Newton. Mozi contient également des spéculations sur l’optique et la mécanique qui sont tout aussi originales. Il est le premier à décrire le principe physique derrière la caméra, également connue sous le nom de camera obscura
."

 

Quelques caractéristiques ( https://wfst.ustc.edu.cn/about/telescope/ ) :
 - Diamètre du miroir primaire = 2,5 m  -  FOV = 3°
 - Observe au travers de 6 bandes (u, g, r, i, z et w) entre 320 et 960 nm
 - Capteur : mosaïque de 9 CCD de 9000 x 9000 pix. chacun
 - Exemple de magnitude atteinte sur un NEO : 22,5 (bande r) en 30 s de pose
 - Possède un "atmospheric distortion corrector"
 - Considéré comme le plus important "time-domain survey facility" (phénomènes astro. transitoires, supernovae, etc ...) de l'hémisphère Nord !
 - Couverture du ciel un fois toutes les trois nuits

 

Objectif concernant le Système Solaire ( https://wfst.ustc.edu.cn/about/whats/ ) :
"Découvrir et suivre un million d'objets du système solaire selon une vue panchromatique et comprendre son évolution dynamique ; découvrir des planètes et/ou leurs lunes dans la ceinture de Kuiper et au-delà."

 

Sinon, le WFST a découvert ses 1er NEA (2023 WX1 et 2023 WB2) le 18 nov. 2023, mag. respect. 20,8 et 21,0
https://wfst.ustc.edu.cn/news-and-meetings/news/20231122/20231122/

 

65d624715a449_WFSTLenghu_QinghaiChina_1.thumb.jpg.e327ec11383989168ec29f11c3868bfa.jpg

 

IMG_20240221_171547.thumb.jpg.8ab080208fdae8261bbca76a7553669c.jpg

Edited by BobMarsian
  • Like 1
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Dans la foulée du WFST et sur le même site (Lenghu, Saishiteng Mountain), les chinois nous préparent un autre projet : le "Jiao Tong University Spectroscopic Telescope" (JUST), sous la forme d'un télescope à miroir segmenté de 4,4 m à f/6.0 dédié aux observations spectroscopiques.
Foyers Nasmyth 1 (FoV = 10 arcmin) et Nasmyth 2 (FoV = 1,2 deg., lambdas : 0,35−1,3 μm) équipé d'une optique de correction et qui servira au "Multi-Object Fiber Spectroscopic Survey" avec son spectrographe accommodant 2000 fibres optiques !  Première lumière attendue en 2026 ...

 

"The Jiao Tong University Spectroscopic Telescope Project"
https://arxiv.org/abs/2402.14312 (22/2/2024) ---> Astronomical Techniques and Instrument (2024)
http://www.ati.ac.cn/en/article/doi/10.61977/ati2024008

 

65de2cbc5ec39_240222_JUST_spectroscopictelescope_site_Fig.1.png.1a775f4dabe2e79e6a2ce8c273318d64.png

 

65de2cd5c2390_240222_JUST_spectroscopictelescope_design_Fig.3.png.663839f00fc54987aea8971a19578985.png

Share this post


Link to post
Share on other sites

9_9

Ce 1er segmenté chinois (si je ne me trompe) ressemble furieusement à un mini ELT !

J'imagine qu'une fois l'instrument maitrisé, dans quelques années, ils se lanceront dans la construction d'un super géant de 50 ou 60 m de diamètre ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By COM423
      Bonsoir,
       
      Le mois dernier, je vous avais proposé le compte-rendu d'une observation en mode rapide de M40, juste avant que le ciel ne se voile totalement, dans des conditions non optimales mais que je considérais alors comme suffisantes pour tirer le portrait d'un banal couple d'étoile, cette 40ème entreé du célèbre catalogue ne résumant en fait à 2 étoiles !
      Sauf qu'en traitant les images, j'ai trouvé dans le champ :
      de belles galaxies qui méritaient largement un peu plus de poses, et une étrange nébulosité rouge dans le coin supérieur gauche de l'image  
      Toute cette première partie est relatée dans ce post :
       
      Cela faisait donc de bonnes raisos pour y retourner, et j'ai craqué dès la première nuit de cette lunaison de février
       
      Le mystère de la nébulosité est levé, il s'agit juste de reflets :

      soit :
      liés à 70 Uma (V=5.5) présente dans le champ, soit, plus vraisemblablement, à Megrez alias Delta Uma de V=3.3 située à 01°06' de 70 Uma...  
      Avec l'ajout de poses supplémentaires, le gain sur les trois belles galaxies du champ est appréciable :
       
      * De gauche à droite : NGC 4284 et NGC 4290 et UGC 7534 dans le cadre de droite :

       
      je ne l'avais pas remarqué sur le compositage avec les seules images du mois de janvier, mais le champ contient aussi une grande concentration de petites galaxies faibles juste au-dessus de l'étoile HD 107949 :

      On les retrouve sur la carte Simbad :

       
      çà ressemble à un cluster de galaxies, mais je n'ai pas trouvé de nomenclature associée.
      ==> si quelqu'un a des infos, je suis donc preneur !
       
      Voici le résultat du compositage des deux sessions d'images, ramené à un échantillonnage de 2"/pixel plus en adéquation avec le FWHM de l'image, c'est du bio sans réduction d'étoiles ou réelle atténuation du bruit, j'ai juste adouci la transition pour les bouts inférieur et supérieurs de l'image finale qui comporte moins de poses que la zone de recouvrement centrale(*) :
      (*): à cause la possible nébulosité sur le haut de l'image, la cession de février a été cadrée plus vers le haut que celle de janvier
       
      ( Clic droit puis Ouvrir dans un Nouvel Onglet/Nouvelle Fenêtre pour voir l'image à 100% )

      Newton SW 200/800 avec correcteur de coma, caméra ASI 294-MCpro + IR-cut,  Nord à peu près en Bas
      Monture AZ-EQ6 - ASIAir - poses guidées avec dithering
      Sur deux nuits les 13/14 janvier puis 03/04 février 2024
      53 poses de 02 min à -15°C, Temps d'intégration de 01 h 46 min
       
      Traitement Siril-1.2.0, Finition avec Gimp 2.10.28
      Échantillonnage ramené à 2"/pixel
       
      Un visiteur est venu se balader en ce matin du 4 février au-dessus de 70 Uma :

      Il est connu, il s'agit de (36273) 2000 AM68, il était de V=17,4.
       
      Et voilà, au départ je n'aurais jamais pensé consacrer tant de temps à M40, mais j'ai finalement pris un grand plaisir à imager cet objet et espère vous l'avoir fait partager
      Très bon week-end à toutes et tous.
    • By COM423
      Bonsoir,
       
      Je vous propose ce soir une petite conjonction assez photogénique entre la comète à sursauts, 29P/Schwassmann-Wachmann 1, et la galaxie spirale NGC 2595, plus quelques galaxies plus faibles :
       
      ( Clic droit puis Ouvrir dans un Nouvel Onglet/Nouvelle Fenêtre pour voir l'image à 100% )

      Newton SW 200/800 avec correcteur de coma, caméra ASI 294-MCpro + IR-cut,  Nord à peu près en Bas
      Monture AZ-EQ6 - ASIAir - poses guidées avec dithering
       
      Nuit du 15 au 16 janvier 2024, de 00h15 à 03h00 utc
       
      71 poses de 2min à -15°C, Temps d'intégration de 02 h22 min
       
      Traitement Siril-1.2.0, Finition avec Gimp 2.10.28
      Échantillonnage ramené à 2"/pixel
       
       
      29P/SW1 présente une très large chevelure résultant des sursauts à répétition du mois de décembre où elle fut particulièrement active, et elle a d'ailleurs eu un nouveau sursaut de 2 magnitudes le soir mème (!) :

      © Richard MILES, BAA : https://britastro.org/section_information_/comet-section-overview/mission-29p-2/latest-lightcurve-plot-of-29p
       
      Elle s'étend sur 5.3' de diamètre avec une coma interne plus marquée de 1.3' de diamètre.
      On devine aussi une petite et faibe extension de 30" vers PA=43° :

       
      Voici le résultat des mesures photométriques :
      magnitude totale, m1 = 11.5 (rayon d'ouverture de 5') magnitude nucléaire : m2 = 16.3 (rayon d'ouverture de 6")  
      La zone s'avère également riche en astéroîdes de passage, j'i annoté la trace laissée par quatre d'entre eux particulièrement bien visible
       
      Bonne soirée et très bon ciel à vous
       
    • By jfleouf
      Salut à tous,
       
      Depuis quelques temps je me suis remis à fond dans les observations d'occultation d'étoiles par des astéroïdes et je crois bien être tombé sur une chouette observation. Le 14 Janvier vers 6h UTC, l'astéroïde (10424) Gaillard (magnitude 18) occultait l’étoile UCAC4 558-046959 (magnitude 12.96)  et ma maison se situait dans la zone de 7km de large. Un événement à priori anodin, mais qui peut permettre d'affiner l'astrométrie de l'astéroïde ainsi que ses dimensions. OccultWatcher me donnait 76% de probabilité d'observer une occultation (les imprécisions dans l'astrométrie des astéroïdes fait qu'on a une marge d'imprécision plus ou moins grande dans la prédiction de leur position et ces occultations servent entre-autres à affiner ceci) avec une durée max de 0.7 secondes (le diamètre estimé de cet astéroïde est de 6.5 km et il se baladait à la vitesse de 0.64" par minute).
       
      Grosse surprise pendant l'enregistrement : je vois l'étoile disparaître deux fois, avec une réapparition d'une fraction de secondes entre les deux. Voici la courbe de lumière tirée de l'analyse du fichier .ser avec PyMovie. C'est fait avec une ASI533MM sur un C11 F/1.9 (échantillonnage = 1.44" par pixel). Shutter speed = 90ms et gain à 95% (oui, je sais, c'est bourrin)
       
      (Juste un petit bout de la courbe, centré sur la double occultation)

       
      Il y a deux explications possibles pour ce genre de courbe : (1) l'étoile cible est une binaire serrée ou (2) l'astéroïde est binaire. Je me suis fait une analyse assez détaillée pour conclure que ça ne peut pas être une étoile binarie. Le détail est ici (en anglais, sorry...): https://jfgout.github.io/occultations/gaillard-20240114.html
       
      En gros, si c'était une étoile binaire on devrait toujours voir le signal d'une des deux composantes. Et là, la chute de signal est bien plus importante que la division par deux attendue dans le pire des cas (= un système binaire avec 2 étoiles de même magnitude).
       
      Bref, je pense bien avoir observé une occultation par un astéroïde binaire  
       
      A noter que cet astéroïde est nommé pour Boris Gaillard, un astronome amateur qui avait bossé sur le programme informatique de détection d’astéroïdes utilisé par les découvreurs (http://www.minorplanetcenter.net/db_search/show_object?object_id=10424). Découvreurs qui ne sont autres que les membres du projet ODAS (OCA-DLR Asteroid Survey  https://fr.wikipedia.org/wiki/OCA-DLR_Asteroid_Survey). Une affaire bien française donc.
       
      Ça serait sympa de faire passer l'info à Boris Gaillard. Je ne le connais pas, mais une petite recherche sur google me fait penser que certains ici doivent le connaitre, notamment @Laurent51. Donc si vous connaissez Boris Gaillard, merci de lui faire suivre cette info  
       
      Je vais aussi envoyer un petit mail à Alain @maury pour lui signaler cette observation, vu qu'il me semble que c'est lui le découvreur/nomeur de cet astéroïde.
       
      Bonus: le GIF de la double occultation :
       

       
      Et l'image de repérage pour ceux qui ont du mal :
       

       
      JF
       
       
    • By COM423
      Bonjour,
       
      Je vous propose aujourd'hui un long compositage sur ... l'amas DoDz 1 dans le Bélier et quelques tâchouilles de fond de ciel
       
      Au départ, j'avais espoir de capturer la comète périodique 39P/Oterma donnée à la mag 21.1 (le 05 janvier dernier), passée au périhélie le 10 juillet 2023 puis au périgée 5 mois plus tard.
       
      Pas facile à cette magnitude mais je pensais le challenge atteignable, pour paraphraser @exaxe17, moi aussi :
      "j'aime bien tenter des trucs! sur un malentendu cela pourrais passer un jour!"
       
      39P était alors observable pendant près de 5h et, en plus, elle se déplaçait très lentement (0.02"/min) ce qui facilitait grandement l'analyse de l'image compositée sur elle !
       
      Malheureusement, elle ne ressort pas malgré le long temps d'exposition, je suis donc déçu et, en même temps, content d'avoir tenté le coup quand même histoire de n'avoir aucun regret !
       
      A défaut de comète, le compositage montre les traînées de deux astéroïdes de mag 18 à 18.5, et donc en vedette l'amas DoDz 1 (groupe d'étoiles à gauche de l'astéroîde Seine)
       
      ( Clic droit puis Ouvrir dans un Nouvel Onglet/Nouvelle Fenêtre pour voir l'image à 100% )

      Newton SW 200/800 avec correcteur de coma, caméra ASI 294-MCpro + IR-cut,  Nord à peu près en Bas
      Monture AZ-EQ6 - ASIAir - poses guidées avec dithering
       
      Nuit du 11 au 12 janvier 2024, de 17h29 à 22h32 utc
       
      141 poses de 2min à -15°C, Temps d'intégration de 04 h42 min
       
      Traitement Siril-1.2.0, Finition avec Gimp 2.10.28
      Échantillonnage ramené à 2"/pixel
       
      39P/Oterma se trouve dans le cadre dessiné au milieu de l'image.
      La magnitude limite du compositage est vers V=20,6, çà s'est donc joué de peu, sans doute à cause de la forte humidité de la nuit
       
      Si on regarde de près, il y a un vague signal à la position attendue :

      mesuré à V=21,6 mais c'est tellement dans le bruit de fond qu'il est totalement impossible de valider une telle détection...
       
      A moins de 10° de là, brillait fièrement le coupable principal de cet échec : la planète Jupiter comme pour me narguer
       
      En effet, si elle est devenue aussi faible c'est parce que le 12 avril 1963, la comète est passée à 0.095 ua de Jupiter à peine, ce qui a eu pour conséquences :
      d'augmenter la distance périhélique de 3.39 à 5.47 ua, et la période orbitale de 7,9 à 19,4 ans  
      Avant cet évenement, c'était une comète nettement plus accessible !
      Quand elle fut découverte en 1943, elle était de magnitude 15,  sa période était alors  de 8 ans seulement. Elle fut d'ailleurs observée aux deux passages suivants, en 1950 puis 1958.  
      Mais la comète n'a pas été retrouvée lors de son passage suivant, en 1983, et finalement imagée lors de celui d'après, en 2002, mais à la magnitude 22 !
       
      Pour ce passage, elle a été observée dès la fin 2019, mais totalement hors de portée de nos instruments amateurs, à la magnitude 24
       
      Ce début d'année représentait vraiment la meilleure opportunité, pour ce passage, mais c'était un poisson trop gros un astre trop faible pour mon T20cm 
       

       
      Je l'avais déjà tentée en septembre 2021, sur 3 nuits consécutives, mais sans résultat probant...
       
      On ne gagne pas à tous les cas, il faut savoir l'accepter en attendant de gagner au loto pour monter en diamètre
       
      Très bon week-end à toutes et tous
    • By FranckiM06
      Bonjour à tous,
      Alors par chance hier j'ai eu le ciel découvert durant toute la nuit (chose qui n'était pas prévu du tout par météoblue) alors j'en ai profité pour continuer mon avancement de mon futur panorama . 
      Pour cette nébuleuse sombre IC 2087, j'ai pu faire 105 x 180s avec la petite FS60 et la 2600MC + le filtre UV/IR/L. Et ce matin en faisant le traitement, j'ai découvert (grace à Stéphane) COM423 que c'était en fait l'astéroide 389 industria qui passait par là . Il fût découvert en 1894 par Auguste Charlois. 
       

  • Upcoming Events