BobMarsian

TNO, KBO, SDO, plutinos & Co.

Recommended Posts

A noter que 2005 UQ513 (H = 3.4) rate de très peu son entrée dans la liste des plus de 500 km avec :
D = 498 ± 75 km - Herschel "TNOs are Cool" X (Vilenius et a.l., 2014)

D'autres candidats potentiels (mesurés par Herschel mais encore non publiés) peuvent y entrer, comme ces 13 suivants (H < 5.5) :

2003 OP32 -- 3.6

2005 RR43 -- 4.1
2001 UR163 - 4.2
2003 UZ413 - 4.2
1996 TO66 -- 4.5
1995 SM55 -- 4.8
2004 PG115 - 4.9

2000 CN105 - 5.0
1999 CD158 - 5.1
1996 GQ21 -- 5.2
2003 UZ117 - 5.3
2005 RS43 -- 5.3
2003 QW90 - 5.4

+ ces cinq découverts trop récemment pour avoir été ciblés par Herschel :

2013 FY27 -- 3.0
2007 JJ43 --- 3.9
2010 KZ39 -- 4.0
2012 VP113 - 4.0
2013 FZ27 -- 4.0

+ quelques autres parmi les 110 TNOs de magnitudes absolues H < 5.5 dont 25 (H < 4), 39 (4 < H < 5) et 46 (5 < H < 5.5)

Pour de nouvelles mesures de ces astres glacés (-230°C) dans l'IR lointain (lambda ~100 microns), il faudra peut-être compter sur ALMA,
attendre patiemment SPICA (JAXA/ESA, 2025?) et bien sûr les occultations ...

[Ce message a été modifié par BobMarsian (Édité le 11-08-2014).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Dans la liste (ci-dessus) des candidats potentiels mesurés par Herschel, cinq appartiennent la famille collisionnelle d'Haumea, la seule famille connue dans l'ensemble des TNOs et peut-être la seule existante d'après ce que j'ai pu lire.

1995 SM55, 1996 TO66, 2003 OP32, 2003 UZ117 et 2005 RR43 ...

Il est assez peu problable qu'ils entrent dans la liste des plus de 500 km car cette famille possède typiquement des albédos particulièrement élevés comme ceux déjà mesurés : 0,88 (2002 TX300) et 0,804 (Haumea).

Selon le condensé de la présentation (au congrès ACM'2014) :
"Analysis of classical Kuiper-belt objects and Haumea collisional family from the Herschel and Spitzer observations" (Vilenius et al.),
cité dans un message précédent, les albédos de 2003 OP32, 2003 UZ117 et 2005 RR43 ont effectivement été évalués (selon un modèle thermique) à des valeurs fortes mais quand même sensiblement inférieures à TX300 & Haumea.
http://www.helsinki.fi/acm2014/pdf-material/Day-3/Session-2/Room-2/VILENIUS-019A.pdf

Le problème avec ce type de congrès, c'est qu'il n'y pas moyen (à ma connaissance) d'obtenir un compte rendu détaillé des présentations et on doit se contenter de "l'abstract" ! Embargo ?
Donc rien n'a filtré de ce qui été dit des albédos (et donc diamètres) d'OP32, d'UZ117 et de RR43 .... et j'ignore jusqu'à quand ?

Aussi, pourquoi 1995 SM55 & 1996 TO66 (de la famille d'Haumea) n'ont pas été inclus dans l'étude alors qu'on sait qu'ils faisaient partie des cibles du programme "TNOs are cool" d'Herschel ?
http://kisag.konkoly.hu/tnodatareductionsummary/

Share this post


Link to post
Share on other sites
"A special issue with selected full-length articles will be published in the Elsevier journal Planetary and Space Science. "

il faut attendre la publication du numéro spécial de la revue en question - c'est peut être déjà fait - et repérer les articles qui t'intéressent avant d'en chercher une copie sur le net (arxiv, pages persos des auteurs, etc.).

Share this post


Link to post
Share on other sites
Merci asp06 pour l'info !

Bon, pour l'instant, RAS du côté du "Elsevier journal - Planetary and Space Science" !
Après, il est pas certain que la présentation en question soit reprise dans le journal et soit en plus "Open Access" ?
Dans ce cas, il faudra effectivement la rechercher au moins sur arXiv.

C'est le même problème qui se pose avec un papier que je recherche :
"Thermal Emission of the Eris - Dysnomia System as Observed by Herschel/PACS" (Cs. Kiss et al.)
Abstact : http://www.lpi.usra.edu/meetings/acm2012/pdf/6357.pdf

Une présentation a en été faite lors de l'ACM 2012
http://chiron.mtk.nao.ac.jp/ACM2012/
... mais en est absente du journal ("proceedings" de l'ACM 2012) :
Meteoritics & Planetary Science : http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/maps.2014.49.issue-1/issuetoc

... et introuvable ailleurs !

Share this post


Link to post
Share on other sites
quote:
C'est le même problème qui se pose avec un papier que je recherche :
"Thermal Emission of the Eris - Dysnomia System as Observed by Herschel/PACS" (Cs. Kiss et al.)
Abstact : http://www.lpi.usra.edu/meetings/acm2012/pdf/6357.pdf[/quote]
Il me semble que c'est la seule chose qui a été publiée après la conférence, non ?
J'ai trouvé ces deux présentations, mais tu les as peut-être déjà vues et ça ne doit pas t'avancer : http://herschel.esac.esa.int/TheUniverseExploredByHerschel/presentations/13a-1700_MuellerT.pdf http://herschel.esac.esa.int/SDP_wkshops/presentations/IR/37_Mueller_TNOs_SDP2009.pdf
etpi là tu as 11 papiers "TNO's are cool" parmi tous ceux d'Herschel : http://adsabs.harvard.edu/cgi-bin/nph-abs_connect?library&libname=HerschelPapers&libid=4c44938764
(tu cherches "are cool" pour les trouver et il me semble qu'ils sont tous en arXiv).

Si ça peut t'aider ...

Share this post


Link to post
Share on other sites
parfois les proceedings mettent tellement longtemps à sortir que cela n'arrive jamais

si vraiment tu ne trouves pas tu peux essayer de te fendre d'un mail gentil à l'un des auteurs, éventuellement même en français quand l'un des auteurs est issu d'un labo français.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Vous l'attendiez tous, j'imagine !
La seconde révision du classement des TNOs par ordre de diamètre mesuré à plus de 500 km :

REMARQUES :
0- Désolé, le texte est resté en VO anglo-saxonne à cause d'une grosse flemme pour traduire dans la langue de Molière.
1- Dans le cas ou il est disponible, le diamètre individuel de l'objet principal (¤) a remplacé celui équivalent au système.
2- Ajout de 2007 JJ43 (#20) bien qu'il ne s'agisse que d'une mesure déduite de la fourchette d'albédos des objets de sa classe (classical hot).
3- Ajout de 2005 UQ513 (#28) dont la plage d'incertitude pourrait bien le faire entrer dans la liste.
4- La valeur H de la magnitude absolue provient de Minor Planet Center ( http://www.minorplanetcenter.org/iau/lists/MPLists.html ).
5- Les albedos de Pluton & Charron seront à revoir en fonction des publications à venir (New Horizons).
6- Pour comparaison, les lignes du bas (*) indiquent des valeurs alternatives.
7- Les remarques de l'édition précédente restent évidemment valables ...

[Ce message a été modifié par BobMarsian (Édité le 04-08-2015).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
S'il y en a un que ça intéresse ici c'est moi !
Pas mal de gros objets ne sont toujours pas baptisés...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Encore faudrait-il que les découvreurs proposent des noms à l'UAI !

Sur son blog, Mike Brown qui a découvert ou co-découvert un bon nombre de gros TNOs (Quaoar, Orcus, Sedna, Eris) avoue qu'il n'a jamais rien proposé pour 2007 OR10, par exemple ...
Selon lui, à partir de 2017, n'importe qui pourra le faire !
http://www.mikebrownsplanets.com/2015/01/ten-years-of-eris.html

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bonjour,

Les TNO sont à nouveau + à l'actualité avec la sonde New Horizons (sa future destination étant, d'après ce que j'ai compris, soit << 2014 MU69 >>, soit << 2014 PN70 >>

Au sujet des astéroides et de leur taille, je vous propose ce lien sur mon site
[url] http://www.astrosurf.com/spheres/kepler/k5.htm [/url]

ce petit programme permet de se donner une idée (visualisation en 3D) de la répartition du millier d'astéroides + gros que 100 km.

A noter que la taille des astéroides est grossièrement estimée sur la base du tableau donné ici
[url] http://neo.jpl.nasa.gov/glossary/h.html [/url]
En ce qui concerne les astéroides > 500km, j'arrive au moyen de ce tableau à une trentaine d'astéroides, dont une partie se retrouve dans les tableaux ci-dessus, par exemple :
[img] http://www.astrosurf.com/spheres/kepler/TNO08082015.jpg [/img]

NB : je ne suis pas un spécialiste de la question !


Bonne nuit des étoiles !

philgood

Share this post


Link to post
Share on other sites
Philgood , merci, c'est le genre d'outil de visualisation dont j'ai toujours rêvé, dans le cas des TNOs en particulier !
Outil qui pourrait encore évoluer vers l'idéal, selon mes désirs ... fous :

1- Améliorer le repérage en AD (RA) par rapport au point verval (AD = 0H) comme sur le poster de présentation du programme

OSSOS : http://www.cfeps.net/OSSOS/wp/assets/DPS_OSSOS_poster_2013_lowres.jpg

2- Idem au poster : ajout de cercles toutes les 5 ou 10 UA, pour les objets lointains.

3- Donner une taille (ou couleur) de plot des TNOs en fonction de leur magnitude absolue H (par tranche de magnitude).
Je préfère me référencer au paramètre H plutôt qu'aux diamètres présumés étant donné la grande variété des albédos.

4- Pouvoir cliquer sur un plot d'astéroïde (interactivité) pour en obtenir toutes les infos.

5- Pouvoir afficher les noms d'une sélection d'astéroïdes, les plus brillants au moins.

6- Pouvoir afficher une sélection d'orbites et non une seule.

7- Pouvoir inverser fond noir /fond blanc (moins fatiguant !).

8- Indiquer clairement, par exemple, qu'une vue se situe pile poil à la verticale et au Nord de l'écliptique (vue de référence avec AD = 0H à doite).


NB#1 : Je ne suis pas spécialiste non plus (et encore moins en logiciel graphique, hélas) mais très curieux de ces objets du fin fond du Système Solaire ...

NB#2 : Le Minor Planet Center fourni également un tableau de correspondance H - Diamètre, mais plus nuancé :
- http://www.minorplanetcenter.net/iau/lists/Sizes.html

NB#3 : Le même MPC, donne également sa propre représentation des objets du Système Solaire externe :
- http://www.minorplanetcenter.net/iau/lists/OuterPlot.html

NB#4 : J'arrive aussi à un trentaine, avec D > 500 km, mais certainement beaucoup plus potentiellement parmi les ~ 115 TNOs qui ont leur magnitude absolue < 5,5.
Par exemple, 2002 XV93 (H = 5,5) est mesuré à 565 ± 73 km, selon l'observatoire spatial Herschel !

Share this post


Link to post
Share on other sites
"NB#4 : J'arrive à la trentaine, avec D > 500 km"
Ben moi, c'est plutôt à la soixantaine, mais avec un diamètre de plus en plus faible... c'est normal docteur ?
(d'ailleurs, je suis assez surpris des dimensions que tu affiches sans aucune modestie)
Bon, allez, je sors la queue basse en me faisant tout petit si c'est encore possible, mais c'est un sujet très intéressant - si si vraiment - et là je suis très sérieux pour une fois
Ceci dit, on n'a toujours pas répondu à ma question du 13-09-2013 20:50 : je suis patient, mais y a des limites !

Share this post


Link to post
Share on other sites
" ... (d'ailleurs, je suis assez surpris des dimensions que tu affiches sans aucune modestie)... "

Ben ! Là, Alain, faudrait que tu m'expliques ça en détail, car je ne suis pas un cador du deuxième degré, si c'est bien la cas !

Autrement, merci de t'intéresser au sujet.

Quant à ta question sans réponse, elle le restera de mon côté, n'étant absolument pas au courant de cette prédominance ...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Second degré bien sûr : la soixantaine,
c'est bientôt l'âge du capitaine,
quand au reste...
mon diamètre personnel est beaucoup plus modeste
Désolé, l'auto-dérision, c'est ce qui me permet de supporter mon propre génie sans devenir totalement insupportable pour les autres
(Merci ! Merci ! De rien ! N'en jetez plus ! )
Plus sérieusement donc, merci pour ta réponse et plus globalement pour ton travail de synthèse ; cela rejoint le fil qu'avait posté Bernard Augier ici récemment :
http://www.astrosurf.com/ubb/Forum2/HTML/041449.html
Et donne des idées de cibles pour exploiter l'outil vraiment sympa développé là par David Romeuf : http://www.david-romeuf.fr/QuoiObserverCeSoir/EphemeridesAstronomiques.html
J'ignore la cause physique de cette apparente préférence des troyens pour L4, mais elle se trouve suffisamment marquée statistiquement pour avoir retenu mon attention.
Elle se confirme d'ailleurs - depuis ma question de 2013 - puisqu'au 3 juillet 2015 (sa dernière mise à jour) le MPC recensait les ratios suivants pour les corps orbitant respectivement en L5/L4 dans le Système Solaire :
Terre : 0/1
Mars : 3/1
Jupiter : 2179/4079
Uranus : 0/1
Neptune : 3/9
(pour Mercure, Vénus et Saturne on n'en connait aucun)
Soit un total de seulement 2185 troyens en L5, contre 4091 en L4 : un ratio presque du simple au double sur un échantillon de 6276 corps répertoriés, qu'on peut donc commencer à considérer comme significatif...
Je reste intéressé par toute piste explicative, si quelqu'un travaille sur le sujet ?

[Ce message a été modifié par Alain MOREAU (Édité le 11-08-2015).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Malgré mes neurones cramés , (ou plutôt du fait de leur indisponibilité notoire ), je vais tenter une réponse à la question lancinante d'Alain Moreau :

Pourquoi Jupiter a moins de troyens dans le "camp des troyens" (autour du point L5 qui suit Jupiter sur son orbite), que dans le "camp des grecs" (autour du point L4 qui précède Jupiter). La différence est du simple au double difficilement justifiable par le hasard ou un biais observationnel.

J'imagine que c'est dû au réservoir que constitue la ceinture des astéroïdes qui sont perturbés par le passage de Jupiter ce qui alimente surtout le point L4 selon le processus de "fronde gravitationnelle" utilisée pour les sondes. J'en vois un signe supplémentaire dans le fait que Mars est accompagnée de 4 ou 5 astéroïdes autour du point L5 pour 1 seul autour du point L4. C'est sûr, la statistique est moins significative mais ça va dans le bon sens si l'on remarque que le "réservoir" est placé à l'extérieur de l'orbite de Mars : la situation est inversée par rapport à celle de Jupiter.

(Je vous rassure, ma situation n'est pas désespérée, j'ai lu qu'on commençait à réaliser des greffes de neurones sur des souris ... )

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ch'uis pas sûr qu'un neurone de souris suffise à traiter les questions qui t'occupent l'esprit ChiCyg, mais en tout cas merci pour ta réponse peu rancunière et tout à fait intéressante
Je vais mieux dormir à présent

Share this post


Link to post
Share on other sites
Profils (préliminaires) reconstitués lors de deux occultations (2003 AZ84 & 2007 UK126) récentes qui se sont produites
en fait le même jour (15 novembre 2014) !


http://sendaiuchukan.jp/data/occult-e/occult-e.html


http://tnorecon.net/observation-campaigns/2014-november-15-ut-tno-2007-uk126/
http://tnorecon.net/recon-sites-record-our-first-kbo/
http://www.asteroidoccultation.com/observations/Results/index2014.html

[Ce message a été modifié par BobMarsian (Édité le 13-08-2015).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
http://www.futura-sciences.com/magazines/espace/infos/actu/d/planete-ceinture-kuiper-garderait-trace-cinquieme-planete-geante-59370/

Un article sur le site de Futura-sciences

Intro :

La ceinture de Kuiper garderait la trace d'une cinquième planète géante

On suspecte une migration de Neptune au début de l’histoire du Système solaire depuis les années 1990. Plusieurs caractéristiques du Système solaire s’expliqueraient mieux de cette façon. La dernière en date concerne un groupement de corps céleste dans la ceinture de Kuiper. Mais pour l'expliquer, il faut que Neptune ait migré sous l’influence d’une autre géante gazeuse aujourd’hui propulsée très loin du Soleil

Share this post


Link to post
Share on other sites
A vrai dire, je suis un peu gêné, mais ça me semble être du beau boulot très très "good", Mister Phil , comme du sur-mesure inespéré répondant à mes attentes.
Sûr que je vais y "jouer" avec plaisir !
Merci infiniment.

BobMarsian

Share this post


Link to post
Share on other sites
Annoncée le 10 novembre au 47ème congrès annuel de la Division for Planetary Sciences de
l'American Astronomical Society (DPS2015), qui se tient aux alentours de Washington jusqu'à vendredi --->
la découverte du TNO le plus distant à l'heure actuelle, soit environ 103 UA (15,4 Tm) !
L'ancien record (Eris, 97 UA) aura tenu 10 ans !


Présentation : "Searching for Extreme Kuiper Belt Objects and Inner Oort Cloud Objects"
Selon Scott Sheppard (Carnegie Institute), l'étude de V774104 (désignation provisoire) ne fait
que commencer vu que son orbite n'est pas connue depuis sa détection récente en octobre dernier ...
Selon son éclat à cette distance, ils devrait faire entre 500 et 800 km.

V774104 préfigure-t-il une population d'objets circulant
bien au-delà de la ceinture de Kuiper (Inner Oort Cloud) ?
Wait and see ! Depuis 2012, la couverture jusqu'à la magnitude 24 par des télescopes de 4 et 8 m
(Gemini, Subaru) ne représente que 8 % de la voûte céleste !

https://twitter.com/alexwitze/status/664165181463904257
http://www.nature.com/news/astronomers-spy-most-distant-solar-system-object-ever-1.18770
http://news.sciencemag.org/space/2015/11/astronomers-spot-most-distant-object-solar-system-could-point-other-rogue-planets

https://www.newscientist.com/article/dn28477-most-distant-solar-system-object-yet-could-hint-at-hidden-planet/

[Ce message a été modifié par BobMarsian (Édité le 11-11-2015).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Pour le record, c'est génial !

Ce qui est fascinant, c'est que cette distance record, 15.4 milliards de kilomètres, est bien moindre que la distance à laquelle se trouve aujourd'hui Voyager 1, près de 20 milliards de kilomètres...

Sinon, L'orbite de Sedna l'emmène bien plus loin, 145 milliards de kilomètres...

Donc tout l'enjeu, pour ce nouvel objet, est de connaître son orbite, savoir si il est près du périhélie ou... de l'aphélie...

S

Share this post


Link to post
Share on other sites
Dans le série record, 2012 DR30 a celui de l'aphélie !
Il culmine à plus de 2650 UA soit près de 400 milliards de km !
Période orbitale ~ 48800 ans !
http://www.minorplanetcenter.net/db_search/show_object?object_id=2012+DR30&commit=Show

Et pas typiquement du genre cométaire longue période comme P/Halley !

D'alleurs, je me demande quelle taille maximun peut atteindre une comète ?
Avec 185/188 km de dimensions, 2O12 DR30 me semble bien au-dessus du lot cométaire, non ?
http://arxiv.org/abs/1304.7112

Share this post


Link to post
Share on other sites
Deux nouveaux papiers sortis sur arXiv concernent d’excitantes découvertes dans notre syst. Solaire (en soulignant qu’il y a beaucoup d’incertitudes pour le moment) réalisées avec ALMA

D’abord un objet (appelé par les auteurs Gna !) qui pourrait être un nouveau Centaure :
http://arxiv.org/pdf/1512.02650v1.pdf
The serendipitous discovery of a possible new solar system object with ALMA


Et surtout cet objet très lointain qui pourrait être un TNO, une super-Terre ou une naine brune :
http://arxiv.org/pdf/1512.02652.pdf

A new submm source within a few arcseconds of Alpha Centauri
ALMA discovers the most distant object of the solar system

Extrait :

We argue that the object is most likely part of the solar system, in prograde motion, albeit at
a distance too far to be detectable at other wavelengths, viz. An ETNO ( 100AU), a hypothesized Super-Earth ( 300AU) or a super-cool brown dwarf ( 20 000AU).

[Ce message a été modifié par jackbauer 2 (Édité le 10-12-2015).]

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By COM423
      Bonsoir,
       
      Dans la continuité du projet d'imager l'intégralité du catalogue Messier, je me suis attardé sur le beau duo de M95 et M96 en mars/avril.
       
      Quelques surprises dans le champ :
      tout d'abord une supernova, "2024gda" qui s'est invitée dans un bras de M96 le 9 avril, je vous en ai déjà parlé ici: et une véritable invasion d'astéroîdes, dont les traînées sont bien mises en évidence sur ce compositage somme :
      avec d'autres intrus plus artificiels ceux-là
       
      Voici donc le résultat final du compositage moyenné, à regarder en full,  je les trouve bien photogéniques ces deux galaxies Messier
       
      ( Clic droit puis Ouvrir dans un Nouvel Onglet/Nouvelle Fenêtre pour voir l'image à 100% )

      Newton SW 200/800 avec correcteur de coma, caméra ASI 294-MCpro + IR-cut,  Nord à peu près en Bas
      Monture AZ-EQ6 - ASIAir - poses guidées avec dithering pour 1 pose sur 2
      Sur 4 nuits les :
      * 15/16 mars 2024
      * puis les 09/10, 11/12 et 12/13 avril 2024
      379 poses 60s, Temps d'intégration de 06 h 19 min
       
      Traitement Siril-1.2.1, Finition avec Gimp 2.10.28
      Échantillonnage ramené à 1,5"/pixel
      et j'espère qu'elles vous plairont aussi
       
      Très bon week-end à toutes et tous.
    • By COM423
      Bonsoir,
       
      Le mois dernier, je vous avais proposé le compte-rendu d'une observation en mode rapide de M40, juste avant que le ciel ne se voile totalement, dans des conditions non optimales mais que je considérais alors comme suffisantes pour tirer le portrait d'un banal couple d'étoile, cette 40ème entreé du célèbre catalogue ne résumant en fait à 2 étoiles !
      Sauf qu'en traitant les images, j'ai trouvé dans le champ :
      de belles galaxies qui méritaient largement un peu plus de poses, et une étrange nébulosité rouge dans le coin supérieur gauche de l'image  
      Toute cette première partie est relatée dans ce post :
       
      Cela faisait donc de bonnes raisos pour y retourner, et j'ai craqué dès la première nuit de cette lunaison de février
       
      Le mystère de la nébulosité est levé, il s'agit juste de reflets :

      soit :
      liés à 70 Uma (V=5.5) présente dans le champ, soit, plus vraisemblablement, à Megrez alias Delta Uma de V=3.3 située à 01°06' de 70 Uma...  
      Avec l'ajout de poses supplémentaires, le gain sur les trois belles galaxies du champ est appréciable :
       
      * De gauche à droite : NGC 4284 et NGC 4290 et UGC 7534 dans le cadre de droite :

       
      je ne l'avais pas remarqué sur le compositage avec les seules images du mois de janvier, mais le champ contient aussi une grande concentration de petites galaxies faibles juste au-dessus de l'étoile HD 107949 :

      On les retrouve sur la carte Simbad :

       
      çà ressemble à un cluster de galaxies, mais je n'ai pas trouvé de nomenclature associée.
      ==> si quelqu'un a des infos, je suis donc preneur !
       
      Voici le résultat du compositage des deux sessions d'images, ramené à un échantillonnage de 2"/pixel plus en adéquation avec le FWHM de l'image, c'est du bio sans réduction d'étoiles ou réelle atténuation du bruit, j'ai juste adouci la transition pour les bouts inférieur et supérieurs de l'image finale qui comporte moins de poses que la zone de recouvrement centrale(*) :
      (*): à cause la possible nébulosité sur le haut de l'image, la cession de février a été cadrée plus vers le haut que celle de janvier
       
      ( Clic droit puis Ouvrir dans un Nouvel Onglet/Nouvelle Fenêtre pour voir l'image à 100% )

      Newton SW 200/800 avec correcteur de coma, caméra ASI 294-MCpro + IR-cut,  Nord à peu près en Bas
      Monture AZ-EQ6 - ASIAir - poses guidées avec dithering
      Sur deux nuits les 13/14 janvier puis 03/04 février 2024
      53 poses de 02 min à -15°C, Temps d'intégration de 01 h 46 min
       
      Traitement Siril-1.2.0, Finition avec Gimp 2.10.28
      Échantillonnage ramené à 2"/pixel
       
      Un visiteur est venu se balader en ce matin du 4 février au-dessus de 70 Uma :

      Il est connu, il s'agit de (36273) 2000 AM68, il était de V=17,4.
       
      Et voilà, au départ je n'aurais jamais pensé consacrer tant de temps à M40, mais j'ai finalement pris un grand plaisir à imager cet objet et espère vous l'avoir fait partager
      Très bon week-end à toutes et tous.
    • By COM423
      Bonsoir,
       
      Je vous propose ce soir une petite conjonction assez photogénique entre la comète à sursauts, 29P/Schwassmann-Wachmann 1, et la galaxie spirale NGC 2595, plus quelques galaxies plus faibles :
       
      ( Clic droit puis Ouvrir dans un Nouvel Onglet/Nouvelle Fenêtre pour voir l'image à 100% )

      Newton SW 200/800 avec correcteur de coma, caméra ASI 294-MCpro + IR-cut,  Nord à peu près en Bas
      Monture AZ-EQ6 - ASIAir - poses guidées avec dithering
       
      Nuit du 15 au 16 janvier 2024, de 00h15 à 03h00 utc
       
      71 poses de 2min à -15°C, Temps d'intégration de 02 h22 min
       
      Traitement Siril-1.2.0, Finition avec Gimp 2.10.28
      Échantillonnage ramené à 2"/pixel
       
       
      29P/SW1 présente une très large chevelure résultant des sursauts à répétition du mois de décembre où elle fut particulièrement active, et elle a d'ailleurs eu un nouveau sursaut de 2 magnitudes le soir mème (!) :

      © Richard MILES, BAA : https://britastro.org/section_information_/comet-section-overview/mission-29p-2/latest-lightcurve-plot-of-29p
       
      Elle s'étend sur 5.3' de diamètre avec une coma interne plus marquée de 1.3' de diamètre.
      On devine aussi une petite et faibe extension de 30" vers PA=43° :

       
      Voici le résultat des mesures photométriques :
      magnitude totale, m1 = 11.5 (rayon d'ouverture de 5') magnitude nucléaire : m2 = 16.3 (rayon d'ouverture de 6")  
      La zone s'avère également riche en astéroîdes de passage, j'i annoté la trace laissée par quatre d'entre eux particulièrement bien visible
       
      Bonne soirée et très bon ciel à vous
       
    • By jfleouf
      Salut à tous,
       
      Depuis quelques temps je me suis remis à fond dans les observations d'occultation d'étoiles par des astéroïdes et je crois bien être tombé sur une chouette observation. Le 14 Janvier vers 6h UTC, l'astéroïde (10424) Gaillard (magnitude 18) occultait l’étoile UCAC4 558-046959 (magnitude 12.96)  et ma maison se situait dans la zone de 7km de large. Un événement à priori anodin, mais qui peut permettre d'affiner l'astrométrie de l'astéroïde ainsi que ses dimensions. OccultWatcher me donnait 76% de probabilité d'observer une occultation (les imprécisions dans l'astrométrie des astéroïdes fait qu'on a une marge d'imprécision plus ou moins grande dans la prédiction de leur position et ces occultations servent entre-autres à affiner ceci) avec une durée max de 0.7 secondes (le diamètre estimé de cet astéroïde est de 6.5 km et il se baladait à la vitesse de 0.64" par minute).
       
      Grosse surprise pendant l'enregistrement : je vois l'étoile disparaître deux fois, avec une réapparition d'une fraction de secondes entre les deux. Voici la courbe de lumière tirée de l'analyse du fichier .ser avec PyMovie. C'est fait avec une ASI533MM sur un C11 F/1.9 (échantillonnage = 1.44" par pixel). Shutter speed = 90ms et gain à 95% (oui, je sais, c'est bourrin)
       
      (Juste un petit bout de la courbe, centré sur la double occultation)

       
      Il y a deux explications possibles pour ce genre de courbe : (1) l'étoile cible est une binaire serrée ou (2) l'astéroïde est binaire. Je me suis fait une analyse assez détaillée pour conclure que ça ne peut pas être une étoile binarie. Le détail est ici (en anglais, sorry...): https://jfgout.github.io/occultations/gaillard-20240114.html
       
      En gros, si c'était une étoile binaire on devrait toujours voir le signal d'une des deux composantes. Et là, la chute de signal est bien plus importante que la division par deux attendue dans le pire des cas (= un système binaire avec 2 étoiles de même magnitude).
       
      Bref, je pense bien avoir observé une occultation par un astéroïde binaire  
       
      A noter que cet astéroïde est nommé pour Boris Gaillard, un astronome amateur qui avait bossé sur le programme informatique de détection d’astéroïdes utilisé par les découvreurs (http://www.minorplanetcenter.net/db_search/show_object?object_id=10424). Découvreurs qui ne sont autres que les membres du projet ODAS (OCA-DLR Asteroid Survey  https://fr.wikipedia.org/wiki/OCA-DLR_Asteroid_Survey). Une affaire bien française donc.
       
      Ça serait sympa de faire passer l'info à Boris Gaillard. Je ne le connais pas, mais une petite recherche sur google me fait penser que certains ici doivent le connaitre, notamment @Laurent51. Donc si vous connaissez Boris Gaillard, merci de lui faire suivre cette info  
       
      Je vais aussi envoyer un petit mail à Alain @maury pour lui signaler cette observation, vu qu'il me semble que c'est lui le découvreur/nomeur de cet astéroïde.
       
      Bonus: le GIF de la double occultation :
       

       
      Et l'image de repérage pour ceux qui ont du mal :
       

       
      JF
       
       
    • By COM423
      Bonjour,
       
      Je vous propose aujourd'hui un long compositage sur ... l'amas DoDz 1 dans le Bélier et quelques tâchouilles de fond de ciel
       
      Au départ, j'avais espoir de capturer la comète périodique 39P/Oterma donnée à la mag 21.1 (le 05 janvier dernier), passée au périhélie le 10 juillet 2023 puis au périgée 5 mois plus tard.
       
      Pas facile à cette magnitude mais je pensais le challenge atteignable, pour paraphraser @exaxe17, moi aussi :
      "j'aime bien tenter des trucs! sur un malentendu cela pourrais passer un jour!"
       
      39P était alors observable pendant près de 5h et, en plus, elle se déplaçait très lentement (0.02"/min) ce qui facilitait grandement l'analyse de l'image compositée sur elle !
       
      Malheureusement, elle ne ressort pas malgré le long temps d'exposition, je suis donc déçu et, en même temps, content d'avoir tenté le coup quand même histoire de n'avoir aucun regret !
       
      A défaut de comète, le compositage montre les traînées de deux astéroïdes de mag 18 à 18.5, et donc en vedette l'amas DoDz 1 (groupe d'étoiles à gauche de l'astéroîde Seine)
       
      ( Clic droit puis Ouvrir dans un Nouvel Onglet/Nouvelle Fenêtre pour voir l'image à 100% )

      Newton SW 200/800 avec correcteur de coma, caméra ASI 294-MCpro + IR-cut,  Nord à peu près en Bas
      Monture AZ-EQ6 - ASIAir - poses guidées avec dithering
       
      Nuit du 11 au 12 janvier 2024, de 17h29 à 22h32 utc
       
      141 poses de 2min à -15°C, Temps d'intégration de 04 h42 min
       
      Traitement Siril-1.2.0, Finition avec Gimp 2.10.28
      Échantillonnage ramené à 2"/pixel
       
      39P/Oterma se trouve dans le cadre dessiné au milieu de l'image.
      La magnitude limite du compositage est vers V=20,6, çà s'est donc joué de peu, sans doute à cause de la forte humidité de la nuit
       
      Si on regarde de près, il y a un vague signal à la position attendue :

      mesuré à V=21,6 mais c'est tellement dans le bruit de fond qu'il est totalement impossible de valider une telle détection...
       
      A moins de 10° de là, brillait fièrement le coupable principal de cet échec : la planète Jupiter comme pour me narguer
       
      En effet, si elle est devenue aussi faible c'est parce que le 12 avril 1963, la comète est passée à 0.095 ua de Jupiter à peine, ce qui a eu pour conséquences :
      d'augmenter la distance périhélique de 3.39 à 5.47 ua, et la période orbitale de 7,9 à 19,4 ans  
      Avant cet évenement, c'était une comète nettement plus accessible !
      Quand elle fut découverte en 1943, elle était de magnitude 15,  sa période était alors  de 8 ans seulement. Elle fut d'ailleurs observée aux deux passages suivants, en 1950 puis 1958.  
      Mais la comète n'a pas été retrouvée lors de son passage suivant, en 1983, et finalement imagée lors de celui d'après, en 2002, mais à la magnitude 22 !
       
      Pour ce passage, elle a été observée dès la fin 2019, mais totalement hors de portée de nos instruments amateurs, à la magnitude 24
       
      Ce début d'année représentait vraiment la meilleure opportunité, pour ce passage, mais c'était un poisson trop gros un astre trop faible pour mon T20cm 
       

       
      Je l'avais déjà tentée en septembre 2021, sur 3 nuits consécutives, mais sans résultat probant...
       
      On ne gagne pas à tous les cas, il faut savoir l'accepter en attendant de gagner au loto pour monter en diamètre
       
      Très bon week-end à toutes et tous
  • Upcoming Events