BobMarsian

TNO, KBO, SDO, plutinos & Co.

Recommended Posts

Un beau résultat d'occultation (12 cordes + 4 "near misses", un record !) de TNO, encore non publié mais dont les résultats préliminaires viennent d'être présentés le 20 septembre au congrès annuel EPSC (European Planetary Science Congress) de Berlin.
   Abstract : "The stellar occultation by the Transneptunian Object 2002TC302 on January 28th 2018. Preliminary results."
Jose L. Ortiz et al. - https://meetingorganizer.copernicus.org/EPSC2018/EPSC2018-76-3.pdf

 

Observation, donc, le 28/01/2018, sur différents sites européens (Italie, Suisse, Slovénie & France) de l'occultation stellaire (mag.v 15,6) provoquée par le passage de l'objet résonnant avec Neptune (5:2) 2002 TC302, situé alors à 44,48 UA de la Terre.

  Prédictions :   http://lesia.obspm.fr/lucky-star/predictions/single.php?p=3492

 
Selon un recoupement avec une autre source, 2002 TC302 aurait d'après cette occultation, la forme d'un objet ellipsoïdal (applatissement 0,18) de diamètre équatorial = 1102 ± 44 km pour un diamètre de la sphère équiv. = 998 km, ce qui le fait entrer dans le top 10 des TNOs question taille ...

 

A noter la différence significative avec l'estimation selon la mesure du flux thermique (Spitzer, Herschel) qui donne 584 +106/-88 km  (Herschel "TNOs are Cool" VIII - Fornasier et al., 2013), comme si le modèle utilisé NEATM (Near-Earth Asteroid Thermal Model) n'était pas adapté ?

Edited by BobMarsian
  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour ceux aimant les statistiques, les circulaires MPEC2018-T11 à T17 viennent de sortir 142 nouveaux TNOs (du relevé OSSOS j'imagine)... des résonnants 1:1 à 4:1 avec Neptune (périodes 164, 248, 291, 330, 500 et 660 ans) - en plus de l'orbite révisée de 5 autres plutinos (MPEC2018-T06 à T10).

Mais surtout un objet intéressant dans la MPEC 2018-T05 (https://minorplanetcenter.net/mpec/K18/K18T05.html) (venant de l'autre équipe...), type venant du nuage de Oort interne mais s'approchant guère, avec une période de 36000 ans et un périhélie à 65 UA ! C'est pas la planète IX, et est-ce qu'il est compatible...?

 

Nicolas

Edited by biver
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

En effet, les auteurs sont catégoriques. Le nouvel objet est stable avec la planète X

A noter que d'après leur calcul, il y aurait dans le Nuage de Oort Interne deux millions (DEUX MILLIONS !) d'objets d'une diamètre supérieur à 40 km (masse totale =  10 puissance 22 kg)

 

Pour résumer cette découverte est un argument de plus pour la planète X

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 02/10/2018 à 16:00, biver a dit :

Mais surtout un objet intéressant dans la MPEC 2018-T05 (https://minorplanetcenter.net/mpec/K18/K18T05.html) (venant de l'autre équipe...), type venant du nuage de Oort interne mais s'approchant guère, avec une période de 36000 ans et un périhélie à 65 UA !

 

Le 02/10/2018 à 16:36, jackbauer 2 a dit :

Tu veux parler de 2015 TG387 découvert par Scott Shappard & co ? ça sort dans Nature aujourd'hui

Et c'est en accès libre sur arXiv :

https://arxiv.org/pdf/1810.00013.pdf

 

En complément d'information (merci, Nicolas ;) & Jack ;) pour le suivi), trois articles rapportant cette découverte :

https://www.smithsonianmag.com/science-nature/new-discovery-goblin-stirs-signs-elusive-planet-9-180970442/

https://www.nationalgeographic.com/science/2018/10/news-solar-system-object-pluto-planet-x-sun-space/

https://www.theverge.com/2018/10/2/17922984/planet-nine-x-distant-solar-system-object-the-goblin-tg387

 

+ Paramètres orbitaux ---> http://www.minorplanetcenter.net/db_search/show_object?object_id=2015+TG387&commit=Show

     q = 64,94 UA  -  Q = 2123 UA  -  H = 5.3 (===> D ~ 300 km)  -  i = 11,7°  -  e = 0,941  -  a = 1094 UA

 

A noter, le surnom "the Goblin" attribué à 2015 TG387  et (rappel) "Biden" pour 2012 VP113, l'ETNO (ou IOC) ayant la valeur de périhélie la plus élevée du Système Solaire ---> 80,39 UA, ... en attendant mieux !

 

Déplacement (en 3 heures) de 2015 TG387 (mag. 24) au moment de sa découverte (distance ~ 80 UA), capturé par l'Hyper Suprime-Cam (870 M pixels, champ 1,5 °) du Subaru (8,2 m) :

2015_tg387_movie.gif

Crédit image : Scott Sheppard

Edited by BobMarsian
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Dans des nouvelles circulaires il y a ~24 nouveaux objets "detached" découvert par OSSOS - pas des périhélie aussi loin, mais peut-etre a ajouter sur les graphiques précédents pour voir comment ils se distribuent par rapports à ces objets et "Planet 9"?

Nicolas

Share this post


Link to post
Share on other sites

Justement, la plupart du temps, sur les diagrammes d'orbites (voir celui posté par Jack, mardi 2 octobre) diffusés par l'équipe de Scott Sheppard et aussi par celle de Mike Brown et Konstantin Batygin, partisanes de l'hypothèse "Planet 9", certains des ETNOs découverts par le "survey" OSSOS sont absents * !
Lorsqu'ils sont tous présents, le regroupement ("clustering") au niveau du longitude du périhélie apparaît beaucoup moins évident, ce qui fait dire à Michele Bannister (OSSOS) que d'autres théories peuvent aussi expliquer la distribution d'orbites des ETNOs :
   "We have this whole variety of theories that are trying to explain this population."

 

* par exemple, sur le site de Scott Sheppard, le listing des ETNOs n'est plus à jour. Il Manque, entre autres, ceux découverts par OSSOS avec q > 40 UA ---> 2013 SY99, 2015 RX245, 2013 UT15, 2013 GP136, 2015 KG163, 2015 KH163 ...
  http://home.dtm.ciw.edu/users/sheppard/inner_oort_cloud/sednoids.html

 

Un diagramme daté début 2018 (donc sans 2015 TG387) un peu plus complet (origine : un article de Michele Bannister) :

 

5bb7b27fbd62a_ETNO_OSSOSother-survey_Bannister_2018.png.0d9c1a1fb7b55764ff6d9f719b0e28df.png

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 02/10/2018 à 19:10, jackbauer 2 a dit :

A noter que d'après leur calcul, il y aurait dans le Nuage de Oort Interne deux millions (DEUX MILLIONS !) d'objets d'une diamètre supérieur à 40 km (masse totale =  10 puissance 22 kg)

 

... Ce qui laisse une réserve de découvertes absolument considérable quoique actuellement limitée aux ETNO/IOC* proches de leur périhélie où les chances de les trouver là sont les plus faibles par rapport au temps quasi infini (à l'échelle humaine) où ils sommeillent du côté de l'aphélie.
De plus, les sondages actuels (Subaru, ...) plafonnent à la magnitude 25 et quelques ...

La couverture du ciel apparaît aussi très parcellaire et j'ignore le choix qui est fait par l'équipe de Scott Sheppard de cibler certaines zones qui visiblement ne se recouvrent pas et aussi, jusqu'à quand ils comptent étendre leur "survey" au-delà de la "prime area" ?

   “We’ve covered about 30 percent of the prime area, and we hope by the end of this year, we’ll have covered 60 to 70 percent of that prime area,”  says Sheppard.

5bb88c04f353d_Survey-fields_Subaru-CTIO_Sheppard-Trujillo_20180928.png.95ad7f3cce40b113c86a7c1d9a1d01e3.png

Réf. :  https://arxiv.org/abs/1810.00013  (Sheppard et al.)

 

* Extreme Trans-Neptunian Objects / Inner Oort Cloud objects ou Sednoïdes (a > 150 UA  &  q > 50 UA)

Edited by BobMarsian
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Evènement suffisamment rare pour être signalé, dans la dernière circulaire du MPC (UAI) daté du 25 septembre :
https://minorplanetcenter.net/iau/ECS/MPCArchive/2018/MPC_20180925.pdf (dernière page)
... un TNO vient de se voir attribué un nom définitif ---> (471143) Dziewanna = 2010 EK139

... du nom "Dziewanna" de la déesse slave de la nature sauvage, des forêts et ... de la chasse,
... sans doute inspiré par les deux co-découvreurs polonais A. Udalski & M. Kubiak, les autres étant S. S. Sheppard et C. A. Trujillo.

 

A noter que 2010 EK139 fait partie du top 30 des TNOs les plus importants en terme de magnitude absolue (H = 3,9) et mesure un peu plus de 400 km de diamètre.

        
Je disais rare, car sur 2799 TNOs actuellement découverts, seuls 29 ont reçu un nom, soit 1,04 % !
https://minorplanetcenter.net//cgi-bin/showcitation.cgi?num=471143
https://minorplanetcenter.net/db_search/show_object?object_id=471143

Edited by BobMarsian

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, symaski62 a dit :

 

Ce document d'une équipe dont fait partie A. Stern mérite une présentation (même si leurs tableaux ne sont pas très clairs)

 

voici :

 

Retour dans la ceinture de Kuiper : opportunités de lancement de 2025 à 2040

 

Les trajectoires préliminaires des engins spatiaux pour 45 objets de  la ceinture de Kuiper (KBO) et Pluton pouvant être lancés entre 2025 et 2040 sont présentées. Ces 46 objets comprennent tous les objets de magnitude H <4,0 ou ayant reçu le nom de l'Union astronomique internationale en mai 2018. À l'aide d'un solveur de Lambert, les trajectoires sont calquées sur la mission New Horizons de Pluton-Charon, qui consiste en une lancement rapide avec assistance gravitationnelle de Jupiter. En plus de la recherche de trajectoires Terre-Jupiter-KBO, les trajectoires Terre-Saturne-KBO sont examinées, avec la possibilité d'ajouter un survol à Uranus ou à Neptune. Avec une seule assistance gravitationnelle de Jupiter, les 45 KBO et Pluton peuvent être atteints en moins de 25 ans de mission. Un nombre plus limité peut être atteint lorsque des flybys autres queJupiter sont ajoutés, et les KBO accessibles via ces autres itinéraires sont répertoriés. Dans la plupart des cas, un seul survol de Jupiter est le moyen le plus efficace de se rendre dans la ceinture de Kuiper, mais le retour de la science après une nouvelle visite de Saturne, Uranus ou Neptune peut ajouter une valeur substantielle à une mission. Par conséquent, des survols alternatifs devraient être envisagés.

  • Like 2
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Cette semaine aux USA a lieu le traditionnel meeting DPS (Division for Planetary Sciences)

Une présentation des premiers résultats de SPHERE a été faite concernant les astéroïdes :

 

https://aas.org/files/resources/dps50_pierre_vernazza.pdf

 

Extraits :

 

EDIT : astéroïde (89) Julia :

https://www.aanda.org/highlights/1551-asteroid-89-julia-seen-by-vlt-sphere-vernazza-et-al

 

 

1.JPG

2.JPG

3.JPG

Edited by jackbauer 2
  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 24/10/2018 à 05:33, jackbauer 2 a dit :

Cette semaine aux USA a lieu le traditionnel meeting DPS (Division for Planetary Sciences)

Une présentation des premiers résultats de SPHERE a été faite concernant les astéroïdes :

https://aas.org/files/resources/dps50_pierre_vernazza.pdf

 

Super étonnantes ces images , Jack !   Dingue la résolution ! :o

Les vues d'Iris, d'Hygiéa & de Psychée, ce sont les premières des ces astres, à ma connaissance ...

En fait, les présentations au DPS, n'auront lieu que jeudi :

 

THURSDAY, OCTOBER 25, 2018
  404. Main Belt Asteroids: Physical Characteristics I
   - 10:40 AM - 10:50 AM - 404.05. ESO/VLT/SPHERE Survey of D>100km Asteroids (2017-2019): First Results.

     Pierre Vernazza et al.
   - 10:50 AM - 11:00 AM - 404.06. Deciphering the cratering record of (7) Iris.

     Josef Hanus et al.
   - 11:00 AM - 11:10 AM - 404.07. Pallas’s formation and internal structure: New insights from VLT/SPHERE.

     Michael Marsset et al.
   - 11:10 AM - 11:20 AM - 404.08. (16) Psyche: A Mesosiderite-like Asteroid With No Moons?

     Franck Marchis et al.

 

... donc,  tout ceci n'est que vile spoilerie et les 4 gars de jeudi risquent de se retrouver dans une salle vide xD

 

Autrement, Jack, je pense qu'il eût été plus judicieux de placer ces résultats de VLT/SPHERE ici :

http://www.astrosurf.com/topic/17901-le-projet-sphere/?page=2

Edited by BobMarsian
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 23/10/2018 à 19:53, symaski62 a dit :

https://arxiv.org/abs/1810.08977

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/(90482)_Orcus

 

Vanth (lune) =>  443 +/- 10 km

 

Orcus => 946.3  +/-  73 km

 

Le résultat de l'occulation de Vanth doit être fiable car il apparaît tout en fait en phase avec celui obtenu en thermique avec ALMA :
  D = 475 ± 75 km (albédo = 8 ± 2 %), Brown & Butler (2018) - https://arxiv.org/abs/1801.07221
... mais pas avec la précédente compilation des satellites Spitzer & Herschel :

    276 ± 17 km, Fornasier et al. (2013), où je pense que la part du satellite dans le système (le seul mesuré) avait été sous-estimée,  ALMA, lui sépare bien les flux thermiques d'Orcus et de Vanth.

 

Autrement, pas très à jour la valeur du diamètre d'Orcus sur le wiki français, qui date de 2007 (Spitzer, Stansberry et al.) !
Depuis, il y a eu celle fournie par Herschel :  917 ± 25 km (Fornasier et al., 2013) et ALMA : 885 +55/-80 km (Brown & Butler, 2017).
Bon ! Tout le mode tombera d'accord lorsqu'une occultation d'Orcus sera enregistrée, ce qui n'a pas encore été le cas ...

 

Vanth devient le 3ème plus gros satellite de TNOs mesuré après Charon (1212,0 ± 2,0 km, New Horizons) et Dysmonia (700 ± 115 km, ALMA) autour d'Eris ...

 

640px-EightTNOs.png

Edited by BobMarsian
  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le "survey" OSSOS n'en fini pas de publier ses découvertes et massivement comme avec son dernier MPEC qui ne comporte pas moins de 295 nouveaux KBO affectés d'orbites particulièrement précises suite à trois années d'observations au CFHT.

https://www.minorplanetcenter.net/mpec/K18/K18U66.html

 

Une déplétion d'orbites semble se préciser autour de 45 UA :

Edited by BobMarsian

Share this post


Link to post
Share on other sites

2 nouveaux ETNOs (a > 150 UA  &  q > 30 UA) aux paramètres orbitaux (a ~172 UA,  e ~0,78,  Q ~300 UA) très proches et aussi similaires à un troisième précédemment découvert (2013 UH15).


---> 2016 QV89  &  2016 QU89, repérés au cours du Dark Energy Survey (DES) qui porte sur 5000 deg² explorés dans l'hémisphère Sud au CTIO (4 m,  Chili).

 

"Dynamical Analysis of Three Distant Trans-Neptunian Objects with Similar Orbits."
   Tali Khain et al. -  https://arxiv.org/abs/1810.10084

 

2016QU89-QV89_2013UH15_ETNO_DES_2018.png.5adf1c7ef305ab37e9f763effab6ef94.png

Share this post


Link to post
Share on other sites

A l'occasion du congrès DPS* d'octobre dernier, retour sur le tentaculaire réseau RECON (Research and Education Collaborative Occultation Network) de télescopes C11 mis en place dans l'Ouest américain et destiné à capter l'essentiel des occultations stellaires d'astéroïdes, de centaures et autres TNOs, dont les zones d'ombre passeraient dans le coin ...

Le réseau parraît suffisamment resserré pour que rien ne devrait leur échapper hors pb météo ou technique.
Le 8 juillet dernier, RECON a effectué une importante campagne sur le KBO Quaoar dont les résultats n'ont pas encore été publiés,... ni fuites au DPS, ébruitées :ph34r: :

http://tnorecon.net/2018-july-8-ut-quaoar-coverage/

https://www.google.com/maps/d/viewer?mid=1EthE3jPh6AwDNzL3gDB2P_IdD-Nea1s7&ll=50.03277734888192%2C-101.68562400000002&z=3

http://tnorecon.net/quaoar_recon-carson-city/

 

Le site --------> http://tnorecon.net/

Le matos ---> http://tnorecon.net/participant-resources/equipment/


* 509.10  Status and results from the Research and Education Collaborative Occultation Network (RECON) - Rodrigo Leiva 1, Marc W. Buie 1, John Keller 2

1 Southwest Research Institute, Boulder, Colorado, 2 University of Colorado, Boulder, Colorado


   "Abstract Characterization for Trans-Neptunian objects is key for the understanding of the Solar System formation and its early evolution. The cold-classical population, with highly circular, low-inclination orbits beyond the 2:3 mean-motion resonance with Neptune were likely formed in situ and have been less perturbed with respect to other TNO populations. Stellar occultations by these TNOs are a powerfull technique to provide us with sizes and albedos, and to put constraints in formation mechanisms of the binary population. The Research and Education Collaborative Occultation Network (RECON) is a citizen science research project involving over 50 high schools across the western United States forming a coordinated network of telescopes. RECON is designed to measure stellar occultations by TNOs down to diameters of 100 km and detect down to contact binaries. We will present the current status of the project, astrometry performed to keep the TNO orbit below the desired uncertainties, the level of participation of our observer network , and recent results from stellar occultation by 50000 Quaoar and Pluto. Finally, we will present the plans for RECON next stage."

 

DqdTmqqXQAAF64t.jpg

https://twitter.com/MaryameMoutamid/status/1055904569383968770

 

Peut-on imaginer un tel réseau, dense et homogène (non éparpillé) en Europe ?

Edited by BobMarsian

Share this post


Link to post
Share on other sites

"Masses of the Main Asteroid Belt and the Kuiper Belt from the Motions of Planets and Spacecraft"
 Elena V. Pitjeva,  N. P. Pitjev  (St. Pétersbourg, Russie)
 https://arxiv.org/abs/1811.05191  (13/11/2018) ---> Astronomy Letters

 

Résultat :  1.97 ± 0.030 10−2 (3σ) masse terrestre, pour (si j'ai bien compris) l'ensemble des astres de la ceinture de Kuiper (KBO) orbitant entre 39.4 et 47.8 UA  (zone la plus dense ~ 44 UA, e ~ 0.05, i < 5°), incluant les KBOs en résonance avec Neptune comme Pluton (3:2) et les 31 plus gros TNOs* représentant 40 % de la masse totale.


* dont, dans l'ordre décroissant des masses :  Eris,  Pluto + Charon,  Haumea,  2007 OR10,  Makemake,  Quaoar,  Orcus,  Salacia,  2003 AZ84,  Varda  et  2002 UX25.

 

A comparer avec la masse de la ceinture principale d'astéroïdes (MBA) située en Mars & Jupiter :
 4.008 ± 0.029 10−4 (3σ) masse terrestre, soit environ 50 fois moins celle des KBOs (donc ~ 2 % de la masse de la Terre) ...

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

OMG !     nouveau    2018 VG18 "Farout"

 

https://en.wikipedia.org/wiki/2018_VG18

 

500 km diamètre   O.o   

 

https://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=2018 VG18;old=0;orb=1;cov=0;log=0;cad=0#orb

 

  EPOCH=  2458447.5 ! 2018-Nov-25.00 (TDB)         Residual RMS= .13787
   EC= .7717437510349855   QR= 21.73846988992007   TP= 2388887.3454751824
   OM= 247.4427078740553   W=  32.88824233518356   IN= 31.71377520866712
   A= 95.23712927242569    MA= 73.7658188901012    ADIST= 168.7357886549313
   PER= 929.43208          N= .001060461           ANGMOM= .106757005
   DAN= 23.36994           DDN= 109.43545          L= 276.2572425
   B= 16.5853487           MOID= 20.76670074       TP= 1828-Jun-13.8454751824
 
Asteroid physical parameters (km, seconds, rotational period in hours):
   GM= n.a.                RAD= n.a.               ROTPER= n.a.
   H= 3.2498               G= .150                 B-V= n.a.
                           ALBEDO= n.a.            STYP= n.a.

1828  année   !!!!!!   O.o

 

DupOkuYW4AE6sqb.jpg

 

DupfHdAW4AEqX6x.jpg

Edited by symaski62
  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Concernant les paramètres orbitaux de 2018 VG18 "Farout", je pense qu'il est urgent d'attendre étant donné leur incertitude (1-sigma) surréaliste affectée après seulement 32 jours d'observation (11 mesures du 10/11/2018 au 12/12), surtout pour un objet au déplacement angulaire terriblement lent à une telle distance. ---> https://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=2018 VG18

Habituellement, l'équipe de Scott Sheppard (Carnegie), Chad Trujillo (Northern Arizona University) et David Tholen (Université d'Hawaï) attendent plusieurs années d'obs. afin d'affiner l'orbite avant publication  (voir par exemple 2015 TG387 annoncé seulement en 2018).

Par contre, la distance record d'environ 120 UA (125-130 selon le MPEC) liée au déplacement angulaire, ne devrait pas trop varier, ce qui a peut-être précipité l'annonce de la découverte ?
L'éclat intrinsèque : H 3.25-3.6 semble aussi assez bien connu, de même que sa "couleur" faiblement rouge (rosâtre "pinkish hue") typique d'un objet à la surface glacé ce qui logiquement devrait donner un albédo relativement élevé et donc une taille assez réduite vs sa mag. absolue H élevée prometteuse ?
Découvert donc le 10 nov. 2018 au Subaru (8.2 m, Mauna Kea) puis réobservé à partir du 2 décembre au Magellan-Baade (6.5 m - Carnegie, Las Campanas).

 

Déplacement durant 1 h sur les images du 10 novembre 2018  (mag. V = 24.6)

2018VG18_discovery-images_1h_Subaru_10112018_Sheppard-Tholen.jpg.49348c00539b44d2fc054afabe19944f.jpg

Crédit :  Scott S. Sheppard & David Tholen

https://sites.google.com/carnegiescience.edu/sheppard/farout

https://www.minorplanetcenter.net/mpec/K18/K18Y14.html
http://www.minorplanetcenter.net/db_search/show_object?object_id=2018+VG18&commit=Show

https://twitter.com/astrokiwi/status/1074682059505983488

https://twitter.com/astrokiwi/status/1074686919630577664

 

PS :  Heu !  symaski62 ;) ---> OMG !   Ça signifie quoi ?

Edited by BobMarsian
  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By COM423
      Bonsoir,
       
      Le mois dernier, je vous avais proposé le compte-rendu d'une observation en mode rapide de M40, juste avant que le ciel ne se voile totalement, dans des conditions non optimales mais que je considérais alors comme suffisantes pour tirer le portrait d'un banal couple d'étoile, cette 40ème entreé du célèbre catalogue ne résumant en fait à 2 étoiles !
      Sauf qu'en traitant les images, j'ai trouvé dans le champ :
      de belles galaxies qui méritaient largement un peu plus de poses, et une étrange nébulosité rouge dans le coin supérieur gauche de l'image  
      Toute cette première partie est relatée dans ce post :
       
      Cela faisait donc de bonnes raisos pour y retourner, et j'ai craqué dès la première nuit de cette lunaison de février
       
      Le mystère de la nébulosité est levé, il s'agit juste de reflets :

      soit :
      liés à 70 Uma (V=5.5) présente dans le champ, soit, plus vraisemblablement, à Megrez alias Delta Uma de V=3.3 située à 01°06' de 70 Uma...  
      Avec l'ajout de poses supplémentaires, le gain sur les trois belles galaxies du champ est appréciable :
       
      * De gauche à droite : NGC 4284 et NGC 4290 et UGC 7534 dans le cadre de droite :

       
      je ne l'avais pas remarqué sur le compositage avec les seules images du mois de janvier, mais le champ contient aussi une grande concentration de petites galaxies faibles juste au-dessus de l'étoile HD 107949 :

      On les retrouve sur la carte Simbad :

       
      çà ressemble à un cluster de galaxies, mais je n'ai pas trouvé de nomenclature associée.
      ==> si quelqu'un a des infos, je suis donc preneur !
       
      Voici le résultat du compositage des deux sessions d'images, ramené à un échantillonnage de 2"/pixel plus en adéquation avec le FWHM de l'image, c'est du bio sans réduction d'étoiles ou réelle atténuation du bruit, j'ai juste adouci la transition pour les bouts inférieur et supérieurs de l'image finale qui comporte moins de poses que la zone de recouvrement centrale(*) :
      (*): à cause la possible nébulosité sur le haut de l'image, la cession de février a été cadrée plus vers le haut que celle de janvier
       
      ( Clic droit puis Ouvrir dans un Nouvel Onglet/Nouvelle Fenêtre pour voir l'image à 100% )

      Newton SW 200/800 avec correcteur de coma, caméra ASI 294-MCpro + IR-cut,  Nord à peu près en Bas
      Monture AZ-EQ6 - ASIAir - poses guidées avec dithering
      Sur deux nuits les 13/14 janvier puis 03/04 février 2024
      53 poses de 02 min à -15°C, Temps d'intégration de 01 h 46 min
       
      Traitement Siril-1.2.0, Finition avec Gimp 2.10.28
      Échantillonnage ramené à 2"/pixel
       
      Un visiteur est venu se balader en ce matin du 4 février au-dessus de 70 Uma :

      Il est connu, il s'agit de (36273) 2000 AM68, il était de V=17,4.
       
      Et voilà, au départ je n'aurais jamais pensé consacrer tant de temps à M40, mais j'ai finalement pris un grand plaisir à imager cet objet et espère vous l'avoir fait partager
      Très bon week-end à toutes et tous.
    • By COM423
      Bonsoir,
       
      Je vous propose ce soir une petite conjonction assez photogénique entre la comète à sursauts, 29P/Schwassmann-Wachmann 1, et la galaxie spirale NGC 2595, plus quelques galaxies plus faibles :
       
      ( Clic droit puis Ouvrir dans un Nouvel Onglet/Nouvelle Fenêtre pour voir l'image à 100% )

      Newton SW 200/800 avec correcteur de coma, caméra ASI 294-MCpro + IR-cut,  Nord à peu près en Bas
      Monture AZ-EQ6 - ASIAir - poses guidées avec dithering
       
      Nuit du 15 au 16 janvier 2024, de 00h15 à 03h00 utc
       
      71 poses de 2min à -15°C, Temps d'intégration de 02 h22 min
       
      Traitement Siril-1.2.0, Finition avec Gimp 2.10.28
      Échantillonnage ramené à 2"/pixel
       
       
      29P/SW1 présente une très large chevelure résultant des sursauts à répétition du mois de décembre où elle fut particulièrement active, et elle a d'ailleurs eu un nouveau sursaut de 2 magnitudes le soir mème (!) :

      © Richard MILES, BAA : https://britastro.org/section_information_/comet-section-overview/mission-29p-2/latest-lightcurve-plot-of-29p
       
      Elle s'étend sur 5.3' de diamètre avec une coma interne plus marquée de 1.3' de diamètre.
      On devine aussi une petite et faibe extension de 30" vers PA=43° :

       
      Voici le résultat des mesures photométriques :
      magnitude totale, m1 = 11.5 (rayon d'ouverture de 5') magnitude nucléaire : m2 = 16.3 (rayon d'ouverture de 6")  
      La zone s'avère également riche en astéroîdes de passage, j'i annoté la trace laissée par quatre d'entre eux particulièrement bien visible
       
      Bonne soirée et très bon ciel à vous
       
    • By jfleouf
      Salut à tous,
       
      Depuis quelques temps je me suis remis à fond dans les observations d'occultation d'étoiles par des astéroïdes et je crois bien être tombé sur une chouette observation. Le 14 Janvier vers 6h UTC, l'astéroïde (10424) Gaillard (magnitude 18) occultait l’étoile UCAC4 558-046959 (magnitude 12.96)  et ma maison se situait dans la zone de 7km de large. Un événement à priori anodin, mais qui peut permettre d'affiner l'astrométrie de l'astéroïde ainsi que ses dimensions. OccultWatcher me donnait 76% de probabilité d'observer une occultation (les imprécisions dans l'astrométrie des astéroïdes fait qu'on a une marge d'imprécision plus ou moins grande dans la prédiction de leur position et ces occultations servent entre-autres à affiner ceci) avec une durée max de 0.7 secondes (le diamètre estimé de cet astéroïde est de 6.5 km et il se baladait à la vitesse de 0.64" par minute).
       
      Grosse surprise pendant l'enregistrement : je vois l'étoile disparaître deux fois, avec une réapparition d'une fraction de secondes entre les deux. Voici la courbe de lumière tirée de l'analyse du fichier .ser avec PyMovie. C'est fait avec une ASI533MM sur un C11 F/1.9 (échantillonnage = 1.44" par pixel). Shutter speed = 90ms et gain à 95% (oui, je sais, c'est bourrin)
       
      (Juste un petit bout de la courbe, centré sur la double occultation)

       
      Il y a deux explications possibles pour ce genre de courbe : (1) l'étoile cible est une binaire serrée ou (2) l'astéroïde est binaire. Je me suis fait une analyse assez détaillée pour conclure que ça ne peut pas être une étoile binarie. Le détail est ici (en anglais, sorry...): https://jfgout.github.io/occultations/gaillard-20240114.html
       
      En gros, si c'était une étoile binaire on devrait toujours voir le signal d'une des deux composantes. Et là, la chute de signal est bien plus importante que la division par deux attendue dans le pire des cas (= un système binaire avec 2 étoiles de même magnitude).
       
      Bref, je pense bien avoir observé une occultation par un astéroïde binaire  
       
      A noter que cet astéroïde est nommé pour Boris Gaillard, un astronome amateur qui avait bossé sur le programme informatique de détection d’astéroïdes utilisé par les découvreurs (http://www.minorplanetcenter.net/db_search/show_object?object_id=10424). Découvreurs qui ne sont autres que les membres du projet ODAS (OCA-DLR Asteroid Survey  https://fr.wikipedia.org/wiki/OCA-DLR_Asteroid_Survey). Une affaire bien française donc.
       
      Ça serait sympa de faire passer l'info à Boris Gaillard. Je ne le connais pas, mais une petite recherche sur google me fait penser que certains ici doivent le connaitre, notamment @Laurent51. Donc si vous connaissez Boris Gaillard, merci de lui faire suivre cette info  
       
      Je vais aussi envoyer un petit mail à Alain @maury pour lui signaler cette observation, vu qu'il me semble que c'est lui le découvreur/nomeur de cet astéroïde.
       
      Bonus: le GIF de la double occultation :
       

       
      Et l'image de repérage pour ceux qui ont du mal :
       

       
      JF
       
       
    • By COM423
      Bonjour,
       
      Je vous propose aujourd'hui un long compositage sur ... l'amas DoDz 1 dans le Bélier et quelques tâchouilles de fond de ciel
       
      Au départ, j'avais espoir de capturer la comète périodique 39P/Oterma donnée à la mag 21.1 (le 05 janvier dernier), passée au périhélie le 10 juillet 2023 puis au périgée 5 mois plus tard.
       
      Pas facile à cette magnitude mais je pensais le challenge atteignable, pour paraphraser @exaxe17, moi aussi :
      "j'aime bien tenter des trucs! sur un malentendu cela pourrais passer un jour!"
       
      39P était alors observable pendant près de 5h et, en plus, elle se déplaçait très lentement (0.02"/min) ce qui facilitait grandement l'analyse de l'image compositée sur elle !
       
      Malheureusement, elle ne ressort pas malgré le long temps d'exposition, je suis donc déçu et, en même temps, content d'avoir tenté le coup quand même histoire de n'avoir aucun regret !
       
      A défaut de comète, le compositage montre les traînées de deux astéroïdes de mag 18 à 18.5, et donc en vedette l'amas DoDz 1 (groupe d'étoiles à gauche de l'astéroîde Seine)
       
      ( Clic droit puis Ouvrir dans un Nouvel Onglet/Nouvelle Fenêtre pour voir l'image à 100% )

      Newton SW 200/800 avec correcteur de coma, caméra ASI 294-MCpro + IR-cut,  Nord à peu près en Bas
      Monture AZ-EQ6 - ASIAir - poses guidées avec dithering
       
      Nuit du 11 au 12 janvier 2024, de 17h29 à 22h32 utc
       
      141 poses de 2min à -15°C, Temps d'intégration de 04 h42 min
       
      Traitement Siril-1.2.0, Finition avec Gimp 2.10.28
      Échantillonnage ramené à 2"/pixel
       
      39P/Oterma se trouve dans le cadre dessiné au milieu de l'image.
      La magnitude limite du compositage est vers V=20,6, çà s'est donc joué de peu, sans doute à cause de la forte humidité de la nuit
       
      Si on regarde de près, il y a un vague signal à la position attendue :

      mesuré à V=21,6 mais c'est tellement dans le bruit de fond qu'il est totalement impossible de valider une telle détection...
       
      A moins de 10° de là, brillait fièrement le coupable principal de cet échec : la planète Jupiter comme pour me narguer
       
      En effet, si elle est devenue aussi faible c'est parce que le 12 avril 1963, la comète est passée à 0.095 ua de Jupiter à peine, ce qui a eu pour conséquences :
      d'augmenter la distance périhélique de 3.39 à 5.47 ua, et la période orbitale de 7,9 à 19,4 ans  
      Avant cet évenement, c'était une comète nettement plus accessible !
      Quand elle fut découverte en 1943, elle était de magnitude 15,  sa période était alors  de 8 ans seulement. Elle fut d'ailleurs observée aux deux passages suivants, en 1950 puis 1958.  
      Mais la comète n'a pas été retrouvée lors de son passage suivant, en 1983, et finalement imagée lors de celui d'après, en 2002, mais à la magnitude 22 !
       
      Pour ce passage, elle a été observée dès la fin 2019, mais totalement hors de portée de nos instruments amateurs, à la magnitude 24
       
      Ce début d'année représentait vraiment la meilleure opportunité, pour ce passage, mais c'était un poisson trop gros un astre trop faible pour mon T20cm 
       

       
      Je l'avais déjà tentée en septembre 2021, sur 3 nuits consécutives, mais sans résultat probant...
       
      On ne gagne pas à tous les cas, il faut savoir l'accepter en attendant de gagner au loto pour monter en diamètre
       
      Très bon week-end à toutes et tous
    • By FranckiM06
      Bonjour à tous,
      Alors par chance hier j'ai eu le ciel découvert durant toute la nuit (chose qui n'était pas prévu du tout par météoblue) alors j'en ai profité pour continuer mon avancement de mon futur panorama . 
      Pour cette nébuleuse sombre IC 2087, j'ai pu faire 105 x 180s avec la petite FS60 et la 2600MC + le filtre UV/IR/L. Et ce matin en faisant le traitement, j'ai découvert (grace à Stéphane) COM423 que c'était en fait l'astéroide 389 industria qui passait par là . Il fût découvert en 1894 par Auguste Charlois. 
       

  • Upcoming Events