Sign in to follow this  
nicospace

Gravity et non pas Curiosity

Recommended Posts

Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Photographier la Lune
Guide complet pour la photographier de la Lune.
Information et commande sur www.photographierlalune.com
Il y a la version "shorty" aussi chez Melies... Mais c’était avant la version jupette

[Ce message a été modifié par Bernard Augier (Édité le 02-11-2013).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Eh oh, j'avais oublié Spok et ses amis, y'a aussi les derniers Star trek qui comportent de belles scènes dans l'espace.
Je ne cite pas le film complètement con avec des nazis en motos sur la lune ( je ne me souviens plus du titre ), j'avais dû tenir une dizaine de minutes.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Euh Daniel, on est au moins 3 à avoir cité Alien, la première demi-heure du premier volet : miam !!!
Par contre, le silence dans l'espace n'est pas très respecté, mais bon on s'en fout.

[Ce message a été modifié par VL (Édité le 28-10-2013).]

Share this post


Link to post
Share on other sites

VL > "Euh Daniel, on est au moins 3 à avoir cité Alien"

Bon.. ok, ça ira pour cette fois alors ..

(j'ai une excuse : à cause des images de Fredo certaines phrases débordent l'écran de mon ordi et j'ai en ai amputé une partie)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Y'a Prometheus, il est quand même chouette ce film, plutôt déçu sur le coup au cinoch, j'ai ensuite vachement plus apprécié.
Great, Abyss ne comporte aucune scène dans l'espace ?? Mais il est achement bien effectivement, James a ensuite commis quelques chef d'œuvre, notamment le dernier...

Share this post


Link to post
Share on other sites
" Great, Abyss ne comporte aucune scène dans l'espace ?? " .

Je sais, VL !!! . Tu me prends vraiment pour une buse !

Je suggérais cela par rapport au confinement de l' action ( vaisseau ? ) , à cet océan qu' on peut comparer à l' espace ( les astronautes s' entraînent bien dans des piscines !!! ) et à cette rencontre ( du troisième type ? ) avec ......

Je maintiens ce que je dis !!! . Et voilà !

Et attention , y' a que les cons qui changent pas d' avis ....

Share this post


Link to post
Share on other sites
Great , tu abuses.
Mais je te dis et je te répète qu'il n'y a pas de scènes dans l'espace, tu as pris les méduses pour des nébuleuses et le plancton pour des étoiles, voilà tout.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Au fait Gravity est tellement bon, qu'il en est même plus je sujet de ce fil...La chute va être terribe je vous dis.
Y'a Moon aussi au fait...
Outland avec un robot qui voulait se taper une belle blonde...Y'a pas à dire il existe des p'tits bijoux de scénarios...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Je te dis et je te répète qu'il n'y a pas de dauphins dans Abyss, par contre y'a bien une dauphine , une sacrée belle dauphine qui ressemble pas mal à Sandra d'ailleurs, je sais plus comment qu'elle s'appelle, j'ai la flemme d'aller sur Google.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Quand Sandra ce dirige dans l’espace avec un extincteur, je revois Wall-e de Pixar. Franchement dans Wall-e c’était sympa et c'était nouveau.

Share this post


Link to post
Share on other sites
On a oublié Starship Troopers !
ça serait dommage d'oublier Starship Troopers !
Encore un chef d'oeuvre. Et côté distribution, c'est pas Valère qui va critiquer, hein !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Vi mais c'est de la SF, pourquoi pas Riddick et Apollo 18 pendant qu'on y est.

C'est vrai qu'Apollo 13 reste une référence.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ah mais oui Pascal bon sang de bon soir ! Effectivement y'a de belles scènes dans l'espace...Et pis y'a...M'enfin bon je me tais, on va me prendre pour un obsédé sexuel.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Perso ce fut un bon moment, un peu de rêve, si si...
Bon pas de scenario, invraisemblances, mais ça n'est pas un doumentaire sci, surtout qd on entend quelques commentaires dans la salle il en faut pour tous publics.

Amicalement,
Yann Duchemin

Share this post


Link to post
Share on other sites
content de voir que ce sujet que j'ai lancé soit très commenté.
pour ma part j'y suis allé seulement hier soir, j'ai adoré.
quoi qu'on en dise, on ne peut qu'admettre que c'est du grand spectacle inégalé à ce jour.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Alors j'ai été voir ce fameux Gravity avec une très légère appréhension.

Et je dois avouer que j'ai été conquise par ce film. Au point que je vais aller le voir une 2nde fois

La bande-annonce n'est pas très séduisante, notamment avec les sons d'explosion partout. Mais dans le film, il n'y a rien. Les seuls sons que l'on entende sont ceux des communications radio et par conséquents les sons qui touchent le scaphandre des astronautes. Vraiment un bon pari que de faire des éclatements sans le moindre son. C'est encore plus stressant je trouve même.
Je l'ai vu en 3D, et c'est très prenant, j'avais vraiment l'impression d'être moi-même en perdition dans l'espace (avec le confort du siège de la salle de cinéma évidemment). Les vues sur la Terre sont vertigineuses et à ce jour c'est que j'ai trouvé de plus réaliste dans un film. Dans la partie nocturne, ils ont même pensé au greenglow qui entoure l'atmosphère terrestre. Ces vues me faisaient penser aux vidéos faites à bord de l'ISS.

Pour ce qui est de l'histoire, elle est crédible (le nuage de débris qui augmente de façon exponentielle c'est tout à fait crédible). Ensuite, bon, voyager de stations en stations dans l'espace n'est pas aussi aisé que ça. Changer d'orbite, tout ça, c'est plus compliqué que ça, mais bon, ça ne m'a pas trop gênée.

J'ai vraiment été satisfaite par ce film, et à ce jour, avec Moon c'est un des meilleurs films spatial que j'aie jamais vu .

Share this post


Link to post
Share on other sites
quote:
Quand Sandra ce dirige dans l’espace avec un extincteur, je revois Wall-e de Pixar. Franchement dans Wall-e c’était sympa et c'était nouveau.

MarcD, dans Wall-E c'est déjà du resucé cette scène. Une figure de style du film de SF

Relis bien ce que j'ai écrit plus haut et tu verras que c'est certainement du second degré. Et indirectement un clin d’œil aux anciens films.

Et, je me répète (voir mon début de recensement plus haut), qu'il y a dans ce film plein d'allusions puisées tant dans l'histoire spatiale que dans la filmographie SF. Il est là le scenario, en filigrane, comme un triste bilan.

Comme si le réalisateur par un clin d’œil, plaçait son discours certes dans une tradition épique, mais pour mieux nous faire vivre cette fois ci un brutal et salvateur retour sur Terre.

Les stations orbitales vides du film, abandonnées, inutiles clament "Espace no future" en somme.

Je viens d'une époque où la SF c’était "une Terre détruite et le salut dans l'Espace". Et là on sent bien que le film colle à un changement de paradigme. A une prise d conscience d'une espèce de tromperie et que l'avenir de l'humanité, comme pour Sandra, c'est la Terre.


C'est l'anti "2001" où l'espace était le lieu de la renaissance. Du saut évolutif.

N'est ce pas Serge?

[Ce message a été modifié par Bernard Augier (Édité le 03-11-2013).]

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bernard Augier > "Et là on sent bien que le film colle à un changement de paradigme. A une prise de conscience d'une espèce de tromperie et que l'avenir de l'humanité, comme pour Sandra, c'est la Terre."

J'ai pas vu le film, mais oui, c'est le même ressenti pour beaucoup :
http://k-classroom.blogspot.fr/2013/10/de-2001-gravity-un-recit-de.html


Extrait :

"Dans 2001, l’élan vers le ciel forçait l’Humanité à dépasser ses propres limites physiques et spirituelles. Dans Gravity, l’absolution morale de l’héroïne passe par le rejet de ses pulsions de mort (rester dans l'espace), par l'entretien de son désir de revenir sur Terre, de rejoindre la surface d’une planète liquide filmée comme un foyer placentaire qui assurera à coup sûr sa renaissance. Le ciel, c’est la rêverie stérile, l’ivresse inutile du vol, la fuite devant les devoirs inhérents aux adultes, la solitude physique et morale, la vanité de l’espèce et le théâtre de son inévitable chute. La Terre, c’est le retour à soi, la découverte des réalités morales (de la gravité morale) et l'exploration de ses propres responsabilités. Selon le plan final de Gravity, inspiré d’un Condamné à mort s’est échappé de Robert Bresson, le ciel n’est rien d’autre qu’une prison, et la Terre, un horizon d’évasion.

Stupéfiant retournement de sens, incroyable régression depuis 2001 l’odyssée de l’espace, dont le mouvement narratif épousait une ascension permanente (de l’Afrique proto-humaine aux étoiles) et un désir aigu de libération. Gravity est donc bien une œuvre de son temps. Une œuvre de crise et de peur, de repli sur soi et de régression (les plans de Stone en position fœtale), de "redescente" (au double sens chimique et géographique) à la surface de la Terre après l'euphorie factice éprouvée en apesanteur. Une œuvre qui consacre une certaine méfiance à l’égard des excès de la technologie (la renaissance de l’héroïne s’opère dans un monde primitif de vase et d’eau, assez semblable à celui que décrivait la romancière française Cécile Minard dans le Dernier monde). Une œuvre qui célèbre le mouvement descendant, la rassurante pesanteur de la gravité, à une époque où les exploits d’un parachutiste de l’extrême autrichien sautant à plus de 30 000 mètres à l’aplomb du Texas font davantage rêver les foules que la routine industrieuse des astronautes qui planent en permanence depuis des décennies au-dessus de nos têtes."

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ayé ! N’ai vu aujourd’hui, en 3D
Je précise tout de suite que j’ai beaucoup apprécié…
Je comprends que James Cameron ait déclaré qu’il trouvait que « Gravity » était le meilleur film jamais fait sur l’espace, c’est vrai : c’est l’unique objet du film
Si « 2001 » peut être considéré comme un poème métaphysique, « Apollo 13 » un film de sous-marin, « Gravity » est une expérience sensorielle ; Certains critiquent l’absence de scénario mais en fait cela fait sa force, on peut même regretter la surcharge émotionnelle de l’actrice (perte d’un enfant).
Le spectacle, en relief, est à couper le souffle, en particulier les séquences où la navette et l’ISS sont détruites par les débris d’un satellite que ces cornichons de russes ont volontairement détruit…

Certes il y a des invraisemblances et un happy end obligatoire mais ça ne gâche pas le spectacle.
Je relève quand même, histoire de faire un peu d’ironie, que l’histoire se déroule à une date indéterminée mais que les américains utilisent toujours la navette spatiale et que les chinois ont déjà une station aussi grande que l’ISS !!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this