symaski62

mars 2020 rover

Recommended Posts

Quelque électronique que ce soit, au dessus de 350°C, t'oublie....

 

La pression n'est pas un problème.

Edited by brizhell
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Photographier la Lune
Guide complet pour la photographier de la Lune.
Information et commande sur www.photographierlalune.com
il y a 13 minutes, Tournesol a dit :

Il faut blinder.

 

Certainement, mais le coût pour l'envoi d'un méga Panzer sur Vénus…. Et si tu blindes à fond en envoyant un monstre, est-ce que ça ne pose pas d'autres problèmes (enlisement, etc.) ?

A mon sens quand même il y a un vrai, énorme, gap technologique, sinon la NASA ne se serait pas privée….

 

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

il y a 2 minutes, Motta a dit :

le coût pour l'envoi d'un méga Panzer sur Vénus

 

C'est large pour Vénus !!

  • Haha 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 31 minutes, Tournesol a dit :

Là c'est pareil. Il faut blinder

 

Coté blindage et informatique, L'ENIAC devrait faire l'affaire ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 14/05/2018 à 20:01, iblack a dit :
Le 14/05/2018 à 19:55, hamilton a dit :

Quand même, ce mini-hélico , ça sonne vraiment la fin d'une époque

 

Laquelle ? celle des méchants indiens contre les gentils blancs ?

 

 

"Niakoué" iblack ,"niakoué ", pas indiens!  >:( regarde bien la petite vidéo z'allégorique!

 

 

il y a 47 minutes, jackbauer 2 a dit :

Mais il y aura bien un jour une expédition d'astronautes sur Mars, c'est une certitude !! Hélas cela ne sera sans doute pas de notre vivant... :(

...Et je crains...c'est dure à dire...:/ , je crains qu'il n' y ait  de toute façon aucun survivant sur Mars après ces expéditions , hormis les martiens!?:ph34r:

 

Amitiés

Edited by hamilton

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 3 minutes, hamilton a dit :

"Niakoué" iblack ,"niakoué ", pas indiens!  >:( regarde bien la petite vidéo z'allégorique!

 

Ben oui j'ai gourru, pas indiens, mais indienchinois ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Sinon, au fait, la NASA proposait ça en 2014…. deux types en dirigeable dans la haute atmosphère de Vénus (pas les mêmes problèmes de température évidemment)….. bon, vu la rigolade au générique, ça a l'air sérieux et en même temps, comment dire, pas forcément xD …..  :

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, jackbauer 2 a dit :

Les américains n'enverront ni rover ni lander sur Vénus si ça ne tient que quelques dizaines de minutes !

 

T'as raison, d'ailleurs la mission Huygens de l'ESA sur Titan est un échec total...

 :)

S

 

Edited by Superfulgur
  • Like 2
  • Haha 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Vous vous faites du soucis pour rien..

Monsieur Musk va régler les quelques petits problèmes que pose l'exploration de Vénus.

Il blinde une BFR et envoie la "Boring Company" pour creuser des tunnels.

En quelques années il y crée une espèce de Las Vegas, un  "Las Venus" souterrain pour touristes fortunés !  

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Superfulgur a dit :

T'as raison, d'ailleurs la mission Huygens de l'ESA sur Titan est un échec total

 

Cette mission pionnière, à une époque où on ne savait pas si Huygens aller tomber sur une surface liquide ou solide ?

Pour le retour des américains sur Titan, si la mission est sélectionnée, ce sera un drone (Dragonfly) :

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 4 heures, jackbauer 2 a dit :

Cette mission pionnière, à une époque où on ne savait pas si Huygens aller tomber sur une surface liquide ou solide ?

 

C'était évidemment du second degré... Juste pour dire qu'une mission d'une heure peut être fantastique...

 

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
13 minutes ago, Superfulgur said:

C'était évidemment du second degré... Juste pour dire qu'une mission d'une heure peut être fantastique...

 

153 minutes avec seulement quelques minutes (3 ou 4) de transmissions depuis la surface de Titan, pour la modique somme de 3.24 milliards de dollars (coût total Cassini + Huygens) !!! Ca laisse rêveur sur le prix de la retransmission TV par secondes.

Font pas plus cher chez BFM ? :) Le bilan de Cassini rentre dans l'équation, d'accord, mais tout de même....

Venus ça doit être moins cher mais sachant que la techno pour faire la retransmission longue durée n'existe pas de toute façon, pas besoin de se faire des nœuds au cerveau.....

Mars c'est vachement plus facile pour le coup.

Mais au final, c'était tout de même vachement bien, pour une fois que l'on dépensait autant de sous pour payer autre chose que des joueurs de foot (désolé suis énervé ce soir)....

  • Haha 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 46 minutes, brizhell a dit :

(désolé suis énervé ce soir)....

 

Moi aussi.. mais ptêt' pas pour les mêmes raisons B|..

  • Like 2
  • Haha 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
23 minutes ago, vaufrègesI3 said:

Moi aussi.. mais ptêt' pas pour les mêmes raisons B|..

 

Je compatis ;)

  • Like 1
  • Thanks 1
  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 10 heures, brizhell a dit :

153 minutes avec seulement quelques minutes (3 ou 4) de transmissions depuis la surface de Titan, pour la modique somme de 3.24 milliards de dollars

 

600 millions environ, tout compris, pour Huygens. Avec à la clé la traversée de l'atmosphère et l'atterrissage sur un monde mystérieux situé à plus d'un milliard de km.

 

Fabuleux. Ils recommencent quand ils veulent.

  • Like 2
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Venus?

Pourqoi aller explorer dans un four ou le plomb fond sans oublier les soudures!

une des lunes comme Enceladus me paraît plus intéressant pour  la vie sous marine.

  Enfin c’est une idée que j’enténd assez souvent?

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 16/05/2018 à 23:01, Superfulgur a dit :

C'était évidemment du second degré... Juste pour dire qu'une mission d'une heure peut être fantastique...

 

J'avais songé à évoquer cette mission qui a frappé mon imagination (d'ailleurs, j'en conserve des séquelles 9_9) d'astronome plutôt contemplatif.

 

Quelque part à la maison, je dois avoir un DVD joint à une revue d'époque.

 

Je vous fais partager une vidéo stupéfiante , une vue à 360 à degrés de la descente de la sonde sur cet autre monde, illustrée en marge et pour les amateurs éclairés -_- de données scientifiques, de paramètres, de points de repères en surface durant ladite descente (ex.l'Everest...) et d'une musique électronique aussi d'un autre monde( d'origine?)...jusqu'au chant du cygne final!

 

Si cette mission a été un prétendu échec sur le plan économique, c'est pour le moins un échec réussi! ;)

 

Je reprends à mon compte le commentaire d'un internaute:  I think this really exemplifies how technology can be both a science, and an art. ( chais pas si c'est un anglais correct...m'en fous...royalement !:P)

 

Amitiés

 

 

  • Love 2
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

19 novembre 2018 : ANNONCE OFFICIELLE DU SITE D'ATTERRISSAGE DU ROVER MARS 2020 

 

Source :  https://solarsystem.nasa.gov/news/764/nasa-announces-landing-site-for-mars-2020-rover/

 

 

LA NASA A CHOISI LE CRATÈRE JEZERO comme site d'atterrissage pour sa prochaine mission du rover Mars 2020 après une recherche de cinq ans, au cours de laquelle chaque détail disponible de plus de 60 emplacements candidats sur la planète rouge a été examiné et débattu par l'équipe de la mission et la communauté des sciences planétaires. .

 

EXTRAIT :

 

Le lancement de la mission est prévu pour juillet 2020, prochaine étape de l'exploration de la planète rouge par la NASA. Il ne cherchera pas seulement des signes d'anciennes conditions d'habitation - et de la vie microbienne passée -, mais il recueillera également des échantillons de roche et de sol et les stockera dans une cache à la surface de la planète. La NASA et l'ESA étudient de nouveaux concepts de mission pour récupérer les échantillons et les restituer sur Terre. Ce site d'atterrissage ouvre donc la voie à la prochaine décennie d'exploration de Mars.

"Le site d'atterrissage dans le cratère Jezero offre un terrain géologiquement riche, avec des reliefs remontant à 3,6 milliards d'années, qui pourrait potentiellement répondre à des questions importantes de l'évolution planétaire et de l'astrobiologie", a déclaré Thomas Zurbuchen, administrateur adjoint de la Science Mission Directorate de la NASA. "Obtenir des échantillons de cette zone unique va révolutionner notre façon de penser à Mars et à sa capacité à abriter la vie."

 

Le cratère Jezero est situé à l'extrémité ouest d'Isidis Planitia, un bassin d'impact géant situé juste au nord de l'équateur martien. L'Ouest d'Isidis présente certains des paysages les plus anciens et les plus intéressants sur le plan scientifique que Mars a à offrir. Les scientifiques de la mission estiment que le cratère de 28 km de large, qui abritait autrefois un ancien delta du fleuve, aurait pu collecter et préserver d'anciennes molécules organiques et d'autres signes potentiels de vie microbienne provenant de l'eau et des sédiments qui se sont déversés dans le cratère il y a des années.

L'ancien système lac-delta du cratère de Jezero offre de nombreuses cibles d'échantillonnage prometteuses d'au moins cinq types de roches différentes, y compris des argiles et des carbonates qui ont un potentiel élevé pour préserver les signatures de la vie passée. De plus, les matériaux transportés dans le delta à partir d'un grand bassin versant peuvent contenir une grande variété de minéraux provenant de l'intérieur et de l'extérieur du cratère.

La diversité géologique qui rend Jezero si attrayant pour les scientifiques de Mars 2020 en fait également un défi pour les ingénieurs d’entrée, de descente et d’atterrissage (EDL) de l’équipe. Outre les impacts massifs du delta du fleuve et des petits cratères à proximité, le site contient de nombreux rochers à l'est, des falaises à l'ouest et des dépressions remplies de formes de lit éoliens (ondulations de sable dans le sable pouvant piéger un véhicule) à plusieurs endroits. .

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Les commentaires documentés d'Emily Lakdawalla sur le choix de "Jezero"

 

Source :   http://www.planetary.org/blogs/emily-lakdawalla/2018/jezero-landing-site-mars-2020-rover.html

 

 

Larges extraits et images :

 

Jezero contient une rivière et un spectaculaire delta, qui sera le centre de la mission principale du rover.

À Jezero, l'objectif de Mars 2020 sera «d'explorer l'histoire de l'eau et de la chimie dans un ancien bassin lacustre de cratère et les environnements associés du delta du fleuve afin de sonder les premiers climats martiens et de rechercher la vie».

 

Jezero_delta_perspective_20k_doran.jpg.5418dcef7d64d43ed03aceddb59e74bf.jpg

 

 

Ellipse d'atterrissage de Mars 2020 dans le cratère de Jezero

Le cratère de Jezero fait 45 km de diamètre. Le site d'atterrissage de Mars 2020 sera situé sur le fond plat du cratère, juste à l'est d'un ancien delta du fleuve spectaculaire.

 

jezero_ellipse.jpg.959de85f868d859ee18c5e411541fcca.jpg

 

 

Topographie régionale du cratère Jezero
Le bassin d'Isidis, d'environ 1500 kilomètres de diamètre, était le dernier des grands bassins d'impact de Mars à se former. Le site d'atterrissage de Mars 2020 sera dans le cratère de Jezero, à la limite nord-ouest du bassin. Nili Fossae est une région de terrain fracturé. Les géologues pensent que les fractures de Nili Fossae se sont formées à la suite de l'impact d'Isidis. Syrtis Major, au sud-ouest, est une région volcanique. Cette carte montre la topographie dérivée de Mars Global Surveyor avec "Mars Orbiter Laser Altimeter" (MOLA). La contrainte de l'impact a provoqué les énormes fissures et failles qui forment Nili Fossae au nord-ouest du cratère. L'impact de formation de cratère Jezero a frappé des éjectas du bassin d'Isidis, donc c'est ce qui s'est passé après la formation d'Isidis. Quelque temps après la formation d’Isidis, mais toujours pendant la période Noachian de Mars, une unité rocheuse distincte contenant de l’olivine et des minéraux carbonatés s’est déposée dans la région de Nili Fossae, au nord-ouest d’Isidis

 

jezero_regional_topography_goudge_f840.jpg.ae5a2efcf1590635584e1ba1eb88f68f.jpg

 

 

 

Géologie régionale du sous-sol du cratère de Jezero

La région colorée sur cette carte représente le bassin versant des ruisseaux qui se déversaient autrefois dans le cratère de Jezero. Il y a deux flux d'entrée; chaque bassin versant est délimité par une ligne noire épaisse. Il existe une grande variété de types de substrat rocheux, qui auraient tous contribué à la formation de sédiments dans le delta de Jezero. Le cratère lui-même est souligné en blanc en bas à droite. La décharge du cratère se trouve au nord-est de Jezero

 

jezero_regional_basement_geology_goudge.jpg.9849d12d12312231a63296031935d00e.jpg

 

 

Le cratère de Jezero est situé à 18,4 ° N et 77,7 ° E dans la région de Nili Fossae de Mars. Jezero, à l'instar du cratère Gale (site d'atterrissage de Curiosity), est situé à la limite de la dichotomie, là où le relief montagneux méridional plus fortement creusé par Mars cède le pas au terrain plus plat du nord. Plus précisément, Jezero est situé à l'extrémité nord-ouest du bassin d'Isidis, qui était le dernier des grands bassins de Mars à se former. L'impact d'Isidis s'est produit pendant la plus ancienne période noachienne de Mars, il y a plus de 3,9 milliards d'années.

 

 

Le rover Mars 2020 atterrira dans le cratère de Jezero le 18 février 2021. Cette carte, réalisée en 2018, montre des parcours "fictifs" du rover Mars 2020, selon qu'il atterrit à l'est de l'ellipse (point vert ) ou côté ouest (point rouge). Le chemin de passage réel diffère de celui-ci, peut-être de manière significative, mais l’exercice de tracé des chemins a aidé l’équipe scientifique à comprendre à quoi pourrait ressembler une mission principale réussie pour le rover.

Jezero_Finaloperationsscenario_Page_11_f840.png.4bb9bee92ff2a64026a455cc4c6f81e3.png

 

 

Un objectif clé de la mission Mars 2020 est de rechercher des roches susceptibles de préserver les biosignatures. «Biosignatures» est un terme fourre-tout désignant de nombreux types de signatures de vie passée, allant des indices isotopiques de la chimie vivante aux fossiles actuels. L'un des meilleurs endroits sur Terre pour rechercher d'anciennes biosignatures se trouve dans de très fins sédiments qui se déposent au pied d'un delta à son point le plus profond dans le lac. Ainsi, après avoir échantillonné les roches de lave sur lesquelles elle atterrira, Mars 2020 se dirigera vers les roches exposées quelque part au niveau de la pointe du delta, un trajet qui ne devrait durer que quelques kilomètres et pourrait même être plus court.

Après avoir soigneusement échantillonné le delta et examiné différentes parties du système, Mars 2020 montera en pente ascendante en visitant la marge du lac où la terre a rencontré l’eau. Si la mission a de la chance, il y aura de nombreux gisements de la marge du lac de différentes époques de l'histoire du lac. Cela les sortira de l'ellipse d'atterrissage. Ensuite, le bord du cratère est étudié pour étudier les roches qui se trouvaient autrefois plus profondes sous la surface. À ce stade, la mission principale du rover sera probablement dépassée.

 

Après cela, il est tout à fait envisageable qu'ils puissent conduire assez loin, hors du cratère, vers une autre région considérée comme le site d'atterrissage proposé «Midway». Là, ils pourraient explorer les matériaux des hautes terres qui alimentaient les cours d’eau, puis ils auront étudié tout un réseau hydrographique, des puits à la source.

 

mars2020_ellipses_.jpg.ea1e7aa56fedbfc6eafc68da8ff75dc9.jpg

 

 

 

Edited by vaufrègesI3
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.jpl.nasa.gov/news/news.php?release=2019-052

 

Le mini hélicoptère (1.8 kg) qui va escorter le rover est en phase d'essai

(video en ligne)

 

Traduction :

 

À la fin du mois de janvier 2019, tous les éléments composant le modèle de vol de l'hélicoptère Mars Helicopter de la NASA  ont été mis à l'épreuve.
D'un poids maximal de 1,8 kg, l'hélicoptère est un projet de démonstration technologique qui fait actuellement l'objet d'un processus de vérification rigoureux le certifiant pour Mars.
La majorité des tests effectués par le modèle de vol consistaient à démontrer son fonctionnement sur Mars, y compris son fonctionnement à des températures similaires à celles de Mars. L'hélicoptère peut-il survivre - et fonctionner - par temps froid, y compris par des nuits aussi basses que moins 130 degrés Fahrenheit (moins 90 degrés Celsius)?
Tous ces tests sont orientés vers février 2021, lorsque l'hélicoptère atteindra la surface de la planète rouge, fermement niché sous le ventre du rover Mars 2020. Quelques mois plus tard, il sera déployé et les vols d'essai (d'une durée maximale de 90 secondes) commenceront, les premiers à partir de la surface d'un autre monde.
"Pour notre premier vol sur Mars, nous avons enregistré plus de 75 minutes de temps de vol avec un modèle technique, ce qui représentait une approximation proche de notre hélicoptère", a déclaré MiMi Aung, chef de projet pour l'hélicoptère Mars au Jet Propulsion Laboratory de la NASA à Pasadena, Californie. "Mais ce test récent du modèle de vol était la vraie affaire. Il s'agit de notre hélicoptère à destination de Mars. Nous avions besoin de voir qu'il fonctionnait comme prévu."
Tandis que voler sur des hélicoptères est chose courante ici sur Terre, voler sur des centaines de millions de kilomètres (kilomètres) dans la mince atmosphère martienne est tout autre chose. Et créer les bonnes conditions pour tester ici sur Terre présente ses propres défis.
"L'atmosphère martienne ne représente qu'environ 1% de la densité de la Terre", a déclaré Aung. "Nos vols d'essai pourraient avoir une densité atmosphérique similaire ici sur Terre - si vous construisez votre aérodrome à 30 480 mètres d'altitude. Vous ne pouvez donc pas aller quelque part et trouver cela. Vous devez le faire."
C'est exactement ce qu'a fait Aung et son équipe de Mars Helicopter dans le Space Simulator de JPL, une chambre à vide de 7,62 mètres de large. Tout d'abord, l'équipe a créé un vide qui aspire tout l'azote, l'oxygène et d'autres gaz de l'air à l'intérieur du cylindre de mammouth. À leur place, l’équipe a injecté du dioxyde de carbone, l’ingrédient principal de l’atmosphère de Mars.
"Mettre notre hélicoptère dans une atmosphère extrêmement mince ne représente qu'une partie du défi", a déclaré Teddy Tzanetos, chef d'essai de l'hélicoptère Mars à JPL. "Pour véritablement simuler un vol sur Mars, nous devons éliminer les deux tiers de la gravité terrestre, car celle-ci est beaucoup plus faible."
L'équipe y est parvenue avec un système de déchargement par gravité - une longe motorisée fixée au sommet de l'hélicoptère pour fournir un remorqueur ininterrompu équivalent aux deux tiers de la gravité terrestre. Bien que l’équipe se soit naturellement préoccupée de la situation de l’hélicoptère lors de son premier vol, elle s’inquiétait également de la performance du système de déchargement par gravité.
"Le système de déchargement par gravité a parfaitement fonctionné, à l'image de notre hélicoptère", a déclaré Tzanetos. "Nous n'avions besoin que d'un survol de 2 pouces (5 centimètres) pour obtenir tous les ensembles de données nécessaires pour confirmer que notre hélicoptère Mars volait de manière autonome, comme prévu dans une atmosphère de type Mars; il n'était pas nécessaire d'aller plus haut. diable d'un premier vol. "
Le premier vol de l'hélicoptère Mars a été suivi d'un deuxième dans la chambre à vide le lendemain. En enregistrant un total d’une minute de temps de vol à une altitude de 5 centimètres, plus de 1 500 pièces individuelles de fibres de carbone, d’aluminium de qualité aérodynamique, de silicium, de cuivre, de feuilles et de mousses ont prouvé qu’elles peuvent fonctionner ensemble. une unité cohésive.
"La prochaine fois que nous volons, nous volons sur Mars", a déclaré Aung. "En regardant notre hélicoptère passer au crible dans la chambre, je ne pouvais pas m'empêcher de penser aux véhicules historiques qui y étaient dans le passé. La chambre a hébergé des missions des sondes Ranger Moon aux Voyagers jusqu'à Cassini, et chaque Mars Voir notre hélicoptère à l'intérieur m'a rappelé que nous sommes également en train de faire une petite partie de l'histoire de l'espace. "
Le projet d'hélicoptère Mars au JPL de Pasadena, en Californie, gère le développement de l'hélicoptère pour la direction de la mission scientifique au siège de la NASA à Washington.
L'hélicoptère Mars sera lancé comme démonstrateur technologique avec le rover Mars 2020 sur une fusée United Launch Alliance Atlas V en juillet 2020 depuis le Space Launch Complex 41 à la base aérienne de Cape Canaveral, en Floride. Il devrait atteindre Mars en février 2021.

Envoyer des commen

 

PIA23152.jpg

PIA23155.jpg

PIA23156.jpg

Edited by jackbauer 2
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est pas intuitif du tout, qu'un hélico puisse voler à "30 km d'altitude", même en 1/3 G... Ca me fascine…

   

Par ailleurs, je croivais (il faudrait demander à une fusée, genre… Daniel :/:x ) que la pression changeait assez brutalement, sur Mars, mais c'est peut-être une ânerie.

   

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, Superfulgur a dit :

C'est pas intuitif du tout, qu'un hélico puisse voler à "30 km d'altitude", même en 1/3 G... Ca me fascine…

   

Par ailleurs, je croivais (il faudrait demander à une fusée, genre… Daniel :/:x ) que la pression changeait assez brutalement, sur Mars, mais c'est peut-être une ânerie.

 

Même si je ne suis pas une fusée mais, au mieux, qu'un humble ballon de baudruche qui se dégonflera facilement. ^_^


Si la pression martienne moyenne au sol est d'environ 6.5 hPa, elle s'élève à 12 hPa au plus profond du bassin d'Hellas Planitia (à -9 500 m) mais tombe à 0.4 hPa au sommet d'Olympus Mons à  +21 000 m.


En 30 km de différentiel d'altitude cela fait donc sur Mars une variabilité de pression légèrement supérieure à 12 hPa mais ceci ne s'applique que pour la troposphère. 


Sur Terre, la plus haute altitude atteinte par un hélicoptère est de 12 442 m.


Wikipédia indique :
"Le 21 juin 1972 un Lama SA315B de Sud-Aviation avec son seul pilote à bord (Jean Boulet) s'adjugea un record absolu d'altitude pour hélicoptère avec 12 442 m au départ de l'aérodrome d'Istres (France)."
"Le 14 mai 2005 un Écureuil AS350 B3 a conquis le record mondial d'atterrissage et de décollage à 8 848 m au sommet de l'Everest (Népal) avec le pilote Didier Delsalle (France)."


Pour Mars2020 il s'agira bien d'un drone et, sur notre planète, des vols à 6 000 m d'altitude on été réalisé au Népal par un drone quadri-rotors. Cependant on peut préciser que le décollage ne se faisait pas du niveau de la mer mais d'une base située déjà en hte montagne.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un truc qui a tout pour énerver Super... (ISS + Vie sur mars) :P

 

Une expérience conduite dans la station spatiale internationale avait pour objectif de tester la capacité de nombreux organismes terrestres à survivre aux conditions rencontrées dans l'espace ou sur Mars.


L'importance des résultats obtenus concernant tout spécialement, mais pas exclusivement, les futures missions martiennes, je poste ici.

 

https://www.dlr.de/dlr/en/desktopdefault.aspx/tabid-10212/332_read-32959/#/gallery/33847


Traduction :


Du 27 au 29 mars 2019, le DLR présentera les résultats de BIOMEX lors d'une conférence scientifique finale.
Au cours de l'expérience BIOMEX, qui s'est déroulée de 2014 à 2016, plusieurs centaines d'échantillons d'organismes ont été exposés à des conditions rencontrées dans l'espace ou sur Mars à bord de la Station spatiale internationale.
Les résultats de l'expérience ont maintenant été évalués et montrent que certains  organismes existant sur Terre peuvent survivre même dans des conditions martiennes.


Le DLR développe des capteurs avec lesquels les produits métaboliques de micro-organismes peuvent être détectés lors de futures missions spatiales.

 

La Terre est une planète très spéciale. C'est le seul corps céleste du système solaire sur lequel nous savons que la vie existe. Pourrait-il y avoir de la vie sur d'autres planètes ou lunes ? Mars est toujours la première à être mentionnée quand on évoque cette éventualité. Elle a de nombreuses propriétés communes avec la Terre et, dans son passé géologique, de l’eau a également coulé à sa surface. Aujourd'hui, cependant, les conditions sur Mars sont si extrêmes qu'il est difficile d'imaginer que des organismes comme ceux que l'on trouve sur Terre puissent survivre sur cette planète désertique froide et aride. L'un des objectifs de l'expérience coordonnée DLR-BIOMEX ( Biologie et Mars EX Periment) sur la Station spatiale internationale (ISS) a été de savoir si cela est possible. Les résultats sont maintenant disponibles.

 

Un résultat clé est que plusieurs substances et structures biologiques terrestres sont pratiquement increvables. Elles ont survécu à des conditions environnementales très difficiles au cours d'un test de résistance dans l'espace de 18 mois. Les tests ont impliqué des échantillons de différents organismes, tels que des bactéries, des algues, des lichens et des champignons, exposés au vide, à un rayonnement ultraviolet intense et à des variations de température extrêmes et cela à l'extérieur de l' ISS pendant 533 jours. L' astrobiologiste Jean-Pierre Paul de Vera de l'Institut de recherche planétaire DLR à Berlin-Adlershof, responsable scientifique de BIOMEX, a été impressionné. "Certains organismes et biomolécules ont montré une résistance énorme aux radiations dans l'espace et sont effectivement survécus à leur séjour dans l'espace", a-t-il noté. "Nous avons notamment étudié les archaea, micro-organismes unicellulaires existant sur Terre depuis plus de trois milliards et demi d'années et vivant dans l'eau de mer. Nos "sujets de test " organismes qui ont été isolés dans le pergélisol arctique. Ils ont uisurvécu dans des conditions spatiales et sont détectables avec nos instruments d'analyses. De tels organismes unicellulaires pourraient être candidats à des formes de vie pouvant être trouvées sur Mars. "


Avec ce résultat, l'objectif principal de l'expérience a été atteint. En principe, les êtres vivants qui existent sur Terre dans des conditions environnementales extrêmes, appelés «extrêmophiles», semblent également pouvoir exister sur Mars. " Bien sûr, cela ne signifie pas que la vie existe réellement sur Mars", note rapidement JPP. de Vera. "Mais la recherche de la vie est plus que jamais le moteur le plus puissant de la prochaine génération des missions martiennes."


L’existence de formes de vie très simples sur Mars au cours de ses 4,5 milliards d’années de son histoire, ou même aujourd’ hui, est en principe concevable pour l’astrobiologiste du DLR de Vera et ses collègues. Cependant, jusqu’ à présent, aucune preuve de vie sur Mars n’a été trouvée. Les sondes orbitales, lander et rovers ont montré que conditions importantes et préalables à la vie existent encore aujourd’ hui : une atmosphère, des éléments tels que le carbone, l’hydrogène, l’oxygène, l’azote, le soufre et le phosphore, et même de l’eau, au moins sous forme de glace. Mais les instruments des chercheurs n’ont pas encore enregistré la vie elle-même, ou ses sous-produits métaboliques.

 

Les résultats de BIOMEX renforcent également une hypothèse qui a fait l’objet de débats intenses parmi les scientifiques pendant des décennies et qui est pertinente pour la question de savoir comment la vie est arrivée sur Terre il y a 3,8 milliards d’années. La théorie de la panspermie suggère que des organismes existaient déjà sur Mars au début de son histoire, qu'ils auraient été éjectés dans des roches dans l'espace par un impact d'astéroïde et auraient voyagé dans le système solaire interne. Certaines de ces roches seraient arrivées sur Terre sous forme de météorites, où les organismes qu’elles contiennent auraient continué d'évoluer.


Le 18 août 2014, les cosmonautes russes Alexander Skvortsov et Oleg Artemyev ont placé plusieurs centaines d'échantillons dans un conteneur d'expérimentation situé à l'extérieur du module ISS russe "Zvezda". Les conteneurs, ouverts sur l'environnement spatial environnant, contenaient des organismes terrestres primitifs tels que des mousses, lichens, champignons, bactéries, archaea («bactéries primitives») et algues, ainsi que des membranes cellulaires et des pigments. Certains échantillons étaient, entre autres, imbriqués dans des sols martiens simulés avec une atmosphère artificielle similaire à celle de Mars. Le 22 octobre 2014, les cosmonautes Maxim Suraev et Aleksandr Samokutyayev ont retiré le capot de protection. À partir de ce moment, les échantillons ont été exposés en permanence aux conditions extrêmes de l’espace, dans le vide avec de grandes variations de température et un rayonnement ultraviolet intense. 


Le 3 février 2016, les cosmonautes Youri Malenchenko et Sergei Volkov ont remis la protection sur le conteneur lors d'une troisième sortie dans l'espace et les échantillons ont été ramenés dans la station spatiale. Le 18 juin 2016, ils ont été ramenés sur Terre en même temps que l'astronaute Européen Tim Peake à bord d'un vaisseau spatial Soyouz. Par la suite, l'expérience a été transférée de Baïkonour (Kazakhstan) au site du DLR à Cologne et les scientifiques BIOMEX de 30 instituts de recherche de 12 pays ont examiné les échantillons individuellement. 


Du 27 au 29 mars 2019, le DLR à Berlin présentera le rapport final de BIOMEX avec tous les résultats lors d'une conférence scientifique. À ce jour, 42 articles évalués par des pairs ont été publiés dans des revues spécialisées. La revue réputée Astrobiology a consacré un numéro spécial à BIOMEX en février ( Vol. 19, Numéro 2, 2019).

 

Des instruments utilisés lors de futures missions à la surface de Mars pourraient analyser les produits métaboliques ou les constituants cellulaires produits par des microorganismes tels que les archaea. Cela représente la réalisation d'un autre objectif de l'expérience BIOMEX.  le DLR Institute of Optical Sensor Systems basé à Berlin, en collaboration avec l’Institute of Planetary Research, utilise des méthodes de détection ne nécessitant aucune préparation d’échantillon pour identifier les matériaux susmentionnés. Une de ces méthodes est la spectroscopie Raman. "Avec la spectroscopie Raman, nous pouvons examiner des échantillons de la surface martienne à la fois de manière non destructive et sans avoir à entrer en contact avec eux", explique Ute Böttger de l'institut de systèmes de capteurs optiques du DLR. "Les faisceaux laser (lumière concentrée et de haute énergie) font vibrer les molécules. Différentes molécules ont des schémas vibratoires différents qui peuvent être utilisés comme empreinte distincte pour identifier les molécules et les structures cristallines."

 

Les résultats de BIOMEX ne constituent pas seulement un pas en avant dans la recherche de la vie sur Mars. Ils servent également à définir des "biosignatures" dans l'espace et à étendre les bases de données pour servir de fondement à la recherche de la vie dans le système solaire. Les futures missions, telles que la mission ExoMars prévue par l'Agence spatiale européenne (ESA) pour 2020, bénéficieront largement de ces données. Elles constitueront une aide importante dans l'identification et la classification des signaux observés par ExoMars 2020, ou ceux obtenus par des engins spatiaux sur d'autres corps célestes. Par exemple, des traces de méthane ont été détectées dans les fontaines glacées de la lune de Saturne, Encelade, ainsi que sous les croûtes glacées des lunes de Jupiter, Europa et Ganymède. il se pourrait qu’il y ait des quantités considérables d’eau dans lesquelles des organismes primitifs unicellulaires auraient pu se développer.


BIOMEX était l’une des quatre expériences d’EXPOSE-R2 (R correspond à la version russe de la plate-forme d’exposition, les 2 à la seconde expérience de ce type). Les autres étaient les expériences BOSS, PSS et IBMP. BIOMEX a été réalisée conjointement par l’ESA et l’agence spatiale russe Roscosmos. "L'ISS offrait les conditions idéales pour une expérience devant être réalisée dans des conditions spatiales", précise M. de Vera. Parallèlement à l'expérience BIOMEX sur son orbite haute de 400 km, des expériences choisies ont été réalisées, avec des configurations expérimentales identiques à celles de l'espace, dans la chambre de simulation Mars du DLR Institute of Planetary Research et dans une chambre de simulation spatiale au DLR. Institut de médecine aérospatiale de Cologne. Ainsi, des "échantillons de contrôle" ont été obtenus.

 

Cette expérience de biologie "martienne"  de l'ESA / Roscosmos  s'est déroulée sur l'ISS de 2014 à 2016. L'expérience a été coordonnée et dirigée par l'Institut de recherche planétaire DLR. Les instituts DLR de médecine aérospatiale et de systèmes de capteurs optiques étaient également impliqués. En Allemagne, l’Institut Robert Koch, l’Université technique et le musée d’histoire naturelle de Berlin, l’Université des sciences appliquées de Wildau, l’Institut Fraunhofer de thérapie cellulaire et d’immunologie, le Centre allemand de recherche en géosciences de GFZ à Potsdam et le Heinrich- L'Université Heine de Düsseldorf ont également participé à la mise en œuvre le l'expérience et à son l'évaluation.
 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 29/03/2019 à 11:42, Superfulgur a dit :

Par ailleurs, je croivais (il faudrait demander à une fusée, genre… Daniel :/:x ) que la pression changeait assez brutalement, sur Mars, mais c'est peut-être une ânerie.

 

Un petit topo complémentaire par P. Brisson sur les variations de pression atmosphérique sur Mars à partir des trois paramètres primordiaux que sont la saison, l'heure et l'altitude :

 

http://planete-mars.com/les-variations-de-la-pression-atmospherique-sur-mars/

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now