symaski62

mars 2020 rover

Recommended Posts

Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

Il y a 1 heure, PierreB a dit :

Je voulais simplement dire à Penn, que nous étions tout deux d'accord sur son boulot.

Je ne voulais pas te froisser. :(

 

Bon bon, au temps pour moi, j'ai mal compris, pas de souci et bonne soirée.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Supercopter Flight 3 !!! (mettez plein écran) 

 

 

 

La NASA devrait le faire fabriquer en série et le vendre aux particuliers ! :) (ça partirait comme des petits pains...)

 

 

Edited by jackbauer 2
  • Like 6
  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, Kaptain a dit :

Bon bon, au temps pour moi, j'ai mal compris, pas de souci et bonne soirée.

 

J'espère que tu n'en doutes pas. 

 

Bonne soirée aussi

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour, 

Merci pour toutes ces infos sur ce petit hélicoptère, et je trouve incroyable que cela se passe sur une autre planète ! ils sont vraiment fort les ingénieurs du JPL !

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut jackbauer 2

 

Trop fort cette vidéo. Belle réussite que ce petit hélico piloté à plus de 300 millions de Km. 

 

A+

Pierre

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Phil Stooke (UMSF) nous propose une comparaison des points de décollages/atterrissages de l'hélicodrone  pour les 3 vols déjà effectués. D'après ses explications, je crois comprendre que l'image du bas correspond au point d'atterrissage du vol 1, au-dessus de l'atterrissage du vol 2, au-dessus du décollage du vol 3 et tout en haut de la série de l'emplacement d'atterrissage de ce même vol après qu'ingenuity ait fait son aller/retour de 50 m. On constatera donc pour le troisième vol un léger décalage entre le point de départ et d'arrivée.  

 

index.php?act=attach&type=post&id=47634

 

  • Like 4

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce que je trouve bizarre, c'est quand l'hélico décolle il a une certaine force au niveau des hélices, pour le maintenir en l'air ! ce qui devrait soulever de la poussière ! là il n'y a rien !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le nuage de poussière au décollage a déjà été mis en évidence (voir le 1er post de la page 48)

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 42 minutes, Astro45 a dit :

Ce que je trouve bizarre, c'est quand l'hélico décolle il a une certaine force au niveau des hélices, pour le maintenir en l'air ! ce qui devrait soulever de la poussière ! là il n'y a rien !

 

Salut '45,

 

Pour compléter la proposition très judicieuse de Jack' , on peut ajouter que le secteur choisi pour les vols d'Ingenuity est globalement assez peu couvert d'importantes quantités de poussières. Ceci peut sans doute s'expliquer par l'aérologie locale. Avec l'absence de gros obstacles dans cette zone, ce fût certainement un des critères de sa sélection par l'équipe technique. :) 

 

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Des responsables du programme Ingenuity ont répondu à des questions sur Reddit. Pas mal de trucs intéressants, j'ai relevé et traduit l'essentiel :


https://www.reddit.com/r/space/comments/mz4duo/were_nasa_experts_working_on_the_marshelicopter/

 

 

 

Ginny est conçu pour les vols d’essai nominaux d’une durée de 90 secondes. Les vols sont généralement effectués vers le milieu de la journée sur Mars, de sorte qu’après le vol, l’hélicoptère peut passer l’après-midi à recharger ses batteries à partir du panneau solaire monté au sommet de l’hélicoptère. Le plus grand soucis sur les batteries n’est pas le vol, mais l’alimentation des appareils de chauffage pour garder l’électronique de l’hélicoptère au chaud pendant les nuits froides glaciales de Mars. --DL

 

Les températures sur Mars peuvent descendre au-dessus de -100 °C. Les composants critiques d’Ingenuity sont maintenus au-dessus de -15 °C pendant les nuits martiennes avec des appareils de chauffage de film Kapton qui sont fixés à ses piles. La température moyenne sur Mars est assez froide (-81 degrés F)! Il n’y a pas d’isolation aérogel en usage, les composants sont isolés par un espace de dioxyde de carbone gazeux, et le fuselage le plus externe est isolé par un revêtement thermique.

 

Ingenuity fonctionne avec le système d’exploitation Linux sur un processeur Snapdragon 801 et le logiciel est structuré autour de la F ' (F-prime) cadre open source développé par JPL. A notre connaissance, c’est la première fois que Linux est utilisé pour une mission planétaire. 

 

Plusieurs études menées par des équipes conjointes d’Ames et de JPL ont montré que de plus gros giravions capables de faire plus de science sont possibles. Ceux-ci seraient utiles pour les zones difficiles d’accès en raison de terrains difficiles (parois du canyon, terrain rocheux, haute altitude, etc.). Une application vraiment utile pourrait être des tandems  rotorcraft et rover / lander qui pourraient améliorer considérablement l’efficacité des missions futures.


Les avions pourraient-ils voler sur Mars ?
Oui, c’est possible et on ferait face à de nombreux défis similaires à ceux de l’hélicoptère. Il y a eu beaucoup d’études d’avion à l’intérieur et à l’extérieur de la NASA. L’avion DE LA NASA ARES Mars est un exemple et mène à un essai en vol à haute altitude ici sur Terre. Des stagiaires de la NASA travaillent sur un concept de planeur Mars 


Avez-vous appris quelque chose sur l’approche des limites pratiques du vol sur Mars? La longueur de la lame au rapport poids semble assez grande. Pour quelque chose de plus important, envisagez-vous que nous sommes facilement en mesure de faire décoller les choses?
Oui, de façon critique, nos modèles de simulation ont très bien correspondu à la réalité! Il s’agit d’une réalisation massive pour notre équipe de la NASA JPL Dynamics And Real-Time Simulation (DARTS) et nos partenaires de nasa ARC. Il valide les hypothèses et les décisions de conception qui ont été prises il ya des années, et signifie l' importance que nous pouvons utiliser ces mêmes modèles validés lors de l’examen de plus grands et plus capables futurs avions martiens. 


Quel pourcentage du temps les capteurs du drone ont-ils détecté un vent suffisamment fort pour renverser le drone ?
Ginny n’a pas vraiment de capteurs de vent à bord de l’hélicoptère. Il peut déduire la vitesse du vent pendant le vol en utilisant des inclinomètres pour surveiller tout inclinaison de l’hélicoptère à mesure qu’il vole qui pourrait être causé par des vents soufflant le corps de l’hélicoptère. En même temps, il y a des capteurs de vent sur persévérance que nous utilisons pour surveiller les vents tout au long de la journée. Si la vitesse du vent est trop élevée (généralement, la vitesse du vent au-dessus de 9m/sec) alors nous ne faisons pas voler  l’hélicoptère ce jour-là. Jusqu’à présent, les vents ne nous ont pas amenés à annuler un vol prévu.


Une chance de capter le son de l’hélicoptère en utilisant le micro du rover?
Peut-être. Premièrement, le CO2 dans l’atmosphère martienne absorbe le son (surtout à des fréquences plus élevées) plus que l’atmosphère terrestre, de sorte qu’il pourrait être trop silencieux de toute façon. Il ya aussi quelques opérations aux instruments qui doivent être vérifiés avant d’essayer d’écouter, comme le microphone et le mode vidéo de la caméra n’ont pas été exploités ensemble dans les essais au sol. --RL


Dans quelle mesure Ginny peut-il agir de façon autonome ou à quel point les instructions doivent-elle être détaillées pour qu’il fonctionne? Se surveille-t-il lui-même pour les obstacles lorsqu’il vole ou fait-il simplement confiance aux commandes qui lui ont été données?
Ginny n’a pas de capacités d’évitement des obstacles. Au lieu de cela, l’équipe des opérations prépare des séquences que vous pouvez considérer comme des listes de tâches étape par étape à suivre pour lui, qui comprennent des commandes spéciales de point de passage d’orientation qui définissent où l’équipe veut que Ginny se déplace pendant le profil d’un vol. Tout le travail de localisation dans une carte se fait avant que la séquence de vol ne soit rédigée ici au sol. --TT
Dans des conditions idéales, la liaison radio entre Ginny et Percy a une portée de jusqu’à 1 kilomètre. Dans la pratique, nous limitons la distance à quelques centaines de mètres pour assurer la meilleure force de signal possible entre les véhicules lorsqu’ils envoient des données pendant les vols. -


Quel a été le plus grand défi de la dynamique de vol (aérodynamique/CGN) d’opérer dans la mince atmosphère martienne ? J’ai lu que les tests environnement ont été effectués dans la grande chambre Space Simulator à JPL (...) comment la conception du modèle de vol a-t-elle tenu compte des hypothèses utilisées lors des essais?
Sur Terre, l’air aide à amortir une partie du battement du rotor. Cependant, sur Mars, parce que l’air est beaucoup moins dense, les rotors s’agitent beaucoup plus. Cela peut faciliter l’instabilité du véhicule. De plus, le pilote ne peut pas faire d’ajustements en temps réel. Pour tenir compte de la gravité, une partie du poids était déchargée et une attache était utilisée. Beaucoup de travail analytique et expérimental a été fait pour essayer de modéliser les choses aussi étroitement que possible, mais le vrai test a été le premier vol. Jusqu’à présent, les modèles et les données correspondent bien. 


Pour Ralph Lorenz : quelle ingéniosité et quels (...)technologiques prenez-vous à la mission Dragonfly à ce stade de votre développement/construction d’hélicoptère ? Pouvez-vous également discuter capteur / optique comme maintenant prévu pour l’imagerie de Titan par Dragonfly? Thx.
Dragonfly utilise des caméras à l’air bas et la détection inertielle pour effectuer la navigation relative du terrain (comme Ginny), mais a également un lidar pour détecter de manière autonome les dangers comme les pentes et les roches. Les niveaux de lumière sur Titan sont inférieurs à ceux de Mars, ce qui doit être pris en compte dans la conception de la caméra. En fait, nous prévoyons également d’utiliser un altimètre à ultrasons pour affiner les derniers pieds de descente. consultez notre site Web dragonfly.jhuapl.edu plus de détails sur la mission.
(...)
Il a été mentionné que pendant le premier vol, le microphone à bord de Perseverance n’a pas été utilisé par excès de prudence pour éviter d’éventuelles interférences EM entre le rover et l’ingéniosité, mais qu’il peut être allumé pour des vols ultérieurs.

Le microphone a-t-il été allumé pour les deuxième ou troisième vols? Sinon, y a-t-il des plans pour qu’il soit activé pour de futurs vols?
Le microphone de Supercam  n’a pas encore été utilisé pendant un vol - Travail en cours


Cette expérience aidera-t-elle  les systèmes de contrôle qui seront utilisés lors de la mission Dragonfly d’APL ? Évidemment, comparer le vol sur Titan avec le vol sur Mars n’est pas exactement kif kif, mais je suppose que les leçons tirées de ces vols seront précieuses en ce qui concerne l’apprentissage de la façon de piloter un hélicoptère quand vous ne pouvez pas le contrôler en temps réel. Est-ce le cas? Ou Dragonfly sera-t-elle complètement différente ?
En fait, le contrôle de Dragonfly doit être un peu plus élaboré que celui d’Ingenuity, en ce sens que Dragonfly mesure le vent en temps réel au sol, pour vérifier que les conditions sont sûres pour le décollage, et Dragonfly détecte et évite les dangers au sol avec un capteur lidar. Toutefois, l’équipe scientifique au sol déterminera où le véhicule quand et où volera dans l’ensemble. Un bel aspect de l’environnement Titan est que le cycle jour/nuit (Tsol) est de 16 jours terrestres, de sorte que ces analyses et décisions peuvent être prises sur un horaire de bureau régulier (nous prévoyons de voler environ une fois par deux Tsols, ou une fois par mois), tandis que l’équipe Percy/Ginny a dû travailler sur l’heure de Mars


Quel type de « navigation » est utilisé pour contrôler les trajectoires de vol planifiées. Les accéléromètres sont-ils utilisés pour mesurer les distances et tout le reste?
Ginny utilise l’odométrie visuelle inertielle (VIO) où elle fusionne les données de capteurs à haut taux (500 Hz) comme les accéléromètres MEMS et les gyroscopes avec des capteurs à faible taux (30Hz) comme sa caméra en noir et blanc pour produire une meilleure estimation de l’endroit où il se trouve dans l’espace 3D. 
Les opérations d’hélicoptères sont similaires aux opérations rover : nous construisons et envoyons une journée entière de commandes à la fois dans un « pack de commandement » en liaison ascendante. L’hélicoptère et le rover exécutent chacun ces instructions de commande de façon autonome au cours d’une journée et retournent les données le lendemain après la fin des commandes. Ainsi, le retard de communication entre la Terre et Mars ne joue pas un grand rôle dans les opérations de surface. En ce qui concerne la qualité vidéo, en raison des taux de données limités de Mars, nous avons limité les séquences vidéo à 720p vidéo HD. Les fichiers audio prennent moins de volume de données, donc nous n’avons pas été trop limités pour les fichiers audio. -- JM


(...)
L’expérience MOXIE à bord du rover Perseverance est limitée dans la quantité d’oxygène qu’il peut générer en raison de sa petite taille (environ la taille d’une batterie de voiture) et la quantité de puissance disponible à partir du rover. Mais il suffit largement de démontrer la technologie et de fournir des informations qui peuvent être utilisées pour concevoir des systèmes qui pourraient permettre la production d’oxygène consommable pour de futures missions d’exploration - comme le propulseur de fusée et pour la respiration par les astronautes. Un système semblable à MOXIE qui produit de l’oxygène respiratoire pour les missions humaines devrait être environ 200 fois plus grand


(...)
Comment vérifiez-vous la météo avant de commencer un vol ?
Perseverance dispose du système Mars Environmental Dynamics Analyzer (MEDA) qui peut mesurer la vitesse et la direction du vent, la température et l’humidité, ainsi que la quantité et la taille des particules de poussière dans l’atmosphère de Mars. Ainsi, Ingenuity comptera sur Percy pour vérifier la météo pour des conditions de vol idéales


(...)
Nous avons certainement envisagé l’accumulation de poussière, et les méthodes pour atténuer cette accumulation de poussière. Si vous avez un panneau solaire à votre maison, vous remarquerez peut-être qu’ils peuvent être des aimants à poussière ! En fin de compte, nous avons comparé la masse supplémentaire et la complexité de la mission associée à l’enlèvement de la poussière par rapport à la masse supplémentaire de faire un plus grand panneau solaire, ce qui explique les hypothèses d’accumulation de poussière sur le panneau (ainsi que la poussière atmosphérique), et nous avons déterminé que nous serions en mesure de le faire fonctionner en supposant la quantité prévue d’accumulation de poussière. 
Nous suivons de près les performances du panneau solaire (SA) depuis le déploiement d’Ingenuity, et nous recevons l’énergie SA attendue dans le cadre de notre budget énergétique Sol-Sol


Est-il question de prolonger la mission au-delà de 30 jours?
À l’heure actuelle, nous prévoyons conclure les opérations aériennes de Ginny à la fin de la période d’essai de 30 Sol. D’ici là, nous espérons avoir recueilli les informations sur les performances de vol que nous avions l’intention de recueillir, et nous serons prêts à ce que le rover Perseverance reprenne sa mission scientifique.
Les vols 4 et 5 repousseront les limites de Ginny plus que les trois premiers. Une partie de l’objectif d’une démonstration technologique est de trouver les limites. Si Ingenuity s’était écrasé après le premier vol, nous aurions tout de même franchi deux étapes importantes(...). En outre, le déploiement à partir du rover et la survie à la nuit froide martienne ne sont pas de petites tâches. Si le vol n’avait pas été un succès, nous aurions beaucoup de données et de leçons apprises. Pensez à tout le reste comme bonus!


(...)

Futurs hélicoptères plus grands ?

 il y a des défis à relever pour augmenter le diamètre des rotors tout en les maintenant suffisamment rigides, et il y a aussi des défis à relever en cas de surchauffe du moteur, car l’atmosphère mince de Mars n’est pas efficace pour éliminer la chaleur, mais peut-être pour les vols très courts qui pourraient être moins préoccupants.


(...)
Il y avait beaucoup de défis associés à la conception de quelque chose qui est à la fois un avion et un vaisseau spatial, mais beaucoup de ces défis se résument à garder la masse assez faible pour permettre à la portance du véhicule pour surmonter le poids. Cela comprenait l’utilisation de matériaux légers et d’appareils électroniques miniaturisés modernes tout en restant suffisamment robuste pour gérer la dynamique du lancement et du vol des fusées dans une atmosphère extrêmement mince. Il comprenait également l’équilibrage de la masse de l’isolation thermique par rapport à l’énergie de la batterie pour rester au chaud la nuit tout en étant en mesure de prendre en charge le temps de vol sans surchauffe. Il y avait beaucoup d’autres défis, y compris des choses comme tout mettre dans un véhicule assez petit pour le ranger et le  déployer sous Percy, et même comment tester adéquatement l’hélicoptère sur Terre, mais je pense que le consensus commun entre l’équipe est que la masse était #1! 


Avec cette démonstration technologique réussie, quelles futures missions d’hélicoptère aimeriez-vous voir sur Mars ?
J’aimerais voir une exploration plus approfondie de la calotte polaire nord martienne, et son dossier de l’histoire du climat. Je pourrais imaginer un hélicoptère explorant les couches exposées dans les crevasses. Toutefois, il se peut que les vents soient forts dans cet environnement, ce qui pourrait être un défi pour un hélicoptère

Edited by jackbauer 2
  • Like 5
  • Thanks 4

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour et merci Huitzilopochtli, pour votre réponse ;) 

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Il y a 2 heures, Huitzilopochtli a dit :

Le cadreur manque d'expérience... mais quand même ...

Eh, il est deux fois meilleur que moi, il l'a eu entier, le rover, lui , au moins.

Moi, je dois parfois me contenter de la moitié de la cible :D

http://www.astrosurf.com/topic/118181-transits-solaires-et-lunaires-de-liss-au-smartphone/?do=findComment&comment=1571808

Mais d'autres fois, un petit coup de chance et on est bien content ;)

https://www.webastro.net/forums/topic/166432-stop-aux-piscines-surchargées/?do=findComment&comment=2719478

 

Edited by den b
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

il y a 27 minutes, den b a dit :

Mais d'autres fois, un petit coup de chance et on est bien content

 

Ça arrive un peu comme un cheveux sur la soupe, mais quel plaisir de revoir ce formidable topic de photos animalières que tu avais initié sur Webastro. 

Je retourne de suite admirer tout cela.

Merci. :)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 6 heures, Huitzilopochtli a dit :

mais quand même ...

... c'est la vrai première image d'un rover (bien résolu) en action à la surface de Mars sans que ce soit un selfie fait avec les contorsions d'un bras articulé...

C'est quand même vrai que si on peut avoir un bon cadrage lors d'un prochain vol, ce sera vraiment une nouvelle dimension avec une vraie photo d'un rover dans son environnement d'exploration sans photo montage! ;)

  • Like 6

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

La même série, mais images redressées et corrections de vignettage par Thomas Appéré sur UMSF :

 

image.png.671aa9019b7b0c5a6650fbd18d85eac3.png

 

image.png.691d68fe5bb2ba299f5b129219064f70.png

 

image.png.9c6dfe3ffb984a2d720e1ad93116301a.png

 

Pour un bon cadrage, il nous faut patienter encore un peu mais cela promet certainement quelque chose d'assez spectaculaire.

 

Edited by Huitzilopochtli
  • Like 5
  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Depuis le troisième vol d'Ingenuity, Perseverance s'est déplacé de son point d'observation.

Il semble se positionner sur un emplacement lui permettant de mieux suivre l' hélicodrone avec ses caméras.

Carte des mouvements du rover de Phil Stooke (UMSF) :

 

  index.php?act=attach&type=post&id=47645

 

 

  • Like 2
  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

https://mars.nasa.gov/news/8933/with-goals-met-nasa-to-push-envelope-with-ingenuity-mars-helicopter/


Extraits traduits automatiquement puis corrigés :


Maintenant que l'hélicoptère Ingenuity a atteint l'objectif de réaliser un vol motorisé et contrôlé sur la planète rouge, et avec les données de son plus récent test en vol , le 25 avril, le projet de démonstration technologique a atteint voire surpassé tous ses  objectifs techniques. L'équipe d'Ingenuity va maintenant essayer d'améliorer encore les performances de l'engin.


Le quatrième vol à partir de «Wright Brothers Field»,  nom de l'aérodrome martien, doit décoller le jeudi 29 avril à 12 h 30 pm heure locale martienne, les premières données étant attendues au Jet Propulsion Laboratory en Californie à 10 h 21 HAP.


Le vol 4 a pour objectif de démontrer la valeur potentielle des possibilités aériennes d'Ingenuity. Le test en vol commencera par une ascension à une altitude de 5 mètres, puis se dirigeant vers le sud, survolera des rochers, des ondulations de sable et de petits cratères d'impact sur 84 mètres. Pendant qu'il volera, le giravion utilisera sa caméra de navigation orientée vers le bas pour collecter des images de la surface tous 1,2 mètre, jusqu'à ce qu'il parcourt un total de 133 mètres. Ensuite, Ingenuity passera en vol stationnaire et prendra des images avec sa caméra couleur avant de retourner se poser à Wright Brothers Field.


«Pour atteindre la distance nécessaire de ce vol de reconnaissance, nous allons battre nos propres records sur Mars établis lors du troisième vol», a déclaré Johnny Lam, pilote suppléant de l'hélicoptère Ingenuity. «Nous augmentons le temps de vol de 80 secondes à 117 secondes,  notre vitesse maximale de 2 mètres par seconde à 3,5 m, en plus que doublant notre autonomie totale.»


Après avoir reçu les données du quatrième vol, l'équipe d'Ingenuity examinera son plan pour un cinquième vol.


(J'ai expurgé de ce résumé les répétitions de ce que nous savons déjà des précédents communiqués, les données strictement à destination  des lecteurs américains (miles, horaires etc), et les formules qui en français ne signifient rien ou sont difficilement traduisibles.)  
 

  • Like 1
  • Thanks 4

Share this post


Link to post
Share on other sites

L’image du rover prise par le truc volant est vraiment saisissante,  au sens où c’est une première qui augure du futur.  Entre des vues prises du sol et ces vues aériennes,  on se prend à rêver d’un vol détaillant les strates de Vallée Marineris, ou de survoler les calottes polaires, ou scruter le fond d,un cratere, ou etc...

  • Like 5

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now