symaski62

mars 2020 rover

Recommended Posts

Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

Posted (edited)

Salut les Martiens,

 

J'avais pas suivi Curiosity parceque pas né astronomiquement. Là avec  Percy je suis l'aventure depuis le début et ingenuity est la cerise sur le gâteau. Ça m'émerveille même si effectivement les paysages sont désertiques.

 

Merci aux astrams qui font vivre les posts ''astro générale.

 

Lolodobs le dévoreur de monde 👽

Edited by lolodobs
  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Prochain arrêt à Hawksbill Gap


https://mars.nasa.gov/mars2020/mission/status/380/neYt-stop-hawksbill-gap/


Article de Brad Garczynski, étudiant collaborateur à l'Université Purdue


De Kymani76 (UMSF) Carte actualisée au sol 439 du parcours de Perseverance : 

http://www.unmannedspaceflight.com/index.php?act=attach&type=post&id=51082


Persévérance était en route la semaine dernière après avoir terminé ses activités scientifiques à distance (sans forage ni abrasion de roche) au "lac Enchanted", sur un affleurement rocheux finement stratifiées qui pourraient s'avérer être certains des dépôts inférieurs du delta. Le rover s'est frayé un chemin vers l'est entre de grandes ondulations  dunaires avant de se diriger au nord vers Hawksbill Gap, où l'équipe espère collecter un premier ensemble d'échantillons du delta et, éventuellement, remonter sa pente. La planification de la semaine dernière s'est principalement concentrée sur la progression de la conduite, avec une imagerie de reconnaissance supplémentaire pour repérer notre chemin et soutenir la planification future du retour d'échantillons martiens. L'équipe a pu aussi rétablir les communications avec Ingenuity après la récente anomalie de ses transmissions avec le rover, et continue de recueillir et d'analyser les données sur cet incident.


NRF_0428_0704946794_901ECM_N0241970NCAM0


Le rover Perseverance a utilisé sa caméra de navigation droite (Navcam) pour acquérir cette image après avoir roulé pendant le sol 428.  Un bord du monticule Kodiak est visible sur le côté gauche de l'image. Crédits : NASA/JPL-Caltech.


Persévérance devrait arriver sur notre premier emplacement, nommé Devils Tanyard, dans les prochains sols. Là, nous prévoyons d'abraser la surface d'une roche, d'en rapprocher les objectifs de nos caméras  et de nos instruments pour l'étudier et identifier des cibles potentielles d'échantillonnage . Ce sera probablement le premier des cinq arrêts scientifiques de proximité alors que nous remontrons Hawksbill Gap, scrutant la stratigraphie du delta jusqu'à un endroit nommé Rocky Top.

Après avoir terminé cette première moitié de notre excursion, nous prévoyons de redescendre pour sonder trois sites potentiellement intéressants. Avec trois nouvelles paires d'échantillons, l'équipe espère ajouter à notre collection de prélèvements déjà acquit un ensemble de mudstones argileux à grain fin qui seraient de bons candidats pour la préservation de matières organiques et d'éventuels microbes anciens. Mais nous souhaitons aussi recueillir des grès à grain plus grossier pour étudier les matériaux entraînés jadis par le débit de la Neretva dans le cratère Jezero, ce qui pourrait nous permettre de mieux comprendre l'activité passée du lac. À chaque étape et échantillon, l'équipe continue d'accumuler des connaissances sur ce cratère autrefois inondé et de reconstituer l'histoire écrite dans les roches martiennes.


Panorama de Neville Thompson (UMSF) : http://www.gigapan.com/gigapans/229361

 

De tau (UMSF) :
Mosaïque Sol 436 SuperCam Remote Micro-Imager et son contexte Mastcam-Z. Vue sur le site "Bacon strip" à Hawksbill Gap.

 

index.php?act=attach&type=post&id=51051


index.php?act=attach&type=post&id=51050


index.php?act=attach&type=post&id=51049


 

  • Like 3
  • Thanks 4

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Bonsoir,


L'hélicoptère Ingenuity capture une vidéo d'un vol record.


https://mars.nasa.gov/news/9197/nasas-ingenuity-mars-helicopter-captures-video-of-record-flight/


En provenance de Mars,  les images d'un vol récent au cours duquel le giravion a volé plus loin et plus vite qu'il ne l'avait jamais fait.


La caméra de navigation, en noir et blanc, de l'hélicoptère Ingenuity a fourni une vidéo spectaculaire de son 25e vol record, qui a eu lieu le 8 avril. Couvrant une distance de 704 mètres à une vitesse de 5,5 mètres par seconde, il s'agissait de son vol le plus long et le plus rapide à ce jour. (Ingenuity se prépare actuellement pour son 29e vol.)


"Pour notre vol record, la caméra de navigation orientée vers le bas  nous a donné une idée époustouflante de ce que cela ferait de planer à 10 m au-dessus de la surface de Mars à une vitesse d'environ 20  km/h", déclare Teddy Tzanetos, chef de l'équipe d'Ingenuity au JPL. 


La première image du clip vidéo commence environ une seconde après le début du vol. Après avoir atteint une altitude de 10 mètres, l'hélicoptère se dirige vers le sud-ouest, accélérant à sa vitesse maximale en moins de trois secondes. Le giravion survole d'abord un groupe de rides de sable puis, vers la moitié de la vidéo, plusieurs champs rocheux. Enfin, un terrain relativement plat et sans relief apparaît en dessous, offrant un bon point d'atterrissage. La vidéo du vol de 161,3 secondes a été accélérée environ cinq fois, la réduisant à moins de 35 secondes.


9197_PIA25321-web.gif


Images du vol record de l'hélicoptère Ingenuity. La caméra de navigation a été programmée pour se désactiver chaque fois que le giravion se trouve à moins de 1 mètre de la surface. Cela permet de garantir que la poussière soulevée lors du décollage et de l'atterrissage n'interférera pas avec le système de navigation, car il se règle sur les caractéristiques au sol.


Les vols d'Ingenuity sont autonomes. Les «pilotes» du JPL les planifient et envoient des commandes au rover Perseverance, qui les transmet ensuite à l'hélicoptère. Pendant un vol, des capteurs embarqués - la caméra de navigation, une unité de mesure inertielle et un télémètre laser - fournissent des données en temps réel au processeur de navigation et à l'ordinateur de vol principal d'Ingenuity, qui guident l'hélicoptère en vol cela lui permettant d'évoluer en fonction du relief, des obstacles et des caractéristiques du terrain, tout en exécutant ses commandes.


Les contrôleurs de mission avait récemment perdu la communication avec Ingenuity après que l'hélicoptère ait connu un niveau bas en énergie. Maintenant que le giravion est de nouveau en contact et est suffisamment alimenté par son panneau solaire pour charger ses 

Edited by Huitzilopochtli
  • Like 2
  • Love 1
  • Thanks 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

https://www.science.org/doi/10.1126/sciadv.abn3783


Résumé :


Malgré l'importance du sable et de la poussière dans les phénomènes géomorphologiques, de la météo et de l'exploration martienne , les processus qui déplacent et soulèvent sable et  poussière,  qui entretiennent la suspension de cette dernière dans l'atmosphère de Mars et produisent des tempêtes, n'ont pas été bien quantifiés in situ, les missions manquant soit de capteurs nécessaires ou d'un environnement éolien suffisamment actif. Les nouveaux capteurs environnementaux du rover Persévérance et le milieu poussiéreux du cratère Jezero y remédient. Dans les 216 premiers sols de Persévérance, quatre grands vortex convectifs ont soulever localement de la poussière, tandis qu'en moyenne, quatre dust devil passaient quotidiennement devant le rover, dont plus de 25 % étaient significativement poussiéreux. Plus rarement, le soulèvement de la poussière par des rafales de vent, sans relation avec des vortex ou des dust devil, ont été généré par des cellules de convection ayant pour origine de forts vents diurnes régionaux ascendants.


Processus éoliens :  

Le mouvement du sable, le soulèvement et la redistribution de la poussière en surface, sont les principales causes de modification du paysage et de l'atmosphère martiennes à  notre époque. Les grandes tempêtes de poussière modifient radicalement les températures, les densités et la circulation atmosphériques, et représentent des risques pour les missions robotiques et dans le futur, humaines.


Cependant, les mécanismes par lesquels le sable est déplacé et la poussière soulevée sur Mars ne sont pas bien quantifiés. Cela suscite  de nombreuses interrogations, sur ce qui déclenche les tempêtes de poussière mondiales se produisant environ trois fois par décennie, et des processus qui sont responsables du maintien permanent le voile de poussière dans le ciel martien. Les premières études, notamment l'analyse des données de l'atterrisseur Viking, ont suggéré que la force des vents de surface sur Mars ne peut que rarement dépasser le seuil calculé pour le déplacement de particules de sable (≳40 μm de diamètre) et seraient pas susceptibles de dépasser les seuils plus élevés nécessaires pour soulever des particules de poussière plus petites et plus cohésives. Cela n'était pas cohérent avec les observations de fréquentes tempêtes de poussière et des changements d'albédo de surface attribués à la présence de poussière dans l'atmosphère. Au cours de la dernière décennie, les observations à partir de l'orbite de dunes actives et du mouvement du sable à la surface ont également confirmé que la saltation des particules de sable se produit plus largement sur la surface martienne que ne le suggéraient les estimations antérieures.


Une explication possible est que le mouvement du sable de Mars peut être initié par de fortes rafales de vent relativement courtes, qui déclenchent une saltation substantielle en aval, et des mesures récentes en soufflerie soutiennent un seuil de saltation inférieur à celui calculé précédemment. Une fois que la saltation se produit une première fois, elle peut se poursuivre facilement en raison de la retombée du sable sur la surface et de l'augmentation de la contrainte totale, cet effet étant beaucoup plus important que sur Terre. Le même effet peut également expliquer comment la poussière est soulevée malgré les contraintes de seuil plus importantes. 


Les observations in situ du soulèvement de la poussière sans mouvement apparent du sable suggèrent que la présence d'accumulations locale de poussière non cohésives pourrait être déterminante ou bien que la faible gravité martienne puisse influer sur la cohésion du sol, facilitant ainsi les élévations de ces fines particules minérales . Enfin, les tourbillons convectifs appelés « diables de poussière » (Dust devil), lorsqu'ils sont rendus visibles par leur teneur en poussière sont entretenus par « effet d'aspiration » par les basses pressions qu'ils génèrent, en plus de leurs vents forts tourbillonnants . Tester tout cela nécessite des mesures simultanées de l'activité éolienne et des variables environnementales. 


Les missions sur Mars précédentes ont généralement soit emporté les capteurs nécessaires, soit atterri dans un environnement où le mouvement local du sable et le soulèvement de la poussière sont importants, mais jamais les deux en même temps. Plus récemment, le rover Curiosity avait observé d'importants mouvements de sable ainsi que de nombreux tourbillons de poussière, mais n'avait pas pu mesurer précisément les vents, tandis que l'atterrisseur InSight a pu détecté des tourbillons mais sans pouvoir imager les changements de surface mineurs et aucun tourbillon de poussière.


En revanche, le rover Perseverance transporte les capteurs atmosphériques et de poussière les plus sophistiqués jamais envoyés sur Mars. L'analyseur de dynamique environnementale de Mars (MEDA) comprend de nouveaux senseurs de rayonnement et de poussière (RDS), qui détectent les nuages de poussière et les tourbillons  via des modifications de la lumière solaire directe et dispersée à une fréquence de 1 Hz, simultanément avec les mesures par MEDA de la pression, de la température, de la force du vent, de l'humidité relative et également des flux radiatifs avec le capteur infrarouge thermique (TIRS) de MEDA. 


En combinaison, les mesures RDS et TIRS du rayonnement à ondes courtes, , fournissent respectivement des informations sur l'albédo et sur les changements d'albédo liés au nettoyage ou au dépôt de la poussière de surface. L'ajout du RDS et du TIRS permet ainsi à MEDA de suivre dans le temps le passage des phénomènes poussiéreux autour et au-dessus du rover, sur une grande partie de chaque sol et de relier cela, à la fois aux relevés chronologiques météorologiques et aux changements de surface,  ce qui seraient impossible avec l'imagerie en raison de l'énorme quantité de ressources (caméras, alimentation,  volume de données) qui seraient nécessaires. 


Persévérance transporte également les premiers microphones à fonctionner sur Mars, qui fournissent des informations sur la turbulence, les vortex et l'activité du vent et des caméras haute résolution, y compris les caméras de navigation (Navcams) et Mastcam-Z, qui peuvent être utilisées pour imager l'activité et les caractéristiques éoliennes, telles que les diables de poussière et les stries sablonneuses à la surface. 


Plus important encore, le cratère Jezero contient de nombreuses caractéristiques de surface éoliennes, imagées à la fois à partir de l'orbite et depuis l'atterrissage, ainsi des dizaines d'exemples d'activité éolienne ont été observés au cours des 216 premiers sols de la mission, couvrant le début du printemps jusqu'au début de l'été, comme décrit en détail ci-dessous. 
La mission Mars 2020 est ainsi une combinaison presque parfaite d'instrumentation et d'environnement pour étudier les connexions atmosphériques et éoliennes...


Pour ceux qui le peuvent et qui le souhaitent, une lecture intégrale de l'article en anglais donnera de plus amples détails sur cette passionnante étude.
 

Edited by Huitzilopochtli
  • Thanks 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Persévérance sélectionne maintenant ses propres cibles pour les tirs laser de la SuperCam


Écrit par Roger Wiens, chercheur principal, SuperCam / co-chercheur,


https://mars.nasa.gov/mars2020/mission/status/383/perseverance-now-selects-its-own-targets-to-zap/


Persévérance poursuit son chemin dans Hawksbill Gap, faisant des observations par télédétection dans les couches rocheuses affleurantes, à la recherche d'un bon endroit pour prélever un échantillon. Étant donné que le rover se trouve dans le quadrilatère de Shenandoah, nous choisissons des noms de cible provenant du parc national de Shenandoah aux USA. Certains des noms de la semaine dernière étaient "Bald Face Mountain", "Little Devil Stairs", "Sunset Hill", "Luck Hollow" et "Moody Creek". Persévérance a enregistré une progression de  près de 400 mètres dans la semaine du 15 au 21 mai, atteignant une distance totale depuis l'atterrissage jusqu'au  sol 446 de 11,8 km .


Autre première, Perseverance a sélectionné deux cibles au Sol 442 et les a vaporisé avec le laser SuperCam pour déterminer leurs compositions élémentaires. Notez que c'est le rover lui-même qui a choisi les cibles, et non pas l'équipe des opérations. 


1342


La SuperCam de Perseverance utilise AEGIS pour la première fois :  Image Navcam du secteur  dans lequel  le logiciel AEGIS embarqué a sélectionné deux cibles rocheuses pour effectuer deux tirs laser de la SuperCam suivis des analyses chimiques. Crédits : NASA/JPL-Caltech.


Normalement, lorsque l'équipe sélectionne les cibles, les observations ne sont faites que le lendemain. Si Perseverance choisit ses propres cibles, il peut réaliser les tirs juste après un trajet, plusieurs heures avant que l'équipe du rover sur Terre n'ait le temps de recevoir et d'analyser les images Navcam du nouvel emplacement du rover et de sélectionner eux même les cibles. Avoir les résultats SuperCam immédiatement peut alerter l'équipe de compositions inhabituelles, cela à temps pour prendre des décisions sur d'autres analyses avant que le rover ne se déplace. Le progiciel qui permet cette sélection de cible s'appelle Autonomous Exploration for Gathering Enhanced Science, ou AEGIS, et a été développé au JPL pour les précédentes missions de rover mais adapté pour SuperCam sur Perseverance. 


AEGIS demande que des images Navcam soient prises, puis il les analyse pour trouver des roches et les hiérarchiser pour examens approffondis en fonction de la taille, de la luminosité et de plusieurs autres caractéristiques. Il lance ensuite une séquence dans laquelle SuperCam déclenche son laser pour déterminer la composition chimique d'une ou deux cibles prioritaires sélectionnées à partir des images Navcam.


26782_PIA25289-web.jpg


Les tests AEGIS sur Perseverance ont commencé en mars en collectant des images SuperCam Remote Micro-Imager (RMI) mais sans tirer avec le laser. Après avoir peaufiné plusieurs paramètres lors de tests successifs, le laser a été utilisé pour la première fois par AEGIS la semaine dernière. Les images ci-jointes montrent les roches qui ont été sélectionnées et atteintes par les tirs laser. Des images RMI ont été prises après les tirs laser pour indiquer où le laser a tiré.

 


Grand panorama du sol 454, LMastcam-Z, de Charborob (UMSF)


index.php?act=attach&type=post&id=51185


Première abrasion de la campagne delta au Sol 452  par PaulH51 (UMSF)


index.php?act=attach&type=post&id=51154


Version en fausses couleurs de Tau :


index.php?act=attach&type=post&id=51183


Peut-être le prélude d'un premier prélèvement fournissant l'indiscutable preuve d'une vie spécifiquement martienne ?... :)

Edited by Huitzilopochtli
  • Like 3
  • Thanks 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Quelques bizarreries géologiques imagées le 13 juin (Sol 467) par la Mastcam-Z, comme cet étrange rocher "fakir" :

Perseverance_220613_ZL0_0467_0708390209_428EBY_N0260756ZCAM08487_1100LMJ.png.965e7e7c1b2445d82bb6819833f3f739.png

Perseverance_220613_ZL0_0467_0708390209_428EBY_N0260756ZCAM08487_1100LMJ_rocher-fakir.png.a11941808771bc4ab94cb866eb3deb70.png

https://mars.nasa.gov/mars2020/multimedia/raw-images/ZL0_0467_0708390209_428EBY_N0260756ZCAM08487_1100LMJ

 

 

... ou cet autre qui semble provenir d'une sorte de machinerie industrielle délabrée :

Perseverance_220613_ZR0_0467_0708388608_428EBY_N0260756ZCAM08487_1100LMJ.png.9023c295701e50d8cf09d6efe1ceacdf.png

https://mars.nasa.gov/mars2020/multimedia/raw-images/ZR0_0467_0708388608_428EBY_N0260756ZCAM08487_1100LMJ

 

Juste derrière cette dernière, par un curieux hasard, un morceau d'isolant thermique provenant probablement d'un des boucliers, était venu s'échouer sur le chemin de Persévérance :

Perseverance_220613_ZR0_0467_0708389164_428EBY_N0260756ZCAM08487_1100LMJ.png.20033b17236227a472d02096aed9d1fa.png

https://mars.nasa.gov/mars2020/multimedia/raw-images/ZR0_0467_0708389164_428EBY_N0260756ZCAM08487_1100LMJ

 

----> article de Ciel & Espace : 

https://www.cieletespace.fr/actualites/sur-mars-perseverance-rencontre-un-debris-de-protection-thermique

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now