symaski62

mars 2020 rover

Recommended Posts

MOXIE a établi plusieurs records consécutifs de production d'oxygène sur Mars 


Le 22 décembre 2022. Écrit par Forrest Meyen, membre de l'équipe scientifique MOXIE 


https://mars.nasa.gov/mars2020/mission/status/


Persévérance possède un dispositif unique qui aspire l'atmosphère de Mars et exhale de l'oxygène pur. Cet appareil s'appelle MOXIE, l'expérience d'utilisation des ressources in situ d'oxygène sur Mars. Le MOXIE, de la taille d'un grille-pain, utilise un processus électrochimique à haute température appelé électrolyse d'oxyde solide pour éliminer les ions oxygène du dioxyde de carbone de l'atmosphère martienne. Il y a deux petits ports de sortie de gaz sur MOXIE : un où l'oxygène s'échappe pour potentiellement être stocké et un autre où un mélange de monoxyde et de dioxyde de carbone n'ayant pas réagi est évacué.


MOXIE est important comme étant une première démonstration de l'utilisation des ressources in situ (ISRU) sur une autre planète que la notre, un ensemble de technologies qui permettraient à des martionautes d'être relativement autonomes en certains domaines. Beaucoup de gens supposent que cela signifie que le but principal de MOXIE est de produire de l'oxygène pour que les futurs astronautes puissent respirer. Bien qu'il s'agisse certainement d'une application, l'utilisation la plus importante des futurs appareils technologiques dont MOXIE est le prototype, sera de produire de l'oxygène comme oxydant pour les fusées devant ramener les explorateurs sur Terre au terme de leurs missions martiennes.


26213_PIA24203_web.jpg


Sur cette image, l'instrument MOXIE (Mars Oxygen In-Situ Resource Utilization Experiment) recouvert d'une très fine couche d'or, est installé à l'intérieur du rover Persévérance. Crédits : NASA/JPL-Caltech.


MOXIE fournit des informations sur Mars, et la technologie ISRU en faisant ses preuves dans des conditions météorologiques martiennes très spéciales. L'atmosphère dans Jezero Crater, l'emplacement actuel de Persévérance, a atteint un pic de pression pour l'été au milieu de l'année. C'était l'occasion idéale pour l'équipe scientifique de MOXIE de monter en régime son fonctionnement, et de tester à quelle vitesse nous pouvions produire de l'oxygène. Ce test a eu lieu sur le Sol 534 (22 août 2022) et a produit un pic de 10,44 grammes par heure d'oxygène. Cela représentait un nouveau record pour la production d'oxygène sur Mars ! L'équipe était ravie de dépasser  l'objectif de conception de 6 grammes par heure, avec  4,4 grammes supplémentaires. Le débit maximal a été maintenu pendant 1 minute sur les 70 minutes d'oxygène produites pendant l'essai.


Une nouvelle opportunité d'exploitation de MOXIE s'est présentée récemment. Malgré la pression atmosphérique décroissante, au Sol 630 (28 novembre 2022) MOXIE a réussi à battre à nouveau le record et à produire près de 10,56 grammes par heure. La production d'oxygène a été maintenue à 9,79 grammes par heure pendant près de 40 minutes. Ces chiffres peuvent sembler faibles, mais les cycles de production sont limités par la puissance disponible du rover. De plus, la technologie MOXIE a été miniaturisée pour s'adapter à l'espace limité disponible sur Perseverance. Une évolution de "MOXIE", pour une mission humaine sur Mars, produirait de l'oxygène près de 200 fois plus vite et fonctionnerait en continu pendant plus d'un an.


Chaque personne qui ont participé à la conception de MOXIE, ainsi que les futurs martionautes, ont beaucoup à célébrer à propos de cette étape importante.


Huit ans se sont écoulés depuis que j'ai commencé à travailler sur MOXIE en tant qu'étudiant diplômé au MIT. Au cours de cette période, j'ai grandi avec ce projet et consacré ma carrière à la découverte et à l'utilisation de ressources spatiales. Je profite de ces résultats, pour me réjouir et réfléchir à la persévérance nécessaire pour créer de nouvelles technologies pour notre prochain saut dans le cosmos.
 

  • Like 3
  • Thanks 4

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 43 minutes, Huitzilopochtli a dit :

Sur cette image, l'instrument MOXIE

 

Duct tape, duct tape everywhere!!!

  • Haha 4

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et voila ! Du bon boulot de fait ! Mais le plus difficile reste à faire : ramener les précieux tubes sur notre planète bleue...

Percy de son côté va reprendre la route et explorer de nouvelles contrées 

 

Traduction automatique :

 

https://www.nasa.gov/feature/jpl/nasa-s-perseverance-rover-completes-mars-sample-depot


Le rover Perseverance  achève le dépôt d’échantillons martien
Dix tubes d’échantillonnage, capturant une variété étonnante de géologie martienne, ont été déposés à la surface de Mars afin qu’ils puissent être étudiés sur Terre à l’avenir.


Moins de six semaines après le début, la construction du premier dépôt d’échantillons sur un autre monde est terminée. La confirmation que le rover martien Perseverance de la NASA a largué avec succès le 10e et dernier tube prévu pour le dépôt a été reçue vers 5 h PST (8 h HNE) le dimanche 29 janvier par les contrôleurs de mission du Jet Propulsion Laboratory de l’agence en Californie du Sud. Cette étape majeure impliquait une planification et une navigation de précision pour s’assurer que les tubes pourraient être récupérés en toute sécurité à l’avenir par la campagne Mars Sample Return de la NASA-ESA (Agence spatiale européenne), qui vise à apporter des échantillons de Mars sur Terre pour une étude plus approfondie.

 

Tout au long de ses campagnes scientifiques, le rover a prélevé une paire d’échantillons de roches que l’équipe de la mission juge scientifiquement significatives. Un échantillon de chaque paire prélevé jusqu’à présent se trouve maintenant dans le dépôt soigneusement aménagé dans la région des « Trois Fourches » du cratère Jezero. Les échantillons du dépôt serviront d’ensemble de secours tandis que l’autre moitié restera à l’intérieur de Perseverance, qui serait le principal moyen de transmettre les échantillons à un atterrisseur de récupération d’échantillons dans le cadre de la campagne.
Les scientifiques de la mission pensent que les carottes de roches ignées et sédimentaires fournissent une excellente coupe transversale des processus géologiques qui ont eu lieu à Jezero peu de temps après la formation du cratère il y a près de 4 milliards d’années. Le rover a également déposé un échantillon atmosphérique et ce qu’on appelle un tube « témoin », qui est utilisé pour déterminer si les échantillons prélevés pourraient être contaminés par des matériaux qui ont voyagé avec le rover depuis la Terre.

 

Les tubes en titane ont été déposés à la surface selon un motif complexe en zigzag, chaque échantillon étant espacé de 15 à 50 à 5 mètres (15 à 7 pieds) les uns des autres pour s’assurer qu’ils pourraient être récupérés en toute sécurité. Pour ajouter du temps au processus de création du dépôt, l’équipe devait cartographier avec précision l’emplacement de chaque combinaison de tubes et de gants (adaptateurs) de 18 pouces de long (6,<> centimètres de long) afin que les échantillons puissent être trouvés même s’ils étaient couverts de poussière. Le dépôt se trouve sur un terrain plat près de la base de l’ancien delta fluvial surélevé en forme d’éventail qui s’est formé il y a longtemps lorsqu’une rivière s’est jetée dans un lac.

« Avec le dépôt de Three Forks dans notre rétroviseur, Perseverance se dirige maintenant vers le delta », a déclaré Rick Welch, chef de projet adjoint de Perseverance au JPL. « Nous ferons notre ascension via la route 'Hawksbill Gap' que nous avons explorée précédemment. Une fois que nous aurons dépassé l’unité géologique que l’équipe scientifique appelle « Rocky Top », nous serons dans un nouveau territoire et commencerons à explorer le Delta Top.


Prochaine campagne scientifique

Le passage de l’affleurement de Rocky Top représente la fin de la campagne Delta Front du rover et le début de la campagne Delta Top du rover en raison de la transition géologique qui a lieu à ce niveau.

« Nous avons constaté que de la base du delta jusqu’au niveau où se trouve Rocky Top, les roches semblent avoir été déposées dans un environnement lacustre », a déclaré Ken Farley, scientifique du projet Perseverance à Caltech. Et ceux juste au-dessus de Rocky Top semblent avoir été créés dans ou à la fin d’une rivière martienne se jetant dans le lac. Au fur et à mesure que nous remontons le delta dans un cadre fluvial, nous nous attendons à nous déplacer dans des roches composées de grains plus gros – du sable aux gros rochers. Ces matériaux proviennent probablement de roches à l’extérieur de Jezero, se sont érodés puis ont été emportés dans le cratère.

L’un des premiers arrêts que le rover fera au cours de la nouvelle campagne scientifique est à un endroit que l’équipe scientifique appelle « l’unité curviligne ». Essentiellement un banc de sable martien, l’unité est faite de sédiments qui ont été déposés dans un coude de l’un des canaux fluviaux entrants de Jezero. L’équipe scientifique pense que l’unité curviligne sera un excellent endroit pour chasser d’intrigants affleurements de grès et peut-être de mudstone, et pour avoir un aperçu des processus géologiques au-delà des parois du cratère Jezero.

 


 

pia25340-e1-last-tube-1041.jpg

La caméra WATSON du rover Perseverance a pris cette image du 10e et dernier tube à être déployé lors de la création du premier dépôt d’échantillons sur un autre monde, le 28 janvier 2023, le 690e jour martien, ou sol, de la mission.

Edited by jackbauer 2
  • Like 6
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut à tous,


Après un petit intermède chirurgicale aux conséquences assez douloureuses, je me permets de récapituler le suivi des opérations de Percy dans le cratère Jézero, sans oublier celui de son petit compagnon aérien qui poursuit pour sa part ses évolutions aériennes dans le ciel martien.


Merci à tous de ne pas vous être trop inquiété de mon silence. xD


Je reprends donc l'histoire depuis sa brutale interruption tout en remerciant Jack' pour son post sur le dépôts des echantillons et dont je redonne aussi un autre commentaire. 

 

Du 7 janvier 2022,  


Ingenuity  effectuait son premier vol en 2023, volant sur 111 mètres, des aérodromes de Y à Z, à une altitude de 10 mètres et à une vitesse de 12,6 km/heure. Le vol avait duré 74,3 secondes, direction nord-est, pour imagé une section de la "bande de bacon"  testant le nouveau logiciel de vol, avant de retourner à la méga-ondulation d'où son envol avait débuté. 


index.php?act=attach&type=post&id=52461


index.php?act=attach&type=post&id=52462

 


Percy utilise la Force!


Écrit par Denise Buckner, étudiante collaboratrice à l'Université de Floride


https://mars.nasa.gov/mars2020/mission/status/432/use-the-force-percy/


ZR0_0669_0726335209_613EBY_N0320580ZCAM0


Cette image d'un tube contenant un échantillon de roche a été prise par Mastcam-Z au Sol 669 (7 janvier 2023). Des échantillons sont actuellement déposés par le rover Perseverance dans la région de Three Forks du cratère Jezero, pour un retour potentiel sur Terre. Crédits : NASA/JPL-Caltech/ASU. Télécharger l'image ›


Que voyez-vous sur l'image ci-dessus - un sabre laser abandonné par un chevalier Jedi, gisant oublié au milieu du sable de Tattoine ? Cela peut ressembler à une scène tout droit sortie de Star Wars, mais parfois la réalité ressemble au cinéma. Le "sabre laser" est en fait un tube d'échantillonnage d'environ 18 cm de long contenant une carotte de roche forée par le rover Perseverance, pour un retour potentiel  sur Terre. Non pas il y a longtemps dans une galaxie lointaine, ce petit tube a été largué il y a quelques jours à peine, le 3 janvier 2023, à un endroit soigneusement sélectionné dans la région des «trois fourches», qui se trouve dans un ancien lit de lac desséché. Ce tube est l'un des 10 qui sont actuellement déposés dans un processus de "constitution de dépôt" qui devrait prendre environ un mois.

 


Persévérance a passé près d'une année martienne complète (soit 699 sols, cela correspond à environ 687 jours terrestres) à collecter ces échantillons au cours de sa "mission principale", en utilisant des instruments embarqués pour effectuer des analyses robotiques de la roche et de l'atmosphère, pour aider les scientifiques et les ingénieurs a decider où percer chaque carotte. Jusqu'à présent, Persévérance a pris deux carottes appariées lors de chaque événement d'échantillonnage, en déposant une dans le cache de sauvegarde Three Forks et en stockant le duplicata à bord dans un cache principal qui restera dans le rover pendant qu'il poursuit sa traversée jusqu'au sommet du delta. Au cours de cette phase "prolongée" de la mission, d'autres échantillons seront ajoutés à la cache principale, qui seront transportés par Persévérance au fur et à mesure que la traversée du delta se poursuit. L'une des caches sera récupérée et renvoyée sur Terre dans le cadre de la Mission Mars Sample Return (MSR) en 2031.


Image dee Neo56 (UMSF) :

 

Eighth sample tube dropped off - Perseverance, sol 680

 

 

Un tour autour du soleil : Persévérance célèbre une année martienne dans Jezero 


Ecrit par Brad Garczynski, étudiant collaborateur à l'Université Purdue


Le 25 janvier 2023


MarsPerseverance-web.jpg


Une vue de Hawksbill Gap et de la future trajectoire transversale du rover Perseverance. Après l'achèvement des activités de dépôt d'échantillons à «Three Forks», Perseverance remontera sur le delta, ici, pour commencer la prochaine campagne scientifique de la mission. Crédits : NASA/JPL-Caltech/ASU/MSSS


Bonne année martienne à Jezero ! Persévérance et l'équipe ont récemment célébré une année martienne (668 sols ou 687 jours terrestres) sur la planète rouge tout en continuant à déposer certains de nos tubes d'échantillons au dépôt "Three Forks". La célébration a également marqué la fin de notre mission principale alors que nous passons à notre phase de mission prolongée et visons le sommet du delta. Cela a été une célébration appropriée et la fin de notre mission principale, car chaque tube d'échantillon que nous laissons tomber est un souvenir qui rafraîchit la mémoire et nous rappelle tout ce que nous avons accompli jusqu'à présent. 


1534_Bearswallow.jpg


Tube d'échantillon Bearwallow :  Le rover Perseverance Mars de la NASA a utilisé sa caméra WATSON (Wide Angle Topographic Sensor for Operations and eNgineering camera) pour acquérir cette image du tube d'échantillon Bearwallow après sa chute sur le sol 675 (12 janvier 2023). Il s'agissait du septième échantillon abandonné sur les dix à être inclus dans la cache de contingence à "Three Forks". Crédits : NASA/JPL-Caltech/MSSS.


Bien que notre principale priorité dans la zone du dépôt ait été de construire la cache d'échantillons d'urgence, l'équipe a réussi à continuer à collecter des données scientifiques précieuses. Nous avons utilisé notre charge utile de télédétection, y compris les instruments SuperCam et Mastcam-Z, pour caractériser la diversité des roches autour du rover et effectuer des observations à plus longue distance des affleurements du delta. Nous avons également effectué nos observations atmosphériques standard pour surveiller l'environnement de Jezero en plus de documenter les changements entraînés par le vent dans la poussière et le sable autour de la cache d'échantillons.


LRF_0669_0726332476_264EBY_N0320580SCAM0


Cette image du micro-imageur à distance SuperCam (RMI) montre la cible du lac Frazer à l'emplacement du dépôt d'échantillons "Three Forks". Crédits : NASA/JPL-Caltech/LANL/CNES/IRAP.


Après l'achèvement prochain de la 10e et dernière chute de tubes d'échantillons à «Three Forks», Perseverance commencera son ascension du delta de Jezero via Hawksbill Gap pour débitter la prochaine campagne scientifique. L'équipe a discuté sur la planification de notre future traversée et des observations qui continueront à éclairer l'histoire géologique du cratère. Les roches au sommet du delta fourniront des indices importants sur la nature et la chronologie des anciens environnements aquatiques et un enregistrement des sédiments lavés du bord du cratère et au-delà. Avec la mission principale derrière nous, nous sommes impatients de nous appuyer sur nos explorations précédentes à Jezero et de voir quelles nouvelles aventures et histoires la prochaine année martienne apportera.


Lever de soleil imagé sur sol 691 image de Neo56 (UMSF)


52659690530_abeddc75a4_z.jpg

 

À la recherche d'un trésor enfoui sur Mars avec RIMFAX


Écrit par Elisha Jhoti, Ph.D. Étudiant à Université de Californie, Los Angeles


 Le 26 janvier 2023


https://mars.nasa.gov/mars2020/mission/status/436/searching-for-buried-treasure-on-mars-with-rimfax/
24912_PIA23824-RoverWithHelicopter-800w.


RIMFAX est un instrument situé sous le rover à l'arrière (forme papillon). Crédits : NASA/JPL-Caltech


RIMFAX est un radar à pénétration de sol ou GPR, situé en bas à l'arrière du rover. RIMFAX utilise des ondes radio pour imager les couches rocheuses souterraines pendant que le rover avance. Il s'agit du premier instrument de ce type envoyé par la NASA sur Mars et il peut « voir » jusqu'à 10 mètres de profondeur. Pendant que le rover roule, RIMFAX envoie un signal radio sous la surface. Lorsque les ondes radio rencontrent une nouvelle couche rocheuse, certaines ondes rebondissent vers un récepteur dans l'instrument. RIMFAX détecte ces signaux de retour et les stocke, créant une image des couches rocheuses souterraines. La vitesse à laquelle les ondes traversent la roche dépend des propriétés de la roche, résumées par une quantité appelée permittivité. Différents types de roches ont des valeurs de permittivité connues ; par conséquent, les scientifiques peuvent contraindre le type de roche de chaque couche. L'inclinaison des couches indique également les conditions dans lesquelles elles ont été déposées.


25300_PIA24047-800.jpg

 

RIMFAX at Work on NASA's Perseverance (Illustration) : concept d'artiste montrant comment l'instrument RIMFAX fonctionne sur Mars, envoyant des ondes radio sous la surface, qui se reflètent sur les couches rocheuses du sous-sol. Crédits : NASA/JPL-Caltech/FFI.


Déterminer l'ordre dans lequel les différentes couches de roches ont été déposées permet aux scientifiques de démêler l'histoire climatique de la région et pourrait nous dire si de l'eau liquide y existait autrefois et pendant combien de temps. Les premiers résultats renvoyés par RIMFAX depuis le fond du cratère montrent que le GPR fonctionne très bien sur Mars, même par rapport à la plupart des endroits sur Terre ! En effet, il fait si froid sur Mars qu'il n'y a pas d'eau liquide sous la surface, ce qui limite la pénétration des ondes radar . Les résultats ont montré que les couches rocheuses ont une valeur de permittivité élevée, correspondant aux roches ignées, alors que l'inclinaison des couches rocheuses indique qu'elles pourraient avoir été déposées par une longue période d'activité volcanique ou lorsque le cratère était recouvert d'eau liquide. Déterminer lequel de ces processus a formé les couches souterraines peut être facilité par la collecte de plus de données au fur et à mesure que Perserverance avance et par les observations des autres instruments du rover. Depuis qu'il a quitté le fond du cratère, RIMFAX a également détecté des roches sédimentaires ainsi que des roches ignées. Ces informations fourniront un contexte utile aux scientifiques de retour sur Terre lorsqu'ils analyseront les échantillons du rover.


De Neville Thompson (UMSF)


52669912994_6d0965a087_6k.jpg

 

Journées martiennes nuageuses 


Écrit par Priya Patel (UCL, JPL), Leslie Tamppari (JPL), Claire Newman (Aeolis Research) et Mark Lemmon (SSI), le 03 février 2023


https://mars.nasa.gov/mars2020/mission/status/438/cloudy-sols-are-here-again/
NLF_0691_0728260483_880ECM_N0321184NCAM0


Cette image a été prise juste avant le lever du soleil, caméra pointant vers l'est. Le rover  Perseverance  a acquis cette image à l'aide de sa caméra de navigation gauche (Navcam) embarquée. La caméra est située en hauteur sur le mât du rover et aide à la conduite. Cette image a été acquise le 29 janvier 2023 (Sol 691) à l'heure solaire moyenne locale de 06:14:49. Crédits : NASA/JPL-Caltech.


Les nuages martiens ressemblent beaucoup aux cirrus de la Terre mais en plus fins. Alors que les nuages terrestres peuvent contenir de l'eau liquide, les basses températures et pressions sur Mars ne permettent que la formation de nuages de glace d'eau (et de glace de CO2). Cependant, ces nuages de glace d'eau sont optiquement fins en raison des faibles quantités d'eau présentes dans l'atmosphère martienne ; si toute l'eau était à la surface, cela ferait à peine une couche de quelques mm .


L'étude des nuages nous aide à comprendre l'atmosphère et le fonctionnement du cycle de l'eau sur Mars, actuellement, comme la façon dont la vapeur d'eau est transportée par la circulation atmosphérique et la façon dont les températures et l'abondance de l'eau varient avec l'altitude. En observant le mouvement des nuages, nous pouvons également en apprendre davantage sur les vitesses et les directions du vent d'altitude dans l'atmosphère, que nous n'avons aucun moyen de mesurer autrement. Bien qu'ils soient minces, ces nuages ont toujours un impact sur le réchauffement et le refroidissement de l'atmosphère actuelle, et dans le passé, les nuages ont peut-être joué un rôle beaucoup plus important dans le maintien d'une atmosphère plus chaude qui aurait permis à l'eau liquide de s'écouler en surface .


Il existe des modèles saisonniers dans les nuages martiens. Pendant quelques mois autour du solstice d'été du nord, les engins spatiaux orbitaux observent beaucoup d'activité nuageuse entre ~10° sud et 30° de latitude nord. Parce que Persévérance explore le cratère Jezero, qui est situé à environ 18° nord, nous sommes dans un endroit idéal pour observer ces nuages depuis la surface ! Nous sommes actuellement à plus d'un mois du début de cette saison nuageuse, mais nous commençons déjà à voir plus d'activité dans les nuages. L'image montrée a été prise par la caméra de navigation du rover (Navcam) au sol 691 de la mission, peu avant le lever du soleil en regardant vers l'est, et montre de fines couches de nuages illuminées par le Soleil levant.
Nous prenons régulièrement des images et des films Navcam pour étudier la synchronisation, le mouvement et la morphologie des nuages au-dessus du cratère.


 Lorsqu'il y a beaucoup de nuages autour, nous prenons également des images Mastcam-Z (qui contiennent plus d'informations spectrales) pour en savoir plus sur la composition de ces nuages, comme la taille moyenne des particules. Nous surveillons également les nuages à l'aide des capteurs Mars Environmental Dynamics Analyzer (MEDA). Le capteur de rayonnement et de poussière (RDS) de MEDA mesure le rayonnement solaire entrant à différentes longueurs d'onde et peut les détecter lorsque les nuages bloquent ou dispersent une partie de la lumière solaire atteignant les capteurs. Le capteur infrarouge thermique (TIRS) de MEDA mesure le rayonnement thermique du ciel et de la surface et peut également fournir d'autres informations. Par exemple, si des nuages sont présents au coucher du soleil, la température de surface chute plus lentement que d'habitude après le coucher du soleil, car même ces nuages minces émettent suffisamment de rayonnement thermique vers le bas pour continuer à réchauffer la surface. Enfin, la caméra Skycam orientée vers le haut de MEDA prend quotidiennement des images à la recherche de nuages.


Nous nous attendons à  une importante augmentation de nuages à mesure que nous entrerons dans cette saison , nous serons donc à l'affût d'une activité nuageuse intéressante dans nos observations. Vers la fin de la saison nuageuse de l'année dernière, nous avons vu quelque chose qui n'avait jamais été trouvé auparavant au-delà de la Terre : un halo autour du Soleil, qui a duré plusieurs heures. Les halos sont causés par la lumière réfractée et réfléchie par de gros cristaux de glace, qui ne peuvent se former que lorsqu'il y a une concentration suffisamment importante de vapeur d'eau. Nous surveillerons certainement à nouveau les halos vers la fin octobre.


 

 

 

 

  • Like 4
  • Thanks 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 37 minutes, Huitzilopochtli a dit :

Merci à tous de ne pas vous être trop inquiété de mon silence. xD

On peut peut être te souhaiter un prompt rétablissement :)

Bonne journée,

AG

  • Like 1
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,


"Three Forks" et après...


https://mars.nasa.gov/news/9337/nasas-perseverance-rover-completes-mars-sample-depot/


Traduction automatique corrigée :


9337_PIA25681-FigureA-web.jpg


Le rover Perseverance Mars a pris un selfie avec plusieurs des 10 tubes d'échantillons qu'il a déposés dans un dépôt d'échantillons  surnommée "Three Forks", qu'il était en train de créer dans une zone du cratère Jezero ". Crédits : NASA/JPL-Caltech/MSSS.


Dix tubes d'échantillons, réunissant une étonnante variété de prélèvements de la géologie martienne, ont été déposés à la surface de Mars afin qu'ils puissent être (éventuellement) étudiés sur Terre dans l'avenir.


Moins de six semaines après son début , l'établissement d'un premier dépôt d'échantillons martien est terminée. La confirmation que le rover Perseverance a réussi à larguer le 10e et dernier tube prévu pour ce dépôt a été reçue vers 17 h 00 HNP (20 h 00 HNE) le dimanche 29 janvier par les contrôleurs de mission du Jet Propulsion Laboratory. Cette étape majeure impliquait une planification et une navigation de précision pour garantir que les tubes pourraient être récupérés en toute sécurité dans le futur par la campagne de retour d'échantillons de Mars de la NASA-ESA (Agence spatiale européenne) , qui vise à ramener des échantillons de Mars sur Terre pour une étude approfondie.


27267_PIA25340-web.jpg


WATSON Documents. Dernier tube déposé au dépôt d'échantillons "Three Forks": Le rover Perseverance a largué le dernier des 10 tubes au dépôt d'échantillons le 28 janvier 2023, au 690e jour martien de la mission. Crédits : NASA/JPL-Caltech/MSSS. 


Tout au long de ses campagnes scientifiques, le rover a prélevé deux échantillons de roches que l'équipe de la mission juge scientifiquement intéressantes. Un échantillon de chaque paire prélevée jusqu'à présent se trouve maintenant dans le dépôt soigneusement aménagé dans la région des «trois fourches» du cratère Jezero. Les échantillons de dépôt serviront d'ensemble de sauvegarde, tandis que l'autre moitié restera à l'intérieur de Perseverance, qui serait le principal et prioritaire moyen de transmettre des échantillons à un Sample Retrieval Lander dans le cadre de la campagne de retour vers la Terre.


Les scientifiques de la mission pensent que les carottes de roches ignées et sédimentaires fournissent une excellente coupe transversale des processus géologiques qui ont eu lieu dans Jezero, peu de temps après la formation du cratère, il y a près de 4 milliards d'années. Le rover a également déposé un échantillon atmosphérique et ce qu'on appelle un tube " témoin" , qui est utilisé pour déterminer si les échantillons collectés pourraient être contaminés par des matériaux qui ont voyagé avec le rover depuis la Terre.


27268_PIA25682-web.jpg


Carte du dépôt d'échantillons "Three Forks" : Cette carte montre où le rover Perseverance  a déposé chacun de ses 10 échantillons - un des exemplaires de chaque paire prélevée jusqu'à présent - afin qu'une future mission puisse (possiblement) les récupérer. Après cinq semaines de travail, le dépôt d'échantillons a été achevé le 24 janvier 2023, le 687e jour de la mission. Crédits : NASA/JPL-Caltech.


Les tubes de titane ont été déposés sur la surface selon un motif en zigzag complexe, chaque échantillon étant distant d'environ5 à 15 mètres l'un de l'autre, pour garantir leur récupération en toute sécurité. En ajoutant du temps au processus de création du dépôt, l'équipe devait cartographier avec précision l'emplacement de chaque  tube et adaptateur de 18,6 centimètres de long, afin que les échantillons puissent être trouvés même s'ils étaient couverts de poussière. Le dépôt se trouve sur un terrain plat près de la base de l'ancien delta surélevé en forme d'éventail qui s'est formé il y a longtemps lorsqu'une rivière s'y déversait dans un lac.


"Avec le dépôt de Three Forks achevé, Perseverance se dirige maintenant vers le delta", a déclaré Rick Welch, chef de projet adjoint de Perseverance au JPL. « Nous exéturons l'ascension par la route « Hawksbill Gap » que nous avons explorée précédemment. Une fois que nous aurons dépassé l'unité géologique que l'équipe scientifique appelle « Rocky Top » ( au sommet du Delta), nous serons dans un nouveau territoire et commencerons à explorer ce nouveau secteur. »


La prochaine campagne scientifique :


Le passage de l'affleurement Rocky Top représente la fin de la campagne Delta Front du rover et le début de la campagne Delta Top, en raison de la transition géologique qui a lieu à ce niveau.


"Nous avons constaté que depuis la base du delta jusqu'au niveau où se trouve Rocky Top, les roches semblent avoir été déposées dans un environnement lacustre", a déclaré Ken Farley, scientifique du projet Perseverance à Caltech. "Et ceux juste au-dessus de Rocky Top semblent avoir été créés dans ou à la fin d'une rivière martienne juste avant qu'elle ne se jette dans le lac. Au fur et à mesure que nous remontons le delta dans le paleo-environnement fluvial, nous nous attendons à nous déplacer dans un milieu de roches composées de grains plus gros - du sable aux gros rochers. Ces matériaux proviennent probablement de roches à l'extérieur de Jezero, érodés puis lavés dans le cratère.


L'un des premiers arrêts que le rover effectuera au cours de la nouvelle campagne scientifique se situe à un endroit que l'équipe scientifique appelle «l'unité curviligne». Essentiellement un banc de sable martien, l'unité est constituée de sédiments qui, il y a des éons, ont été déposés dans un coude de l'un des canaux fluviaux entrants dans Jezero. L'équipe scientifique pense que l'unité curviligne sera un excellent endroit pour rechercher des affleurements intrigants de grès, et peut-être de mudstone, cela pour avoir un aperçu des processus géologiques ayant existé au-delà des parois du cratère Jezero.


De Neville Thompson (UMSF) :


http://www.gigapan.com/gigapans/231746


http://www.gigapan.com/gigapans/231748


http://www.gigapan.com/gigapans/231761


De tau (UMSF) quelques roches particulières :


index.php?act=attach&type=post&id=52621


index.php?act=attach&type=post&id=52623


index.php?act=attach&type=post&id=52625


index.php?act=attach&type=post&id=52627

 

  • Like 7
  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Jolies roches 8zi :) la première ressemble à une tête de mouton ;)

Bonne soirée,

AG

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 55 minutes, Huitzilopochtli a dit :

Les tubes de titane ont été déposés sur la surface selon un motif en zigzag complexe, chaque échantillon étant distant d'environ5 à 15 mètres l'un de l'autre, pour garantir leur récupération en toute sécurité

 

Merci Huitzy'.. Bienvenue au club des "charcutés" (4 interventions et 4 anesthésies générales en 3 mois pour ma part)..

J'espère que tout va mieux pour toi.

 

En première approche il est difficile de comprendre  le pourquoi "d'un motif en zigzag complexe" ????... Pour embrouiller de potentiels voleurs extraterrestres ?? -_-

 

Sauf que, je cite ce qui est écrit plus haut :

"Vous ne pouvez pas simplement les déposer en tas car les hélicoptères de récupération sont conçus pour prendre un seul tube à la fois", explique Cook. Les hélicoptères sont destinés à servir de moyen secours. Pour s'assurer qu'un hélicoptère puisse récupérer les tubes sans problème, ni rencontrer de dangers causées par des roches ou des ondulations dunaires, chaque emplacement des tubes aura une «zone d'opération» d'au moins 5,5 mètres de diamètre. À cette fin, les tubes seront déposés à la surface selon une disposition particulière, chaque échantillon étant distant de 5 à 15 mètres l'un de l'autre.

 

 

Bon, quelque part on s'en fout un peu, puisque si tout va bien pour Percy ces échantillons ne seront très probablement pas ceux qui seront ramenés sur Terre..

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 09/02/2023 à 10:19, Huitzilopochtli a dit :

Merci à tous de ne pas vous être trop inquiété de mon silence.

 

Un jeune et beau gosse comme toi, comment voulais-tu qu'on se doute que tu avais des problèmes de santé ? :/:P

En tout cas, bon rétablissement ! 

Et merci pour ton suivi de ce fil.

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Traduction automatique :

 

https://www.jpl.nasa.gov/news/nasas-perseverance-rover-shows-off-collection-of-mars-samples


Le panorama, assemblé à partir de 368 images envoyées sur Terre, capture plus d’un mois de placement et de cartographie minutieux de 10 tubes en titane.

Huit de ces tubes sont remplis de roche et de régolithe (roche brisée et poussière), tandis qu’un est un échantillon atmosphérique et un est un tube « témoin ». Le rover a photographié le dépôt à l’aide de la caméra Mastcam-Z au sommet de son mât, ou « tête », le 31 janvier 2023. La couleur a été ajustée pour montrer la surface martienne approximativement comme elle le ferait à l’œil humain.
Le dépôt représente une collection de secours d’échantillons qui pourraient être récupérés à l’avenir par la campagne Mars Sample Return, un effort conjoint entre la NASA et l’ESA (Agence spatiale européenne) qui vise à apporter des échantillons de Mars sur Terre pour une étude plus approfondie. Le rover a commencé à construire le dépôt le 21 décembre 2022, en espaçant précisément les tubes au cas où ils auraient besoin d’être récupérés à une date ultérieure.
Les tubes primaires résident dans le ventre de Perseverance, qui les transmettrait, ainsi que les futurs échantillons prélevés lors de la mission vers un atterrisseur de récupération d’échantillons dans le cadre de la campagne. Si quelque chose devait arriver au rover pour l’empêcher de livrer des tubes directement à l’atterrisseur, des échantillons pourraient être récupérés au dépôt.

 

 

1.jpg

Une version annotée du portrait capturé par Perseverance de la NASA montre l’emplacement des 10 tubes d’échantillon dans le dépôt. L’échantillon « Amalik » le plus proche du rover était à environ 10 pieds (3 mètres) de distance; les échantillons « Mageik » et « Malay » les plus éloignés étaient à environ 197 pieds (60 mètres) du rover.

 

Edited by jackbauer 2
  • Like 3
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir,


Le compagnon ailé de Perseverance est prêt à poursuivre son aventure dans le ciel martien.


Écrit par Travis Brown, ingénieur en chef Ingenuity Mars Helicopter au Jet Propulsion Laboratory de la NASA


https://mars.nasa.gov/technology/helicopter/status/441/perseverances-four-legged-companion-is-ready/


1536


Ingenuity à Three Forks : l' image Sol 650 Z-Cam capture par inadvertance l'hélicoptère solitaire alors qu'il lutte pour rester au chaud Crédits : NASA/JPL-Caltech/ASU/MSSS.


Le 3 mai 2022, l'équipe d'ingénieurs et de scientifiques d'Ingenuity a eu son premier indice des difficultés à venir lorsqu'ils ont ouvert les données de communication pour constater le silence radio. Le petit hélicoptère, posé sur une planète à 240 millions de km, était tombé en panne d'électricité en essayant de se réchauffer pendant la froide nuit martienne. Cela s'est probablement produit aux petites heures du matin du Sol 426 (1er mai 2022), une date à peu près à moitié entre l'équinoxe d'automne et le solstice d'hiver martien. Ou en termes plus familiers, c'était la mi-novembre sur la surface martienne.


Malgré la perte de puissance pendant la nuit, le soleil du matin était encore assez intense pour réanimer l'hélicoptère le matin. Cela nécessitait que l'hélicoptère génère suffisamment d'énergie électrique pour activer les radiateurs, dégeler la batterie et la charger suffisamment avant de redonner vie à l'avionique. Ce processus, effectué par le "circuit Lazare", permet à l'hélicoptère, de reprendre ses activités après avoir été effectivement mort pendant la nuit précédente. La baisse de tension nocturne, bien que non définitivement fatale, réinitialise l'horloge de bord, ce qui fait perdre à Ingenuity toute notion du temps et l'empêche de se réveiller comme prévu. Au lieu de cela, l'ordinateur se remet en route et tente de communiquer avec le rover 2 heures et 15 minutes après la mise sous tension initiale. La synchronisation exacte de tout ce processus est basée sur une combinaison compliquée de facteurs fluctuants tels que la charge de la batterie, le vent, la poussière et la température. Comme le réveil de chaque matin était différent, l'équipe devait utiliser la station de base d'hélicoptère sur le rover pour rechercher le signal d'Ingenuity à l'aide d'une fenêtre de recherche couvrant l'heure de réveil prévue. Ce n'est que lorsqu'une liaison de communication était établie que l'horloge d'Ingenuity pouvait être synchronisée pour permettre une activité programmée plus tard dans la journée.


Comme l'année martienne est deux fois plus longue que celle de la Terre, ses saisons le sont aussi. Avec le printemps martien de huit longs mois terrestres, les ingénieurs ont dû trouver un moyen de fonctionner dans ces nouvelles conditions. Les radiateurs d'Ingenuity maintenaient normalement leurs composants internes à une température confortable de -15 °C, mais avec une perte de puissance complète chaque nuit, les composants étaient désormais soumis à des températures beaucoup plus extrêmes. La première victime fut l'inclinomètre , qui tomba en panne peu après le début des opérations hivernales. Faire face à cet échec et s'adapter au nouveau paradigme des opérations a pris un temps précieux tandis que le Soleil s'assombrissait  chaque sol . L'équipe n'a géré qu'un seul vol de contrôle avant l'arrivée de l'hiver.


L'hiver martien est un double challenge, d'insolation plus faible (quantité d'énergie solaire atteignant une zone donnée), et d'une plus grande activité de tempête de poussière. Les températures nocturnes ont plongé à -85 °C , nécessitant de plus en plus d'énergie pour rester au chaud. Avec moins d'énergie solaire, il y avait moins d'énergie pour les vols, ce qui a fini par immobiliser entièrement l'hélicoptère pendant deux mois consécutifs. Alors que la principale tempête de poussière saisonnière diminuait, l'équipe a réussi à reprendre le vol avec une série de vols courts et à faible énergie, couvrant des distances limitées alors qu'elle luttait pour suivre le rover. Dans des conditions normales, le petit compagnon de Perseverance peut voler plus loin en 3 minutes que le rover ne peut conduire en une journée. Cependant, le budget énergétique désormais extrêmement limité de l'hélicoptère l'empêchait presque de remplir son rôle de fidèle compagnon et d'éclaireur de Persévérance. 


Au fur et à mesure que l'hiver avançait, Ingenuity attendait avec impatience un ensoleillement accru et les vols énergiques que cela permettrait. Au lieu de cela, chaque fois que le ciel semblait s'éclaircir pour de bon, l'hélicoptère était contrarié par une autre tempête de poussière qui bloquait le soleil. À chaque tempête, la couche de poussière sur le panneau solaire s'épaississait, rendant la perspective de survivre à la nuit plus faible. Pourtant, notre giravion a continué d'avancer malgré ces obstacles, montrant qu'il possédait bien l'attribut par  lequel son compagnon rover avait été nommé.


Pendant ce temps, l'équipe a continué à exécuter une série régulière de vols courts, espérant toujours un renouveau et une renaissance dans ce mode de survie nocturne. Il semblait alors approprié que l'aube du printemps martien (et de la nouvelle année) se produise le lendemain de Noël. Avec un optimisme prudent, l'équipe a prévu un vol pour le soir du 24 décembre, espérant qu'Ingenuity secouerait enfin la poussière et commencerait la nouvelle année avec une vigueur renouvelée (c'est-à-dire avec plus de charge électrique). Cela ne se produirait pas car le temps martien capricieux a une fois de plus anéanti les espoirs avec une courte mais violente tempête de poussière, forçant l'abandon du vol programmé. Alors qu'Ingenuity  exécutait 3 vols courts le mois suivant, il était toujours (littéralement) mort de froid chaque nuit. 


Un nouveau jour se lève


Un mois jour pour jour après la tentative de vol du 24 décembre, Ingenuity a fait quelque chose qu'il n'avait pas fait au cours des 260 sols précédents : il a dormi « chaudement » toute la nuit. Les données menant à cet événement avaient suggéré qu'une telle survie était possible, mais 8 longs mois d'hiver avaient tempéré l'optimisme de l'équipe. Lorsque l'équipe d'Ingenuity a examiné les données en liaison descendante, elle a découvert que non seulement il resté opérationnel toute la nuit, mais qu'il avait en fait commencé à stocker de l'énergie dans ses batteries. Nous avons maintenant vu des états de charge de fin de sol dans nos batteries de plus de 90 % – un nombre encore incroyable quelques jours plus tôt. Tout ce qui précède signifie que notre ami endormi s'est enfin réveillé de son long malaise hivernal, juste à temps pour remonter le delta du cratère de Jezero et fournir une imagerie avancée précieuse pour Persévérance.


Bien que les 8 derniers mois aient été difficiles, il semble que nos plus grands défis nous attendent. Nous savions depuis avant notre premier vol sur Mars que le rover imposait un rythme endiablé. Rester avec ou devancer Persévérance a été un défi dans le passé, et cela ne fera que devenir plus difficile à mesure que nous entrons dans le terrain accidenté et inconnu du delta. Nous nous attendons à ce que les trajectoires de vol et les zones d'atterrissage d'Ingenuity soient pleines de dangers, et que les performances radio entre l'hélicoptère et le rover puissent chuter dans et autour des grandes caractéristiques géographiques qui dominent cette zone. Nous savons que tout recul important de la distance ou de la fréquence de vol peut rapidement nous mettre hors de portée des communications lorsque le rover avance, pour ne jamais être rétablies.


Pour relever ces défis, Ingenuity et son équipe continueront de repousser les limites comme nous l'avons toujours fait. Chaque sol sur Mars est une expérience de survie et de capacité de notre petit giravion. Il va sans dire qu'il n'y a aucune garantie quand il s'agit de voler sur Mars, mais tant que notre hélicoptère continuera à endurer chaque nuit martienne, et à nous parler chaque matin martien, nous allons continuer à pousser plus loin, plus vite et plus haut. Nous allons nous dégourdir les "jambes", nous débarrasser de la poussière martienne et voler comme nous n'avons jamais volé auparavant.
 

  • Like 5

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 2/14/2023 à 11:16, jackbauer 2 a dit :

Le panorama, assemblé à partir de 368 images envoyées sur Terre, capture plus d’un mois de placement et de cartographie minutieux de 10 tubes en titane.

 

Bonjour, bien que le mot "cache" en anglais se traduit de la même façon en français.

Mais NASA ne sait pas bien cacher ses tubes, si il n'y a pas d'arbuste pour le faire, au moins un bon gros rocher ferait l'affaire?  Laisser ses précieux cadeaux au milieu du désert n'est pas très prudent! Un condor pourrait s'en emparer plutôt qu'un coyote, pour ceux qui connaissent le Grand Canyon comprendront  ;- ).

 

Welcome back 8z et merci à tous pour animer ce fil.

 

(oui mon humour est bêbête!)

Edited by VNA1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,


Decollage et début du vol 47 d'Ingenuity, pris par la MastCam-Z du rover, et proposé par James Sorenson :

 


La trajectoire sur plan et les données chiffrées par Paul H51 (UMSF) :


index.php?act=attach&type=post&id=52798


index.php?act=attach&type=post&id=52797


 

  • Like 4
  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir,


La course est lancée.


Écrit par Travis Brown, ingénieur en chef Ingenuity Mars Helicopter au Jet Propulsion Laboratory de la NASA


https://mars.nasa.gov/technology/helicopter/status/450/the-race-is-on/


PIA25687.gif


Cette animation montre la progression du rover Perseverance et de son hélicoptère Ingenuity  alors qu'ils grimpent les pentes du delta de Jezero vers d'anciens dépôts fluviaux. Crédits : NASA/JPL-Caltech.


Le rover Perseverance a passé les deux premières années terrestres de sa mission sur Mars à conduire et à échantillonner dans le cratère Jezero. Comme prévu, Jezero s'est avéré riche en caractéristiques géologiques intéressantes, et le rover a utilisé 21 de ses précieux 43 tubes d'échantillonnage dans cette région. Perseverance a conclu cette campagne scientifique en déposant 10 de ces échantillons dans une zone de dépôt de secours pour une récupération éventuelle par une future mission. Avec cet important travail réalisé, l'équipe scientifique du rover a tourné son attention vers la perspective de découvertes nouvelles et passionnantes dans la zone encore inexplorée au sommet du Delta. Pour atteindre ces zones le plus rapidement possible, les scientifiques ont planifié une campagne de conduite intensive sur le paléo-delta à l'embouchure de Neretva Vallis. La première étape de ce parcours  serait la région de Tenby, qui abrite certains des affleurements géologiques les plus intéressants du delta.


Ce nouveau terrain représentait une occasion en or pour Ingenuity de prouver sa grande utilité pour la mission scientifique du rover. Fournir à l'équipe du rover des images de reconnaissance quelques jours seulement avant que le rover n'atteigne un site donne aux scientifiques beaucoup plus de temps pour déterminer leurs priorités d'exploration et donne aux planificateurs de rover un aperçu de terrain inattendu. Avec la fin de l'hiver martien, Ingenuity disposait désormais de suffisamment de puissance pour voler à des centaines de mètres devant le rover à chaque vol et tenir la promesse d'être un véritable éclaireur scientifique.


Il n'y a eu que quelques complications. Premièrement, contrairement au fond du cratère relativement plat et dégagé, le delta du fleuve en forme de canyon présentait de sérieux problèmes de communication entre le rover et l'hélicoptère, ce qui signifie que l'hélicoptère ne pouvait jamais espérer avoir plus de quelques centaines de mètres d'avance sur le rover. Cela a effectivement annulé tout avantage de vitesse que Ingenuity avait sur le rover. Deuxièmement, contrairement au fond du cratère de Jezero, le rover ne flânerait à aucun endroit pendant plus de quelques sols, ce qui signifie que si jamais l'hélicoptère prenait du retard, il y aurait peu de temps à rattraper avant d'être hors de portée de communication. Troisièmement, l'hélicoptère doit éviter une large zone interdite autour du rover pendant le vol. Normalement, ce n'est pas un problème, mais dans les canaux étroits du delta du fleuve, cela signifie effectivement qu'Ingenuity n'a pas assez d'espace pour dépasser le rover s'il prend du retard. Le résultat final de ces contraintes était de mettre l'hélicoptère dans un mode délicat de vols courts mais fréquents, programmés pour rester juste devant le rover pendant que celui-ci roulait.


La route vers le delta a commencé prudemment au début, avec un vol de reconnaissance au-dessus du sommet rocheux du Sol 689 ( vol 41 ). Cela était nécessaire car l'une des choses les plus critiques dont Ingeniosity (et dans une moindre mesure la persévérance) a besoin pour la planification est une bonne compréhension du terrain. Cette compréhension provient principalement d'experts géologues planétaires qui corrèlent l'imagerie satellitaire HiRISE avec le terrain observé au sol. On craignait que le terrain dans le delta du fleuve soit si différent de celui observé dans le fond plat du cratère, qu'il pourrait invalider ces modèles de corrélation. Après que les images du vol 41 aient montré que nous pouvions toujours faire confiance à notre analyse du terrain pour trouver des sites d'atterrissage, nous avions tout ce dont nous avions besoin pour commencer à voler.


La course a commencé sérieusement au Sol 697 ( Vol 42), l'hélicoptère passant devant Rocky Top et atterrissant près de Jenkins Gap. Dès le départ, il est devenu évident à quel point ce processus allait être difficile. Même la distance modeste parcourue par le vol 42 nous avait mis hors de portée des communications avec le rover. Les tentatives de ramener des images scientifiques utiles du vol n'ont abouti qu'à quelques images brouillés (juste assez pour nous montrer que l'hélicoptère était toujours en vie). Il a fallu encore quatre sols avant que le rover ne soit suffisamment proche pour rétablir les communications et renvoyer toutes les données utiles à Perseverance. À ce moment-là, le rover était situé pratiquement au-dessus de l'hélicoptère et un autre vol urgent était nécessaire. Malheureusement, les données de vol ont également montré un problème curieux et potentiellement dangereux avec le système d'atténuation des risques d'atterrissage (utilisé avec succès depuis le vol 39). L'équipe a travaillé 24 heures sur 24 pour comprendre le problème, donnant le feu vert avec juste assez de temps pour voler avant d'être dépassé sur le Sol 708.


Ce jeu du chat et de la souris s'est répété plusieurs fois au cours des vols suivants, l'équipe des opérations d'Ingenuity établissant finalement un nouveau record de fréquence de vol. Alors que l'équipe espère généralement voler jusqu'à une fois par semaine, nous avons finalement effectué quatre vols (42-46) en l'espace de neuf jours seulement. Comme promis, l'équipe a également commencé à repousser les limites de vol de notre giravion. À partir du vol 43, nous avons changé l'altitude de vol standard de 10 mètres à 12 mètres en préparation pour des vitesses de vol plus élevées. Nous avons ensuite établi un nouveau record de vitesse de vol de 6 mètres par seconde lors du vol 45, avec des plans pour l'augmenter encore au cours des prochains vols. Ces réalisations sont un véritable témoignage du dévouement et de compétence de notre équipe de guidage, de navigation et de contrôle (GNC) qui travaille dur.


Pris ensemble, ces efforts incroyables ont permis à l'hélicoptère de garder une longueur d'avance sur le rover tout le long du delta, arrivant à Abercastell (en vue de Tenby) tout en conservant une avance respectable de deux sols sur Persévérance. Un certain nombre de problèmes (échecs de communication, anomalies avec le rover et récurrence d'un problème connu de caméra d'hélicoptère) ont depuis interféré pour nous empêcher d'obtenir une reconnaissance avancée de Tenby, mais nous sommes impatients de repérer d'autres cibles scientifiques à proximité pendant que le rover est occupé au cours des prochains sols. Ce n'était que le premier chapitre de ce qui a le potentiel d'être encore une course épique de plusieurs kilomètres sur la planète rouge.
 

  • Like 3
  • Thanks 5

Share this post


Link to post
Share on other sites

Chez moi les images se chargent si lentement que j’ai l’impression qu’elles viennent directement de Mars ! :D

Je salue l’exploit technique, mais franchement question paysages ça laisse à désirer...

Dommage qu’en son temps Curiosity n’ait pu bénéficier d’un tel compagnon de route pour lui servir d’éclaireur : question spectacle, c’eût une autre gueule !

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 24 minutes, Alain MOREAU a dit :

Je salue l’exploit technique, mais franchement question paysages ça laisse à désirer...

 

Ce qui manque surtout c'est des photos avec Percy bien en évidence mais la NASA ne veut pas prendre de risques de collision. Peut-être en fin de mission...

Mais qui mourra en 1er : Ginny ou le rover ?

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, Alain MOREAU a dit :

Je salue l’exploit technique, mais franchement question paysages ça laisse à désirer...

 

Salut Al', :)

 

Daignes aussi prendre en considération l'objectif principal d'Ingenuity qui est d'explorer les terrains en prévision d'un passage ultérieur du rover. Avec essentiellement un rôle d'éclaireur, examinant le sol, détectant d'éventuels dangers, voire des cibles scientifiques potentielles, de ce fait, sa caméra pointe invariablement vers le sol, peu à même de nous offrir de superbes panoramas.

Pour une imagerie plus spectaculaire, le sommet du delta et le bord de la caldeira de Jezero seront peut-être des endroits plus propices à satisfaire ton goût des "cartes postales". :P

 

  • Like 1
  • Haha 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ah ben j’espère !

Passe que là question tourisme, on a vraiment la sensation d’explorer au microscope la surface, sans surprise toute grafignée, d’une vieille boule de pétanque ayant déjà bien vécu... :D 

(c’est pas Vaufrèges, grand spécialiste de la boule marseillaise, qui me contredira !)

  • Haha 8

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now