symaski62

mars 2020 rover

Recommended Posts

Pour compléter je conseille la lecture de cet article sur le site du CNES consacré à la participation française au projet, SuperCam, qui succède à ChemCam sur Curiosity :

 

https://supercam.cnes.fr/fr/mars-2020-supercam-linnovation-made-france

 

SUPERCAM, L’INNOVATION MADE IN FRANCE

 

Perseverance a un œil perçant : le laser de l’instrument SuperCam ! Construit par la France et sous maitrise d’ouvrage CNES, cet instrument 5 en 1 étudiera la géologie du sol et la composition des roches de Mars.

 

 

 

1.png

2.jpg

  • Like 4

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

C'est joli notre truc et très chic avec des dorures partout :)

Bonne journée,

AG

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, ALAING a dit :

avec des dorures partout :)

C est notre côté "Versaille" ;)

 

  • Haha 5

Share this post


Link to post
Share on other sites

Une présentation de l'instrument SuperCam par Pernelle Bernardi, ingénieure de recherche CNRS à l’Observatoire de Paris - PSL. Pour son travail sur SuperCam, elle a été récompensée en 2020 par la médaille de cristal du CNRS:

 

  • Like 1
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Image détaillée de Mars Express : site d'atterrissage dans le cratère Jezero :

 

Cliquer sur l'image

5fb439e7716d7_JezeroPIA24096_orig.thumb.jpg.5e80f801687532684cd2ed66e75e8ad9.jpg

 

 

  • Like 4
  • Love 1
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ça ressemble beaucoup à l’embouchure d'un cours d'eau avec un lac ou une mer. C'est troublant.

La façon dont le "lit" semble lisse, et exempt de cratères est tout aussi énigmatique.
Il serait temps pour moi de me pencher sur la géologie martienne. Avec toutes ces photos hyper détaillées, y'a de quoi s'amuser.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 6 heures, Theta Coxa a dit :

La façon dont le "lit" semble lisse, et exempt de cratères est tout aussi énigmatique.

 

Ça me semble plutôt normal car le "cours d'eau" effacerait la présence d'impacts rapidement.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Il y a 12 heures, Theta Coxa a dit :

La façon dont le "lit" semble lisse, et exempt de cratères est tout aussi énigmatique.

 

La partie la plus basse de ce chenal est en fait comblée par le sable et les poussières qui y restent "piégés" et qui ont ensuite, pour une bonne part, sédimentés. 

 

 

L'ESA choisit Airbus pour rapporter sur Terre les premiers échantillons martiens

 

La sonde Earth Return Orbiter sera équipée de 144 m2 de panneaux solaires pour une envergure de 40 mètres.

© Airbus

000050179_600x400_c.jpg.92d4cd51bcdca47244dfb071cb80e158.jpg

 

L’Agence spatiale européenne (ESA) a annoncé le 14 octobre avoir confié à Airbus la maîtrise d’œuvre de l’Earth Return Orbiter (ERO) : une sonde pour récupérer des échantillons du sol martien et les renvoyer sur Terre. L’industriel embarque avec lui Thales Alenia Space et ArianeGroup pour développer cette brique de la mission Mars Sample Return (MSR), partenariat entre l’Esa et l’Agence spatiale américaine (Nasa).

 

https://www.industrie-techno.com/article/l-esa-choisit-airbus-pour-rapporter-sur-terre-les-premiers-echantillons-martiens.62229

 

(L'article n'intégrait pas encore le report probable des deux lancements de MSR de 2026 à 2027 ou 2028)

 

Edited by vaufrègesI3
  • Like 5
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 8/15/2020 à 02:17, ALAING a dit :

 

C'est joli notre truc et très chic avec des dorures partout :)

 

 

Le 8/15/2020 à 04:33, Achaim a dit :

C est notre côté "Versaille" ;)

 

 

Bonjour: très amusant, j'allais écrire "Louis XIV aurait été flatté!"

La dorure est du vrai or qui protège de la lumière infrarouge!

Quel gâchis quand même!  ;-)

Share this post


Link to post
Share on other sites

2021, année sous le signe de la persévérance ? Au calendrier : Mars 2020 en Février 2021.

 

 

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Belle animation !

 

Quand on voit la difficulté à faire arriver une tonne de matériel sur Mars, j'ai du mal à croire que d'ici cinq ou six ans on sache faire arriver les 20 à 30 tonnes (minimum minimorum)  nécessaire pour un vaisseau habité !

  • Like 2
  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Divers essais menés en préparation de l'atterrissage de Perseverance.

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pourquoi ? 2020 correspond à l'année du lancement de la mission (30 juillet 2020) qui s'appelle bien "MARS 2020". Cette mission comprend le module de croisière lors du transit de la Terre à Mars ainsi que l'astromobile "Perseverance" (et son drone "Ingenuity") qui devrait être déposé à la surface de Mars en février 2021 par l'étage de descente (la "grue") et poursuivre sa mission de prospection au-delà. L'atterrissage du rover et les opérations au sol ne constituent qu'une partie de la mission (la plus intéressante certes).

 

De la même façon, Curiosity est le robot astromobile de la mission Mars Science Laboratory (MSL) d'exploration de Mars lancée en 2011.

 

A la rigueur le titre pourrait se résumer à "Mission MARS 2020 (NASA/JPL)".

Edited by Bill46
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 12/21/2020 à 23:33, Bill46 a dit :

2021, année sous le signe de la persévérance ? Au calendrier : Mars 2020 en Février 2021.

 

Bonsoir: Merci pour afficher cette video de ces "7 minutes de terreur."

Faut garder les doigts croisés.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il faudra créer un nouveau fil à l'arrivée de Perseverance sur Mars. Je propose d'ouvrir un concours pour le titre le plus percutant !

(les mots "Perseverance" et "Mars" sont obligatoires dans l'intitulé ! -_-)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 28/12/2020 à 20:39, Bill46 a dit :

les opérations au sol ne constituent qu'une partie de la mission

 

Bonsoir,

 

Tiens, il y a autre chose que des opérations au sol ?

 

Jacques

Share this post


Link to post
Share on other sites

"Mars, ou la Perseverance des (put**** de) géologues" , animé avec joie par @vaufrègesI3

D'ailleurs, on sait à quoi ressemble l'équipe qui va tout gérer ? Majorité géo, exo-bio, autre ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Il y a 18 heures, Pulsarx a dit :

"Mars, ou la Perseverance des (put**** de) géologues" , animé avec joie par @vaufrègesI3

D'ailleurs, on sait à quoi ressemble l'équipe qui va tout gérer ? Majorité géo, exo-bio, autre ?

 

Il est vrai que l'armada de géologues de l'équipe scientifique de Curiosity a mené comme un "travail de sape" en voulant obstinément analyser chaque roche ou caillou tout au long du parcours vers ce qui constituait l'objectif majeur de la mission : la vallée argileuse. C'est mon point de vue, pas mal partagé par des observateurs plus qualifiés et/ou plus informés que moi.

L'intérêt de la multiplicité de tous ces arrêts demeure toujours plus que discutable encore aujourd'hui.

 

Alors même qu'il était question d'atteindre cet objectif en deux ans, le rover s'est trainé pendant 7 ans pour parvenir à "Glen Torridon", qualifiée de "Terre promise" pour la recherche de molécules organiques complexes (mission première du rover dont le labo SAM dédié constitue plus de la moitié de la charge utile).

Le plus fou, c'est que Curiosity a tourné en rond pendant plus de 18 mois (entre fin 2017 et début 2019) sur la crête "Vera Rubin" qui borde cette fameuse vallée argileuse, et que c'est le moment où il devait enfin y entrer qui a été choisi par le système informatique du rover pour crasher gravement !! : Curiosity a failli tomber définitivement en rade à 100 m de son objectif prioritaire !!!

Plusieurs mois et quelques miracles ont été nécessaires pour pallier à ce problème et remettre le rover en état de fonctionner. Aujourd'hui, Curiosity est en passe de quitter cette vallée après y avoir réalisé 6 forages dont les résultats promettent d'être autrement plus marquants que beaucoup de ceux obtenus jusqu'ici.     

 

Les objectifs des rovers Curiosity et Perseverance sont très différents :

 

Je cite Phillipe Labrot : "Avec Mars 2020, l'exploration martienne est arrivée à un tournant critique et historique. En équipant son rover le plus sophistiqué d'un dispositif ultra-complexe de prélèvement d'échantillons, et en ne retenant comme charge scientifique que des instruments servant à la sélection de ces derniers, la NASA a décidé que le temps des mesures in-situ, engagées dès 1976 avec les légendaires atterrisseurs Viking, est désormais révolu."

 

 

Extrait d'interview d'Erwin Dehouck du Laboratoire de Géologie de Lyon (Terre, Planètes, Environnement) :

"J'imagine que mes collègues de l'équipe SAM auraient bien aimé avoir un deuxième exemplaire sur Mars ! Mais ce n'est pas vraiment la philosophie de cette mission, et il y a deux éléments à ne pas oublier, rappelle Erwin Dehouck. D'abord, le travail avec Curiosity est loin d'être terminé : les équipes sont justement sur le point de collecter un nouvel échantillon pour SAM ! Et surtout, il y aura la mission du rover européen Rosalind Franklin avec son instrument MOMA, qui réalisera certaines analyses similaires à celles de SAM sur le sol de Mars". Il faudra cependant attendre 2023 pour cette dernière…

 

Source :  https://www.clubic.com/mag/sciences/conquete-spatiale/actualite-7576-perseverance-un-laboratoire-scientifique-perfectionne.html

 

 

Cette orientation pour une collecte et une étude future se ressent dans la conception même de la mission de Perseverance

 

La "philosophie" de sa charge utile est différente de celle de Curiosity. Là où ce dernier était conçu comme un laboratoire autonome (d'où le no m de la mission : Mars Science Laboratory), capable de réaliser sur place des analyses longues et complexes (diffraction des rayons X, chromatographie en phase gazeuse...), Perseverance s'inscrit dans la perspective du retour d'échantillons : à la manière d'un géologue de terrain, sa priorité ne sera pas de résoudre immédiatement toutes les grandes questions que nous nous posons, mais plutôt d'identifier, de documenter et de prélever les meilleurs échantillons de roches pour pouvoir répondre à ces questions après des analyses plus approfondies sur Terre.

 

C'est pourquoi il me semble que l'équipe scientifique sera "allégée" et pèsera sans doute un peu moins sur les décisions (sachant que pour beaucoup il s'agira des mêmes qui se disperseront sur les deux missions) : le plus gros du travail consistera à sélectionner les cibles, à forer et à emmagasiner les tubes d'échantillons.

Alors bien sûr Perseverance est aussi équipé d'une instrumentation scientifique intéressante, mais pas "d'usines à gaz " comme les labos SAM et CheMin qui équipent Curiosity.

On y reviendra, mais j'attend entre autres de voir ce que va donner la spectrométrie Raman, une grande première sur Mars. Le Raman est une technique d'investigation de la matière très puissante, capable d'identifier de nombreux minéraux et molécules organiques. Si la technique laser LIBS renseigne sur la composition atomique, le Raman permet de déterminer la composition moléculaire du matériau ciblé. C'est du "french", livré avec la SuperCam.

 

  • Like 7

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est sans doute un peu tôt pour en parler, mais il faut toujours anticiper. Voilà un aperçu de la mission qui devraient succéder à Mars 2020 avec la récupération des échantillons laissés sur le sol martien par l'astromobile Perseverance (Mars Sample Return, mission conjointe NASA/ESA) :

 

https://supercam.cnes.fr/fr/mars-sample-return-mars-en-aller-retour

 

Citation

à l’initiative de la France, l’Europe se prépare à construire une infrastructure capable d’accueillir les échantillons martiens pendant leur phase de quarantaine. Le but ? Rechercher dans ces échantillons la présence d’une forme de vie éventuelle ou y détecter des risques biologiques potentiels. Une telle infrastructure, qui pourrait se situer en France, assurerait en outre une contribution importante et visible de l’Europe aux découvertes qui seront faites.

 

MSL.jpg

Vue d’artiste du Sample Fetch Rover approchant un échantillon sur le sol martien (NASA/JPL-Caltech)

Edited by Bill46
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Une publication intéressante (accessible en anglais) traitant de la SuperCam, instrument à moitié français monté sur le rover Perseverance : "The SuperCam Instrument Suite on the NASA Mars 2020 Rover: Body Unit and Combined System Tests.", Roger C. Wiens et al., Space Science Reviews Volume 217, Issue 1, February 2021. (https://doi.org/10.1007/s11214-020-00777-5)

 

Pour rappel :

Citation

 

Placé à bord du rover Perseverance, SuperCam est l'un des 7 instruments scientifiques de la mission. Supercam est un ensemble instrumental composé de 3 spectromètres, d’une caméra et d’un microphone. SuperCam est une version améliorée de l’instrument ChemCam, l’instrument qui équipe actuellement Curiosity, le véhicule de la NASA en opération sur Mars depuis 2012.

 

Comme ChemCam, Supercam pourra analyser la composition chimique des roches en tirant dessus au laser (technique LIBS appelée également spectrométrie sur plasma induit par laser) et en fera une image en couleur. Mais en plus, SuperCam pourra détecter les minéraux et d’éventuels composés organiques par spectroscopie Raman et par spectrométrie infrarouge (IR). Les différentes techniques fonctionnent à distance : jusqu’à 7 m pour le LIBS, 12 m pour le Raman, et jusqu’à l’horizon pour la spectroscopie IR et l’imagerie.

 

SuperCam est le fruit d’une étroite collaboration entre le « Los Alamos National Laboratory » (États-Unis) et l’Institut de recherche en astrophysique et planétologie (IRAP) (France), avec une contribution de l’Université de Valladolid (Espagne). Placée sous la responsabilité du CNES, la conception et la fabrication de la partie française de SuperCam (appelée le « Mast Unit ») sont coordonnées par l'IRAP.  Des laboratoires français (OMP, LAB, LESIA et LATMOS) contribuent aussi à des éléments de l’instrument. SuperCam a été livré en juin 2019 au Los Alamos National Laboratory (LANL).

 

(https://supercam.cnes.fr/fr)

 

Quelques illustrations proposées dans l'article de Space Science Reviews :

 

 

SuperCam-Rover.jpg

 

Les différents éléments de la SuperCam montés sur l'astromobile "Perseverance" avec, à droite, le dessous du rover inversé avec l'emplacement du "Body Unit".

 

 

SuperCam.jpg

 

Les 3 éléments constituant la SuperCam :
(a) l'unité montée sur le mat (MU) comprenant le laser, le télescope et les miroirs périscopiques (38 × 20 × 16 cm) - cet élément a été conçu, construit et testé en France sous la direction du CNES
(b) le boîtier principal (BU) décrit ci-dessous (22 × 15 × 20 cm) - élément conçu, construit et testé au Los Alamos National Laboratory aux Etats-Unis
(c) la plaque de calibration comprenant différentes cibles (11 × 10 × 1,7 cm) - élément issu d'une collaboration internationale, notamment européenne avec la participation active de l'Université de Valladolid en Espagne
le tout nécessitant 70 W de consommation électrique maximale pour une masse totale de 10,80 kg.

 

 

ChemCam-SuperCam.jpg

 

Image comparative du boîtier principal de la ChemCam (Curiosity) et SuperCam (Perseverance) : celui de la SuperCam est 315 g plus léger et occupe un volume plus réduit. La structure modulaire de ce boîtier comprend 5 sous-ensembles : la partie électronique, le démultiplexeur, les spectromètres à réflexion (UV & VIO LBS), les spectromètres à transmission (Raman/TRL/VIS/LIBS) et la structure de fixation.

 

Différents instruments de la SuperCam :

- LIBS permet de déterminer les abondances quantitatives en éléments par l'émission atomique de la matière ablatée par les tirs au laser
- Raman et TRL permettent l'identification spectroscopique de ces matériaux, minéraux et organiques, y compris d'éléments terrestres rares
- VISIR (fenêtre spectrale de 0,40 à 2,6 μm) permet également l'identification de matière minérale et participe à l'étude atmosphérique par spectroscopie passive
- RMI s'intéresse à la texture des roches par imagerie optique à haute résolution
- Microphone, par l'analyse des signaux acoustiques produits par les ondes de chocs de LIBS, s'adresse aux propriétés physiques des roches et participe aussi à l'étude atmosphérique

 

Edited by Bill46
  • Like 2
  • Thanks 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now