Sign in to follow this  
biver

Faut-il soutenir nos chères revues d'astronomie?

Recommended Posts

Sans chercher à faire de la publicité et si possible de la polémique, je voudrais lancer un peu la discussion sur les revues d'astronomie françaises (mais le problème ne doit pas se limiter qu'à elles), Ciel et Espace, Astronomie magazine, L'Astronomie, Astrosurf magazine,... pour qui les temps sont de plus en plus durs (la presse papier en général) et se voient déjà obligées de réduire leur fréquence de publication (pour les 2 premières au moins)...

N'a-t-on pas intérêt tout de même à les soutenir en renouvellant nos abonnements / nos achats en kiosque si on ne veux pas les voir disparaitre, sachant que même si on trouve plein de chose sur le net, elles restent complémentaires et avec des équipes qui épluchent l'actualité plus profondemnent que ce qu'on peut faire seul, proposent des observations, tests,...

Même si on n'est pas intéressé par l'intégralité de chaque numéro, cela ne veut pas dire qu'ils sont tous bon à jeter...

Qui serait prêt à reprendre des abonnements (1 an d'abonnement doit pas être bien plus cher qu'1 ou 2 mois d'abonnement internet?) pour aider à les maintenir dans le paysage de la presse/médias français?

Nicolas

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com

Bonjour,

J'ai été abonné un an à Astrosurf Magazine. J'avais fait cette démarche en partie pour apporter ma contribution à Astrosurf dont le forum gratuit m'a beaucoup appris, et que j'aime toujours autant lire au quotidien.
Je n'ai pas renouvelé car une bonne partie des articles était un poil trop technique pour moi.
J'envisage en revanche sérieusement de m'abonner à C&E, dont la nouvelle formule bimestrielle me plait beaucoup, plus que l'ancienne pour tout dire.

Internet est irremplaçable comme outil quotidien d'échange, comme source de connaissances ciblées.
Mais la lecture d'un dossier dans C&E papier, dans un transat, sur la terrasse...quel plaisir!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour Nicolas,

Perso, je suis déjà abonné à 3 de ces revues

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour

Je suis abonné à Astrosurf Mag ainsi qu'à L'Astronomie. J'achète au numéro Astronomie magazine dont l'aspect "pratique au quotidien" me plait bien.
Il faut reconnaitre que sur quelques années, les piles de papier deviennent assez impressionnantes, le risque d'éboulement est non nul la charge au m² est dépassée

L'Astronomie a une offre numérique que je n'ai pas encore testée.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je sais que ça ne va pas plaire, mais j'ai déjà écrit que le passage à une formule bimestrielle n'était pas une bonne solution pour Ciel et Espace ; on en a déjà discuté ici : http://www.astrosurf.com/ubb/Forum1/HTML/002444-3.html
Il me semble que diminuer la fréquence de parution pour faire face au numérique, ça va dans le mauvais sens. Du coup le contenu s'éloigne de l'actualité et devient trop (à mon goût) encyclopédique. Et puis qu'une association d'éducation populaire, comme l'AFA, au moment où elle réduit la parution de Ciel et Espace se lance dans une revue numérique, mais en anglais, je ne comprends pas ...

Bref je changerai de crèmerie à la fin de mon abonnement. Je suis aussi abonné à la Recherche qui, pour l'instant, Dieu soit béni , ne change pas de période. Ce mois ci il y a un entretien avec Reinhard Genzel sur les trous noirs massifs et, deux pages sur la reconstitution en laboratoire des comètes (que j'ai cité ailleurs), 1 page sur des traces radioactives de supernovae sur terre, une info sur le JWST et sur Makémaké pour ne citer que ce que concerne l'astro, c'est pas si mal !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Moi j'achète Astronomie magazine tout les mois en kiosque, je me suis abonné deux fois (il me semble) à Astrosurf magazine grâce à un ancien collègue français qui réglais pour moi par paypal depuis la France, mais maintenant je ne me suis plus abonné car c'est trop la galère pour payer depuis la Suisse, c'est trop con car j'aime bien ce magazine!...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,

Pour la France je compte 4 revues d'astro pour le grand public : Ciel et Espace, Astronomie magazine, L'Astronomie, Astrosurf magazine.

Faut y ajouter des revues qui abordent fréquemment des sujets astro comme Sciences et Vie, La recherche, etc....

C'est très probablement trop.

Combien y a t-il en France de personnes suffisamment intéressées par l'astronomie au point de s'abonner à une revue ?

Cordialement

[Ce message a été modifié par ALTAIR01 (Édité le 04-06-2016).]

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je me demande si les jeunes générations sont aussi passionnées que les babyboomers par l'astro. Les vieux ont connu une époque de découvertes et de conquêtes hyper excitantes, qui se sont fortement banalisées aujourd'hui. Quelqu'un aurait des infos/enquêtes à ce sujet ?
Et puis ce n'est un secret pour personne que le numérique est inexorablement en train de tuer le support papier.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pas facile comme problème. Même si les nouvelles générations sont peut-être moins attirés par l'astro, et que les temps sont bien sûr difficile pour ce qui touche au hobby, il en reste que les revues sont responsables de leur choix éditoriaux et de leur évolution, qui peuvent être difficile à soutenir si on n'y adhère pas. C'est triste à dire, mais c'est une question d'offre et de demande.

Simon

Share this post


Link to post
Share on other sites

bonjour
je suis abonné a astrosurf magazine depuis le N°1
ma marque de soutien a ce forum , même si je suis peu actif
et les articles me convienne.
pour les autre revues , de temps en temps.
Alain

Share this post


Link to post
Share on other sites
quote:
Et puis qu'une association d'éducation populaire, comme l'AFA, au moment où elle réduit la parution de Ciel et Espace se lance dans une revue numérique, mais en anglais, je ne comprends pas ...

ChiCyg, sur le lien que tu donnes, je t'avais expliqué les tenants et les aboutissant, tu peux aller relire.
Et contrairement à ce que tu dis, NON, il n'y a pas eu un lancement de revue numérique an Anglais simultanément au changement de périodicité. Ce que tu dis est factuellement faux.
Il y a eu une tentative en Anglais qui n'a pas trouvé un public suffisant. Et très peu de temps après que la nouvelle formule de C&E (avec la nouvelle périodicité) ont été mis en place, il a été décidé de ne pas sortir de nouveaux numéros en Anglais. Si le projet en Anglais avait fonctionné, il aurait été possible de conserver un magazine mensuel. C'était le but.
Dans la période dans laquelle nous sommes, la presse doit se réinventer, ce qui veut dire avoir des idées et tenter des choses. A ce jeu, il n'y a pas de réponse absolue ou de solution magique. Il faut donc essayer des choses et prendre le risque de se tromper.

Pour ce qui est de ton appréciation sur la périodicité, tu as totalement raison, ce rythme ne permet pas de suivre de près l'actualité .... sauf que le rythme mensuel ne le permet pas non plus.
Ce n'est pas pour rien du coup que depuis très longtemps maintenant, le magazine est complété par un site web d'information. Il vient d'ailleurs d'être totalement mis à jour avec un nouvelle mouture pour aller avec la nouvelle formule.
https://www.cieletespace.fr/
Il y a 30 ans, lorsqu'une sonde arrivait vers une planète, il fallait lire la presse spécialisée pour voir toutes les images marquantes.
Aujourd'hui ça ne fonctionne plus comme ça. Un repositionnement est donc en partie nécessaire. Et c'est ce qui a été fait depuis longtemps dans le cas de Ciel et Espace.
Par exemple, pour revenir sur les dernières images de Rosetta ou New Horizons en ayant une analyse plus approfondie et plus fouillée, là le rythme d'un magazine est adapté. J'en ai appris des biens bonnes sur Pluton cette semaines, et ça ce sera dans le prochain C&E par exemple. Et ce n'est pas par hasard que l'on ne donne pas ce genre d'information sur le web. Vous avez beau trouver plein de choses sur le web, il n'y a pas tout.
Ce n'est pas non plus sur internet que vous trouverez des reportage de qualités.

La difficulté pour faire, ça c'est qu'il faut des journalistes professionnels et leur donner du temps. Ça c'est couteux, et effectivement il faut des lecteurs si vous êtes attachés à cette forme de journalisme.

Ce qui me semble très important aussi, c'est l'existence d'Astrosurf Magazine qui est hyper complémentaire pour les observateurs. Il y a peu de chevauchement entre les deux supports, et les deux s'inscrivent dans des modèles économiques très différents. Astrosurf ne peut pas faire ce que fait C&E du coup, et l'inverse est tout aussi vrai.

Share this post


Link to post
Share on other sites

"Astrosurf ne peut pas faire ce que fait C&E du coup, et l'inverse est tout aussi vrai."

Il y a 25 ans (et plus) c'était pourtant le cas, il y avait une partie substantielle des articles de C&E qui touchaient à la technique par et pour les astrams. Après, en effet Avoir cette complémentarité entre les journaux est tout benef pour les lecteurs qui ont un choix peut-être plus facile à faire, enfin c'est mon opinion très perso .

Share this post


Link to post
Share on other sites

Hello Jean-Luc, je suis intéressé par un abonnement numérique (ce n'est pas que par soucis écologique, c'est aussi parce qu'à la longue les numéros finissent par occuper des caisses et des caisses quand on n'a pas envie des les jeter)...
deux questions:
-quand on reçoit la version numérique, peut-t-on imprimer les articles séparément pour une consultation papier (je n'ai pas de tablette et puis pour certains articles qui m'intéresseraient plus que d'autres je préfère le papier, peut-être un réflexe de vieux )?

-peut-on enregistrer séparément les articles pour, par exemple, un classement par thème dans le PC...

Share this post


Link to post
Share on other sites
quote:
Il y a 25 ans (et plus) c'était pourtant le cas, il y avait une partie substantielle des articles de C&E qui touchaient à la technique par et pour les astrams.

Depuis 1988 en gros C&E est mensuel avec une rédaction professionnelle de journalistes. Tu parles donc d'un temps antérieur, il y a donc plus de 28 ans. Il faudrait même dire de l'époque Pierre Bourge, donc plus de 35 ans.

Si tu fais une revue avec seulement de la technique tu vas avoir quelques milliers de lecteurs, et il sera difficile, voire impossible de constituer une rédaction faite de journalistes professionnels. Or je pense que dans le paysage, il y a de la place et un besoin pour un tel magazine fait par des professionnels traitant de l'actualité astronomique de façon journalistique.
Actuellement C&E est le seul magazine à avoir une telle rédaction.

Donc effectivement, C&E peut revenir comme avant 1988, dans l'absolu tout est possible. Mais il faudra alors mettre tous ses journalistes à la porte et faire appel à des bénévoles non professionnels de l’information car il y aura 5 fois moins de lecteurs en gros. Très franchement ce n'est pas ce que je souhaite pour C&E. Mais je pense aussi qu'il faut un magazine dans l'esprit du C&E d'avant les années 80. Et précisément ça existe, c'est Astrosurf Magazine, et JPC fait ça très bien.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Jean-Luc, Ok j'avais vu ça plus proche dans le temps ;-) Mais ce que j'avais plutôt en tête c'était que C&E aurait pu choisir de garder une section un peu plus technique, afin d'intéresser *aussi* les astrams bricolos/curieux des aspects pratiques, et de faire un appel d'air aux "lecteurs occasionnels" en leur incitant à lire des trucs peut-être moins grand public (ceci n'est pas du tout péjoratif!), les vocations ça commence souvent comme ça :-). Après, je ne vais pas me plaindre, je suis le premier ravi qu'un journal comme AS mag puisse exister, avec un contenu 100% orienté plus technique!

Simon

Share this post


Link to post
Share on other sites

Astroviking, je peux répondre facilement à ton 2e point, c'est non.
Mais je pense que ce n'est peut être pas la meilleure approche. Le numérique permet d'avoir facilement une base de données ou un moteur de recherche pour retrouver les articles d'un thème donné. Des outils doivent être développé en ce sens et les bases de donnée en question existe déjà, il suffit de les rendre accessibles. Paradoxalement, il y avait déjà un outil de ce type dans l'avant dernière version du site web et ça n'a pas été conservé, mais c'est une erreur.

Pour l'impression, j'ai peu utilisé la lecture sur PC, plutôt sur tablette. Donc je ne sais pas. Il faut que je me renseigne.

Share this post


Link to post
Share on other sites
quote:
Jean-Luc, Ok j'avais vu ça plus proche dans le temps ;-) Mais ce que j'avais plutôt en tête c'était que C&E aurait pu choisir de garder une section un peu plus technique, afin d'intéresser *aussi* les astrams bricolos/curieux des aspects pratiques, et de faire un appel d'air aux "lecteurs occasionnels" en leur incitant à lire des trucs peut-être moins grand public (ceci n'est pas du tout péjoratif!), les vocations ça commence souvent comme ça :-).

Il y a environ 1/4 des pages consacrées aux aspects pratiques. Ce n'est pas négligeable (ça me fait déjà faire pas mal d'heures sup bénévoles )
Et il y a parfois dans ces pages, des aspects très pointus comme faire des courbes de lumière, faire un détecteur d'éclaire, faire un type de traitement donné dans Photoshop, ... et j'en passe.

Après, que tu ressentes une frustration, je pense que c'est normal, voire souhaitable car c'est sur cet équilibre instable que repose le succès de Ciel et Espace. Certains lecteurs ne lisent pas du tout ce 1/4 de pages d'astro pratique, ils préfèreraient plus de cosmologie par exemple. D'autres lecteurs voudraient plus d'histoire. En fait, chacun veut plus de ce qui l'intéresse le plus. Sauf que si on fait une revue que de cosmologie, il n'y a plus personne. Que d'histoire et il n'y a plus personne non plus. Ou que de technique, les gens fuient.

Je sais que beaucoup d'amateurs attendent de C&E de faire des articles sur Pixinsight par exemple. Mais Pixinsight c'est quoi ? Un logiciel -à l'ergonomie discutable - avec 400 licences en France. Sur ces 400 licenciés, peut être 100 abonnés à Ciel et Espace en étant optimiste. Est ce bien raisonnable de faire un article qui va intéresser ai mieux 1% des lecteurs ? D'autant que celui qui cherche ce genre d'info sait où trouver, il y a tous les tutos chez AIP. Ce n'est pas pour autant que C&E ne parle pas du tout de Pixinsight, le logiciel a déjà été présenté dans le magazine, mais faire un tuto de 8 pages ne serait pas judicieux. Et ce n'est pas parce que l'on a parlé du logiciel dans le magazine que le nombre d’adeptes a décuplé. En fait c'est une niche dans la niche. De même que les planèteux sont une niche, les spectroscopistes une autre, et ainsi de suite. Autant de petits groupes de quelques centaines de personnes qui réunis, forment les quelques milliers de lecteurs potentiels d'un magazine comme Astrosurf. Et ce petit groupe -si il est curieux d'astronomie et pas seulement de technique- lit en partie aussi Ciel et Espace. Il vient ainsi rejoindre un groupe plus large d'observateurs très occasionnels, ou de simples amateurs d'astronomie qui n'observent jamais. Ceux là sont les plus nombreux (ils vivent en ville, ou n'ont pas le temps, ou pas l'argent, ou tout simplement pas le goût de la technique).

Share this post


Link to post
Share on other sites

Entre octets et papiers je préfère aller chez mon libraire "en voie de disparition et pour d'autres raisons aussi" ou les brocantes et surtout, tout ce qui touche à l'ancien.. ce que je ne ressent pas dans le numérique.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Aujourd'hui, je ne lis plus que deux revues d'astronomie, car on trouve quasiment tout sur internet : nouvelles, articles et même bouquins que les auteurs acceptent de mettre en libre accès après un petit passage en librairie.
Je suis membre de la SAF depuis plus de 50 ans et je reçois donc la revue L'Astronomie, qui est une bonne revue. Elle tient le coup, quasiment sans pub, car elle faite par des bénévoles (professionnels et amateurs). Je suis "sentimentalement" attaché à cette revue que je lirai jusqu'à la fin (la sienne ou plutôt la mienne !!).
Je suis aussi abonné depuis le numéro 1 à Astrosurf Magazine. Je trouve tout à fait normal de soutenir Astrosurf puisqu'il héberge mon site depuis près de 15 ans.
J'ai été très longtemps abonné à Ciel & Espace et à Sky and Telescope, mais j'ai arrêté quand je me suis rendu compte que mon intérêt pour ces deux revues baissait. Internet leur a fait un tort terrible, car il faut quand même le dire : les jeunes n'achètent plus de revues (et de livres) préférant garder leur argent pour d'autres activités.

Share this post


Link to post
Share on other sites

jldauvergne, je donne mon avis et je comprends que d'autres puissent avoir un avis différent. D'après le rapport financier de l'AG du 21 mai 2016 de l'AFA, la formule anglophone a été un échec et ajoute pour un tiers au déficit mais il semble que la nouvelle formule se vende plutôt mieux, c'est tant mieux :

https://www.afastronomie.fr/media/default/0001/13/rapports-ag-AFA2015-5745.pdf

Une revue papier devrait avoir sa place si elle apporte des éléments qu'on ne trouve pas ailleurs : interviews originaux, reportages, points de vue éventuellement contradictoires, avec un certain éclectisme : si je suis pointu sur un sujet précis, ce n'est pas dans une revue plus généraliste que je peux espérer apprendre quelque chose, en revanche cette revue peut m'ouvrir à des sujets auxquels je ne me serais pas spontanément intéressé.

Par exemple, j'aimerais savoir comment les gens de Planck réagissent au papier sur "l'expansion de l'univers encore plus rapide". Pleinement en accord ? pas du tout d'accord ? sur les mesures ? sur les conclusions ?

C'est dans ce genre de situation que la période de deux mois me paraît un handicap, alors qu'un mois est encore raisonnable pour avoir à la fois le temps de réagir sans que le sujet ait disparu derrière l'horizon des nouvelles nouvelles .

Mais encore une fois, c'est mon point de vue qui est subjectif.

En revanche, je supporte assez mal les appels à générosité genre renouveler votre abonnement avant son échéance pour soutenir la revue. L'AFA tourne essentiellement sur la publication de Ciel & Espace, ce sont les abonnés qui la font vivre, elle est rédigée par des "professionnels", avec une activité "commerciale" de vente de ses "produits".

Share this post


Link to post
Share on other sites

C’est un fait : de plus en plus de titres papiers, quotidiens ou magazines disparaissent faute de lecteurs : pourquoi les jeunes générations paieraient (relativement cher) pour des infos qu’on trouve gratuitement sur le web ? Il n’y a que les mordus comme moi qui vont continuer… Je suis abonné, entre autre, à C&E depuis le milieu des années 90 (je l’achetait régulièrement auparavant) et à L’Astronomie depuis qu’elle parait en kiosque.
Ce qui continu à faire l’intérêt des magazines astro, ce sont les interviews de chercheurs, les reportages sur le terrain, dans les observatoires, les articles critiques pour déjouer la com des institutions (du travail de journaliste ). Et bien sûr les magnifiques photos des sondes spatiales, des observatoires et des amateurs. Ça fait encore beaucoup !
Donc oui, pour répondre à la question de Biver il faut tout faire pour qu’elles perdurent.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut
Je vais passer au kiosque pour voir ciel et espace, c'est ok,
mais il restera le souci de la place,
j'ai bien tous les numéros d'une revue, montés dans des classeurs et rangés par saison,
mais il me faut déjà une brouette ...
et pousser les murs...

Merci pour ce post..

[Ce message a été modifié par PETIT OURS (Édité le 06-06-2016).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
quote:
et ajoute pour un tiers au déficit

Tu as mal lu, c'est moins de 1/4 du déficit, tel que c'est présenté.
Et en réalité c'est encore moins. Ca a coûté 7000€ à 8000€ par numéro sans compter les recettes, et il y en a eu 6 répartis entre 2014 et 2015. Pour arriver au chiffre indiqué, il faut valoriser le temps salarié qui a été passé dessus. Or ce temps est une charge, qu'il y ait un magazine en anglais ou pas. Ce que ne montre pas cette formulation, c'est que le temps passé a été en très grande partie pris sur du temps libre des salariés par bonne volonté, car ils sont motivés pour trouver des solutions, et Frist Light en était une possible. Ce travail supplémentaire a été produit simplement parce que les gens étaient motivés et il n'a pas été payé en heures sup. Le fait de ventiler du temps dessus c'est de la compta analytique et ce n'est pas forcément fidèle à la réalité comme toute compta analytique. Ce genre d'outil est utile surtout pour avoir un suivi dans le temps. Le chiffre indiqué représente surtout ce que ça peut couter potentiellement, et c'est une information utile.
Tout ça pour dire que cet investissement a eu un coût modéré réparti sur deux exercices.
Quoi qu'il en soit, il est indispensable d'essayer des choses. Si tu as une solution pour sortir la presse de l'ornière, je t'en prie, donne là. Il est facile de commenter de l'extérieur des orientations prises, mais il est plus difficile de trouver des orientations possibles et de les réaliser.

quote:
En revanche, je supporte assez mal les appels à générosité genre renouveler votre abonnement avant son échéance pour soutenir la revue. L'AFA tourne essentiellement sur la publication de Ciel & Espace, ce sont les abonnés qui la font vivre, elle est rédigée par des "professionnels", avec une activité "commerciale" de vente de ses "produits".

Personne n'est obligé de renouveler avant échéance. Après c'est une question d'envie de chacun. La possibilité est offerte d'aider une association dans une passe difficile. Tu as raison, l'AFA a une activité commerciale, mais que l'on vendre 30 000 ou 100 000 exemplaires, tout le monde est payé pareil à la fin et il n'y pas d'argent qui part dans la poche d'actionnaires. La preuve, c'est que si l'association a des réserves, c'est justement parce qu'il y a eu des vente exceptionnelles par le passé, en particulier en 1999.

Share this post


Link to post
Share on other sites
quote:
Ce travail supplémentaire a été produit simplement parce que les gens étaient motivés et il n'a pas été payé en heures sup. Le fait de ventiler du temps dessus c'est de la compta analytique et ce n'est pas forcément fidèle à la réalité comme toute compta analytique. Ce genre d'outil est utile surtout pour avoir un suivi dans le temps. Le chiffre indiqué représente surtout ce que ça peut couter potentiellement, et c'est une information utile.

C'est plus qu'utile, c'est indispensable. Tu ne peux pas évaluer le coût, et donc la rentabilité à long terme, d'une activité quelle qu'elle soit, en raisonnant uniquement en coût marginal. Pire, ne pas rémunérer des salariés en heures sup est illégal, à moins qu'ils n'aient tous le statut de cadre, et encore... Donc sur le long terme, ce n'est pas une option viable.
Valoriser des heures de travail, c'est bien le moins qu'on puisse faire pour évaluer la rentabilité d'un magazine, fût-il 100% numérique.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this