philgood

Lancement de OSIRIS-REx le 9 septembre

Recommended Posts

il y a 6 minutes, DBlatte a dit :

La mise en mouvement du rocher, à supposer qu'il ne soit pas trop accroché à l'astéroïde, sera comme de mettre en mouvement un gros bateau à quai : c'est possible avec la force limitée d'un être humain, mais il faut pousser assez longtemps avant d'obtenir un résultat sensible

 

Oui, c'est ça, je vote pour toi, pour l'instant, avant que d'autres fusées ou se prenant pour telles débarquent.

 

 

  • Haha 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Photographier la Lune
Guide complet pour la photographier de la Lune.
Information et commande sur www.photographierlalune.com

 

Déjà, on s'demande pourquoi vous voulez absolument déplacer ce rocher :/.. 

Pffffff... n'importe quoi.. 

Il est là depuis… heu.. longtemps hein.. foutez lui la paix enfin !!

 

o.O :P xD

  • Haha 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, DBlatte a dit :

S'il tient cet effort pendant 100 secondes, le rocher de 2000 tonnes aura acquis la vitesse fabuleuse de 0,005 m/s (5 millimètres par seconde).

 

Comme  j'ai pas suivi tous les posts précédents, quelle est la vitesse de libération sur cet astéroïde ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

La dernière image incluse dans ce topic par Jack' était titrée "Smooth Boulders in the Equatorial Region". Elle avait été prise le 2 juillet 2019.


Depuis 14 autres ont été publié sur la page dédiée du site d'OSIRIS-REx :


https://www.asteroidmission.org/galleries/spacecraft-imagery/


Mes préférées :


image.png.791fafa2575d4a51e6d549cf08355db6.png

Cette image montre les détails du bloc de l'astéroïde Bennu situé dans l'hémisphère sud. La photo a été prise par la caméra PolyCam à bord de la sonde OSIRIS-REx de la NASA le 16 juillet, à une distance de 0,7 km. Le champ de vision est de 9,5 m. L'image a été obtenue pendant la phase orbitale B de la mission. Lorsque elle a été prise, l’engin spatial était au-dessus de l’hémisphère sud.


image.png.592be4b78142ffcf425e8c012cfe5560.png

Cette image montre une vue détaillée du plus gros rocher de l'astéroïde Bennu, Boulder n ° 1, situé dans l'hémisphère sud. La complexité texturale de la surface du bloc est révélée de près. La photo a été prise par la caméra PolyCam à bord de la sonde OSIRIS-REx de la NASA le 15 juillet, à une distance de 0,7 km. Le champ de vision est de 9,5 m. Pour l'échelle, la grande fissure qui s'étend du coin inférieur gauche de l'image jusqu'au centre droit de l'image est de 9,3 m. L'image a été obtenue pendant la phase orbitale B de la mission. 


image.png.a7cfa3d28d1f3e1404b879a1f91418da.png

Cette image montre une vue d'un rocher éclairé par le soleil situé dans l'hémisphère sud de l'astéroïde Bennu. Elle a été prise à 17h30, heure solaire locale. L'image a été obtenue par la caméra PolyCam de la sonde spatiale OSIRIS-REx de la NASA le 4 juillet, à une distance de 0,7 km. Le champ de vision est de 9,3 m. Pour l’échelle, le gros rocher mesure 7,2 m de long. Le petit rocher brillant à la base du rocher mesure 40 cm de long. 


https://www.asteroidmission.org/sandpiper-regional-imagery-zoom4/  (Cliquez sur le lien pour voir l'animation)

Cette série de quatre images présente les différents champs de vision capturés sur l'astéroïde Bennu par les caméras du vaisseau spatial OSIRIS-REx. Les images représentent une zone proche du site d'échantillonnage Sandpiper, situé dans l'hémisphère sud de Bennu. La première image, la plus proche, montre un rocher acéré de 2,8 mètres et couvre un champ de 9 m de large. La deuxième photo est prise à une distance de 2,8 km, au cours de la phase d’enquête détaillée. Son champ de vision est de 38,9 m. La troisième est une image MapCam prise le 29 avril, au cours de la phase d’enquête détaillée, à une distance de 2,4 km. Le champ de vision est de 167,6 m. L' image finale est une mosaïque d'images prises par PolyCam le 2 décembre 2018, la veille de l'arrivée de la navette spatiale. Le champ de vision est légèrement supérieur à 500 m. La sonde se trouvait à 24 km de l’astéroïde.
 

image.png

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Sélection d'images prises par la caméra PolyCam de la sonde OSIRIS-Rex, publiées entre  mi-juillet et fin octobre 2019 :

 

 

image.png.a9db1925c7d60d72fa59d52ad90a9a49.png

 

Rocher fracturé dans l'hémisphère nord de Bennu.
Cette image montre une partie d'un gros rocher situé dans l'hémisphère nord de l'astéroïde Bennu. Le rocher est traversé par une fracture importante et un petit rocher repose sur son côté gauche. Les longues ombres du soir sont projetées à droite, car l'image a été obtenue à 18h00, heure solaire locale. Elle a été capturé par la caméra PolyCam à bord de la sonde OSIRIS-REx, le 15 juillet, à une distance de 0,7 km. Le champ de vision est de 9,6 m. Pour l’échelle, le petit rocher perché au sommet du gros (centre supérieur) mesure 0,3 m de diamètre.L'image a été obtenue pendant la phase orbitale B de la mission. 


 

 

image.png.548969af30837b012c4a988bce412531.png


Cette image montre les détails du bloc marquant le méridien de l'astéroïde Bennu, situé dans l'hémisphère sud. Sur la gauche, on peut voir une plate-forme ombragée sur la face nord-ouest du rocher. La photo a été prise par la caméra PolyCam, le 16 juillet, à une distance de 0,7 km. Pour l’échelle, le rebord ombré sur la gauche mesure 5,7 m de long. L'image a été obtenue pendant la phase orbitale B de la mission.

( Oups! Celle-là avait déjà été proposée dans mon post du 22 septembre) 


 

 

image.png.ddd385d33660a14820d504efdf98ccfc.png


Différents types de rochers dans l'hémisphère sud de Bennu
Cette image montre une vue détaillée d'une zone dense en blocs dans l'hémisphère sud de l'astéroïde Bennu. La diversité des types de blocs démontre les différentes textures présentes dans la région. La photo a été prise par la caméra PolyCam,  le 22 juillet, à une distance de 0,7 km. Le champ de vision est de 9,6 m. Pour l’échelle, le petit rocher brillant situé au sommet du rocher (centre gauche) mesure 0,4 m de long. L'image a été obtenue pendant la phase orbitale B de la mission. 


 

 

image.png.364244d9ac1d2538ce8dcbe1f519927b.png


Cette image montre une partie d'un gros rocher situé dans l'hémisphère sud de l'astéroïde Bennu. Elle a été capturé à 6H30, heure solaire locale, de sorte que les ombres sont longues et projetées à gauche. Le dessus d'un rocher plus petit qui se trouve dans une dépression sur le côté inférieur droit du bloc est visible au-dessus de l'ombre. La photo a été prise par la caméra PolyCam, le 24 juillet, à une distance de 0,7 km. Le champ de vision est de 9,6 m. Pour l’échelle, le petit rocher brillant juste au-dessus de l’ombre (centre droit) mesure 0,14 m de long. L'image a été obtenue pendant la phase orbitale B de la mission.


 

 

image.png.98ff48d51ab4e64ef2f04e9021d3a082.png


Un rocher dramatiquement éclairé au pôle Nord
Cette image montre un gros rocher situé près du pôle nord. L'image a été capturée à 6H 00, heure solaire locale, ce qui donne de longues ombres matinales projetées à gauche. Pour l’échelle, le rocher fin et brillant juste au-dessus du rocher (en haut à gauche) mesure 0,7 m de long. L'image a été obtenue pendant la phase orbitale B de la mission. 


 

 

image.png.820bbf003a4a74041958adcbb57ae081.png


Cette image montre une variété de blocs de différentes textures et de tailles situés dans la région équatoriale de Bennu. Un rocher haut et brillant émerge de l'ombre projetée par le rocher à droite. La photo a été prise par la caméra PolyCam le 2 août, à une distance de 0,7 km. Le champ de vision est de 9 m. Pour ce qui est de l’échelle, la roche brillante qui jette un œil dans l’ombre mesure 0,5 m de large. L'image a été obtenue pendant la phase orbitale B.


 

 

image.png.d9ff31b378ce53739bd0faf7784a71d6.png


Balbuzard, Aigle-pêcheur pendant la reconnaissance A
Il s’agit de l’image à plus haute résolution du site candidat de prélèvement Osprey saisie le 12 octobre. Le site Osprey est situé près de l’équateur Bennu, dans l’hémisphère nord. En raison de la taille de la région, cette image ne montre qu'une partie du cratère. Les caractéristiques reconnaissables du site Osprey sont visibles, une zone sombre de matériau au centre du cratère et un gros bloc plat sur la paroi nord du cratère (en haut à gauche). La photo a été prise le 12 octobre, à une distance de 1 km. Le champ de vision est de 14,2 m. À titre de référence, la fracture du gros rocher (en haut à gauche) mesure 2,1 m de long.


 

 

image.png.9285c9969c6f4e3f5670d26de1ba8f62.png


Nightingale pendant la reconnaissance A
Il s'agit de l'image à plus haute résolution du site candidat pour prélèvement, Nightingale, prise le 26 octobre. Le site Nightingale est situé près du pôle nord de Bennu. Le centre du cratère est visible dans le centre haut de l'image, il contient une accumulation de roches plus petites. La photo a été prise par la caméra PolyCam à une distance de 1 km. Le champ de vision est de 14,4 m. À titre de référence, le rocher de couleur claire (centre gauche extrême) mesure 1,4 m de long.

 

 

Et plus encore sur :


https://www.asteroidmission.org/galleries/spacecraft-imagery/

Edited by Huitzilopochtli
correction
  • Like 4
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.asteroidmission.org/?latest-news=nasas-osiris-rex-mission-explains-bennus-mysterious-particle-events


Traduction du lien : 


Peu de temps après que l'engin spatial OSIRIS-REx soit arrivé près de l'astéroïde Bennu, une découverte inattendue par l'équipe scientifique a révélé que l'astéroïde pouvait être actif et éjecter régulièrement des particules dans l'espace. L'étude en cours de Bennu  pourrait potentiellement éclairer la raison pour laquelle ce phénomène intrigant se produit. 


L'équipe d'OSIRIS-REx a d'abord observé un événement d'éjection de particules dans les images capturées par les caméras de navigation prises le 6 janvier, juste une semaine après que le vaisseau spatial soit entré dans sa première orbite autour de Bennu. À première vue, les particules semblaient être des étoiles derrière l'astéroïde, mais en y regardant de plus près, l'équipe s'est rendu compte que l'astéroïde éjectait du matériau de surface. Après avoir conclu que ces particules ne compromettaient pas la sécurité du vaisseau spatial, la mission a commencé des observations spécifiques afin de documenter pleinement cette activité.

"Parmi les nombreuses surprises que nous offre Bennu, les éjections de particules ont éveillé notre curiosité, et nous avons passé les derniers mois à enquêter sur ce mystère", a déclaré Dante Lauretta, chercheur principal OSIRIS-REx (Université d'Arizona, Tucson.) "C'est une excellente occasion d'élargir nos connaissances sur le comportement des astéroïdes."


Après avoir étudié les résultats des observations, l'équipe de la mission a publié ses conclusions dans un article scientifique publié le 6 décembre. L'équipe a observé les trois plus grands événements d'éjections, les 6, 19 janvier e 11 février, et a conclu que les événements avaient leurs origines depuis différents endroits sur la surface. Le premier événement est survenu dans l'hémisphère sud, alors que les deuxième et troisième événements se sont produits près de l'équateur. Les trois événements ont eu lieu en fin d'après-midi (sur Bennu).


L'équipe a constaté que, après éjection de la surface de l'astéroïde, les particules ont brièvement orbité autour de Bennu et sont retombées à sa surface, ou, se sont échappées  dans l'espace. Les particules observées avaient une vitesse allant jusqu'à 3 mètres par seconde, et peuvent mesurer jusqu'à 10 cm. Environ 200 particules ont été observées lors de l'événement le plus important, qui a eu lieu le 6 janvier.


L'équipe a étudié une grande variété de mécanismes possibles qui pourraient avoir provoqué ces événements d'éjection et a réduit la liste à trois possibilités : Impacts de météorites, Fracturation par contrainte thermique et Libération de vapeur d'eau.

Les impacts de météorites sont courants dans le voisinage de Bennu, et il est possible que ces petits projectiles frappent l'astéroïde là où OSIRIS-REx ne les observe pas, propulsant fragments de roche et régolithe dans l'espace.


L'équipe a également déterminé que la fracturation thermique pourrait être une autre explication raisonnable. Les températures de surface de Bennu varient considérablement au cours de sa période de rotation de 4,3 heures.


Cette animation illustre les trajectoires modélisées de particules qui ont été éjectées de la surface de Bennu le 19 janvier. Après s'être éjectées de la surface de l'astéroïde, les particules ont brièvement orbité Bennu et sont retombées à sa surface ou se sont échappées définitivement dans l'espace. Crédit: NASA / Goddard / University of Arizona / Lauretta & Hergenrother et al; (Voir lien ci-dessus)


Bien qu'il fasse extrêmement froid pendant les heures nocturnes, la surface de l'astéroïde se réchauffe considérablement en milieu d'après-midi, c'est-à-dire aux moments où les trois événements majeurs se sont produits. À la suite de ce changement de température,les roches peuvent commencer à se fracturer, et éventuellement provoquer les projections de particules de la surface. Ce cycle est appelé fracturation sous contrainte thermique.


La libération d'eau peut également expliquer cette activité de l'astéroïde. Lorsque les argiles contenant de l'eau sont chauffées, l'eau peut commencer à se libérer et à créer force de pression. Il est possible qu'à mesure que la pression s'accumule dans les fissures et les fissures dans la roche pour provoquer une éruption de particules.


Mais la nature ne permet pas toujours de simples explications. "Il se pourrait que plusieurs de ces mécanismes possibles soient en jeu", a déclaré Steve Chesley, un des auteurs de l'article et chercheur principal au JPL. "Par exemple, la fracturation thermique pourrait casser le matériau de surface en petits morceaux, ce qui faciliterait considérablement l'éjection des cailloux dans l'espace lors des impacts."


Si la fracturation thermique, les impacts de météorites, ou les deux, sont bien les causes de ces événements d'éjection, alors ce phénomène se produit probablement sur tous les petits astéroïdes, car ils subissent aussi ces mécanismes. Cependant, si la libération d'eau en est la cause, ce phénomène serait spécifique aux astéroïdes qui contiennent des minéraux aquifères, comme Bennu.


L'activité de Bennu présentera de plus grandes opportunités d'explication une fois qu'un échantillon aura été collecté et renvoyé sur Terre pour analyses. Beaucoup de particules éjectées sont suffisamment petites pour être collectées par le mécanisme d'échantillonnage du vaisseau spatial, ce qui signifie que l'échantillon retourné peut éventuellement contenir du matériel qui a été éjecté puis retombé sur la surface de Bennu. Déterminer qu'une particule particulière ait été éjectée puis retournée sur cet astéroïde pourrait être un exploit scientifique similaire à la découverte d'une aiguille dans une botte de foin. L'échantillon rapatrié sur Terre par OSIRIS-REx, augmentera  certainement notre compréhension des astéroïdes, de leurs points communs et de leurs différences, et même si le phénomène d'éjection de particules continue d'être  mystérieux, nous retrouverons quand même des indices dans les données à étudier.


La collecte d'échantillons est prévue pour l'été 2020, et l'échantillon sera livré sur Terre en septembre 2023.
 

Image d'éjection de particules déjà donnée par Jack' dans ce topic. 

image.png.d1b347de9266dcc8051c23010df0831d.png

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Fracture assez franchement rectiligne d'une roche de surface sur Bennu !

 

image.png.0c7968b0e7f8c3033d607fd8da4692ba.png

 

En fonction de l'échelle référence de l'image, quand même un peu surprenant. :)

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

La NASA a choisi le site pour le prélèvement d'échantillon : il s'agit de "Nightingale" :

 

 

 

Nightingale.jpg

Edited by jackbauer
  • Like 2
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://spaceflightnow.com/2019/12/12/nasa-selects-site-for-osiris-rex-to-collect-asteroid-samples/


Traduction remaniée du lien ci-dessus :


En utilisant des algorithmes de navigation autonomes précis, le vaisseau spatial OSIRIS-REx descendra sur la surface d'un astéroïde l'année prochaine, dans le but de récupérer des échantillons de roche pour ensuite les ramener sur Terre.
Les scientifiques ont annoncé jeudi la sélection de sites d'échantillonnages primaire et secondaire sur l'astéroïde Bennu, un objet en forme de toupie, d'un diamètre moyen d'environ 500 m. 


Lancée en 2016, l'objectif principal de la mission d'un milliard de dollars, est de récupérer au moins 60 grammes d'échantillons de la surface de Bennu et de retourner le matériau sur Terre en septembre 2023 pour analyse dans des laboratoires terrestres, où les scientifiques rechercheront des signes de matière organique et autres produits chimiques essentiels à l'apparition de la vie.


Le site primaire d'échantillonnage qu'ont sélectionné les scientifiques, nommé Nightingale, est situé dans l'hémisphère nord de Bennu, non loin du pôle de l'astéroïde. Un site de secours nommé Osprey est lui situé plus près de l'équateur.
"Ce ne fut pas une décision facile", a déclaré Dante Lauretta, chercheur principal de la mission OSIRIS-REx.


Bennu s'est avéré être plus inhospitalier que prévu par les planificateurs de mission, et aucun des sites candidats sur l'astéroïde n'est exempt de rochers, de pentes et autres dangers pour le vaisseau spatial construit par Lockheed Martin.
" Lorsque nous sommes arrivés, la caractéristique la plus évidente que nous avons constaté était ces très gros rochers sur l'ensemble d'une surface rugueuse et sauvage, très différente de ce que nous espérions pour que le vaisseau spatial échantillonne aisément", explique Lauretta. 


"Nous souhaitions des zones d'échantillonnage d'un rayon de 25 mètres de diamètre, et honnêtement, je pensais qu'il allait être facile  d'en trouver, dès les premières images, et que nous aurions l'embarras du choix. Ce ne fut vraiment pas le cas. "
Les données recueillies à ce jour par OSIRIS-REx ont fourni aux scientifiques des cartes topographiques 3D de l'astéroïde et des informations sur les minéraux présents dans différentes régions de Bennu.


En utilisant des algorithmes d'apprentissage automatique et une analyse participative d'images, les scientifiques ont recherché des zones qui semblaient sûres pour le vaisseau,  afin qu'il puisse effectuer une manœuvre pour récupérer des échantillons. Ils ont d'abord établi une liste de 50 sites d'échantillonnage potentiels, puis ont réduit les candidats à 16, huit, puis à quatre en dernier ressort, pour une ultime inspection détaillée. Chacun des quatre derniers sites ont été nommé avec des noms d'oiseaux.


En fin de compte, l'équipe OSIRIS-REx a sélectionné les endroits appelés Nightingale et Osprey.


Lauretta a déclaré que le site de Nightingale semblait avoir une abondance de matériaux à grains fins très compatible avec la capacité du mécanisme d'échantillonnage. Cette zone de couleur sombre,  suggère qu'elle pourrait héberger des concentrations relativement élevées de matériaux carbonés constitutifs des molécules organiques.


" Nous reconnaissons que l'opération comportera certains risques, et nous travaillons donc beaucoup pour nous assurer que nous ciblons des régions sûres", a-t-il déclaré jeudi lors d'une présentation à l'American Geophysical Union de San Francisco.  " Ce site est arrivé en tête en raison de sa valeur scientifique. Les hautes latitudes signifient qu'il reste relativement jeune, et l'objectif principal d'OSIRIS-REx est de ramener des matières organiques et des matériaux hydratés issus du système solaire primitif. Être sous ces hautes latitudes nous donne les meilleures chances d'obtenir ce genre de matériel préservé. "


Le site de Nightingale est situé à l'intérieur d'un cratère de 140 mètres de diamètre, mais la zone jugée sûre pour que le vaisseau spatial puisse toucher sans trop de risques ne mesure que 16 mètres de diamètre. Cela représente environ un dixième de la taille de la zone d'échantillonnage sûre que les scientifiques souhaitaient avant l'arrivée d'OSIRIS-REx autour de Bennu.


Les panneaux solaires du vaisseau spatial sont déployés sur  6,2 mètres, d'une extrêmité à l'autre.
" C'est un ajustement un peu juste ", dit Lauretta.


Le site de sauvegarde à Osprey présente moins de dangers pour la navigation, selon Lauretta.


Lorsque les chefs de mission donneront le feu vert à OSIRIS-REx pour effectuer son cycle d'échantillonnage, le vaisseau spatial sortira de son orbite autour de Bennu et commencera une descente soigneusement chorégraphiée vers la surface. Deux points d'arrêt sont prévus au-dessus de Bennu avant que le vaisseau spatial ne procède au prélèvement des échantillons.


Un appareil monté à l'extrémité du bras robotique de l'engin spatial entrera en contact avec la surface et déclenchera  une cartouche de gaz. Un jet d'azote gazeux comprimé soulèvera des fragments de roches sur le site d'échantillonnage et l'engin spatial en capturera une partie.


" Le vaisseau spatial n'entrera en contact avec la surface que pendant quelques secondes, un peu comme s'il rebondissait dessus ", explique Alain Moreau*, directeur de vol d'OSIRIS-REx au Goddard Spaceflight Center. " Il va entrer en contact avec la surface pendant un bref instant, déclencher ses propulseurs et remonter. Lorsque le contact est détecté, il déclenchera une cartouche d'azote gazeux, ce qui remuera le régolithe à grain fin en le mélangeant, puis le capturera avec son collecteur d'échantillons. "


Les ingénieurs ont développé des capacités de navigation améliorées pour guider OSIRIS-REx dans la phase finale de  descente vers l'astéroïde. Le vaisseau spatial utilisera une capacité appelée "suivi des caractéristiques naturelles" pour prendre une série d'images avec sa caméra de navigation et ainsi, identifier de manière autonome les roches, les cratères et autres caractéristiques de surface, fournissant des données sur la position et la vitesse relative par rapport à sa cible.
" Vous devez également vous rappeler que nous sommes à 250 millions de kilomètres  de la Terre",  déclare Lauretta. " Le temps de transmission dans un sens seulement est de plusieurs dizaines de minutes. Tout doit donc se passer de manière autonome, et le vaisseau spatial doit prendre de nombreuses décisions intelligentes pour savoir s'il est en sécurité pour continuer jusqu'à la collecte des échantillons. "


Un rocher de 7 mètres de haut en bordure du site de Nightingale a été surnommé familièrement "Mount Doom". OSIRIS-REx devra se tenir bien à l'écart de ce danger.


Le 25 août 2020 est actuellement la date prévue pour le premier cycle d'échantillonnage, après deux descentes de reconnaissance rapprochées sur le site de Nightingale et deux répétitions générales.


«Ce que nous essayons de faire, c'est essentiellement de diriger le vaisseau spatial vers un emplacement qui fait la largeur de quelques places de stationnement et à seulement quelques pas d'un immeuble de deux à trois étages», a déclaré Alain Moreau**. " C"est assez excitant."


* Petit cachotier. B|


** Alain se fait surnommer "Mike" à la NASA. (Il veut se faire passer pour américain... mais son effroyable accent ne trompe personne.) :/ 

Edited by Huitzilopochtli
correction
  • Like 2
  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Huitzilopochtli a dit :

la mission d'un milliard de dollars

 

Comparaison n'est pas raison, mais je remarque que la mission japonaise Hayabusa 2 a coûté au moins 3 fois moins cher (je n'ai plus les chiffres exacts) avec un scénario beaucoup plus compliqué...

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 8 minutes, jackbauer a dit :

je remarque que la mission japonaise Hayabusa 2 a coûté au moins 3 fois moins cher

Oui, mais y a mon salaire : si je bossais pour les japonais, ce serait le contraire ! xD

  • Like 1
  • Haha 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Trois images supplémentaires prises par la sonde à 600 m d'altitude (Source Marcin600 - UMSF) 

 

image.png.61a1bae8948bbdc47fd53822ccec69cc.png

 

image.png.a74283e265e8aca63a60b05fd8557c0a.png

 

image.png.1c2dda8e9636126470adafa5623d53ea.png

  • Like 4
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,

 

Problème lors du survol du site de prélèvement secondaire Osprey par la sonde OSIRIS-REx : 


https://www.asteroidmission.org/?latest-news=status-update-osiris-rex-osprey-flyover


Publié le 13 février 2020 


Le 11 février, le vaisseau spatial OSIRIS-REx a réalisé un survol à seulement 620 m d'altitude et dans le cadre d' activités de reconnaissance au; dessus du site de secours Osprey pour une future collecte d'échantillons. La télémétrie préliminaire indique cependant que son altimètre laser (OLA) n'a pas fonctionné comme prévu pendant l'opération qui avait duré 11 heures. L'instrument OLA devait fournir des données à l'imageur PolyCam, ce qui aurait permis à la caméra de focaliser l'imagerie de la zone de collecte d' échantillons. Par conséquent, les images PolyCam du survol seront probablement floues.


Les autres instruments scientifiques, y compris l'imageur MapCam, le spectromètre d'émission thermique OTES et le spectromètre visuel et infrarouge OVIRS, ont tous parfaitement fonctionné pendant le survol. Le vaisseau poursuit sa mission et des investigations sont en cours pour comprendre le dysfonctionnement de l'altimètre.
 

Edited by Huitzilopochtli
orthographe
  • Like 3
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 06/02/2020 à 19:37, Huitzilopochtli a dit :

Trois images supplémentaires prises par la sonde à 600 m d'altitude

Salut 8'zi, j'avais loupé ton post du 6 février : sur la première image, je trouve ces gros rochers curieusement érodés ; qu'est-ce qui a pu les émousser de la sorte ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, Alain MOREAU a dit :

Salut 8'zi, j'avais loupé ton post du 6 février : sur la première image, je trouve ces gros rochers curieusement érodés ; qu'est-ce qui a pu les émousser de la sorte ?

 

Bonsoir Alain,

 

Contrairement à ce que j'avais pu penser au début des observations d'OSIRIS REx, et comme me l'avait fait remarquer Super, la diversité des aspects de blocs constitutifs de Bennu est certaine.

 

Les formes grumeleuses, lisses, les arêtes vives, les couleurs , les fracturations ou le monolithisme  composent un paysages diversifié attestant en premier lieu d'origines et d'histoires différentes de ces éléments.

 

Nous avons affaire  à un rubble-pile, réagglomération de débris d'un ou plusieurs corps initiaux détruits par impact.

L' essentiel des blocs que nous imageons sur Bennu  pourrait ne provenir que d'un seul corps parent, mais leurs apparences variables, éventuellement  dépendre de la partie, croûte, manteau, ou noyau de ce géniteur (pour peu qu'il en ait subi une différenciation).

 

Ensuite l'évolution des surfaces d'astéroïdes sont contraintes principalement par les rayonnements solaire et cosmique, des changements brusque de T, des bombardements de micro-météorites... et peut-être d'autres choses qui ne me viennent pas à l'esprit à l'instant. 

J'avais aussi penser à des frictions lors des phénomènes d'éjections de matières récemment observés, pour expliquer l'aspect lisse de quelques blocs mais cela ne tient pas pour deux raisons j'imagine.

En micro-gravité les forces de frottements doivent être dérisoires et, de plus, la taille de certains rochers lisses rend très improbable qu'ils aient été souvent concernés par ce genre d'événement.

 

Mais peut-être fais-tu particulièrement allusion à des blocs ressemblant à d'énormes galets, lisses mais aussi paraissant arrondis ?... 

 

Qu'entends-tu exactement par érodés ?

Il faudrait donner l'image d'un objet précis correspondant à ton interrogation. 

 

Les résultats  de processus "d'érosions" sont assez variables.

  • Like 2
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci pour ta réponse.

Je pensais à l'aspect émoussé de ces roches : les arrêtes sont plus ou moins arrondies, usées, elles ne présentent pas ce profil aux angles nets et tranchants d'une roche fraîchement fracturée (photo 1, sur ton post du 6/02).

Certaines surfaces, par ailleurs, présentent comme une patine, des courbes relativement lisses et douces ne correspondant pas à des plans de clivages, mais plutôt ressemblantes avec des formes trouvées sur des coulées basaltiques... (plusieurs blocs sur la photo 3 du même post, et surtout photo postée par Jackbauer le 29/08/2019)

Je me demandais quels agents érosifs pouvaient être responsables de cette usure dans le vide de l'espace. Se pourrait-il que l'abrasion due aux poussières cosmiques et micro-météorites suffisent sur des éons à user ainsi leur surface ? Ou bien ces formes résulteraient-elles d'autres processus d'érosion héritées de leurs corps parents ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Après quelques recherches relativement rapide, je n'ai trouvé hélas que des papiers qui ne sont pas en libre accès et qui pourtant semblaient pouvoir apporter réponses aux  questions que tu poses. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci en tout cas d'avoir cherché ;)

Je suis salement débordé en ce moment, donc pas cherché de mon côté ; mais l'aspect de certaines de ces roches m'intrigue.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now