Dompeyre

dilatation du temps et cycle de vie

Messages recommandés

Question sans doute naïve, peut-être mal exprimée mais j'aimerai comprendre: a-priori, pour un corps distant, comment peut-on distinguer une dilatation du temps due à la courbure de l'espace-temps ou un cycle de vie à la période plus lente ? Ou bien est-ce qu'on se trouve confronté à la même difficulté de distinguer une accélération constante d'une gravitation constante ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour faire des distinctions spatiales ou temporelles, il faut effectuer des mesures. Ces mesures de dilatation spatio/temporelle dépendent de la métrique dans laquelle les observations sont effectuées. Si c'est une métrique ou topologie de Schwarzschild régie par une algèbre de Lobatchevski, il faudra corriger ces mesures en leurs soustrayant les perturbations induites par le champ scalaire de Higgs qui comme vous le savez sans aucun doute perturbe la géométrie spatio-temporelle de l'espace où se trouve une masse M, sachant que dM = dS.dT/dR.dZ (formule trouvée par le physicien Memphis Chibesa) avec : dM = variation de masse, dS = dilatation spatiale, dT = dilatation temporelle, dR = variation du rayon de courbure de l'univers à l'endroit de M et dZ la variation du décalage vers le rouge. C'est la formule simplifiée : j'ai omis volontairement les effets perturbateurs dus à la matière noire, à l'énergie sombre et à la tension de la corde cosmique qui passe par M (tension qui doit être < au seuil d'implosion d'un trou noir de même masse, car sinon les ondes gravitationnelles générées rendent toute mesure impossible). Pour l’accélération ou la gravitation, il suffit de remplacer dT par dγ ou dG. Si vous voulez approfondir, je vous invite à taper dans un moteur de recherche : physique post Chibesa ou PPC, et qui permettra à l'humanité dans un proche avenir d'atteindre les étoiles dans des délais raisonnables grâce au moteur Chibesa

[Ce message a été modifié par RETHICUS (Édité le 12-04-2017).]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'allais justement le dire ! Et je confirme, oeuf corse...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est également mon opinion malgré certains détracteurs de cette théorie !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Rethicus,


D'habitude, j'apprécie beaucoup tes interventions, mais la réponse que tu as faite à Dompeyre est entachée d'inexactitudes, et je ne peux laisser passer cela.
Tu utilises dans ton développement la théorie de Chibesa. Soit. Mais tu fais l'impasse sur les très nombreuses zones d'ombre de sa théorie. D'ailleurs, Chibesa lui-même est un personnage trouble. Il est certes titulaire de la chaire de cosmologie et herméneutique de l'institut des Frères Bogdanoff à Knokke-Le-Zoute, mais ses travaux sont régulièrement retoqués par les revues à comité de lecture.

Mais au-delà de Chibesa lui-même, son concept de tenseur masse courbure (dM = dS.dT/dR.dZ , autant appeler les choses par leur nom), n'est valable que dans un espace de Minkowski négligeant les résonance N/K dans la 6è dimension branaire. Autant dire que l'appliquer dans une topologie de Schwarzschild, euhhhh.... t'as fumé? Tu as essayé en vrai? Tu fais quoi des termes d'ordre 4. Parce que même avec les polynômes de Tchebychev, tu tombes sur des équations insolubles.

Quant à la fin de ton intervention, où tu introduis la généralisation à la gravitation de cette théorie, ce que Chibesa lui-même ose à peine faire, c'est pour le moins osé. Cela fera au moins plaisir à Superfulgur, vu que si mes infos sont bonnes, il prépare un bouquin sur l'exploration des galaxies que permettrait (tu me passeras l'utilisation du conditionnel, hein?) ce moteur Chibesa.

Bref, je ne pense pas que ta réponse aide beaucoup notre ami Dompeyre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

A part Dompeyre et moi, vous êtes tous des débiles profonds.

La question qu'il pose est fondamentale : c'est, en gros, "existe-t-il un temps universel ?"

Je m'explique : les astronomes nous disent que l'Univers est né il y a 13.8 milliards d'années, pour simplifier, OK, très bien.

Mais que diraient les astronomes si nous vivions dans un champ de gravité différent de celui imposé par notre planète et son étoile ?

Imaginons des astronomes vivant sur une orbite proche de celle d'un trou noir ?

Le big bang aurait-il eu lieu il y a 13.8 milliards d'années pour eux ?

Les "pixels de temps" sont ils les mêmes pour eux que pour nous ?

C'est cela que demande notre ami, en fait.

Intuitivement, je subodore que les effets relativistes sont quasi nuls jusqu'à des courbures énormes, auxquelles la notion de mesure du temps par des vrais gens n'a guère de sens, mais si une fusée pouvait répondre...

J'ajoute que je suis pas surpris que l'ahuri de Montauban et le guignol de Rodriguez répondent n'importe quoi, mais enfin, les aut', quoi, quand même ?

S


Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ah, j'ai compris la question encore autrement.

C'est à cause de l'expression « cycle de vie ». Il ne s'agit pas de vie biologique bien sûr, mais du même sens que lorsqu'on parle de « vie » des étoiles. Tiens, prenons les étoiles variables. Supposons qu'on observe, dans une galaxie lointaine, une étoile qui varie plus vite que les étoiles du même type qu'elle qui sont dans notre galaxie. Pourquoi varie-t-elle plus vite ? Est-ce une étoile bizarre ? Ou bien est-ce juste que la galaxie lointaine « vit » avec un temps différent du notre ? C'est dans ce sens que j'ai compris la question de Dompeyre. Si c'est bien ça, la réponse est que seule une infime partie de l'univers « vit » avec un temps sensiblement différent du notre (et de la plupart des galaxies), étant donné que la dilatation du temps n'est sensible que dans des endroits très particuliers, genre voisinage d'un trou noir. Donc si notre étoile variable est située dans un endroit « normal », il n'y a pas de dilatation ou contraction du temps autre que négligeable.

Du coup je crois que je parle de la même chose que Superfulgur (le « temps universel » qui concerne presque tout l'univers).

[Ce message a été modifié par Bruno Salque (Édité le 13-04-2017).]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui Bruno, les aut' sont indignes de cette passionnante discussion, surtout l'alcoolo de Rodriguez.

Pour plussoir sur ta décisive contribution, j'ajoute qu'observer une étoile lointaine, depuis la Terre, n'est pas évident, de ce point de vue relativiste : plus l'astre est lointain, plus il semble ralenti par rapport à nous... Cette élongation du temps fonctionne comme 1 + z, si je souviens bien, quand tu observes une supernova à un redshift de 1, l'explosion parait deux fois plus longue que les supernovae locale, et ainsi de suite...

Dompeyre, te laisses pas faire !


S

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ah mais oui, tu as raison ! Après tout, le décalage vers le rouge traduit un temps plus lent (au niveau de la périodicité de l'onde lumineuse). Donc la réponse à la question de départ serait : on tient compte de la perception différente du temps pour les objets très lointain en connaissant le décalage vers le rouge (qui nous donne le facteur de conversion, en quelque sorte). Comme quoi en effet la question n'est pas triviale.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bein sûr que la question n'est pas triviale. Mais on peut bien se marrer un peu, non?

Dompeyre, plus sérieusement...
Si je comprends bien ta question, tu te demandes si, en imaginant que le télescope grand comme un système solaire imaginé par Serge Brunier dans C&E en des temps reculés existe, et que je capture une vidéo d'un être sur la planète Klong à 10 milliards d'années lumière, et que le dit être semble se trainer comme un gastéropode local, est-ce que cette lenteur est due à sa lenteur intrinsèque, ou est-elle due au Redshift, ou je ne sais quoi?

J'aurais tendance à répondre que justement, il faut tenir compte du Redshift. Si on part du principe que tu sais à quelle distance se trouve l'être observé, tu connais le Redshift, donc l'impact dû au redshift sur notre perception, et donc tu peux corriger.
Si ta cible semble se déplacer à 1 km/h, et qu'il y a un Redshift de 1, tu peux conclure que sa vitesse réelle dans un référentiel local est de 2 km/h

On peut aussi considérer le cas d'un animal vivant dans l'espace et s'accommodant des conditions régnant proche de l'horizon d'un trou noir pas trop loin de chez nous.
Dans ce cas, il faut évaluer le Redshift, qui n'est pas dû à l'inflation et donc à la distance, mais à la courbure de l'espace temps imprimée par le trou noir.
Il faudrait donc mesurer le Redshift dans les environs immédiats de ta cible, genre par analyse spectrométrique de ce qui l'entoure, pour pouvoir corriger sa vitesse apparente, et savoir si c'est un escargot cosmique ou Superfulgur dans son Soyouz qui s'est trop approché de l'horizon.


[Ce message a été modifié par Kirth (Édité le 14-04-2017).]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Kirth,

A mon avis, il y a deux solutions : soit Dompeyre se pose la question dans les termes que tu indiques, et effectivement, c'est trivial, soit il se pose la question dans un autre domaine : celui des champs forts.

Tu as nous sur la Terre, disons, et tu as des astronautes qui vivent sur une planète autour d'un trou noir qui vient par hasard de se positionner à quelques centaines de millions de km d'ici, vers Mars, disons.

Comment se voit on les uns les autres ?

Je suppose que c'est comme pour les distances lointaines, un simple problème de relativité générale...

S

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

je vois surtout chez moi, une dilatation du mauvais temps, oui,
et en expansion ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Serge, tu as osé envoyer balader ce pauvre Alain, alors qu'il est sûrement le mieux placé pour répondre si on commence à parler des champs forts !

Bon ça va je sors

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant